Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !

Auteur Sujet: Trump, encore lui, alimente les conflits  (Lu 1579 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 14253
Trump, encore lui, alimente les conflits
« le: 06 Décembre 2017 à 19:47:02 »

Donald Trump reconnaît Jérusalem comme capitale d'Israël

"Donald Trump a reconnu mercredi Jérusalem comme capitale d'Israël, marquant une rupture spectaculaire avec ses prédécesseurs et ignorant les vives mises en garde des dirigeants de la région, et au-delà, qui redoutent une flambée de violence au Proche-Orient.

Avec cette décision historique qui marquera son mandat, le 45e président des Etats-Unis tient l'une de ses promesses emblématiques de campagne. Mais il s'isole encore un peu plus sur la scène internationale et prend le risque d'anéantir les timides espoirs de reprise des discussions de paix entre Israéliens et Palestiniens.

"Il est temps d'officiellement reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël", a-t-il lancé lors d'une brève allocution depuis la Maison Blanche au cours de laquelle il a insisté sur sa volonté de simplement reconnaître "une réalité"."
(...)
"Les groupes palestiniens ont appelé à trois "jours de rage". Dans la bande de Gaza, des centaines de Palestiniens en colère ont brûlé des drapeaux américains et israéliens et des portraits de Donald Trump. Un rassemblement est prévu jeudi à Ramallah en Cisjordanie, territoire occupé par l'armée israélienne depuis 50 ans." - Suite & Source

Le mépris des accords de paix, en vue de l'autonomie palestinienne toujours reportée depuis 2006, ne peut engendrer que la violence. La future ambassade des USA à Jérusalem ne sera jamais en sécurité. A moins que Trump soit prochainement destitué pour les compromissions de son entourage avant son entrée en fonctions. Ce serait 'complotiste' donc condamné de penser qu'il ait pu céder à des 'groupes de pression' en remerciement de leurs soutiens pour se faire élire..

"Trump a annoncé que Jérusalem était la capitale d’Israël, affirmant que ce changement était « attendu depuis longtemps » et "nécessaire pour parvenir à la paix". - Suite & Source
« Modifié: 07 Décembre 2017 à 00:03:18 par Nemo492 »
IP archivée
On n'est jamais si bien trahi que par ses amis les plus prôches.
Protégez-moi de mes amis, mes ennemis je m'en charge..
http://cryonautes.com - http://protocole-oracle.com

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 14253
Trump, encore lui, alimente les conflits
« Réponse #1 le: 06 Décembre 2017 à 23:58:00 »

"L'indignation s'empare du monde"

"Ce mercredi soir, huit pays (La France, l’Italie, le Royaume-Uni, la Suède, la Bolivie, l’Égypte, le Senégal et l’Uruguay demandent une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU après la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël.

- Mahmoud Abbas: les États-Unis "sapent délibérément tous les efforts de paix"
"Par ces décisions déplorables, les Etats-Unis sapent délibérément tous les efforts de paix et proclament qu’ils abandonnent le rôle de sponsor du processus de paix qu’ils ont joué au cours des dernières décennies", a affirmé le président palestinien Mahmoud Abbas.

- OLP : Washington "disqualifié"
Le secrétaire général de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Saëb Erakat, a estimé que Donald Trump avait "détruit" la solution dite à deux États. M. Trump a aussi "disqualifié les Etats-Unis de tout rôle dans un quelconque processus de paix", a-t-il ajouté.

- Hamas: Trump ouvre "les portes de l’enfer"
Pour le mouvement islamiste palestinien Hamas, la décision du président américain ouvre "les portes de l’enfer pour les intérêts américains dans la région". Il a appelé les musulmans à "couper les liens économiques et politiques" avec les ambassades américaines, et à expulser les ambassadeurs américains.

- L’ONU "contre toute mesure unilatérale"
Le statut de Jérusalem ne peut être résolu que par une "négociation directe" entre Israéliens et Palestiniens, a déclaré le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, en rappelant avoir toujours été "contre toute mesure unilatérale". "Il n’y a pas d’alternative à la solution de deux États avec Jérusalem comme capitale d’Israël et de la Palestine", a-t-il ajouté.

- Jordanie: "une violation du droit international"
"La décision du président américain de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, et le transfert de l’ambassade des États-Unis vers cette ville, constitue une violation des décisions du droit international et de la charte des Nations unies», a estimé le porte-parole du gouvernement jordanien, Mohammed Moumeni.

