Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !

Auteur Sujet: Carl Sagan: L'homme des étoiles  (Lu 13419 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2307
  • en l'honneur de ma fille
Carl Sagan: L'homme des étoiles
« le: 28 Septembre 2008 à 12:46:30 »


Fiche de lecture sur Carl Sagan: L'homme des étoiles

Vision croisée de deux auteurs sur lui: William Poundstone (Carl Sagan : A Life in the Cosmos) s'attarde plus longuement aux écrits scientifiques, à leur valeur et leurs implications, tandis que Keay Davidson (Carl Sagan : A Life) se penche vers le raconteur d'histoires.
 

Il a démontré que la science pouvait être quelque chose de fascinant, même si vous êtes le plus parfait des cancres. Il a fait frissonner des centaines de millions de personnes avec ses descriptions quasi-poétiques des galaxies... ou de nos neurones. Il fut de ceux qui croient qu'un citoyen plus cultivé est un citoyen plus libre. Et jusqu'à son dernier souffle, il a conservé cette intime conviction -au risque d'être qualifié de naïf.

Carl Sagan (1934-1996) était un scientifique comme il n'en existe que trop peu : détenteur d'un large savoir... et capable de le communiquer avec brio. Armé d'une plume ou d'un micro, il pouvait émouvoir l'auditoire le plus blasé, qu'il parle de la composition chimique des comètes ou de la survie de notre espèce. Grâce à lui, des vocations de scientifiques sont nées. Et au moins deux journalistes ont été suffisamment touchés pour lui avoir consacré ces derniers mois, deux biographies.

Etait-il un grand scientifique?

Pas au sens où on l'entend d'un Einstein ou d'un Stephen Hawking. Sagan était brillant, et il a publié sa part d'articles pointus. Mais ses intérêts (astronomie, biologie, le cerveau et la possibilité de vie extra-terrestre) étaient trop éparpillés pour faire de lui un candidat au Nobel. Surtout, toute sa vie durant, il demeura déchiré entre le chercheur et le communicateur : d'un côté, le travail obscur, entre quatre murs, sans lequel il n'aurait pas eu cette crédibilité auprès des journalistes; de l'autre, la célébrité, qui lui aliéna une partie de la communauté scientifique. Aussi, les deux biographes éclairent chacun de ces aspects de la vie de l'astronome le plus célèbre du monde.

William Poundstone (Carl Sagan : A Life in the Cosmos) s'attarde plus longuement aux écrits scientifiques, à leur valeur et leurs implications, tandis que Keay Davidson (Carl Sagan : A Life) se penche vers le raconteur d'histoires.

Naïf, il l'était. Sagan était porté depuis son enfance par une foi inébranlable en la science: donnez à une nation l'objectif de conquérir le cosmos, et elle pensera moins à faire la guerre, disait-il dans les années 60; construisez des robots semi-intelligents, et vous réussirez peut-être à éliminer le racisme (ou à le déplacer vers ces robots!); entrez en contact avec une civilisation extra-terrestre avancée, et elle nous aidera à vaincre nos primitifs problèmes.

Mais sans cette naïveté, il n'aurait sans doute pas eu cette volonté de devenir un missionnaire de la science. Il aurait pu, beaucoup plus facilement, se consacrer tout entier à la recherche, après ses premiers succès sur l'atmosphère vénussienne. Au lieu de cela, il publia, en 1966, Intelligent Life in the Universe, son premier ouvrage de vulgarisation, qui contenait déjà plus de spéculations qu'un scientifique " sérieux " ne se le serait permis.

Il était ambitieux, révèle Keay Davidson, et il avait un ego assez gonflé. Cela lui valut plusieurs amitiés perdues. Mais son ambition n'était pas de devenir recteur d'université : il voyait les idées qui lui tenaient à coeur passer difficilement la rampe auprès des politiciens; il assistait à la recrudescence des croyances irrationnelles, de l'astrologie aux OVNI. Et il se voyait comme l'homme de la situation. Dans les années 60, alors qu'il avait commencé à agir comme consultant pour la Nasa, les journalistes se mirent à faire appel à lui. Après 1973, il devint une superstar grâce à ses apparitions régulières au Tonight Show, le célèbre talk-show du non moins célèbre Johnny Carson. Le point culminant de ce parcours, ce fut la télésérie documentaire Cosmos, en 1980: 13 épisodes d'une heure, une formidable initiation aux mystères de l'univers, du cerveau, de l'intelligence. Quatre cents millions de personnes, dans des dizaines de pays, ont vu Carl Sagan se promener entre la bibliothèque d'Alexandrie et l'Encyclopaedia Galactica, d'Athènes jusqu'au centre de la galaxie, du Big Bang à l'Homo Sapiens, et se sont soudain sentis plus intelligents. Jamais un documentaire télévisé n'avait eu pareil succès -et rien ne l'a égalé depuis. Le livre Cosmos demeura sur la liste des best-sellers du New York Times pendant 70 semaines!

Pour une partie de l'humanité, Sagan était devenu une lumière au milieu des ténèbres de l'ignorance.

Et il détestait les profs de science à l'école! "C'était, écrivait-il peu avant sa mort, une plate mémorisation du tableau périodique, des plans inclinés, de la différence entre l'anthracite et le charbon... Il n'y avait aucun sens du merveilleux, aucune perspective... Vous pouviez trouver des livres prodigieux sur l'astronomie dans les bibliothèques, mais pas dans la classe."

Certains de ses collègues n'ont jamais apprécié de le voir se vendre à la machine hollywoodienne. Mais lui s'en réjouissait : Johnny Carson m'offre "la plus grande salle de classe du pays". Tous les profs qui ont réussi, depuis des décennies, à faire détester la science aux adolescents débordants de curiosité qui atterrissent dans leur classe, ont de quoi méditer.

Pascal Lapointe

Source: http://www.sciencepresse.qc.ca/cyber-express/lectures/sagan.html
« Modifié: 28 Septembre 2008 à 13:26:48 par titilapin2 »
IP archivée

Diouf

  • Membre d'honneur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 5747
Re : Carl Sagan: L'homme des étoiles
« Réponse #1 le: 28 Septembre 2008 à 21:27:52 »




 Source
Dans le film " Contact " se trouve peut-être un hommage à la mémoire de Carl sagan, offert par les producteurs. Trois  scènes montrent une constellation particulière.            

 1- Jody Foster est sur la plage avec son père. Celui ci ramasse une poignée de sable, dans laquelle on peut voir quelques  étoiles qui forment une constellation.

 2-Puis la scène montre une partie du ciel. On y voit le système stellaire Vega.  Même alignement que les grains de sable  précédents.

 3-A la fin du film, Jody Foster est avec des enfants et ramasse une poignée de terre, et encore une fois ce même  alignement.

