Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !

Auteur Sujet: Communauté ou sentiment d'appartenance: où commence l'un, où finit l'autre?  (Lu 194 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Phil R.

  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 5

Notre sujet du samedi 11 novembre: de 23h à 2h du matin.
IP archivée
Tout ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort, sauf quand les raisons de cette violence sont mesquines.

Vernaculaire

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 109

Sylvain, Philippe et Christophe (par ordre de présentation) étaient les animateurs de l'émission « La philo de comptoir » diffusée le samedi 11 novembre 2017 à partir de 23:00 avec pour thème « Communauté ou sentiment d'appartenance : où commence l'un, où finit l'autre ? ».

L'émission a commencé par une définition de la maïeutique, c'est-à-dire le fait d'arriver soi-même à sa propre conclusion.
Philippe a encouragé les auditeurs à lire Platon et tout particulièrement le « Gorgias ».
Sylvain a ensuite détaillé le statut des philosophes de la Grèce antique à travers Socrate, les Sophistes et la recherche de la vérité qui constitue le fond de la démarche du philosophe.

Le sujet a été introduit en citant le rythme des saisons et la célébration des solstices et des équinoxes qui fait de nous tous des Européens par le climat par l'intermédiaire des fêtes célébrées même si beaucoup ont oublié leur signification première.

Sylvain a lancé la question de la vision du démantèlement possible de l'Europe à travers les évènements de Catalogne.
Philippe a témoigné du fait que chaque région d'Espagne ne se sentirait pas entièrement espagnole.
Christophe a cité les exemples de la Guadeloupe et de la Martinique avec une nuance dans leur sentiment d'appartenance à la France.
Il a été insisté sur l'histoire des Catalans issus d'un peuplement spécifique par rapport aux Ibères.
Le Portugal a aussi été cité à travers l'histoire du peuple lusitanien et de son héritage celte.

L'histoire de France a été mise en perspective d'une histoire supra-nationale ou supra-ethnique qui a aboutit à la création d'un état nation.
On peut ainsi se demander si le sentiment d'appartenance doit être exclusif.
Sylvain a cité quelques exemples d'états américains comme le Minnesota avec une présence importante de Suédois d'origine ou la Louisiane avec une présence importante de Français d'origine et évoqué l'importance du phénomène du patriotisme américain.
Une des différences entre les Etats-Unis et l'Europe a été abordée en rapport avec les Etats-Unis où le principe de subsidiarité est appliqué et l'Union européenne où ce sont les institutions européennes qui devraient prévaloir avec le traité de Lisbonne.
Les phénomènes de l'élection de Donald Trump aux Etats-Unis, du Brexit et de la tentative d'indépendance de la Catalogne vont peut-être générer de futurs phénomènes de séparation.

La question a été posée de savoir si le sentiment d'appartenance est rationnel et s'il pousse à la séparation ?

Philippe a souligné la différence entre les Etats-Unis où chaque état revendique avec une certaine fierté son histoire aussi bien au niveau fédéral qu'au niveau de l'état alors qu'il serait demandé aux Européens de nier leur histoire.
Le terme d'identité a été revendiqué par Christophe alors que Sylvain a posé la question de la dangerosité de la notion.
Philippe a ressenti, en se rendant sur place, le besoin des Catalans de revendiquer leur spécificité et de laisser les Catalans faire leur choix même s'ils se trompent.
Christophe a introduit la notion de précédent pour le reste des populations européennes qui pourraient revendiquer leur spécificité.
Philippe s'est interrogé pour savoir si l'Europe est une fatalité ?
Sylvain a ensuite cité la logique du Brexit qui conduirait à la désunion du Royaume-Uni et à la destruction de la démocratie par la démagogie.
Christophe a tenté de concilier par l'économie les points de vue (très) différents de Sylvain et de Philippe.

Sylvain a relancé le débat en se demandant qu'est-ce qui pousse une population à se singulariser ?

