Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !

Auteur Sujet: Fil généraliste sur le nucléaire  (Lu 75633 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

mat

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2670
  • OM NAMO BAGHAVATE
Re : "Sortir du nucléaire" Tricastin, projets d'enfouissement..
« Réponse #30 le: 17 Novembre 2008 à 10:00:29 »

Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 830 associations
Communiqué du lundi 17 novembre 2008 - Contact : 06.64.100.333
 
 
Le Réseau "Sortir du nucléaire" saisit le tout
nouveau "Jury de Déontologie Publicitaire"
contre AREVA et "Sciences et Vie Junior"
 
AREVA et "Sciences et Vie Junior" trompent les jeunes lecteurs
avec des publicités présentées comme des articles et des jeux
 
 
Le tout nouveau Jury de Déontologie Publicitaire (http://www.jdp-pub.org) a reçu aujourd'hui une plainte de la part du Réseau "Sortir du nucléaire", qui accuse la multinationale nucléaire Areva et le magazine "Sciences et Vie Junior" de tromper les jeunes avec des publicités présentées comme des jeux.
 
En effet, dans le numéro de novembre de "Sciences et Vie Junior", on trouve quatre publicités d'Areva qui portent la mention trompeuse "Jeu-concours" : trois encarts (quarts de page) disposés au fil des pages et, pour finir, une pleine page qui présente le supposé "concours".
 
Il est explicitement écrit que, dans le journal, "se sont glissés trois petits articles sur Areva". Or, il s'agit bien de publicités, avec le logo d'Areva et des phrases comme : "Areva propose des solutions technologiques pour produire de l'énergie sans co2". Comment prétendre que ces extraits de la prose publicitaires habituelle d'Areva relèvent d' "articles" ?
- Il y a tromperie dans la forme car, en toute illégalité, la mention "publicité" ou "publi-reportage" ne figure pas, alors qu'il s'agit bien de publicités payées par Areva. Et il est clair que le subterfuge du "Jeu-concours" peut tromper des jeunes… ce qui est de toute évidence le but recherché.
 
- Il y a tromperie sur le fond : le débat de société est évacué, aucune mention n'est faite des problèmes générés par l'industrie nucléaire et des oppositions qui existent partout où cette industrie est présente. Les jeunes ont naturellement tendance à faire confiance à leur magazine et sont donc abusés par la caution de ce dernier qui mêle son nom la marque nucléaire avec la mention "Jeu-concours AREVA Sciences&Vie Junior".
Le Réseau "Sortir du nucléaire" s'est toujours déclaré favorable à ce que la question du nucléaire soit étudiée par les jeunes, que ce soit dans le système scolaire ou dans des magazines. Encore faut-il que les arguments du débat de société soient présentés de façon équilibrée, ce qui n'est bien sûr pas le cas quand seuls les arguments pronucléaires sont présents, et encore moins lorsqu'il s'agit de publicités déguisées en articles ou en jeux.
 
Les manœuvres d'Areva, avec la complicité de "Sciences et Vie Junior", sont d'autant plus choquantes qu'elles visent des jeunes qui n'ont pas forcément l'expérience nécessaire pour détecter la tromperie. De toute évidence, après les graves évènements du Tricastin, Areva tente par tous les moyens de redorer son image. Il est très inquiétant de voir des magazines réputés participer à de telles manœuvres.

 
-----------------------------------------------------------------------------

NB : dans son numéro de novembre, le magazine Images Doc a lui aussi publié une publicité d'AREVA déguisée en dossier (de quatre pages !). Cependant, le magazine a écrit au Réseau "Sortir du nucléaire" pour reconnaître son erreur. Mais il est nécessaire que le prochain numéro contienne un rectificatif explicite. La plainte que "Sortir du nucléaire" allait déposer contre Images Doc et Areva est "gelée" en attendant le dénouement de cette seconde affaire.
IP archivée

mat

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2670
  • OM NAMO BAGHAVATE
Re : "Sortir du nucléaire" Tricastin, projets d'enfouissement..
« Réponse #31 le: 21 Novembre 2008 à 07:23:35 »

Réseau "Sortir du nucléaire" – Fédération de 830 associations
Communiqué du jeudi 20 octobre 2008


Risque d’explosions dans les centrales :
Faut-il attendre une catastrophe pour
décider enfin de sortir du nucléaire ?


- Après les évènements de cet été au Tricastin et ailleurs, cette nouvelle
affaire illustre la grave dégradation de l’état des installations nucléaires
   
- Loin de démontrer une quelconque « fermeté », l’Autorité de sûreté
nucléaire avoue au contraire son impuissance face à EDF et Areva
   
- "Sortir du nucléaire" appelle à des rassemblements partout en France
le samedi 29 novembre sur le thème « ni nucléaire, ni effet de serre »



Le Réseau "Sortir du nucléaire" attire l’attention de l’opinion publique sur la gravité du risque nucléaire, illustré par la mise en demeure par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) de la centrale nucléaire de Cruas (Ardèche) face au « risque d’explosions ». Les centrales nucléaires du Blayais (Gironde), de Civaux (Vienne) et de Golfech (Tarn-et-Garonne) sont aussi pointées, et même l’ensemble des centrales puisque l’ASN reconnaît qu’il est « nécessaire qu'EDF mette en œuvre un plan d'actions plus général sur ce sujet ».

L’ASN évoque un "risque d’explosion" susceptible "d’endommager des éléments essentiels au maintien de la sûreté ou de conduire à une rupture du confinement". L’ASN tolère cette situation sidérante depuis 1999 et voilà qu’elle accorde de nouveaux délais à EDF. Cette mise en demeure ne montre donc pas une « fermeté » de l’ASN, c’est au contraire l’expression de son impuissance face aux exploitants, EDF et Areva en tête.