- Turquie: "irresponsable"
"Nous condamnons la déclaration irresponsable de l’administration américaine (...) cette décision est contraire au droit international et aux résolutions de l’ONU», a réagi le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu.

- France: "regrettable"
Le président français Emmanuel Macron a jugé "regrettable" la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem capitale de l’État d’Israël et appelé à "éviter à tout prix les violences". Depuis Alger, il a souligné "l’attachement de la France et de l’Europe à la solution de deux États, Israël et la Palestine vivant côte à côte en paix et en sécurité dans des frontières internationalement reconnues avec Jérusalem comme capitale des deux États".

- Italie: le statut de Jérusalem doit être "défini dans le cadre d’un processus de paix"
"Jérusalem ville sainte, unique au monde. Son futur doit être défini dans le cadre d’un processus de paix basé sur les deux États, Israël et Palestine", a réagi sur Twitter du chef du gouvernement italien Paolo Gentiloni.

- Royaume-Uni: "pas d'accord"
"Nous ne sommes pas d’accord avec la décision américaine de transférer son ambassade à Jérusalem et de reconnaître Jérusalem comme la capitale israélienne avant un accord final sur son statut", a déclaré la Première ministre Theresa May

- Allemagne: "pas de soutien"
Le gouvernement allemand "ne soutient pas cette position car le statut de Jérusalem ne peut être négocier que dans le cadre d’une solution de deux Etats", a déclaré la chancelière Angela Merkel.

- Iran: "provocation" et "intifada"
Le ministre des Affaires étrangères iranien a prévenu que la "provocation et une décision insensée de la part des États-Unis (...) va provoquer une nouvelle Intifada et pousser à des comportements plus radicaux, à davantage de colère et de violence..

- Israël salue un "jour historique"
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a salué comme un "jour historique" la décision de Donald Trump. M. Netanyahu a aussi assuré que la décision du président américain ne changerait rien en ce qui concerne les lieux saints des trois grandes religions monothéistes à Jérusalem, affirmant l’engagement israélien à maintenir le "statu quo"." - Suite & Source
IP archivée
On n'est jamais si bien trahi que par ses amis les plus prôches.
Protégez-moi de mes amis, mes ennemis je m'en charge..
http://cryonautes.com - http://protocole-oracle.com

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 14253
Re : Trump, encore lui, alimente les conflits
« Réponse #2 le: 18 Décembre 2017 à 22:35:08 »

Statut de Jérusalem : les Etats-Unis isolés lors d’un vote à l’ONU

L’approbation de 14 des 15 membres du Conseil de sécurité à une résolution
condamnant la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par les Etats-Unis
est un camouflet pour Washington. - Suite & Source

"Camouflet est un terme du génie militaire désignant une charge d'explosif destinée à détruire une galerie ennemie,
ou à neutraliser la mine préparée par les sapeurs ennemis.

Ce terme est inspiré d'un vieux mot signifiant au XVIIe siècle « de la fumée soufflée sous le nez », une vexation humiliante,
un affront, synonyme de claque ou de gifle, passé à ce titre dans le langage courant.
" - Source

IP archivée
On n'est jamais si bien trahi que par ses amis les plus prôches.
Protégez-moi de mes amis, mes ennemis je m'en charge..
http://cryonautes.com - http://protocole-oracle.com

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 14253
Re : Trump, encore lui, alimente les conflits
« Réponse #3 le: 20 Décembre 2017 à 21:20:44 »

"Assemblée de l’ONU : Les Etats-Unis « noteront les noms » des pays opposés à sa décision sur Jérusalem"

"Nikki Haley, ambassadrice américaine à l'ONU, a dénoncé la réunion d’urgence de cet organe fort de 193 nations «critiquant notre choix» et menace de répercussions ceux qui ont voté contre."

Ambiance aux Nations-Unies : la proviseure va noter les noms des élèves qui ne font pas silence... Alignés en file indienne ?

