Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Auteur Sujet: Navette spatiale - station ISS - Orion  (Lu 54358 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

katchina

  • Administrateur
  • *******
  • En ligne En ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 18313
Re : La Déclaration universelle des droits de l'Homme envoyée dans l'espace ISS
« Réponse #15 le: 01 Novembre 2008 à 19:25:11 »

C'est de l'anthrophomorphisme ?  ::)
IP archivée
J'veux du soleil dans ma mémoire

PORT-ROYAL

  • Invité

Oui, je partage ton impression.

J'ai également l'impression qu'ils jouent à Tintin ou un truc comme ça.

Pourquoi cela me fait-il irrésistiblement penser à "Mars attaque" *****, la scène de "paix" avec colombes, porte-voix et tout l'attirail?

Quel film, cela dit en passant!
IP archivée

void

  • Invité

Enoyer les droits de l'homme dans l'espace... ça serait déja bien qu'ils arrivent sur terre. Chose qui semble compromis puisqu'il est noté "1948-2008"... il expire fin 2008 ?
IP archivée

dificultnspa

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 4187
Re : Navette spatiale
« Réponse #18 le: 15 Novembre 2008 à 10:26:08 »

source
Citer
Publié le 15/11/2008 à 09:18, mis à jour à 09:32

Lancement réussi de la navette Endeavour

La navette spatiale américaine Endeavour a été lancée avec succès vendredi du Centre spatial Kennedy de Cap Canaveral, en Floride.


La navette spatiale américaine Endeavour a décollé sans problèmes vendredi du pas de tir de Cap Canaveral, en Floride, pour rejoindre la Station spatiale internationale (ISS) avec sept astronautes et près de 15 tonnes de matériel à bord. (Reuters/Pierre Ducharme)

L'objectif de la mission, d'une durée de 15 jours, est de doubler les capacités d'accueil de la Station spatiale internationale (ISS).

Endeavour a décollé comme prévu à 19h55 (00h55 GMT) avec sept astronautes et près de 15 tonnes de matériel à bord, dont deux cabines de repos, un deuxième cabinet de toilette, un réfrigérateur et un système de purification d'eau.

Ces aménagements permettront à l'ISS d'accueillir six membres d'équipage l'an prochain au lieu de trois actuellement.

La navette devrait s'amarrer à l'ISS dimanche soir pour un séjour dans l'espace de 11 à 12 jours. Son retour au Centre spatial Kennedy est prévu le 29 novembre.

Il s'agit du 124e programme de navette spatiale de l'histoire de la Nasa et du premier lancement depuis près de six mois.

Le nouveau système de purification d'eau, d'une valeur de 250 millions de dollars, permettra à l'équipage de traiter et de recycler les eaux usées, y compris l'urine.

La Nasa s'attend à ce que 23 litres d'eau puissent être purifiés chaque jour grâce au nouvel appareil. L'objectif est de récupérer 92% de l'eau présente dans les urines de l'équipage et dans l'humidité de l'air de l'ISS. La Nasa veut attendre de voir si ce système de recyclage fonctionne bien avant de doubler les effectifs de l'ISS.

"Nous ne pouvons pas livrer de l'eau tout le temps pour six personnes", a déclaré Ron Spencer, directeur de vol ISS à la Nasa. "Le recyclage est indispensable."

Outre l'amélioration des conditions de vie à bord de l'ISS, l'équipage d'Endeavour s'attaquera à la réparation du système d'énergie solaire de la station. Une immense articulation, qui permet de diriger les panneaux solaires vers le soleil, est remplie de copeaux métalliques et doit être nettoyée et lubrifiée.

Quatre sorties dans l'espace sont prévues pour régler le problème.

Avec Jim Loney, version française Clément Dossin
IP archivée
Sauvons la planète, notre Mère la Terre...
Sans elle pas de survie possible.

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2307
  • en l'honneur de ma fille
Amarrage de la navette spatiale Endeavour à l'ISS
« Réponse #19 le: 18 Novembre 2008 à 21:50:15 »



[justify]Publié le 14 novembre 2008 à 12h48 | Mis à jour le 16 novembre 2008 à 18h13


Amarrage de la navette spatiale Endeavour à l'ISS   


La navette Endeavour s'est élancée de son pas de tir comme prévu à 19h55.

Photo: AP   Jean-Louis Santini  Agence France-Presse  Cap Canaveral, Floride
 

La navette spatiale américaine Endeavour avec sept astronautes à bord, s'est amarrée dimanche comme prévu à la Station spatiale internationale (ISS), pour une mission visant à doubler les capacités d'hébergement de la l'avant-poste orbital.

«L'amarrage a été confirmé à 22H01 GMT», a indiqué le commentateur de la télévision de la Nasa qui retransmet en direct les images du rendez-vous.

L'amarrage intervenu quelques minutes plus tôt que programmé, a eu lieu à 340 km d'altitude à la verticale de la frontière indo-chinoise après une course poursuite de 48 heures dans l'espace.

Endeavour avait été lancée de Floride vendredi soir.


Les dernières manoeuvres d'approche très délicates ont été effectuées par le commandant de bord d'Endeavour Chris Ferguson.

L'ouverture des sas séparant les deux vaisseaux est prévu environ 01h45 minutes plus tard vers 18h45 HAE le temps de vérifier l'étanchéité. L'arrivée de l'équipage d'Endeavour à bord de la Station sera suivie par la traditionnelle cérémonie d'accueil à bord.

Alors que la navette se trouvait à environ 200 mètres de l'ISS, Chris Ferguson a fait effectuer une pirouette à l'orbiteur de manière à ce que les trois occupants de la Station puissent photographier le ventre de l'orbiteur pour détecter d'éventuels dégâts aux tuiles thermiques qui le recouvrent. Les photos sont transmises à Houston pour analyse.