De très nombreux rapports d’inspection de l’ASN dans les centrales nucléaires EDF pointent des travaux non réalisés en temps voulu, alors qu’ils avaient été « exigés » par l’ASN des mois voire des années plus tôt. Areva n’est pas en reste, le summum ayant été atteint avec l’affaire (*) du fameux Atelier de plutonium de Cadarache (Bouches-du-Rhône).

L’été dernier a été marqué par de graves évènements dans les installations nucléaires en France, en particulier au Tricastin (Drôme / Vaucluse) mais aussi dans divers autres pays d’Europe (Belgique, Espagne, Allemagne, Ukraine, Slovénie, etc).

Faut-il rappeler qu’une catastrophe nucléaire a eu lieu en 1986 à Tchernobyl (Ukraine), contaminant l’Europe entière ? Avant un nouveau désatre, il faut mettre un terme aux activités de l’industrie nucléaire. Le Réseau « Sortir du nucléaire » a justement publié en 2007 deux scénarios de « sortie » en 5 ou 10 ans.

Dans l’immédiat, les citoyens sont invités à manifester un peu partout en France samedi 29 novembre 2008 sur le thème « Ni nucléaire, ni effet de serre ». (Voir  http://ninucleaire-nieffetdeserre.org


(*) Il a fallu près de 10 ans (!) à l’ASN pour obtenir la fermeture en 2003 de cette installation ultra dangereuse… qui a cependant été rouverte unilatéralement par Areva d’octobre 2004 à janvier 2005 pour y traiter une cargaison de plutonium américain. L’ASN n’avait pu que prendre acte de ce coup de force.
IP archivée

mat

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2670
  • OM NAMO BAGHAVATE
Re : "Sortir du nucléaire" Tricastin, projets d'enfouissement..
« Réponse #32 le: 25 Novembre 2008 à 14:40:26 »

Sortir du nucléaire" - Fédération de 830 associations
Communiqué du mardi 25 novembre 2008


Le Réseau "Sortir du nucléaire"
conteste la prétendue "résistance"
de l'industrie nucléaire à la crise
 
 
La présidente du directoire du groupe nucléaire français Areva, Anne Lauvergeon, a prétendu à plusieurs reprises ces dernières semaines que son entreprise traversait la crise "beaucoup mieux que beaucoup de groupes", et que le secteur du nucléaire était "très résistant".
 
La réalité est toute autre : à ce jour, depuis le premier janvier, Areva et EDF ont respectivement perdu 55% et 45% de leurs valeurs en bourse. Dans le même temps, le secteur de l'électricité n'a perdu globalement "que" 38%, ce qui montre que les entreprises du nucléaire sont encore plus frappées que les autres.
 
Par ailleurs, les projets de nouveaux réacteurs nucléaires, annoncés avec fracas ces derniers mois, sont en train de s'évanouir les uns après les autres. Certains étaient déjà menacés avant la crise mondiale, comme en Afrique du Sud et en Turquie. Tous les autres projets sont désormais fortement compromis par la crise mondiale.
 
C'est en particulier le cas aux USA (où les agences de notation condamnent le nucléaire pour des raisons financières)  et en Grande-Bretagne où EDF n'est même pas sûre de pouvoir rassembler les sommes nécessaires au rachat de British Energy : où trouver ensuite l'argent pour construire des réacteurs ?
 
Le fait est que le nucléaire nécessite des investissements de départ gigantesques, avec des perspectives de retour sur investissement à 25 ou 30 ans : une éternité pour un marché qui (sur)vit au jour le jour ! De même, les entreprises d'extraction de l'uranium (le combustible des réacteurs nucléaires), comme le canadien Cameco, font état d'importantes difficultés.
 
Mme Lauvergeon est engagée dans une fuite en avant, prétendant contre toute évidence que le secteur du nucléaire résiste à la crise et va se développer. L'heure de vérité approche : l'industrie nucléaire n'a pas d'avenir, contrairement aux énergies renouvelables qui nécessitent des investissements de départ beaucoup plus légers et qui, par ailleurs, sont propres et renouvelables contrairement au nucléaire.
IP archivée

mat

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2670
  • OM NAMO BAGHAVATE
Re : "Sortir du nucléaire" Tricastin, projets d'enfouissement..
« Réponse #33 le: 26 Novembre 2008 à 16:08:23 »

Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 830 associations
Communiqué du 26 novembre 2008 - Contact : 06.78.48.49.00
 

 
Samedi 29 novembre 2008
Journée nationale d'actions
"Ni nucléaire, ni effet de serre"
 
Plus de 50 actions décentralisées dans toute la France


La 14ème Conférence des Nations Unies sur les Changements Climatiques a lieu du 1er au 12 décembre 2008 à Poznan, en Pologne. Il est nécessaire que les citoyens expriment leur inquiétude face au dérèglement climatique, mais aussi leur rejet du nucléaire, abusivement présenté comme une option favorable au climat.

Aussi, le Réseau "Sortir du nucléaire", qui anime avec le soutien de nombreux partenaires (*) une campagne nationale intitulée "Ni nucléaire, ni effet de serre" (http://ninucleaire-nieffetdeserre.org ), organise samedi 29 novembre une grande journée d'actions décentralisées sur ce thème, dans toute la France et au-delà. 
 
