Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Auteur Sujet: Le Terrorisme  (Lu 2498 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

freddy

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 9384
Re : Le Terrorisme
« Réponse #30 le: 03 Novembre 2017 à 03:27:10 »

Cameroun : cinq enfants tués dans un attentat-suicide commis par une fillette

Un groupe d’enfants jouait lorsqu’"une fillette s’est introduite" au milieu d’eux, actionnant sa charge explosive. Une attaque attribuée à Boko Haram

Cinq enfants ont été tués mardi soir et deux autres blessés dans un attentat-suicide dans l’extrême-nord du Cameroun, en proie à de récurrentes attaques attribuées aux jihadistes nigérians de Boko Haram. Les faits se sont déroulés mardi vers 19h45 dans le village de Zamga, à 2 km de la frontière nigériane, a rapporté sous couvert d’anonymat un responsable sécuritaire de la zone joint depuis Yaoundé.

Un groupe d’enfants jouait lorsqu’"une fillette s’est introduite" au milieu d’eux, actionnant sa charge explosive, a expliqué le responsable sécuritaire.

Dimanche et lundi, au moins vingt personnes avaient été tuées dans des attaques menées par Boko Haram au Nigeria et au Cameroun.

suite et source ===> http://www.sudouest.fr/2017/11/01/cameroun-cinq-enfants-tues-dans-un-attentat-suicide-commis-par-une-fillette-3911487-4803.php
IP archivée
Si vous n'êtes pas vigilants, les médias arriveront à vous faire détester les gens opprimés et aimer ceux qui les oppriment.

Malcolm X

Ascellu

  • ****
  • En ligne En ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 444
Re : Le Terrorisme
« Réponse #31 le: 12 Novembre 2017 à 13:32:59 »

La condamnation d’Abdelkader Merah masque le rôle de l’Otan dans les réseaux islamistes
Par Anthony Torres

Abdelkader Merah, le frère du meurtrier responsable des attentats de Montauban et de Toulouse en 2012 a été condamné à 20 ans de prison pour « association de malfaiteur », sans être reconnu coupable de complicité d’assassinat. Cette peine extraordinaire, vu l’issue du procès, vise à renforcer l’atmosphère d’intimidation contre les Musulmans qui pèse déjà sur la France. Elle cache également le rôle des réseaux du renseignement français, actifs dans la guerre en Syrie à l’époque, et auxquels participait le frère d’Abdelkader, Mohamed Merah.

Mohamed Merah a tué sept personnes entre le 11 et le 19 mars 2012 dans le sud-ouest de la France : trois parachutistes d’origine maghrébine de régiments déployés en Afghanistan et trois enfants et un professeur d’une école juive. Il a trouvé la mort lors d’un assaut du Raid.

Abdelkader Merah a été arrêté et est emprisonné depuis cinq ans dans l’attente de son procès pour complicité d’assassinat. Après cinq semaines de procès, la cour a souligné que Mohamed Merah a « toujours été seul »pendant les sept assassinats, les 11, 15 et 19 mars 2012.

La cour a donc jugé «que les éléments à charge existant contre l’accusé étaient insuffisants et que le doute devait lui profiter». Pour la cour, la simple participation à une association de malfaiteurs est «insuffisante» pour le condamner pour complicité d’assassinat. Il n’a pas été prouvé qu’Abdelkader Merah avait apporté une «aide ou une assistance» à son frère.

Abdelkader Merah a été reconnu coupable d’« association de malfaiteur », et condamné à la peine maximale pour ce type d’infraction, pour avoir aidé Mohamed Merah a voler un scooter qui servit à mener les tueries. 20 ans de prison est une peine lourde pour ce genre d’infraction. Le parquet qui avait réclamé la perpétuité pour Abdelkader a fait appel de la décision.

Dans un éditorial de l’Express, Christophe Barbier écrit : « Décréter qu’Abdelkader Merah n’est pas complice d’assassinats revient à dire que son frère Mohamed était un loup solitaire. Or, nous savons que cela est faux. Ce procès n’a donc pas permis de faire toute la lumière sur la nébuleuse Merah. Ensuite, la décision du tribunal sous-entend qu’il n’y a pas de complicité lorsque l’on arme intellectuellement, religieusement et mentalement un tueur. Pourtant, il est évident que l’influence d’Abdelkader sur Mohamed a été décisive. »

Barbier a prétendu qu’une peine extraordinaire était nécessaire pour faire peur aux islamistes : « Enfin, c’est un message politique que la France a envoyé aux djihadistes. Les différents groupuscules vont se dire que la République Française est faible, qu’elle retient ses coups. La France doit montrer qu’elle sait combattre ses ennemis. »

Les réactions des médias et de la classe dirigeante sont une fraude politique. En mettant les tueries sur le compte de l’ « emprise idéologique » qu’Abdelkader Merah aurait eu sur son frère, on cherche à couvrir le rôle réactionnaire de l’État et du renseignement, qui connaissaient Mohamed Merah bien avant les attentats. En prétendant faussement que l’État était dépassé par l’islamisme et qu’il fallait lui accorder des pouvoirs draconiens pour lutter contre le terrorisme, on a créé un prétexte pour l’état d’urgence et des attaques massives contres les acquis des travailleurs.