Endeavour livre 14,5 tonnes de matériels et d'équipements qui permettront de faire passer de trois à six personnes l'équipage de l'ISS en 2009.

Les astronautes installeront deux nouvelles cabines pour dormir, un équipement pour faire de l'exercice, des deuxièmes toilettes, un réfrigérateur et deux nouveaux fours pour les repas ainsi qu'un congélateur et un four destinés à des expériences scientifiques.

Ils apporteront aussi un système de recyclage des eaux usées, dont l'urine des astronautes, pour en faire de l'eau potable.

Cette machine de 250 millions de dollars, se présentant sous la forme de deux très grands réfrigérateurs remplis de différents instruments, permettra de récupérer suffisamment d'eau avec un équipage de six personnes dans l'ISS pour réduire de 6,8 tonnes par an la quantité d'eau potable devant être transportée de la Terre.

L'accroissement des capacités d'hébergement de l'ISS est nécessaire pour faire davantage de recherches en micro-gravité, clé de l'exploration spatiale future, et permettre ainsi à des astronautes japonais et européens d'effectuer de longs séjours dans la Station.

Le Japon et l'Europe disposent désormais de leurs propres laboratoires, Kibo et Columbus, livrés par des navettes en 2008.

L'équipage d'Endeavour doit aussi effectuer quatre sorties orbitales durant cette mission pour nettoyer le système de rotation défectueux d'une des trois doubles-antennes solaires de l'ISS et le lubrifier.

Outre le commandant Chris Ferguson 47 ans, l'équipage se compose du copilote Eric Boe, 44 ans ainsi que de cinq spécialistes de mission dont Sandra Magnus.

Celle-ci va remplacer, comme ingénieur de vol de l'Expédition 18 de l'ISS, son compatriote Greg Chamitoff qui reviendra sur Terre à bord d'Endeavour fin novembre.[/justify]


Source: http://www.cyberpresse.ca/sciences/astronomie-et-espace/200811/14/01-800786-amarrage-de-la-navette-spatiale-endeavour-a-liss.php
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2307
  • en l'honneur de ma fille
Endeavour: première sortie orbitale pour deux astronautes
« Réponse #20 le: 18 Novembre 2008 à 21:54:57 »

[justify]Publié le 18 novembre 2008 à 07h23 | Mis à jour à 07h27


Endeavour: première sortie orbitale pour deux astronautes   


La navette Endeavour photographiée à partir de la Station spatiale internationale (ISS), le 16 novembre.
Photo: AP  Agence France-Presse  Washington
 

Deux astronautes de l'équipage de la navette américaine Endeavour, amarrée depuis dimanche à la Station spatiale internationale (ISS), se préparent depuis lundi à la première des quatre sorties orbitales de la mission de 15 jours prévue mardi.

Les deux marcheurs de l'espace, Heide Stefanyshyn-Piper et Steve Bowen, suivent la procédure habituelle consistant à passer la nuit dans la chambre de décompression de l'ISS de manière à réduire la durée des préparatifs avant de commencer leur sortie qui doit débuter à 18h45 GMT et durer 6,5 heures, indique la Nasa dans un communiqué publié sur son site internet.

Les deux astronautes doivent tout d'abord installer de nouveaux équipements livrés par Endeavour sur la station et retirer les pièces usagées qui seront ramenées sur la Terre dans la soute de la navette.

Ils essaieront notamment de nettoyer le système de rotation (starboard solar alpha rotary joint), défectueux depuis plus d'un an, d'une des trois doubles antennes solaires. Ils lubrifieront aussi le mécanisme pour réduire la friction exercée par les roulements à billes grippés qui seront remplacés ultérieurement.


Les cinq autres astronautes de la navette et les trois membres de l'Expédition 18 de l'ISS ont aussi utilisé lundi le bras robotisé de la station pour saisir le module pressurisé Leonardo qui se trouvait dans la soute d'Endeavour pour l'amarrer à l'ISS.

Les astronautes pourront ainsi décharger les 14,5 tonnes d'équipements destinés surtout à réaménager l'intérieur de l'avant-poste orbital de manière à en doubler les capacités d'hébergement pour les porter de trois astronautes aujourd'hui à six en 2009.

Les astronautes installeront deux nouvelles cabines pour dormir, un équipement pour faire de l'exercice, des deuxièmes toilettes, un réfrigérateur et deux nouveaux fours pour les repas ainsi qu'un congélateur et un four destinés à des expériences scientifiques.

Ils apporteront aussi un système de recyclage des eaux usées, dont l'urine des astronautes, pour en faire de l'eau potable.

Cette machine de 250 millions de dollars est essentielle pour doubler les capacités d'hébergement de longue durée de la station.

Elle permettra de recycler suffisamment d'eau avec un équipage de six personnes dans l'ISS pour réduire de 6,8 tonnes par an la quantité d'eau potable devant être transportée de la Terre.

L'accroissement des capacités d'hébergement de l'ISS est nécessaire pour faire davantage de recherches en micro-gravité, clé de l'exploration spatiale future, et permettre ainsi à des astronautes japonais et européens d'effectuer de longs séjours dans la station.

