La Vague d'Ovnis - Ovnis-USA => Ovnis-USA / Commentaires des sujets du Blog => Discussion démarrée par: Diouf le 13 mai 2007 à 22:16:22

Titre: Zone 51
Posté par: Diouf le 13 mai 2007 à 22:16:22
Aire 51 : Chronique d'une Base
Voila un article intéressant sur la fameuse zone, suivi du récit de David Adair (pote de Steven Greer), qui relate ses rencontres inhabituelles dans un coin de la dite zone. Puis,un article sur Aurora, repris du Top Secret Spécial hors-série sur l'arme ultime américaine, écrit par Jean-Marc(Roeder)
Un vrai bonheur de retrouver ça!  Bonne description imagée des capacités d'Aurora aux toutes premières heures de la guerre d'IRAK . on peut imaginer avec effroi que ces prouesses sont "préhistoires" maintenant! :roll:

http://karmapolis.be/pipeline/adair.htm (http://karmapolis.be/pipeline/adair.htm)
Titre: Re : Zone 51
Posté par: B-h-r le 02 août 2007 à 18:29:54
Je regardais aujourd'hui une des rediffusions de la série JAG (Judge Advocate General qui se passe dans l'armée américaine et où celle si à certainement mis son gros nez). La scène se passe sur une base américaine, le capitaine Rab (qui travail maintenant pour la CIA)  se promène avec un de ses collègue. Une forte détonation survient, les 2 hommes lèvent la tête et l'on voit un avion, avançant rapidement, avec une trainée formée de boules de fumées. Le collègue de Rab lui dit que c'est un moteur à trainée de détonation (ou un truc du genre) et que c'est un avion qui atteint le mach 6. Puis il cite son nom : l'Aurora...

voilà, c'est pas très important aujourd'hui, mais la série étant ancienne, je trouve marrant de voir cet appareil....à la tv.
Titre: Re : Zone 51
Posté par: Diouf le 03 août 2007 à 10:39:37
En effet, la série date de quelle année ?

C'est fou comme on s'aperçoit souvent que, en fait ,tout est dit en temps réel ,d'une façon ou d'une autre !
Titre: Re : Zone 51
Posté par: B-h-r le 03 août 2007 à 17:12:55
elle a été tournée entre 1995 et 2005 et compte 10 saisons. L'épisode se situe dans la 9 saison, ça doit être le n° 4.

A noter que l'un des personnages était présenté au début de série comme un "fan" d'ovni et il me semble que plusieurs épisodes y font références, mais je n'en suis plus sur...
Titre: Re : Zone 51
Posté par: Diouf le 07 août 2007 à 10:56:43
Merci  :)  ,je croyais que c'était beaucoup plus ancien !
Titre: Re : Zone 51
Posté par: là et demain le 11 février 2009 à 18:11:36
Je m'amuse de temps à autre avec le simulateur de vol de Google Earth.
Il y a deux ans, j'avais posé des balises pour bien repérer de loin les pistes de la zone 51 dans le but de d'y atterrir.
Les données des balises sont placées par Google earth en local sur le disque dur dans un fichier intitulé myplaces.kml
Chaque balise a une coordonnée très précise longitude/latitude.

Retrouvant aujourd'hui mes balises, je constate...ô surprise, que les pistes ont subi une rotation de l'ordre de 15°
Le marquage 14L situé avant le seuil de piste signifie une orientation située entre 140° et 149,99°.
Mais quand je mesure l'orientation par rapport au nord (par rapport à la grille obtenue en faisant ctrl+L), je trouve 157°, ce qui confirme le problème.
En d'autres termes, si cette piste était là ou elle devrait être, son marquage serait 15L, non pas 14L.

Bizarre bizarre. Vous avez dit bizarre ?
Titre: Re : Zone 51
Posté par: là et demain le 12 février 2009 à 11:32:27
J'ai mesuré de nouveau avec une grande précision en utilisant un instrument adéquat : je confirme que le marquage de la piste 14L/32R ne correspond pas à leur orientation apparente sur Google earth. Même en tenant compte de la déclinaison magnétique, ça ne colle pas. http://www.aviationpassion.org/circulation.html#aerodromes (http://www.aviationpassion.org/circulation.html#aerodromes) [modération : lien brisé]
A l'évidence, ce qui apparait à fait l'objet soit de retouches, soit d'une synthèse graphique partielle ou totale.

Quoique on dise sur cette hase, elle est de toute façon une installation militaire sensible, et il ne m'apparait pas anormal qu'on en donne pas l'image réelle.
La question que je me pose, c'est plutôt pourquoi choisir l'option "réalité imaginaire" plutôt qu'un floutage comme on peut l'apercevoir par exemple en France pour les bases d'Orange et Dijon ? (à noter en passant que la base d'Istres, équipée de Mirage 2000-N emportant l'arme nucléaire dans sa composante aéroportée, apparaît non floutée !) 
Quelle logique dégager de tout ça 8) ?
Titre: Re : Zone 51
Posté par: André L. le 29 mai 2009 à 23:18:50
Carte ultra précise de la Zone 51

http://wikimapia.org/#lat=37.2323444&lon=-115.8100176&z=15&l=0&m=a&v=2
Titre: Re : Zone 51
Posté par: dificultnspa le 06 septembre 2009 à 11:32:12
latimes.com (http://www.latimes.com/entertainment/la-mag-april052009-backstory,0,5104077.story)
Citer
The Road to Area 51


After decades of denying the facility's existence, five former insiders speak out

  (http://www.latimes.com/media/photo/2009-03/45879002.jpg)

April 05, 2009 Issue 
 
by Annie Jacobsen

Area 51. It's the most famous military institution in the world that doesn't officially exist. If it did, it would be found about 100 miles outside Las Vegas in Nevada's high desert, tucked between an Air Force base and an abandoned nuclear testing ground.

Then again, maybe not-- the U.S. government refuses to say. You can't drive anywhere close to it, and until recently, the airspace overhead was restricted--all the way to outer space. Any mention of Area 51 gets redacted from official documents, even those that have been declassified for decades.

It has become the holy grail for conspiracy theorists, with UFOlogists positing that the Pentagon reverse engineers flying saucers and keeps extraterrestrial beings stored in freezers. Urban legend has it that Area 51 is connected by underground tunnels and trains to other secret facilities around the country. In 2001, Katie Couric told Today Show audiences that 7 percent of Americans doubt the moon landing happened--that it was staged in the Nevada desert. Millions of X-Files fans believe the truth may be "out there," but more likely it's concealed inside Area 51's Strangelove-esque hangars--buildings that, though confirmed by Google Earth, the government refuses to acknowledge.

The problem is the myths of Area 51 are hard to dispute if no one can speak on the record about what actually happened there. Well, now, for the first time, someone is ready to talk--in fact, five men are, and their stories rival the most outrageous of rumors. Colonel Hugh "Slip" Slater, 87, was commander of the Area 51 base in the 1960s. Edward Lovick, 90, featured in "What Plane?" in LA's March issue, spent three decades radar testing some of the world's most famous aircraft (including the U-2, the A-12 OXCART and the F-117). Kenneth Collins, 80, a CIA experimental test pilot, was given the silver star. Thornton "T.D." Barnes, 72, was an Area 51 special-projects engineer. And Harry Martin, 77, was one of the men in charge of the base's half-million-gallon monthly supply of spy-plane fuels. Here are a few of their best stories--for the record:

On May 24, 1963, Collins flew out of Area 51's restricted airspace in a top-secret spy plane code-named OXCART, built by Lockheed Aircraft Corporation. He was flying over Utah when the aircraft pitched, flipped and headed toward a crash. He ejected into a field of weeds.

Almost 46 years later, in late fall of 2008, sitting in a coffee shop in the San Fernando Valley, Collins remembers that day with the kind of clarity the threat of a national security breach evokes: "Three guys came driving toward me in a pickup. I saw they had the aircraft canopy in the back. They offered to take me to my plane." Until that moment, no civilian without a top-secret security clearance had ever laid eyes on the airplane Collins was flying. "I told them not to go near the aircraft. I said it had a nuclear weapon on-board." The story fit right into the Cold War backdrop of the day, as many atomic tests took place in Nevada. Spooked, the men drove Collins to the local highway patrol. The CIA disguised the accident as involving a generic Air Force plane, the F-105, which is how the event is still listed in official records.

As for the guys who picked him up, they were tracked down and told to sign national security nondisclosures. As part of Collins' own debriefing, the CIA asked the decorated pilot to take truth serum. "They wanted to see if there was anything I'd for-gotten about the events leading up to the crash." The Sodium Pento-thal experience went without a hitch--except for the reaction of his wife, Jane.

"Late Sunday, three CIA agents brought me home. One drove my car; the other two carried me inside and laid me down on the couch. I was loopy from the drugs. They handed Jane the car keys and left without saying a word." The only conclusion she could draw was that her husband had gone out and gotten drunk. "Boy, was she mad," says Collins with a chuckle.

At the time of Collins' accident, CIA pilots had been flying spy planes in and out of Area 51 for eight years, with the express mission of providing the intelligence to prevent nuclear war. Aerial reconnaissance was a major part of the CIA's preemptive efforts, while the rest of America built bomb shelters and hoped for the best.

"It wasn't always called Area 51," says Lovick, the physicist who developed stealth technology. His boss, legendary aircraft designer Clarence L. "Kelly" Johnson, called the place Paradise Ranch to entice men to leave their families and "rough it" out in the Nevada desert in the name of science and the fight against the evil empire. "Test pilot Tony LeVier found the place by flying over it," says Lovick. "It was a lake bed called Groom Lake, selected for testing because it was flat and far from anything. It was kept secret because the CIA tested U-2s there."

When Frances Gary Powers was shot down over Sverdlovsk, Russia, in 1960, the U-2 program lost its cover. But the CIA already had Lovick and some 200 scientists, engineers and pilots working at Area 51 on the A-12 OXCART, which would outfox Soviet radar using height, stealth and speed.

Col. Slater was in the outfit of six pilots who flew OXCART missions during the Vietnam War. Over a Cuban meat and cheese sandwich at the Bahama Breeze restaurant off the Las Vegas Strip, he says, "I was recruited for the Area after working with the CIA's classified Black Cat Squadron, which flew U-2 missions over denied territory in Mainland China. After that, I was told, 'You should come out to Nevada and work on something interesting we're doing out there.' "

Even though Slater considers himself a fighter pilot at heart--he flew 84 missions in World War II--the opportunity to work at Area 51 was impossible to pass up. "When I learned about this Mach-3 aircraft called OXCART, it was completely intriguing to me--this idea of flying three times the speed of sound! No one knew a thing about the program. I asked my wife, Barbara, if she wanted to move to Las Vegas, and she said yes. And I said, 'You won't see me but on the weekends,' and she said, 'That's fine!' " At this recollection, Slater laughs heartily. Barbara, dining with us, laughs as well. The two, married for 63 years, are rarely apart today.

"We couldn't have told you any of this a year ago," Slater says. "Now we can't tell it to you fast enough." That is because in 2007, the CIA began declassifying the 50-year-old OXCART program. Today, there's a scramble for eyewitnesses to fill in the information gaps. Only a few of the original players are left. Two more of them join me and the Slaters for lunch: Barnes, formerly an Area 51 special-projects engineer, with his wife, Doris; and Martin, one of those overseeing the OXCART's specially mixed jet fuel (regular fuel explodes at extreme height, temperature and speed), with his wife, Mary. Because the men were sworn to secrecy for so many decades, their wives still get a kick out of hearing the secret tales.

Barnes was married at 17 (Doris was 16). To support his wife, he became an electronics wizard, buying broken television sets, fixing them up and reselling them for five times the original price. He went from living in bitter poverty on a Texas Panhandle ranch with no electricity to buying his new bride a dream home before he was old enough to vote. As a soldier in the Korean War, Barnes demonstrated an uncanny aptitude for radar and Nike missile systems, which made him a prime target for recruitment by the CIA--which indeed happened when he was 22. By 30, he was handling nuclear secrets.

"The agency located each guy at the top of a certain field and put us together for the programs at Area 51," says Barnes. As a security precaution, he couldn't reveal his birth name--he went by the moniker Thunder. Coworkers traveled in separate cars, helicopters and airplanes. Barnes and his group kept to themselves, even in the mess hall. "Our special-projects group was the most classified team since the Manhattan Project," he says.

Harry Martin's specialty was fuel. Handpicked by the CIA from the Air Force, he underwent rigorous psychological and physical tests to see if he was up for the job. When he passed, the CIA moved his family to Nevada. Because OXCART had to refuel frequently, the CIA kept supplies at secret facilities around the globe. Martin often traveled to these bases for quality-control checks. He tells of preparing for a top-secret mission from Area 51 to Thule, Greenland. "My wife took one look at me in these arctic boots and this big hooded coat, and she knew not to ask where I was going."

So, what of those urban legends--the UFOs studied in secret, the underground tunnels connecting clandestine facilities? For decades, the men at Area 51 thought they'd take their secrets to the grave. At the height of the Cold War, they cultivated anonymity while pursuing some of the country's most covert projects. Conspiracy theories were left to popular imagination. But in talking with Collins, Lovick, Slater, Barnes and Martin, it is clear that much of the folklore was spun from threads of fact.

As for the myths of reverse engineering of flying saucers, Barnes offers some insight: "We did reverse engineer a lot of foreign technology, including the Soviet MiG fighter jet out at the Area"--even though the MiG wasn't shaped like a flying saucer. As for the underground-tunnel talk, that, too, was born of truth. Barnes worked on a nuclear-rocket program called Project NERVA, inside underground chambers at Jackass Flats, in Area 51's backyard. "Three test-cell facilities were connected by railroad, but everything else was underground," he says.

And the quintessential Area 51 conspiracy--that the Pentagon keeps captured alien spacecraft there, which they fly around in restricted airspace? Turns out that one's pretty easy to debunk. The shape of OXCART was unprece-dented, with its wide, disk-like fuselage designed to carry vast quantities of fuel. Commercial pilots cruising over Nevada at dusk would look up and see the bottom of OXCART whiz by at 2,000-plus mph. The aircraft's tita-nium body, moving as fast as a bullet, would reflect the sun's rays in a way that could make anyone think, UFO.

In all, 2,850 OXCART test flights were flown out of Area 51 while Slater was in charge. "That's a lot of UFO sightings!" Slater adds. Commercial pilots would report them to the FAA, and "when they'd land in California, they'd be met by FBI agents who'd make them sign nondisclosure forms." But not everyone kept quiet, hence the birth of Area 51's UFO lore. The sightings incited uproar in Nevada and the surrounding areas and forced the Air Force to open Project BLUE BOOK to log each claim.

Since only a few Air Force officials were cleared for OXCART (even though it was a joint CIA/USAF project), many UFO sightings raised internal military alarms. Some generals believed the Russians might be sending stealth craft over American skies to incite paranoia and create widespread panic of alien invasion. Today, BLUE BOOK findings are housed in 37 cubic feet of case files at the National Archives--74,000 pages of reports. A keyword search brings up no mention of the top-secret OXCART or Area 51.

Project BLUE BOOK was shut down in 1969--more than a year after OXCART was retired. But what continues at America's most clandestine military facility could take another 40 years to disclose.

ANNIE JACOBSEN is an investigative reporter who sat for more than 500 interviews after she broke the story on terrorists probing commercial airliners. When she isn't digging into intelligence issues for the likes of the National Review, she's snapping together Legos with her two boys.


Titre: Re : Zone 51
Posté par: herveboy le 06 septembre 2009 à 13:19:36
Merci André pour la carte, ce qu'il faudrait c'est une webcam au-dessus de la Zone 51.  ;)
Titre: Re : Zone 51
Posté par: WDPK webzine le 06 septembre 2009 à 13:38:43
Merci André pour la carte, ce qu'il faudrait c'est une webcam au-dessus de la Zone 51.  ;)

N'oublions pas qu'il y a d'autres bases dans le même genre, et à mon avis les militaires sont bien contents que toute l'attention ou presque se focalise sur une seule base. Ca permet de mieux cacher le reste.

Un peu comme Roswell, qui occulte tout les autres crashs...
Titre: Re : Zone 51
Posté par: djshotam le 09 septembre 2009 à 10:22:07
bonjour,

j ai appris l existence de cette zone 51 il y a bon nombre d'année, et pourtant je viens de decouvrir il y a peu que le nom de cette zone est relatif aux cartes geographiques, et donc la zone 51 est situé à coté de la zone 52!!

quand je pense à indiana jones 4 ou on voyait peint dans le hangar le n° 51  ;D ;D ;D trop drole  :D

Titre: Re : Zone 51
Posté par: labbe le 06 octobre 2009 à 22:50:06
Je ne sais pas si ca a été posté ?

Reportage zone 51 ovni (http://www.dailymotion.com/video/xes0p)

Ca parait assez "incroyable".
C'est louche.
Titre: Re : Zone 51
Posté par: dificultnspa le 30 novembre 2009 à 19:35:59


Un film sur la zone 51, par le réalisateur de Paranomal Activity, le carton du moment en terme de film d'horreur :

cinemovies.fr (http://www.cinemovies.fr/fiche_film.php?IDfilm=14978)
Citer
L'histoire

La curiosité de trois adolescents les mène vers la légendaire et mystérieuse zone 51, une base secrète de l'air Force située en plein désert du Nevada.


News liées (1)

Oren Peli pénètre dans la Zone 51.
Le mercredi 07 octobre 2009
Vous n'avez peut être pas encore entendu parler de Paranormal Activity, l'événement en terme d'épouvante. Et bien ça ne serait tarder et le réalisateur du film, Oren Peli, travaille déjà sur un nouveau projet, Area 51.



screendaily.com (http://www.screendaily.com/news/distribution/paramount-takes-us-rights-to-red-hot-oren-pelis-area-51/5008628.article)
Citer
Paramount takes US rights to red-hot Oren Peli's Area 51

29 November, 2009 | By Jeremy Kay

Paramount Pictures has reunited with Paranormal Activity (pictured) director Oren Peli, paying high seven figures for US rights to the in-demand film-maker’s alien thriller follow-up Area 51.


IM Global CEO Stuart Ford, CAA, Incentive Filmed Entertainment chairman David Molner and attorneys Linda Lichter and Jamie Feldman closed the deal with the studio last week following a protracted negotiation process that had dragged on for close to a month.

Paramount beat out rival bids from DreamWorks and Lionsgate. Summit Entertainment had also been in the race but withdrew earlier in the process.

IM Global recently sold out international rights to Area 51 at AFM, where buyers scarcely needed the incentive of an imminent domestic deal to drive business in the wake of Paranormal Activity’s stunning US box office. Ford licensed Area 51 to Momentum in the UK, Concorde in Germany, Euro TV in France, Zelta in Spain, Village Roadshow in Australia and New Zealand, PlayArte in Latin America, and Alliance in Canada, among others.

Ford previously sold out the ultra low-budget Paranormal Activity at AFM 2008 and in a masterstroke sealed the domestic deal with DreamWorks after inviting executives to a screening that was packed out with teenagers. Paranormal Activity — made for a mere $15,000 — grossed more than $106m in North America this year and is on the cusp of its international roll-out, having just opened this weekend in the UK and Spain.

Incentive and the Aramid Entertainment Fund fully financed Area 51, which was written and directed by Peli. Plot details remain under wraps, however the title refers to the infamous top-secret military site in the Nevadan desert that for years has been the subject of UFO and other conspiracy theories.

Area 51 is in post-production and it is understood Paramount is eager to schedule a release as soon as possible in 2010. Paranormal Activity producer Jason Blum produced through his Blumhouse Productions and Steven Schneider of Room 101 served as executive producer alongside Ford and Amir Zbeda.