Alors qu'on s'attendrait à voir la Constellation de la Lyre puisque l'étoile Véga s'y trouve, c'est la Constellation Corona  Borealis. Il parait que c'était la constellation préférée de Carl Sagan à cause de sa ressemblance avec l'antenneparabolique  d'un radio télescope.

                  

« Modifié: 28 Septembre 2008 à 23:40:05 par Diouf »
IP archivée

Flatron

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1387
Re : Carl Sagan: L'homme des étoiles
« Réponse #2 le: 28 Septembre 2008 à 21:38:26 »

J'adore ce genre de détail. Il est prévu que personne ne les voit, pourtant on se donne le mal de les mettre là  ;)
IP archivée

Diouf

  • Membre d'honneur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 5747
Re : Carl Sagan: L'homme des étoiles
« Réponse #3 le: 28 Septembre 2008 à 21:51:12 »


Oui Flatron, et pourtant des gens les voient ces détails.
(ce n'est pas moi qui ai trouvé ça)

http://www.in2worlds.net/media

Il parait même qu'au début du film, des flocons de pop corn
tombés par terre montrent aussi cette même constellation.

IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2307
  • en l'honneur de ma fille
Re : Carl Sagan: L'homme des étoiles
« Réponse #4 le: 28 Septembre 2008 à 23:19:23 »

Merci Diouf :)
Que du bonheur de pouvoir retrouver ces informations cachées ;)

IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2307
  • en l'honneur de ma fille
Carl Edward Sagan
« Réponse #5 le: 29 Septembre 2008 à 13:41:31 »

Sagan naît le 9 novembre 1934 dans le quartier de Brooklin à New York. A partir de 1948 il entre au collège à Rahway (New Jersey).

A partir de 1951 il entre à l'Université de Chicago, où il va commencer à s'intéresser aux origines de la vie. Il y obtient une licence (1955) puis une maîtrise (1956) en Physique. D'après Reiffel, c'est après cette époque, en 1958, que Sagan est contacté pour participer au projet A119, avant d'obtenir son doctorat en astronomie en 1960.

Il rentre ensuite à l'Université de Berkeley et enseigne en tant que professeur auxiliaire à l'Université de Harvard.

Son premier article dans grand journal scientifique paraît en Mars 1961, dans le magazine Science. Il s'intitule La Planète Vénus et va lui permettre de poser tôt son empreinte dans le monde scientifique. Son travail aide à déterminer que la surface de Vénus — un moment considérée comme un lieu peut-être habitable — est extrêmement chaude, brûlée par un effet de serre considérable.

Début novembre 1961, il  fait ses premiers pas dans la question SETI, en participant à la fameuse réunion de "l'Ordre du Dauphin" organisée par Drake et Pearman au NRAO.


De fil en aiguille, Sagan est rapidement engagé dans un débat concernant la sonde Mariner 2, qui doit aller inspecter Vénus. Une des questions cruciales est de savoir si la sonde doit emporter une caméra. Sagan fait partie du camp minoritaire des "explorateurs", qui pense que l'on pourrait observer quelque chose au travers de quelques rares trous dans la couche nuageuse de Vénus.

De la même manière il suggérera que des extraterrestres auraient pu visiter notre système solaire, faire une escale sur la Lune, et y laisser des artefacts observables par des caméras.

En 1963 il rentre à Cambridge où il est astrophysicien à l'Observatoire d'Astrophysique Smithsonian.

Lors d'une conférence cette année-là, il défendit encore une fois l'idée d'installer des caméras sur les sondes en route pour Mars, en partie parce qu'elles pourraient observer de nombreux artefacts de formes de vie avancées. Cependant les responsables du JPL décident que Mariner 2 inspectera Vénus sans caméras, mais équipée du radiomètre infrarouge sur lequel a travaillé Sagan.

En 1966 il écrit Intelligent life in the universe avec I. S. Shkolovskii. En décembre 1967, il publie dans le National Geographic un article intitulé Mars, un monde nouveau à explorer.

Cornell et symposiums

En 1968 il quitte son poste à Cambridge pour l'Université de Cornell à Ithaca (New York).

Là, il rencontre Frank Drake, devient directeur du Laboratoire pour l'Etude des Planètes et fonde le nouveau domaine de recherche de l'exobiologie — l'étude des formes de vie et des biochimies extraterrestres possibles.

Cette année-là il fait une déclaration au symposium sur les ovnis organisé à la Chambre des Représentants U.S.


Cette même année 1968, avec Philip Morrison, Walter Orr Roberts (University Corporation pour la Recherche Atmosphérique à Boulder, Colorado) et surtout Thornton Page, Sagan approche l'AAAS pour que l'association organise un symposium sur les ovnis, à l'occasion d'une conférence de l'AAAS prévue en décembre. Cependant, en attente de la parution du Rapport Condon et en raison de l'opposition de certains scientifiques à traiter le sujet des ovnis.

Le symposium se tient finalement les 26 et 27 décembre 1969 à Boston (Massachussets), où l'AAAS refuse de cautionner le Rapport Condon. On en retiendra notamment ces déclarations de Sagan :

Il y a une large gamme de concepts qui seraient particulièrement fascinants si seulement ils étaient vrais. Mais précisément parce que ces idées ont du charme, exactement parce qu'elle sont d'une significativité émotionnelle pour nous, ce sont les idées que nous devons examiner de la manière la plus critique.

(...) Il y a 2 sortes d'auto-tromperie possible ici : soit accepter l'idée d'une visite extraterrestre face à des preuves très minces parce que nous voulons que ce soit vrai ; ou rejeter une telle idée en bloc, en l'absence de preuves suffisantes, parce que nous ne voulons pas qu'elle soit vraie. Chacun de ces extrêmes est une sérieuse entrave à l'étude des ovnis Sagan-Page 1972, p. 265.


NASA (1971)

En 1971 il est nommé Professeur d'Astronomie et des Sciences de l'Espace David Duncan.

La même année avec Frank Drake et Phil Morrison, il rejoint des scientifiques soviétiques à la 1ère conférence internationale sur la communication avec des intelligences extraterrestres, qui se tient à Byurakan en Arménie (URSS).

En tant qu'ardent supporter de l'exploration spatiale, il commence à être consultant pour la mission Mariner 9 (1971) de la NASA, qui donne les premières images détaillées de Mars, montrant alors un monde désolé et parsemé de cratères.

Egalement avec Drake, il conçoit une plaque contenant un message de salut du peuple de la Terre, que transportent les sondes Pioneer 10 (1971) et Pioneer 11 (1972), qui ont à aujourd'hui dépassé les limites du système solaire et poursuit sa route dans l'espace interstellaire.

