Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !


Auteur Sujet: L’impression 3D  (Lu 2566 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

mistigrigri

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2033
Re : L’impression 3D
« Réponse #15 le: 26 Mars 2015 à 13:19:13 »

pour l'immeuble chinois, il auraient pu au moins copier autre chose qu'un HLM européen des années 60  !
si ce procédé se généralise, il va y avoir un chômage terrible !
IP archivée

zetareticuli

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4724
Re : L’impression 3D
« Réponse #16 le: 04 Avril 2015 à 20:35:28 »

Les sénateurs PS veulent « taxer » l'impression 3D avec la redevance copie privée

Au Sénat, le groupe socialiste a déposé un amendement visant à étendre la redevance pour copie privée à l’impression 3D. Un texte qui sera débattu à l'occasion du projet de loi Macron sur la croissance, l'activité et l'égalité des chances.

La redevance copie privée a pour vocation de compenser le préjudice subi par les ayants droit. C’est celui résultant de la possibilité pour les personnes physiques de réaliser des duplications d'œuvres protégées. En effet, les consommateurs n’ont pas à cette occasion à racheter ce même contenu. À ce jour, après l’analogique, la plupart des supports numériques sont ponctionnés : CD et DVD vierges, disques durs externes, clefs USB, cartes mémoires, box, décodeurs à disque dur, GPS et autoradios avec stockage, etc.

Frapper les technologies d'impression 3D

Au Sénat, à l’occasion des débats autour de la loi Macron, les sénateurs socialistes aimeraient cependant aller plus loin : ils veulent que ce mécanisme s’étende désormais aux impressions 3D. C’est le sens de cet amendement déposé le 1er avril dernier, par l’ensemble du groupe. Techniquement, le Code de la propriété littéraire et artistique réserve ce prélèvement aux seuls « supports ». L’amendement socialiste ajoute à cette base, les reproductions faites « par une technologie d’impression en trois dimensions ».

Voté, il permettrait de faire tomber dans l’escarcelle de la redevance non seulement les textes, images, musiques et vidéos, mais également les œuvres en trois dimensions. En pratique, cette redevance serait prélevée sur les imprimantes 3D, à l’instar de ce qui se fait dans l’impression 2D, ou sur la matière première qui sert à l’impression. Une pratique déjà prophétisée par certains dès 2013.

Des études pour jauger les usages afin de calculer le taux

Cette rustine votée, c’est une commission dite Copie privée qui préciserait assiette et taux. Avant cela, des études d’usages viendraient jauger les pratiques du marché afin de justifier du niveau de prélèvement. Jusqu'à présent, ces études, critiquées parfois pour leur opacité, ont toujours été financées par les ayants droit. Lesquels sont en surnombre dans cette instance administrative (12 ayants droit, 6 consommateurs et 6 représentants des industriels). Pour rappel, encore, les fruits de cette redevance vont dans la poche des ayants droit, titulaires de droit des contenus copiés (ici les oeuvres 3D imprimées à la maison).

Au ministère de la Culture, d’autres projets d’extension sont dans la boucle, puisque la rue de Valois a dans le viseur les liseuses d’ebook, les consoles de jeux vidéo, mais aussi et surtout, le « Cloud », soit le vaste champ du stockage en ligne. Ce n’est en tout cas pas la première fois que l’impression 3D suscite l’intérêt des parlementaires. En juillet 2013, un député s’était ainsi inquiété des possibilités de piratage via ces technologies.

