Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Auteur Sujet: Faillite de l'école française  (Lu 44495 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

katchina

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 18260
Re : Faillite de l'école française
« Réponse #390 le: 12 Février 2016 à 23:05:21 »

Entièrement d'accord avec toi.
Et hélas les réformes successives de l'enseignement de la grammaire n'arrangent rien.

@Edith
Je disais à ma fille "Lorsque tu as un doute entre deux orthographes choisis le mot qui te paraît le plus beau à regarder". Jusqu'à présent cela fonctionnait plutôt bien... Jusqu'à présent...  :-X
IP archivée
J'veux du soleil dans ma mémoire

katchina

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 18260
Re : Faillite de l'école française
« Réponse #391 le: 13 Février 2016 à 23:11:01 »

et puis l'on dirait que "certaines forces adverses" s'emploient à séparer les humains en renouvelant l'exploit de la Tour de Babel !

Oui, il semblerait que le processus s'accélère, jusque-là c'était à dose homéopathique, mais d'un seul coup d'un seul supprimer, les accents circonflexes, les traits d'union et "ph" cela fait beaucoup.

A croire que certains souhaiteraient réduire la langue française à un sous-dialecte ou un patois de l'Union Européenne.

Pourrait-on, tout en raison gardant, appeler cela une tentative de linguicide

Mais il y a, semble-t-il des forces positives contraires puisque dans la vidéo Jean-Marie Rouart précise qu'il s'agit de la ministre  et non de l'Académie.

Cette réforme serait donc circonscrite à l'éducation nationale ce qui risque de marginaliser encore plus les enfants condamnés à ne pas avoir d'autre choix que l'école publique, soit pour des raisons financières, soit pour des raisons d'isolement géographique (et pas de parents derrière pour rectifier le tir et apprendre à leurs enfants à jongler entre ce qui est vrai et ce qu'on leur raconte à l'école). Il y aurait ainsi un dictionnaire officiel, normal, pour tous les citoyens, et une orthographe déviante pour des enfants dont on ferait de futurs adultes handicapés du langage ?

edit : Un hors-la-loi et être hors la loi - adieu la nuance et bonjour le casse-tête grammatical - à vouloir simplifier, ils vont rendre le français incompréhensible.

Mais bon, les enfants ayant toujours été les cobayes  des réformes successives, dans un an, tout peut changer.


« Modifié: 14 Février 2016 à 16:11:37 par katchina »
IP archivée
J'veux du soleil dans ma mémoire

katchina

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 18260
Re : Faillite de l'école française
« Réponse #392 le: 14 Février 2016 à 19:47:17 »

 :)

Pourquoi toucher au français standard ? Cela ne nuit pas au français parlé, ni n'empêche les quebecquois de parler le joual.

Ce délire de la (m)sinistre de la destruction publique (oups, éducation nationale) est ridicule.
IP archivée
J'veux du soleil dans ma mémoire

katchina

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 18260
Re : Faillite de l'école française
« Réponse #393 le: 14 Février 2016 à 23:08:45 »

Conclusion : Si personne ne cède, ni l'Académie, ni le Ministère, à la rentrée, le Larousse restant la référence, les enfants vont avoir en main des manuels scolaires bourrés de fautes d'orthographe.

C'est pas surréaliste ? !
IP archivée
J'veux du soleil dans ma mémoire

Roger

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 276
Re : Faillite de l'école française
« Réponse #394 le: 17 Février 2016 à 14:30:46 »

N'ayant pas les épaules suffisamment larges pour soutenir ma position, je rentre donc dans ma coquille et garde pour moi mes velléités de changements orthographiques :)

Par contre, je tombe ce matin sur un article qui m'a semblé ouvrir des perspectives intéressantes sur le pourquoi de cette faillite. Ecrit et traduit par M51M51 (certainement connue de qq membres de ce forum) sur son blog http://spiraledelagrandeourse.over-blog.com/
Le titre fait un peu peur, mais l'article mérite d'être lu : La pauvreté rendrait-elle crétin ?