Le Japon et l'Europe disposent désormais de leurs propres laboratoires, Kibo et Columbus, livrés par des navettes en 2008.[/justify]

Source: http://www.cyberpresse.ca/sciences/astronomie-et-espace/200811/18/01-801754-endeavour-premiere-sortie-orbitale-pour-deux-astronautes.php
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2307
  • en l'honneur de ma fille
STATION SPATIALE - Pour ses 10 ans, la "maison" spatiale s’agrandit
« Réponse #21 le: 19 Novembre 2008 à 00:27:02 »


STATION SPATIALE Pour ses 10 ans, la "maison" spatiale s’agrandit

NOUVELOBS.COM | 17.11.2008 | 15:39
[justify]

Dix ans après le lancement de la première pièce du mécano, le module russe Zarya, le 20 novembre 1998, la station spatiale internationale s’apprête à vivre d’importants changements. La mission en cours doit achever l’agrandissement de l’ISS, qui va enfin doubler sa capacité d’accueil.


L'actuel équipage de l'ISS a accueilli les astronautes d'Endeavour dimanche soir. Sandra Magnus va remplacer Greg Chamitoff à bord de la station. (Nasa TV)


En quinze jours, les astronautes qui viennent d’arriver sur la station spatiale internationale (ISS) vont devoir transformer un F3 en un F5. Grâce au matériel emporté dans la soute de la navette Endeavour, les hommes et les femmes de la mission STS-126 vont en effet adapter une station prévue pour trois résidents permanents en une ‘’maison’’ capable d’accueillir six astronautes pour de longs séjours. Cette mission doit donc marquer un tournant dans la vie de l’ISS, au moment même où elle fête ses 10 ans d’existence.

Du jus d’orange frais !

Le commandant Christopher Ferguson et les six membres d’équipage ont arrimé la navette Endeavour dimanche soir (22h01 TU) à la station spatiale. Le module italien Leonardo embarqué par la navette américaine contient deux nouveaux compartiments dortoirs, une salle de bain et un WC supplémentaire, un nouvel équipement de cuisine, un module pour la gymnastique ainsi que de nouveaux outils pour les expériences scientifiques. Pour la première fois, les habitants de la station spatiale pourront boire frais : leur cuisine sera enfin équipée d’un réfrigérateur !

Dès 2009, l’ISS pourra donc accueillir six personnes à bord. Les partenaires du projet, comme les Européens, les Canadiens ou les Japonais, attendent depuis longtemps de pouvoir profiter du laboratoire spatial. L’accident de Columbia en 2001, et l’arrêt des vols de navettes pendant deux ans, a retardé l’extension de l’ISS, limitant son occupation à un trio russo-américain.[/justify]

.../...

Endeavour doit revenir se poser sur Terre le 29 novembre.

Cécile Dumas  Sciences et Avenir.com  17/11/08
IP archivée

Ozorus

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 232
Re : Navette spatiale - Endeavour - Mission vers la station ISS
« Réponse #22 le: 20 Novembre 2008 à 04:14:24 »

Endeavour: une astronaute perd sa trousse à outils dans l'espace




0:00 / 1:13
Tool Kit Lost In Space

Citer
WASHINGTON (AFP) — Une astronaute de l'équipage de la navette spatiale américaine Endeavour a perdu sa trousse à outils dans l'espace mardi lors de la première des quatre sorties orbitales prévues pendant la mission , a indiqué la Nasa.

L'astronaute Heidemarie Stefanyshyn-Piper a laissé échapper ce sac et les outils qui s'y trouvaient, de la graisse s'étant échappée d'un pistolet de lubrification.

Elle venait juste de commencer à travailler sur le mécanisme de rotation d'une des trois doubles antennes solaires de la Station spatiale internationale (ISS), quand l'incident s'est produit, selon les images en direct retransmises par la télévision de la Nasa.

"Oh, super", a-t-elle lâché.

C'est en nettoyant ses gants de la graisse que le sac à outils a glissé et lui a échappé.

Son compagnon de marche dans l'espace, Steve Bowen, a un sac à outils identique, qu'il a partagé avec elle.

Le responsable de la sortie orbitale au centre de contrôle à Houston (Texas, sud) a estimé qu'il y avait suffisamment d'équipements et d'outils pour exécuter toutes les tâches programmées sur le système de rotation de l'antenne solaire.

Des objets perdus à proximité de l'ISS et de la navette peuvent être dangereux s'ils viennent heurter ultérieurement les vaisseaux spatiaux.


« Modifié: 18 Octobre 2015 à 22:51:30 par katchina »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2307
  • en l'honneur de ma fille
Re : Navette spatiale - Endeavour - Mission vers la station ISS
« Réponse #23 le: 20 Novembre 2008 à 06:24:55 »

Merci beaucoup de l'info Ozorus ;)
On oublie toujours le facteu humain :)
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2307
  • en l'honneur de ma fille
Re : Navette spatiale - Endeavour - Mission vers la station ISS
« Réponse #24 le: 20 Novembre 2008 à 23:12:51 »


STS-126 : davantage de confort pour l’ISS et première sortie réussie

Par Jean Etienne, Futura-Sciences

L’équipage de la mission STS-126 a clôturé avec succès la première des quatre sorties extravéhiculaires, et réaménagé l’agencement de la Station Spatiale Internationale afin de porter sa capacité d’occupation permanente à six personnes.

Belle démonstration de la maîtrise désormais acquise dans ce type d’opération, la sortie des deux astronautes s’est achevée à 1 h 01 TU dans la nuit du 18 au 19 novembre après exactement six heures et 52 minutes passées à l’extérieur, soit avec un retard sur le planning de deux minutes seulement.

