Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Auteur Sujet: Origine de l' ADN humain. (Fantaisie)  (Lu 240 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

azad

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 14
Origine de l' ADN humain. (Fantaisie)
« le: 20 Mai 2017 à 01:09:10 »

Un petit coucou, à tout le monde.
Je reprends ici, une petite nouvelle que j’avais soumise sur un autre forum, et sous le même pseudo.
Quelque peu remaniée, j’espère qu’elle vous amusera.

A long, long time ago… quelque part dans la nébuleuse d’ Andromède.

La civilisation des Yahows venait de clôturer définitivement le Livre du Savoir Absolu. A son grand regret, le Conseil des Sages prit la décision d’en informer la population dans un discours émouvant signant la mort de la Science et confirmant l’inutilité de la poursuite de quelque hypothétique savoir nouveau dans quelque discipline que ce soit. Tout était bouclé, les Yahowniens savaient tout simplement tout. Aussi triste qu’elle soit, cette résolution ne les prit pas de court, et déjà bon nombre d’entre-eux, avides de connaissances nouvelles, s’étaient lancés dans des oeuvres grandioses et fort éloignées du cadre rigoureux de la Science. La dernière en date de ces occupations intellectuelles, et sans doute l’une des plus prometteuses, était la Créartologie. Les Créartologues avaient pour ambition l’étude des civilisations disséminées dans l’ Univers. De ces études on devait pouvoir en déduire l’évolution probable de ces civilisations, leurs devenir et « in fine » l’ histoire de leurs futurs et tout cela bien entendu sans aucune ingérence car, entre autres qualités, les Yahowniens cultivaient celle du respect absolu de l’autre et ce quel que soit le jugement qu’ils pouvaient en porter. Certes ils avaient parfois, au cours de leur histoire, été confrontés à des civilisation belliqueuses et conquérantes mais en général ils avaient résolus le problème en cloisonnant l’espace de champs imperméables qui contraignait les envahisseurs dans un zone d’ Univers dont ils ne pourraient jamais sortir. La Créartologie, s’appuyait sur les travaux d’un éminent mathématicien Yaowien, un certain Quadrata, Dat de son prénom, qui avait formulé les théorèmes et les propriétés définissant les fonctions pluri-sous-harmoniques. Bref, on en était là. L’écriture du mot FIN au volume du Savoir était maintenant chose admise. Restaient bien entendu quelques irréductibles, qui envers et contre toute raison, continuaient à imaginer des mouvements perpétuels, des recettes de leur boisson favorite (le Caka calo) ou qui tentaient de rafraîchir à la fois la fusion chaude et la mémoire de l’eau, mais ce n’étaient là qu’épi-phénomènes purement anecdotiques.

Bien entendu on conserva les professeurs dont la tâche était d’emmener au Savoir Absolu, les jeunes Yahowiens qui n’avaient pas encore terminés le cycle des 175 années de leurs études et qu’il fallait bien amener au niveau de leurs concitoyens adultes. Le Ministre de la Culture introduisit donc dans les programmes, l’enseignement de la Créartologie pour initier à cette science nouvelle ces nouveaux étudiants de l’Ere Post Savoir.

Encore un petit détail pour parfaire le tableau : Les Yaowniens, du haut de leur savoir vieux de plusieurs milliers de siècles, avaient acquis une sagesse infinie et c’est cette sagesse qui leur faisait accepter avec philosophie les aléas qui parfois viennent troubler le bon déroulement des choses. Parmi ces aléas il en était un dont ils avaient fini par s’accommoder et cela grace aux travaux d’éminents philosophes de leur histoire et qui survenait parfois, très rarement, lors de la naissance d’un jeune Yaownien. Je veux parler ici, de l’accident chromosomique. Un jeune frappé par ce mal était cependant parfaitement intégré dans la Société Yahownienne. Il avait accès au cursus, version courte, de tout étudiant, et des centaines d’occupations l’attendaient en fin d’étude : psychiatres, (psychologues pour les plus atteints), acheteurs dans une grande surface, commentateurs sportifs, présentateurs à la Météo Galactique, journalistes à l’ Ekip, Ministres, Stakhanovistes ou Tayloristes faisaient partie des débouchés que la Société leur offraient.
Notre Ministre de la Culture, qui avait introduit l’étude de la Créartologie, avait en guise de travaux pratique de fin d’étude imaginé l’épreuve de Création de Monde. Et cette épreuve était présente dans la section courte, celle dont je vous rappelle qu’elle était réservée à ces jeunes victimes d’accidents chromosomiques.

