Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !

Pages: [1] 2 3 ... 10
 1 
 le: Aujourd'hui à 18:31:26 
Démarré par Roger - Dernier message par Capitaine Renard
(de rien Roger, la richesse est dans l'échange)

Bin faire l'historique dans un sens c'est intéressant pour voir ce que la société a retenu comme conception mentalement pertinente. D'un autre côté effectivement, en parlant de poussière, ce qui n'est pas retenu est vu comme inutile.

A mon avis si on veut comprendre le sens véritable de la pensée platonicienne ou cartésienne il faut replacer les auteurs dans leur contexte historique et chercher quelle était l'intention sous-jacente à leur vision des choses.

Pour moi c'est un peu pointu tout de même mais bon j'ai quelques bases, même si ça commence à dater.

Chez les Platoniciens et leurs successeurs il s'agit de déterminer ce qui est vrai et ce qui est faux. L'illusion est trompeuse tandis que l'idée est réelle. Pour les Grecs il s'agit de respecter un ordre esthétique établi, c'est à dire le cosmos. Ceux qui ne respectent pas Cosmos sont hors de leur place naturelle et tombent dans l'hubris. Les philosophes Grecs étaient de fait obsédés par la Tyrannie dont ils étaient souvent victimes concernant leur cité-état. Suivre des images qui ne reflétaient pas le réel conduisait à l'injustice.

Chez Descartes en revanche il s'agit plutôt de rationaliser l'idée de Dieu. L'Angleterre avait décapité  son Roi Charles 1er en 1649 et les guerres de religions s'étaient soldées par l'établissement d'un pouvoir accru du parlement anglais, c'est à dire des Nobles sur la monarchie. Le libéralisme et le matérialisme venaient de naître …
Face au philosophe Hobbes qui avait alors conceptualisé la mise en place d'une idéologie qui unissait à la fois monarchisme et libéralisme, Descartes représentait les intérêts Français dont le système étatique favorisait les corporations et limitait considérablement les libertés marchandes par rapport à son rival d'outre-manche.

Dans les deux cas on voit bien que les enjeux de pouvoirs étaient primordiaux.

Pour ne pas être trop long et pour conclure … La psychologie en général (psychanalyse, cognitivisme, behaviorisme, gestalt, etc.) a beaucoup apporté sur le rapport dynamique entre image mentale et psyché.

D'un point de vue Neurobiologique, effectivement, une image mentale est un schéma neuronal qui fait appel aux différentes aires des sens, des émotions, du langage, de la prospective temporelle consciente ou inconsciente. Autrement dit une image mentale n'est pas cantonnée à une aire spécifique mais utilise l'entièreté de l'être. Sans compter qu'elle s'inscrit également dans le temps. C'est à dire aussi qu'elle possède une dynamique et qu'elle est évolutive. Elle est vécue dans le présent (ce qui me semble important à comprendre ici). L'image mentale est vécue comme « vraie » de base. Ensuite ce sont les zones inhibitrices du cortex frontal qui déterminent si elle prend place dans la réalité ou dans l'abstract. Quelqu'un qui se trompe aura tendance à placer dans la réalité une image fausse comme étant vraie. C'est ce qui définit actuellement l'illusion ou encore à un degré plus fort l'hallucination.

Les philosophies orientales et extrême-orientales ne sont pas en reste ceci dit (certaines types de psychologie en ont largement hérité). Que l'on parle de  Māyā  (l'illusion qui éloigne de la source divine), de grâce ou de troisième œil (l'être qui se voit lui-même capable de jugement sur lui-même). Je crois personnellement que plusieurs découvertes archéologiques ou linguistiques permettent de penser raisonnablement qu'il existait des liens beaucoup plus forts entre les civilisations occidentales, orientales, extrême-orientales que ne le laissent penser classiquement les historiens. Comme par exemple les routes de la soie ou le commerce maritime.

Bref, vous remarquerez que l'illusion est évanescente, à tout le moins quand elle dure dans le temps elle est considérée normalement comme étant la marque de la folie. La réalité, elle, est plus stable et se répète dans le temps. C'est une réitération stable que l'on qualifie de concrète.

Conception moderne qui vaut ce qu'elle vaut … Après tout la science montre bien que même ce qui nous paraît durable ne l'est finalement en aucun cas ...

Mais s'il y a bien une chose à retenir au final d'après moi c'est qu'image émotion et langage sont toujours concomitants les uns des autres. Un triptyque psychique qui viendrait s'ajouter au père au fils et au saint-esprit ?

