Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Auteur Sujet: Fil généraliste sur le nucléaire  (Lu 75640 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

mat

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2670
  • OM NAMO BAGHAVATE
Fil généraliste sur le nucléaire
« le: 21 Septembre 2008 à 16:50:15 »

associations
Communiqué du dimanche 21 septembre 2008 - Contact : 06.64.100.333

 
Tricastin : le Réseau "Sortir du nucléaire"
exige la vérité sur la gravité de l'évènement
qui est en cours depuis le 8 septembre
 
L'évacuation des communes proches du Tricastin est-elle envisagée par les autorités ?
 
 
Le Réseau "Sortir du nucléaire" a écrit ce jour à EDF, à l'Autorité de sûreté (ASN), à MM Sarkozy et Fillon pour obtenir la vérité sur la gravité de la situation en cours actuellement à la centrale nucléaire du Tricastin. Selon certaines informations, la situation dans la centrale serait si problématique que l'évacuation de plusieurs communes proches serait envisagée par les autorités.
 
Il est vrai que l'affaire est littéralement… explosive. Le 8 septembre, au cours d'une opération de renouvellement du combustible, lorsque le couvercle de la cuve du réacteur n°2 a été soulevé, deux assemblages de combustible sont restés accrochés aux structures internes supérieures, et restent depuis suspendus au dessus des 155 autres assemblages qui constituent le cœur du réacteur.

Un événement de ce type s'est certes déjà produit en 1999 à la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine (Aube), et avait duré plus d'un mois, mais la situation au Tricastin est encore plus grave  car il s'agit de deux assemblages au lieu d'un seul, ce qui démultiplie les difficultés : les opérations engagées pour récupérer un assemblage peuvent provoquer la chute du second. De plus, alors que EDF et les autorités restent muettes sur ce sujet, il est fort possible qu'un assemblage ou même les deux soient "moxés", c'est à dire contiennent du plutonium, ce qui aggraverait alors nettement les risques.
 
Les deux assemblages, pesant chacun environ 800kg, menacent à chaque instant de tomber. Il pourraient alors se briser et les différents morceaux, se glissant entre les autres assemblages, pourraient éventuellement déclencher une réaction nucléaire incontrôlée. Un très grave accident nucléaire serait alors possible. Mais, même sans une telle réaction, les opérations de nettoyage pourraient être quasi impossibles à réaliser, le réacteur pourrait être définitivement condamné et légué tel quel à nos descendants.
 
 
Aussi, le Réseau "Sortir du nucléaire" exige de toute urgence les réponses à des questions fondamentales :
- Les deux assemblages sont-ils "moxés" ? Autrement dit, s'agit-il de combustible uranium-plutonium ou "seulement" d'uranium.
 
- S'il s'agit de mox, EDF reconnaît-elle que le risque de réaction incontrôlée est encore plus grand ?
 
- Quelles opérations ont été tentées depuis le 9 septembre pour récupérer les deux assemblages ? Quelles autres opérations sont envisagées ? Avec quels risques ?
 
- Les deux assemblages sont-ils toujours dans l'eau de la cuve ? Selon certaines informations, après une tentative d'intervention, EDF ne parviendrait plus à positionner les deux assemblages sous l'eau. Dans ce cas, comment sont-ils refroidis ?
 
- Quelles sont les mesures envisagées en cas d'aggravation de la situation ? L'évacuation des communes proches est-elle réellement envisagée, comme le laissent à penser certaines informations ?
 
- Ne faut-il pas immédiatement évacuer les communes proches, voire les départements concernés, de façon préventive et non suite à une éventuelle aggravation de la situation ?
 
- A quelles dates sont prévues les prochaines ouvertures de cuve au Tricastin (ou fonctionnent trois autres réacteurs) et dans les autres centrales en France ? Quelles mesures sont mises en œuvre pour éviter qu'une situation identique ne se produise ?
 
Le Réseau "Sortir du nucléaire" appelle les citoyens à poser ces mêmes questions à EDF et aux autorités françaises afin que la vérité soit connue au plus vite. Plus généralement, après la fuite d'uranium du 8 juillet dernier, et les récents autres évènements au Tricastin mais aussi ailleurs en France et en Europe (Belgique, Espagne, Allemagne, Ukraine, Slovénie, etc.), le Réseau "Sortir du nucléaire" appelle les citoyens à prendre conscience de la gravité des risques imposés par l'industrie nucléaire, et de la nécessité de mettre au plus vite fin aux activités de cette industrie avant que le pire ne se produise.
« Modifié: 25 Novembre 2016 à 22:56:37 par katchina »
IP archivée

Kaelos13

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 169
Re : Tricastin
« Réponse #1 le: 21 Septembre 2008 à 18:35:13 »

Pour confirmation: le communiqué de l'ASN (Autorité de Sureté Nucléaire):

http://www.asn.fr/sections/dernieres_actus/incident-centrale-nucleaire-edf-du
modération: 404 page non trouvée.

(ou sur la page d'accueil de l'ASN: ' Incident à la centrale nucléaire EDF du Tricastin'
8 septembre 2008, http://www.asn.fr )
« Modifié: 28 Mai 2010 à 15:26:16 par lilou »
IP archivée

mat

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2670
  • OM NAMO BAGHAVATE
Un communiqué de "Sortir du Nucléaire"
« Réponse #2 le: 25 Septembre 2008 à 17:22:54 »

associations
Communiqué du 24 septembre 2008 - Contact : 06.64.100.333



Achat de British Energy par EDF :
un piège nucléaire... pour les Français

- Il est encore temps pour l'Etat français d'empêcher une erreur monumentale

- Si EDF rachète British Energy, les citoyens français vont devenir de fait responsables de vieux et dangereux réacteurs nucléaires britanniques



Alors qu'EDF est en passe de racheter l'électricien britannique British Energy, le Réseau "Sortir du nucléaire" rappelle que, dans la mesure où l'Etat est l'actionnaire principal d'EDF, ce sont les citoyens français qui vont assumer les déconvenues actuelles et à venir de l'électricien national, en France et à l'étranger.