Au cours de cet exercice, Heidemarie Stefanyshyn-Piper et Steve Bowen ont procédé à la déconnexion et au démontage d’un réservoir d’azote vide fixé sur la station et l’ont placé dans la soute de la navette en vue de le ramener au sol. La Nasa, qui relève de plus en plus fréquemment des traces d’impacts sur ses véhicules spatiaux, manifeste ainsi son souci d’encombrer le moins possible l’orbite terrestre, du moins volontairement…


Perché sur la plate-forme du bras robotisé Canadarm 2, Steve Bowen emmène le réservoir d'azote vide qu'il déposera dans la soute d'Endeavour. Crédit Nasa

La deuxième phase de la mission consistait à retirer une couverture isolante protégeant le mécanisme d’amarrage du laboratoire japonais Kibo, installé sur la station en juin 2008 lors de la mission STS-124. Celui-ci, ainsi que le laboratoire européen Columbus, pourront entrer en service continu dès que l’équipage de la station aura été porté à six membres.

Les deux marcheurs de l’espace ont ensuite débuté la réparation du joint rotatif supportant l’une des trois paires de panneaux solaires, grippé depuis plusieurs mois. En raison de sa complexité, cette intervention est prévue pour s’étaler sur plusieurs sorties d’astronautes.


Heidemarie Stefanyshyn-Piper au travail à a base d'un jeu de panneaux solaires. Crédit Nasa

Une trousse à outils en orbite

La procédure consistait à nettoyer le dispositif et le lubrifier, afin de le préparer à son démontage lors d’une prochaine intervention qui verra aussi le remplacement de l’un des roulements à billes. Un incident a toutefois émaillé cette première étape lorsque Heidemarie Stefanyshyn-Piper a laissé échapper une trousse à outils, qui s’est perdue dans l’espace.

Lorsqu’elle a ouvert le sac, l’astronaute s’est aperçue qu’une des recharges du pistolet graisseur laissait fuir de la graisse, laquelle s’étant répandue à l’intérieur et risquait de souiller ses gants ainsi que sa combinaison spatiale. Aussi a-t-elle été contrainte d’utiliser des chiffons à sa disposition pour essuyer soigneusement le matériel, en essayant de perdre le moins de temps possible… Malheureusement, une opération simple sur Terre peut devenir cauchemardesque en apesanteur, surtout lorsqu’on est engoncé dans une combinaison pressurisée dont la rigidité s’oppose à la précision des gestes… une fraction de seconde d’inattention a suffi pour que le sac lui échappe des mains et s’éloigne lentement mais inexorablement de l’astronaute


Devenue satellite, la trousse à outils prend le large... Crédit Nasa

La procédure consistait à nettoyer le dispositif et le lubrifier, afin de le préparer à son démontage lors d’une prochaine intervention qui verra aussi le remplacement de l’un des roulements à billes. Un incident a toutefois émaillé cette première étape lorsque Heidemarie Stefanyshyn-Piper a laissé échapper une trousse à outils, qui s’est perdue dans l’espace.

Lorsqu’elle a ouvert le sac, l’astronaute s’est aperçue qu’une des recharges du pistolet graisseur laissait fuir de la graisse, laquelle s’étant répandue à l’intérieur et risquait de souiller ses gants ainsi que sa combinaison spatiale. Aussi a-t-elle été contrainte d’utiliser des chiffons à sa disposition pour essuyer soigneusement le matériel, en essayant de perdre le moins de temps possible… Malheureusement, une opération simple sur Terre peut devenir cauchemardesque en apesanteur, surtout lorsqu’on est engoncé dans une combinaison pressurisée dont la rigidité s’oppose à la précision des gestes… une fraction de seconde d’inattention a suffi pour que le sac lui échappe des mains et s’éloigne lentement mais inexorablement de l’astronaute

Réaménagement de la station

Utilisant le matériel apporté à bord de Léonardo, les astronautes ont ensuite procédé à quelques aménagements de bord, et notamment à l’installation de nouvelles couchettes en prévision de l’augmentation de l’équipage. Plusieurs instruments scientifiques ont aussi été mis en place.


L'accès au module pressurisé Léonardo depuis l'ISS. Crédit Nasa

Mais un des éléments les plus importants était ce dispositif de purification d’eau dont nous vous entretenions par ailleurs, destiné à régénérer l'humidité, la condensation, ainsi que 96% de l’urine des astronautes en vue de la réutiliser sous forme d’eau potable. Cet appareil se révèlera d’une importance capitale lorsque la construction de l’ISS sera achevée et que la flotte des navettes américaines sera retirée du programme spatial. Il s’agit également de la mise à l’épreuve d’un système de survie nécessaire lors des futurs vols à destination d’objectifs lointains, lorsque tout approvisionnement depuis la Terre deviendra impossible.

Les 10 ans de l’ISS

Ce jeudi 20 novembre marque aussi une date anniversaire que l’on devinera fêtée par les 10 astronautes actuellement à bord, mais aussi l’ensemble du personnel de la Nasa et des entreprises associées. C’est en effet le 20 novembre 1998 à 6 h 40 TU que le module Zarya prenait le départ sous la coiffe d’un lanceur Proton depuis le cosmodrome de Baïkonour, posant ainsi la première "pierre" de ce qui allait devenir la Station Spatiale Internationale.


La Station Spatiale Internationale dans sa configuration actuelle, lors de l'approche par la navette Endeavour. Crédit Nasa

Construit par la firme russe Khrounitchev sous contrat de Boeing pour la Nasa, ce module était dérivé d’un élément militaire soviétique conçu à la fin des années 1970 pour équiper la station russe Mir. Il comprend une cabine pressurisée, plusieurs ports d’amarrage, une paire de panneaux solaires et un moteur de propulsion. Son orbite initiale était de 176 x 343 km inclinée à 51,6 degrés, portée à 383 x 396 km dès le 25 novembre. Il sera rejoint le 5 décembre 1998 par le module Unity apporté par l’équipage de la navette Endeavour, débutant véritablement l’assemblage de cette station de 100 milliards de dollars.