En fait, quelques semaines après les tueries, le magazine Les Inrockuptiblescitait ainsi des sources italiennes : «Selon des sources au sein des services de renseignement qui ont parlé avec ll Foglio, la Direction générale de la sécurité extérieure a obtenu pour lui [Mohamed Merah] – en le présentant comme un informateur – une entrée en Israël en septembre 2010, via un poste de contrôle à la frontière avec la Jordanie. Son entrée en Israël, couverte par les Français, visait à prouver au réseau djihadiste sa capacité à passer à travers la frontière avec un passeport européen.»

De l’aveu même de l’ex-chef du renseignement intérieur Bernard Squarcini, Merah s’était rendu à plusieurs reprises dans les locaux de la DCRI après ses voyages en Afghanistan et au Pakistan – en Octobre et novembre 2011 – pour discuter de ce qu’il avait vu. Squarcini appelle cela un «entretien administratif sans contrainte, puisque nous n’étions pas dans un cadre judiciaire.» Merah donnait donc librement à la DCRI les informations qu’elle lui demandait ; c’est-à-dire qu’il fonctionnait comme un informateur, que ce soit officiellement ou non.

Dans La Dépêche du Midi, Yves Bonnet, ex-chef de la Direction de la surveillance du territoire (DST) aujourd’hui absorbée par la DCRI, se demandait à l’époque si Merah était un informateur de la DCRI : « Ce qui interpelle, quand même, c’est qu’il était connu de la DCRI non pas spécialement parce qu’il était islamiste, mais parce qu’il avait un correspondant au Renseignement intérieur. Or, avoir un correspondant ce n’est pas tout à fait innocent. Ce n’est pas anodin. … [J]e ne sais pas jusqu’où allaient ces relations, voire cette « collaboration » avec le service, mais on peut effectivement s’interroger sur ce point.»

Le procès d’Abdelkader Merah a confirmé ces éléments. Interrogé par la cour, l’ex-chef du renseignement toulousain, Christian Balle-Andui a expliqué que le 15 juin et le 29 juin 2011, il avait demandé une procédure de judiciarisation, notant l’attitude « inquiétante » de Mohamed Merah. Selon Balle-Andui, Mohamed Merah était fiché. Le 15 mars, Balle-Andui s’est vu refusé l’accès aux images de vidéo surveillance. Après, il a estimé qu’il « aurait pu à 60 pour cent identifier le tueur au scooter au vu de sa silhouette ».

L’information la plus importante fournie par Balle-Andui est que Merah faisait partie d’une liste de terroristes de « premier ordre » sur Toulouse comprenant « l’émir blanc Olivier Corel, les frères Clain, voix des attentats du 13 novembre ou encore le djihadiste de l’Etat Islamique Sabri Essid ». Ces révélations de l’ex-patron du renseignement sur Toulouse confirment l’analyse du WSWS sur l’implication de l’Etat et des services de renseignement dans les guerres au Moyen-Orient comme dans les attentats islamistes en France.

Ces attentats sont la conséquence des guerres menées à partir de 2011 par l’OTAN, en s’appuyant sur des groupes islamistes liés à Al Qaida et Daech contre les régimes de Kadhafi en Libye et d’Assad en Syrie. Les agences de renseignement entraient en contact avec des éléments tels que Merah et les aidaient à se déplacer internationalement pour faire fonctionner les réseaux qui envoyaient des combattants au Moyen-Orient depuis l’Europe et la France.

On a présenté Merah comme un « loup solitaire » pour cacher le fait que les réseaux dont il faisait partie, et qui combattaient à l’époque dans les guerres impérialistes en Libye et en Syrie, comprenaient les responsables des attentats du 13 novembre 2015, revendiqué par Daech. Ceci s’est avéré être le prétexte que la classe dirigeante française a utilisé pour légitimer l’imposition de l’état d’urgence, la loi travail de Myriam El Khomri et les ordonnances de Macron.

source:https://www.mondialisation.ca/la-condamnation-dabdelkader-merah-masque-le-role-de-lotan-dans-les-reseaux-islamistes/5617817
IP archivée
Aussi paradoxal que cela puisse paraître, il y a un chemin à parcourir et il faut le parcourir, mais il n'y a pas de voyageur. Des actes sont accomplis, mais il n'y a pas d'acteur