Les signes extérieurs d'une personne ne sont pas forcément concordant avec le sentiment d'appartenance qu'elle éprouve.
Sylvain a développé la situation des afro-américains, des asiatiques et des populations autochtones amérindiennes particulièrement discriminés avec la validation en 1882 par la Cour suprême des Etats-Unis de la Ségrégation (et ensuite l'infirmation en 1964 par la même) et le contre-pied total pris dans certains univers comme celui des comics de super-héros américains.
Le phénomène de la séparation des quartiers aux Etats-Unis a ensuite été débattu.
Philippe a affirmé que le multiculturalisme est beaucoup plus promu aux Etats-Unis mais moins appliqué qu'en France.

C'est toujours Sylvain qui pose la question de savoir si le sentiment d'appartenance à une communauté est subi ou volontaire ?

Philippe a cité Emmanuel Kant définissant la communauté comme troisième catégorie de l'entendement avec un côté passif et actif.
Certaines communautés sorties du placard comme la communauté LGBT ou celle des travailleurs du sexe ont subi leur statut.
Idem pour la communauté des geeks ou du porno popularisées voire starifiées par certains médias comme le cinéma.
La communauté devient parfois un vecteur dans une optique de promotion sociale comme dans la télé-réalité ce qui implique une confusion du moyen et de la fin.
L'exemple de l'adolescence montre souvent la nécessité de l'intégration à une communauté pour assumer son individualité.
Il peut ainsi arriver que le rebelle de par son appartenance à une communauté devienne le plus acharné des conformistes.
Un exemple de refermement au sein même d'une communauté a été détaillé à travers celui de certains geeks ultraspécialisés sur un seul sujet au sein de la communauté.
Sylvain a cité Sigmund Freud au sujet des rapports entre individualité et communauté et de l'équilibre qui peut en résulter quand l'individu prend sa place au sein de la communauté.

Sylvain se demande ensuite si l'appartenance à une communauté peut être le fruit d'une frustration ?

Il émet l'hypothèse que les deux idéologies communiste et national-socialiste devenues des communautés ont pu être rejointes par certains membres suite à leurs frustrations.
Un point historique sur les leaders du national-socialisme a permis de montrer que les dirigeants du mouvement étaient en contradiction avec les critères de leur communauté.
Le désir de se laisser posséder par une communauté constitue aussi une facilité évitant un effort intellectuel.
Le management des méga corporations a aussi été observé à travers la demande d'un sentiment d'appartenance à l'entreprise et à sa culture formulée par l'entreprise à son futur employé.
Christophe a développé son expérience de la communauté de la sécurité publique et comment il a fini par se sentir faire partie d'une famille (dans le texte) et à la limite suivre une profession de foi.
Le fait de quitter cette communauté lui a fait ressentir la perte d'une partie de lui-même.
Dans le genre, il a été affirmé que le sentiment d'appartenance est vital dans le cas d'un groupe de combat.

Sylvain retourne (selon son propre terme) la problématique en se demandant ce qui se passe si on refuse l'appartenance à un groupe ou à une catégorie ?

La personnalité d'Ernst Udet a été citée en référence à la parenthèse historique concernant le national-socialisme présente plus haut.
Le fait de se revendiquer en tant qu'être humain est-il aussi la résultante de l'appartenance à une communauté ?
Christophe affirme l'humanisme comme un club fermé en rapport avec les animaux, le végétal et même le minéral.
Ce sera l'occasion d'examiner le fonctionnement des végétaux entre eux et dans quelle mesure ils seraient conscients.
Ainsi, faut-il considérer des animaux comme des êtres à part entière ?
Sylvain en a profité pour citer dans une perspective historique les quatre écoles du naturalisme, de l'animisme, du totémisme et de l'analogisme ainsi que Sandro Botticelli puis les guerres de religion et la nécessité de l'humanisme pour mettre fin à ces guerres.
Mais sur quels critères définir l'humanisme ?
La controverse de Valladolid a été évoquée et François Rabelais cité comme argument (le rire est-il le propre de l'homme ?) au sujet du catactère humain des populations du nouveau monde ainsi que Martin Luther avec son avis très prudent au sujet de l'humanité des populations d'Afrique.
La conversation est venue sur ce qui pourrait se passer en cas de rencontre avec des extraterrestres.