Source: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronautique/d/sts-126-davantage-de-confort-pour-liss-et-premiere-sortie-reussie_17412/


Le commandant de bord Chris Ferguson (gauche) et le pilote Eric Boe (droite)
préparent Endeavour aux manœuvres d'approche et d'amarrage de la navette. Crédit Nasa

« Modifié: 17 Septembre 2014 à 23:19:53 par katchina »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2307
  • en l'honneur de ma fille
La vie dans la Station spatiale internationale
« Réponse #25 le: 22 Novembre 2008 à 01:09:22 »

La vie dans la Station spatiale internationale

Marc Mennessier
21/11/2008


AFP/NASA

À partir du printemps 2009, six astronautes occuperont en permanence ce gigantesque Meccano orbital afin de préparer les futures missions vers la Lune et vers Mars.
 
La station spatiale internationale (ISS), qui a fêté jeudi ses 10 ans, s'apprête à doubler sa capacité d'accueil. A partir de mai 2009, ce gigantesque avant-poste orbital dont la construction a démarré le 20 novembre 1998 avec le lancement du module russe Zaria, sera en mesure d'héberger pendant plusieurs mois six astronautes, au lieu de trois actuellement.

Partie il y a une semaine jour pour jour du Centre spatial Kennedy (Floride) pour une mission de 16 jours vers l'ISS, la navette Endeavour a emporté, à l'intérieur du module pressurisé italien Leonardo, pas moins de 14,5 tonnes de matériel. En particulier des «équipements de vie», comme un réfrigérateur, deux fours de cuisine, deux petites chambres «à coucher» séparées, un appareil de sport et un dispositif ultrasophistiqué, d'un coût de 250 millions de dollars, capable de produire 23 litres d'eau pure par jour en recyclant les eaux usées ainsi que… l'urine des astronautes. D'après un ingénieur de la Nasa, les tests réalisés en aveugle n'ont pas mis en évidence de différence notable avec de l'eau «normale», «à part un vague goût d'iode».

Faire vivre des hommes et des femmes en apesanteur dans un espace restreint, sur de longues périodes, est la raison d'être de cette gigantesque station spatiale construite par seize pays : les États-Unis, qui financent la majeure partie de l'investissement évalué à 100 milliards de dollars, la Russie, le Japon, le Canada, le Brésil ainsi que onze pays de l'Agence spatiale européenne (ESA) dont la France.

En 2010, une fois terminée, l'ISS mesurera 88 m de long pour 108 m de large et pèsera la bagatelle de 450 tonnes ! Ce monstre de métal qui fonce à la vitesse vertigineuse de 28 000 km/h à 350 km au-dessus de nos têtes servira d'une part à préparer les futures missions habitées vers la Lune (aux alentours de 2020) puis Mars, et, d'autre part, à effectuer des expériences scientifiques en microgravité (biologie, médecine, physique des fluides…) dans ses trois laboratoires, notamment Columbus (Europe) et Kibo (Japon) qui ont été amarrés cette année.
«Vivre dans l'espace, c'est comme faire du camping à la bonne franquette, avec des commodités bien aménagées, sauf que l'on ne peut pas sortir dehors (excepté lors des sorties extravéhiculaires), que l'on bénéficie d'une dimension supplémentaire et que l'on peut régler la température et l'humidité à un niveau optimal», explique le spationaute français Jean-François Clervoy, de l'ESA, qui a effectué trois missions spatiales à bord de navettes américaines (Atlantis, Discovery) et de Mir, l'ancienne station orbitale soviétique qui a précédé l'ISS.
 
«Sensation de liberté extraordinaire»
 
Les conditions de vie dans cette dernière y sont bien meilleures en raison notamment de son très grand volume habitable (358 m3 à ce jour) et des progrès effectués depuis vingt ans dans tous les domaines ayant trait à la vie quotidienne, en particulier l'alimentation beaucoup plus variée aujourd'hui qu'aux débuts de la conquête spatiale.

En dépit des apparences, le confinement n'est pas un problème pour les astronautes. «Dans l'espace, la «surface» habitable est artificiellement augmentée par le fait que l'on peut utiliser une dimension de plus. Contrairement à ce qui se passe sur Terre, les quatre parois peuvent servir de plancher : on peut s'asseoir au plafond et manger ou dormir la tête en bas, sans le moindre problème», poursuit Jean-François Clervoy, pour qui l'apesanteur procure «une sensation de liberté extraordinaire dont chaque astronaute garde toute sa vie un souvenir ­indélébile.»

Passés les premiers jours, où l'on peut être victime du mal de l'espace ou de migraines causées par l'afflux de sang vers la tête, le corps humain finit par s'habituer à son nouvel environnement, que le séjour dure une semaine ou six mois. «Plus personne n'a la nostalgie d' avoir les pieds sur Terre. On se sent au contraire frustré, au retour, de subir à nouveau les effets de la pesanteur, de se sentir cloué au sol. Notamment lorsqu'il s'agit de changer une ampoule au plafond…»

Boire avec une paille, manger des aliments à moitié lyophilisés n'est pas non plus un problème. Tout comme dormir dans un gros sac de couchage accroché à la paroi de la station. La toilette s'effectue avec des serviettes et du savon sans rinçage. Seuls inconvénients : le bruit des régénérateurs qui brassent l'air en permanence oblige les astronautes à porter des bouchons auriculaires qui éliminent les sons nuisibles et inutiles. Enfin, malgré les sensations agréables qu'elle procure, l'apesanteur nécessite de faire quotidiennement de l'exercice physique pour lutter contre les phénomènes de pertes musculaires et stimuler le système cardio-vasculaire.