Pour le postulant au Diplôme de Terminale, il s’agissait en l’occurence d’imaginer un Monde qui soit viable, en partant d’un Modèle Standard, à savoir, une planète rocheuse, pas trop près, pas trop loin de son Soleil, avec de l’eau, de l’oxygène, de quoi faire du Caka Calo et autres petits besoins naturels pour un Yaownien de bonne tenue. Pour cela il devait créer un Univers épreuve et on lui laissait toute latitude pour y loger un être vivant doté de l’ ADN de son choix. En général, la simple création d’une bactérie suffisait car selon la qualité du programme contenu dans l’ ADN la jeune Créartologie était en mesure d’en déduire si le monde peuplé par les descendants de cette bactérie et au travers de toute son évolution, serait apte à devenir l’égal de la Culture Yaownienne. On laissait quelques années évoluer le Système ainsi créé puis après le constat de la réussite ou de l’échec de l’expérience, le Monde ainsi généré était détruit et le verdict tombait.

Et c’est ainsi que tout commença.
Jéhow, un de ces jeunes dont la vie avait été gâchée par le télescopage aussi improbable qu’éphémère entre une particule de haute énergie venue de l’explosion d’une super nova 60 000 ans auparavant et le spermatozoïde dont il devint l’ héritier, n’était pas particulièrement brillant. Bien sur, présent de nos jours sur Terre, il aurait raflé tous les Prix Nobel à lui tout seul, mais sur la planète des Yahows, il avait tendance à faire plutôt profil bas. Malgré la bonté naturelle qui émanait des Yahowniens il ressentait confusément la pitié qu’il inspirait, un regard, un air de tristesse, un sourire un peu forcé, tout contribuait à lui rendre la vie impossible. Misanthrope avant l’heure, il vivait seul, sans contacts, ne se nourrissant que de ce que son envahissant ego lui apportait. Il entendait des voix surtout quand elles le sous-estimait, il se croyait chargé d’une mission dont nul autre que lui ne pouvait comprendre l’importance, bref, il était malheureux dans un monde où le mot aurait été à inventer.

On lui attribua une zone de l’espace proche d’ Andromède dans l’un des bras d’ une grande Galaxie voisine, pour y construire son Univers.
Alors, le Ciel, la Terre, la lumière, les océans, tout cela était à sa portée, en deux jours tout fut liquidé. Trois de plus pour écrire son programme ADN et au matin du sixième jour, il l’injecta dans une bactérie plongée dans un accélérateur temporel, le soir de ce funeste sixième jour il fit une ultime modification au programme et décida que finalement le Roi de sa Création, aurait meilleure mine s’il lui ressemblait. La ressemblance était parfaite. Physiquement d’abord, et psychologiquement hélas, ensuite.
Le septième jour, il revint sur sa planète et se reposa en attendant le verdict de ses Maîtres.
Et ce soir là, donc, il prit un copieuse ration de Caka Calo assortie de fleurs d’une plante à feuille dentelées qu’il avait concoctée sur sa planète test. Ce fut le premier décès accidentel dû à la première over dose enregistrée dans le monde des Yaowniens. Et le dernier. Le scandale fut épouvantable, les Yahowtinistes se révoltèrent, le Ministre de l’ Education fût contraint de démissionner, les Ligues de protection de l’Enfance Inadaptée entrèrent en dissidence. Les institutions étaient à la limite du débordement et même l’ Empire Galactique failli s’effondrer …

Et vous savez quoi ? Tout ce remue ménage fit que l’on oublia tout simplement l’existence de ce monde étrange, engendré par un esprit dérangé.

Et sur la planète de Jéhow, on continue de se fracasser le crâne au moindre sourire …

édité pour aération facilitant la lecture
« Modifié: 23 Mai 2017 à 21:21:14 par katchina »
IP archivée
Ne viens pas prier dans mon école, et je te fais la promesse de ne pas venir penser dans ton église.