Des initiatives auront lieu dans de grandes villes comme Paris, Bordeaux, Toulouse, Rennes, Lyon, Strasbourg, mais aussi dans de nombreuses villes moyennes ou non loin d'inslattations nucléaires
 
Pour illustrer ce thème, des manifestants porteront des masques, tubas, palmes, bouées, etc. Et pour rappeler le péril nucléaire, les attributs habituels des actions antinucléaires : drapeaux, banderoles, fûts "de déchets radioactifs", combinaisons blanches...
 
Il se trouve que ce sont les mêmes mesures qui permettent de lutter contre le changement climatique et de sortir du nucléaire : réduction de la consommation d'énergie des pays riches, efficacité énergétique (consommer moins pour le même confort) et développement massif des énergies renouvelables.
 
 
(*) Action consommation, Agir pour l’environnement, Alternative libertaire, Avigolfe, Biocoop, CAP21, Chiche !, Confédération paysanne, Cyberacteurs, Enercoop, Fac Verte, Greenpeace, Les Amis de la terre, Les Verts, LCR / NPA, Mouvement pour une Alternative Non-violente, Nature et pogrès, Objectif 21, Réseau Action Climat, etc.
 
------------------------------------------------------------------------------------------
 
Listes des villes où ont lieu des actions
(voir les détails sur http://ninucleaire-nieffetdeserre.org/spip.php?rubrique28 )
 
 
Carcassonne (11), Angoulème (16), L'Houmeau (17), Brive (19), Lubersac (19), Dijon (21), Guingamp (22), Nontron (24), Valence (26), Brest (29), Morlaix (29), Saint-Jean-du-Gard (30), Toulouse (31), Bordeaux (33), Vitré (35), Rennes (35), Tours (37), Lons-le-Saunier (39), Saint-Etienne (42), Angers (49), Cholet (49), Pont-à-Mousson (54), Vannes (56), Auray (56), Lorient (56), Flers de l'Orne (61), Croisille (62), Saint-Omer (62), Strasbourg (67), Biederthal (68), Blotzheim (68), Lyon (69), Saint Bel (69), Le Creusot (71), Paris (75), Le Havre (76), Amiens (80), Montauban (82), Le Bosset (83), Brignoles (83), Pertuis (84), Avignon (84), Limoges (87), Chamberry (74), Belfort (90), Etampes (91), Clamart (92), Goussainville (95), ainsi que Gabes (Tunisie) et Willstätt (Allemagne)
IP archivée

TDC

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1028
Re : "Sortir du nucléaire" Tricastin, projets d'enfouissement..
« Réponse #34 le: 26 Novembre 2008 à 18:30:13 »

Je serais curieux de savoir combien de personnes regroupent ces 830 associations, et combien elles perçoivent de subventions, dont une partie est financée par nos impôts, ceux des entreprises, et par déduction, par celles aussi du nucléaire...

Bref, ce débat est d'une démagogie habituelle pour les écolos, qui ne proposent strictement rien de sérieux, si ce n'est une éolienne dans notre jardin, un panneau solaire sur notre toit, la récupération de chaleur dans le sol et/ou dans l'air selon les systèmes, et le tout, pour nous inciter à se battre "contre le réchauffement climatique" !

Mais pour qui se prennent ils, ses bobos qui pensent que nous serions si importants, nous, humains, pour être nécessairement responsables de tout ce qui se passe !?

Le nucléaire, sans être la panacée, est à ce jour la seule énergie capable de fournir l'énergie nécessaire aux pays développés, et si la pollution des déchets est une question sérieuse, il n'en reste pas moins que c'est pas avec des parcs éoliens ou des panneaux solaires qu'on remplacera les centrales actuelles.

Maintenant, si les écolos sont vraiment là pour nous aider à moins polluer, et à prôner une énergie qui remplace celles actuellement soit trop polluantes, soit pas assez efficaces, alors on en reparlera.

Mais pour le moment, ces associations fournissent du travail à des dizaines de personnes par les cotisations, mais surtout par les subventions, tout ça pour nous bourrer le mou à coup de pétitions, de manifestations, le tout pour rien d'intelligent, voire même souvent sur la base de mensonges qui ne font que conforter mon idée que ces zozos là ne sont pas sur l'économie verte par hasard, c'est un des domaines qui a gagné par mal d'argent ces dernières années.

Pourquoi ne parlent-ils pas des recherches et découvertes sur les énergies tirées de l'eau, par exemple ? Et donc gratuite ?

Seraient-ils, EUX AUSSI, tenus à la discrétion par leurs copains au pouvoir ? ( "On vous paye pour exister, mais pas pour foutre le bordel...Contentez vous des subventions, criez tant que vous voulez, nous maitriserons les médias, mais ne parlez pas de sujets qui fâchent, sinon..." )

J'en ai assez que les gens pensent n'être enflés que pas les gens au pouvoir, sans voir que ce type de mouvements associatifs ne sont là que pour "amuser" la galerie, il suffit pourtant de voir le bas niveau de leur message pour en prendre conscience.
Et ce sont les mêmes qui veulent défendre la bonne bouffe, en se battant contre les pollueurs qui nous nourrissent... Eux nous proposent la bouffe BIO, c'est vrai, mais à quel prix !!! ??? Même ceux qui produisent et vendent en direct, sont plus cher !!!
Faudra m'expliquer comment ils font pour faire le même travail que les agriculteurs, sans toutes les dépenses qui touchent aux graines et aux traitements, ce qui devrait logiquement réduire le prix de revient. Et bien non, ils sont plus chers...
" ha ben oui ! C'est normal, il faut bien qu'on vive, et puis, comme on dit, la Qualité, ça se paye."

