Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Auteur Sujet: Vendredi 8 juin dès 23h - La toute puissances des Lobbies avec Dominique Plihon  (Lu 97 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Thierry.RIM

  • *****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 25

Vendredi 8 juin dès 23h - La toute puissances des Lobbies avec Dominique Plihon de l'association ATTAC

Un lobby est un groupe de pression.
Il s'agit d'une organisation regroupant des intérêts communs à des institutions, des entreprises, des multinationales.
Un lobby défend ses valeurs et ses intérêts auprès des décideurs politiques mais parfois ils ne prennent pas en compte les intérêts des Français, des européens, des citoyens du monde.
Certains peuvent seulement penser à vendre leurs produits ou leurs concepts quitte à acheter les décideurs par divers biais.

Le mot Lobby parfois synonyme d’anti-américanisme trouve son origine outre-atlantique.
Si le verbe To lobby, « faire pression », existe depuis déjà quelques décennies avant l’arrivée du 18ème président Américain - Ulysse Grant - c’est lui qui va en populariser l’expression.
En 1869, Grant prend la succession de Johnson.
Les Etats-Unis d’Amérique souffrent des séquelles de la guerre de Sécession, remportés par les tuniques bleues. La maison blanche est une grande demeure, mal chauffée. Elle a été partiellement détruite dans un incendie en 1814.
Grant prend alors ses habitudes dans un grand hôtel de Washington, qui n’est alors qu’une bourgade sans intérêt.
A l’hôtel Willard, il fume le cigare, boit du whisky, se repose de la fatigue liée à sa fonction. La nouvelle court déjà que le président fréquente l’endroit. Tant et si bien que, faute de pouvoir le rencontrer au siège du gouvernement fédéral, les quémandeurs d’actions spécifiques vont et viennent dans cet hôtel pour tenter de faire avancer leurs dossiers.
La politique américaine est alors gangrénée par un important climat de corruption.
Le général Grant ne peut faire autrement que de les recevoir dans l’endroit où il se trouve :
le lobby de l’hôtel. D’où le surnom qu’il leur donnera : lobbyist.
Outre cette anecdote, l’origine plus vraisemblable semble plutôt venir d’Angleterre.
Le mot lobby signifiant couloir, Par extension, il va désigner les couloirs du Parlement anglais où les lobbyistes peuvent venir échanger avec les députés de la Chambre des Communes.
En se situant géographiquement à la périphérie du pouvoir ( du lobby de l’hôtel de Grant aux couloirs précédant l’entrée dans le parlement), les lobbyist exploitent à leurs avantage cette proximité.

Notre invité, Dominique Plihon est professeur d'économie financière à l'Université Paris XIII et président du Conseil scientifique d'Attac France.
Né en 1946, Dominique Plihon a obtenu le diplôme de l'Institut d'études politiques de Paris en 1969. En 1970, il est parti travailler aux États-Unis où il a produit et soutenu un doctorat en économie financière en 1974 à l'université de New York. Après avoir travaillé pour la Banque de France de 1974 à 1983, puis pour le Commissariat général du Plan jusqu'en 1988, il a réussi le concours de l’agrégation de l’enseignement supérieur en sciences économiques et est devenu professeur d'université1.

Il fut enseignant-chercheur de 1992 à 2012 à l’université Paris XIII. Il a dirigé au sein du Centre d'économie de l'université de Paris Nord [archive] (CEPN) le pôle spécialisé en économie financière et fut directeur de l’ École doctorale Érasme de 2009 à 2012.

Il a été nommé au Conseil d'analyse économique en 2001 sous le gouvernement de Lionel Jospin et en a démissionné en 2002 lorsque Jean-Pierre Raffarin fut nommé premier ministre.

Il participe au conseil de rédaction du mensuel Alternatives économiques, a été corédacteur en chef de la revue Économie internationale du CEPII de 2001 à 2005 et publie régulièrement des articles dans l'hebdomadaire Politis. Il participe régulièrement à l'émission de Dominique Rousset L'Économie en question sur France Culture1.
Engagement politique

Après avoir longtemps milité à la CFDT et au PSU2, et en particulier au sein de sa commission internationale, laquelle a donné naissance au CEDETIM, il s’est investi après 1998 dans l’organisation altermondialiste Attac. Il participe activement depuis 1999 à son conseil scientifique que présidait alors René Passet. Quand ce dernier s'est retiré en 2002, c'est sur sa demande qu'il lui a succédé à la présidence de cette instance essentielle de Attac.

A partir de 2013, il devient porte-parole officiel de l'organisation.

Il a été élu en 2012 membre du conseil d'administration des économistes atterrés.
Prises de position

Dans l'organisation altermondialiste, Dominique Plihon se caractérise par des positions pragmatiques, même si sa critique du capitalisme financiarisé est sans concession. Acceptant le caractère durable des diverses instances capitalistes, il cherche à mieux en orienter la régulation afin d'atténuer les conséquences négatives de leurs activités. La revue Alternatives économiques présente ainsi ses positions : "il s’est intéressé au rôle des systèmes monétaires et financiers, à celui des acteurs privés (banques et fonds de pension), ainsi qu’à leur responsabilité dans la faiblesse de l’investissement productif et le creusement des inégalités. Pour lui, la réforme de ce système passe par un nouveau gouvernement d’entreprise, mais aussi, plus globalement, par des régulations renforcées de la finance internationale."
IP archivée