Ensuite quoi ? Trump va décider un embargo sur des produits d'un si grand nombre de pays opposés à son initiative solitaire ? Il va refuser de leur vendre des armes ? Rappeler tous ses ambassadeurs à Washington ? Que du bruit. - Suite & Source
« Modifié: 20 Décembre 2017 à 21:33:06 par Nemo492 »
IP archivée
On n'est jamais si bien trahi que par ses amis les plus prôches.
Protégez-moi de mes amis, mes ennemis je m'en charge..
http://cryonautes.com - http://protocole-oracle.com

Tartar

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2382
Re : Trump, encore lui, alimente les conflits
« Réponse #4 le: 21 Décembre 2017 à 10:48:05 »

On dirait du Coluche "j'ai les noms".
On peut supposer que la menace implicite de Haley ne vise pas que les états, mais aussi et "ad hominem" les représentants en tant que personnes physiques qui s'opposeraient aux USA.
L'empire se croit tout permis.
IP archivée
Tout envisager, ne rien croire.

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 14253
Re : Trump, encore lui, alimente les conflits
« Réponse #5 le: 22 Décembre 2017 à 21:58:42 »

Trump aura réussi à impressionner plusieurs petits pays qui auront préféré s'abstenir. Un déni de la démocratie.

Résultat du vote à l'ONU, ce 22 décembre 2017 : 128 voix contre lui - sur 193
9 voix contre : États-Unis, Israël, Guatemala, Honduras, Togo, Micronésie, Nauru, Palaos et îles Marshall !
Cet article explique la soumission des tous petits pays face aux Etats-Unis.

Macron aujourd'hui a reculé pour reconnaître l'état de Palestine, en prétendant que Trump
pourrait quand même avoir à proposer un véritable accord de Paix, pour l'instant inconnu.
Donc Paris quoiqu'il prétende, reste dépendant des éventuelles "initiatives" de Washington.
Qu'est-ce qu'on peut comprendre de la géopolitique quand on n'a que 40 ans ?

Jérusalem : les États-Unis largement condamnés à l'ONU
"Malgré les menaces américaines, une majorité de pays membres a voté en faveur d'une condamnation de la reconnaissance de la ville sainte comme capitale d'Israël.

Les menaces de sanctions financières de Washington n'auront pas réussi à totalement intimider à New York. Jeudi, les États-Unis ont dû faire face au rejet massif des pays membres de l'ONU. Lors de l'assemblée générale de l'organisation, une grande partie des pays membres ont condamné la reconnaissance par l'administration américaine de Jérusalem comme capitale d'Israël. Sur les 193 pays membres des Nations unies, 128 ont voté en faveur d'une résolution condamnant la décision annoncée le 6 décembre par Donald Trump sur Jérusalem, à rebours de la position américaine traditionnelle et du consensus de la communauté internationale.

Neuf pays (États-Unis, Israël, Guatemala, Honduras, Togo, Micronésie, Nauru, Palaos et îles Marshall) ont voté contre ce texte qui répond à une initiative des Palestiniens. Et, signe de la pression exercée par Washington, 35 États se sont abstenus et 21 n'ont pas pris part au scrutin.
" - Suite & Source
« Modifié: 22 Décembre 2017 à 22:17:48 par Nemo492 »
IP archivée
On n'est jamais si bien trahi que par ses amis les plus prôches.
Protégez-moi de mes amis, mes ennemis je m'en charge..
http://cryonautes.com - http://protocole-oracle.com

Tartar

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2382
Re : Trump, encore lui, alimente les conflits
« Réponse #6 le: 23 Décembre 2017 à 08:36:28 »

Remarquable sursaut de certains pays "occupés" vis à vis de l'empire.
Il faut croire que certains le pensent déclinant.
La faute à Poutine peut-être?
L'attitude de l'Europe vis à vis des USA (pas vis à vis de Trump) reste ambigüe vu que l'armée européenne c'est l'OTAN.
Ci-dessous la liste des bases US.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_bases_militaires_des_%C3%89tats-Unis_dans_le_monde

Mode humour:
http://lesakerfrancophone.fr/bref-commentaire-sur-la-derniere-folie-de-trump

D’accord, je l’admets : Trump est un agent russe. J’ai vraiment, vraiment essayé de toutes mes forces de le nier, mais maintenant, je ne peux plus continuer parce que je suis confronté à une vérité absolument irréfutable. Seul un agent russe infiltré aux plus hauts niveaux du pouvoir aux États-Unis, à la Maison Blanche, pourrait avoir fait ce que Trump a fait il y a quelques jours : reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël. Cela, vraiment, était la chose la plus stupide et la plus suicidaire qu’un président américain puisse faire, et Trump l’a fait. Donc c’est un agent russe !

