Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Auteur Sujet: Kaamelott  (Lu 142 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

katchina

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 17773
Kaamelott
« le: 12 Mai 2017 à 11:28:18 »

Comment « Kaamelott » joue avec l’histoire et les identités

Les 24 et 25 mars 2017  avait lieu à la Sorbonne le premier colloque entièrement consacré à la série télévisée Kaamelott. L’événement a accueilli des chercheurs francophones issus de disciplines variées – histoire, lettres, histoire de l’art, sciences politiques, sociologie, musicologie, etc. –, qui se sont interrogés sur les liens que Kaamelott entretient avec notre passé et notre histoire culturelle, et sur la façon dont la série relit l’histoire et la littérature de l’Antiquité et du Moyen Âge.

Parmi les nombreux points mis en avant, nous avons plusieurs fois souligné que Kaamelott propose, au fil de ses six saisons, un jeu complexe autour de l’identité. Jeu annoncé par le titre même, qui réécrit le Camelot arthurien en redoublant voyelles et consonnes.

Ce jeu sur l’identité est porté par plusieurs personnages. Arthur, figure centrale et fil conducteur de toute la série télévisée, apparaît au cœur de ces problématiques. Le souverain se caractérise en effet par une identité double, maintenue dans un entre-deux perpétuel.

Breton ou romain ?

Arthur paraît moins breton que le brun Léodagan et moins romain que le blond Macrinus. Par son statut double, Romain de cœur et Breton de fait, le roi établit la transition entre le pouvoir de l’Empire romain et l’indépendance agitée des peuples du Royaume de Logres. Les historiens sont en terrain familier, tant cet entre-deux identitaire évoque la romanisation, lente et graduelle, des peuples barbares qui s’installent peu à peu en Occident à partir du IIIᵉ siècle apr. J.-C.

« Mais je ne suis pas romain, merde ! »
Arthur, livre II, épisode 62, « Le Secret d’Arthur »

Le livre VI éclaire l’histoire du personnage, qui se tourne vers l’avenir lorsqu’il ne peut plus se réfugier dans la douceur du passé : le jeune Arturus suit un apprentissage amoureux de l’histoire de Rome auprès d’Aconia, avant de se voir privé de cet écrin intellectuel et protecteur lors de son arrivée en Bretagne.

Du soleil de Rome à la neige de Bretagne : la trajectoire d’Arthur reprend la façon dont les hommes, à partir de la Renaissance, ont pensé leur propre histoire, selon un mouvement qui ferait passer des lumières de Rome à l’obscurité du Moyen Âge.

Plus encore que comme représentation d’une période peu connue de l’histoire, Kaamelott se présente dès lors comme un voyage dans le temps, ou plutôt des voyages dans le temps, incarnés par les trajectoires des personnages : alors qu’Arthur renonce à son identité romaine – en désertant la légion et en perdant sa première épouse –, Macrinus fait le parcours inverse, retournant vers le soleil de Macédoine, écho d’Alexandre et annonce de la future gloire de Byzance.

Cette identité mouvante d’un Arthur bicéphale lui permet d’éviter les extrêmes : dans tous les domaines de sa vie – politique, personnelle et même alimentaire –, il est « Sire Arthur le Juste », une figure modérée et modératrice. Mais cette identité ne se vit pas aisément : Arthur, partagé entre Rome et la Bretagne, l’Antiquité et le Moyen Âge, est également déchiré entre ses idéaux d’un pouvoir moderne, qui pourrait interdire l’esclavage, la peine de mort et la torture, et la réalité des conditions médiévales. « Ce n’est pas mon boulot de leur raconter des conneries » déclare-t-il ainsi lorsque ses conseillers lui enjoignent de manipuler le peuple : beau témoignage d’un dirigeant qui préférerait mener que gouverner, éduquer que régner, au point finalement de renoncer à son titre royal.

« Arrêtez de m’appeler Sire ! »
Arthur, livre V, plusieurs fois


Identités contraires

Ce jeu des identités contraires, à la fois culturelles, historiques et politiques, se retrouve dans d’autres figures.

source et suite : http://theconversation.com/comment-kaamelott-joue-avec-lhistoire-et-les-identites-76178
IP archivée
J'veux du soleil dans ma mémoire