(je suis chrétien-gnostique)

 2 
 le: Aujourd'hui à 17:25:33 
Démarré par crystelle - Dernier message par Capitaine Renard


Chui' Snob' » / Boris Vian]

(à 2.08 / « chui' snob' … ah aaah ... » / mwihi hihi  :laugh:)

 3 
 le: Aujourd'hui à 16:58:30 
Démarré par Diouf - Dernier message par freddy

 4 
 le: Aujourd'hui à 16:56:48 
Démarré par Alia Muadib - Dernier message par freddy

 5 
 le: Aujourd'hui à 16:56:23 
Démarré par freddy - Dernier message par freddy

 6 
 le: Aujourd'hui à 16:51:18 
Démarré par katchina - Dernier message par bruss
Une ombre au tableau - David Morgon

  url=https://goopics.net/i/nnbVw][/url]

  4 ème de couverture :
Lorsque je débarquai à Venise, ce matin du mois de mai, je ne fus guère sensible à la beauté majestueuse du Grand Canal. Car on m'avait confié une mission impossible : retrouver, dans le dédale de la Cité des Doges, une femme mystérieuse dont j'ignorais le nom, dont je ne connaissais pas le visage ! Je partais à la chasse au fantôme..

***************************************************

  Quand David Morgon détective privé est contacté par le célèbre metteur en scène Polonais : Jerzy Jeskowiack , la surprise est à son comble...
Celui - ci a rencontré dans un bar de Venise , une magnifique jeune fille qui s'est fait appeler Adrianna et qui a disparu en fin de soirée....Et celui-ci veut la retrouver pour la faire jouer dans son prochain film.
Notre détective sur les lieu , va rapidement faire face à des ennuis ....un bossu , va étrangler plusieurs personnes , puis lui- même sera en danger de mort ...
  La dite Adrianna qui s'appelle Thérésa est l'héritière suite à la mort accidentelle de ses parents du holding Alessandri , mais suite à une décision plutôt étonnant , elle voulait en effet partager les bénéfices des entreprises entre les ouvriers et les employés ...Ce qui lui a valu d'être passé pour folle et interné puis enfermé dans un palais , sous la garde de notre bossu...

   Un assez bon roman policier , qui sans être vraiment passionnant se lit agréablement ,avec notre héros détective privé qui à le nom de l'auteur du roman ...Un petit voyage à Venise ...

 7 
 le: Aujourd'hui à 16:49:24 
Démarré par katchina - Dernier message par bruss
La princesse de Crève - Kââ

 

  4ème de couverture :
«Nul n’a, mieux que Kââ, joué avec une certaine mythologie populaire où les femmes sont forcément sexy, les hommes virils, solitaires, cyniques et surarmés, où l’ensemble de la société est dominé par le secret et la violence. On pourra (re)découvrir dans cette Princesse de Crève le talent de ce raconteur hors pair qui garde en permanence une distance amusée.
On suivra, dans cette France du début des années 1980, un tueur gastronome, lecteur de théologie médiévale, amateur de peinture flamande, conducteur de grosses cylindrées, allemandes de préférence, qui sait lire une carte des vins et remonter un pistolet automatique avec compétence.
Sur une affaire d’évasion fiscale et de groupe d’extrême droite, Kââ met ici la même minutie à nous décrire un cadavre qui brûle, une scène de triolisme, une vieille rue de Bruges, une sonate de Bach, les yeux gris d’une femme traquée et amoureuse.»
Jérôme Leroy.

*****************************************

    Après avoir tué un homme qui voulait passez une grosse somme d'argent en Suisse , notre aventurier après avoir récupéré ladite somme , va se rendre en Belgique avec quelques tueurs à ses trousses ..
En rencontrant la belle Michelle , qui est aussi la cible de tueurs , ils vont former un duo , jusqu'à la demeure de son ami Dominique et de sa fille Charlotte , mais ceux - ci vont vite passer de vie à trépas ..
Puis notre duo en fuite , va rencontrer 2 motardes , elles aussi à leurs trousses et après avoir éliminer une d'elle , l'autre , Delphine va se lier au duo ...
   Après la mort de Michelle et un certain nombre de cadavres ; notre nouveau couple infernal , va se rendre à Rome ou vit un personnage ignoble et pervers ...

   Très bon roman d'un auteur trop tôt disparu , même si l'intrigue est moyenne , on assiste à une course poursuite sanglante , de la Belgique à l'Italie;les cadavres sont nombreux ,avec un héros malfrat , mais bien sympathique malgré tout , amateur de bons vins , de grosses voitures de femmes et d'armes en tout genre ...

 

 8 
 le: Aujourd'hui à 14:48:45 
Démarré par eleonore - Dernier message par eleonore
Merci douce Morgane.
ps:tu partages désormais l'antenne avec Pedro ou bien c'est temporaire?

 9 
 le: 21 Mai 2018 à 17:37:46 
Démarré par Capitaine Renard - Dernier message par Capitaine Renard


[Album / « la Revancha del Tango » / Gotan Project]

 10 
 le: 21 Mai 2018 à 17:19:42 
Démarré par Capitaine Renard - Dernier message par Capitaine Renard

Pages: [1] 2 3 ... 10