Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1] 2 3 ... 10
 1 
 le: Aujourd'hui à 18:01:42 
Démarré par katchina - Dernier message par freddy
Sur la place de la Contrescarpe, où ont été commises les violences, Alexandre Benalla n'était pas un simple observateur mais était au contraire parfaitement intégré au dispositif policier. La preuve : en relation constante avec les forces de l'ordre, il a même fait procéder à l'interpellation par les CRS du couple de manifestants qu'il avait précédemment pris à partie.


Comment Benalla a fait interpeller sa victime

 2 
 le: Aujourd'hui à 17:47:04 
Démarré par Alf - Dernier message par freddy
De rien Nemo492. Il reste encore quelques infos concernant ce triste sir, je vais faire moins dense…

Benalla est logé dans une luxueuse dépendance de l’Elysée Quai Branly et disposait d’une voiture avec chauffeur



===> https://www.lemonde.fr/societe/live/2018/07/20/en-direct-alexandre-benalla-a-ete-place-en-garde-a-vue-et-va-etre-licencie-par-l-elysee_5334037_3224.html?highlight=1134784114#xtor=AL-32280258

Alexandre Benalla et Vincent Crase placés en garde à vue

Dans la matinée, M. Benalla a été placé en garde à vue à Paris dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte la veille. Il est visé pour des faits de « violences en réunion par personne chargée d’une mission de service public », « usurpation de fonctions », « port illégal d’insignes réservés à l’autorité publique » et « complicité de détournement d’images issues d’un système de vidéo-protection ».
L’enquête a été ouverte à l’initiative du parquet de Paris, et les investigations ont été confiées à l’inspection générale de la police nationale et à la brigade de répression de la délinquance contre la personne.

Vincent Crase*, un gendarme réserviste et agent d’accueil pour La République en marche (LRM), qui accompagnait Alexandre Benalla et les forces de l’ordre lors des manifestations du 1er mai, a également été placé en garde à vue vendredi pour « violences en réunion par personne chargée d’une mission de service public » et « usurpation de fonctions ».

===> https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/07/20/le-point-sur-l-affaire-benalla-quarante-huit-heures-apres-les-premieres-revelations_5334207_3224.html


*Photos de Vincent Crase ( agent d'accueil sic ):


   




 3 
 le: Aujourd'hui à 17:12:53 
Démarré par Alf - Dernier message par Nemo492
Merci Freddy ! Morgane a pour l'instant transcrit à l'antenne 3 de tes 3 infos.

J'ai juste donné un peu d'air à ces communiqués trop compacts.

 4 
 le: Aujourd'hui à 17:09:05 
Démarré par Alf - Dernier message par freddy
Comment l’Elysée a essayé d’étouffer le scandale Benalla : « Si l’affaire ne sort pas d’ici 15 jours, elle ne sortira jamais »

(…) Du côté de l’Elysée, l’affaire embarrasse. Jeudi, Emmanuel Macron, en déplacement à Périgueux, a esquivé les questions des journalistes. Selon les informations de France Inter, il y a eu une succession de ratés, et ce dès le 2 mai, lorsque, Place Beauveau, Gérard Collomb est mis au courant.

A l’époque, le ministre ne connait pas Alexandre Benalla : même pendant la campagne, cet historique de la macronie a rarement eu affaire à lui. Les services du ministère font parvenir l’information à l’Elysée, où des sanctions sont prises le 3 mai par le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron.

Après cela, Gérard Collomb pense que tout est réglé. Au cabinet présidentiel, le nom d’Alexandre Benalla est évoqué en réunion, certains autour de la table considère que « si dans les 15 jours qui viennent l’affaire ne sort pas, elle ne sortira jamais ». Les conseillers du président font alors le dos rond, et espèrent, sans trop y croire, que l’affaire tombera dans l’oubli.

Deux mois après, quand certains sont interrogés sur Benalla, ils ne parviennent pas à masquer leur effroi. Jusqu’à mercredi, où la sortie du Monde a été vécue presque comme un soulagement. « En pensant étouffer cette affaire, on connaissait les conséquences en cas de révélation », confie l’un d’eux : « il n’y a que des mauvaises solutions ».

===> https://www.franceinter.fr/politique/l-affaire-benalla-un-dossier-epineux-pour-l-elysee

 5 
 le: Aujourd'hui à 17:06:50 
Démarré par Alf - Dernier message par freddy
Benalla impliqué dans des incidents lors du retour des Bleus



Les gendarmes présents à l’aéroport ont fait part à leur hiérarchie d’un incident impliquant le collaborateur de l’Élysée.
Les révélations s’enchaînent autour d’Alexandre Benalla. Placé en garde à vue ce jeudi pour violences en réunion, usurpation de fonctions, port illégal d’insignes réservés à l’autorité publique et complicité de détournement d’images issues d’un système de vidéo-protection, le collaborateur de l’Élysée est sous le coup d’une procédure de licenciement, a annoncé le Palais.