Ainsi, si elle finalise le rachat de British Energy, EDF va se retrouver propriétaire de vieux réacteurs britanniques très dangereux. Ils doivent d'ailleurs être arrêtés dans les années à venir : EDF est donc en passe d'acheter des réacteurs en toute fin de vie, et donc encore plus susceptibles d'occasionner un accident nucléaire.

Par ailleurs, la construction annoncée par EDF de nouveaux réacteurs nucléaires en Grande-Bretagne ne pose pas seulement des problèmes en terme de risques et de production de déchets radioactifs : de lourds risques financiers vont peser sur les Français.

Un exemple de ce genre de déconvenues est déjà donné par l'affaire du réacteur EPR vendu par la France à la Finlande : ce sont les Français qui vont payer pour les dépassements financiers qui se montent d'ores et déjà à deux milliards d'euros... en attendant de nouvelles révélations.

Il apparaît donc clairement que, si EDF finalise le rachat de British Energy, ce sont de fait les contribuables français qui risquent fortement d'avoir à assumer de lourdes conséquences environnementales et financières.

L'Etat français étant actionnaire majoritaire d'EDF, le gouvernement et le Président de la République sont encore en mesure d'empêcher le rachat de British Energy. Ils feraient bien de prendre cette décision sous peine d'avoir un jour à rendre compte de leur inconséquence.
IP archivée

mat

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2670
  • OM NAMO BAGHAVATE
Re : Tricastin
« Réponse #3 le: 26 Septembre 2008 à 17:43:38 »

Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 830 associations
Communiqué du 25 septembre 2008 - Contact : 06.64.100.333



M. Sarkozy VRP du nucléaire à Toulon : un discours du siècle passé

- La référence à De Gaulle pour "justifier" le nucléaire prouve qu'il s'agit d'un choix du passé et dépassé
- "Sortir du nucléaire" exige un grand débat national sur la construction de nouveaux réacteurs nucléaires


Le Réseau "Sortir du nucléaire" estime que le discours de M Sarkozy, prononcé ce soir à Toulon, semble sorti tout droit du siècle passé, particulièrement dans ses tentatives de promouvoir l'énergie nucléaire. La référence à De Gaulle pour tenter de "justifier" le nucléaire démontre parfaitement à quel point il s'agit là d'un choix du passé et dépassé.

M Sarkozy fait preuve d'un surprenant aveuglement en continuant à penser que le nucléaire est une énergie "propre", et ce malgré les évènements graves survenus au Tricastin et dans d'autres installations nucléaires en France et à l'étranger.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" exige un grand débat national sur la construction de nouveaux réacteurs nucléaires. Une décision d'une telle importance ne doit pas pouvoir être prise par un seul individu, fut-il Président de la République, d'autant que M Sarkozy a démontré à plusieurs reprises - et en particulier lors du débat de l'entre deux tours de l'élection présidentielle - son incompétence concernant l'énergie en général et le nucléaire en particulier.


--------------------------------------------------------------------------------


Pour ne plus recevoir ces informations, envoyez un mail vide à rezo-cp-unsubscribe@sortirdunucleaire.org
IP archivée

mat

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2670
  • OM NAMO BAGHAVATE
Re : Tricastin
« Réponse #4 le: 27 Septembre 2008 à 17:03:59 »

Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 830 associations
Communiqué du 27 septembre 2008 - Contact : 06.64.100.333
 
 
Déchets radioactifs : le Réseau "Sortir du nucléaire"
met la pression contre les projets d'enfouissement
à un mois de la date fatidique du 31 octobre 2008
 
 
Le Réseau "Sortir du nucléaire" se félicite de la réussite de la journée d'actions et d'information qui a permis, lors de 17 actions organisées dans 15 départements en France par de nombreux Collectifs, d'informer les populations locales sur les projets d'enfouissements de déchets radioactifs qui les menacent.
 
Ces actions ont eu lieu pratiquement un mois avant le 31 octobre, date limite donnée par l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) aux 3115 maires qu'elle a contacté pour répondre à la proposition d'enfouissement de déchets radioactifs.
 
Les actions ont rassemblé plusieurs dizaines de personnes la plupart du temps, et jusqu'à 400 manifestants, dont plusieurs élus, à Gondrecourt-le-Château (Meuse), ville dont le maire s'est déclaré intéressé par la venue de déchets radioactifs : une pétition demandant un référendum a été déposée à la mairie : ce sont les citoyens qui doivent trancher et non un seul individu, fut-il maire.
 
Lors des 17 rassemblements sur les marchés, devant les mairies, les préfectures, etc, les manifestants ont distribué, à des populations qui les ont accueilli très favorablement, des milliers de documents d'information contre l'enfouissement.
 
De nombreux citoyens, au delà même des militants antinucléaires, considèrent que l'enfouissement des déchets radioactifs est un véritable crime contre les générations futures : tôt ou tard, la radioactivité sera relâchée, contaminera les nappes phréatiques, remontera à la surface et mettra en grand danger les êtres vivants.
 
Par ailleurs, les manifestants dénoncent les manoeuvres anti-démocratiques de l'Andra et de l'Etat qui est son donneur d'ordre : la liste des 3115 maires est gardée secrète malgré de nombreuses demandes et actions du Réseau "Sortir du nucléaire" pour obtenir cette liste et faire en sorte que tous les citoyens menacés par les projets d'enfouissements puissent être informés de ce danger.
 
Qui plus est, en proposant de fortes sommes financières aux maires qui accepteraient de sacrifier leur territoire, l'Andra et l'Etat organisent une véritable "corruption légale" destinée à faire accepter l'inacceptable et visant à traiter les citoyens comme l'ont été les Indiens d'Amérique ou les Aborigènes d'Australie.
 