“Moviegoers everywhere demanded to see Oren Peli’s spectacular debut and we are excited to show them what he’s created next,” Paramount production president Adam Goodman said.

“We are certainly happy to continue working with the agile and talented production, marketing and distribution teams at Paramount that made Paranormal Activity such a remarkable success,” Peli and Blum said.

“These films show that real franchises can be successfully launched from the independent side of the business – not something the marketplace necessarily believed five years ago,” Incentive’s chairman David Molner said. “As financiers, we’re very lucky to create value in partnership with major distributors like Paramount Pictures and the enviable talents of Jason, Oren, and IM Global.”

“With the international distribution already set up on the film, bringing Paramount onboard after they did such distinguished work on Paranormal Activity is the perfect finale, and most important piece in the jigsaw,” Ford added. “We’re very proud to be in business with Adam and his team on another Oren Peli movie.”                     




Titre: Re : Zone 51
Posté par: herveboy le 29 décembre 2009 à 23:28:38
une vidéo sur la zone 51 que je n'avais jamais visionnée:

Area 51 - Strange activity
Area 51 - Strange activity (http://www.youtube.com/watch?v=tQJUax0iAuQ&feature=related#)
Titre: Re : Zone 51
Posté par: là et demain le 29 décembre 2009 à 23:45:35
En ce qui me concerne, j'aurais dissimulé les accès vers les "underground facilitys" (j'adore), sous des bâtiments tout à fait ordinaires et pas chers genre hangars en tôle.
Et on en parlait plus...
Mais comme ils ne l'ont pas fait, on en parle.
Titre: Re : Zone 51
Posté par: Greg_57 le 30 décembre 2009 à 22:31:16
En ce qui me concerne, j'aurais dissimulé les accès vers les "underground facilitys" (j'adore), sous des bâtiments tout à fait ordinaires et pas chers genre hangars en tôle.
Et on en parlait plus...
Mais comme ils ne l'ont pas fait, on en parle.

Hihi très pertinant ...

Une question que je me suis toujours posée c'est pourquoi les américains, qui sont quand même avouons le un peu extravagant dans ce qu'ils font, n'ont pas encore fait une descente à quelques centaine de personnes en 4x4 dans cette base à fond la caisse pour aller voir vraiment ce qu'il s'y passe ... Avec une couverture médiatique aucune chance, même si la loi les y autorise, que l'armée descende une centaine de civil juste parce qu'ils ont dépassé une frontière militaire ...

Enfin bon, juste un fantasme afin de mettre un termes à tout cela :P
Titre: Re : Zone 51
Posté par: Diouf le 13 avril 2010 à 02:57:21
Des Retraités Prennent la Parole 1/2

T.d Barnes est le fondateur de l'Amicale des retraités de la zone 51. Il est interviewé dans le cadre de "L'Histoire Orale du Site d'Essais du Nevada" initié par l'université du même état. L'histoire orale enregistrée est un moyen de rassembler des informations racontées par un narrateur qui possède un savoir de première main sur des évènements d'importance historique. Le but est de créer une archive qui complètera de façon pertinente les archives historiques existantes. L'interview est conduite par un chercheur ou un historien.

Interview conduite par Julia Stetler en janvier 2007. Les questions sont en italiques.

Extrait de l'interview qui couvre la période de travail de Mr.Barnes pour la NASA ainsi que sur la zone 51. T.Barnes était ingénieur spécialisé dans les radars.1/2

"Je voulais travailler pour la FAA [Federal Aviation Administration] à Oklahoma City et pendant que j'attendais une ouverture j'ai reçu un appel, on me demandait d'être dans le Nevada le lendemain. Ils avaient besoin d'un radariste, c'était urgent.

C'était la CIA ?
Non. C'était un sous-traitant pour la NASA et la CIA était impliquée dans ce programme, le  Projet X15 (http://fr.wikipedia.org/wiki/North_American_X-15). Ils prévoyaient un vol X-15  pour le lendemain et ils avaient des problèmes de radar. Il leur fallait de l'aide rapidement. Je leur ai dit que je ne pouvais pas venir si vite, mais nous y sommes parvenus. (Nous venions d'acheter une maison à Oklahoma City et l'avons vendue de suite. L'agent immobilier a pu nous en libérer sur le champ.) Nous avons tout emporté et le jour suivant nous partions pour le Nevada. Et nous y sommes depuis ce jour.

Vous avez donc déménagé d'Oklahoma au Nevada..
Oui. Nous sommes allés dans la petite ville de Beatty, nous étions une bonne dizaine sur le site des radars et la ville entière avait préparé une fête pour nous accueillir le soir de notre arrivée, toute la ville était là. On s'est aperçu ensuite que n'importe quelle excuse pour faire la fête était bonne à prendre. Y avait pas grand-chose à faire à Beatty à cette période. Deux véhicules de la NASA venaient nous chercher chaque matin pour nous conduire sur le site. Nous avons fait des missions pour le X-15 et peu de temps après pour le XB-70, le bombardier géant. Puis nous avons commencé à travailler sur les vols en provenance de l'aire 51. Nous avions le seul radar de la région qui pouvait enregistrer la vélocité et c'est ce qu'ils avaient besoin pour les essais de vitesse, alors nous participions. Tout ce qui volait dans cette partie du pays, nous en étions.

Okay, le X-15 était un projet de la NASA ?
Oui.

Et que faisiez-vous exactement ?
Ils nous appelaient les "conseillers techniques" mais ça concernait particulièrement le radar et le système de transmission des données. En fait, nous le pistions. Nous avions...un peu comme ce qu'ils avaient au Cap [Cap Carnaveral], nous avions la télémétrie, et tout ce qu'ils avaient au Cap, à une plus petite échelle.
 
Donc vous surveilliez tout ce qui bougeait ?
Oui, et c'était une véritable mission parce que c'étaient nos premiers astronautes. Je travaillais avec Neil Amstrong avant même qu'il aille sur la lune. Les premiers astronautes, à chaque fois qu'ils volaient au dessus des 50 miles dans l'atmosphère...c'était ça la démarcation.

Est-ce là que l'on gagne ses ailes d'astronautes ?
Oui, donc Joe Walker et Neil, plusieurs d'entre eux, ils étaient déjà astronautes avant d'entrer dans le programme spatial. Mais ce que nous faisions, nous testions le matériel qu'ils utilisaient dans l'espace, voyez, c'était tout le sujet du X-15. Peut-être qu'il y avait un nouveau système de guidage qu'ils voulaient utiliser dans les véhicules qu'ils concevaient pour aller sur la Lune, on devait les essayer hors atmosphère et le X-15, il allait à la limite de l'espace. Quand on les lançait dans la journée, c'était la nuit là où ils allaient. Ils voyaient les étoiles à 10 heures du matin ici, et on les lançait aussi loin que Wendover, Utah. C'était le plus loin possible. Ils étaient lancés et 7 minutes plus tard, ils buvaient le café sur la base d'Edwards. [Californie]

image invalide

Quelles genre de choses testiez-vous ?
Nous testions plein de trucs sur le X-15. Je me souviens d'une mission, nous avions une pluie de météorites et nous avons fait des lancements pour essayer d'en attraper quelques unes. On avait des petites excroissances [pods] sur l'aile que nous avions ouvertes pour ramasser un peu de poussières, rien de gros, ça s'envolait mais c'était un petit quelque chose. Nous testions tout, comme les tuiles qu'ils utilisaient sur le Space Shuttle, nous testions ce genre de truc pour voir comment ça réagissait parce que quand le X-15 rentrait dans l'atmosphère, il devenait juste rouge tomate, comme le Space Shuttle ou n'importe quel autre, et pour le ralentir, parce qu'il allait à mach-6, donc pour le ralentir quand il rentrait dans l'atmosphère, il  fallait lui faire subir une brève secousse due à la pesanteur, puis il y échappait de nouveau.

C'est comme cela qu'il ralentissait parce que s'il  plongeait, alors il se serait consumé tellement il était chaud. Nous avons rencontré des tas de problèmes qui hantait les missions de la navette spatiale. Par exemple, il y a un moment dans chaque mission où nous perdions la communication radio avec le pilote et au début on n'avait aucune idée de ce que c'était, hé bien c'était un champ d'ions qui s'accumulaient devant l'avion en bloquant la communication.

Oh, quand l'avion rentrait ?
Oui, quand il rentrait. Ce sont des choses comme ça qu'on apprenait pour la première fois avec le X-15, ensuite ils s'en sont servi. Puis nous avons eu ces petites choses que nous avons appelées "planeur à fuselage portant". On les lançait du B-52, comme on lançait le X-15, et ils fonçaient en l'air, tout cela c'était pour le développement du Space Shuttle. Ils servaient pour la forme, voyez, leur forme [il parle de modèles de ces planeurs sur l'étagère] ils n'ont pas de coins. On les appelait les baignoires volantes. On les lançait pour la navette. Puis le B-70, c'était pour les gros transports supersoniques. Tout ce qu'on faisait avait une application future. Mais le X-15 était tout d'abord pour les missions Apollo et les missions vers la lune. C'étaient les tests que nous faisions.

Et vous étiez immergé là-dedans.
Oui, et il y a autre chose. Nous avons aussi testé les modules d'alunissage, on mettait des types dedans, ça avait l'air de sortir d'un film de Buck Rogers ! On a essayé tellement de trucs bizarres jusqu'à ce que l'on trouve le bon design. On a vraiment fait voler des trucs dingues à cette époque !

Vous avez donc travaillé avec Neil Amstrong ?
Oui. Justement, voilà une photo qu'il m'a envoyée récemment. [montre la photo] C'est Neil au bout et l'autre, c'est Bob Gilliland, il était le premier pilote du SR-71. Ils déjeunaient à Pasadena l'autre matin, à moins que ce soit pour le breakfeast et l'un d'eux a prononcé mon nom: " Bien, tu connais T.Barnes ? Oui, j'ai travaillé avec lui. Ah moi aussi." Ils m'ont donc envoyé une photo d'eux deux. Oui, j'ai connu beaucoup d'astronautes parce qu'ils étaient nombreux à travailler sur la base Edwards comme pilotes d'essais. Les pilotes n'étaient pas forcément des types de la NASA. La Nasa mène le show mais les pilotes étaient de la Navy et de l'Air Force. Joe Walker lui, était un civil, il est mort dans la collision en vol avec le V-70. Nous avions des types de toutes les branches.

Combien de temps avez-vous travaillé pour la Nasa ?
J'ai travaillé pour eux pendant 5 ans.

C'était dans quelles années ?
De 64 à..Non, ce n'était pas tant que ça. 3 ans, j'avais arrêté une année. Ils m'ont envoyé à Wright-Patterson. Ils faisaient les tests d'intégrité sur la première capsule Apollo, j'ai donc travaillé dans le lab de dynamique de vol quelques mois puis ils m'ont renvoyé sur le X-15. J'ai eu l'occasion de faire des tas de choses tout en restant dans un champ d'activité restreint. Nous n'étions pas si nombreux. En fait quand nous sommes arrivés sur la zone 51, nous n'étions que 2. Nous étions les seuls qu'ils avaient. Nous n'étions pas autorisés  à venir par le même vol ou le même transporteur, même pour aller à la cantine en voiture quoique ce ne soit qu'à 3 ou 4 pâtés de maisons, nous devions conduire dans des véhicules différents.

Au cas ou quelque chose arrivait, parce que vous représentiez une valeur réelle.
Oui. A cette époque, oui. Nous étions très avancés dans notre spécialité.

Wow, C'est vraiment cool.
Toutes les écoles que j'ai fréquentées auraient fait une demande de doctorat. J'aurais eu plus de 400 crédits. Elles étaient toutes spécialisées sans être universitaires, une fois que vous étiez entré, vous n'arrêtiez jamais  d'apprendre et il n'y avait pas réellement de formation à proprement parler. Nous étions des pionniers dans tout ce que nous faisions. Nous allions aussi prendre des cours de mise à niveau sur ceci ou sur cela, mais c'était pour quelque chose que nous aurions à concevoir dans le futur. C'était le travail en amont et il y a les cours de comment tel truc marche ou telle autre chose, puis ensuite, il faut tout piger pour l'appliquer sur ce que vous travailliez sur le moment.

D'accord, c'était la Nasa. Ensuite ?
Ok. En 1968, la CIA m'a recruté en tant que contractant pour travailler sur l'aire 51. Et à ce moment là à la Nasa, je travaillais sans accréditation top secret. Mon autorisation top secret était périmée parce que je ne m'en servais pas, il fallait qu'ils m'en refassent une, alors en attendant ils m'ont envoyé au Projet NERVA (Nuclear Engine for Rocket Vehicle Application), un programme où nous développions un moteur nucléaire de fusée pour aller sur Mars. J'y ai travaillé un moment pendant qu'ils obtenaient mes autorisations. En fait ce projet était une combinaison de Nasa, CIA, et..en fait ces 2 là, et il me fallait une autorisation de classe Q pour ça. J'ai donc eu l'autorisation Q avant d'avoir ma top secret !

L'accréditation Q, ça veut dire ?
C'est just un nouveau niveau d'autorisation, bien au dessus de top secret. Mais le Ministère de l'Énergie [DOE: Department of Energy] utilise une autorisation Q alors que le DoD [Défense] utilise top secret et au dessus. Je travaillais sur le projet Nerva et 3 ou 4 essais de bombes nucléaires et après ça je suis allé sur la zone 51 pour travailler pour ces mêmes sujets. Entre les périodes de boulot, quand ils n'avaient plus d'argent, ils nous faisaient passer dans ce qu'on appelait le white world. On avait le black world  et le white world et ils nous "prêtaient" à des sociétés du white world jusqu'à ce qu'ils récupèrent des fonds. On ne savait jamais de quelle boite viendraient nos fiches de paye. Si c'était sous contrat de sous-traitance, ça n'avait pas d'importance, on pouvait être payés par n'importe quelle entreprise. Tout ce qu'ils avaient était un nom auquel ils étaient supposés envoyer un chèque. La CIA les remboursait, bien sûr.

Ok. Quand vous dites "nous"..
Nous étions 23 en tout.

Et vous étiez une équipe qui..
Ils nous appelaient "les Projets Spéciaux". Chacun de nous avait sa propre spécialité et vous ne demandiez jamais à l'autre ce qu'il faisait. Mais nous prenions tous le même vol pour venir sur la zone et nous travaillions tous dans le même coin. Maintenant nous savons que certains d'entre eux étaient "ordinateurs", c'était le tout début des ordis et nous avions des programmeurs, nous avions différents types de radaristes, nous avions des gens pour la télémétrie, des dessinateurs, juste un peu de tout qui travaillait là.

Nous étions les Projets Spéciaux et nous travaillions ensemble. Et quand ils venaient nous chercher... C'est plutôt intéressant, vous aviez soit un yacht de croisière sur le Lake Mead, ou bien un chalet sur le Mont Charleston parce qu'il y avait 2 groupes. Ils avaient tout prévu. Quand on montait à la zone le lundi matin pour y rester toute la semaine et qu'on rentrait le vendredi soir, la plupart du temps, comme on était super surveillés par les soviétiques, on tournait en rond à rien faire parce qu'ils nous gardaient coincés là où on ne pouvait pas travailler à nos projets, si bien qu'il leur fallait un groupe de gens qui avaient quelque chose en commun afin que ça ne se termine pas par des bagarres internes etc.

Alors on s'asseyait et planifiait notre week-end soit sur le lac soit dans la montagne au chalet, on peut dire qu'on travaillait ensemble et qu'on jouait ensemble. On ne sortait pas de notre cercle. Et c'est la raison pour laquelle nous sommes toujours liés aujourd'hui. On était tous devenus comme une famille. Et en même temps que nous ils avaient interviewé les familles et elles étaient toutes très compatibles. Une épouse pouvait faire éjecter un type du programme plus vite que n'importe qui d'autre. Ils ne voulaient pas qu'elles aillent voir un député en disant: Eh, je ne vois jamais mon mari, je ne sais pas ce qu'il fait.. ou quelque chose comme ça.

Ils avaient donc choisi, les familles se ressemblaient presque à l'identique. Nous avions tous 2 enfants, et les épouses s'entendaient bien. C'était presque comme dans l'armée, elles s'aidaient mutuellement parce qu'elles ne pouvaient pas nous appeler. Nous, nous pouvions les joindre mais elles, elles n'avaient que le numéro de téléphone de Nellis à utiliser en cas d'urgence. Nous pouvions les appeler aussi souvent que nous le voulions. Elles n'avaient aucune idée du lieu où nous nous trouvions. Tout ce qu'elles savaient c'est qu'on prenait un avion le lundi matin et qu'on rentrait le vendredi soir.

Votre femme vous a t-elle demandé ?
Non. Pas folle. A l'Agence quand ils les interviewaient, ils leur faisaient réellement rentrer dans le crâne que jamais, absolument JAMAIS vous ne dites où se trouve votre mari. Si quelqu'un vous demande où travaille votre mari,  votre mari travaille sur le site des essais. Autrement dit les épouses avaient été entrainées à donner les bonnes réponses. C'était la consigne générale, vous disiez que vous travailliez sur le Nevada Test Site.

Lors des interviews, quel genre de questions posaient-ils ?
Dans mon cas c'est un peu différent car j'avais déjà travaillé pour eux mais en général pour parler des gens qui travaillaient.. l'Air Force etc, ils les emmenaient à Langley, quartier général de la CIA et commençaient en leur disant : Nous avons un travail intéressant, nous pensons que vous y seriez heureux et nous voulons vous faire passer quelques tests si cela vous intéresse... et la plupart des types pensaient qu'ils étaient interviewés pour faire astronaute.

Ils leur faisaient passer toutes sortes de tests psychologiques, des tas de questions et ...Ciel ils vérifiaient votre histoire, je veux dire votre histoire entière passait au peigne fin parce que c'était très très confidentiel. Puis ils vous renvoyaient chez vous et quand vous partiez vous n'en saviez pas plus qu'à votre arrivée. Vous ne saviez même pas le nom de celui qui vous avait interviewé. Parfois, les gens ne savaient même pas que c'était la CIA parce qu'ils conduisaient (des fois) l'entrevue dans un hôtel et les gens pensaient que c'était la NASA ou d'autres agences.

Vous n'aviez aucune idée de qui ils étaient. Ils avaient beaucoup de tests à faire passer puis ils affinaient à une poignée de questions et même là, les gens ne savaient pas encore ce qu'ils feraient exactement.  Les ordres disaient "March Air Force Base" [Californie] mais ils disaient: Vous allez à Las Vegas et vous appelez ce numéro. Et c'est seulement lorsqu'ils arrivaient sur la Zone (on l'appelait la Zone ou le Ranch) qu'ils savaient à quoi ils allaient travailler. Ils arrivaient et voyaient les avions pour la première fois et s'exclamaient : Put.in de Bord.l ! Qu'est-ce que c'est que ça !? C'est ce que tu vas piloter, mon vieux.

Mais vous n'avez pas eu à faire tout cela puisque vous aviez déjà l'accréditation ?
Non, parce qu'ils me connaissaient déjà très bien, j'avais travaillé avec eux à Fort Bliss et en d'autres endroits, mon cas était donc spécial.

Quand vous êtes arrivé au Ranch, comment était-ce ?
C'était comme je m'y attendais. On est arrivés en avion (à cette époque on ne savait jamais par quel moyen de transport on arriverait, on continue d'en parler entre nous), on avait un petit avion garé en bout de piste sur McCarran [Aéroport international de Las Vegas] et il y avait un petit bâtiment au bout de la piste et on pouvait décoller et atterrir à l'insu du reste. Bien sûr la tour de contrôle le savait mais il n'y avait aucune annonce publique. Ils savaient que c'était un vol classifié.

