Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !

Auteur Sujet: Aldous Huxley / Serge Carfantan : belle citation vraie pour référence fausse  (Lu 573 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Aliph

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 181

Bonjour les ami(e)s,

Depuis quelques temps circulent sur Internet et sur Facebook  une citation attribuée à Aldous Huxley, qui est la suivante :
(Allez tout de suite en bas de message si le texte ne vous intéresse pas...)

« Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Les méthodes du genre de celles d’Hitler sont dépassées. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes. L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées.
Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif. Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser.
On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux. En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté.
Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur. L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu.
Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutienne devront ensuite être traités comme tels. On observe cependant, qu’il est très facile de corrompre un individu subversif : il suffit de lui proposer de l’argent et du pouvoir. »

Récemment quelqu’un de ma connaissance l’a d’ailleurs relayée sur sa page Facebook, avec le commentaire : « Visionnaire », sans aucune référence valable, autre que : « Aldous Huxley / 1939 ».

Le manque typique de référence sérieuse qui me fait hurler et bondir (ordre au choix), et a fortiori quand je lis une allusion affirmative (même rédigée au futur) concernant la « télévision » dans un texte se voulant de 1939.

Et il se trouve qu’effectivement, ce texte est une supercherie.

Non pas sur son contenu, mais sur son origine :

il est en réalité l’œuvre du philosophe contemporain Serge Carfantan, dans un ouvrage plutôt récent, ainsi qu’il est expliqué sur son site : http://www.philosophie-spiritualite.com/cours/sagesse_revolte.htm

Ce dernier, dans son livre, reconnaît que « Le meilleur des mondes » est bien visionnaire, mais il l’extrapole en imaginant le prolongement actuel qu’un Aldous Huxley aurait pu dire.

Alors, certes, le contenu de la citation n’en reste pas moins valable, et digne d’être partagée, mais il est tout de même franchement pénible de voir ce genre de contenu gobé illico presto et diffusé sur la foi d’une référence erronée, donc sans avoir fait la moindre vérification de base, et surtout encore plus gênant en sachant qu’elle provient fréquemment de personnes se voulant « critiques ».

S’ils ne peuvent ou ne veulent même pas se livrer à une vérification aussi basique sur une référence qui est si facile à vérifier avant de la diffuser/relayer, que penser de tels « esprits éveillés », et que peuvent valoir leurs « infos » et raisonnements ???

A+
IP archivée