Le Réseau "Sortir du nucléaire" rejette ces méthodes indignes ainsi que tout projet d'enfouissement. De très fortes mobilisations seront organisées dès que seront connus les "finalistes" (*). Plus généralement, alors que des évènements graves se produisent dans les installations nucléaires en France (en particulier au Tricastin) mais aussi dans divers autres pays nucléarisés (Belgique, Espagne, Allemagne, Ukraine, etc), il est plus nécessaire que jamais de sortir du nucléaire.
 
 
(*) L'Andra a fait connaître son intention de retenir avant la fin de l'année 2 ou 3 sites


--------------------------------------------------------------------------------


Pour ne plus recevoir ces informations, envoyez un mail vide à rezo-cp-unsubscribe@sortirdunucleaire.org
IP archivée

mat

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2670
  • OM NAMO BAGHAVATE
Re : Tricastin
« Réponse #5 le: 29 Septembre 2008 à 09:44:52 »

 830 associations
Communiqué du lundi 29 septembre 2008 - Contact : 06.64.100.333
 
 
 
Démantèlement des installations nucléaires
Colloque international à Avignon (28 sept-2 oct)
Le Réseau "Sortir du nucléaire" dénonce les
apprentis sorciers de l'industrie nucléaire
 
 
 
Les représentants de la plupart des grandes entreprises du nucléaire, françaises et étrangères, se sont donné rendez-vous à Avignon du 28 septembre au 2 octobre pour évoquer la question cruciale du démantèlement des installations nucléaires. (cf https://www.sfen.fr/index.php/plain_site/decommissioning_challenges  modération: Page non trouvée.
 
A cet occasion, le Réseau "Sortir du nucléaire" rappelle que c'est avant d'envisager de construire des installations nucléaires qu'il aurait fallu réfléchir : les promoteurs de l'atome auraient alors certainement réalisé que la question du démantèlement, et celle directement liée(*) de la gestion des déchets radioactifs, sont insolubles et sont porteuses de graves déconvenues pour les générations actuelles et à venir.
 
Le processus de démantèlement du réacteur nucléaire de Brennilis (Finistère) illustre parfaitement la question :
 
- à ce jour, le coût du démantèlement est 20 fois plus important que celui annoncé au départ ;
- le processus de démantèlement est actuellement stoppé par décision du Conseil d'Etat, lui-même saisi à cet effet par le Réseau "Sortir du nucléaire" qui a mis à jour de graves irrégularités tant sur le plan adminsitratif (en particulier la non-information de la population) que concernant le chantier de démantèlement (un rapport d'inspection de l'Autorité de sûreté nucléaire, daté du 20 juin 2007, pointe les nombreuses infractions) ;
 
Un autre exemple édifiant est la situation du nucléaire britanique :
- la facture du démantèlement a été réévaluée à plusieurs reprise, passant de 48 milliards de livres en 2002, à 56 en 2004, pour atteindre désormais la somme faramineuse de 70,2 milliards de livres (soit 104 milliards d'euros).  En attendant pire...
- il a été reconnu, lors du récent achat de British energy par EDF, que ce serait l'argent public qui financerait ce démantèlement.
 
Il apparait donc clairement que les entreprises font des profits en vendant l'électricité nucléaire, puis laissent la facture du démantèlement à la charge des Etats, et lèguent aux générations futures des déchets radioactifs qui vont durer des millions d'années. Ces données sont à comparer avec celles des énergies renouvelables qui, entre autres qualités, ne posent pas de problème de démantèlement et ne produisent pas de déchets radioactifs.
 
Le Réseau "Sortir du nucléaire", qui réclamme un débat national sur la question du démantèlement, dénonce le cynisme des participants au Colloque international d'Avignon, qui soutiennent tous la construction de nouvelles installations nucléaires et ont beau jeu ensuite de prétendre qu'il "faut bien" se pencher sur le problème du démantèlement.
 
 
(*) Le démantèlement d'une installation nucléaire se traduit par la création de très grandes quantités de déchets radioactifs.
« Modifié: 20 Janvier 2013 à 14:16:18 par lilou »
IP archivée

mat

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2670
  • OM NAMO BAGHAVATE
Re : Tricastin
« Réponse #6 le: 29 Septembre 2008 à 09:48:50 »

Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 830 associations
Communiqué du lundi 29 septembre 2008 - Contact : 06.64.100.333


Le Premier ministre indien en visite en France :

Le Réseau "Sortir du nucléaire" dénonce un accord
irresponsable qui aggrave la prolifération nucléaire
 
En guise de récompense pour avoir aidé les USA et l'Inde à contourner les règles de non-prolifération, la France va pourvoir vendre plusieurs réacteurs nucléaires à l'Inde. Il s'agit là de transactions nauséabondes mettant en péril l'avenir de la planète.


En visite en France les 29 et 30 septembre, le Premier ministre indien Manmohan Singh s'apprête à signer avec la France des contrats commerciaux dans le nucléaire à la suite d'un accord qui bafoue toutes les règles internationales de non-prolifération. En effet, le 6 septembre 2008, le Groupe des fournisseurs nucléaires (ou Nuclear Suppliers Group, soit NSG), qui rassemble les 45 pays fournisseurs d'équipements nucléaires, dont la France, a validé un ensemble de dérogations permettant l'entrée en vigueur d'un accord nucléaire, dit "Accord 123", signé en juillet 2007 par l'Inde et les USA.
 
Il s'agit d'un évènement d'une gravité extrême car l'Accord 123 prévoit la vente à l'Inde de technologies et de matières nucléaires alors que, comme tout pays non signataire du Traité de non-prolifération (TNP), l'Inde est théoriquement exclue de telles transactions. Ce contournement des règles de non prolifération donne de parfaits prétextes à tout pays qui, comme l'Iran ou la Corée du Nord, entend se doter de l'arme atomique.