Après avoir été identifié en train de frapper des manifestants lors du 1er mai sur une vidéo, l’homme aurait également eu, quelques mois plus tard, un comportement “inacceptable” à l’aéroport de Roissy.
À l’occasion du retour des Bleus en France après leur victoire à la Coupe du monde en Russie, Alexandre Benalla fait le déplacement sur le tarmac. Mais selon nos informations, l’homme se montre “très agité” et tente même de prendre la main sur le dispositif de sécurité, normalement assuré par les gendarmes.
“Vous me manquez de respect” (Alexandre Benalla au commandant de gendarmerie)
“Qui êtes-vous ?”, lui aurait demandé un commandant de gendarmerie. Ce à quoi Alexandre Benalla aurait répondu : “Vous me manquez de respect”, en montrant son macaron portant le sigle de l’Élysée et affirmant être en droit de diriger les opérations. Le commandant lui aurait alors rétorqué que l’autorité administrative sur cet événement était bien représentée par les gendarmes.
À la suite de cet incident, les gendarmes informent leur hiérarchie. La Délégation préfectorale des aéroports a également eu connaissance de cette affaire.
Un autre incident au Crillon
Plus tard dans la soirée, le futur ex-collaborateur de l’Élysée aurait eu une altercation avec un commissaire de police à l’intérieur de l’hôtel de Crillon, où l’équipe de France devait se rendre initialement.

===> https://m6info.yahoo.com/info-m6-retour-des-bleus-le-comportement-inacceptable-dalexandre-benalla-laeroport-de-roissy-093931498.html?guccounter=1

 6 
 le: Aujourd'hui à 17:03:30 
Démarré par Alf - Dernier message par freddy
L’Elysée a poussé Benalla au poste de sous-préfet



L’information, éventée dans les milieux préfectoraux, a suscité de telles oppositions que le proche collaborateur d’Emmanuel Macron a dû renoncer.
Selon nos informations exclusives, l’Elysée a encouragé Alexandre Benalla, adjoint au chef de cabinet du président de la République et intime du couple Macron, à soumettre sa candidature au poste de sous-préfet dans le cadre des nominations au tour extérieur.
Mais l’information, éventée dans les milieux préfectoraux, a suscité de telles oppositions qu’Alexandre Benalla a dû renoncer à présenter sa candidature. Les privilèges dont jouissait déjà ce jeune homme, devenu à 26 ans lieutenant-colonel dans la réserve citoyenne qui bénéficiait en outre d’un traitement de quasi-ministre avec voiture de fonction et chauffeur, n’avaient de cesse d’agacer en haut lieu. Sa candidature au poste de sous-préfet a été, selon nos informations, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. (…)

===> http://www.valeursactuelles.com/politique/exclusif-lelysee-pousse-benalla-au-poste-de-sous-prefet-97499

 7 
 le: Aujourd'hui à 17:01:05 
Démarré par Alf - Dernier message par freddy
Benalla déjà jugé pour avoir tabassé une femme de sa famille en 2016. L’équipe Macron était au courant.

 

Le conseiller très particulier d’Emmanuel Macron a fait l’objet d’une plainte pour violences volontaires sur une femme en août 2015.

Il a déjà fait des siennes. Nous sommes en août 2015, et Alexandre Benalla, qui n’est pas encore ce jeune chargé de la sécurité d’Emmanuel Macron, fait l’objet d’une plainte déposée au commissariat de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).
Une femme, probablement membre de sa famille, l’accuse de « violences volontaires ayant entraîné une incapacité temporaire de travail (ITT) supérieure à 8 jours ».

Le 18 mars 2016, la 12e chambre correctionnelle du tribunal de Nanterre juge celui qui deviendra quelques mois plus tard conseiller au Palais de l’Élysée. L’Express n’a pas obtenu pour l’heure copie de la décision à laquelle sont parvenus les magistrats.

Selon nos informations, l’équipe du candidat Macron était au courant de ces faits dès la campagne présidentielle. Sollicité par L’Express, le cabinet du président de la République n’avait pas répondu vendredi après-midi. Joint par messagerie, un très proche conseiller du candidat En Marche, assure n’avoir pas eu connaissance des démêlés judiciaires d’Alexandre Benalla.

En tous cas, il semble invraisemblable que la sécurité d’Emmanuel Macron ait été confiée à un individu ayant fait l’objet d’une plainte pour violences physiques.

===> https://www.lexpress.fr/actualite/societe/fait-divers/benalla-deja-juge-pour-violences-en-2016_2026833.html

 8 
 le: Aujourd'hui à 16:47:58 
Démarré par Diouf - Dernier message par freddy

 9 
 le: Aujourd'hui à 16:47:36 
Démarré par freddy - Dernier message par freddy

 10 
 le: Aujourd'hui à 16:47:18 
Démarré par nanouchkaya - Dernier message par freddy

Pages: [1] 2 3 ... 10