SETI

Tout au long de sa carrière, Sagan insiste sur l'importance de rechercher les signes d'une vie extraterrestre, posant cette question cruciale :

Sommes-nous un accident exceptionnellement rare ou l'univers déborde-t-il d'intelligence ? (C'est) une question vitale pour nous comprendre nous-mêmes, nous et notre histoire.

Avec divers collaborateurs, dont Paul Horowitz de l'Université de Harvard, Sagan collabore aux projets utilisant des radiotélescopes pour écouter les signaux provenant de possibles civilisations extraterrestres.

Il déclare un jour :
Découvrir que d'autres êtres partagent l'univers avec nous aurait une signification absolument phénoménale, ce serait un événement marquant une nouvelle époque dans l'histoire humaine.
Les radio télescopes écoutant les signaux de la vie dans les milliards d'étoiles et de galaxies, partie du programme chère au cœur de Sagan, n'a toujours pas reçu de réponse à ce jour.

A ce propos, Sagan déclare :
Cela donne une indication de la rareté et de la préciosité de la vie sur cette planète. Le pendant de ne pas trouver de vie sur d'autres planètes est d'apprécier la vie sur Terre.

En 1985, comme pour la fondation Bosack-Kruger, il convainc Steven Spielberg de subventionner le projet META à hauteur de 100 000 $. Le projet débute à l'observatoire Oak Ridge à Harvard (Massachusetts).

The Cosmic Connection

Dans un chapitre de son 1er livre The Cosmic Connection (1973), Sagan spécule sur la possibilité d'autres systèmes planétaires contenant des mondes supportant la vie. Il inclut une illustration montrant 5 "modèles de systèmes solaires" créés à l'aide d'une simulation sur ordinateur conçue par Stephen Dole, alors à Rand Corp.

Tout en dépensant énormément d'énergie à ses écrits et conférences publiques, il continue d'être un chercheur actif.

Il ne perd jamais son enthousiasme pour ses recherches sur la prédominance de la chimie organique ou pour sa quête de signaux de civilisations extraterrestres. Peu importe que de tels signaux n'aient pas encore été découverts; Sagan prend un grand plaisir à s'attaquer à des tâches et des concepts présents loin de la prise en compte de la science. Dans cet esprit, les derniers chapitres de The Cosmic Connection contiennent ses réflexions sur ce que des intelligences extraterrestres pourraient être et comment elles pourraient communiquer.

Les mots de Sagan sont à la fois inspirés et humbles :
Nous sommes comme les habitants d'une vallée isolée de Nouvelle Guinée qui communiquent avec les sociétés des vallées voisines à l'aide de messagers et des tambours. Si on leur demandait comment une société extrêmement avancée pourrait communiquer, ils imagineraient des messagers extrêmement rapides ou un immense tambour improbable. Ils n'imagineraient pas une technologie dépassant leur compétence. Et pourtant, durant tout ce temps, un considérable traffic par câble et radio passe au-dessus d'eux, autour d'eux, et à travers eux...
Nous écouterons les tambours interstellaires, mais nous ne verrons pas les câbles interstellaires. Nous sommes probablement capables de recevoir nos premiers messages des tambours des vallées galactiques voisines — provenant de civilisations légèrement plus avancées. Les civilisations largement plus avancées que la nôtre seront, pour un long moment, éloignées à la fois par la distance et par l'accessibilité. Dans une future époque de traffic radio intense, les civilisations les plus avancées pourraient rester, pour nous, une légende vaporeuse.


Par la suite il collabore aussi aux modules et sondes Viking (1975), qui recherchent — sans succès — des signes de vie à la surface de la planète rouge; les sondes Voyager (1977) qui offrent les premières études des planètes extérieures et de leurs satellites; et la sonde Galileo, qui renvoie des images extrêmement détaillés de Jupiter et de ses satellites géants.

A propos de l'exploration spatiale, Sagan déclarera :
Nous avons examiné de près des douzaines de nouveaux mondes. Des mondes que nous n'avions jamais vu auparavant. Et à moins que nous soyons assez stupides pour nous détruire nous-mêmes, nous allons nous déplacer dans l'espace au siècle prochain. Et je suis assez chanceux pour avoir joué un rôle dans la première reconnaissance préliminaire du système solaire, c'est une chose terriblement excitante.
Nous avons parcouru l'ensemble des planètes du système solaire, de Mercure à Pluton, au cours d'une période historique de 20 (à) 30 ans d'exploration par vaisseaux spatiaux.


Sagan montrera également que l'univers regorge de composés chimiques basés sur le carbone qui pourraient être les précurseurs d'autres formes vivantes. Sagan constitue également des preuves que Titan le satellite de Saturne possède une atmosphère contenant des molécules organiques similaires aux briques élémentaires de la vie. Ce travail sera confirmé avec fracas par les sondes Voyager 1 et 2 dans les années 1980s.

Le début du succès

A côté de ses recherches, Sagan a également hébergé sur série télévisée populaire sur PBS intitulée "Cosmos."

Il a publié des centaines d'articles scientifiques; écrit 8 livres, dont le gagnant du prix Pulitzer "The Dragons of Eden"; et fut professeur d'astronomie à l'Université de Cornell University à Ithaca (New York).

En 1976 il quitte Ithaca pour Pasadena et co-fonde là-bas le CSICOP.

En 1977 il publie The Dragons of Eden, une réflexion sur l'évolution possible de l'intelligence humaine.

Au printemps 1977, il revient à Ithaca et est contacté par la NASA qui lui demande de former un comité chargé de définir le contenu d'un enregistrement phonographique qui serait placé dans les sondes Voyager 1 et 2. Les sondes contiendront en plus de l'enregistrement phonographique (prévu pour perdurer un millard d'années), les salutations d'humains en 60 langues différentes ainsi que des sons de cétacés, un traité de l'évolution audio, 116 images de la vie sur Terre et 90 mn de musique d'une grande diversité de cultures (il collaborera aussi à Pionner).

La même année il crée Carl Sagan Productions: Science for the Media, Inc. dans le but d'améliorer le traitement de la science à la télévision et au cinéma.

En 1978 il reçoit le prix Pulitzer pour The Dragons of Eden et quitte Ithaca pour Los Angeles, où il entame son 1er projet de série télévisée en 13 numéros sur l'astronomie qui sortira en 1980 sous le titre Cosmos.

 Peu avant en 1979 il est co-fondateur de la Société Planétaire aux côtés de Bruce Murray et Louis Friedman.

Cosmos

En effet le plus grand talent de Sagan est peut-être sa capacité à communiquer avec des personnes ici sur Terre. Au travers d'une série de livres, d'articles de magazines et d'émissions de télévisions, il dépasse la communauté scientifique pour transmettre l'excitation de ses recherches au grand public.