Pour commencer, qu'ils cessent de parler de réchauffement climatique du à l'homme, autrement dit, qu'ils soient sincères dans leur message.
Ensuite, qu'ils défendent de vrais moyens énergétiques propres à remplacer celles actuelles, y compris les pseudo énergies renouvelables qui ne peuvent être une énergie de masse.
Pour terminer, qu'ils cessent d'user des mêmes méthodes que les politiques, et usent d'un langage simple et vrai, pas de langue de bois et de phrases au contenu "médiatique".

Autrement, je ne vois pas comment ils convaincront d'autres personnes que les quelques unes qui rassurent leur égo en se disant faire une bonne action en soutenant ces associations qui, quoi qu'on puisse entendre, ne défendent pas les intérêts de l'Homme par le contenu de leurs messages, et encore moins par leurs actions.
IP archivée

mat

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2670
  • OM NAMO BAGHAVATE
Re : "Sortir du nucléaire" Tricastin, projets d'enfouissement..
« Réponse #35 le: 27 Novembre 2008 à 15:29:01 »

Réseau "Sortir du nucléaire"
Fédération de 836 associations agréée pour la protection de l'environnement.

 

 
Ce samedi 29 novembre 2008 :
Journée nationale d'actions "Ni nucléaire, ni effet de serre".


Découvrez les 57 actions décentralisées dans toute la France et ailleurs.


Liste complète des actions et contacts sur : http://ninucleaire-nieffetdeserre.org/spip.php?rubrique28

La 14ème Conférence des Nations Unies sur les Changements Climatiques a lieu du 1er au 12 décembre 2008 à Poznan, en Pologne. Il est nécessaire que les citoyens expriment leur inquiétude face au dérèglement climatique, mais aussi leur rejet du nucléaire, abusivement présenté comme une option favorable au climat.

Aussi, le Réseau "Sortir du nucléaire", qui anime avec le soutien de nombreux partenaires (*) une campagne nationale intitulée "Ni nucléaire, ni effet de serre" (**), organise samedi 29 novembre une grande journée d'actions décentralisées sur ce thème, dans toute la France et au-delà.

 
Des initiatives auront lieu dans de grandes villes comme Paris, Bordeaux, Toulouse, Rennes, Lyon, Strasbourg, mais aussi dans de nombreuses villes moyennes ou non loin d'installations nucléaires.
 
Pour illustrer ce thème, des manifestants porteront des masques, tubas, palmes, bouées, etc. Et pour rappeler le péril nucléaire, les attributs habituels des actions antinucléaires : drapeaux, banderoles, fûts "de déchets radioactifs", combinaisons blanches...
 
Il se trouve que ce sont les mêmes mesures qui permettent de lutter contre le changement climatique et de sortir du nucléaire : réduction de la consommation d'énergie des pays riches, efficacité énergétique (consommer moins pour le même confort) et développement massif des énergies renouvelables.
 
(*) Partenaires de la campagne : Action consommation, Agir pour l’environnement, Alternative libertaire, Avigolfe, Biocoop, CAP21, Chiche !, Confédération paysanne, Cyberacteurs, Enercoop, Fac Verte, Greenpeace, Les Amis de la terre, Les Verts, LCR / NPA, Mouvement pour une Alternative Non-violente, Nature et pogrès, Objectif 21, Réseau Action Climat, etc.
 
(**) Voir tous les détails de cette campagne sur le site : http://ninucleaire-nieffetdeserre.org/
IP archivée

mat

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2670
  • OM NAMO BAGHAVATE
Re : "Sortir du nucléaire" Tricastin, projets d'enfouissement..
« Réponse #36 le: 03 Décembre 2008 à 11:53:49 »

Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 830 associations
Communiqué du mercredi 3 décembre 2008 - Contact : 06.64.100.333
 
 
Surcoûts du réacteur nucléaire EPR :
EDF a menti lors du Débat public
 
- une électricité à 55 cents/kWh au lieu de 43 promis par EDF
- la décision de construire l'EPR peut encore être annulée
 
Lors du Débat public, EDF annonçait un kWh à 43 centimes (et non 46
comme écrit ici où là). Le surcoût frôle donc les 30%... en attendant pire



EDF reconnaît aujourd'hui que le réacteur nucléaire EPR, en construction à Flamanville, dans la Manche, produira une électricité au prix de 55 centimes par kilowattheure, au lieu de 43 centimes annoncés par EDF lors du Débat public officiel (3 novembre 2005 - 11 avril 2006).
 
En effet, dans le document officiel d'EDF, qui a servi de base au Débat public, il est explicitement écrit : "La tête de série EPR est compétitive face au cycle combiné à gaz. Son coût de revient (…) est de 43 €/MWh" (*)

EDF a donc ouvertement menti afin d'emporter la décision de construction de l'EPR. Le surcoût à ce jour frôle les 30%... en attendant pire : en effet, au vu des multiples déconvenues rencontrées tant par Areva (EPR finlandais) que par EDF (EPR de Flamanville), on peut s'attendre à de nouvelles réévaluations du coût de l'électricité qui sera produite par l'EPR… s'il fonctionne un jour.
 
En effet, il est possible que l'EPR ne soit pas mis en service. Ce pourrait être du fait des nombreuses déconvenues techniques qui pourraient tout simplement compromettre le fonctionnement de l'EPR. Mais il est aussi possible d'annuler le chantier de l'EPR de Flamanville, qui n'en est qu'à son début. C'est en tout cas ce que propose le Réseau "Sortir du nucléaire", afin d'investir dans les alternatives l'argent prévu pour l'EPR.
 