Je félicite le SVR pour avoir formé Trump et le GRU pour avoir piraté les élections américaines ! C’est une opération absolument brillante et un immense succès !

« Modifié: 23 Décembre 2017 à 09:12:52 par Tartar »
IP archivée
Tout envisager, ne rien croire.

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 14253
Re : Trump, encore lui, alimente les conflits
« Réponse #7 le: 25 Décembre 2017 à 13:00:48 »

Le Guatemala suit Trump comme un gentil toutou et souhaite installer son ambassade à Jérusalem !
Explication, ce petit pays est totalement dépendant du FMI et des Etats-Unis :

"L'économie du Guatemala est dominée par le secteur privé à l'origine de 85 % du produit intérieur brut. L'agriculture (café, sucre, banane, cardamome, noix de muscade dont le pays est le premier producteur mondial…) compte pour 23 % du produit intérieur brut et pour 75 % des exportations. Le Guatemala est la plus grande économie en Amérique centrale. Et le dixième en Amérique latine.

L'inflation, qui atteignait 70 % en 1985, a été ramenée à 12,5 % en 1999 et 5,5 % en 2010.

52 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.

En ce qui concerne la dette, le Guatemala est piégé par celle-ci. Le FMI, la Banque Mondiale et les États-Unis exercent beaucoup de pression sur l'administration du pays afin que celle-ci soit supprimée.

En janvier 2014, le pays figure sur la liste française des paradis fiscaux. Le Guatemala est le quatrième pays le plus inégalitaire d’Amérique latine et le neuvième au niveau mondial. - Source
IP archivée
On n'est jamais si bien trahi que par ses amis les plus prôches.
Protégez-moi de mes amis, mes ennemis je m'en charge..
http://cryonautes.com - http://protocole-oracle.com

Tartar

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2382
Re : Trump, encore lui, alimente les conflits
« Réponse #8 le: 25 Décembre 2017 à 13:17:41 »

+++
Quand au Venezuela lui, il tente de résister.
Maduro est pourtant considéré (idem Chavez son prédécesseur bizarrement mort trop tôt) comme un dictateur infâme et juste susceptible d'être viré par une révolution de couleur de bon aloi (humour 2°).
Reste à essayer de comprendre qui dirige la politique US et dans quel but?
IP archivée
Tout envisager, ne rien croire.

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 14253
Re : Trump, encore lui, alimente les conflits
« Réponse #9 le: 25 Décembre 2017 à 14:05:03 »

Trump veut remercier tous ses soutiens électoraux : Aux Etats-Unis, des groupes religieux sectaires mais influents cherchent carrément l'affrontement au Proche-Orient pour accélérer le retour du Christ...

"Le sionisme chrétien est le nom donné au courant du christianisme évangélique selon lequel la création de l'État d'Israël en 1948 est en accord avec les prophéties bibliques et prépare le retour de Jésus comme Christ en gloire de l'Apocalypse.

Cette croyance se distingue du soutien traditionnel à Israël et au sionisme des autres chrétiens, pour lesquels ce soutien résulte d'un engagement moral ou politique, et non religieux.
Par sa lecture fondamentaliste de la Bible, elle se distingue également du caractère « non religieux » du sionisme.

Les évangéliques considèrent que l'existence même de l'État d'Israël ramènera Jésus sur terre, le fera définitivement reconnaître comme Messie et assurera le triomphe de Dieu sur les forces du mal.
"
(...)
"Les racines du sionisme chrétien se trouvent dans plusieurs livres de la Bible, en particulier dans les visions apocalyptiques du livre de Daniel et du livre d'Ézéchiel, ainsi que dans l'Apocalypse du Nouveau Testament. Les visions uniquement spirituelles et poétiques pour la majorité des croyants sont interprétées par ces sionistes chrétiens comme devant avoir une traduction géopolitique." - Suite & Source
« Modifié: 25 Décembre 2017 à 15:55:15 par Nemo492 »
IP archivée
On n'est jamais si bien trahi que par ses amis les plus prôches.
Protégez-moi de mes amis, mes ennemis je m'en charge..
http://cryonautes.com - http://protocole-oracle.com

Tartar

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2382
Re : Trump, encore lui, alimente les conflits
« Réponse #10 le: 25 Décembre 2017 à 15:00:31 »

Absolument.
En raccourci le fondamentalisme évangélique US est le (un des) responsable(s) du lien politique  avéré (AIPAC) USA/Israel.
L'influence de Jared Kushner sur son beau-père est à envisager comme facteur aggravant.
IP archivée
Tout envisager, ne rien croire.