Les intérêts de Sagan vont loin et sont larges, depuis les effets de la guerre nucléaire jusqu'à l'évolution de la pensée vers l'érosion intellectuelle apportée par la pseudoscience (le sujet de son dernier ouvrage, The Demon-Haunted World). Sa série télévisée Cosmos touche une audience de 500 millions de personnes; sa nouvelle Contact est adaptée en film.

Dans l'immensité du cosmos, il doit y avoir d'autres civilisations, beaucoup plus âgées et beaucoup plus avancées que la nôtre. Alors, ne devrions-nous pas avoir été visités ? Ne devrait-il pas y avoir à tout moment des vaisseaux étranges dans les cieux de la Terre ?

Il n'y a là rien d'impossible, et nul ne serait plus heureux que moi si nous étions visités. Mais est-ce que ça s'est vraiment produit ? Ce qui compte, ce n'est pas ce qui semble plausible, pas plus que ce en quoi nous aimerions croire, pas plus que ce qu'un ou deux témoins proclament, mais seulement ce qui est soutenu par des preuves solides, examinées avec rigueur et scepticisme.

Des affirmations extraordinaires nécessitent des preuves extraordinaires [Cosmos, épisode 12 : Encyclopaedia Galactica].

En 1981 il retourne à Ithaca.

Il est également rédacteur-en-chef de ICARUS: International Journal of Solar System Studies et membre du Comité Editorial de Cosmic Search.

Sagan était également un adepte de la marijuana et son ancienne femme, Ann Druyan, dirige l'Organisation Nationale pour la Réforme des Lois sur la Marijuana [CNN 22/08/1999].
 
il co-fonde le Council for Secular Humanism, une organisation américaine à but non lucratif visant à aider les gens à vivre le mieux possible au travers de la seule raison et sans tomber dans une croyance en un dieu ou une autre supériorité surnaturelle quelconque.


La maladie

En 1994 on lui diagnostique une maladie du sang.

Le Centre de Recherche sur le Cancer Fred Hutchinson identifie sa maladie comme une myelodsplasie, une forme d'anémie également connue sous le nom de syndrome de preleukémie.

En 1995 il quitte Ithaca pour Seattle et après avoir approché la mort de près par deux fois, le centre lui fait en Avril une greffe de moelle osseuse de sa soeur, puis une chimiothérapie, qui permettent une rémission. A une conférence, parlant de cet épisode, il déclare:

 J'aimerai commencer avec une remarque personnelle. J'ai été à Seattle ces derniers mois, luttant contre une maladie menaçant la vie qu'il semble que j'aie surmontée.

Sagan reste affaibli, mais malgré la maladie, il poursuit son rêve d'aller vers les étoiles : Le tâche est loin d'être achevé, déclare-t-il. Nous rechercherons la limite entre le système solaire et le médium interstellaire puis nous voyagerons infiniment dans le noir entre les étoiles. C'est d'ailleurs à partir de la fin de l'année que l'on découvre des planètes autour d'étoiles semblables au Soleil, qui nous offre une premier example de ce à quoi d'autres systèmes planétaires pourraient ressembler. L'existence de ces systèmes confirme alors l'opinion de Sagan selon laquelle les planètes sont communes dans notre galaxie.

Le 20 Décembre 1996, son corps affaibli ne résiste pas à une pneumonie.

---------------------------------------------

Auteur de :
•   Intelligent Life in the Universe avec I. S. Shkolovskii, 1966
•   Déclaration au symposium sur les ovnis devant la Chambre des Représentants U.S., 1968
•   Communication with Extraterrestrial Intelligence (MIT Press, Cambridge, MA, 1973) - Actes d'une conférence tenue à l'Observatoire Astrophysique Byurakan en 1971. Inclut des contributions de Shklovskii, qui était l'un des organisateurs.
•   UFO's - A Scientific Debate avec Thornton Page, 1972, Cornell University Press - Livre tiré des déclarations préparées lors du Symposium de l'AAAS les 26 et 27 décembre 1969 à Boston (Massachussets), où Sagan développe le chapitre consacré à l'HET et autres hypothèses.
o   réédité chez Barles & Noble 1996
•   The Cosmic Connection : An Extraterrestrial Perspective, Anchor Press, 1973 - Pour lequel il obtient le prix Campbell du meilleur ouvrage scientifique de l'année
•   Other Worlds, New York: Bantam Books, 1975
•   The dragons of Eden : speculations on the evolution of human intelligence (Random House, 1977) pour lequel il obtient le prix Pulitzer en 1978
•   Murmurs of Earth : the voyager interstellar record (avec Frank Drake, Ann Druyan, Timothy Ferrys, Jon Lomberg et Linda Salzman Sagan)
•   Mars and the mind of man avec Ray Bradbury, Arthur C. Clarke, Bruce Murray et Walter Sullivan
•   Broca's brain : reflections on the romance of science (1979)
•   Cosmos (1980)
•   Contact (1985) - Nouvelle qui sera adaptée en film.
•   Comet (1985) avec Ann Druyan
•   A path where no man thought (1990) : Hiver nucléaire et le fin de la course à l'armement avec Richard Turco
•   Shadows of Forgotten Ancestors (1992): A Search for Who We Are (avec Ann Druyan)
•   Pale blue dot: A Vision of the Human Future in Space (1995)
•   The demon-Haunted world: Science as a candle in the dark (Random House, 1997)
•   Billions & billions (1997) : Thoughts on life and death at the brink of the millennium (postume, publié par Ann Druyan)





Source: http://www.rr0.org/personne/s/SaganCarlEdward/
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2307
  • en l'honneur de ma fille
Le Professeur dit que des êtres de l'espace ont visité la Terre
« Réponse #6 le: 29 Septembre 2008 à 13:51:55 »

LES SCIENTIFIQUES QUI NE SE CONTENTENT PAS DE RIRE DES RAPPORTS D'OVNIS:

ATTENTION: Quand Carl Sagan utilise l'équation de DRAKE présentée par son ami Drake en 1961 au sein du groupe "l'Ordre du Dauphin". Voir post suivant!!!
Le Professeur dit que des êtres de l'espace ont visité la Terre


Associated Press, 26 novembre 1962

LOS ANGELES. (AP) - Certains des meilleurs esprits scientifiques dans le pays ont été stupéfiés quand un jeune homme mince à la chevelure foncée a inscrit à la craie sur le tableau noir cette équation:

N égale R xFPxNExFLxFIxFCxL.

L'orateur était Dr. Carl Sagan, un professeur auxiliaire d'astronomie de 28 ans à l'université de Harvard.

Son audience s'est composée de plusieurs centaines de membres de la Société Américaine de Fusées, rassemblés à leur déjeuner.