L'étude (**) "Un courant alternatif pour le Grand-Ouest", publiée en 2006 par le Réseau "Sortir du nucléaire", montre qu'avec l'argent prévu pour l'EPR, il est possible de produire et économiser deux fois plus d'électricité que celle qui serait produite par l'EPR, tout en créant 15 fois plus d'emplois. Il est clair que cette performance serait encore plus impressionnante du fait des surcoûts de l'EPR. Il est encore temps pour la France de sortir de l'impasse nucléaire…
 
IP archivée

TDC

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1028
Re : "Sortir du nucléaire" Tricastin, projets d'enfouissement..
« Réponse #37 le: 03 Décembre 2008 à 12:10:49 »

Moi qui ne suit pas un proche de ce sujet, Mat ou une autre personne pourrait-elle répondre aux questions ci dessous, svp ?

1/ Quelle est le coût prévu pour mettre en service cet EPR ?
2/ Quelle production est il censé fournir, et donc, pour quelle quantité de population ?

3/ Quelles sont les alternatives proposées par les écologistes ?
4/ Si il s'agit des éoliennes et du solaire, sous forme de "champs", quels sont les coûts de mise en production et les capacités de fourniture ? Autrement posé, combien faut il d'éoliennes et/ou de panneaux solaires, pour remplacer la capacité de EPR, ou même d'une simple centrale nucléaire actuelle ?

5/ Si il s'agit d'autres alternatives, quelles sont elles, et même question, quelle capacité électrique en terme de population fournie ?

Je précise, pour les susceptibles, que ces questions ne sont nullement ironiques, je pense juste que ce sont des réponses simples qui peuvent permettre de voir, en moins de 10 lignes, des chiffres clairs et nets, du moins pour ceux qui en disposeraient...

P.S. :
Je n'aborde pas, dans ces questions, l'aspect écologique, qui de mon point de vue est inutile pour simplement pouvoir répondre aux questions posées.

P.S. a) :
Il semble plus simple de répondre en terme de coût plutôt que de population concernée.

P.S. b) :
4M€ pour l'EPR de 1.6 GW/an (pour le moment, et y compris tout ce qui touche à sa destruction, le retraitement, tout en clair.
Soit 50/55€ par MW, 33€ sans la partie destruction/retraitement), 75/80% de productivité annuelle.

3M€ pour 2GW/an d'éoliennes, 20 à 25% de productivité annuelle, +/- 1 000 éoliennes nécessaires, soit en gros 10 000m2 par éolienne, premiers chiffres trouvés à la louche...
« Modifié: 03 Décembre 2008 à 12:46:39 par TDC »
IP archivée

mat

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2670
  • OM NAMO BAGHAVATE
IP archivée

TDC

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1028
Re : "Sortir du nucléaire" Tricastin, projets d'enfouissement..
« Réponse #39 le: 05 Décembre 2008 à 08:55:20 »

"...peut-on mieux faire ?"

La belle question !!! C'est une évidence, on peut toujours mieux faire... !

Ce que je remarque, c'est que ce site et ses documents sont de la même sorte que toute "entreprise" commerciale, cela rejoint mon sentiment que ses écolos là roulent pour ceux-là même qu'ils affirment combattre.
Dans leur langage, on retrouve tous les poncifs et habituels termes propres aux logiques actuelles, "création d'emploi" (sans dire lesquels...), production, alternatif, renouvelable, économie, accaparer, budgets publics, ... bref, non contents d'avoir des subventions de ces mêmes budgets publiques, ils vendent leurs "documents", 10€ et 12€, le tout pour ne rien apporter de plus que n'importe quelle personne censée, pire, pour ne rien proposer d'autre que de déplacer des budgets d'un sujet nucléaire vers une énergie "alternative" qui, aujourd'hui, montre qu'elle est loin d'être à la hauteur.
L'Eolien, c'est cher, moche, ça demande de grandes surfaces foncières, et ça produit pas beaucoup d'électricité...
Le Solaire, c'est cher, ça demande de grandes surfaces foncières ou de toitures, et ça ne produit pas beaucoup d'électricité...
Le bois, c'est de plus en plus cher, ça demande de détruire de grandes surfaces boisées, cela même qu'on reproche à de grands pays comme le Brésil, et ça produit de la pollution atmosphérique...
Les techniques thermiques de récupération et de transformation de chaleur, c'est un peu moins cher, mais ça impose que les ménages s'endettent pour les installer dans leurs maisons, ce qui en fait un produit réservé aux classes moyennes et supérieures, qui aujourd'hui ont autre chose à penser que de "changer de mode énergétique"...

En clair, ils parlent de propositions "à la pointe de l'innovation", mais sans s'éloigner de la règle économique actuelle : argent/chercher et trouver des palliatifs (inefficaces et hors de prix...), remplacer un système (nucléaire) par d'autres (tout aussi ridicules et contre-productifs sue le fond), en clair, ils veulent profiter du système économique de l'argent public pour vivre et imposer leurs marchés.

Pourquoi ne parlent ils pas des chercheurs qui ont trouvé, démontré, que des systèmes énergétiques sont dors et déjà disponibles pour l'ensemble de la planète ?

Auraient-ils peur de menacer les intérêts des pays et de leur mainmise sur l'énergie et nos compteurs EDF/GDF ?
Je penche pour cette réponse, et partant de ce constat, cela confirme qu'ils ne valent pas mieux que ceux qu'ils disent combattre, et étant donné que l'énergie actuelle se base sur une infrastructure qui est déjà payée en grande partie, leur combat de vouloir imposer l'investissement sur des projets qui de toute évidence n'ont aucun avenir me parait parfaitement inconcevable.