 

L'Accord 123 prévoit de façon incroyable que l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique) inspectera en Inde… seulement les installations nucléaires qui ne servent pas à l'élaboration d'armes atomiques. C'est exactement comme si des gendarmes s'engageaient, auprès de voleurs, à ne pas patrouiller pendant les heures prévues pour réaliser des cambriolages.

 

Dans le but d'obtenir sa "part du gâteau", c'est à dire de pouvoir vendre plusieurs réacteurs nucléaires à l'Inde, la France a joué, aux côtés des USA, un rôle prépondérant pour que le NSG finisse par accepter l'inacceptable. Lors d'une première session du NSG les 21 et 22 août, l'Irlande, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas, l'Autriche et la Suisse ont courageusement résisté. Mais les administrations Bush et Sarkozy ont reconvoqué tout monde début septembre… et arraché les ralliements un à un. Il n'est pas interdit de penser que des menaces de sanctions commerciales ou autres ont été brandies à l'encontre des 6 "gêneurs".

 

La France attend désormais, pour passer accord avec l'Inde, que les USA aient formellementa adopté l'Accord 123, ce qui a hélas déjà été fait par la Chambre des représentants le 27 septembre. Il reste encore l'étape du Sénat où de nombreux parlementaires américains essaient courageusement de s'opposer à l'entrée en vigueur de cet accord irresponsable.

 

Les dirigeant français sont donc ramenés au rang de supplétifs de l'administration Bush, et en sont réduits à attendre leur tour pour obtenir récompense pour leur soumission. C'est à ce prix que Areva va pouvoir vendre des réacteurs nucléaires à l'Inde : il n'y a pas de quoi pavoiser. Une fois de plus, il est démontré que le nucléaire ne nuit pas seulement à l'environnement et aux êtres vivants, il contamine aussi gravement la démocratie.

IP archivée

mat

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2670
  • OM NAMO BAGHAVATE
Re : Tricastin
« Réponse #7 le: 02 Octobre 2008 à 10:41:33 »

Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 830 associations
Communiqué du jeudi 2 octobre 2008 - Contact : 06.64.100.333


Le Réseau "Sortir du nucléaire" demande la
démission de Philippe Leroy, Sénateur et
Président du Conseil général de la Moselle

M. Leroy a comparé les Gitans aux déchets radioactifs
pour justifier un projets de stockage de ces derniers



--------------------------------------------------------------------------------

Voir l'extrait vidéo
(Cliquer sur samedi 27 septembre, avancer le curseur à 5min35) :
http://jt.france3.fr/regions/popup.php?id=b54a_1214part1&video_number=4
modération: lien trop ancien pour voir la vidéo.
ou sur http://videos.sortirdunucleaire.org/spip.php?article119

--------------------------------------------------------------------------------



Interviewé samedi 27 septembre dans le 12/13 de France3 Lorraine, M Philippe Leroy, Sénateur et Président du Conseil général de la Moselle, a promu de bien curieuse manière la "nécessité" d'un site d'enfouissement des déchets radioactifs.
 
C'est ainsi que, à propos des déchets nucléaires, M. Leroy a affirmé "On est embêté aussi avec les populations de Gitans" et a ajouté "Nous avons à accueillir, sur nos territoires, des populations difficiles, des logements sociaux, les déchets nucléaires, etc"

Le Réseau "Sortir du nucléaire",  qui est mobilisé sur des valeurs éthiques et humanistes, se déclare profondément choqué par ces propos : il n'y a aucune comparaison possible entre les déchets radioactifs, qui sont de véritables horreurs environnementales, et des êtres humains quels qu'ils soient.

Pour le Réseau "Sortir du nucléaire", il n'est pas si étonnant que des propos aussi choquants soient tenus par quelqu'un qui se déclare favorable à l'enfouissement des déchets radioactifs : stigmatiser des êtres qui vivent aujourd'hui est finalement cohérent avec le fait de léguer aux générations future un piège radioactif.

Il apparait que, après avoir tenu des propos aussi indignes, M Leroy devrait démissionner de tous ses mandats et éventuellement être condamné à des travaux d'intérêt général.


--------------------------------------------------------------------------------


Pour ne plus recevoir ces informations, envoyez un mail vide à rezo-cp-unsubscribe@sortirdunucleaire.org
« Modifié: 28 Mai 2010 à 15:30:27 par lilou »
IP archivée

mat

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2670
  • OM NAMO BAGHAVATE
Re : Tricastin
« Réponse #8 le: 03 Octobre 2008 à 09:39:01 »

Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 830 associations
Communiqué du vendredi 3 octobre 2008 - Contact : 06.64.100.333


Manifestation anti-éoliennes : une initiative pronucléaire
et rétrograde selon le Réseau "Sortir du nucléaire"
 
- Le parrainage de MM Giscard d'Estaing et Boiteux prouve le caractère rétrograde de l'initiative
- Les éoliennes ne produisent pas de déchets radioactifs et se substituent aux énergies polluantes
- Quelques milliers d'éoliennes "défigurent" bien moins la France que les 200 000 pylônes THT
 
 
 
Le Réseau "Sortir du nucléaire" tient à faire savoir que les organisateurs de la manifestation anti-éolienne du samedi 4 octobre sont en réalité des gens qui agissent en faveur du nucléaire. Ils se sont d'ailleurs placés sous la parrainage de MM Giscard d'Estaing (Président de la République de 1974 à 1981) et Boiteux (PDG d'EDF de 1967 à 1987), deux des acteurs les plus coupables du développement massif du nucléaire imposé en France. Ceci dit, l'engagement de ces deux personnages du passé montre bien à quel point la lutte contre un supposé "péril éolien" est un combat d'arrière-garde.
 