L'équation était sa manière d'exprimer la probabilité mathématique que des êtres intelligents de l'espace extra-atmosphérique ont visité la terre.
 
Sagan a sobrement expliqué que dans son équation N représente le nombre de civilisations techniques avancées dans l'univers possédant les possibilités de communication interstellaire.

R est le taux moyen de formation d'étoiles en fonction de la durée de vie de la galaxie.

FP est la fraction des étoiles qui ont un système planétaire.

NE est le nombre moyen de planètes dans chaque système avec des environnements favorables pour l'apparition de la vie.

FL est la fraction de telles planètes sur lesquelles la vie se développe.

FI est la fraction de telles planètes habitées sur lesquelles la vie intelligente avec des capacités de manipulation augmente pendant la durée de vie du soleil local.

FC est la fraction des planètes peuplées par des êtres intelligents sur lesquelles des civilisations techniques avancées évoluent.

Et L est la durée de vie de cette civilisation technique.

Sagan a dit que l'information dans sa formule est basée sur des évaluations actuelles par les astronomes.

En effectuant des calculs, il a assigné à chaque symbole une valeur numérique arbitraire.

Quand elle est chiffrée, a indiqué Sagan, la formule signifie qu'au moins 1 million parmi les 100 milliards d'étoiles dans la voie lactée ont des planètes qui ont développé des civilisations capables de voyager entre les étoiles.


"Disons que chacune de ces civilisations envoie une expédition interstellaire par an," a-t-il dit.


"Cela signifie que chaque étoile, comme notre soleil, serait visitée au moins chaque million d'années. Dans certains systèmes où ces êtres ont trouvé de la vie, ils feraient des visites plus fréquentes. Il y a une probabilité forte, donc, qu'ils ont visité la terre tous les quelques milliers d'années."


"Il n'est pas impensable que des artefacts de ces visites existent toujours ou même qu'une certaine sorte de base est maintenue, probablement automatiquement, dans le système solaire, pour fournir la continuité pour des expéditions successives."

"Pour des raisons de durabilité et à cause de la possibilité d'être découverts et d'interférer avec les habitants de la terre, il serait préférable de ne pas ériger une telle base sur la surface de la terre. La lune semble une alternative raisonnable."

"De prochaines reconnaissances photographiques de la lune par des véhicules spatiaux - en particulier sur la face cachée - pourraient nous mettre ces possibilités à l'esprit."

A une conférence de d'informations générales, Sagan a prédit que l'homme lui-même serait capable du vol interstellaire à presque la vitesse de la lumière "dans un siècle ou deux."

Quand on lui a demandé s'il croyait aux soucoupes volantes, il a dit: "je pense en fait qu'il y a des objets qui n'ont pas été identifiés."

http://www.monsite.org/htm/apsagan01f.htm



« Modifié: 29 Septembre 2008 à 23:28:11 par titilapin2 »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2307
  • en l'honneur de ma fille
Re : Carl Sagan: membre de l'Ordre du Dauphin avec Drake - SETI
« Réponse #7 le: 29 Septembre 2008 à 23:44:53 »

Voici l'histoire de l'Ordre du Dauphin, un groupe de scientifiques passionnés qui se sont réunis en 1961 autour de Drake (lien avec le projet SETI):


En 1958, Frank Donald Drake trouve une place au NRAO, où 2 ans plus tard, de avril à juillet 1960, il mène son projet OZMA, la première recherche de signal extraterrestre.
SETI

En 1961 il organise avec J. Peter Pearman, un officier du Space Science Board de la NAS, la 1ère conférence sur le projet SETI. La réunion se tient début novembre au NRAO, réunissant un groupe de 11 scientifiques montrant un intérêt pour SETI : en plus de Drake et Pearman sont présents Dana Atchley, le docteur Melvin Calvin, Su Shu Huang, le docteur John Lilly, Philip Morrison, Bernard Oliver, Carl Sagan et Otto Struve

C'est là que Drake propose sa fameuse équation, qui propose le calcul théorique du nombre (N) de civilisations "communicantes" dans notre galaxie :
•   R la vitesse moyenne de formation d'une étoile
•   fp la probabilité pour qu'une étoile s'accompagne de planètes
•   ne la probabilité pour qu'il y ait une planète dont l'environnement est favorable à la vie pour une étoile dotée d'un système planétaire
•   fl la fraction des planètes développant une vie primitive dans des conditions favorables
•   fi la probabilité pour qu'une intelligence ait évolué à partir de ces organismes inférieurs
•   fc la fraction des intelligences qui atteignent le stade des communications interstellaires
•   L la durée de vie en années d'une telle civilisation techniquement avancée.

N = R x fp x ne x fl x fi x fc x L

En appliquant cette formule, on arrive à une valeur de N variant entre 2 ou 3 (au pire) et 100 millions (au mieux) de civilisations extraterrestres.

Le but de cette équation est d'aider les participants à la conférence à se concentrer sur les questions fondamentales auxquelles des réponses doivent être apportées pour déterminer les chances de succès du projet SETI. Il s'agit en fait pour une bonne partie d'idées déjà abordées dans [1].

A la fin de leur réunion qui a duré 3 jours, les participants décident que le groupe devrait avoir un nom. Inspirés par les contes de Lilly sur l'intelligence des dauphins, ils choisissent de se nommer "l'Ordre du Dauphin".

En 1962, une pluie de météores a lieu dans la région du NRAO.

Alors qu'il se trouvait dehors avec ses collègues à recueillir des échantillons des météorites, Drake interroge de nombreux témoins pour voir quelle a été leur perception de la pluie.

Il s'aperçoit que la mémoire d'un témoin de tels événements exotiques se dégradait très rapidement. Au bout de 1 jour, près de la moitié des signalements sont clairement erronés ; au bout de 2 jours, près de 3/4 sont clairement erronés ; après 4 jours, seuls 10 % sont bons ; après 5 jours, les gens rapportent plus d'imagination que de vérité [2]


1.   Morrison, P. & Cocconi, Giuseppi: "Searching for Interstellar Communications", Nature, 19 septembre 1959, vol. 184, n° 4690, pp. 844-846
2.   Sagan & Page, op. cit., p. 254.



source: http://www.rr0.org/personne/d/DrakeFrankD/index.html

-----------------------------------------------------------

N. R. A. O.

National Radio Astronomy Observatory, construisant et opérant les radio-télescopes les plus sophistiqués et avancés.

Des scientifiques du monde entier utilisent des outils puissants pour étudier le Soleil, les planètes et d'autres objets de notre système solaire, ainsi que des étoiles, galaxies et autres objets mystérieux distants de nombreux millions, ou même de millards d'années-lumières.