» VIDEO - Une astronaute perd sa boîte à outils dans l'espace

Vidéos :scènes de vie quotidienne et activités insolites.

Dans l’espace, même les activités les plus simples peuvent devenir des casses-têtes. Ainsi, se laver les cheveux est loin d’être évident pour la touriste spatiale Anousheh Ansari:

Washing Hair in Zero Gravity


lancer un boomerang:

Boomerang Does work in space



Des jeux de bulles:

NASA - Space Shuttle Atlantis STS-117 Crew Has Fun in Space


Et pour finir: le rap de l’ISS

I.S.S. Baby

     
Source: http://www.lefigaro.fr/sciences/2008/11/21/01008-20081121ARTFIG00125-la-vie-dans-la-station-spatiale-internationale-.php
« Modifié: 18 Octobre 2015 à 22:53:40 par katchina »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2307
  • en l'honneur de ma fille
Les astronautes d'Endeavour se préparent à leur 3e sortie dans l'espace
« Réponse #26 le: 22 Novembre 2008 à 22:30:04 »

le 22 novembre 2008 à 11h40 | Mis à jour à 11h47


Les astronautes d'Endeavour se préparent à leur 3e sortie dans l'espace
 
NASA Agence France-Presse  Washington
 
Deux astronautes de la navette spatiale américaine se préparaient samedi à la troisième sortie dans l'espace de la mission d'Endeavour, qui doit permettre de terminer de réparer l'une des trois doubles-antennes solaires de la Station spatiale internationale (ISS).

Les Américains, Heide Stefanyshyn-Piper, 45 ans, et Steve Bowen, 44 ans, vont effectuer la plus longue séance de travaux dans le vide intersidéral de la mission, qui a commencé le 15 novembre.

La sortie, initialement prévue à partir de 18H45 GMT mais qui pourrait être avancée, devrait durer 7 heures ou plus, selon un porte-parole de la Nasa.

Les deux astronautes doivent finir de réparer le mécanisme de rotation d'une des trois doubles-antennes solaires (appelé «Solar Alpha Rotary Joint» ou SARJ), vital pour l'alimentation en électricité de l'ISS, et qui était grippé.


Ils termineront également le nettoyage des rouages et leur lubrification ainsi que le remplacement de roulements à billes. Les pièces remplacées seront rapportées sur Terre pour être inspectées.

Vers 16H30 GMT, les deux capitaines de l'US Navy avaient fini de revêtir leurs scaphandres, qui les protégeront de l'environnement extérieur hostile, avec l'aide de plusieurs autres membres d'équipage.

«Tout se passe très bien et en fait nous sommes en avance sur notre programme», a indiqué un porte-parole de la Nasa.

«Les préparatifs sont pratiquement en avance d'une heure»,  a-t-il précis, soulignant que la sortie dans l'espace pourrait donc être avancée.

Le ballet spatial, très complexe, sera orchestré par Shane Kimbrough, 41 ans, qui avait effectué une sortie dans l'espace avec Heide Stefanyshyn-Piper jeudi.

Source : http://www.cyberpresse.ca/sciences/astronomie-et-espace/200811/22/01-803341-les-astronautes-dendeavour-se-preparent-a-leur-3e-sortie-dans-lespace.php
« Modifié: 17 Septembre 2014 à 23:28:14 par katchina »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2307
  • en l'honneur de ma fille
Endeavour: deux astronautes bouclent la dernière sortie orbitale
« Réponse #27 le: 26 Novembre 2008 à 22:06:15 »


Publié le 24 novembre 2008 à 22h40 | Mis à jour le 24 novembre 2008 à 22h44

Endeavour: deux astronautes bouclent la dernière sortie orbitale


L'astronaute Shane Kimbrough au travail  Photo: Reuters Agence France-Presse Washington
 
La NASA a également décidé de prolonger d'un jour la mission, a indiqué le même jour un porte-parole du Centre spatial Johnson à Houston.

Les deux marcheurs de l'espace, Steve Bowen et Shane Kimbrough, ont refermé le sas de la chambre de décompression de la Station spatiale internationale (ISS) à 00h31GMT mardi (20h30 lundi HNE), a confirmé une commentatrice de la télévision de la NASA qui retransmet les images en direct.

Cette sortie orbitale a duré 6 heures 7 minutes, soit 23 minutes de moins de prévu.

Durant cette excursion, les deux astronautes ont terminé le nettoyage, la lubrification et le remplacement de onze des douze roulements à billes du système de rotation d'une des trois doubles-antennes solaires dite «Solar Alpha Rotary Joint (SARJ)» qui était grippé.

Les travaux inédits sur le SARJ avait commencé lors de la première sortie orbitale mardi dernier.

Le mécanisme sera remis en route tôt mardi pour des tests.

Ils ont aussi installé une caméra sur une des poutres de l'ISS et attaché une antenne GPS (Global Positioning System) sur le module japonais Kibo.

Ces quatre marches dans l'espace portent à 118 au total le nombre de sorties orbitales effectuées par des astronautes pour assembler l'ISS ou 745,29 heures.

L'assemblage de l'avant-poste orbital devrait être achevé à la mi 2010.

Les responsables de la mission ont aussi décidé de prolonger de 24 heures la mission pour la porter à 16 jours afin de donner plus de temps à l'équipage pour faire fonctionner une nouvelle machine de recyclage de l'urine et des eaux usées en eau potable qui a connu quelques problèmes de fonctionnement.

L'origine du problème a été apparemment déterminée et l'équipage devrait être en mesure de faire fonctionner cette machine de 250 millions de dollars livrée par Endeavour pour produire des échantillons suffisants d'eau afin de les ramener sur Terre pour analyse.