Qu'ils se battent pour l'annulation de l'EPR est éventuellement une bonne chose, ce projet ne représentant pas une grande avancée, hormis pour les sociétés qui l'ont vendu.
Mais qu'ils veuillent nous faire croire qu'il vaut mieux dépenser ces 3M€, juste pour créer 10 000 emplois, et construire des éoliennes, bruler du bois, récupérer notre caca pour chauffer la maison, ou utiliser les courants marins pour alimenter le réseau EDF, c'est tout simplement se foutre de la gueule du monde, et mentir de deux manières :
La première, en faisant croire que leurs techniques sont l'avenir de l'énergie
La seconde, par omission, en ne parlant pas des VRAIES alternatives.

Cela fait au moins deux bonnes raisons pour classer ces écolos là comme ils le devraient, dans la catégorie "assistés", par les pouvoirs publics au travers des subventions qui leur permettent de continuer à exister, en contre partie de quoi ils s'engagent à ne rien faire, d'efficace !!!
Leur alternative n'en n'est pas une, c'est simplement nous faire croire qu'il faut remplacer le méchant (le nucléaire), par le bon (le renouvelable).
IP archivée

TDC

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1028
Re : "Sortir du nucléaire" Tricastin, projets d'enfouissement..
« Réponse #40 le: 05 Décembre 2008 à 09:08:41 »

Et bien entendu, je ne parle même pas de leur soutien à la théorie du réchauffement global résultant de l'activité humaine... Là encore, aucun d'entre eux n'a osé parler de la vérité, ils ont là encore un "contrat" tacite avec leurs fournisseurs d'€ pour fermer leur gueule, ils ont également vu comment le pouvoir s'occupe du cas de ceux qui l'ouvre...
Le dernier exemple étant l'ancien présentateur météo, aujourd'hui à la radio, et dont la sortie du livre lui a valu d'être ridiculisé dans les médias...

Ils sont où, les écologistes sérieux, honnêtes, les vrais, ceux qui passent à la télé et dans les journaux ? ... et bien il n'y en a pas, ni ARTHUS BERTRAND avec ses magnifiques reportages, c'est vrai, mais qui lui aussi ne produit ses documentaires que pour vivre, nous culpabiliser, mais en aucun cas pour nous informer, réellement ! Pas plus que la HULOTte, ni AUCUN des pseudos journaliste/reporter, spécialistes de la Terre et de la Nature... AUCUN d'eux n'a encore osé abordé le sujet ENERGIE et CLIMAT d'une manière honnête, claire et sans détour, à la vue et au su de tous.

AUCUN !

Alors l'alternative écologiste, c'est juste un passe temps, un "faux sujet", c'est proposer un "plan de relance" climatique, aussi inefficace et inutile face aux réalités des problèmes que notre Terre traverse, que l'est un "plan de relance" face à une crise que les pouvoirs continuent de n'aborder que sous l'aspect financier et économique au lieu de reconnaître que c'est tout le système qui a failli.
IP archivée

mat

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2670
  • OM NAMO BAGHAVATE
Re : "Sortir du nucléaire" Tricastin, projets d'enfouissement..
« Réponse #41 le: 08 Décembre 2008 à 09:02:56 »

Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 840 associations
Communiqué du vendredi 5 décembre 2008 - Contact : 06.64.100.333


Le problème du nucléaire éludé dans l'émission
de Mme Borloo (Béatrice Schönberg)...  comme
au Grenelle de l'environnement avec M. Borloo !

Le Réseau "Sortir du nucléaire" réclame un grand
débat télévisé à 20h45 sur la question du nucléaire
 

L'émission "Ils font bouger la France", animée mardi sur France 2 par Béatrice Schönberg (Mme Borloo), et consacrée aux questions énergétiques, a soigneusement évité le problème du nucléaire. Le Réseau "Sortir du nucléaire" dénonce une façon injustifiable de protéger cette énergie dangereuse et polluante : ne pas en parler... pour être sûr qu'elle ne soit pas contestée.


 
Mardi 2 décembre 2008, en "prime-time", la télévision française a offert un spectacle comme elle seule en a le secret : l'animatrice d'une émission de grande écoute n'était autre que l'épouse du ministre en charge des questions traitées ce soir là : environnement, énergie, industrie. Et le déroulement de l'émission ne peut qu'aviver les soupçons de collusion entre la politique gouvernementale (pronucléaire en l'occurrence) et le choix éditorial fait pour cette émission.
 
En effet, alors que la politique énergétique française est marquée par un soutien sans faille à l'industrie nucléaire, il a été question de toutes les énergies... sauf du nucléaire. Le Réseau "Sortir du nucléaire" ne peut que faire le rapprochement avec le Grenelle de l'environnement, animé par M. Borloo, et au cours duquel toutes les questions environnementales ont été abordées... sauf le nucléaire. Une façon "idéale" de protéger cette énergie pourtant dangereuse et polluante : ne pas en parler, c'est être sûr qu'elle ne sera pas contestée.
 
