Radio Ici & Maintenant! => Santé & Spiritualité => Discussion démarrée par: Natacha le 17 mars 2009 à 22:48:19

Titre: "Et l'Univers disparaîtra" ou comment rompre les réincarnations
Posté par: Natacha le 17 mars 2009 à 22:48:19
En plein dans la lecture de ce livre, je suis une fois de plus à nouveau toute chamboulée dans mes convictions...  dans un sens évidemment positif (du moins au point où je suis présentement arrivée dans ma lecture).
On nous y propose le moyen de comprendre comment agir pour ne plus devoir revenir sur Terre, comment rompre une bonne fois avec le système des réincarnations et comment se défaire de l'illusion de ce monde illusoire que nous... rêvons. 
Rien que ça !... Quelle bonne idée !  J'accepte illico. :)

Je déguste chaque page avec ravissement (je n'exagère presque pas...  ;) ), en espérant ne pas être déçue à la suivante...  Pour l'instant je dois dire que j'y découvre un enseignement extraordinaire, merveilleux, profond, plein de sagesse, avec des notions parfois pas faciles à intégrer mais de nombreuses explications sont apportées pour nous permettre de parvenir à une bonne compréhension.
Au fil de cette lecture, il faut, comme je le disais, remettre parfois/souvent en question ce que nous pouvions considérer auparavant comme des certitudes...  Et notre prunier est parfois bien secoué...  ;)

Décidément, rien n'est définitif ici-bas, tout bouge, tout évolue.
On ne sait pas trop vers où, mais on avance.

PS : Bien que les personnages Arten et Pursah précisent, pour répondre à la demande de l'auteur, qu'ils furent autrefois des disciples de Jésus, ce livre ne fait absolument pas l'apologie d'une quelconque religion, bien au contraire, les religions ne reçoivent guère de compliments...

Un extrait du début (ci-dessous).
Un aperçu, en une vingtaine de pages pdf proposé par l'éditeur,  ici :  http://www.ariane.qc.ca/upload/livres/113pdf1.pdf


Citer
" ET  L'UNIVERS DISPARAITRA "  Gary Renard  (Ed. Ariane)

EXTRAIT du début :

Comment réagiriez-vous si deux étranges individus vous apparaissaient soudain, surgis de nulle part, alors que vous êtes assis tranquillement dans votre salon, et qu’ils vous disaient être deux « maîtres ascensionnés » venus vous révéler des secrets bouleversants sur l’existence, la nature des illusions et vous enseigner sur le pouvoir transcendant du véritable pardon ? Quand cela est arrivé à Gary Renard en 1992, il a choisi d’écouter ces deux instructeurs. Il en est résulté ce livre étonnant : l’extraordinaire transcription de dix-sept conversations qui se sont étalées sur presque une décennie, réorientant la vie de l’auteur et initiant maintenant le public à un enseignement spirituel fondamental.

Alors que je vivais dans une région rurale du Maine, je fus témoin d’une série d’apparitions, en chair et en os, par deux maîtres ascensionnés, nommés Pursah et Arten, qui m’ont révélé qu’ils avaient été, dans une vie antérieure, saint Thomas et saint Thaddée. (Malgré la croyance populaire, leur existence en tant qu’apôtres ne fut pas la dernière.)
Ces visiteurs ne sont pas venus me voir pour me répéter des platitudes spirituelles déjà connues de bien des gens. Ils m’ont plutôt révélé les secrets de l’univers — rien de moins ! — m’ont exposé le véritable but de la vie, m’ont parlé en détail de L’Évangile de Thomas et clarifié franchement les principes énoncés dans un document spirituel étonnant qui se répand en ce moment dans le monde afin de hâter l’avènement d’un nouveau mode de pensée qui prévaudra dans le nouveau millénaire.

Il n’est pas nécessaire de croire à la réalité de ces apparitions pour bénéficier de l’information contenue dans cet ouvrage. Je peux cependant témoigner qu’il est fort improbable que ce livre ait été écrit par un profane tel que moi sans l’inspiration de ces maîtres. De toute façon, le lecteur est libre de penser ce qu’il veut quant à l’origine des propos que renferment ces pages.