Le lecteur voudra bien me pardonner l'interruption du compte-rendu motivée par le fait que l'émission ayant dépassé sa durée annoncée, je n'ai pas été en mesure d'écouter la fin des échanges du trio des participants.
Il ne s'agit bien sûr ici que d'une tentative (peut-être) maladroite et (certainement) non exhaustive de résumer au fil de l'eau (de l'onde dans ce cas) les propos des intervenants.
Ceux-ci voudront bien par avance me pardonner s'ils ne se sont pas reconnus en partie ou en totalité dans les lignes qui précèdent.

La guitare acoustique et le titre « Love is All » de Roger Glover auront caractérisé les pauses musicales de l'émission.

Comme de coutume, l'enregistrement de l'émission a fait l'objet d'une nouvelle diffusion sur le canal 9A de la RNT en Ile-de-France et sur Internet :

- dimanche 12 novembre 2017 à partir de 19:00,
- lundi 13 novembre 2017 à partir de 07:00.

Enfin, l'enregistrement audio de l'émission est disponible sur le site Internet RimCast.fr sous la référence :

Sylvain-Philo-de-comptoir-Communaute-Appartenance-111117-2h50.mp3

IP archivée

Phil R.

  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 5

Rien à dire, une très belle description du déroulement de notre émission. J'ai re-vécu la soirée en relisant le texte précédent. Une vision extérieure juste et pertinente. Il n'y a plus qu'à la ré-écouter dans le détail.
En effet, pris dans le feu de l'action, nous avons dépassé de quelques minutes le temps imparti. On fera attention.
Encore une autre difficulté, énormes problèmes de réseau ce soir-là (la radio n'y étant pour rien techniquement): les auditeurs ne pouvaient pas nous appeler.
Nous avons sués à grosses gouttes pour tenir le micro, sans répondant, pendant trois heures. Les interventions des auditeurs sont toujours très enrichissantes, et vitales pour nous motiver, parfois pour nous faire penser à d'autres points de vue. Mais là, pas moyen... Encore des problèmes de réseau, d'ailleurs, deux jours après. Sur mon ordi personnel, par exemple... pour les mêmes raisons, au moment où j'écris.
A la prochaine, donc, cette fois avec des auditeurs qui pourront appeler.
« Modifié: 13 Novembre 2017 à 16:32:15 par Phil R. »
IP archivée
Tout ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort, sauf quand les raisons de cette violence sont mesquines.

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • En ligne En ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 13726

La panne historique de l'entreprise OVH avait eu pour conséquence de couper nos lignes.
Elles sont rétablies depuis ce lundi matin.
IP archivée
On n'est jamais si bien trahi que par ses amis.
Protégez-moi de mes amis, mes ennemis je m'en charge..
http://cryonautes.com - http://protocole-oracle.com

Argonot

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 941

Je n'ai pas écouté l'émission, mais d'après le compte-rendu elle semblait d'un très bon niveau intellectuel .

Le niveau d'appartenance le plus élémentaire est peut-être la famille . Le membre d'une famille bénéficie de certains privilèges , mais doit aussi subir certaines contraintes .

Au niveau immédiatement supérieur , il y a le clan . Un concept tombé en désuétude, sauf peut-être en Ecosse ( il existe une marque de whisky qui , dans ses campagnes de  publicité , met en avant le clan qui le produit : " ici commencent les terres du clan C....... " ) .
« Modifié: 14 Novembre 2017 à 00:53:37 par Argonot »
IP archivée