Lors de l'émission de France 2, il a certes été largement question des énergies renouvelables, mais cela ne justifie en rien le tabou sur le nucléaire. Il était parfaitement justifié d'évoquer largement les pollutions causées par les énergies fossiles, mais passer sous silence celles du nucléaire ne pouvait que conforter l'idéologie officielle, et absurde, selon laquelle le nucléaire serait une énergie propre (ce qui est faux : graves contaminations par les mines d'uranium, production de déchets nucléaires, rejets radioactifs et chimiques dans l'environnement, fuites, incidents, accidents, etc)
 
Deux reportages au moins permettaient de poser directement la question du nucléaire :
 
- le reportage sur les sables bitumineux de l'Alberta (Canada) : leur extraction cause d'une véritable catastrophe environnementale... et pourtant l'industrie nucléaire, et en particulier l'entreprise française Areva, propose une centrale nucléaire pour fournir l'énergie nécessaire à cette activité nuisible.
 
- le reportage sur la voiture électrique : celle-ci a été présentée comme "propre" si elle est rechargée sur le secteur. Or, dans ces conditions, elle est rechargée "au nucléaire" et est donc responsable de la production de déchets radioactifs... ainsi que de fortes émissions de co2. (*)
 
Le Réseau "Sortir du nucléaire" ne peut que protester contre cet incroyable tabou sur le nucléaire, et réclame au contraire un grand débat télévisé sur cette question de société. Ce serait d'ailleurs la meilleure façon d'infirmer les soupçons de collusion entre la politique de M Borloo et les choix éditoriaux de son épouse.
 
IP archivée

mat

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2670
  • OM NAMO BAGHAVATE
Re : "Sortir du nucléaire" Tricastin, projets d'enfouissement..
« Réponse #42 le: 09 Décembre 2008 à 17:56:47 »

Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 840 associations
Communiqué du 9 décembre 2008
 
 
Oppositions à l'enfouissement des déchets radioactifs
 
Le Réseau "Sortir du nucléaire" appelle
à participer à une manifestation à
Grand (88) samedi 13 décembre 2008
au carrefour des Vosges, de la Meuse et de la Haute-Marne


 
Manifestation
"Pas de poubelle nucléaire sous nos villages"
Non à l'enfouissement des déchets nucléaires
Départ à 14h à Grand (Place des Halles)

 
 
 
Le Réseau "Sortir du nucléaire" appelle les citoyens de l'Est de la France à participer samedi 13 décembre à une manifestation contre l'enfouissement des déchets radioactifs. Depuis juin dernier, le Réseau "Sortir du nucléaire" et ses associations adhérentes, ainsi que de nombreux autres citoyens, se mobilisent contre le projet de l'Etat qui, par l'intermédiaire de l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), recherche un site pour y enfouir des déchets radioactifs.
 
Parmi les 3115 communes présélectionnées par l'Andra, plus de 99% ont refusé le "cadeau" empoisonné des déchets radioactifs, malgré les fortes sommes publiques offertes par l'Etat (ce que l'on peut considérer comme une sorte de "corruption légale"). Malgré l'opacité totale entretenue sur ce dossier par l'Andra, il apparaît qu'une vingtaine de maires ont proposé leurs communes… sans demander l'avis de leurs concitoyens. Des mobilisations citoyennes entendent faire échouer ces manœuvres indignes.



Appel des Habitants vigilants de Meuse/Vosges/Haute-Marne :
 
Parce qu’en réponse à l’offre de candidature à un nouvel enfouissement de déchets nucléaires (FAVL) lancée par l’ANDRA, la majorité des communes de la région a répondu “non”…
 
Parce que dans les communes qui se sont portées candidates (3 dans le sud-meusien, 3 dans l’ouest des Vosges, et 9 en Haute-Marne - voir carte jointe), la décision a été prise par des conseils municipaux sans que soient ni concertés, ni même prévenus les habitants, sans information ni débat contradictoire !
 
Parce que, si ces déchets sont enfouis dans le sous-sol et que leur radioactivité se propage, toute cette région sera concernée et condamnée, et pas seulement la commune qui sera choisie parmi les candidates…
 
Parce que les habitants ne veulent pas de ce projet, ni en Meuse, ni en Haute-Marne, ni dans les Vosges, et pour faire savoir aux conseils municipaux concernés, mais aussi à l’ANDRA et au gouvernement, que ce ne sont pas seulement quelques “récalcitrants” qui s’opposent, mais bien l’ensemble de la population de ces départements.
 
Les participants porteront des pancartes indiquant le nom de votre ville ou village...

Contact : 03 29 89 60 19 - 03 29 06 76 20
IP archivée

mat

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2670
  • OM NAMO BAGHAVATE
Re : "Sortir du nucléaire" Tricastin, projets d'enfouissement..
« Réponse #43 le: 10 Décembre 2008 à 10:47:06 »

Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 840 associations
Communiqué du mardi 9 décembre 2008 - Contact : 06.64.100.333
 

"Nucléaire et développement régional" les 11/12 décembre à Tours :
Le Réseau "Sortir du nucléaire" dénonce
un colloque sous influence pronucléaire

- Les intervenants ont été choisis... par EDF !
- Des contributeurs "gênants" ont été écartés



Les 11-12 décembre 2008 à Tours, se tient un Colloque international intitulé "Nucléaire et développement régional" (http://calenda.revues.org/nouvelle11624.html). Ce Colloque est organisé par l'Université François Rabelais de Tours... avec le soutien de la Fondation EDF (dite "Diversiterre").

Mais il s'agit bien plus que d'un simple "soutien" puisque... c'est EDF qui a choisi les intervenants : les propositions de contributions (http://afhe.ehess.fr/document.php?id=626) étaient à envoyer à Yves Bouvier, du Comité d'histoire de l'électricité de la Fondation EDF, et à Alain Beltran, directeur de recherche au CNRS mais aussi... Président du Comité d'histoire de l'électricité de la Fondation EDF !