Cette machine est essentielle pour doubler les capacités d'hébergement de longue durée de la Station spatiale de trois occupants aujourd'hui à six au printemps 2009 en produisant par recyclage 6,8 tonnes d'eau potable par an.

Jusqu'à présent, toute l'eau potable nécessaire à l'équipage de l'ISS a été transportée par la navette.

Le désamarrage de la navette de la Station spatiale est désormais prévu vendredi 28 novembre dans la matinée et l'atterrissage en Floride dimanche en début d'après-midi au lieu de samedi.

Endeavour a livré au total 14,5 tonnes d'équipements destinés surtout à doubler les capacités d'accueil de l'ISS.

Outre la machine à recycler l'urine en eau potable, les sept membres de l'équipage d'Endeavour ont livré un congélateur et un four destinés à des expériences scientifiques dans le module laboratoire américain Destiny ainsi que deux cabines supplémentaires qui serviront de chambres à coucher.

La navette a aussi apporté deux nouveaux fours pour réchauffer les repas des astronautes, un nouveau réfrigérateur ainsi qu'un équipement pour faire de l'exercice.

Source: http://www.cyberpresse.ca/sciences/astronomie-et-espace/200811/24/01-803980-endeavour-deux-astronautes-bouclent-la-derniere-sortie-orbitale.php
« Modifié: 17 Septembre 2014 à 23:30:53 par katchina »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2307
  • en l'honneur de ma fille
Re : Navette spatiale - Endeavour - Mission vers la station ISS
« Réponse #28 le: 26 Novembre 2008 à 22:11:47 »

Endeavour joue les prolongations

NOUVELOBS.COM | 25.11.2008 | 11:12


L'astronaute Steve Bowen au cours de la quatrième sortie dans l'espace. (Nasa TV)

La mission de la navette spatiale Endeavour a été prolongée d’une journée pour permettre aux astronautes de venir à bout des problèmes du nouveau système de recyclage de l’eau, a annoncé l’Agence spatiale américaine la nuit dernière.

Depuis qu’il a été installé sur la station spatiale, la semaine dernière, le système destiné à convertir l’eau récupérée par la condensation et l’urine des astronautes en eau potable a donné du fil à retordre à l’équipage de la mission STS-126. La centrifugeuse qui doit séparer les particules du liquide semble souffrir de vibrations excessives. Le système, qui doit tourner quatre heures consécutives pour fournir son eau recyclée, s’est arrêté au bout de deux heures, puis de trois heures.

La Nasa aimerait que l’appareil fonctionne avant le retour sur Terre de la mission afin que des échantillons reviennent à bord d’Endeavour. L’eau recyclée doit en effet être testée avant que les astronautes à bord de la station puisse la boire. Si le processus de traitement de l’eau est devenu banal sur Terre, il n’est pas si simple en apesanteur : l’appareil recrée un champ gravitationnel artificiel afin de pouvoir séparer les saletés du liquide.

A l’extérieur de la station spatiale les travaux sont finis –enfin pour cette fois. Les astronautes Steve Bowen et Shane Kimbrough ont achevé la nuit dernière, vers 00h30 TU, la quatrième sortie extra-véhiculaire de la mission. L’un des objectifs des quatre sorties était de lubrifier le joint rotatif des panneaux solaires de la station. Cette opération complexe nécessitait plusieurs interventions, avec démontage, graissage et remontage à la clef.

Au cours de la première sortie, les astronautes ont perdu du temps à cause de la perte du sac à outils de Heidemarie Stefanyshyn-Piper, sac qui est désormais en orbite autour de la Terre. Etonnamment brillant, le sac est visible depuis la Terre avec un petit télescope, rapporte le site d’astronomie SpaceWeather.

Le retour de la navette Endeavour est désormais prévu pour dimanche 30 novembre à 18h18 TU. A l’issue de cette mission, la station spatiale est prête pour doubler le nombre de ces résidents : dès 2009, l’équipage va passer de 3 à 6 personnes.

Cécile Dumas Sciences et Avenir.com  25/11/08
« Modifié: 17 Septembre 2014 à 23:33:04 par katchina »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2307
  • en l'honneur de ma fille
En images : les grands travaux de l’ISS se poursuivent
« Réponse #29 le: 27 Novembre 2008 à 00:06:23 »

Le 26 novembre 2008 à 11h31
 
En images : les grands travaux de l’ISS se poursuivent

Par Jean Etienne, Futura-Sciences

Deux nouvelles sorties d’astronautes, diverses installations d’infrastructure et une réparation confirment la bonne marche de l’assemblage de la Station Spatiale Internationale.

Le 20 novembre, Heide Stefanyshyn-Piper et Shane Kimbrough se sont extraits du sas de la station afin de poursuivre le travail particulièrement complexe commencé deux jours plus tôt. Cette 116ème sortie d’astronautes, la deuxième de la mission et qui a débuté avec 45 minutes d’avance sur l’horaire, devait durer environ 6 h 50 minutes.


Deuxième sortie. Heidemarie Stefanyshyn-Piper (gauche) et Shane Kimbrough,
spécialistes de mission, au travail sur le SARJ. Crédit Nasa


Leur première attention s’est portée sur le SARJ (Solar Alpha Rotary Joint) assurant la rotation d’un des trois jeux d’immenses panneaux solaires de la station, dont le remplacement de quatre des douze roulements à billes avait débuté deux jours plus tôt. Les anciens seront ramenés sur Terre afin de déterminer la cause exacte les ayant fait gripper il y a quelques mois, privant l’ISS d’une partie de son énergie. Deux cartes électroniques ont aussi été remplacées dans le système de commande. Un autre travail, plus routinier celui-là, consistait à lubrifier le mécanisme de la main du bras robotisé Canadarm-2 de construction canadienne.


