Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Auteur Sujet: « Vidéodrome » / Cronenberg (1983)  (Lu 331 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Capitaine Renard

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1085
  • Tengu Zen'
« Vidéodrome » / Cronenberg (1983)
« le: 02 Janvier 2018 à 16:44:27 »



[« Vidéodrome » / Cronenberg (1983]

Max Renn (James Woods) dirige une chaine de télévision racoleuse. Il ne vit que pour la télévision, passe des heures à visionner de nouveaux programmes et lorsque sa secrétaire lui rappelle ses rendez-vous du jour, c'est par le biais d'une cassette vidéo. Interviewé sur une autre chaine pour défendre sa vision de l'influence des programmes pornographiques à la télévision, il rencontre une très belle femme, animatrice radio, Nicki Brand (Debbie Harry, par ailleurs chanteuse du groupe Blondie), la séduit sur le plateau et en direct pendant qu'une troisième personne explique ses positions. Cette troisième personne est un dénommé Brian O'Blivion (Jack Creley), dont le nom est jeu de mot : oblivion signifie oubli en anglais.

Brian O'Blivion deviendra un personnage central du récit, mais rien ne le laisse deviner à ce stade du récit : depuis des années, ce théoricien des médias ne communique plus que par le biais de la vidéo, il accepte d'apparaitre à la télévision mais uniquement s’il est montré dans une télévision – l'animatrice doit donc parler à un téléviseur sur le plateau. Le professeur O'Blivion est visiblement inspiré de Marshall McLuhan, le théoricien des médias canadien qui a énoncé des notions telles que le « village global » et qui, bien que décédé avant l'essor d'Internet, reste un des théoriciens les plus facilement cités en matière de virtualité. Par cette introduction, Cronenberg nous avertit que son film tient un discours sur les médias.


source : >> Vidéodrome (wikipédia.org)

IP archivée