Extrait et début de l'article :

Citer
Des différences visibles
Les Etats-Unis ont parmi les taux les plus élevés de pauvreté infantile en dehors du monde développé, avec un enfant sur 5 – 15 millions au total – vivant en dessous du seuil de pauvreté de 24 250$ pour une famille de 4. Les privations économiques ne se résument pas simplement au manque d’argent, évoque Farah. Pour les enfants pauvres, cela va main dans la main avec des différences par rapport aux autres enfants dans la nutrition et les soins prénataux, dans les niveaux d’éducations parentaux, dans le voisinage, et tous les autres facteurs de stress environnementaux. Un des effets les plus frappants est la différence dans la réussite : Dans l’ensemble, les enfants de familles pauvres ont des résultats plus faibles aux tests standardisés, ont les pires notes et vont au collège en beaucoup moins grand nombre que ceux issus de la classe moyenne ou des familles aisées. Et cette différence est croissante.
 
En amenant la neuroscience vous disposez d’un tas d’explications potentielles nouvelles des effets de la pauvreté sur l’enfant, dit Farah. Par exemple, dit-elle, les enfants pauvres ont tendance à avoir des mémoires pires que leurs pairs aisés, en partie à cause des hauts niveaux de stress dans les familles pauvres. La neuroscience révèle pourquoi : Une excentricité conceptuelle du cerveau réside dans l’hippocampe, une structure clé pour consolider la mémoire, apparaît être chargé par le stress des récepteurs hormonaux.
 
Des données précoces révélèrent quelques disparités intrigantes. Farah et ses collègues –incluant alors son étudiante diplômée Kimberly Noble, maintenant professeur de neuroscience et d’éducation au collège des professeurs de l’université de Columbia, le néonatologiste, Hallam Hurt de l’Université de Pennsylvanie- trouvèrent que le Statut SocioEconomique (SES SocioEconomic Status) n’affectait pas la cognition de façon homogène. Les déficits se rassemblaient plutôt dans les fonctions imaginées engager dans des circuits cérébraux spécifiques : par exemple, le langage, certaines dimensions de la mémoire, et la capacité à réguler ses pensées et ses émotions. (ce qui potentiellement est pire car cela provoque un emballement…)
Suite : La pauvreté rendrait-elle crétin ?

Bien entendu, cette théorie reste à prouver ou à être approfondie et j'entends déjà les "Mais de mon temps, même les petits gars de la classe ouvrière... etc etc..." et bien entendu, il y a plein de cas particuliers...

Mon questionnement est le suivant : Peut-on mettre en parallèle la paupérisation galopante de la classe moyenne française et la faillite de l'école française à la lumière de cet article ?
 
IP archivée

katchina

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 18260
Re : Faillite de l'école française
« Réponse #395 le: 18 Février 2016 à 23:44:57 »

Pour ne pas trop dériver de la faillite de l'école française, la discussion spécifique à la langue française et l'orthographe a été séparée et placée dans Café Philo ICI
IP archivée
J'veux du soleil dans ma mémoire

Gurney

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 407
Re : Faillite de l'école française
« Réponse #396 le: 22 Septembre 2016 à 16:10:10 »

En tant que partisan de plus en plus farouche du no-school, cette annonce me dérange assez profondément.

La ministre de l’Éducation nationale se projette déjà dans le prochain quinquennat. Najat Vallaud-Belkacem a lancé samedi 17 septembre l’idée d’une scolarité obligatoire de 3 à 18 ans, contre 6 à 16 ans actuellement. « Il n’agit pas d’une annonce de réforme pour la fin du quinquennat« , a précisé d’emblée la ministre de l’Éducation nationale, lors d’un déplacement dans un collège de Créteil dans le Val-de-Marne ce mercredi 21 septembre.