Quand je suis arrivé, les types dans l'avion ne me connaissaient pas très bien et ils ont baissé les rideaux avant l'atterrissage sur le Ranch parce qu'ils avaient peur ..ils ne savaient pas exactement ce que j'étais supposé savoir. C'est parce que tout là-bas, tout fonctionne sur le "besoin de savoir". Pourtant, dans les débuts il n'y avait pas tant de projets que ça mais malgré tout ils avaient couvert les hublots pour que je ne voie rien dans la descente.

Ils font toujours ça lorsqu'ils ne sont pas certains de la conduite à tenir avec quelqu'un, jusqu'à ce qu'ils connaissent les autorisations, votre badge informait de tous vos accès et personne n'avait accès à tout ce qu'il y avait là bas. Il s'y passait des choses qui ne vous concernaient pas et à la première question, vous étiez certain de ne pas être invité de nouveau. Fini. Je suis sorti  et je savais déjà qu'ils avaient apporté l'un de mes vieux radars de Fort Bliss.

Vous aviez donc une idée..
Oui parce que je savais qu'ils avaient besoin de quelqu'un avec ce genre d'expérience, ils appellent ça  l'expérience radar X-band. C'était rare. A cette époque, seule l'armée pratiquait ça, et j'étais le seul type de l'armée ici. J'étais un civil mais la plupart d'entre eux étaient entrainés par l'Air Force. Il y avait aussi quelques Navy. Mon ancien système de radar m'attendait et je m'y suis mis de suite. L'une des raisons pour laquelle ils me voulaient là, est parce que la CIA avait fourni une couverture U-2 pendant la guerre des six jours et avait donné les informations à Israel. C'est pourquoi ils avaient gagné la guerre si vite.

En échange ils avaient capturé un paquet d'équipement soviétique et ils l'apportaient sur la zone et c'est là que j'entrais dans le jeu puisqu'ils leur fallait quelqu'un qui possédait mon expérience assez vaste des radars afin de pouvoir s'attaquer à ces systèmes de radars soviétiques une fois qu'ils arriveraient ici. Il fallait trouver ce qui les faisait marcher et puis les faire fonctionner. Nous les avons utilisés en fait car nous commencions les débuts des Programmes Stealth [invisibilité, 1964] et il nous fallait savoir  ce que les soviétiques allaient voir quand ils allaient déceler ceux-ci. Nous utilisions leur équipement pour regarder ce que nous faisions. C'est donc l'une des raisons de ma présence sur la zone, l'angle soviétique.

image invalide
Nous pilotions donc des avions soviétiques et nous les pistions avec un radar soviétique, et la raison de tout ça, c'était le Vietnam. Nous étions dedans.. jusque là..à cette époque et avec le MIG-21, le ratio de tués était de 9-1 contre nous. Nous avions tous ces avions super et ils en abattaient 9  et nous 1. On essayait de comprendre pourquoi, comment faisaient-ils ? Alors avec ce projet qu'on a nommé Have Doughnut, parce qu'il y avait des avions avec comme un doughnut sur le devant, et cet avion nous causait tous ces problèmes.

image invalide
MIG-17

Nous avons donc commencé à faire voler ceux qui étaient là, nous en avions plusieurs. Nous observions leurs aspects techniques, nous vérifions tous leurs équipements, et jamais quitter le sol s'ils surveillaient.. puis nous avons commencé à les piloter et  à prendre leurs armes pour cibles. La rumeur que nous les avions ici s'est propagée et les généraux de l'Air Force voulaient venir les voir. Ils avaient suffisamment de pouvoir pour voir leurs vœux exaucés et  l'idée était là : Pourquoi ne pas voler contre eux?

Ce fut la naissance des programmes Top Gun et Red Flag. Ces pilotes venaient au Ranch et se mettaient en compétition contre les nôtres qui les pilotaient. C'est comme ça qu'ils ont appris leurs forces et leurs faiblesses. Quel programme c'était ! Je vous donne juste un exemple : Si vous pilotiez le F-4, un avion américain et que vous rencontriez l'un de ces MIG-21, s'il était en dessous de 15,000 pieds vous aviez une chance de l'avoir. Si vous ne l'aviez pas, inutile d'y revenir parce que lui, vous aurait.

Autrement dit, il pouvait vous surpasser en manœuvre à moins de 15,000 pieds. Nous avons donc appris quand attaquer et quand ne pas attaquer. Et nous avons renversé ce ratio au Vietnam en faisant ça. Ils continuent à le faire aujourd'hui avec Red Flag et Top Gun, ils viennent ici se mettre en compétition avec ce qu'ils appellent l'ennemi, des pilotes américains dans des avions étrangers pour qu'ils sachent à quoi s'attendre au combat et ils volent contre eux. Ils le font toujours aujourd'hui. Tout a commencé ici.

Wow. C'était donc la raison de tant d'avions US abattus.
Oui, oui. Les avions soviétiques étaient vraiment simples. Ils ne croient pas à tout le confort et toutes les précautions comme nous le faisons. Ils n'auront pas de systèmes superflus par exemple. Nous avons une sauvegarde pour tout. Pas eux. Ils les ont fait simples et rapides, Ils ne les ont pas rendu confortables mais les avions faisaient ce qu'ils avaient à faire tout en nous surpassant car ils étaient plus légers. Ils n'étaient pas plus malins que nous mais ils dépensaient moins. Nous cherchons toujours à avoir trop de confort dans ce que nous faisons, avec du superflu, pas eux et on peut dire que ça laissait plus de disponibilité à leurs pilotes.

Mais technologiquement parlant, les 2 technologies, soviétique et américaine, étaient-elles semblables ?
Pas réellement. Il a été intéressant de s'apercevoir que dans ces avions l'électronique venait de Sunnyvale dans la Silicon Valley. Les soviétiques avaient des copies de nos avions. On en avait vendu à l'Iran qui les avait immédiatement vendu aux soviétiques. Ceux-ci faisaient donc exactement la même chose avec nos avions que ce que nous faisions ici au Ranch. Ils les mettaient en pièces pour voir les mécanismes de leur fonctionnement. Puis ils ont commencé à copier et à utiliser notre électronique.

Ils abattaient l'un de nos avions au Vietnam et ils couraient sur place le vider de son électronique parce qu'ils pouvaient l'utiliser pour leurs pièces de rechange dans leurs avions. C'est pour ça (entre autres) que nous sommes passés au système métrique, pour changer toute l'instrumentation que les soviets ne pourraient plus utiliser. Ils avaient construit tous ces avions et tout d'un coup , nous changeons le système et ils ne peuvent plus se procurer de pièces de rechange sur notre dos. C'est ce qui a causé la banqueroute chez les soviétiques, ils ne pouvaient plus nous suivre. C'était beaucoup trop cher. Nous avions tellement plus de ressources. Nous n'étions pas plus intelligents qu'eux mais capables de les devancer plus longtemps.

Oui. Vous aviez ces avions. Vous disiez que le Projet se nommait: Have Doughnuts ?
Oui. Have Doughnuts. Nous en avions un autre appelé : Have Drill, c'était le MIG-17. Puis on a eu le projet " Have Ferry" qui était aussi pour le MIG-17. Pour le MIG-21 c'est Have Doughnut qui a tout décidé pour celui-là. Nous avons beaucoup appris. Voyez, les pilotes de la Navy arrivaient ici, ils voyaient ça et ils avaient un équipement de pointe... ils partaient pour leur première virée contre nos types en pensant qu'ils allaient nous montrer comment piloter  et on obtenait un 100% tué contre eux dés le premier vol.

Jamais ils ne nous ont battus au premier vol, parce qu'ils ne savaient pas comment. C'était toute l'idée.Ils ne savaient pas comment combattre ces avions. Ils arrivaient et nous savions ce que nous ferions et on les avait à chaque fois. Mais ils ont appris et dés qu'ils ont appris tous nos trucs ça renversé la donne. Ces pilotes savaient maintenant ce que la partie adverse peut et ne peut pas faire.

Quel était votre rôle dans ces projets ?
Les radars et ECCM [Electronic Counter-Countermeasures] Nous étions très sensibles au fait de rendre nos avions invisibles ou tout du moins de surmonter l' encombrement que l'autre coté produisait, nous étions au top de nos capacités. Puis ils arrivaient avec une nouvelle technique de brouillage et nous trouvions une nouvelle façon de la contrer. A la base, ce sont des jeux électroniques en fait. Mais à ce moment là nous commencions à construire nos premiers avions Stealth. Les 2 premiers s'appelaient Have Blue. Tous les noms avaient "Have" .

Okay. C'était en 1969 ?
Oui, c'est ça. 69. Voici comment on opérait: Ils sortaient les prototypes dehors et nous avions ce qu'on appelait un pôle. Son nom officiel était : Le pylône. Vous placiez l'avion au dessus de ce pylône et il s'élevait, vous pouviez faire effectuer des rotations à l'avion et le pencher etc. Et vous aviez tous ces radars  qui le scrutaient en enregistrant sur un graphique ce qu'ils voyaient. Les niveaux de force etc., selon des angles différents,  puis tout d'un coup vous aviez une pointe plus grande et là il y avait quelque chose qui serait visible, alors ils travaillaient dessus.

Et on est arrivés à affiner l'invisibilité au point que ce qui rendait l'avion visible ,c'était le casque du pilote. Ils ne pouvaient pas voir l'avion mais ils voyaient le casque. Ou alors un oiseau qui se posait sur le proto.Vous voyiez l'oiseau. C'était aussi précis que ça. Au début, les concepteurs nous apportaient de drôles de trucs, des prototypes, on les analysait puis ils repartaient pour 2-3 mois et revenaient avec des améliorations pour voir si ça marchait , c'est comme ça qu'on travaillait.

image invalide
A-12

Vous avez commencé avec les A-12, n'est-ce pas ?
Les A-12. Gary Powers a été abattu. Nous nous sommes rendus compte que les missiles des soviétiques pouvaient abattre nos U-2. Nous avions pensé longtemps qu'ils ne pouvaient pas nous atteindre. Ils essayaient et nos pilotes leur riaient au nez. Mais là, nous avions compris que nos U-2 n'étaient plus hors de leurs missiles. On a donc décidé que nous utiliserions le facteur vitesse. La même altitude en un peu plus vite. On s'est approché de 90,000.[pieds] Et l'U-2 ne volait pas tout à fait si haut habituellement. Mais la vitesse, c'est ça qui le ferait. Si on pouvait avoir une vitesse de mach-3, nous pourrions distancer les missiles. Ça a marché. Nous n'avons pas eu un seul avion abattu depuis, même pendant le Vietnam après ça. Où que nous allions, ils ne nous ont plus jamais touché.

Ils ont essayé et au mieux, ils les envoyaient en espérant qu'ils rencontreraient quelque chose qu'ils envoyaient dans le ciel. L'A-12 allait remplacer le U-2. Nous l'avons donc développé. Nous avons volé pour plusieurs missions d'opérations comme les missions de la Kadena Air Base à Okinowa parce que c'était plus proche du Vietnam, de la Corée du Nord et de la Chine. Tous les endroits chauds étaient là. On ne l'a pas fait voler au dessus de Cuba pendant la crise cubaine parce qu'on avait trop peur que l'un des avions soit abattu. Personne ne connaissait leur existence. Ils ont fini par se rendre compte que nous les avions et qu'ils pouvaient commencer à les traquer mais ils ne savaient rien d'eux.

Nous avions peur d'en perdre un à cause de la technologie qu'ils contenaient. Surtout au Vietnam où nous avons effectué plusieurs missions. Je pense que tous les pilotes ont eu une ou deux missions là bas. Mais à mach-3 le rayon pour tourner de l'A-12 était de 80-85 miles. Il fallait toute cette distance pour tourner. Et le Vietnam n'était pas très large alors nous avions peur de nous retrouver  dans l'espace aérien chinois, ou cambodgien, ou bien laotien où nous aurions pu être abattus. 

image invalide
U-2 Lockheed

On a donc continué à utiliser l'U-2 et d'autres avions pour la surveillance malgré que nous ayons celui-là mais nous avions trop peur de le perdre. Mais après quand ils ont eu le blackbird et que l'Air Force l'a eu ils ont effectué de nombreuses missions avec. Mais pour la CIA, il n'était pas question de prendre le risque de voler quelque part s'il y avait la possibilité d'en perdre un. Ils étaient bien trop précieux. On ne pouvait pas se permettre qu'ils en obtiennent la technologie.

Après que Gary Powers soit abattu, la technologie était exposée alors il fallait avoir quelque chose d'autre ?
Oui. Ce n'était pas seulement la technologie, c'était aussi la capacité de leurs missiles et c'est ce qui a tué beaucoup de nos projets. Même le XB-70 sur lequel je travaillais, on ne l'a pas rendu opérationnel parce qu'on a compris.. et c'était un avion mach-3 - que tout comme l'A-12 les soviétiques pouvaient l'abattre. Ils ont donc décidé qu'il fallait trouver la réponse dans les satellites. Nous avions déjà des satellites en place qui faisaient la même chose que nous.

image invalide]
XB-70

Ils n'étaient pas habités mais pour les photos ils faisaient un aussi bon boulot. Le seul inconvénient est qu'ils étaient  prévisibles. ils savaient exactement à quel moment ils arrivaient à l'horizon et vous ne pouviez pas les faire changer de trajectoire en leur disant : Pendant que tu es là, vas voir ici et là aussi tout était pré-arrangé. Nous, on se cachait des satellites soviétiques quand ils passaient sur la zone 51, nous savions exactement quand ils arrivaient à l'horizon.

On rentrait tout dans ce que nous appelions le Hoot & Scoot Building si on avait un avion au sol on le rentrait  dans ce petit bâtiment pour qu'ils ne le voient pas, nous désactivions tous les radars, toutes les communications et restions silencieux jusqu'à ce qu'il soit passé. Vous saviez exactement quand. Avec l' U-2 et avec L'A-2, on n'avait pas cette prévisibilité. D'un coup d'un seul, ils sont là et ils vous ont par surprise.

On essayait aussi le drone B-21, un petit drone lancé de l'avion-mère A-12 à mach-3 et alors il montait à mach-6. Conçu pour des vols inhabités pour prendre des photos. Il les laissait tomber pour qu'un navire en mer les récupèrent. A cette époque nous n'avions pas tous les gadgets numériques pour les instruments aéronautiques comme maintenant, même pas avec les U-2. Alors ils prenaient les photos, les laissaient tomber en mer, un navire les récupéraient et les envoyaient rapidement au Japon pour le développement si bien qu'on ne savait pas ce qu'elles représentaient pendant une semaine.

image invalide
Lockheed A-12 et D-21

Maintenant, tout est tout de suite... vous savez en temps et en heure, tout est live. Nous n'avions pas ça à l'époque. Et nos caméras...vous savez ce qu'ils ont dans les petits Predators, ils pèsent 107 livres et notre caméra pèse environ 700 livres. Alors imaginez, il y avait plein de types là bas. Honeywell, de nombreuses autres sociétés et beaucoup ont monté des compagnies fictives pour travailler sur ces projets pour que personne ne sache  ce qui se passait.

Et celui qui fabriquait n'avait aucune idée de pour qui il fabriquait. Il faut d'abord savoir que la caméra pouvait lire un journal à 90,000 pieds et de plus, tout ça filmé d'un véhicule qui filait à plus de 2,000 miles de l'heure, il fallait donc compenser pour ça afin de ne pas avoir une image floue. Mais le facteur le plus important est que la peau de cet avion faisait 1200 degrés. [Fahrenheit] Ça fondrait tout ce que nous avions, il fallait avoir une protection  par dessus qui pouvait tenir à des hautes températures. Même le pare-brise de l'avion à cette vitesse était de 600 à 700 degrés, bien plus chaud qu'un four. Si vous le touchiez, vous aviez une sacrée brulure.

Nous avions donc pas mal de travail pour acquérir cette capacité. Les ingénieurs devaient concevoir un moteur qui pouvait supporter cette vitesse en des temps prolongés. Quel Défi ! Comme pour le X-15 on a utilisé un agent propulseur mais ce n'était rien, ça n'a pas duré 6 minutes et c'était fini. Sur les Blackbirds il fallait que ça dure de 8 à 10 heures.

Bien, nous parlions des nouvelles inventions qui étaient à découvrir pour que la température de l'A-12  et des U-2 soit supportée et vous disiez que les moteurs étaient nouveaux. Ils étaient développés.
Oui. Pratt et Whitney était le fabriquant de ces moteurs. Ce qu'ils devaient accomplir pour faire un moteur qui pouvait voler longtemps à cette vitesse était un énorme challenge. Ils ont beaucoup avancé là dessus au fil des ans et ils sont bien mieux maintenant mais à ce moment là, tout était nouveau. Je me souviens de nos pilotes des premiers U-2,  Quand ils sont arrivés sur la zone, c'était un avion tout nouveau et à chaque vol ils battaient le record  parce qu'ils n'avaient jamais volé aussi haut.

Et puis les avions n'avaient jamais volé avant, alors il n'y avait pas de manuels sur eux, pas d'école, pas d'instructeur de vol, ils arrivaient et disaient : Écoute, n'essaye pas ça, ne fais pas ça... Vous appreniez de cette façon. Ce n'est pas comme aujourd'hui, ils ont des ordinateurs, des simulateurs de vol. Ils le faisaient en  live, et quand ça ne marchait pas, ils disaient : Wow, c'était proche n'est-ce pas ?

Quand on y pense, nous étions des pionniers parce qu'il n'y avait aucun modèle à suivre. C'était du neuf. L'U-2 a été fait... d'une pensée à un avion fonctionnel en 8 mois. Et avec un budget limité. Pas possible d'arriver à ça aujourd'hui. A cette époque, on n'avait pas de syndicats et toute l'EPA,  [Environmental Protection Agency] vous faisiez ce que vous aviez à faire. C'est comme pendant WWII, ce qu'ils ont fait pour avoir la quantité nécessaire d'avions et de tanks et tout ce qu'ils ont fait. Ce serait difficile aujourd'hui de faire ça, parce que vous ne pouvez plus travailler avec l'amiante,  il y a trop de problèmes.

Oui. Vous avez travaillé sur plusieurs projets, mais quand vous êtes arrivé sur l'aire 51 vous avez commencé sur le radar MIG, n'est-ce pas ?
Oui. le radar soviétique et aussi piloter les MIGs.

C'était donc en 1968 ?  Juste à la fin du A-12...
Oui. J'y suis allé en 68. En mars 68 et c'était à la toute fin des vols A-12. J'avais déjà participé au programme du coté NASA toutes les années avant mais je n'étais pas encore sur le site.

 Source  (http://digital.library.unlv.edu/cgi-bin/showfile.exe?CISOROOT=/nts&CISOPTR=1225&filename=1147.pdf)

A suivre...
Titre: Re : Zone 51
Posté par: Diouf le 13 avril 2010 à 23:35:54
Des anciens de la zone 51 racontent:

Le Chroniqueur Erik Lacitis nous fait part de ce qu'ont à dire des anciens de l'aire 51. "Pas tout à fait ce que certains d'entre nous attendent".
"50 ans plus tard, des retraités tels que James Noce et d'autres se sentent le droit de raconter leurs légendes personnelles, les souvenirs resurgissent et peuvent maintenant s'échanger. Quelle que soit le thème de la discussion, si l'ambiance en est aux projets secrets de l'USAF ou bien aux Ovnis, le sujet qui tient le hit-parade des questions posées est celui de l'aire 51.

image invalide

Quelques secrets ont été dé-classifiés. Noce et ses anciens collègues sont maintenant libres de parler de leurs années de travail en sous traitance pour la CIA durant la période 1960-197O sur le site du gouvernement dans le sud du Nevada. Les récits apportent un peu de lumière sur l'endroit entouré de mystère à l'époque. Des projets classifiés y ont toujours lieu. Tout était mis en œuvre pour décourager les curieux il y a 50 ans, mais ceux qui ont le courage de conduire jusqu'au site aujourd'hui sont tout autant écartés.

image invalide

Les histoires présentent un fragment des opérations secrètes du gouvernement dans un contexte quotidien, avec les routines et les moments d'excitation. James Noce ne cherche pas à se faire un nom, mais lorsque je l'ai contacté,  il était heureux de pouvoir en parler. "J'ai prêté serment pour une période de 47 ans. Je ne pouvais pas en parler." Dans les années 60, L'aire 51 était le site d'essai pour l'A-12 et son successeur le SR-Blackbird, un avion espion qui a battu les records de vitesse, records non encore surpassés. La CIA dit qu'il atteint Mach3.229/hr (3,500 mph) à une altitude de 90,000 pieds.