L’extension de la RCP sur ce marché émergent, et donc fragile, sera-t-elle jugée opportune ? Le projet de loi Macron sera débattu en séance publique à partir du 7 avril prochain. Source

IP archivée
"Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt"

Charlie

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 116
Re : L’impression 3D
« Réponse #17 le: 05 Avril 2015 à 00:49:44 »

Les socialistes n'ont jamais su produire autres choses que des lois et des impôts qui alourdissent encore plus le paysage économique Français.
Effectivement, ils sont rarement issus du monde ouvrier ou industriel mais plutôt fonctionnaires, élus, ou planqués dans une quelconque association grassement subventionnée où ils peuvent se sortir un gros salaire, sans transpirer et abuser sur les frais..CF ; Jack Lang.
Où est le fameux Président, le moi président , qui a dit: A chaque impôt , il sera fait des économies de la même hauteur , diminuer le maquis des lois en simplifiant ...
D’ailleurs, il y a peu , il nous chantonnait qu'il n'y aurait plus d’impôts nouveaux.
Bref, Tchatcher avait raison quand elle a dit "les socialistes s'en vont quand le peuple n'a plus de sous".
En souhaitant que leur prochaine hibernation dure plus d'un siècle, on a déjà donné!!
IP archivée

zetareticuli

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4724
Re : L’impression 3D
« Réponse #18 le: 20 Avril 2015 à 21:38:25 »

Le DMF01, un vélo de course imprimé en 3D made in Japan !


Pour certains, le vélo s’apparente à un simple moyen de locomotion alors que pour les plus sportifs d’entre nous il s’agit d’un équipement de haute technicité qui permettra de garder la forme ou d’affoler les chronos. Pour d’autres, le vélo est un art, ou plutôt une manière d’exprimer son talent, comme la dernière création du studio de design Triple Bottom Line qui présente un magnifique modèle de vélo imprimé en 3D.
Dévoilé actuellement à la foire du design de Milan, le DFM01 est le premier prototype fonctionnel de vélo de route imaginé par la firme japonaise. Pour concevoir un tel bijou, la société a eu recours au service d’impression 3D de DMM AKIBA, et plus précisément à un procédé de frittage laser, qui vient couche par couche concevoir les différents éléments du cadre du vélo à partir de poudre de métal; dans ce cadre précis de la poudre de titane.

Le DFM01, qui pèse environ 7kg, a été conçu pour rivaliser avec des vélos de course en fibres de carbone. Le studio japonais a notamment voulu montrer comment l’impression 3D pouvait concurrencer des techniques de fabrication traditionnelle en proposant un vélo aux caractéristiques mécaniques proches des modèles de compétition.

Dans un futur proche, la firme espère lancer une version commerciale du DFM01, imprimé en 3D et adapté aux dimensions du client, pour un prix compris entre $4000 et $6000. Plus d’informations sur le site de Triple Bottom Line ICI. Source
IP archivée
"Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt"

zetareticuli

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4724
Re : L’impression 3D
« Réponse #19 le: 21 Avril 2015 à 22:44:38 »

L'œil (vraiment) bionique sera imprimé en 3D

À mi-chemin entre le biohacking et la bio-impression 3D, une société planche sur un projet d'œil bionique qui pourrait faire basculer l'humanité dans le transhumanisme.

VISION. Ce n’est encore qu’un doux rêve, mais des ingénieurs planchent sur la prochaine génération d'œil bionique. Bien loin de la prothèse - déjà impressionnante - de l'Argus 2 qui permet à des quasi non-voyants de retrouver des perceptions visuelles, le projet porté par la société MHOX entre de plein pied dans le transhumanisme, un mouvement qui prône l'amélioration des capacités physiques et mentales de l'homme par les biotechnologies.

À mi-chemin entre le biohacking et la bio-impression 3D, les concepteurs du projet EYE (Enhance Your Eye, littéralement "augmenter votre œil") ont imaginé un globe oculaire qui permettrait par exemple d'augmenter son acuité visuelle sur commande jusqu'à atteindre un score de 15/10, de décider de passer en vision noir et blanc (ou de changer pour n'importe quel filtre), de zoomer, d'obtenir une vision nocturne, et même de se connecter au Web via une puce wifi installée sur le nerf optique, artificiel évidemment. Ultimement, l'EYE pourrait ainsi être utilisé comme des Google glass, filmant, renseignant l'utilisateur sur ce qu'il voit et, en définitive, offrir à ce dernier une vision augmentée dans un monde augmenté.