Il est donc avéré que EDF a la main mise sur ce Colloque dit "universitaire". D'ailleurs, certaines contributions "gênantes" ont été écartées. Ainsi, alors que l'appel à contribution annonçait "le point de vue de la région, du département, des élus locaux, des associations", la contribution proposée par Stéphane Lhomme (Réseau "Sortir du nucléaire") a été refusée. Pourtant, détenteur d'un DEA de sociologie, ce représentant associatif apportait aussi des garanties sur le plan universitaire.
 
Il est vrai que le titre de la contribution, "Industrie nucléaire en région : s'imposer par la force et la ruse" ne convenait certainement pas à EDF qui, de toute évidence, entend démontrer à travers ce colloque que l'industrie nucléaire est une bénédiction pour les régions où elle a été imposée. D'ailleurs, la présentation du Colloque avive les craintes :
 
- "Comprendre comment la greffe nucléaire a réussi" : prétendre que cela a "réussi", c'est clore la discussion et décréter que le nucléaire est accepté.
- "Le nucléaire a-t-il fait partie de l'image valorisante de la région ou est-ce en définitive un atout secondaire ?" : en posant la question ainsi, le nucléaire est dans tous les cas une chance, la question étant juste de savoir si elle est grande ou au pire secondaire.
 
On peut certes penser que divers intervenants sont de bonne foi et s'exprimeront librement, mais il est hélas évident que ce Colloque "universitaire" est sous influence pronucléaire, voire même sous la tutelle d'EDF. C'est injustifiable.
IP archivée

mat

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2670
  • OM NAMO BAGHAVATE
Re : "Sortir du nucléaire" Tricastin, projets d'enfouissement..
« Réponse #44 le: 11 Décembre 2008 à 15:42:52 »

Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 840 associations
Communiqué du jeudi 11 décembre 2008 - Contact : 06.64.100.33


Le Réseau "Sortir du nucléaire" accuse Areva et
quatre magazines pour les jeunes de tromperie


5 plaintes sont déposées devant le tout nouveau
Jury de déontologie publicitaire contre Areva et
les magazines Science et Vie Junior, Image doc,
Les Clés de l'actualité et Clés de l'actualité Junior


Voir dossier complet et les publicités en question ici  :
Areva et les magazines pour les jeunes
 
 
 
Le Réseau "Sortir du nucléaire" a déposé devant le tout nouveau Jury de déontologie publicitaire cinq plaintes contre Areva et quatre magazines spécialisés pour les jeunes. Dans ces derniers, l'entreprise nucléaire mène une puissante offensive publicitaire marquée par des méthodes intolérables ayant clairement pour but de tromper les jeunes lecteurs et de les influencer en faveur du nucléaire.

A ce jour, Sciences et vie Junior, Images Doc, Les Clés de l'actualité et Les Clés de l'actualité Junior sont concernés. Dans ces magazines, Areva ne s'est pas contentée de s'offrir des nombreuses pages de publicité : l'entreprise a surtout trompé les jeunes lecteurs en faisant passer ses publicités pour des jeux et des articles (dans Sciences et Vie Junior), ou des dossiers "de la rédaction" dans les quatre magazines.

Le contenu de ces encarts est bien sûr outrageusement pronucléaire et contient des "informations" du genre "Areva est une grande entreprise industrielle internationale qui propose des solutions pour produire de l'énergie sans CO2." Rien à voir avec les informations équilibrées que les jeunes sont en droit d'attendre sur un tel sujet de société.

Les magazines ont participé à la tromperie et cautionné le contenu pronucléaire de ces "vraies-fausses" publicités en y apposant leurs logos et signatures. Pire : la mention "publicité" est parfois absente, ou alors remplacée par "Publi-info Science et Vie Junior" ou "Publi-information en partenariat avec les Clés de l'actualité", ce qui laisse croire que les documents en question ont été rédigés par les rédactions des magazines en question, alors qu'ils l'ont été en totalité par Areva.

Et, au cas ou les jeunes lecteurs n'auraient pas encore "mordu à l'hameçon", des formulations et des montages trompeurs accréditent encore l'idée que ce sont les rédactions qui sont responsables du contenu des pages concernées. Ainsi, un quatre-pages d'Areva est signé "Areva avec Images doc", un autre est signé "Les clés de l'actualité, avec la collaboration d'Areva" : il s'agit d'une tromperie manifeste.

Les demandes de rectificatifs par le Réseau "Sortir du nucléaire" se sont soldées par des refus ou… des "propositions commerciales" : acheter des publicités dans Sciences et Vie Junior pour "répondre" à Areva !

Constatant certainement que ses nombreuses publicités "ordinaires" avaient du mal à convaincre les jeunes, Areva s'est assuré la caution des magazines dans le but évident que les jeunes lecteurs se disent "Le nucléaire ne peut pas être une mauvaise chose puisque mon magazine préféré s'affiche ouvertement avec Areva". Ces méthodes sont d'autant plus injustifiables qu'elles visent des jeunes lecteurs qui n'ont pas forcément l'expérience et le recul pour décrypter les tromperies. C'est aussi une atteinte à la laïcité, d'autant que de nombreux établissements scolaires reçoivent ces magazines.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" a saisi le Jury de déontologie publicitaire (JDP)… en espérant que cette instance fera preuve d'indépendance contrairement à son prédécesseur, le Bureau de vérification de la publicité (BVP), qui a régulièrement prouvé sa soumission aux publicitaires. Le Réseau "Sortir du nucléaire" entend aussi saisir la justice dans cette affaire.
IP archivée