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 14253
Re : Trump, encore lui, alimente les conflits
« Réponse #11 le: 25 Décembre 2017 à 15:59:00 »

Un leader élu sur quelques marges et lobbies commence par les remercier avant de s'intéresser aux vrais problèmes,
à supposer même qu'il en soit capable. Le plus souvent, il se révèlera incompétent en ouvrant le paquet-cadeau.
IP archivée
On n'est jamais si bien trahi que par ses amis les plus prôches.
Protégez-moi de mes amis, mes ennemis je m'en charge..
http://cryonautes.com - http://protocole-oracle.com

katchina

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 18265
Re : Trump, encore lui, alimente les conflits
« Réponse #12 le: 25 Décembre 2017 à 16:30:44 »

Un article qui me paraît intéressant parce que je le trouve complet et objectif.

«Un jour ou l‘autre, commencera ici la troisième guerre mondiale»

...
Un concentré de l'histoire de l'humanité
Jérusalem est un concentré d’histoire et d’humanité. La ville a été conquise et reconquise une quinzaine de fois. Parmi les pires souvenirs, celui de l’exil du peuple juif à Babylone (587 avant J.-C.), puis du siège romain de Titus (70 après J.-C.) au cours duquel 200.000 juifs sont morts de faim. Le Temple de Salomon, reconstruit par Hérode, symbole de la permanence du judaïsme à travers les exodes et les exils, est incendié et rasé par les occupants romains. 750.000 juifs sont déportés, selon l’historien Flavius Josèphe. L’empereur Hadrien fera même de Jérusalem une cité païenne consacrée à Jupiter. Sous peine de mort, les juifs y sont interdits d’entrée. D’où les lamentations de Jérémie: «La ville pleure dans la nuit, ses larmes sur la joue. Elle est sans consolateur. Tous ses compagnons l’ont trahie, sont devenus pour elle des ennemis.»

A l’époque byzantine, Jérusalem devient ville chrétienne, se couvre d’églises et de monastères. Puis une ville musulmane, après la conquête du calife Omar en 636, celui-là même qui refusa de prier au Saint-Sépulcre abritant le tombeau du Christ: «Pourquoi ne veux-tu pas de mon hospitalité», lui demande le patriarche des chrétiens. «Si je prie dans le Saint-Sépulcre, répond Omar, ce lieu chrétien deviendra une mosquée.» L’histoire de Jérusalem peut se résumer à cette anecdote d’origine religieuse. On peut vivre sa différence, mais à côté de l’autre, sans tolérer que les droits acquis par le sol ou par le rite soient contestés. Ou au prix du sang.

«Les chrétiens ont Jérusalem, mais aussi Rome ou Genève. Les musulmans ont La Mecque. Nous, les juifs, nous n’avons que Jérusalem.»

D’abord petit lieu de pèlerinage pour les musulmans qui ne peuvent aller à La Mecque, Jérusalem devient la troisième cité sainte de l’islam. Ville croupissante et moribonde jusqu’aux derniers feux de l’empire ottoman, elle ne retrouve qu’au XIXe siècle sa ferveur religieuse et son intérêt politique. Son histoire reste gravée dans ces Lieux saints situés autour des quelques arpents de l‘esplanade et de la partie encore debout du mur du Temple. C’est le «Mur occidental» ou le «Mur des lamentations», mais les Israéliens l’appellent le «kotel», le coeur qui aspire et refoule toute la ville juive de Mea Sharim aux quartiers les plus chics de la Jérusalem occidentale.