C'est notamment sur les progrès de la bio-impression 3D que se base ce projet un peu fou. Cette technique cherche en effet à reproduire, par impression 3D, des tissus organiques en prenant comme matière première des cellules vivantes. "Les dernières avancées en bio-impression et en biohacking nous permettent d’imaginer que dans un futur proche il sera facile d’imprimer des tissus organiques, voire des organes entiers, permettant non seulement de remplacer des parties lésées mais aussi d’améliorer les performances "standard" de ces organes" explique Filippo Nassetti, l'un des concepteurs du projet. En prévoyant d'inclure à ces structures organiques des dispositifs technologiques miniaturisés, le champ des possibles du transhumanisme s'élargit de façon vertigineuse. Suite et source




IP archivée
"Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt"

zetareticuli

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4724
Re : L’impression 3D
« Réponse #20 le: 20 Juin 2015 à 22:54:49 »

Bientôt, un pont imprimé en 3D à Amsterdam

L'entreprise MX3D a annoncé son intention de construire in situ un pont en métal dans la capitale des Pays-Bas, à l'aide d'une ou plusieurs imprimantes 3D. Et c'est prévu pour septembre 2015 !

POÉTIQUE. Imaginez une ou plusieurs imprimantes 3D travaillant en extérieur. Leur mission : construire un pont, fait d'un entrelacs de tiges de métal. C'est à cet incroyable projet que travaille la société MX3D, basée en Hollande, en partenariat avec des designer, des fabricants de machines industrielles et des concepteurs de logiciels 3D. En septembre 2015, cette équipe se donne pour mission de faire ainsi naître un pont en plein centre d'Amsterdam. La localisation définitive n'est pas encore connue mais elle devrait être annoncée "prochainement" affirment les concepteurs du projet sur leur site. Cette vidéo présente les grandes lignes du projet.

MX3D to 3D print a steel bridge in Amsterdam

La machine développée à cette occasion est construite autour d'un bras robotisé de machine industrielle à 6 axes. On y trouve également une bobine de câble métallique (l'imprimante en accepte de plusieurs types allant de l'acier inoxydable en passant par l'aluminium, le bronze ou encore le cuivre) dont l'extrémité est amenée au contact d'une fine buse chauffante. Le métal se liquéfie alors instantanément avant de se solidifier de nouveau rapidement au contact de l'air. Ce procédé permet de faire naître des torsades métalliques de formes très complexes dans les airs, comme on peut le voir dans cette autre vidéo. Suite et source

IP archivée
"Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt"

zetareticuli

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4724
Re : L’impression 3D
« Réponse #21 le: 08 Août 2015 à 21:45:14 »

Le premier médicament produit par une imprimante 3D approuvé aux Etats-Unis


L'Agence américaine des médicaments (FDA) a donné son feu vert au premier médicament fabriqué avec une imprimante 3D, a indiqué le laboratoire Aprecia Pharmaceuticals qui produit ces comprimés solubles pour traiter les crises d'épilepsie.
La firme basée dans l'Ohio précise dans un communiqué sur son site internet que son système d'impression en 3D peut produire des doses pouvant aller jusqu'à 1000 milligrammes par comprimé.
Une porte parole de la FDA (Food and Drug Administration), Sandy Walsh a confirmé mardi dans un courriel à l'AFP qu'il s'agissait bien du premier médicament produit par une imprimante 3D dont l'agence approuve la mise sur le marché.