Je crois personnellement que la lecture de Et l’univers disparaîtra peut faire gagner du temps à toute personne ouverte à une voie spirituelle. Après avoir lu ce message, il vous sera sans doute impossible, tout comme ce le fut pour moi, de voir votre vie ou de penser à l’univers de la même façon qu’avant.

Les événements relatés dans ce livre se sont produits entre décembre 1992 et décembre 2001. Ils y sont présentés sous la forme d’une conversation à trois : Gary (moi), et Arten et Pursah, les deux maîtres ascensionnés qui me sont apparus. Ma narration n’est identifiée que lorsqu’elle interrompt le dialogue et elle est alors précédée du mot « Note ». Les mots en italique indiquent une insistance de la part des locuteurs. Veuillez noter que je n’ai apporté aucun changement substantiel à ces conversations, bien qu’il me fût très difficile, en révisant ce texte, de tolérer certains propos critiques et immatures que j’ai tenus au cours de la période couverte par ce livre. Avec le recul, je me suis aperçu que je n’avais réellement pratiqué le pardon que dans les derniers chapitres.

Bien que certaines déclarations faites par ces maîtres au cours de ces conversations puissent sembler très dures ou très critiques par l’impersonnalité de la page imprimée, je peux attester que leur attitude en était toujours une de gentillesse, d’humour, d’humilité et d’amour. On pourrait la comparer à celle d’un bon parent qui sait qu’il faut parfois corriger avec fermeté un enfant, mais dont l’intention est naturellement bienveillante. Donc, quand la conversation semble s’échauffer, il faut se rappeler que, pour mon propre bénéfice, Arten et Pursah me parlent délibérément d’une manière que je peux saisir, afin de m’amener graduellement au but de leur enseignement. Pursah m’a affirmé que leur style était conçu pour éveiller mon attention. Cela veut sans doute tout dire.

Je me suis efforcé de bien faire ce livre, mais je ne suis pas parfait et il ne l’est donc pas plus que moi. Si toutefois il contient des erreurs factuelles, que le lecteur soit assuré qu’elles ne sont dues qu’à moi et non à mes visiteurs. De plus, je dois préciser tout de suite que j’ai rallongé certaines conversations à l’aide de dialogues dont je me suis ressouvenu après coup. Je l’ai fait avec l’approbation d’Arten et de Pursah, dont certaines des instructions qu’ils m’ont données sont incluses dans ces conversations. Ce livre doit donc être considéré comme un projet personnel qui fut à la fois amorcé et guidé constamment par eux, même lorsqu’il ne constitue pas une transcription littérale de nos rencontres.

Gary R. Renard

À mon père et à ma mère. Nous ne sommes pas séparés.

Il y a ceux qui ont atteint Dieu directement, sans retenir aucune trace des limites du monde et se souvenant parfaitement de leur propre Identité. Ceux-là peuvent être appelés les Enseignants des enseignants parce que, bien qu’ils ne soient plus visibles, leur image peut encore être invoquée. Et ils apparaîtront quand et là où ils pourront aider en le faisant. À ceux que de telles apparitions effraieraient, ils donnent leurs idées. Nul ne peut leur faire appel en vain. Et il n’y a personne non plus dont ils ne soient conscients.
Titre: Re : "Et l'Univers disparaîtra" ou comment en finir avec les réincarnations
Posté par: Natacha le 18 mars 2009 à 18:39:05