Certes, personne ne soutient qu'il faut installer les éoliennes en dépit du bon sens et, d'ailleurs, il est parfois permis de se poser des questions sur le choix des sites fait par... EDF, Areva ou Total, bien connus pour leurs intérêts dans les énergies polluantes (nucléaire, pétrole). Ceci dit, la plupart des "arguments" anti-éoliens sont absurdes. Ainsi :
- les éoliennes seraient "inutiles" car ne permettant pas de faire baisser significativement les émissions de co2 en France : on voit bien ici la démarche en faveur du nucléaire qui dégage peu de CO2. Mais, contrairement au nucléaire, les éoliennes ne créent pas de déchets radioactifs et de danger gravissime comme actuellement au Tricastin.
 
- l'électricité éolienne serait "chère". Mais l'éolien, et n'importe quelle autre source d'énergie sera très bon marché si elle reçoit autant d'aides publiques que celles dont a bénéficié le nucléaire depuis 50 ans. Il est insupportable de voir que les aides publiques aux énergies renouvelables sont attaquées par ceux qui ont massivement subventionné l'atome, énergie polluante et dangereuse.
 
- les éoliennes "défigureraient" la France. Or, la centralisation extrême de la production nucléaire a entraîné la construction de 200 000 pylônes électriques THT qui défigurent la France immensément plus que les quelques éoliennes actuelles et que les dizaines de milliers en projet. Par ailleurs, les gigantesques tours de refroidissement des centrales sont visibles à des dizaines de kilomètres de distance.
Cependant, le Réseau "Sortir du nucléaire" affirme qu'il serait absurde de se contenter de rajouter des éoliennes sans rien changer au système actuel. Les énergies renouvelables doivent être développées de façon à être complémentaires entre elles (répondant ainsi au problème de l'intermittence de certaines productions) et couplées a d'importants programmes d'économies d'énergie. C'est ainsi qu'il sera possible de sortir du nucléaire ET de lutter contre le changement climatique (cf http://ninucleaire-nieffetdeserre.org ).
 
Plus généralement, alors que le monde est frappé par une profonde crise financière, que le prix des ressources naturelles monte en flèche et que leurs réserves s'amenuisent, il est évident que les énergies renouvelables, qui nous sont fournies gracieusement par la nature, sont les seules qui ont un avenir.


--------------------------------------------------------------------------------


Pour ne plus recevoir ces informations, envoyez un mail vide à rezo-cp-unsubscribe@sortirdunucleaire.org
IP archivée

mat

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2670
  • OM NAMO BAGHAVATE
Re : Tricastin
« Réponse #9 le: 03 Octobre 2008 à 18:48:03 »

Réseau "Sortir du nucléaire"
Fédération de 834 associations agréée pour la protection de l’environnement
http://www.sortirdunucleaire.org/
Contact presse : 01 47 00 51 60 (Lionel Cavicchioli)

Communiqué de presse du vendredi 3 octobre 2008

Nouveau site d’enfouissement de déchets radioactifs
Un « non » qui met l’Andra dans l’embarras !

Soulaines, qui accueille déjà le Centre de Stockage de déchets radioactifs de l’Aube, refuse le projet de l’Andra.

Le Réseau « Sortir du nucléaire » se félicite de la décision du conseil municipal de Soulaines, qui refuse à l’unanimité l’implantation sur son territoire du futur centre d’enfouissement de déchets radioactifs souhaité par l’Andra (Agence nationale de gestion des déchets radioactifs). Intervenue hier soir, jeudi 3 octobre, cette décision emblématique vient confirmer le vote du 27 juin 2008.
 
Les élus de Soulaines connaissent bien la problématique des déchets nucléaires. En effet, la commune accueille déjà depuis 1992 l’immense Centre de Stockage de l’Aube, qui s’étend sur 45 hectares et dont la CRIIRAD a critiqué sévèrement la gestion en 2006. Il semble donc que les élus de la municipalité ont décidé de ne plus accorder leur confiance à l’agence gouvernementale. Et ce alors même que Soulaines est souvent citée comme un exemple de « réussite » par l’Andra, jusque dans le dossier de présentation du nouveau projet que la commune vient de refuser !
 
Le Réseau « Sortir du nucléaire » fait part de sa satisfaction, et souhaite que les élus des nombreuses autres communes contactées par l’Andra suivent l’exemple de Soulaines, en refusant d’accueillir le futur site d’enfouissement sur leur territoire.
 
En effet, malgré le vocabulaire trompeur employé par l’Andra pour désigner les déchets concernés, qui seraient selon elle de « faible activité à vie longue », il s’agit bien de substances hautement toxiques pour lesquelles aucune véritable solution de confinement ni de traitement n’existe (*).
 
Cet état de fait, ainsi que les nombreux problèmes déjà soulevés par le Réseau « Sortir du nucléaire » concernant l’appel à candidature lancé par l’Andra, montrent à nouveau la nécessité d’un débat public sur la question des déchets nucléaires. Considérant les problèmes insolubles qu’ils posent, il est également indispensable de décider au plus vite d’un plan de sortie du nucléaire.
 
(*) Voir à ce sujet http://www.sortirdunucleaire.org/actualites/dossiers/alerte-dechets/analyse-technique.pdf
modération: erreur 404 page non trouvée.


« Modifié: 28 Mai 2010 à 15:31:59 par lilou »
IP archivée

mat

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2670
  • OM NAMO BAGHAVATE
Re : Tricastin
« Réponse #10 le: 06 Octobre 2008 à 11:37:03 »

Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 830 associations
Communiqué du lundi 6 octobre 2008 - Contact : 06.64.100.333


 
Tricastin - Barres de combustible "suspendues"

Le Réseau "Sortir du nucléaire"
veut la publication de la date et
de l'heure de l'intervention d'EDF


- Les riverains doivent pouvoir décider de rester ou non à proximité de la centrale nucléaire lors de la tentative d'intervention d'EDF

- L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) reconnaît qu'un relâchement de radioactivité à l'extérieur de la centrale est hélas possible

- Le Réseau "Sortir du nucléaire" appelle les citoyens à manifester le samedi 25 octobre, à partir de 14h30, de Tricastin à Bollène.