Le NRAO inclut notamment :

le VLA (Very Large Array) au Nouveau Mexique, l'instrument astronomique le plus productif sur Terre. Le VLA est notamment le dispostif de télescopes qui, dans le film Contact inspiré du roman de Carl Sagan, détecte un signal extraterrestre.
le GBT (Green Bank Telescope) en Virginie Occidentale, la plus grande radio orientable au monde
le VLBA (Very Long Baseline Array) le plus instrument astronomique dédié à plein temps.
Le ALMA (Atacama Large Millimeter Array), un effort global pour construire un réseau de 64 antennes dans le désert Chilien.
En 1958 Frank Drake entre au NRAO. En 1960 il y mène son projet OZMA.


Les antennes du VLA située sur le site du NRAO à Socorro (Nouveau Mexique), mises en scène dans la détection du signal extraterrestre du film Contact [NRAO / AUI / NSF]

Source: http://www.rr0.org/org/us/NRAO.html
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2307
  • en l'honneur de ma fille
La NASA a créé une bourse "Carl Sagan" pour les jeunes scientifiques
« Réponse #8 le: 07 Octobre 2008 à 22:24:58 »



La NASA a créé une bourse "Carl Sagan" pour les jeunes scientifiques étudiant les exoplanètes (60 000 $ pendant 3 ans maxi pour les étudints posts-doctoraux).





NASA's Carl Sagan Fellows to Study Extraterrestrial Worlds

Last update: 11:42 a.m. EDT Sept. 3, 2008

WASHINGTON, Sept 03, 2008 /PRNewswire-USNewswire via COMTEX/ -- NASA announced Wednesday the new Carl Sagan Postdoctoral Fellowships in Exoplanet Exploration, created to inspire the next generation of explorers seeking to learn more about planets, and possibly life, around other stars.
Planets beyond our solar system, called exoplanets, are being discovered at a staggering pace, with more than 300 currently known. Decades ago, long before any exoplanets had been found, the late Carl Sagan imagined such worlds, and pioneered the scientific pursuit of life that might exist on them. Sagan was an astronomer and a highly successful science communicator.
NASA's new Sagan fellowships will allow talented young scientists to tread the path laid out by Sagan. The program will award stipends of approximately $60,000 per year, for a period of up to three years, to selected postdoctoral scientists. Topics can range from techniques for detecting the glow of a dim planet in the blinding glare of its host star, to searching for the crucial ingredients of life in other planetary systems.
"We are investing in our nation's best and brightest in an emerging field that is tremendously inspiring to the public," said Jon Morse, Astrophysics Division director at NASA Headquarters in Washington.
The Sagan Fellowship will join NASA's new Einstein Postdoctoral Fellowship in Physics of the Cosmos and the Hubble Postdoctoral Fellowship in Cosmic Origins. All three fellowships represent a new theme-based approach, in which fellows will focus on compelling scientific questions, such as "are there Earth-like planets orbiting other stars?"
"NASA's science-driven mission portfolio, its cultivation of young talent to pursue cutting-edge research, and the decision to commit its genius to a question of transcendent cultural significance, would have thrilled Carl," said Ann Druyan, Sagan's widow and collaborator, who continues to write and produce.
"That this knowledge will be pursued in his name, as he joins a triumvirate of the leading lights of 20th century astronomy, is a source of infinite pride to our family," said Druyan. "It signifies that Carl's passion to engage us all in the scientific experience, his daring curiosity and urgent concern for life on this planet, no longer eclipse his scientific achievements."
A call for Sagan Fellowship proposals went out to the scientific community earlier this week, with selections to be announced in February 2009.
"There is an explosion of interest in the field," said Charles Beichman of NASA's Jet Propulsion Laboratory in Pasadena, Calif. "Now we are going down a scientific path that Carl Sagan originally blazed, torch in hand, as he led us through the dark." Beichman is executive director of NASA's Exoplanet Science Institute at the California Institute of Technology in Pasadena, which will administer the fellowship program.
Recently, NASA's Hubble and Spitzer space telescopes have made landmark observations of hot, Jupiter-like planets orbiting other stars. The telescopes detected methane and water in the planets' atmospheres -- the same molecules that might serve as tracers of life if discovered around smaller, rocky planets in the future. In a 1994 paper for the journal Nature, Sagan and colleagues used these and other molecules to identify life on a planet -- Earth. They used NASA's Galileo spacecraft to observe the molecular signatures of our "pale blue dot," as Sagan dubbed Earth, while the spacecraft flew by.
"Only a select few scientists carry the insight, vision and persistence to open entire new vistas on the cosmos," said Neil deGrasse Tyson, astrophysicist and Frederick P. Rose director of the Hayden Planetarium at the American Museum of Natural History in New York. "We know about Einstein. We know about Hubble. Add to this list Carl Sagan, who empowered us all -- scientists as well as the public -- to see planets not simply as cosmic objects but as worlds of their own that could harbor life."
NASA's Kepler mission, which Sagan championed in his last years, will launch next year and will survey hundreds of thousands of nearby stars for Earth-like worlds, some of which are likely to orbit within the star's water-friendly "habitable zone" favorable for life as we know it.
More information about NASA's Sagan Fellowships is at:
http://nexsci.caltech.edu/sagan
SOURCE NASA
 http://www.nasa.gov

Merci au site http://www.easyshopdiscountzone.com/netovni/actualite.html   pour sa veille du mardi 16 septembre 2008. Rectificatif sur le post suivant - La Taupe sans modération  :o "
Traduction google:

Citer
De la NASA Carl Sagan boursiers d'étude des mondes extraterrestres


Dernière mise à jour: 11:42 heures HAE le 3 septembre, 2008
WASHINGTON, Sept 03, 2008 / PRNewswire-USNewswire via COMTEX / - La NASA a annoncé mercredi le nouveau Carl Sagan Bourses postdoctorales à l'exploration des exoplanètes, créé pour inspirer la prochaine génération d'explorateurs qui cherchent à en savoir plus sur les planètes, et peut-être la vie, autour d'autres étoiles .
Planètes au-delà de notre système solaire, appelées exoplanètes, sont découvertes à un rythme effarant, avec plus de 300 actuellement connus. Il ya des décennies, bien avant toute exoplanètes ont été trouvées, la fin de Carl Sagan imaginé ces mondes, et un pionnier de la recherche scientifique de la vie qui pourraient exister sur eux. Sagan est un astronome et un grand succès science communicateur.
De la NASA, de nouvelles Sagan bourses permettra à de jeunes scientifiques talentueux de roulement de la voie tracée par Sagan. Le program d'attribution des bourses d'environ $ 60,000 par année, pour une période de trois ans au maximum, à certains chercheurs postdoctoraux. Les sujets peuvent varier de techniques de détection de la lueur d'une planète sombre dans l'éblouissement aveuglant de son étoile hôte, à la recherche de l'essentiel des ingrédients de la vie dans d'autres systèmes planétaires.
«Nous investissons dans notre pays les meilleurs et les plus brillants dans un domaine nouveau qui est très inspirant pour le public», a déclaré Jon Morse, Directeur de la Division Astrophysique au siège de la NASA à Washington.
Le Sagan se joindre à la bourse d'études de la NASA, de nouvelles bourses d'études postdoctorales Einstein dans la physique du cosmos et de Hubble de bourses d'études postdoctorales dans origines cosmiques. Tous les trois bourses constituent un nouveau thème approche fondée sur les boursiers qui se concentrera sur des questions scientifiques impérieuses, telles que «Existe-t-il la Terre comme des planètes en orbite autour d'autres étoiles?
"De la NASA, la science axée sur portefeuille de mission, sa culture de jeunes talents à poursuivre la recherche de pointe, et la décision de commettre son génie à une question de la signification culturelle transcendant, aurait Carl ravis», a déclaré Ann Druyan, Sagan, la veuve et collaborateur, qui continue à écrire et produire.
«C'est cette connaissance sera poursuivi, en son nom, comme il se joint à un trio de chefs de file de l'astronomie du 20ème siècle, est une source infinie de fierté pour notre famille», a déclaré Druyan. "Cela signifie que la passion de Carl à nous engager dans toutes les expériences scientifiques, son audace et la curiosité préoccupation urgente pour la vie sur cette planète, non plus éclipser ses réalisations scientifiques."
Un appel à propositions de bourses d'études Sagan est sorti à la communauté scientifique au début de cette semaine, avec la sélection qui sera annoncée en Février 2009.
"Il ya une explosion d'intérêt dans le domaine», a déclaré Charles Beichman de la NASA Jet Propulsion Laboratory à Pasadena, en Californie "Maintenant, nous allons un parcours scientifique que Carl Sagan initialement tracé, torche en main, comme il nous a conduit à travers les tombée de la nuit. " Beichman est directeur exécutif de la NASA exoplanète Institut des sciences à l'Institut de Technologie de Californie à Pasadena, qui sera chargé d'administrer la bourse program.
Récemment, la NASA, Hubble et Spitzer télescopes spatiaux ont apporté des observations du chaud, comme Jupiter-planètes en orbite autour d'autres étoiles. Les télescopes de méthane détectée et de l'eau dans les planètes »atmosphères - les mêmes molécules qui pourraient servir de traceurs de la vie si elle est découverte autour de petits, des planètes rocheuses dans l'avenir. En 1994, un papier de la revue Nature, Sagan et ses collègues ont utilisé ces autres molécules et d'identifier la vie sur une planète - la Terre. Ils ont utilisé la NASA sonde Galileo de respecter les signatures moléculaires de notre "point bleu pâle», comme Sagan appelé Terre, alors que la sonde a volé par.
"Seul un petit nombre de scientifiques à l'intuition, la vision et la persistance d'ouvrir ensemble de nouvelles perspectives sur le cosmos», a déclaré Neil deGrasse Tyson, astrophysicien et Frederick P. Rose directeur du planétarium Hayden à l'American Museum of Natural History de New York. "Nous savons que Einstein. Nous savons que le télescope Hubble. Ajouter à la liste Carl Sagan, qui a le pouvoir de tous - scientifiques, ainsi que le public - pour voir les planètes non pas simplement comme des objets cosmiques, mais comme des mondes que leur propre sphère de la vie pourraient ».
Kepler de la NASA mission, qui a défendu Sagan dans ses dernières années, lancera l'année prochaine et permettra de relever des centaines de milliers d'étoiles proches de la Terre comme des mondes, dont certains sont susceptibles d'orbite à l'intérieur de la star de l'eau-friendly "zone habitable" favorable pour la vie telle que nous la connaissons.
Plus d'informations sur la NASA Sagan bourses à l'adresse suivante:
http://nexsci.caltech.edu/sagan
SOURCE NASA
  http://www.nasa.gov
« Modifié: 07 Octobre 2008 à 22:50:07 par titilapin2 »
IP archivée

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • En ligne En ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 13934
Re : Carl Sagan: L'homme des étoiles
« Réponse #9 le: 07 Octobre 2008 à 22:32:31 »

http://ovnis-usa.com/2008/09/09/mardi-9-septembre/

La recherche des exoplanètes devrait s’intensifier avec cette toute récente initiative de la NASA : l’organisation vient d’instituer des bourses de 60.000 dollars annuels, pouvant couvrir jusqu’à trois ans, destinées aux étudiants qui sont déjà titulaire d’un Doctorat. Le projet a été nommé en mémoire de l’astronome Carl Sagan, l’un des fondateurs de l’exobiologie, décédé en 1996.

Plus de 300 planètes ont été répertoriées au-delà de notre système solaire. Bien avant la première découverte, Carl Sagan avait pressenti leur existence, et il avait encouragé la recherche scientifique dans ce domaine, pensant que certaines pourraient avoir vu s’épanouir la vie.

Les sujets d’étude peuvent concerner de nouvelles techniques de détection. Actuellement, une des techniques consiste à observer les perturbations qu’une planète provoque sur le mouvement de son étoile. Une autre approche est la méthode du transit, c’est-à-dire le passage d’une planète exactement entre l’étoile et la Terre. Lorsqu’il se produit, la luminosité apparente de l’étoile baisse légèrement car une petite fraction de sa surface est cachée temporairement, et des mesures précises peuvent détecter cette situation.

Jon Morse, Directeur du Département d’Astrophysique à la NASA, explique qu’il est temps maintenant de rechercher des éléments essentiels de la vie dans d’autres systèmes planétaires.

Il ajoute : “Nous investissons pour encourager les meilleurs de notre pays, dans un secteur émergeant qui est une puissante source d’inspiration pour le public“. Les premiers lauréats seront sélectionnés en Février 2009.

A l’occasion de cette annonce, l’astrophysicien Neil deGrasse Tyson a déclaré : “Carl Sagan nous a fait partager sa vision : les scientifiques mais aussi le grand public ne doivent pas simplement considérer les planètes comme des objets cosmiques mais comme des mondes à part entière, capables d’abriter la vie.“

Récemment, les télescopes spatiaux Hubble et Spitzer ont fait des observations historiques de planètes chaudes, semblables à Jupiter, qui se trouvent en orbite autour d’autres étoiles. Les télescopes ont détecté du méthane et de l’eau dans leurs atmosphères - les mêmes molécules qui pourraient servir à caractériser la vie si on les retrouvait un jour autour de planètes rocheuses plus petites.