Le secret est tombé d'un coup d'un seul lorsque la CIA expose un A-12 devant sa porte à Langley, en Virginie pour son soixantième anniversaire en septembre 2007. D'autres secrets persistaient. Comme les salaires des contractants. Noce se souvient avoir toujours été payé en liquide, il devait signer d'un faux nom sur le reçu durant toutes ses années de travail dans la sécurité du site. Pour parler le langage CIA, son travail faisait partie des Blacks Projects.

image invalide

Noce ne possède aucun document prouvant qu'il a travaillé sur l'aire 51 pour la CIA. C'était très commun. Ceux qui étaient payés par chèques  disent que les chèques venaient de différentes sociétés, dont Pan American World airways. T.D.Barnes, le fondateur et président de Roadrunners Internationale valide les dires de James Noce en ajoutant qu'il a reçu des chèques de la Pan Am alors qu'il n'a jamais travaillé pour cette compagnie. Sa fondation Roadrunners regroupe des retraités de l'aire 51, y compris des membres associés à l'Air Force, la CIA, Lockheed, Honeywell et divers autres contractants.

Ils m'avaient dit: S'il se passait quoi que ce soit et qu'on vous demande si vous avez travaillé pour la CIA, répondez que vous n'avez jamais entendu parler d'eux."

Depuis ces 20 dernières années, ils se rencontrent tous les 2 ans de façon clandestine. Leur première réunion publique eut lieu en octobre dernier à Las Vegas dans le Musée des Essais Atomiques. L'age aidant, Barnes à 72 ans  veut que le travail effectué par les anciens ne soit pas oublié. Lui-même a quelqu'un de tout à fait crédible pour authentifier ses dires: David Robarge, l'historien en chef pour la CIA et l'auteur de Archangel: CIA's Supersonic A-12 Reconnaissance Aircraft." Robarge dit de Barnes qu'il sait beaucoup de choses et ne brode jamais en racontant.Le cercle des membres de l'association Roadrunners s'est agrandi simplement, un type qui travaillait pour la CIA en parlait à un copain qui avait travaillé sur l'aire 51 et ainsi de suite.

Noce termine l'école en 1955 pour entrer dans l'Air Force où il est entrainé au radar. En quittant son service en 1959 il travaille  dans un supermarché à Camas à 27 km de Vancouver. En 1961, il reçoit un coup de fil d'un ancien copain de l'Air Force qui travaillait maintenant pour la CIA. "Je savais que j'avais une autorisation classifiée pour travailler sur les sites de radars et il m'a demandé si je n'aimerais pas vivre à Las Vegas." Il accepte d'aller à Vegas et d'y appeler un type qui travaille pour l'agence.

Allées et venues
Puis il a commencé dans la sécurité. La plupart du temps, un travail routinier: Les lundis matins, un Superconstellation Lockheed arrivait des Skunk Works de Burbank en Californie pour acheminer les ingénieurs et autres qui travaillaient sur l'A-12. Ils restaient là toute la semaine et retournaient chez eux pour le week-end. "Skunk Works" était le surnom donné à la section des Projets Avancés de Lockheed qui tenait le contrat de l'A-12. La routine consistait à contrôler les badges d'entrée et à s'assurer que personne n'introduisait d'armes, ni d'appareils photos.

Les agents de sécurité s'assuraient aussi que seuls, ceux qui possédaient une accréditation adéquate pouvaient assister aux essais de vol. Et quelle vision! Selon la CIA, son ancien chef Richard Helms se souvient d'avoir rendu une visite à l'aire 51 pour observer un vol d'essai de l'A-12: " l'explosion de flammes qui envoyait l'avion à la forme d'insecte sur le tarmac m'a fait me recroqueviller immédiatement. C'était comme si le diable en personne sortait de l'enfer!"

D'autres fois la routine devenait passionnante. Noce se souvient lorsque Article 123 (le surnom de l'un des A-12) s'est écrasé le 24 mai 1963 près de Wendover dans l'Utah. Le pilote s'en est sorti. Il faisait partie de l'équipe envoyée sur le site du crash dans un avion cargo immense, avec plusieurs camions. Tous les débris ont été transportés dans les camions. Un député du coin, vite arrivé sur la scène, avait vu le crash, il y avait aussi une famille en vacances qui avait pris des photos.
" Nous avons dû confisquer la caméra et prendre le film, on a juste dit qu'on travaillait pour le gouvernement. Le député et la famille ont reçu l'ordre de ne parler du crash à personne, surtout pas à la presse."
image invalide

Projet: La Ferme
On fait des menaces pas des promesses

Il avait fallu les menacer et leur faire peur. Pour les convaincre la CIA était arrivée avec une valise de billets. " Je crois que c'était 25,000 chacun." Robarge ajoute que des sommes en liquide pour cacher les faits étaient une pratique habituelle, parfois pour un seul regard, comme en 1962, alors qu'un A-12 non assemblé circulait en camion le long de petites routes de Burbank à l'aire 51 et qu'un bus Greyhound qui voyageait en sens inverse a éraflé l'une des remorques. "Les managers du projet ont rapidement permis le paiement de 5,000 $ pour les dégâts causés au bus afin qu'il n'y ait pas de constat qui puisse initier une enquête légale de la part des assurances..."

La bibliothèque de la CIA contient des descriptions de ces transports hors du commun:
https://www.cia.gov/library/center-for-the-study-of-intelligence/csi-publications/books-and-monographs/a-12/breaking-through-technological-barriers.html#archangel (https://www.cia.gov/library/center-for-the-study-of-intelligence/csi-publications/books-and-monographs/a-12/breaking-through-technological-barriers.html#archangel)
"Enfin, le premier A-12, connu sous le nom de "Article 121" fut construit et testé au sol à Burbank en janvier et février 1962. L'avion étant trop secret pour qu'il puisse voler vers le site des essais et trop grand pour entrer dans un avion-cargo, il devait être transporté sur le site par camions. Dans la nuit du 26 février, un camion spécialement conçu chargé d'une énorme caisse qui contenait le fuselage démonté de l'avion a quitté  le site "Skunk Works" de Lockheed pour un voyage de deux jours vers la zone 51 du Nevada. Il était escorté par les polices routières de Californie et du Nevada ainsi que par des officiers de sécurité de la CIA. La caisse était si imposante (plus de 10 m sur 32 m) que des panneaux de signalisation ont dû être ôtés, les arbres élagués et les bas cotés rehaussés. Les ailes étaient acheminées séparément et assemblées sur le site."

image invalide

Et les aliens?
"Ni vus ni connus." disent Noce et Barnes. Ce dernier pense que l'Air Force et l"Agence" aimaient bien les histoires sur les vaisseaux aliens, elles servaient à couvrir les essais des avions secrets. [Barnes dira plus tard que les pilotes rencontraient des ovnis mais ne voulaient pas en parler]

Noce aimait travailler là-bas. Il était payé 1,000 $ par mois (environ 7,200 $ d'aujourd'hui). Dans la semaine, tout était gratuit sur la base,  5 hommes par maison de 1 étage avec le partage de la cuisine et salle de bains. Ils se souviennent tous de la nourriture extraordinaire: "Des cuisiniers venaient de Vegas, de vrais chefs. Que ce soit de jour ou de nuit, vous pouviez commander un steak ou ce que vous vouliez. " Les homards arrivaient directement du Maine en avion, un jet envoyé à l'autre bout du pays pour tester ses moteurs rapportait le "délicieux marché".  Les week-ends ils conduisaient jusqu'à Vegas. Ils louaient un coin avec un jardin et faisaient des barbecues arrosés de bière.

Noce possède 2 preuves de ses jours sur l'aire 51. Des photos noir et blanc prises à la sauvette. Il pose pour l'une devant la maison qu'il partageait avec 4 collègues. Sur l'autre, il est devant 2 Thunderchiefs, les pilotes avaient survolé le site par curiosité, ils avaient été obligés d'atterrir, la zone étant interdite de survol.

 Source  (http://seattletimes.nwsource.com/html/localnews/2011461015_area51vets28m.html)
Titre: Re : Zone 51
Posté par: DecemberTen le 14 avril 2010 à 11:11:06
Merci Diouf.
J'avais entendu parler de ces réunions d'anciens des Black Ops, j'en ai même vu certaines de leurs vidéos privées tournées lors de ces réunions.
Mais peut-on supposer que pour ces anciens, leur fidélité envers l'armée, le gouvernement va au-delà de leur retraite ?
C'est une façon d'avoir l'impression de ne pas être mis au placard, de ne pas vieillir, d'être toujours dans le coup...
Psychologiquement ça se tient.
Perso, je ne prends pas leurs déclarations pour argent comptant.
Quant on a été pendant si longtemps au secret, il est difficile de changer d'optique, surtout dans l'armée.
Et puis quid dans ce cas, de ceux qui parlent et ne donnent pas la même version de cette histoire; seraient-ils des menteurs, des mythomanes ?
Le titre même de ce fil "Révélations" est-il à prendre dans son sens le plus strict ?
Titre: Re : Zone 51
Posté par: Diouf le 14 avril 2010 à 12:37:03
Ah pour le titre, j'aurais pu mettre "souvenirs", quoique  ces types de l'amicale des anciens de la zone considèrent leurs dires comme étant à graver dans la pierre à jamais. Le but entier de cette initiative d'histoire orale à ajouter à des archives historiques existantes peut tout à fait s'accommoder de la désinformation glissée ici et là par ceux qui racontent, ce serait alors une sorte de corroboration de la désinformation écrite et archivée. Ce projet est initié par des anciens CIA et mes "premiers warnings" ont clignoté rouge-désinfo sans ambiguïté!
Cependant , en lisant j'ai appris quelques trucs et ça m'a aussi amusée.

Je suis tout à fait en accord avec toi, je pense que les anciens employés restent fidèles à "l'agence" comme ils disent et c'est évident aussi qu'il y a une part de désinfo quand ils soulignent qu'il n'y avait pas selon eux d'ovnis ou bien que les pilotes n'en voyaient pas. Le déni de plus de 50 ans est maintenant une vérité pour eux.

Ce que j'ai trouvé intéressant dans le discours de T.Barnes, dans le récit de ses souvenirs, c'est ce qu'il raconte de l'ambiance de travail avec toutes les compartimentations que l'on savait et aussi  ce qu'il raconte de la guerre froide et des méthodes d'espionnage.

Tu as raison, je vais changer le titre.
Titre: Re : Zone 51
Posté par: DecemberTen le 14 avril 2010 à 21:21:33
Ha Ha  :D je n'en demandais pas tant !
Mais tu commences à me connaître un peu, j'aime titiller les neurones en me faisant l'avocat du diable.
Oui, ben l'ambiance durant la guerre froide à toujours été un peu la même sur les bases US.
C'est vrai qu'ils étaient généralement mieux lotis que nous les euros en Allemagne par exemple, mais bon, ils n'étaient pas contre certains échanges  ;)
Quant au secret, c'est partout pareil, que ce soit aux US ou ici.
Une fois que tu es drillé à cet exercice, ça devient comme un automatisme de se taire et cela fonctionne même entre personne au courant des mêmes choses... c'est pour dire !
A la limite, et je dis bien à la limite... je les comprends, sauf que cette fois-ci, c'est moi (et beaucoup d'autres) qui aimerait savoir... ;D
Titre: Re : Zone 51
Posté par: -Vod- le 19 avril 2010 à 10:41:56
c'est évident aussi qu'il y a une part de désinfo quand ils soulignent qu'il n'y avait pas selon eux d'ovnis ou bien que les pilotes n'en voyaient pas.

D'un autre coté, Lazar dit la même chose. Rien d'ET a Groom Lake, uniquement les avions secrets.
Pour tout ce qui est Alien, ca se trouverait à 20 km au sud de la base 51 dans la base "S4" à proximité de Papoose Lake.
Titre: Re : Zone 51
Posté par: Diouf le 19 avril 2010 à 13:01:19
D'un autre coté, Lazar dit la même chose. Rien d'ET a Groom Lake, uniquement les avions secrets.
Pour tout ce qui est Alien, ca se trouverait à 20 km au sud de la base 51 dans la base "S4" à proximité de Papoose Lake.

Oui, John Lear dit la même chose. Je pense que les gens ne sont pas trop précis (je parle pas de celui qui fait le récit de ses souvenirs mais en général), souvent quand on lit "zone 51" cela inclut "S4", ça expliquerait pourquoi on lit les 2 versions... il n'y en avait pas et il y en a...
Titre: Re : Zone 51
Posté par: DecemberTen le 19 avril 2010 à 13:24:58
Exact VOD, d'après ce que nous savons ou croyons savoir, tout se passe à S4.
A voir, si vous désirez en savoir un peu plus sur S4, le documentaire appelé "S4 Informers" (très long 6 heures).
Témoignage d'un garde se faisant appeler Connor O'Ryan qui travaillait sur S4, Level 2.
Cet étage était appelé aussi "The Museum", en bref un endroit de stockage pour une dizaine d'Ovnis capturés et conservés pour la rétro-ingénierie.
Le témoignage se décline en 3 volumes d'environ 16 ou 17 vidéos et a été recueilli en 1991 par Wendelle C. Stevens et Gem Cox, en anglais, mais ça vaut le coup.
J'en avais parlé à Némo, qui était intéressé, mais le doc étant en anglais, la traduction aurait été un travail énorme.
Le transcript en anglais se trouve maintenant sur le site de Ufo-Hypothses :
http://www.ufohypotheses.com/s4informers.htm (http://www.ufohypotheses.com/s4informers.htm)
Connor O'Ryan explique aussi dans quelles circonstances il a vu passer de très hautes personnalités de l'administration à S4...
Ont collaboré à ce documentaire-témoignage:
Wendelle C. Stevens -Robert O. Dean - "Connor O'Ryan" - Gem Cox - Bill Uhouse - Bob Lazar - Steve Wilson - Richard Boylan - Richard Hoagland - Phil Schneider - John Lear - Jim Dilettoso

Première partie - Volume 1:

UFO Hypotheses - S4 Informers Volume One (01 of 16)
UFO Hypotheses - S4 Informers Volume One (01 of 16) (http://www.youtube.com/watch?v=holCY20CtNA#)
Titre: Re : Zone 51
Posté par: Diouf le 13 mai 2010 à 22:35:48
Retour Sur La Zone 51

Les témoignages des retraités de la zone 51 se propagent sur Internet grâce à l’article que lui consacre un média traditionnel, le Los Angeles Times. Nous avions consacré une page ici le 13 avril dernier au témoignage d'un ancien radariste. Dans sa section “Living” le L.A Times informe ses lecteurs que le lieu mythique a abrité nombre de secrets. Si le gouvernement se refuse encore aujourd’hui à admettre que le lieu existe, malgré la détection de ses hangars par Google Earth, les anciens travailleurs sont heureux de s’exprimer en public.

"Le Colonel Hugh Slater, 87 ans fut le Commandant de la base de la zone 51 dans les années 60. C’est avec joie qu’il s’exprime : “Nous n’aurions pas pu vous raconter ça il y a un an, maintenant on ne peut pas vous le dire suffisamment vite !” Ils le peuvent depuis 2007 lorsque la CIA commença à déclassifier le programme Oxcart vieux d’un demi-siècle.

Les acteurs de l’époque sont peu nombreux, deux d’entre eux nous rejoignent, Kenneth Collins, 80 ans, était un pilote d’essais de la CIA et Harry Martin, responsable de l’approvisionnement mensuel du mélange de carburants - 2 millions de litres. L’A-12 devant se ravitailler fréquemment, la CIA gardait des réserves dans plusieurs installations secrètes disséminées sur la planète. Martin se déplaçait souvent dans ces bases afin d’y effectuer ses vérifications de “quality-control”, “quand ma femme m’a vu partir avec mes bottes arctiques et cette grosse parka, elle savait que la mission se situait à Thulé, elle n’avait pas à poser de questions !”

Si les millions de supporters de la série X-Files pensent que la vérité se trouve quelque part par là, Collins, Slater et Martin clarifient quelque peu au fil de la conversation qu’une bonne partie du folklore est basée sur des faits. Les histoires sur les tunnels souterrains sont également nées des faits.

Le 24 mai 1963, Kenneth Collins à bord de son avion-espion top secret s’éloigne de l’espace aérien règlementé de l’aire 51, l’avion s’incline, se retourne et descend pour s’écraser. Collins est éjecté dans un champ de mauvaises herbes. Quarante six ans plus tard il se souvient comme d’hier de la menace d’une brèche de sécurité nationale à cause de l’accident.
“ Trois types qui avaient vu l’accident sont arrivés dans leur pick-up. J’ai vu qu’ils avaient la verrière de l’avion dans le dos.”
Jusqu’à ce moment précis, aucun civil sans une accréditation top secret n’avait posé son regard sur l’avion que Collins pilotait. “Je leur ai dit de ne pas l’approcher parce qu’il y avait une bombe nucléaire à bord.”
image invalide

Collins au centre, Slater à droite

L’histoire se situait sur fond de guerre froide puisqu’il y avait des essais atomiques dans le Nevada. Effrayés les hommes ont conduit Collins à la patrouille routière locale. La CIA a transformé l’accident en y mettant un avion de l’Air Force, le F-105, toujours inscrit dans les archives officielles sous ce nom. Quant aux trois hommes, ils furent retrouvés et ont dû signer des clauses de non-divulgation.

Dans le cadre du débriefing de Collins, la CIA a fait prendre au pilote le sérum de vérité, “ils voulaient savoir si j’avais oublié quelque chose sur les évènements qui avaient conduit au crash.” L’expérience du sodium penthotal s’est bien passée excepté pour la réaction de son épouse.
“Le dimanche tard dans la soirée trois agents de la CIA m’ont ramené à la maison. L’un conduisait ma voiture et les deux autres m’ont porté à l’intérieur. Ils m'ont allongé sur le sofa. J’étais dans le coltar à cause de la drogue. Ils ont donné les clés de la voiture à Jane et sont sortis sans dire un mot.”
Jane Collins était persuadée que son mari était sorti pour boire. Il ajoute en riant: "Ciel ! Quelle colère ! " " Source  (http://www.latimes.com/entertainment/la-mag-april052009-backstory,0,5104077.story)

image invalide
Gary Powers abattu en Union Soviétique en 1960

Les membres des forums [ATS] ne sont pas tous d’accord avec cette version, Shadowhawk précise : "Collins n’a pas été débriefé sous l’influence de sodium penthotal mais c’est plutôt du sodium amytal qui lui a été donné. Cette drogue s’utilise pour récupérer la mémoire après un choc traumatique.” Il ne croit pas que Collins ait pu dire aux trois civils que son avion transportait des armes nucléaires. “Cela aurait attiré l’attention sur l’accident, exactement l’opposé de ce qu’il voulait.”
Titre: Re : Zone 51
Posté par: Peter Pan le 14 mai 2010 à 19:28:14
Annie Jacobsen et les témoignages des retraités de la zone 51.
 :P


La CIA a trouvé une sympathique parade et une jolie déboulonneuse : le temps qu'on passe sous le charme de ses beaux yeux,
... et pschiiitt : circulez, il n'y a plus rien à voir.
 ;)

admn : l'image n'est plus disponible

Retour Sur La Zone 51

“Cela aurait attiré l’attention sur l’accident, exactement l’opposé de ce qu’il voulait.”