Deuxième sortie. Heidemarie Stefanyshyn-Piper (gauche) et Shane Kimbrough,
spécialistes de mission, au travail sur le SARJ. Comparez la taille des astronautes
par rapport à cette (petite) partie de la station et au diamètre du dispositif rotatif.  Crédit Nasa


La sortie prenait fin après 6 h 43 minutes, soit avec une légère avance sur le planning et les deux astronautes pouvaient sereinement regagner le sas vendredi 21 novembre à 0 h 43 TU.

Troisième sortie

Samedi 22, Heide Stefanyshyn-Piper, et Steve Bowen quittaient à nouveau la station et amorçaient la troisième sortie extravéhiculaire de cette mission, qui devait aussi être une des plus longues de l’histoire de son assemblage puisque sa durée était estimée à plus de 7 heures.


Troisième sortie. Steve Bowen et Heidemarie Stefanyshyn-Piper (cette dernière étant hors cadre)
concentrent leurs efforts sur le SARJ dont ils achèvent le remplacement de quatre des douze roulements à billes.
Remarquez, là aussi, la disproportion entre l’astronaute (au centre de l’image) et l’immense structure. Crédit Nasa


Shane Kimbrough, qui participait à la deuxième sortie l’avant-veille, dirigeait cette fois les opérations depuis le siège de commande de l’ISS, dirigeant entre autres le Canadarm supportant la plate-forme des astronautes.


Troisième sortie. Steve Bowen travaille sur le SARJ. Crédit Nasa

La presque totalité des opérations consistaient cette fois à achever le remontage du SARJ et de remettre les protections en place, avant de procéder à divers tests. Le bon fonctionnement de ce dispositif est capital pour l’exploitation de la station, justifiant la priorité ainsi que les soins apportés à cette réparation.


Troisième sortie. Gros plan sur Steve Bowen. Crédit Nasa

Bowen et Stefanyshyn-Piper ont aussi soigneusement nettoyé la zone entourant les verrous devant immobiliser les panneaux dans la bonne position. Cette sortie durera exactement 6 h 57 minutes, un peu moins que prévu là aussi.


Troisième sortie. Steve Bowen au travail sur le boîtier électronique du SARJ.  Crédit Nasa


L'aménagement de la station se poursuit

Pendant ce temps, les astronautes poursuivaient l’aménagement interne du complexe orbital, à bord duquel des toilettes supplémentaires ont été installées, ainsi qu’un four supplémentaire pour les aliments. Un autre four, destiné aux expériences scientifiques, a été installé dans le module américain Destiny. Deux cabines de repos supplémentaires ont été ajoutées, en vue de l’augmentation du nombre de membres d’équipage à partir de mars prochain.

Régénérateur d’eau en panne et réparé

La semaine dernière, les premiers essais du dispositif expérimental de régénération d’eau s’étaient avérés décevants, l’appareil cessant systématiquement de fonctionner plus de deux heures d’affilée. Or, l’utilisation de cette unité sera nécessaire lorsque les équipes d’occupation permanente seront portées à six astronautes.


L'ensemble des astronautes occupant actuellement la station, y compris l'équipage d'Endeavour.
Au centre apparaît Donald Pettit avec en-dessous Heidemarie Stefanyshin-Piper.
Depuis leur position et dans le sens horaire se trouvent Shane Kimbrough, Steve Bowen, Eric Boe,
Chris Ferguson et Michael Fincke, puis Yury Lonchakov, Sandra Magnus et Gregory Chamitoff. Crédit Nasa


Divers essais effectués en parallèle entre l’ISS et un appareil similaire resté à Terre ayant conduit à suspecter la centrifugeuse, des instructions ont été transmises aux astronautes afin qu’ils en modifient le montage. Les nouveaux essais se montrent encourageants, plus rien ne venant perturber le fonctionnement de l’appareil. Selon les techniciens, les essais conduits au sol ne révélaient aucun défaut de conception, alors qu’en apesanteur une des parties mobiles de la centrifugeuse entrait en contact avec son support, défaut qui n’avait pu être détecté sur Terre.


Greg Chamitoff, spécialiste de mission, déplace une cabine de repos que vient de livrer l'équipage d'Endeavour vers le module Harmony. Remarquez les nombreuses signatures sur la paroi du caisson. Crédit Nasa


Des échantillons d’eau régénérée ont été produits et seront ramenés sur terre pour analyse, dans le but de valider l’instrument "bon pour le service". Cependant ceux-ci ont été obtenus au départ de liquides comprenant 90% d’eau de condensation et 10% d’urine, travail moins contraignant pour le dispositif que les 30% d’urine prévus au départ. D’autres tests suivront.

La mission ne sera pas prolongée

La Nasa a décidé de ne pas prolonger de 24 heures la mission STS-126 comme cela avait été envisagé dès le départ afin de pallier certaines difficultés toujours imprévisibles, l’atterrissage d’Endeavour étant programmé pour le samedi 29 novembre.
Huit missions d’assemblage restent encore à accomplir pour achever la construction de la Station Spatiale internationale d’ici 2010. Elle mesurera alors 108 mètres de long sur 88 mètres d’envergure, pour une masse totale de 450 tonnes contre 340 tonnes dans son état actuel.


L’astronaute Donald Pettit, spécialiste de mission, configure le régénérateur d’eau à l’intérieur du module Destiny. Crédit Nasa

Source: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronautique/d/en-images-les-grands-travaux-de-liss-se-poursuivent_17453/
« Modifié: 17 Septembre 2014 à 23:37:35 par katchina »
IP archivée