Ce que je mets personnellement en parallèle (en opposition plutôt) avec le no-school, que l'Etat essaie de plus en plus d'empêcher, malgré ses résultats exceptionnels.




J'ai eu plusieurs fois l'occasion de parler à l'antenne des origines profondément cyniques et militaristes de l'école obligatoire, à l'époque des guerres Franco-prussiennes, de comment son rôle est bien plus de recruter et fabriquer de petits soldats, d'inculquer l'obéissance, la soumission à l'autorité, le dogme étatique et mercantile, plutôt que la réelle autonomie et liberté intellectuelle, à savoir penser par soi-même et développer son esprit critique dans un contexte bienveillant, naturel.

La proposition de NJB va dans le sens d'un serrage de vis supplémentaire sur l'esprit de nos enfants.
IP archivée

Gurney

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 407
Re : Faillite de l'école française
« Réponse #397 le: 22 Septembre 2016 à 18:55:13 »

Et sinon, des méthodes non validées par l'éducation nationale ont fait leurs preuves, permettant même aux enfants d'apprendre à lire, tout seuls, dès 3 ans!
Cette méthode, trop efficace, intelligente et bienveillante n'a pas été du goût de l'administration, qui a ordonné à l'enseignante  de rentrer dans le rang.

Céline Alvarez : une instit' à la pédagogie performante... mais méprisée !
Après avoir vu ce reportage, deux sentiments s'entremêlent : l'émerveillement et la colère. L'éducation mérite largement mieux que l'immobilisme.

Pour aider ses élèves à s’épanouir et à acquérir le goût d’apprendre, une institutrice française a fondé toute sa pédagogie sur trois points essentiels : l’action, l’amour et la motivation. Résultat ? Des gamins capables de lire dès l’âge de trois ans ou de résoudre des multiplications à quatre chiffres dès l’âge de quatre ans ! Et, le tout, dans la joie et la bonne humeur. Vous vous dites que l’Éducation nationale a dû être enthousiaste et ravie ? Pensez-vous ! Elle a aussitôt demandé à la rebelle de rentrer dans le rang…

Cette institutrice, c’est Céline Alvarez. Dans sa classe, elle invitait les enfants à faire le ménage, à s’habiller eux-mêmes, à découvrir des continents, à lire… Son but « stimuler le potentiel de ses élèves« . Une méthode géniale et efficace qui, malheureusement, n’était pas du goût de sa hiérarchie…

France 2 a récemment consacré un reportage à cette expérience. Regardez, ça laisse un drôle de sentiment, entre émerveillement et colère.


Suite, source et video ici: http://positivr.fr/celine-alvarez-lois-naturelles-enfant-ecole/


C'est là qu'on constate que tous les tenants d'une pédagogie alternative, même s'ils empruntent des chemins de pensée différents, arrivent aux mêmes conclusions.
IP archivée

Gurney

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 407
Re : Faillite de l'école française
« Réponse #398 le: 06 Octobre 2016 à 13:40:43 »

IP archivée

katchina

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 18260
Re : Faillite de l'école française
« Réponse #399 le: 24 Février 2017 à 12:30:05 »

A Gédéon

admn : Comme je te l'ai déjà indiqué par Mp, il est inutile d'ouvrir un nouveau sujet lorsqu'il existe déjà ni de ruser pour passer outre le verouillage de certains fils !
Post fusionné avant suppression du lien sec, d'autant qu'il s'agit d'un pdf dont ne peut même pas déterminer la source exacte.

article 7-6 du règlement :
6 - A l'exception de celles postées dans l'espace créatif, les vidéos sèches sans introduction de votre part qui explique pourquoi la faire découvrir à d'autres, seront supprimées sans préavis.


Relire également le paragraphe sur les citations et le passage concernant les intentions de promo perso des nouveaux.