L’esplanade, unique sanctaire du judaïsme, devenue lieu saint musulman 
L’esplanade du Temple est vénérée par tous les juifs de la terre. Elle est située sur le Mont-du-Temple, cet ancien Mont-Moriah où la Bible et la tradition juive situent le «sacrifice» d’Isaac par son père Abraham. C’est le seul lieu saint du judaïsme, son unique sanctuaire, devenu le lieu le plus symbolique de la résurrection du peuple juif à l’époque moderne, de la résurrection de sa langue, de sa culture, de ce qu’il prétend être son pays. C’est après la Guerre des Six jours (1967) que les Israéliens ont occupé la Vieille ville de Jérusalem et récupéré leurs lieux saints. Quand je visitais à Jérusalem André Chouraqui, grand traducteur de la Bible disparu, il me disait: «Les chrétiens ont Jérusalem, mais aussi Rome ou Genève. Les musulmans ont La Mecque. Nous, les juifs, nous n’avons que Jérusalem. Et à ceux qui s’étonnent de l‘intransigeance israélienne sur son statut de "capitale éternelle", il répondait qu’un juif est capable de tout donner, mais pas sa ville.» Ou «il faudra tuer jusqu’au dernier d’entre nous pour accepter que notre souveraineté y soit partagée».
...


source (début et fin) : http://www.slate.fr/story/154916/israel-palestine-jerusalem-kilometres-carres-sacres-explosifs

Je crains hélas, si l'homme est encore sur cette planète dans 2000 ans que le problème ne se pose pour la question  tibétaine. Même si les chinois occupent le Tibet pendant tout ce temps, les tibétains pourront légitimement, me semble-t-il, revendiquer le droit de déclarer Lhassa, ville sainte et capitale du Tibet, et non comme ville principale d'une région autonome chinoise - et les chinois dans 2000 ans pourront légitimement se sentir chez eux et revendiquer la terre tibétaine comme étant la leur. Mais les deux parties seront-elles capables de trouver une solution qui ne soit invalidante pour aucune d'entre elles ?

Cornélien non ?

Désolée pour le hors-sujet mais la comparaison me paraissait nécessaire certains exemples étant plus compréhensibles que d'autres selon les sensibilités de chacun.

Retour donc au sujet avec ce cher Donald.  ::)


IP archivée
J'veux du soleil dans ma mémoire

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 14253
Re : Trump, encore lui, alimente les conflits
« Réponse #13 le: 25 Décembre 2017 à 17:12:36 »

Merci Katchina, le point commun  avec le Tibet et Jérusalem, c'est l'attitude de l'ONU
qui semble se réveiller d'une longue domination, même s'il reste 9 pays inféodés aux Etats-Unis.
malgré des pressions aussi grossières, un déni public de "démocratie".

La peur était le mot-clé du comportement du pouvoir américain.

128 pays du monde ne craignent plus les menaces et les pressions des Etats-Unis.

A voir si le même score pourrait être obtenu face à la Chine dans une motion favorable au Tibet.
Qui aurait peur de la Chine ?
IP archivée
On n'est jamais si bien trahi que par ses amis les plus prôches.
Protégez-moi de mes amis, mes ennemis je m'en charge..
http://cryonautes.com - http://protocole-oracle.com

Tartar

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2382
Re : Trump, encore lui, alimente les conflits
« Réponse #14 le: 25 Décembre 2017 à 18:29:22 »

La comparaison avec le Tibet et la Chine tient debout....

En ce qui concerne le moyen-orient il y a des tas de thèses plus ou moins exotiques qui font remonter l'intérêt mondial pour cette région bien avant Lawrence d'Arabie, les accords Sykes-Picot et le PETROLE.
Cette région contient apparemment des trucs qui ne peuvent pas être mentionnés officiellement sans passer pour dérangé.
Il n'y a pas que Sitchin et Vélikowski ...il y a aussi les archéologues maudits qui prétendent que les ruines sumériennes non datables (comme les pyramides d'Egypte) sont la preuve que des pans énormes de l'histoire terrestre sont manquants.
Noé, Déluges divers, Deucalyon etc.
Il est possible qu'une "élite" continue de revendiquer la propriété des lieux parce que ces élites savent que ces lieux recèlent bien plus que de l'énergie fossile.
Voici 40 siècles historiquement répertoriés (ou 100 ou bien plus) que çà dure.
Hélàs la toile propose des centaines de docs plus ou moins crédibles sur ces sujets.
Ce dont je suis certain c'est que pour le moment on ne sait pas DATER la construction, je veux dire la date d'érection, des structures mégalithiques.
Pourquoi les puissants tentent-ils depuis des siècles de s'approprier le Moyen-Orient?
Ce ne sont pas les prétextes religieux qui manquent.
Alors il y a quoi là-dessous?
IP archivée
Tout envisager, ne rien croire.