Inside Area 51 With Annie Jacobsen (HQ)
Inside Area 51 With Annie Jacobsen (HQ) (http://www.youtube.com/watch?v=vSeycXlcJqM#)

13 avril 2009 - Tamron Hall invite Annie Jacobsen, journaliste d'investigation, à propos des documents récemment déclassifiés par la CIA concernant la zone 51 et le projet 'Oxcart ' [chars à bœufs].
MSNBC News Live (diffusé: 04/13/09).



Eh bien, tant que les Ufologues auront le regard braqué sur le soutien-gorge pigeonnant de la belle Annie, ils penseront un peu moins aux balivernes pour masquer Roswell et les hypothèses sur Papoose Lake.
 ;D


Pour se faire une idée des sujets traitées par Annie-du-Far-West :
(http://www.theaviationnation.com/wp-content/images/pic1.jpg)
à propos d'un examinateur de la FAA, chassépour avoir dénoncé des méthodes d'entraînement dangereuses dans la société PHI Inc., juteuse pourvoyeuse de fonds qui, comme 'de bien entendu',
... a gagné !

http://www.theaviationnation.com/2008/06/11/why-was-faa-inspector-darrin-wargacki-fired/ (http://www.theaviationnation.com/2008/06/11/why-was-faa-inspector-darrin-wargacki-fired/)


Plus classique, sur les avions secrets :
(http://lh6.ggpht.com/_GC4zlPbEl0o/Sb7Xiu9JTLI/AAAAAAAAC28/kw2y3bo1_Yk/s400/45356276.jpg)
http://bhsclass67.blogspot.com/2009/03/aerial-espionage-born-in-burbank.html (http://bhsclass67.blogspot.com/2009/03/aerial-espionage-born-in-burbank.html)

"L'espionnage aérien naquit un jour à Burbank
Au rythme où vont les légendes urbaines, la construction d'un avion furtif au cœur d'une ville est un extraordinaire défi"
Lundi 16 mars 2009, par Cathy Palmer.
Titre: Re : Zone 51
Posté par: Diouf le 19 mai 2010 à 12:53:05
Des Retraités Prennent La Parole : 2/2

Extrait de l'interview qui couvre la période de travail de Mr.Barnes sur la zone 51. T.Barnes était ingénieur radariste.

John, vous observiez le ciel et aperceviez des choses voler ...
Oui, oui. Nous les pistions. Nous avons eu des vols officiels, mais beaucoup ne l'étaient pas. J'étais là dans l'avion, et nous savions qu'eux aussi. Nous les entendions sur la radio, et j'allais lancer le radar. Nous connaissions leur direction, donc nous allions où il fallait pour les surveiller. Au début, pendant 2 ans, nous savions que quelque chose de très très  rapide volait dans le coin et nous savions toujours quand cela volerait parce qu'ils envoyaient d'abord les chasseurs et nous les entendions parler.

Nous entendions le blabla sur la radio. Ce que nous voyions ne durait qu'un instant. Puis quand ils ont fait l'essai de vitesse pour la première mission officielle, je crois que c'était le 5 Mai 1965, nous avons eu un essai avec les VF-12 (la version militaire de l'A-12). L'A-12 était strictement pour la surveillance. L'Air Force avait décidé qu'il voulait un chasseur de combat mach-3, donc nous avons développé l'A-12. C'était un avion 100 % Air Force mais nous l'avons construit avec les contrats de la CIA, la couverture CIA et tout CIA. Puis nous l'avons piloté au-dessus de la zone bien qu'il ne fût pas estampillé CIA.

Le Président Lyndon B. Johnson voulait annoncer que nous possédions cet avion lors de sa campagne de réélection et c'était la bagarre entre lui et la CIA à cause de ça. Les documents déclassifiés sont très intéressants en ce qui concerne cette affaire. Finalement, Bob Wheelon et Jack Ledford lui ont dit : Monsieur le Président, aucune chance que la CIA sorte votre avion publicitaire au grand jour, encore moins qu'elle le fasse voler. Si vous voulez quelque chose qui batte un record, voyez avec l'Air Force, ils ont le YF-12. Il a donc monopolisé les radios et les télévisions pour annoncer au monde que nous possédions un avion mach-3 sur la base d'Edwards. Hé bien, il n'était pas à Edwards, mais toujours sur la zone 51.

Du coup, il a fallu qu'ils pilotent rapido 2 avions sur Edwards parce que les médias arrivaient et voulaient le voir. Ils mettent donc les avions dans le hangar le plus proche du lieu d'atterrissage de la base parce que pour eux, les avions étaient toujours classifiés et ils étaient si chauds à cause du vol qu'ils avaient préparé les jets d'eau dans le hangar. Et il y a toute la crème médiatique au complet, avec matériel et tout qui prend la douche de sa carrière ! On en rit toujours aujourd'hui. Ils ont eu le vol officiel juste après et nous y avons participé de toutes les stations radar. Ils ont battu tous les records possibles ce jour là.


image invalide
Les Anglais pensaient détenir les records de vitesse. Ils ont donc fait une petite demande aux Américains qui leur ont ri au nez en leur disant : Vous en êtes encore loin. Continuez à rêver. Vous n'en approchez même pas. Mais c'était avant qu'ils sachent pour le YF-12. Et ensuite, ils ont commencé à construire le SR-71 qui était un avion Air Force. Ils ont aussi retiré les vols des V-2 à la CIA par la même occasion. La CIA perdait en considération, à cette période, à cause des manifestations contre la guerre du Vietnam.

Ils se faisaient prendre à garder des dossiers sur les citoyens américains et du coup la CIA a été interdite d'activités internes sur le sol américain. Ils pouvaient toujours faire du scientifique mais leurs ailes avaient été coupées. C'est pourquoi l'Air Force a pris le dessus de la Zone 51. Ils retiraient tout ce que la CIA avait. Tout allait à l'Air Force parce que la CIA espionnait trop. C'était leur business et on leur avait dit de le conduire quelque part à côté des États-Unis.

C'est  la raison de tous ces changements. Il y avait beaucoup de guerres intestines, même pendant la crise cubaine parce que la CIA estimait qu'elle devait piloter les missions de surveillance au-dessus de Cuba et l'Air Force voulait le faire, donc ils se bagarraient. L'Air Force pilotait déjà les avions, nous les avions entrainés sur la zone mais ils volaient de Del Rio, au Texas, ils se sont retrouvés à voler au-dessus de Cuba pendant cette crise. Et c'est ainsi que la CIA est sortie du business de surveillance avec l'utilisation de ces avions. Je suis sûr qu'ils utilisent toujours le Prédateur. Je ne dirais pas qu'ils sont totalement dehors mais il n'y a rien sur le sol américain. Ils ont eu recours aux satellites et les satellites ont pris le relais pour la surveillance aérienne.

C'est le projet Corona. Vous m'aviez raconté l'histoire du missile cubain et la tentative d'assassinat de Castro
Oh oui. Nous n'étions pas directement impliqués, mais nous savions tout. Il y eut de nombreuses tentatives pour éliminer Fidel Castro, particulièrement après l'incident de la Baie des Cochons. C'est vraiment parti en nouilles. La tentative la plus drôle, c'est quand ils ont essayé d'insérer des explosifs dans ses cigares et qu'ils ne réussissaient pas à l'approcher. Mais il  avait un chat et la CIA a réussi à le capturer. Ils l'ont bourré de dynamite. Ils voulaient lui faire peur pour qu'il courre vite chez son maitre et le fasse exploser dans sa propre maison. Ils ont donc effrayé le chat qui est parti en courant. Une voiture arrivait et l'a écrasé avant qu'il atteigne la maison.

Ok, c'est la vie
J'ai une autre histoire, pendant l'une de nos missions en dehors de celles qui concernaient l'union soviétique. Lors d'une mission ordinaire, il fallait ravitailler cinq ou six fois et cela voulait dire ralentir, puis descendre jusqu'à l'altitude du ravitailleur, se positionner derrière lui et lui prendre son fuel puis vous repartiez et continuiez. Nous volions donc le long de la frontière de l'URSS, en prenant des photos radar du pays et nous étions supposés rencontrer ce ravitailleur vers l'extérieur de la Finlande, par là. Nous savions où nous devions le rencontrer. Bien sûr nous n'étions pas sur la radio, mais ils savaient où ils étaient supposés nous rencontrer.

Et l'avion descend et voit ces lumières devant lui. Il pense que c'est  son tanker et comme le réservoir est presque vide, mon Dieu, merci je vous ai trouvé … il se positionne derrière lui et c'était un bombardier soviétique ! Ils ont ri. Personne ne sait qui avait le plus peur, le type dans l'A-12 ou l'équipage du soviet, qui a vu cet avion noir si long arriver de nulle part et s'installer derrière ! Bien sûr, ils sont allé chacun de leur côté et ils ont trouvé leur fuel. Imaginez les deux équipages bleus de peur. Ces types ont plein d'histoires comme ça et c'est très marrant de les entendre les raconter.

Retournons sur la zone 51. Vous aviez donc tous ces projets : Have Doughnut, Have Drill, Have Blue, mais vous avez dit qu'entre les projets vous étiez mutés vers d'autres projets.
Oui. Nous avions des tas de projets en cours quand les gens d'Oxcart étaient là (A-12), nous étions le seul projet qui comptait mais avant notre départ, ils commençaient d'autres projets. La sécurité était en place, c'est si loin. Pour vous faire une idée, vous ne demandiez pas  au voisin ce qu'il faisait, c'est toujours comme ça aujourd'hui. C'était compartimenté et si vous n'aviez pas besoin de savoir, et bien vous n'y pointiez pas le bout de votre nez. Et si quelque chose devait avoir lieu à l'extérieur, ne  pouvait se faire à l'intérieur, et était vraiment super secret, ils rassemblaient tout le monde dans la cantine, tiraient les rideaux occultants et il y avait des Marines à chaque fenêtre. Vous restiez assis là  à jouer aux échecs quelques heures pendant qu'ils faisaient ce qu'ils avaient à faire à l'extérieur, vu que ce n'était pas nos oignons.

Est-ce que quelqu'un n'a jamais essayé de savoir ? Vous étiez tous si entraînés ...
Non. En fait, on ne se posait pas de question sur la nature du travail de chacun. Vous aviez une vague idée mais vous ne disiez jamais : Hey, pourquoi êtes-vous là ? Ça  ne passait pas.

Vous ne savez donc pas s'il y a eu des failles de sécurité ?
Non. Et ils sont toujours aussi à fleur de peau, vous savez. Vous étiez parano, parce que ces années là vous saviez qu'il y avait un soviet derrière chaque arbre. Ils y étaient. Vous n'osiez pas aller dans un restaurant et parler business, parce que vous ne saviez jamais, parce qu'ils nous espionnaient. Ils disaient souvent qu'il y avait plus d'espions qui nous observaient décoller que nous présents dans l'avion, parce qu'ils savaient que nous avions leur équipement. Ils savaient que nous étions là, alors imaginez, cette ville était une ville d'espions.

Et je vais vous raconter une autre histoire. Un jour j'appelle ma femme et je pouvais voir qu'elle était très ennuyée. Je lui demande ce qu'il y a et elle me répond qu'elle venait de recevoir un coup de fil obscène. Elle pensait que c'était le même type qui rappelait. J'ai donc prévenu immédiatement la sécurité et en moins d'une heure ma femme et mes enfants étaient accompagnés par des gens de chez eux. Je ne sais pas qui ils étaient. Probablement pas les services secrets mais quelque chose de semblable et ils restaient avec eux à chaque déplacement, pendant trois semaines environ, jusqu'à ce qu'on détermine que c'était un appel au hasard. Ils avaient peur qu'ils arrivent à m'atteindre en atteignant ma famille.

Pour continuer jusqu'au bout, quand j'ai quitté la zone pour monter mon business, je suis retourné à Oklahoma et pendant cinq ans, à peu près une fois par an, le FBI venait dans cette petite ville et posait des questions aux gens sur notre situation financière, voyez, des questions générales, et bien sûr, dans une petite ville comme celle-ci … tout le monde m'appelait pour me dire : Hey, ils sont de retour, qu'est-ce que t'as fait maintenant ?

Puis ils sont  finalement venus nous demander si nous avions été approchés par quelqu'un. Ce qu'ils cherchaient, c'était par exemple si nous avions des problèmes financiers, car dans ce cas, nous serions sensibles à un chantage. C'est ce qu'ils cherchaient à  savoir. Donc, cela a continué pendant cinq ans (au moins pour ce que nous savons) après que nous ayons quitté la zone, la sécurité était très pointue à cette époque. Aujourd'hui c'est aussi sévère.

Cela vous a t-il dérangé de ne pas pouvoir en parler ? Parce que vous travailliez sur des projets aussi importants, et que vous ne pouviez en parler à personne ?
Non, non, on ne pouvait pas. J'avais l'habitude de travailler sur du classifié, même quand j'étais dans l'armée. Alors, non, ça n'a jamais été un problème pour aucun d'entre nous. Nous étions un groupe très stable. Je ne m'en vante pas mais par exemple, nous fêtons presque tous notre cinquantième anniversaire de mariage, ce qui signifie : pas de divorces. Les gens étaient 'très famille' ainsi que des patriotes et beaucoup de ceux qui étaient des militaires sont devenus des généraux 2 ou 3 étoiles.

Quelques uns sont restés lieutenant-colonels, selon les carrières qu'ils suivirent après. Mais c'était un groupe très stable et c'est grâce au processus de recrutement de L'Agence. Ça a marché et j'ai observé la même chose dans leur OCS Officers Candidates School. J'ai vu des types qui craquaient pour un truc que je trouvais marrant. Les gens sont différents. C'est ce qu'ils faisaient, éliminer ceux qui ne tiendraient pas le coup. Ils nous avaient donc choisis pour qu'une chose du style : Oh, il faut que je sorte ce que j'ai sur le cœur ...ne soit jamais une éventualité.

Au fil des années, avec toutes les rumeurs sur l'aire 51 et tous ces projets spéciaux, qu'en pensiez-vous ?
En fait nous accusions l'Agence et l'Air Force de lancer ces histoires parce que quelle meilleure désinformation auraient-ils pu trouver ? De plus ceux qui colportaient ces histoires passaient pour des fous parce que l'atmosphère générale sur les ovnis était de considérer les gens qui y croyaient comme une bande d'allumés. Si bien que si vous racontiez que vous aviez vu un avion bizarre, personne ne vous croyait.

Je vais vous raconter une anecdote à titre d'exemple. Quand les premiers jets sont arrivés, ils devaient faire les essais sur Edwards. Ça ne s'appelait pas Edwards à l'époque mais Muroc Air Force Base. Quand ils les ont envoyés, ils avaient mis une fausse hélice devant l'avion  parce que personne n'avait vu d'avion sans hélice. Puis, ils ont commencé à les faire voler. L'un des types était allé à Disneyland et avait acheté un costume  de gorille et il avait décidé de faire une blague à ces autres pilotes. Ils volaient dans un coin éloigné d'Edwards. Il a mis son masque de gorille et a volé en parallèle avec ce type dans son avion à hélices, lui dans son avion sans.

Quand ce pilote est rentré pour dire aux journalistes qu'il avait vu un avion sans hélice piloté par un singe, ils ont ri à se rouler par terre. Si bien que lorsque les pilotes les voyaient [les ovnis] ils ne prenaient pas la peine de faire un rapport parce que tout le monde se moquerait d'eux, du genre : Oh, t'as encore vu des singes ? Mais en fait, ils en voyaient.  C'était donc ainsi pour les ovnis. Ils riaient de vous si vous en parliez. Vous pouviez très bien avoir vu quelque chose, mais ils ne vous croyaient pas. Et puis à l'époque, on ne parlait pas de ça sur la zone. D'ailleurs on ne l'appelait pas la zone 51 du tout.

C'est la terminologie que les ufologues avaient trouvée parce que c'était noté sur une carte qu'ils avaient trouvée quelque part. Mais à cette époque, c'était le Ranch. En fait, lorsque Kelly Johnson a commencé, quand il avait trouvé le site et avait commencé à recruter, ça s'appelait Paradise Ranch parce que c'était tout le contraire. Il y avait des essais de bombe atomique à 18 km de là, dans l'atmosphère. Ils faisaient toujours des tests aériens et les retombées arrivaient. Il fallait évacuer toute la zone.

On revenait et il y avait de la poussière partout. C'est un miracle que nous n'ayons pas eu de cancers. Il y avait des détecteurs de radiations partout, dans les bâtiments, dans les véhicules, et peut-être même dans nos avions.

Mais vous étiez tous évacués à temps ...
Oui. Les essais atmosphériques ont eu lieu un peu avant que j'arrive. J'étais là pendant les essais souterrains. Ils nous ''prêtaient'' au contractant qui nous inscrivait sur ses salaires, et c'était un moyen pour nous d'apprendre. Je suis allé sur cinq essais atomiques différents, pendant que nous n'avions rien à faire sur la zone. C'était entre les projets. On sortait pour aller travailler sur les essais atomiques, de retour à NERVA, ils avaient souvent besoin d'un ingénieur.

Nous n'avons jamais eu un véritable emploi. On nous donnait des petits projets qu'ils n'avaient jamais eu le temps d'attaquer. Ils disaient : Nous voulions essayer ça, ou ça, vous ne voulez pas voir ce que vous pouvez en faire pendant que vous êtes là ?. Alors on travaillait sur des projets inédits.
 
C'est très intéressant. Vous avez donc travaillé ainsi puis vous êtes retourné au radar ?
Un autre projet arrivait, comme le Stealth par exemple. Nous sommes partis d'Oxcart pour arriver à Have Doughnut, Have Drill, Have Ferry puis Have Blue a débuté. Il y avait des périodes de 2-3 mois entre les projets. Nous fonctionnions à partir de fonds secrets (on disait Blacks Funds parce que c'était la CIA) et peut être qu'ils n'avaient pas de fonds approuvés par le congrès pendant un certain moment, alors nous pouvions avoir une période de chômage si bien qu'il nous plaçaient chez un autre contractant.

J'ai travaillé pour la PANAM, je n'ai jamais mis les pieds dans leurs bureaux, je recevais un chèque de leur part. Il y avait aussi REECO (Reynolds, Electrical and Engineering Company). S'ils n'avaient personne d'autre, il nous inscrivaient sur leurs salaires.

Ok. Donc le projet Have Blue a été le premier à expérimenter la technology Stealth, n'est-ce pas ?
Oui. Nous avons fait des expériences avec l'A-12. C'était le premier mais il n'était pas conçu pour être un 'avion stealth'. Pour le rendre invisible il fallait perdre plusieurs centaines de pieds en altitude et peut-être en vitesse. Nous sacrifions quelque chose pour gagner ça, et on ne gagnait jamais réellement ce qu'on avait besoin de gagner. Ils pouvaient toujours le voir. On a donc arrêté d'essayer pour ne se servir que de la vitesse. Mais sur les vrais programmes Stealth, nous les avons conçus réellement invisibles au radar.