Depuis le 8 septembre, suite à l'ouverture de la cuve du réacteur n°2 de la centrale du Tricastin (Drôme / Vaucluse), deux barres de combustible nucléaire sont accrochées sous le couvercle de cette cuve et restent depuis suspendues au dessus des 155 autres barres du coeur du réacteur. Cette situation, totalement anormale, est porteuse de dangers importants qui vont être démultipliés lorsque EDF va tenter de récupérer ces deux barres.

Il est donc absolument nécessaire que la date de cette intervention soit rendue publique afin que les riverains puissent décider s'ils veulent rester ou non à proximité de la centrale lors de la tentative d'EDF dont personne ne sait comment elle se finira.

Certes, l'hypothèse d'un accident avec relâchement de radioactivité n'est pas la plus certaine, mais elle est hélas très possible, comme le reconnait d'ailleurs l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) dans sa note du 2 octobre : "Une éventuelle chute des deux assemblages pourrait avoir deux conséquences : un risque de criticité, à savoir le déclenchement d'une réaction en chaîne incontrôlée, et un risque de relâchement à l'intérieur et à l'extérieur de la centrale de produits de fission gazeux"

Un événement de ce type s'est certes déjà produit en 1998 à la centrale nucléaire de Nogent (Aube) mais la situation au Tricastin est encore plus grave  : il s'agit de deux barres au lieu d'une seule, ce qui démultiplie les difficultés : les opérations engagées pour récupérer une barre peuvent provoquer la chute de la seconde. De plus, le coeur de ce réacteur est "moxés", c'est à dire que certaines barres contiennent du plutonium, ce qui augmente nettement les risques de réaction nucléaire incontrôlée.
 
Le Réseau "Sortir du nucléaire" appelle les citoyens à exiger d'EDF, de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et des autorités françaises la publication du jour et de l'heure de la tentative par EDF de récupération des deux barres de combustible. Il faut par ailleurs rappeler que les pastilles d'iode, parfois distribuées par les autorités en cas d'accident nucléaire, ne protègent que de l'iode radioactif mais pas des autres produits radioactifs dégagés par un accident nucléaire.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" appelle à participer à la manifestation organisée par le Collectif antinucléaire 84 le samedi 25 octobre, à partir de 14h30,  de Tricastin à Bollène. Plus généralement, le Réseau appelle les citoyens à prendre conscience de la gravité des risques imposés par l'industrie nucléaire, et de la nécessité de mettre au plus vite fin aux activités de cette industrie avant que l'irréparable ne se produise.


--------------------------------------------------------------------------------


Pour ne plus recevoir ces informations, envoyez un mail vide à rezo-cp-unsubscribe@sortirdunucleaire.org
IP archivée

mat

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2670
  • OM NAMO BAGHAVATE
Re : Tricastin & projets d'enfouissement
« Réponse #11 le: 07 Octobre 2008 à 15:07:11 »

Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 830 associations
Communiqué du 7 octobre 2008
 


Le Réseau "Sortir du nucléaire" se félicite de la
déroute des anti-éoliens dont la manifestation
dite "nationale" a réuni à peine 700 personnes
 
Cependant, il est absurde de se contenter de rajouter
des éoliennes sans rien changer au système actuel



Le Réseau "Sortir du nucléaire" se félicite de la déroute des anti-éoliens dont la manifestation dite "nationale" a rassemblé environ 700 personnes. Cette déconvenue confirme que le supposé "vent de révolte" contre les éoliennes, dont il a beaucoup été question ces derniers temps, vient de s'évanouir devant la réalité des chiffres.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" tient par ailleurs à faire savoir que les anti-éoliens sont en réalité des gens qui agissent en faveur du nucléaire. Ils se sont d'ailleurs placés sous la parrainage de MM Giscard d'Estaing (Président de la République de 1974 à 1981) et Boiteux (PDG d'EDF de 1967 à 1987), deux des acteurs les plus coupables du développement massif du nucléaire imposé en France. Ceci dit, l'engagement de ces deux personnages du passé montre bien à quel point la lutte contre un supposé "péril éolien" est un combat d'arrière garde.

Certes, personne ne soutient qu'il faut installer les éoliennes en dépit du bon sens et, d'ailleurs, il est parfois permis de se poser des questions sur le choix des sites fait par... EDF, Areva ou Total, bien connus pour leurs intérêts dans les énergies polluantes (nucléaire, pétrole). Ceci dit, la plupart des "arguments" anti-éoliens sont absurdes. Ainsi :
- les éoliennes seraient "inutiles" car ne permettant pas de faire baisser significativement les émissions de co2 en France : on voit bien ici la démarche en faveur du nucléaire qui dégage peu de CO2. Mais, contrairement au nucléaire, les éoliennes ne produisent pas de déchets radioactifs et de danger gravissime comme actuellement au Tricastin.

- l'électricité éolienne serait "chère". Mais l'éolien, et n'importe quelle autre source d'énergie sera très bon marché si elle reçoit autant d'aides publiques que celles dont a bénéficié le nucléaire depuis 50 ans. Il est insupportable de voir que les aides publiques aux énergies renouvelables sont attaquées par ceux qui ont massivement subventionné l'atome, énergie polluante et dangereuse.

- les éoliennes "défigureraient" la France. Or, la centralisation extrême de la production nucléaire a entraîné la construction de 200 000 pylônes électriques THT qui défigurent la France immensément plus que les quelques éoliennes actuelles et que les dizaines de milliers en projet.
Cependant, le Réseau "Sortir du nucléaire" affirme qu'il serait absurde de se contenter de rajouter des éoliennes sans rien changer au système actuel. Les énergies renouvelables doivent être développées de façon à être complémentaires entre elles (répondant ainsi au problème de l'intermittence de certaines productions) et couplées à d'importants programmes d'économies d'énergie. C'est ainsi qu'il sera possible de sortir du nucléaire ET de lutter contre le changement climatique (cf http://ninucleaire-nieffetdeserre.org ).