Dans un article pour la revue Nature, en 1994, Sagan et ses collègues avaient mentionné ces éléments, ainsi que d’autres molécules, comme caractéristiques de la vie sur la planète Terre. Ils avaient utilisé la sonde Galiléo de la NASA pour observer les signatures moléculaires de notre “Pale blue Dot“, l’expression employé par Sagan pour évoquer la Terre, alors qu’elle passait à proximité de notre planète.

La mission Kepler, dont le projet avait enthousiasmé Sagan à la fin de sa vie, sera lancée l’année prochaine, et devra permettre d’observer la luminosité d’environ 100.000 étoiles pendant quatre ans, afin de détecter des changement périodiques dûs à des planètes, dont certaines pourraient êtres semblables à la Terre, en orbite dans la “zone habitable” d’une étoile, favorable à la vie telle que nous la connaissons.

Source
IP archivée
On n'est jamais si bien trahi que par ses amis les plus prôches.
Protégez-moi de mes amis, mes ennemis je m'en charge..
http://cryonautes.com - http://protocole-oracle.com

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2307
  • en l'honneur de ma fille
Re : Carl Sagan: L'homme des étoiles
« Réponse #10 le: 07 Octobre 2008 à 22:46:55 »

Bon bon, capitaine, je n'ai qu'un mois de retard par rapport à toi ;D

Le pire, c'est que j'ai recherché sur le blog avant pour pas être "couill--n"  ::)

Titi lapin du Terrier est devenu pour ce soir,  Titi la taupe :o

Bon je retourne  à mon trou de taupe :P

PS: ton traducteur à toi,  à priori ce n'est pas google translate :D
« Modifié: 07 Octobre 2008 à 22:57:16 par titilapin2 »
IP archivée

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • En ligne En ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 13934
Re : Carl Sagan: L'homme des étoiles
« Réponse #11 le: 07 Octobre 2008 à 22:51:45 »

Ca fait aussi des traductions, Google ?  :)

"certains sont susceptibles d'orbite à l'intérieur de la star de l'eau-friendly"
« Modifié: 07 Octobre 2008 à 22:53:34 par Nemo492 »
IP archivée
On n'est jamais si bien trahi que par ses amis les plus prôches.
Protégez-moi de mes amis, mes ennemis je m'en charge..
http://cryonautes.com - http://protocole-oracle.com

harlock

  • Invité
Re : Carl Sagan: L'homme des étoiles
« Réponse #12 le: 02 Décembre 2009 à 09:37:51 »

Bonjour, Suite à l'article du 02/12/09

J'écris ici une réflexion que je me suis faite il y a quelques temps, sans avoir lu ce que Carl Sagan avait fait.

2, 3, 4 dimensions ou plus ? ...

Comme chacun sait, nous vivons dans la 3éme dimension.
Et si d'un coup nous ajoutions une dimension supérieur, ou bien si nous voulions "trouver" ou "voir" la 4éme dimension.
Comment pourrions nous faire pour la "trouver"  ?

Je me suis dis que plutôt que d'essayer d'imaginer cette dimension, je me suis posé la question inverse :
"Comment expliquer la 3éme dimension à quelqu'un vivant dans la 2éme ? "
"Facile !" dirons certain. Chose quasi-impossible en faite.

Prenons un carré, en 2 dimensions donc, dessinons un bonhomme dedans.



Maintenant, essayer de lui expliquer, que la troisième dimension c'est la profondeur, l'arrière plan, ou le fond, il vous regardera avec des yeux de merlan frit, car tout ça n'existe pas pour lui.
Alors comment lui faire comprendre ?

Honnêtement, je n'ai pas la recette miracle, mais la meilleur explication que j'ai pu trouver, c'est de lui dire qu'il y a une succession de "case parallèle" les unes sur les autres. Où toutes ces cases (ces mondes) dans la 3ème dimension ne forment qu'une seule et même case.



En 3D ça donne à peu prét ceci :



Ne pas oublier que l'observateur lui regarde DE FACE le bonhomme.
Les traits rouges représentant la succession de  "mondes parallèles en 2 dimension" constituants la 3ém dimension, mais il faut en imaginer une infinité.

Donc voilà comment on pourrait expliquer la 3ém dimension.

Maintenant ça se complique (Aïe) car il est temps pour nous d'essayer de comprendre la 4éme dimension.
Pour ça, il faut nous mettre à la place du bonhomme.

Reprenons donc le système de monde parallèle (puisqu'il avait l'air de fonctionner), imaginons tout un tas de monde parallèle au notre mais qui serait quasiment identique au notre bien que légèrement différent.
Certaines personnes pourraient demander : "mais ils sont où ces univers parallèles ? "  Ils sont à coté de nous très très proches, mais le seul décalage qui les diffère de nous c'est juste un "petit point"  qui est décaler dans la 4éme dimension.
Regardez l'image du dessus,  c'est comme si l'intervalle entre 2 trait rouge était notre 3ème dimension et l'intervalle d'après c'est une autre 3ème dimension, un monde parallèle.
Toujours sur l'image du dessus, si on regroupe toutes les "sections" ici les univers en 3 dimensions,  on voie que ça forme un "TOUT"  que tout est relié.
Donc dans notre monde aussi tout les univers sont reliés, forment peut être quelque chose cohérent.

En conclusion si un jour nous sommes capable de relier tout ces univers, le notre compris, alors seulement peu être serons capable de découvrir ce qu'est réellement la 4ème dimension, nous n'aurons plus a essayer de l'imaginer, mais nous en ferons pleinement partis.

Harlock
IP archivée

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • En ligne En ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 13934
Re : Carl Sagan: L'homme des étoiles
« Réponse #13 le: 02 Décembre 2009 à 14:12:07 »

Au moins il circule maintenant une traduction sur le web
pour ceux qui ne connaissaient pas cette intéressante video.
IP archivée
On n'est jamais si bien trahi que par ses amis les plus prôches.
Protégez-moi de mes amis, mes ennemis je m'en charge..
http://cryonautes.com - http://protocole-oracle.com

AURORE

  • Invité
Re : Carl Sagan: L'homme des étoiles
« Réponse #14 le: 02 Décembre 2009 à 16:04:40 »

 Nous ne pouvons voir le monde en 4 dimensions, seulement le concevoir
 Homme remarquable d’une intuition hors du commun cet engagement à instruire.
 Je lis cette article aujourd’hui, je me projette dans époque ou j’ai juste 15 ans je le regarde sur la boite à image je suis en admiration il me captive je ne comprends rien à ce  concept d’époque, aujourd’hui j’ai un demi siècle je ne le vois plus dans la boite à image mais je sais ou le revoir ou le lire, de comprendre beaucoup mieux ce concept.
 
Je ne peux vous le montrer, parce que nous sommes piégés dans un monde en 3D  hyper quadridimensionnel.
IP archivée