Ce forum n'est pas une poste restante de tes pioches du jour sur le web.
« Modifié: 24 Février 2017 à 14:03:25 par katchina »
IP archivée
J'veux du soleil dans ma mémoire

Gédéon

  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 7
Re : Faillite de l'école française
« Réponse #400 le: 24 Février 2017 à 12:52:38 »

chère administratrice il s'agit de mon article avec dedans les liens des sources scientifiques sur le Q.I.
IP archivée

Argonot

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 963
Re : Faillite de l'école française
« Réponse #401 le: 23 Septembre 2017 à 00:26:19 »

"442 incidents graves sont recensés chaque jour au collège ou au lycée. D'après une étude dévoilée ce mercredi 20 septembre, un élève sur cinq aurait déjà subi des violences physiques."
http://www.francetvinfo.fr/societe/education/442-incidents-graves-chaque-jour-dans-les-colleges-et-lycees_2381059.html
IP archivée

Edith

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 291
Re : Faillite de l'école française
« Réponse #402 le: 05 Février 2018 à 12:10:01 »


En ce qui concerne uniquement (quoique ! ...) l'éducation, France Inter a reçu ce 4 février
Barbara Lefebvre, pour la sortie de son livre ;"Génération "J'ai le droit !"
En voici quelques extraits :

" -  En tant que prof depuis vingt ans, avez-vous observé les comportements de cette génération « J’ai le droit » ?

-  Oui. Dès la 6e, les élèves se lèvent en plein cours, tutoient et interrompent l’enseignant… C’est la preuve que quelque chose n’est pas cadré. Je vois dans cette génération deux rejets, deux crises : une crise de l’autorité et une crise de la culture. Or, la culture est fondamentale car elle est génératrice d’intégration. Et je ne parle pas là que des enfants d’immigrés, car un enfant est un nouveau venu dans la société, et le rôle de l’école est de lui apprendre la vie en collectivité. Mais elle est aujourd’hui délégitimée. Il ne faut pas s’étonner, par conséquent, que l’élève conteste, n’obéisse pas, voire dise qu’il est son propre maître.

-  Pour vous, l’école serait donc responsable ?

-  Cette génération est le résultat d’un très long phénomène, mais l’école en particulier a perdu le sens de sa mission. Avec ce principe prétendument progressiste selon lequel il faut se mettre à la portée des enfants, on a maintenu un grand nombre d’élèves derrière un fossé devenu quasiment infranchissable. Privés d’un accès exigeant à la langue, ils ne sont plus en capacité d’avoir une conversation avec quelqu’un qui vient d’un autre milieu. L’école a perdu sa capacité intégratrice.

-  C’est nouveau ?

-  L’explosion des réseaux sociaux a accentué la domination du « je » tout-puissant, qui pense primer sur le « nous ». Dans les années 2000 déjà, on sentait chez les élèves un certain non-consentement de l’autorité. Cela s’est exacerbé depuis cinq ou six ans.

-  Cet individualisme ne peut-il pas avoir de bons côtés ?

-  Quand vous mettez votre « je » en avant, quand la seule chose qui compte est la satisfaction de vos désirs et de vos envies, cela crée un rapport avec les autres extrêmement violent. L’autre devient un objet. D’où le harcèlement, le sexisme, et ces petits caïds qui font leur loi…

- Vous incluez les parents…

-  Beaucoup ont intégré que l’école serait ce lieu de la violence institutionnelle, qui nierait l’identité et l’épanouissement de leurs enfants. Mais c’est normal ! L’école n’est pas le lieu d’épanouissement de l’enfant, c’est le lieu d’instruction de l’élève et futur citoyen. Aujourd’hui, beaucoup de parents ne prennent plus l’école au sérieux parce qu’elle-même a accepté que son idéal soit galvaudé."


D'autre part , au risque de passer pour rétrograde, j'ai été grandement surprise en entendant  ce matin "que l'on envisageait de réglementer l'abus de l'usage des portables durant les cours" !
Moi qui n'envisageais même pas que le portable fût admis durant ces cours !



IP archivée