Et votre rôle là-dedans ?
Toujours le radar. On les aidait à les monter sur le Pole lorsqu'ils envoyaient le représentant technique avec l'article puis nous sortions et l'installions, cela faisait partie de notre expertise. On a même mis des MIGS là haut une fois quand on n'avait rien à faire. On était curieux et on avait le temps. Ce n'était pas un programme officiel, mais nous avions déterminé quelle sorte d'avion leur radar captait, juste à partir de ce qu'on  essayait, en mettant différents avions  sur le pole et en les regardant. On le faisait pour calibrer notre équipement, peut-être que nous voulions tester un nouveau système, mais nous mettions un MIG et l'examinions. Cette technologie est sortie de là, c'était presque un accident.


image invalide
Vous observiez un avion à travers le radar, puis vous donniez des recommandations aux techniciens pour l'amélioration des avions ?
Oui. Ils étaient là et on sortait une copie imprimée. La plupart étaient circulaires. Avec la rotation vous saviez exactement ce que vous regardiez, les corrélations étaient là et vous aviez aussi une caméra afin de pouvoir comparer votre signal avec sa vidéo. Vous saviez exactement quelle partie vous donnait l'image. Les ingénieurs l'emmenaient et changeaient la forme ou autre chose et revenaient jusqu'à qu'ils réajustent tout ce qui clochait.

Donc, qu'est-ce qui rend un avion invisible ?
C'est une combinaison de forme et de matériaux inclus qui absorbent le retour. Mais c'est la forme le plus important. Ils l'infléchissent, plutôt que revenir à la source, ils la font dévier ailleurs. C'est une combinaison de plusieurs facteurs mais c'est la forme et le matériau utilisés. Vous remarquerez qu'il n'y a aucun bord qui soit droit sur les avions. Même l'encadrement de la vitre sera irrégulier. Tout est inégal.

C'est pourquoi ils ont l'air si tordus.
Oui. Tout est comme ça. Mais des choses comme les casques des pilotes ont causé des problèmes. Ils ont  dû les redessiner. Vous ne pouviez pas voir l'avion mais vous aperceviez les casques ou bien les lunettes noires des pilotes … C'était très précis.

Avez-vous amélioré votre propre système de radar en travaillant là-dessus ?
Pas réellement. Nos systèmes étaient déjà stabilisés. Mais nous étions toujours à chercher des nouvelles choses à faire, à essayer, pas sur nos systèmes mais sur de nouveaux projets, par curiosité. Nous avions du temps et pour moi, c'est une période de ma carrière où je m'ennuyais. Travailler pour le vol du X-15 a été très dynamique car nous avions des missions toutes les semaines. Chacun de ces vols arrivait dans des conditions d'urgence.

Ils avaient de l'ammoniaque dans le cockpit ou bien de la fumée, ou ceci, ou cela. Toujours quelque chose. C'était donc très stimulant. Je pense que pour trouver pire que ça il faut voir les tests Apollo, quand on faisait les essais de la capsule spatiale. On le mettait dans un vibreur pour le laisser vibrer des jours entiers. On entrait juste pour vérifier les relevés et les noter. Les ordinateurs faisaient tout le travail.

Vous disiez avoir des histoires sur le bar, sur le bon temps ?
Le House Six était le bar local, une caserne convertie en bar, un endroit pour jouer au poker. On y jouait beaucoup. Nous étions là pour la semaine entière et il n'y avait pas tant de choses à faire pour combler. Ce sont les gars de l'Air Force qui ont commencé. Nous étions séparés d'eux, nous travaillions sur des projets qu'ils n'avaient pas besoin de connaître. Je ne connaissais pas ces types de l'Air Force à l'époque et aujourd'hui, je suis le président de leur amicale. Je savais qui ils étaient, je les voyais mais nous ne nous parlions pas.

Ils se connaissaient tous parce qu'ils travaillaient sur le même projet. Mais comme nous travaillions sur le Mig Program, le Stealth et d'autres, nous avions plusieurs casquettes et n'avions pas le droit de nous mêler à eux. Nous entretenions leur matériel. Leurs représentants venaient nous voir et nous coordonnions ce que nous aurions à faire pour eux. Et à l'instant où ils sortaient nous faisions autre chose pour quelqu'un d'autre, ils ne pouvaient donc pas entrer comme ça librement dans notre bâtiment. Ils n'avaient rien à y faire. Par conséquent, nos quartiers étaient un peu différents des leurs. Nous avions tous des duplex.

Nous avions une salle de séjour commune, puis deux chambres et une cuisine. Mais les gars de l'Air Force, ils étaient plutôt des chahuteurs. On y apportait des films pour le divertissement. Certains se sont mis au vol de modèles réduits. On s'était fait un golf miniature, 2 trous. Notre club s'appelait Sam's Place. Il existe toujours aujourd'hui. Il y avait une piscine, taille olympique, un petit bar, et des tables de billard, tout ça. On n'y allait pas si souvent. On finissait par jouer au poker dans nos salons.

image invalide
Mais House Six, c'était une caserne que les 'Air Force' avaient convertie en bar, Poker room, Playboy Pin-ups sur les murs, et chaque soir les jeux de poker allaient bon train et duraient jusqu'au petit matin. C'était classique même pendant les missions X-5. J'y reviendrais. Nous avions une mission, ça montre notre mentalité à cette époque – une mission très réussie … direction ===> le bar. Puis deux heures plus tard, surtout au Nevada, nous gagnions le jack pot, donc une autre tournée, etc...

Si bien que nous appelions nos femmes : Hé bien vous feriez bien de venir manger avec nous ici car nous sommes bourrés, on n'arrivera jamais à la maison. Alors elles venaient et nous commandions des steaks, on restait jusqu'à 1 ou 2 heures du matin. A 6 heures nous revenions pour une autre mission. Je veux dire qu'on y allait avec des  gueules de bois pas possible. Et c'est la même chose avec ces pilotes. Les militaires en général étaient ainsi à l'époque.

On peut dire qu'on travaillait aussi dur que l'on jouait. Nous étions tous jeunes et il n'y avait pas de lendemain. C'était la mentalité de notre groupe. Mais pour House Six des histoires à  ce sujet continuent de sortir. Nous avions notre propre  lieu de divertissement. Nous n'étions pas si fous que les Air Force. Les ingénieurs, ce sont vraiment des cas, vous savez, pour la plupart.

Vous disiez quelque chose sur la nourriture ?
La nourriture était la meilleure qui soit au monde. Il n'y a pas un seul hôtel à Vegas aujourd'hui qui peut surpasser les mets que nous avions. Ils nous maintenaient heureux. C'était une partie de leur mission de nous garder très contents d'être là toute la semaine. Nous avions des entrecôtes le soir, beaucoup de homards, et pas des homards qui venaient de chez le poissonnier.

Quand nous voulions du homard on envoyait un avion. On disait : Il faut vérifier les moteurs de cet avion. Envoyez-le dans le Maine et pendant que vous y êtes, rapportez-nous des homards. Nous faisions voler un avion tout au bout du pays, à l'est, pour chercher du homard frais pour le dîner du soir, voyez. Pareil pour les steaks. Nous avions aussi des huitres. Ils nous servaient aussi des plats très exotiques, tout ce que nous voulions. J'adorais les aubergines grillées. Tous aujourd'hui, sans exception, vous leur demandez qu'elle est la chose dont ils se souviennent le mieux sur la zone 51, ils vous disent que c'était la nourriture. Vous ne pouviez avoir mieux. Nous mangions vraiment bien.

Que faisaient-ils d'autre pour vous rendre heureux ?
Dans mon cas, les Projets Spéciaux, comme nous n'étions ni Air Force, ni employés du gouvernement (ouvertement), nous étions sous contrat, nous arrivions le lundi matin, travaillions 8 heures, puis passions 4 heures sup et après 4 heures nous passions en double salaire pour y rester 4 heures par jour car nous étions en standby jusqu'au vendredi soir lorsque nous rentrions à la maison.

Nous étions payés double 24 heures par jour, salaire d'ingénieur, alors même à cette époque, les années 60, nous étions nombreux à gagner 100.000 $ et plus par an. Une somme faramineuse à l'époque, pour ne rien faire. On s'ennuyait. Nous faisions des blagues, l'Air Force aussi, tout était bon pour nous divertir. C'est toujours comme ça d'après les gens de là-bas à qui j'ai parlé.

Donc pour passer le temps quand vous étiez en standby, vous regardiez des films et vous jouiez aux cartes.
Oui, beaucoup de poker. Nous étions aussi très sérieux. Nous expérimentions toujours sur quelque chose. Nous avions tout ce qu'il fallait pour expérimenter dans nos laboratoires électroniques, chacun essayait ce qu'il voulait, ou avait toujours rêvé de construire.

On a beaucoup joué mais tout autant travaillé sur les projets pour lesquels nous étions là parce que c'était un défi.  Nous avions l'éducation requise et si nous étions retournés apprendre les autres matières, nous aurions nos doctorats dans nos branches respectives. Mais ce n'était pas nécessaire.

L'argent que nous gagnions, c'était imbattable. A un moment le syndicat a essayé de nous intéresser à eux et nous leur avons ri au nez en disant : C'est impossible que vous puissiez surpasser ce que nous obtenons.

J'essaie de penser à quelque chose d'autre de spécial qui serait intéressant à raconter, quelque chose d'unique … je ne pense à rien pour l'instant.
 
Quel est le dernier projet sur lequel vous avez travaillé ? Était-ce  Have Blue ?
Je ne peux probablement pas en parler.

Oh, ok
Bon, pas de problème. Je peux parler de Have Blue. A ce moment là, c'était le projet le plus classifié de tous. Personne ne savait tout ce qu'il y avait à savoir sur ce projet. Laissez-moi vous dire comment ça fonctionnait chez Lockheed, aux Skunk Works. Par exemple, on retournait aux U-2. Ils travaillaient  sur le F-104 et d'autres choses pas si secrètes, mais l'U-2 était si secret qu'ils ne travaillaient dessus que la nuit. Une fois que tout le monde était rentré, une équipe spéciale arrivait pour travailler, puis ils supprimaient toutes traces de leur existence avant que l'équipe suivante arrive.

image invalide
Lockheed F-104

Les pièces détachées partaient chez quelqu'un, je veux dire que lorsqu'ils commandaient des pièces, elles étaient livrées chez quelqu'un ou bien adressées à une  compagnie fictive. Beaucoup de ces pièces allaient chez Kelly Johnson. Personne ne savait pourquoi c'était ainsi. C'était la même chose sur la zone. Il y avait beaucoup de sociétés, l'une étant une petite débutante nommée Firewell. Cette compagnie convertissait des poêles. Ils transformaient un poêle à bois en poêle à pétrole. Ils fabriquaient des petits régulateurs. La Navy les avait employés pour travailler sur un projet de fabrication de soupapes.

Ils ont fini par concevoir tout notre équipement d'oxygène pour les vols en haute altitude, toutes les soupapes et tout ce que nous utilisions pour subvenir aux besoins humains en vol. Ils avaient commencé avec 3 types qui travaillaient dans leur garage à Lancaster, et c'est devenu une grande compagnie. Elle s'appelle aujourd'hui Arco. Ils sont passés à la fourniture de tout le nécessaire pour les stations spatiales. La société David Clark continue à faire toutes les combinaisons spatiales. C'est la seule société à les avoir toujours faites. Ils faisaient des soutien-gorge au départ.

Quelqu'un les a approchés pour qu'ils conçoivent les combinaisons. La façon dont ces compagnies ont débuté est vraiment intéressante, ils ont ces petits contrats avec le gouvernement. Hewlett Packard faisait des ordinateurs, eux aussi travaillaient dans leur garage. Puis ils ont eu ce petit contrat là-bas dans le Nevada Test Site ou pour la zone 51. C'était à leurs débuts.

Lorsque les informations furent déclassifiées, c'était dans les années 90, n'est-ce pas ? Qu'avez-vous ressenti alors ?
Je pense qu'une partie devait rester classifiée. Je ne me sens pas très à l'aise. Bill Clinton a déclassifié beaucoup de choses et pire que lui, Hazel O'Leary, la directrice de DOE ne croyait pas à la classification. Elle a laissé filer des secrets et Clinton aussi. Certaines choses n'auraient jamais dû être déclassifiées. Et même si c'est déclassifié, il reste un tas de choses que vous ne retrouverez pas chez nous, car nous pensons sincèrement qu'elles auraient dû rester secrètes.

D'ailleurs, L'Agence a refusé de distribuer des documents aux médias, même déclassifiés, car ils ne se sentaient pas trop à l'aise à le faire à cause de la sécurité nationale. En tant que webmaster de notre organisation, je reçois beaucoup de choses auxquelles je réponds en disant que ça ne devrait pas être publié. Ce sont des choses qui peuvent être utilisées par l'ennemi.

Auriez-vous une histoire sur les femmes  qui pilotent l'U-2 ? Vous étiez à leur réunion à Pasadena, n'est-ce pas ?
Non. C'est à Sacramento. C'était intéressant. Le commandant de la division U-2 est une femme. Ils ont trouvé que les femmes sont mieux adaptées pour piloter des vols de reconnaissance que les hommes. Ils ont beaucoup de femmes pilotes pour les U-2.

Pourquoi ?
Par exemple sur un U-2, vous volez à haute altitude. En fait, pour tous. Vous êtes tout là haut, vous ne parlez à personne, vous ne faites rien à part piloter votre avion, et une grande partie de tout ça se fait par ordinateur et le pilotage automatique. Il n'y a donc vraiment rien à faire si bien que très vite, l'homme commence à frapper là-dessus ou bien à braquer sur quelque chose, alors que la femme peut rester assise là sans vouloir toucher à des trucs. Leur esprit ne se demande pas ce qui fait marcher quoi ou ce qui arriverait si on faisait ça, etc...

Elles sont plus à l'aise. C'est le problème avec les gars. Ils s'ennuient trop facilement. Il faut qu'ils fassent quelque chose  de leurs mains. Dans l'armée maintenant, ils ont vu que les boulots T et A [tits and ass : seins et cul] n'étaient pas pour elles car elles sont mieux que les gars pour piloter. Elles sont plus dignes de confiance. J'ai pu m'apercevoir dans mon business que c'était exact. Vous avez du le voir aux nouvelles. Nous avons même un pilote de thunderbird qui est une femme.

Une dernière question. Quand vous revoyez tout ce que vous avez fait, y a-t-il quelque chose dont vous êtes le plus fier, qui aura toujours une place spéciale dans vos souvenirs ?
Je pense toujours au programme X-15 car j'ai eu de vrais défis lors de celui-ci. Je peux vous conter une histoire rapide. Tout d'abord, à travailler pour les astronautes, nous avions beaucoup de responsabilités pare que nous les envoyions dans l'espace et nous les ramenions. Sans nous, c'était un monde de douleurs. Et nous avions de l'équipement vieillot. C'était des secondes mains données par l'Air Force. C'est incroyable ce que nous avons accompli avec.

Quand je suis arrivé à Beatty, nous avions les trois bases (Edwards, Ely Tracking et nous) et ils pouvaient choisir le meilleur jour pour contrôler le vol. Autrement dit, quand vous sortiez d'Edwards, hors de leur zone de radar, la nôtre devenait la nouvelle zone. Et j'avais tout de suite vu que lorsque j'arrivais, à chaque fois que l'on passait sur les données radar d'Edwards ou Ely il y avait une baisse d'altitude de l'avion de 2.000 pieds. Mais leurs radars à eux étaient accordés. Mais j'avais aussi remarqué que notre radar était d'accord avec ce que le pilote disait (au sujet de l'altitude). S'il disait qu'il était à 45.000 pieds, c'était ça. Je leur ai donc demandé, en tant que radariste expert en leur disant que quelque chose n'allait pas, et j'ai questionné la NASA qui a répondu : Bien, c'est un problème qui vient du système. Pour moi, il n'y a pas de problème qui vient du système devant rester irrésolu.

Particulièrement, si j'étais un pilote et qu'ils ne puissent me dire si je suis à 2.000 pieds du sol. On a donc vécu avec et je les ai fait venir pour voler au-dessus de plusieurs de nos sites pour qu'ils me donnent ensuite leurs données d'altimètre afin de les comparer aux données de mon radar. Ils étaient d'accord. Je savais que j'avais raison. J'avais fait mon boulot. Un jour les gens de la NASA m'ont appelé en disant : On va passer 2 ou 3 semaines par là.

J'avais oublié la nature du problème. Je le rappelle. Et notre système de communication était en réseau. Ça allait à White Sands, à Vanderberg AFB, à la NASA, à Dryden, Edwards, un peu partout. J'appelle donc mon homologue à la NASA et je dis : John, ce serait le moment pour nous d'arranger tes problèmes de radar à toi et sur  Ely. Et là, silence total. Chaque station avait un surveillant de la NASA et ils nous notaient. Si nous étions négligents, la compagnie déduisait quelque chose de notre salaire.

C'était un contrat sur la qualité du travail. De toutes façons, le surveillant savait que j'avais raison, je lui en avais parlé. C'était donc très silencieux sur les lignes, puis John dit : Ce n'est pas notre problème. C'est un problème inhérent au système radar de Beatty. J'ai répondu que non, en ajoutant que ce n'était pas un problème inhérent, mais un problème humain, situé dans le radar d'Ely et dans le sien. Il me répond qu'ils n'allaient pas s'en mêler.

Et je dis : John, tu me dis que tu es à  l'aise de ne pas pouvoir dire à l'un de ces pilotes quand il est à 2.000 pieds du sol ? Tu vas tuer quelqu'un. Il essayait de me faire taire et Joe Walker, le chef des pilotes de la NASA, entendait tout ça ! Joe a décrété sur le champ : A partir de maintenant,  officiellement, aucun vol n'est autorisé jusqu'à ce que ce problème soit réglé.

Ils ont ensuite déterminé que nous avions raison. Il ont démonté ces radars pendant deux semaines. Mis à nu complètement et là ils ont trouvé que lors de leur construction dans les années 40 ils avaient une modification de champ. Ils avaient trouvé une erreur et envoyé des publications à ce sujet, disant d'ajuster ça. Le nôtre avait été ajusté, pas les leurs. C'était un défaut de fabrication qu'ils auraient dû régler des années plus tôt.

image invalide
 Source  (http://digital.library.unlv.edu/cgi-bin/showfile.exe?CISOROOT=/nts&CISOPTR=1225&filename=1147.pdf)
Titre: Re : Zone 51
Posté par: salva52 le 09 janvier 2011 à 10:58:54
Un documentaire de la National Geographic va bientôt être diffusé, il s'intitulera "Area 51 Declassified" :
Source : http://www.tvqc.com/2011/01/national-geographic-prepare-area-51-declassified/ (http://www.tvqc.com/2011/01/national-geographic-prepare-area-51-declassified/)

Admin - La traduction de Diouf, pour Ovnis-USA est plus précise :

ames Hibberd propose des articles pour le magazine web Entertainment Weekly, et dans la section "Inside TV", le chroniqueur annonce parmi les documentaires en préparation, un sujet sur la fameuse Zone 51 dans le Nevada. Les producteurs ont présenté à la presse leurs prochains programmes de télévision à l'occasion de la conférence d'hiver de la TCA (Television Critics Association) qui s'est tenue à Los Angeles. Pour la chaîne 'National Geographic', l'un d'eux a évoqué la sortie prochaine de son documentaire "Area 51 Declassified". -

Lors de la présentation à la presse Peter Yost a déclaré : "Certaines des choses qui se passent ici étaient cachées et sont remarquables. C'est tout à fait factuel. Le gouvernement a déclassifié pour nous des milliers de documents et de films. C'est du solide, du vrai et du vérifiable. Nous aurons quelques surprises."