Plus généralement, alors que le monde est frappé par une gravissime crise financière, que le prix des ressources naturelles monte en flèche et que leurs réserves s'amenuisent, il est évident que les énergies renouvelables, qui nous sont fournies grâcieusement par la nature, sont les seules qui ont un avenir.
IP archivée

mat

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2670
  • OM NAMO BAGHAVATE
Re : "Sortir du nucléaire" Tricastin, projets d'enfouissement..
« Réponse #12 le: 10 Octobre 2008 à 15:51:08 »

Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 830 associations
Communiqué du vendredi 10 octobre 2008


Loi Grenelle - Amendement Ollier :
le piège nucléaire s'est refermé
 
- L'adoption de l'amendement Ollier, même modifié, qui favorise le chauffage
électrique et donc le nucléaire, était prévisible dès le lancement du Grenelle
 
- Le chauffage électrique, comme les voitures électriques, va démultiplier
la production de déchets radioactifs mais aussi les émissions de CO2
 
 
Tout exprimant sa colère, le Réseau "Sortir du nucléaire" fait savoir qu'il n'est ni surpris ni "déçu" par l'adoption de l'amendement Ollier, lequel va favoriser le nucléaire au détriment de l'environnement. En effet, connaissant les positions ultra-pronucléaires de M. Sarkozy, il était totalement illusoire de croire que le Grenelle pouvait aboutir à autre chose qu'à des décisions favorisant l'atome.
 
C'est d'ailleurs pour cela que M. Sarkozy avait exclu du Grenelle toute discussion sur le nucléaire, décision unilatérale qui n'aurait jamais dû être acceptée par Nicolas Hulot et les autres participants. Le Réseau "Sortir du nucléaire " avait, lui, dénoncé ce coup de force et refusé de participer à des "débats" ainsi biaisés.
 
Aujourd'hui, le "piège nucléaire" que constitue le Grenelle se referme. L'amendement Ollier va démultiplier le chauffage électrique sous prétexte de lutter contre les émissions de co2, "grâce" au nucléaire. Or, il faut savoir que le chauffage électrique n'est pas seulement responsable de la production de déchets radioactifs (et des autres risques dus au nucléaire), mais il démultiplie aussi les émissions de CO2.
 
Certes la première version de l'amendement Ollier était plus explicite ("réhaussé à raison inverse des émissions") mais, dans la nouvelle version,  le terme "modulé" va permettre une très forte "adaptation" du seuil de 50 kWh/m²/an, permettant de valoriser l'utilisation du chauffage électrique, et donc de légitimer le nucléaire.
 
Or, comme l'ont dernièrement révélé un document de RTE (le Réseau de Transport de l’Electricité) et une étude de l'Ademe (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie), l'électricité produite par EDF n'est pas seulement responsable des tares de l'atome (risques, déchets, etc), elle est aussi est fortement productrice de CO2, et ce, justement, en particulier à cause du chauffage électrique.
 
L'explication est simple : dès qu'il fait froid, des millions de chauffages électriques démarrent en même temps et la consommation d'électricité est alors telle que les réacteurs nucléaires français, qui sont pourtant au nombre record de 58, sont très insuffisants. Du coup, ce sont des centrales thermiques (gaz, fuel, charbon), en France et surtout en Allemagne, qui fonctionnent et dégagent d'immenses quantités de CO2… pour approvisionner les chauffages électriques français.
 
Ce phénomène se reproduirait inévitablement si les batteries d'un parc de voitures électriques étaient rechargées en se branchant sur le secteur : des millions d'automobilistes rechargeraient simultanément leurs batteries le soir, en rentrant du travail, générant de fortes pointes de consommation et, selon le phénomène décrit ci-dessus, démultipliant les émissions de CO2.
 
Il est donc avéré que le nucléaire ne protège la France ni sur le plan environnemental, ni sur le plan économique. Au contraire, le nucléaire apporte ses problèmes (illustrés par les affaires du Tricastin) et ses coût qui vont s'avérer gigantesques avec les déchets radioactifs et le démantèlement des installations. Le Grenelle est un piège qui va enfermer la France dans les problèmes insolubles du nucléaire.
IP archivée

mat

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2670
  • OM NAMO BAGHAVATE
Re : "Sortir du nucléaire" Tricastin, projets d'enfouissement..
« Réponse #13 le: 16 Octobre 2008 à 13:05:34 »

Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 830 associations
Communiqué du jeudi 16 octobre 2008 - Contact : 06.64.100.333
 
 
Le Réseau "Sortir du nucléaire" appelle à
manifester samedi 25 octobre à Tricastin (*)
 
- Un nouvel évènement grave est en cours depuis le 8 septembre à la centrale du Tricastin
- Le Réseau "Sortir du nucléaire" appelle à manifester avec le Collectif antinucléaire 84
 
 
 
Depuis le 8 septembre, suite à l'ouverture de la cuve du réacteur n°2 de la centrale nucléaire du Tricastin, deux barres de combustible nucléaire sont accrochées sous le couvercle de cette cuve et restent depuis suspendues au dessus des 155 autres barres du coeur du réacteur. Cette situation, totalement anormale, est porteuse de dangers importants qui vont être démultipliés lorsque EDF va tenter de récupérer ces deux barres. (**)
 
Par ailleurs, les évènements de cet été, comme la fameuse fuite d'uranium du 8 juillet, ne sont pas à ranger parmi les affaires classées : la menace nucléaire est plus présente que jamais… au Tricastin et partout où se trouvent des installations nucléaires.
 