Commercialisé durant le premier trimestre 2016

Elle précise également que ce traitement, le Spritam (Levetiracetam), est déjà commercialisé depuis de nombreuses années sous d'autres formes pour traiter l'épilepsie.
Aprecia, qui n'est pas cotée en bourse, prévoit de distribuer le Spritam dans le courant du premier trimestre 2016. La FDA avait déjà approuvé la commercialisation de matériels médicaux dont des prothèses fabriquées à l'aide d'imprimantes 3D.
Aprecia a également indiqué dans son communiqué qu'il envisageait de développer d'autres médicaments en recourant à la technologie 3D au cours des prochaines années.
La médecine utilise de plus en plus l'impression 3D pour produire des implants sur mesure pour des patients souffrant de pathologies rares ou ayant subi certaines blessures. Source
IP archivée
"Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt"

zetareticuli

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4724
Re : L’impression 3D
« Réponse #22 le: 06 Mars 2017 à 23:19:53 »

Apis Cor : une grue imprimante 3D pour construire une maison en 24h


On connaissait la technologie de la 3D pour la création de maquettes, de vêtements ou encore de pièces détachées, mais on était loin de s’imaginer qu’elle pouvait permettre la construction d’une maison en seulement 24 heures ! Une prouesse technique rendue possible grâce à une imprimante 3D qui brave les températures extrêmes russes ! Suite et source


Apis Cor: first residential house has been printed!


IP archivée
"Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt"

zetareticuli

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4724
Re : L’impression 3D
« Réponse #23 le: 22 Avril 2017 à 22:39:37 »

Imprimable en huit heures, cette maison passive ne coûte que 30 000€


Les Ukrainiens de PassivDom ont mis au point un procédé qui pourrait révolutionner la construction et accélérer la transition énergétique.

Il n’y a encore pas si longtemps, les maisons passives (autonomes en énergie) étaient réservées aux plus gros budgets. Mais, bonne nouvelle, la donne est en train de changer, et à tout vitesse. Démonstration avec les PassivDom, des maisons accessibles à partir de 30 00€ seulement… et capables de sortir de terre en quelques heures à peine !

PassivDom est une entreprise ukrainienne. Pour l’heure, elle ne livre qu’à l’intérieur de ses frontières et aux États-Unis mais ce qu’elle vend est si fou qu’elle est déjà très attendue en Europe.

Son secret  ? Allier l’efficacité de l’impression 3D avec ce qui se fait de mieux en matière d’énergie renouvelable. Résultat : des maisons livrées en un jour, autonomes, mobiles, confortables et complètement équipées, des meubles aux oreillers !

Dans une PassivDom, l’électricité, le chauffage et la climatisation sont 100% fournis par l’énergie solaire. Inutile, donc, de chercher un terrain raccordé au réseau collectif. L’ensemble du système énergétique est pilotable depuis son smartphone et chaque modèle est équipé d’un dispositif permettant de collecter, de filtrer et de stocker l’eau présente dans l’air…

Il existe quatre modèles dont les prix varient entre 29 900€ et 94 900€ selon la taille et l’équipement désirés. Et il est possible d’y ajouter des modules supplémentaires qui viennent épouser l’existant comme le ferait une pièce de Légo. Source

PassivDom modulOne
IP archivée
"Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt"

freddy

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 8894
Re : L’impression 3D
« Réponse #24 le: 10 Août 2017 à 17:04:57 »

8000 sculptures célèbres disponibles en 3D pour votre imprimante 3D !

---> https://www.myminifactory.com/scantheworld/



Vous pouvez désormais télécharger gratuitement et imprimer en 3D les chefs d’œuvre de la sculpture ! Le projet Scan the World propose aujourd’hui presque 8000 sculptures célèbres issues des musées du monde entier, scannées en 3D grâce à la photogrammétrie et disponibles en modèles 3D. Vous pouvez donc reproduire chez vous ces œuvres iconiques de l’histoire de l’art avec une imprimante 3D !
IP archivée
Si vous n'êtes pas vigilants, les médias arriveront à vous faire détester les gens opprimés et aimer ceux qui les oppriment.

Malcolm X