Il aurait exceptionnellement réussi à obtenir de la base militaire ultra-secrète l'accès à des documets militaires déclassifiés. Le réalisateur a obtenu des interviews inédites d'anciens employés de la Zone 51, ainsi qu'une séquence vidéo exclusive filmée de l'intérieur du complexe (lequel, souvenons-nous, n'existe pas officiellement). Des photos et des documents inédits sont également annoncés.

Dans le cadre de la thématique Extraterrestres & Ovnis, la mystérieuse base se révèle peu à peu au fil des pages des médias généralistes destinés au grand public.

Yost a été nominé aux Emmy-Awards (pour 'Inside North Korea'). Il semble assez réticent car la sortie de "Area 51 Declassified" est jumelée avec celle d'un autre programme sur le même thème, et il a signé une clause de silence afin de ne pas révéler de détails avant l'heure. De quoi s'agit-il ? C'est aussi un secret. (Oui, vous avez bien lu : les militaires américains ont divulgué des documents concernant la Zone 51 et un producteur de télévision préfère ne pas en parler).

Les amateurs de scoop n'auront pas longtemps à attendre. "Area 51 Declassified" sortira au printemps, en même temps que "Alien Invasion", sur National Geographic, qui explore comment les terriens pourront aborder un premier contact.

Un critique de télévison a demandé pourquoi, après toutes ces années, notre gouvernement a donné à Yost un accès à l'histoire de la Zone 51.

Yost a répondu : "Certains des employés ont presque un pied dans la tombe, ils ont 70 à 90 ans et je pense qu'une décision particulière fut prise aux plus hauts niveaux au sujet de ces projets... disons que c'est 'maintenant ou jamais' (pour raconter leur histoire)."

"Area 51 Declassified" sera le tout dernier exemple de documents ufologiques déclassifiés alors que les autres pays désserrent le verrou sur le sujet, comme l'armée Néo-Zélandaise qui a ouvert ses archives Ovnis le mois dernier. Ce qui fait suite au livre récent et audacieux de Leslie Kean : 'UFO's : generals, Pilots and Government Officials Go On The Record', ainsi qu'aux communiqués indiquant que WiKiLeaks diffuserait prochainement des documents en rapport avec les Ovnis." - Source (http://insidetv.ew.com/2011/01/05/ufo-area-51-secrets-documentary/)
Titre: Re : Zone 51
Posté par: DecemberTen le 09 janvier 2011 à 12:16:30
Possible, ça colle avec des témoignages datant de 2009-2010 de civils et même militaires qui y auraient plus ou moins participé (barrages routiers pour les convois à travers certaines villes etc...), faisant état de grands déménagements de matériel provenant d'Area51 vers une ou plusieurs autre bases, y compris une nouvelle dans l'Utah qui serait un peu continuité de Dreamland.
Mais si déclassification il y a, elle ne nous apprendra que ce qu'ils veulent bien laisser filtrer.
Je ne m'attends pas à de très grandes révélations si ce n'est sur certains projets d'avions espions plutôt que sur les ovnis, mais wait and see, on ne sait jamais... ;)
Titre: Re : Zone 51
Posté par: Peter Pan le 09 janvier 2011 à 17:53:07
Bonne Année 2011, Diouf et tout l'équipe de RIM.

Je souhaiterais savoir si, à propos de l'article "Un documentaire promet des révélations sur la Zone 51"* ...

Citer
Oui, vous avez bien lu : les militaires américains ont divulgué des documents concernant la Zone 51 et un producteur de télévision préfère ne pas en parler
... quelqu'un connaîtrait les liens vers ces documents déclassifiés ?
... un lien avec l'avalanche des récents documents "WikiLeaks" ?

*
janvier 9th, 2011 Posted in Janvier 2011
http://ovnis-usa.com/2011/01/09/un-documentaire-promet-des-revelations-sur-la-zone-51/ (http://ovnis-usa.com/2011/01/09/un-documentaire-promet-des-revelations-sur-la-zone-51/)
Titre: Re : Zone 51
Posté par: Diouf le 09 janvier 2011 à 23:42:02
.....
... quelqu'un connaîtrait les liens vers ces documents déclassifiés ?
... un lien avec l'avalanche des récents documents "WikiLeaks" ?
.....

Meilleurs vœux à toi Peter Pan !

Il n'y a pas de liens que je connaisse vers ces déclassifications qui auraient été transmises à ces réalisateurs qui ne peuvent rien dévoiler. Le chroniqueur ne fait que répéter ce qu'il a entendu de la bouche du producteur du documentaire.
On peut penser que c'est une amorce de buzz qui grossira sur le web d'ici la sortie, pour ma part, c'est de la pub, je ne m'attends à rien que nous ne sachions déjà sur ce sujet particulier. John Lear s'est empressé d'écrire un commentaire à la suite de l'article pour dire que ce serait encore une tartine de désinfo... ;)

Idem pour des documents liés aux ovnis qui seraient en possession de WikiLeaks, je crois que cela en est au stade de rumeur (mais je ne suis pas à jour pour WikiLeaks)...il y a peut-être "du solide" dans le fil dédié, je ne sais pas.
Titre: Re : Zone 51
Posté par: Karmayata le 01 février 2011 à 19:22:54
Citer
Area 51 "Black Ops" In The Mainstream Media

AlienScientist reviews Jesse Ventura's "Conspiracy Theory" episode on Area 51, Penn & Teller's "Bullshit", Call of Duty Black-Ops the video game's "Nazi Bell Project" references and more in this discussion of mainstream media coverage of Black Operations, particularly Area 51.

(Part 1) Area 51 "Black Ops" In The Mainstream Media
Area 51 "Black Ops" In The Mainstream Media (Part 1) (http://www.youtube.com/watch?v=-N_6KZG4LQI#)

la suite sur dailymotion
Titre: Re : Zone 51
Posté par: Michel-Vallée le 19 mai 2011 à 00:28:45
Exclusive: U2 Spy Planes Confused for UFOs, Fueled Area 51 Mystique

In her new book "AREA 51: An Uncensored History of America’s Top Secret Military Base," which goes on sale May 17, Annie Jacobsen (http://en.wikipedia.org/wiki/Annie_Jacobsen)
offers for the first time an inside look at the history of America's top secret military base.
It is the first book based on interviews with the scientist, pilots, and engineers -- 74 in total -- who for the first time reveal
what really went on in the Nevada desert, from testing nuclear reactions to building super-secret supersonic jets
to pursuing the war on terror..

Fox News, le 18 mai 2011: http://www.foxnews.com/scitech/2011/05/17/exclusive-inside-area-51-secret-birthplace-u2-spy-plane/ (http://www.foxnews.com/scitech/2011/05/17/exclusive-inside-area-51-secret-birthplace-u2-spy-plane/)
Titre: Re : Zone 51
Posté par: gemk le 19 mai 2011 à 23:24:53
Le national geographic devait faire un reportage sur l'area 51, d'après ce lien (http://channel.nationalgeographic.com/episode/area-51-declassified-4968#tab-Overview) ça sera diffusé à partir du 22 mai, faut pas s'attendre à des révélations, ils auront vite fait de montrer que ce qu'ils veulent, et/ou auront déménagé les éléments intéressant
Titre: Re : Zone 51
Posté par: salva52 le 21 mai 2011 à 13:41:02
Un documentaire de la National Geographic va bientôt être diffusé, il s'intitulera "Area 51 Declassified" :
Source : http://www.tvqc.com/2011/01/national-geographic-prepare-area-51-declassified/ (http://www.tvqc.com/2011/01/national-geographic-prepare-area-51-declassified/)

Première diffusion de "When Aliens Attack" and "Area 51 Declassified" le 22/05 sur National Geographic Channel.


Modération: Inutile de citer l'intégralité d'un post aussi long pour ce simple complément.
                 La citation a donc été raccourcie.
Titre: Re : Zone 51
Posté par: djshotam le 04 juin 2011 à 14:40:36
un article en anglais sur les tests d'avion et crash en zone 51:

http://www.dailymail.co.uk/news/article-1389591/A-sneak-peek-inside-Area-51-Declassified-documents-offer-rare-glimpse-secretive-site-Earth.html (http://www.dailymail.co.uk/news/article-1389591/A-sneak-peek-inside-Area-51-Declassified-documents-offer-rare-glimpse-secretive-site-Earth.html)
Titre: Re : Zone 51
Posté par: Nemo492 le 04 juin 2011 à 14:55:00
Le national geographic devait faire un reportage sur l'area 51...

Il est ici :
http://icietmaintenant.fr/SMF/index.php/topic,12428.15.html (http://icietmaintenant.fr/SMF/index.php/topic,12428.15.html)
Titre: Re : Zone 51
Posté par: zetareticuli le 04 juin 2011 à 22:07:12
un article en anglais sur les tests d'avion et crash en zone 51:

http://www.dailymail.co.uk/news/article-1389591/A-sneak-peek-inside-Area-51-Declassified-documents-offer-rare-glimpse-secretive-site-Earth.html (http://www.dailymail.co.uk/news/article-1389591/A-sneak-peek-inside-Area-51-Declassified-documents-offer-rare-glimpse-secretive-site-Earth.html)

Intéressant, il existe traduit en Français:  http://www.gurumed.org/2011/05/22/mystre-de-la-zone-51-le-problme-de-lobjet-volant-difficile-a-identifi-dclassifi/ (http://www.gurumed.org/2011/05/22/mystre-de-la-zone-51-le-problme-de-lobjet-volant-difficile-a-identifi-dclassifi/)
Titre: Re : Zone 51
Posté par: Paperclip le 05 juin 2011 à 17:52:24
Les histoires de la zone 51 sont très intéressantes. Les personnels sont des patriotes, leur vie passées au crible même celles de leur proches. Cest intéressant de voir comment est managé le secret. Les ingénieurs vivent par petits groupes, passent la semaine ensemble, leur congés ensembles. On voit que tout est compartimentés, qu'il y a des zones inaccessibles même pour eux, ils ne peuvent, même pas poser de questions sinon ennuis assurés. L'état ne se moque pas d'eux, payés 1000 dollars le mois à l'époque soit 7000 dollars d'aujourd'hui, nourris logés et blanchi, avec une certaine sécurité de l'emploi et l'assurance de jouer avec des joujous à la Buck Rogers, ils en acceptent la contrepartie, les débriefing à coup de penthotal, la surveillance...
Les ingénieurs qui travaillent au contact de la réalité ovnis doivent être logés à la même enseigne et avoir d'énormes avantages et même si la contrepartie est la mort en cas de divulgation, le jeu en vaut peut-être la chandelle. Ca serait un peu comme la mafia. La "famille" prend soin de vous mais attend une fidélité aveugle, pas d'écarts possibles. Ce qui m'a toujours fait paraitre les déclaration d'un bob lazar ou david adair comme très suspectes. S'ils étaient mort peu après alors oui peut-etre... (humour noir). Sans compter l'absence de preuves ne serait ce que la reconstitution de leur travaux par eux mêmes. Au lieu de cela Lazar fait des courses de Drags. Un technicien radio ne pourrait pas flouer un autre technicien radio, ils parleraient la même "langue" or les pseudo physiciens échappés de S4 n'arrivent pas à convaincre d'autres collègues physiciens qu'ils connaissent la physique appliquée.
Titre: Re : Zone 51
Posté par: kithia le 06 juin 2011 à 01:56:30
Citer
Ca serait un peu comme la mafia. La "famille" prend soin de vous mais attend une fidélité aveugle, pas d'écarts possibles. Ce qui m'a toujours fait paraitre les déclaration d'un bob lazar ou david adair comme très suspectes. S'ils étaient mort peu après alors oui peut-etre... (humour noir). Sans compter l'absence de preuves ne serait ce que la reconstitution de leur travaux par eux mêmes

Que le témoignage de bob lazard laisse à désirer ne fait aucun doute ... D'ailleurs, il me fait penser à l'idiot utile ... Je pense que bob lazard est mythomane mais que l'on s'est bien servi de lui.

Quant au témoignage de david adair, là je serais beaucoup plus prudent ... Un réacteur symbiotique qui réagit aux pensées me semble tout à fait crédible même si cela semble de la science fiction d'ailleurs il suffit d'y poser ses mains pour qu'il réagisse (dixit le témoignage de david adair  O0).
Titre: Re : Re : Zone 51
Posté par: tailstrike le 06 juin 2011 à 11:10:43


Citer
Que le témoignage de bob lazard laisse à désirer ne fait aucun doute ... D'ailleurs, il me fait penser à l'idiot utile ... Je pense que bob lazard est mythomane mais que l'on s'est bien servi de lui.

Je ne serais pas aussi affirmatif. Il ne faut tout de même pas oublier, par exemple, deux choses:
1) Que son passage au labo de Los Alamos a été effacé et qu'il a pu prouver qu'il y a travaillé comme par hasard.
2) Que tu devrais savoir que la meilleur protection contre "le suicide" est de parler, ce qu'il a fait. Et qu'il est bien libre de faire ce qu'il veut comme des courses de dragster etc. Surtout que aux USA, les gens ne fonctionnent pas comme nous...

Voilà, juste que les affirmations sont parfois dangereuses...
Titre: Re : Re : Re : Zone 51
Posté par: Paperclip le 06 juin 2011 à 14:12:04
2) Que tu devrais savoir que la meilleur protection contre "le suicide" est de parler, ce qu'il a fait. Et qu'il est bien libre de faire ce qu'il veut comme des courses de dragster etc. Surtout que aux USA, les gens ne fonctionnent pas comme nous...
Bien sûr, mais parler entièrement pas à demi-mot. Il faut avoir des "biscuits" solides, démontrer tout ce qui doit être démontrer et rapidement pour se protéger, pour ne rien laisser au doutes et mettre le tout sur la place publique. Lazar n'a jamais fait en sorte de clarifier ses compétences. Mettez le devant un tableau noir face à ses pairs et discutons. Parler ne suffit pas pour sauver sa peau en témoigne le destin de Phil Schneider qui est à l'origine des "bases de Dulce". Il s'est répandu en déclarations fracassantes et rapidement on l'a retrouvé "suicidé". Il n'a pas eu le temps de convaincre.
Bien sûr qu'il est libre de faire du dragster ou acheter des parts dans un lupanar mais je pense qu'on ne fait pas de révélation en diléttante sur un tel sujet lorsqu'on craint pour sa vie. On met toutes ces forces dans la bataille. Je ne pense pas que cela soit dangereux de dire cela. Mais les "données" sont insuffisantes et ce n'est pas aux autres de faire le boulot mais bien à Lazar ou Adair de convaincre car se sont eux qui se sont mis en avant et demandes à être écoutés. Je pense que Lazar n'a jamais craint pour sa vie une seule seconde.
Titre: Re : Zone 51
Posté par: tailstrike le 06 juin 2011 à 15:42:12
Tu es dure là... mais il a tout de même pu prouver qu'il a bossé au labo de Los-Alamos ce qui n'est pas rien...
Titre: Re : Zone 51
Posté par: kithia le 06 juin 2011 à 17:33:00
Bob lazard a effectivement bosser pour le compte de l'armée U.S sur des projets classés et il a pu rencontrer du monde et discuter ... Son côté mythomane à fait le reste.
Je pense qu'il a été inquiété mais il a tellement raconté de salades qu'il n'était tout simplement plus crédible.
Titre: Re : Zone 51
Posté par: Nemo492 le 06 juin 2011 à 18:45:08
L'enquêteur George Knapp, qui a contribué à le populariser dans son interview
diffusée en novembre 1989, n'a pas pris ses distances avec Bob Lazar.
Il serait pourtant le mieux placé pour dévaluer sa crédibilité..
Titre: Re : Re : Zone 51
Posté par: tailstrike le 07 juin 2011 à 07:42:26
Bob lazard a effectivement bosser pour le compte de l'armée U.S sur des projets classés et il a pu rencontrer du monde et discuter ... Son côté mythomane à fait le reste.
Je pense qu'il a été inquiété mais il a tellement raconté de salades qu'il n'était tout simplement plus crédible.

Mais quelles salades.. Moi j'y ai vu pas mal de recoupements avec d'autres personnes interrogées..
Titre: Re : Zone 51
Posté par: Paperclip le 07 juin 2011 à 11:30:25
Bonjour; Attendez moi j' ai juste donné mon point de vue personnel sur lazar et adair et il peut y avoir un autre point de vue sur eux bien sûr, voir la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine. Et la question n'a jamais été tranchée c'est bien là le pb. Lazar est le poulain de G.Knapp je ne suis pas étonné que celui-ci le défende bec et ongle. Lazar est un homme intelligent, tout ceux qui l'on contoyé le confirment et des hommes intelligents qui arrivent à vendre du sable à des bédouins ça courre les rues.
Je ne vais pas refaire le procès de Lazar ici, il y a suffisament de source sur le web pour se faire une idée mais en résumé:

-Mark Rhodegier, du cufos, à découvert un ancien annuaire de L.Alamos dans lequel figurait le nom de Robert Lazar. Après enquete sur le terrain personne ne se souvient de lui en tant que physicien. Un témoin qui a fréquenté Lazar à los alamos l'a toujours considéré comme un technicien pas comme un physicien. Un portrait de beau parleur, qui empruntait de l'argent à droite et à gauche mais très sympa. Selon ce témoin lazar c'est fait viré du labo pour avoir utilisé le matériel pour bricoler ses voitures.
Il a ensuite travaillé dans des boites sous-traitantes de los alamos mais dans quel domaine? La physique ou la maintenance des chaudières? sa reste à démontrer.
Il faut voir Los alamos comme une immense hopital, c'est pas parce que vous croisez un type dans le couloir qu'il est forcément médecin. Il peut-être technicien de maintenance, électricien etc...
Los Alamos est une petite ville et le Laboratoire de Los alamos une usine à gaz qui est un gros employeur de la région avec les sous-traitants. Lazar y est entré,surement après enquête mais qu'y faisait il vraiment?

-Lazar a affirmé avoir été au cal tech et passé une maitrise au MIT l'équivalent de polytechnique chez nous. Il a donné les années approximative où il y a séjourné. On a rien retrouvé. On a meme pas retrouvé son portrait dans les trombinoscopes de ces années là, meme dans ceux des anciens éleves.
-Il ne se souvient pas de ces professeurs (ce qui est invraissemble à ce niveau d'étude, on est pas au lycée). Il a donné un nom de professeurs malheureusement c'est celui d'une ancienne école qu'il a fréquenté pour passer ses diplomes d'électricien.

- Ces notes scolaires au lycee montre qu'il était presque dernier, élève médiocre hors pour entrer à cal tech ou mit il faut se placer dans les 10 meilleurs de sa classe.
Lazar et son porte parole se sont opposés à toute explications et ont même menacés certains chercheurs qui insistaient trop lourdement.

- Lazar est incapable de décrire les installations qu'il a vu sur la zone 51 en descendant de l'avion, décrire les formalités, tout ces petits détails qui rendent une expérience réellement vécue.
- SFriedman ne le croit pas du tout, meme si celui ci n'est pas le nombril du monde son avis compte autant que G.Knapp.

"Sa description recoupe celles d'autres témoins"...Lazar est un copain de Johnn Lear. Par son entremise il a entendu des scénario extraordinaires sur l'aire 51. C'est un petit milieu où chacun rajoute un élément au scénario.

J'aimerais bien que lazar dise vrai. Je suis partisan de l'HET, je veux connaitre la vérité un jour meme si celle-ci ne me plait pas. Mais on a pas envie de se faire abuser non plus. Et pour beaucoup Lazar est un homme intelligent qui a fait beaucoup de chose, qui a cotoyé des sous traitant de l'armée mais à des fonctions surement triviales, qui a des amis friqués (Lear, Bigelow) et tout cela lui est monté à la tête jusqu'à en être piégé.