Le Réseau "Sortir du nucléaire" appelle les citoyens à manifester avec le Collectif antinucléaire 84 le samedi 25 octobre à Tricastin. En participant à cette initiative, il s'agit de rappeler que les incidents et accidents nucléaires qui ont frappé la France et l'Europe ces dernières semaines (***) sont des avertissements : une véritable catastrophe, comparable à celle de Tchernobyl, peut se produire à chaque instant.
 
Par ailleurs, l'industrie nucléaire produit continuellement des déchets radioactifs qui vont rester dangereux pendant des millions d'années et qui, avec le démantèlement des installations nucléaires, représentent une facture immense… qui va être en grande partie léguée à nos enfants.
 
Enfin, le nucléaire n'est jamais demandé par les peuples mais est au contraire promu principalement par des dictateurs ou des dirigeants politiques habitués à imposer leurs choix : Bush, Poutine, Hu Jintao (Chine), Amaninedjad (Iran), Kadhafi, Berlusconi, Sarkozy, etc. Le nucléaire ne nuit pas seulement à l'environnement et aux êtres vivants mais aussi à la démocratie.
 
 
 
(*) Marche Tricastin-Bollène - Rassemblement 14h30 devant la centrale nucléaire du Tricastin
Contacts : Collectif antinucléaire (84) : 06.03.03.63.75 - Réseau "Sortir du nucléaire" : 06.64.100.333
 
(**) Le Réseau "Sortir du nucléaire" a demandé aux autorités de rendre publique la date de l'intervention très risquée d'EDF mais, une fois de plus, la "transparence" n'existe pas dès qu'il s'agit de nucléaire.
 
(***) Belgique : accident de niveau 3 le 24 août à l'Institut des radioéléments (IRE) de Fleurus. Espagne : important incendie le 24 août à la centrale nucléaire Vandellos II. Allemagne : contamination de grande ampleur à Asse dans une mine de sel où sont stockés 126 000 fûts de déchets nucléaires. Autriche : incident le 3 août dans les laboratoires de l'AIEA. Ukraine : une fuite d'eau radioactive à la centrale nucléaire de Rivné le 10 juin. Slovénie : une fuite radioactive le 4 juin à la centrale nucléaire de Krsko a entraîné une alerte européenne.

IP archivée

mat

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2670
  • OM NAMO BAGHAVATE
Re : "Sortir du nucléaire" Tricastin, projets d'enfouissement..
« Réponse #14 le: 21 Octobre 2008 à 17:05:15 »

Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 820 associations
Communiqué du 21 octobre 2008


Loi Grenelle : flop écologiste
sur les grands dossiers et en
particulier sur le nucléaire

- Le Grenelle a protégé le nucléaire, et l'amendement Ollier avantage le chauffage électrique
- Des automobiles ou des infrastructures polluantes sont désormais déclarées "écologiques"


Alors que les députés ont adopté la Loi Grenelle I, le Réseau "Sortir du nucléaire" tient à faire savoir que, comme cela était prévisible dès son lancement, le Grenelle de l'environnement s'avère être globalement une déconvenue pour les écologistes.

Rappelons d'abord que la question du nucléaire a été exclue du "Grenelle" par M. Sarkozy. Les participants (*) au "Grenelle" se sont hélas pliés à cet interdit et n'ont d'ailleurs pas quitté le processus lorsque, le 25 juillet, M. Sarkozy a signé un accord nucléaire avec le dictateur libyen Kadhafi. Les récents évènements au Tricastin, et sur d'autres sites nucléaires, ont pourtant rappelé de façon tonitruante que le nucléaire restait un des pires problèmes environnementaux. Non seulement le nucléaire aurait dû être au programme du Grenelle, mais il aurait même dû en être un des sujets principaux.

Qui plus est, l'adoption du fameux amendement Ollier va avantager le chauffage électrique - et donc le nucléaire -  en précisant que le seuil de consommation d’énergie primaire de 50 kwh/m2/an, fixé pour les constructions neuves dès 2012, "sera modulé pour les énergies qui présentent un bilan avantageux en termes d’émissions de gaz à effet de serre". De toute évidence, cet amendement a été rédigé en faveur des intérêts de l'industrie nucléaire.

Sur les autres dossiers, aucune remise en cause, pas même un moratoire, n'a été obtenue concernant les dossiers environnementaux emblématiques : incinérateurs, autoroutes, aéroport "grand-ouest", etc. Les succès, hélas provisoires, obtenus sur la question des OGM ne doivent rien au "Grenelle" et ont été arrachés par les multiples actions des Faucheurs volontaires. 

Pire : ce qui était impensable auparavant est hélas possible depuis le "Grenelle" : des véhicules sont dits "propres" sous prétexte qu'ils sont un peu moins polluants que les précédents, le nucléaire est présenté comme "propre et renouvelable", l'autoroute Langon-Pau est maintenue et présentée comme "compatible Grenelle", etc. Non seulement le "Grenelle de l'environnement" n'a quasiment rien apporté à la protection de l'environnement mais, au contraire, il a donné de la légitimé aux activités polluantes. 

Le principe même du "Grenelle de l'environnement" impliquait d'ailleurs son échec : il ne fallait pas négocier avec les pollueurs - demande-t-on aux pompiers de négocier avec les pyromanes ? - mais leur imposer les mesures nécessaires, à commencer par un plan de "sortie du nucléaire". M. Sarkozy n'a jamais eu l'intention de prendre la moindre mesure remettant en cause les activités polluantes des multinationales dirigées par ses amis. Le "Grenelle de l'environnement" est donc finalement, et logiquement, une défaite pour l'écologie. 


(*) Rappel : le Réseau "Sortir du nucléaire" a refusé de se plier à l'interdiction de discuter du nucléaire, et n'a donc pas participé au "Grenelle de l'environnement".


--------------------------------------------------------------------------------


IP archivée