Moi j'ai fais du bateau. Si je croise un type qui me dit qu'il a fait le tour du monde en voilier, je verrais bien, en le mettant sur un bateau, si c'est le cas. Pas seulement en observant sa manière de naviguer mais par d'autres détails qui montre que ce type maitrise son sujet et qu'il a les habitudes de celui qui navigue en autonomie. Pour Lazar c'est pareil il suffit pas de dire qu'on est physicien a los alamos pour en être vraiment un. Et actuellement c'est le point de vue de "la communauté ufologique".
Titre: Re : Zone 51
Posté par: Nemo492 le 07 juin 2011 à 23:22:04
Anthony Bragalia aurait découvert la source de A. Jacobsen

Le chercheur indépendant Anthony Bragalia pense avoir identifié l'unique informateur sur lequel la journaliste Annie Jacobsen se serait appuyée pour publier sa version largement controversée sur l'histoire de la Zone 51.

Il s'agirait de Alfred O’Donnell, âgé aujourd'hui de 89 ans. "O’Donnell correspond tout à fait au profil. Il se trouvait, au début des années 50, sur le site des Tests du Nevada où l'on procédait régulièrement aux expérimentations sur les bombes atomiques."

"J'ai identifié la source anonyme de Annie Jacobsen. J'ai longuement réfléchi, à me demander si je devais finalement l'exposer. J'ai récemment été en contact avec lui, après avoir rencontré beaucoup de difficultés. Au fond, je pense que ce personnage avait fini par accepter une histoire fantaisiste que les autorités avaient choisi de propager."

"Mais on doit se demander pour quelles raisons il avait fini par accepter cette version.

(http://www.ovnis-usa.com/images/alfred-O-Donnell.jpg)

O'Donnell a bien fait partie du noyau d'ingénieurs et de responsables de la compagnie EG&G - qui fut l'un des principaux contractants en charge de la défense nationale. Fondée à Edgerton, Germeshausen & Grier (EG&G) fut ensuite acquise en 2002 par URS Corporation. URS emploie plus de 50.000 personnes. Elle assure aujourd'hui un rôle majeur dans la conception et la réalisation de bâtiments secrets dans plusieurs états des Etats-Unis. Elle travaille pour l'armée américaine, et aussi la Communauté du Renseignement (notamment la NSA), pour la construction et la gestion de certains de ses sites les plus sensibles.

O'Donnell avait intégré EG&G en 1947 alors que la société n'employait alors qu'une quinzaine de personnes. Il avait accepté les conditions imposées par les fondateurs de la compagnie, et obtenu une accréditation Top Secret afin de pouvoir travailler sur notre arsenal nucléaire.

Il avait contribué à développer des protocoles de recherche sur des charges explosives, et avait perfectionné les systèmes de mise à feu des bombes nucléaires. O'Donnell, un homme brillant originaire de Boston, a aidé pendant plusieurs années la compagnie EG&G à perfectionner les moyens de défense de ce pays. Il a permis à EG&G d'acquérir un savoir-faire dans la mesure des énergies émises lors des tests atomiques dans le désert du Nevada pour le compte du Département de la Défense." - Source (http://bragalia.blogspot.com/2011/05/area-51-book-exposed-source-for-roswell.html)

Le chercheur Anthony Bragalia laisse-t-il entendre que Alfred O'Donnell, employé modèle, aurait été prêt à adopter n'importe quelle version que ses supérieurs lui auraient suggérée à l'époque ? Le plus gênant est qu'il soit aujourd'hui - bien des années plus tard - la source unique de la nouvelle thèse popularisée par Annie Jacobsen sur la Zone 51, qui permet d'évacuer toutes références aux Ovnis.

Article publié sur Ovnis-USA (http://ovnis-usa.com/) le 8 juin 2011 à 12h
Titre: Re : Zone 51
Posté par: Michel-Vallée le 08 juin 2011 à 00:05:31

Plus d'infos sur Alfred O’Donnell:

ALFRED O'DONNELL - The First 100 Persons Who Shaped Southern Nevada (http://www.1st100.com/part2/odonnell.html)
Titre: Re : Zone 51
Posté par: Paperclip le 08 juin 2011 à 00:30:26
Bragalia laisse entendre qu'il va y avoir des développements futurs et qu'il les communiquera.
Titre: Re : Zone 51
Posté par: Michel-Vallée le 08 juin 2011 à 02:27:05
Area 51 Personnel Feel 'Betrayed' By Annie Jacobsen's Soviet-Nazi UFO Connection

A bestselling book on Area 51 is so controversial that it has shocked even its sources with an outrageous claim that the infamous Roswell, N.M., UFO crash of 1947 was really caused by Soviet leader Joseph Stalin and one of the most notorious Nazi criminals.

A group of retired test pilots, engineers and military personnel from the fabled Nevada military installation, who played a crucial role
in investigative journalist Annie Jacobsen's new book "Area 51: An Uncensored History of America's Top Secret Military Base"
(Little, Brown and Co.), are reportedly unhappy about the writer's shocking conclusion.

"It caught us completely by surprise -- we were blindsided," said T.D. Barnes, a former electronics, radar and communications expert
who first came to work at Area 51 in 1968.

La suite sur AOL : http://weirdnews.aol.com/2011/06/07/area-51-ufos-aliens-annie-jacobsen-nazi-soviet_n_869706.html#s285846&title=Area_51_Warning (http://weirdnews.aol.com/2011/06/07/area-51-ufos-aliens-annie-jacobsen-nazi-soviet_n_869706.html#s285846&title=Area_51_Warning)
Titre: Re : Zone 51
Posté par: Augur le 07 août 2011 à 16:41:41
Salut à tous,

Je ne sais pas si ça a été posté déjà, mais  voici deux émissions que je vous invite à regarder sur National Géographique Channel, pour ceux du moins qui possèdent cette chaine. Peut-être les aviez-vous déjà vu, car se ne sont pas les premières diffusions :
-   Première émission : La zone 51 / 20h40.
DESCRIPTION DU PROGRAMME d’après NGC:
National Géographique pénètre dans un des endroits les plus secrets de la Terre : La zone 51…
-   Deuxième émission : Alien Invasion  / 21h30.
DESCRIPTION DU PROGRAMME d’après NGC:
Dans le film de science-fiction " La Guerre des mondes ", les hommes se battent pour survivre contre les envahisseurs de l'espace. Et si une armée d'extraterrestres lance une attaque mortelle sur Terre ? Dans ce documentaire, des experts américains se réunissent pour étudier les conséquences d'un contact extraterrestre avec l'humanité. Apprenez aussi comment les astrophysiciens, les concepteurs d'armes, les militaires, les biologistes et les anthropologues se préparent pour une véritable invasion extraterrestre.

Voici la grille des programmes:
http://natgeotv.com/fr/grille/hebdo/ngc/140811/3 (http://natgeotv.com/fr/grille/hebdo/ngc/140811/3)

Titre: Re : Zone 51
Posté par: olive_92 le 23 mars 2012 à 15:28:42
Ouverture le 26 mars 2012 au sein du Musée des Essais Atomiques américains d'une exposition sur la Zone 51 "Mythe ou réalité"

National Atomic Testing Museum (http://www.nationalatomictestingmuseum.org/default.aspx)

D'après le directeur, Allan Palmer
Citer
"La CIA a déclassifié la plupart des dossiers sur la zone 51 à partir de les fin des années 60 et début des années 70. C'est dans le public maintenant», a déclaré chef de la direction du musée et le directeur exécutif Allan Palmer.

"Maintenant, nous en savons beaucoup plus sur elle et pouvons présenter quelques-unes des histoires vraiment vraies qui ont eu lieu là-bas. Et nous nous sentons un peu dans obligation de raconter la grande histoire à propos de la perception du public sur la zone 51, qui parle d'extraterrestres, des ovnis et des voyages dans le temps, et ce genre de choses », dit Palmer à The Huffington Post.
Le Musée National des Essais atomiques - le plus récent des musées nationaux - a décidé de combiner les histoires vraies de ceux qui ont effectivement travaillé à la Zone 51 avec les rapports spéculatifs d'un élément extraterrestre.

En raison de son rôle clé en mettant le centre secret sur ​​la carte, les organisateurs ont demandé à George Knapp de s'impliquer dans le projet. À cette fin, une section spéciale sur George Knapp a été incluse dans l'exposition, où les visiteurs pourront voir des documents et des artefacts qu'il a recueillies au fil des ans: films, vidéos, photos et quelque chose de très spécial va être dévoilé pour l'ouverture d'exposition.

En 1986, un objet non identifié traversa le ciel au-dessus Dalnegorsk, en URSS, et s'est écrasé sur la montagne de Izvestkovaya, aussi appelé Hauteur 611.

Grâce à de nombreux contacts et un beaucoup d'efforts, Knapp a obtenu quelques-uns des matériaux étranges effectivement réunis sur la scène de l'accident.

"Je vais vous donner un indice», at-il dit. «Nous avons souvent entendu l'argument des opposants qu'il n'y a rien à étudier, aucune preuve. Cette fameuse affaire qui s'est passé en Russie où les scientifiques se sont rendus sur les lieux d'un incident très dramatique et des échantillons ont été prélevés, et ils m'ont donné certains d'entre eux!"

Certains ont fait référence à cet accident comme le Roswell russe, se référant au fameux crash de 1947 d'un engin extraterrestre alléguée au Nouveau-Mexique et la dissimulation qui a suivi des faits entourant le cas.

Le public aura la chance de voir ce que Knapp ramené de Russie et pourra décider pour lui même si c'est terrien ou extérieur à ce monde.

Source (http://www.huffingtonpost.com/2012/03/20/area-51-exhibit-national-atomic-testing-museum_n_1366145.html?ref=weird-news#s285846&title=Area_51_Warning)

Area 51 2012 Website Promo
admn : la vidéo n'est plus disponible
Titre: Re : Zone 51
Posté par: DecemberTen le 23 mars 2012 à 17:21:01
Edit: lien supprimé, déjà placé en source plus haut par Olive...

AMHA encore un bon coup de debunkerisation.
"On va vous montrer qu'en fait il n'y avait rien..."
Comme si quelque chose de concret et réellement intéressant allait être révélé dans un musée.
Une mise en scène à la sauce américaine, avec "mise en situation" de "nouvelles recrues" etc... bref Disneyland 51 pour les gosses.
J'y mettrais ma main au feu.
Titre: Re : Re : Zone 51
Posté par: olive_92 le 23 mars 2012 à 17:41:27
Edit: lien supprimé, déjà placé en source plus haut par Olive...

AMHA encore un bon coup de debunkerisation.
"On va vous montrer qu'en fait il n'y avait rien..."
Comme si quelque chose de concret et réellement intéressant allait être révélé dans un musée.
Une mise en scène à la sauce américaine, avec "mise en situation" de "nouvelles recrues" etc... bref Disneyland 51 pour les gosses.
J'y mettrais ma main au feu.

Je suis d'accord avec toi DT sur l'aspect "sensationnel" de l'exposition faite pour attirer les touristes de Vegas, mais je constate :
1/ Que cette exposition prend place dans le cadre d'un musée tout ce qu'il y a de plus sérieux (Musée National des Essais atomiques),
2/ Qu'à ma connaissance, c'est la 1ère fois aux US qu'il y a une exposition officielle sur la zone 51,
3/ Attendons de voir ces "fameux" élément nouveaux que George Knapp va révéler sur le crash russe, non ?
Titre: Re : Zone 51
Posté par: zetareticuli le 16 août 2013 à 23:10:40
Des documents fédéraux nouvellement déclassifiés ont été publiées à la National Security Archive de l'Université George Washington.
Faisant mention de la superficie de la Zone 51 comme un site de test pour les programmes de reconnaissance aérienne.
En dépit de nombreuses mentions de la zone 51 et Groom Lake (une carte de la zone est même inclus), il n'y a pas murmure de l'activité extraterrestre dans les documents. Source (http://washington.cbslocal.com/2013/08/15/area-51-info-released-to-george-washington-universitys-national-security-archive/)

(http://www2.gwu.edu/~nsarchiv/NSAEBB/NSAEBB434/images/Area-51-map.jpg)

A voir ici: http://www2.gwu.edu/~nsarchiv/NSAEBB/NSAEBB434/#_edn1 (http://www2.gwu.edu/~nsarchiv/NSAEBB/NSAEBB434/#_edn1)
Titre: Re : Re : Zone 51
Posté par: Nemo492 le 16 août 2013 à 23:20:49
En dépit de nombreuses mentions de la zone 51 et Groom Lake (une carte de la zone est même inclus), il n'y a pas murmure de l'activité extraterrestre dans les documents. Source (http://washington.cbslocal.com/2013/08/15/area-51-info-released-to-george-washington-universitys-national-security-archive/)

Tu t'attendais à une reconnaissance officielle ? Avec le descriptif complet de leurs activités secrètes ?
Ce territoire privé est aussi vaste que la Suisse ! Mais c'était déjà bien qu'il en reconnaissent enfin l'existence...
Titre: Re : Zone 51
Posté par: zetareticuli le 16 août 2013 à 23:39:42
Moi? Non... C'est la traduction de l'article :)

Ils reconnaissent les programmes secrets, comme le U-2.

CIA finally admits that "AREA 51" actually DID exist! But no mention of UFO's!
CIA finally admits that "AREA 51" actually DID exist! But no mention of UFO's! (http://www.youtube.com/watch?v=wTepXxef35Q#)

-----
World News CIA declassifies Area 51, no mention of UFOs
Area 51 Is Real, Says CIA
admn : les vidéos ne sont plus disponibles
Titre: Re : Zone 51
Posté par: Nemo492 le 17 août 2013 à 01:21:19
Pas encore eu le temps de regarder tes videos, mais ce serait bien de les sauvegarder
par exemple avec une extension de Firefox, comme downloader-helper Au format .flv
et de les héberger ailleurs et autrement. Tu as bien un espace de stockage perso ?
sinon d'ici quelques semaines ta contribution ici sera morte.

PS : les liens YouTube ne tiennent pas la distance.
Titre: Re : Zone 51
Posté par: zetareticuli le 17 août 2013 à 02:02:57
Pour l'instant, c'est juste des vidéos de l'annonce de la déclassification par les chaines de Tv US, rien d'important.
C'est même pris à la rigolade pour la partie UFO...

Quand des articles ou vidéos avec plus d'infos sortirons, je verrai.

Une autre:

It's real! US confirms Area 51's existence
It's real! US confirms Area 51's existence (http://www.youtube.com/watch?v=KhcYzDdi0Bk#)
Titre: Re : Zone 51
Posté par: dificultnspa le 17 août 2013 à 08:19:46

lefigaro.fr/flash-actu (http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/08/17/97001-20130817FILWWW00192-la-cia-leve-le-voile-sur-la-zone-51.php)

La CIA lève le voile sur la "zone 51"


Les autorités américaines ont reconnu pour la première fois l'existence d'une base aérienne dans le Nevada connue sous le nom de "zone 51", où, en raison du mystère qui l'a lontemps entourée, certains affirmaient que les débris d'une soucoupe volante tombée près de Roswell avait été transférés.


Les chasseurs d'ovnis et autres partisans des théories conspirationnistes en seront toutefois pour leurs frais: les documents récemment déclassifiés par la CIA ne mentionnent aucune recherche sur des petits hommes verts ou des vaisseaux extraterrestres.  Après des décennies de mystère autour de ce site perdu dans le désert du Nevada, à plus de 100 km de Las Vegas, les services secrets américains ont accepté à la demande de chercheurs de l'université George-Washington de lever une partie du voile sur leur programme U-2, un avion espion développé dans les années 1950 en pleine Guerre froide.


Dans un document de 400 pages, la CIA raconte notamment comment Richard Bissell, qui supervisait alors le développement des U-2 fabriqués par Lockheed, a pour la première fois repéré ce site lors d'une mission de reconnaissance aérienne au-dessus du Nevada en avril 1955.  Avec un représentant de l'armée de l'air et deux autres personnes, ils se sont posés près d'une vieille piste à l'abandon à la lisière d'un lac salé connu sous le nom de Groom Lake, non loin du site d'essais nucléaires du Nevada.


Les quatre hommes sont tombés d'accord pour considérer que Groom Lake constituerait "le site idéal pour effectuer des vols d'essai des U-2 et former les pilotes". Richard Bissell a alors demandé à la Commission de l'Energie atomique (AEC) d'acquérir le terrain.


"Le président de l'AEC, l'amiral Lewis Strauss, a facilement accepté et le président Eisenhower a également approuvé l'ajout de ce terrain désertique, connu sous son appellation cartographique de zone 51, au site d'essai du Nevada", est-il écrit dans ce document.  Afin de rendre ce site moins austère pour les employés, les responsables du programme U-2 ont décidé de le baptiser "Paradise Ranch", ultérieurement raccourci en "Ranch".
Titre: Re : Zone 51
Posté par: tailstrike le 17 août 2013 à 18:02:53
Et pour les fins connaisseurs pas d'allusions à "S4" non plus bien évidemment ! Mais à quoi s'attendre d'autre me direz-vous ?
Titre: Re : Zone 51
Posté par: Thib7 le 17 août 2013 à 19:20:26
Rien de bien croustillant dans cette annonce, mais pourquoi ne la faire que maintenant si il n'y avait "que" ça a révélé ?
Titre: Re : Zone 51
Posté par: zetareticuli le 19 août 2013 à 23:08:24
Et au vu des médias, c'est réglé, il y a plus rien à en dire, les conspirationnistes avaient tort sur toute la ligne...
Titre: Re : Zone 51
Posté par: Havalina le 20 août 2013 à 14:41:14
Oui c'est tout a fait ça ! hop, la messe est dîtes, c'est réglé, circulez y a plus rien a voir. C'était un peu le ton sur bfm business dans les infos !

Pourtant c'est pas parce qu'il y a sur cette base 51, des essais de prototypes d'avions bien humains, que ça empêche qu'il y ait ou qu'il y ait eu des activités en lien avec de la technologie extra terrestre, n'importe quoi !

Titre: Re : Zone 51
Posté par: zetareticuli le 12 juillet 2019 à 22:54:38
Plus de 430.000 personnes veulent forcer l'entrée de la “zone 51" pour prouver l’existence d’extraterrestres

La “Zone 51" est l’un des lieux les mieux gardés et les plus secrets au monde. Sur un événement Facebook, ce vendredi après-midi, plus de 430.000 personnes voulaient forcer l’entrée pour prouver que les aliens existent, comme l’a relevé LiveScience.

La “Zone 51" attisent les fantasmes les plus dingues. Lieu très secret, cet endroit se trouve à environ 160 km de Las Vegas, dans le Nevada, aux États-Unis. Il s’agit d’une base militaire où sont effectués des essais d’armes et d’avions. La zone qui couvre près d’1,2 millions d’hectares a été conçue dans les années 1950 et a servi à des essais nucléaires. Les panneaux d’interdiction de passage (voir ci-dessus) mentionnent même que “l’utilisation d’une force mortelle est autorisée”.

Pour certains fans du paranormal, ce lieu cache bien des secrets qui seraient prêts à être découverts. Selon eux, ce vaste terrain permettrait à l’armée américaine de rencontrer les extraterrestres. Pour prouver les théories les plus folles, les organisateurs de l’événement, qui doit se dérouler le 20 septembre prochain, veulent surgir en groupe sur le site.

Pas moins de 430.000 personnes ont indiqué vouloir participer à cette action. En quelques jours, l’événement a pris une ampleur mondiale et des milliers de participants ont rejoint la page en quelques heures. Source (https://www.7sur7.be/insolite/plus-de-430-000-personnes-veulent-forcer-l-entree-de-la-zone-51-pour-prouver-l-existence-d-extraterrestres~a9fab8cd/)

https://www.facebook.com/events/area-51/storm-area-51-they-cant-stop-all-of-us/448435052621047/