Pfff....
C'était trop beau, voilà ma première déception :
Aux environs de la page 100 de ce livre, il est de plus en plus question d'un autre livre "Un cours en miracles", dont des passages sont largement cités. Ca ressemble, me semble-t-il, à de la pub que ferait un livre pour un autre livre ...  Aïe !  Serait-ce un piège commercial dans lequel j'aurais foncé tête baissée ? Une originale tactique de vente ? 
Ou bien blasphémè-je ?
 ;D
J'attends encore un peu, je continue de lire la suite... Je vous tiens au courant. ;)
Titre: Re : "Et l'Univers disparaîtra" ou comment en finir avec les réincarnations
Posté par: labbe le 18 mars 2009 à 18:50:36
Si tu analyses avec objectivité et lucidité pourquoi tu penses que la réincarnation existe tu comprendras certainement que c'est impossible.
L'univers se tape complètement de ta petite personne.
Il est impossible que Natacha puisse vivre éternellement.
Ce qui est plus probable c'est que la vie elle même (l'univers) habite ton corps pendant le temps de ton existence comme il le fait pour toutes les formes de vies.
Ensuite l'univers restera l'univers et ton illusion d'être unique disparaîtra.
Natacha disparaîtra.

La théorie de la réincarnation est encore pire que la théorie du purgatoire.
Rien de tout cela n'existe.
Personne n'en a témoigné jamais.

On ne peut pas croire des choses dont personne ne peut dire je l'ai vécu.
A moins d'être fou...

Vouloir personnaliser au delà de la mort est de mon point de vue une erreur fondamentale.
Avoir de la dévotion pour ton essence qui est l'essence même de l'univers est plus juste.

Titre: Re : "Et l'Univers disparaîtra" ou comment en finir avec les réincarnations
Posté par: TDC le 18 mars 2009 à 19:17:05
Je ne peux pas dire si oui ou non je suis convaincu par l'idée de la réincarnation, mais pour le moment, disons que je serais tenté d'y croire.
Il y a une limite cependant, selon ma culture : Si l'Univers a eu un commencement, et que selon notre physique, il aura donc une fin, cela signifierait que c'est incompatible avec une réincarnation, telle qu'elle nous est décrite généralement.

... après ce glaçon, bien entendu le débat reste ouvert selon les théories ouvertes à ce jour, mais si l'on devait s'en tenir à la science actuelle, la réincarnation devrait être déclarée impossible, et en suivant cette logique, toutes les religions également !  ;D

Bien... Et maintenant ? Comment peut on défendre cette idéologie quasi infinie ?
Titre: Re : Re : "Et l'Univers disparaîtra" ou comment en finir avec les réincarnations
Posté par: void le 18 mars 2009 à 19:39:38
Il y a une limite cependant, selon ma culture : Si l'Univers a eu un commencement, et que selon notre physique, il aura donc une fin, cela signifierait que c'est incompatible avec une réincarnation, telle qu'elle nous est décrite généralement.

Dans toutes les traditions que je connais, la réincarnation est perçue comme une voie d'égarement dont il faut sortir et non comme un joyeux processus éternel dans lequel on devrait se complaire. Par ailleurs, dans ces mêmes traditions, il existe des "êtres éveillés (http://fr.wikipedia.org/wiki/Boddhisatva)" dont le but est de sortir tout le monde de ce merdier pour justement en finir. Le but, donc, c'est bien la fin du "samsara (http://fr.wikipedia.org/wiki/Sa%E1%B9%83s%C4%81ra)", c'est à dire le rapatriement de tout ce beau monde à l'union cosmique, le "nirvana (http://fr.wikipedia.org/wiki/Nirv%C4%81na)".

Par cette approche des choses, on peut considérer l'existence de l'univers comme un accident, une "anomalie" qui aurait fait "dégueuler" la réalitée, et le but du "samsara" serait donc comparable à l'action d'une gigantesque "machine à laver", ou "trieuse". Cette approche rejoint la cosmogonie des "gnostiques chrétiens (http://fr.wikipedia.org/wiki/Gnosticisme)" et plus généralement de certains discours de la bible elle-même, relatant par exemple la chute de lucifer (la réalité qui dégueule) et la nécessité de triller le bon grain de l'ivraie. Dans l'indouhisme on dit que la Mâyâ (le samsara en quelque sorte, la réalité physique etc) est en fait une "surabondance divine" c'est à dire une "éjection" de Brama.

A ne pas entendre au sens propre le triage du bon grain et de l'ivraie comme d'une sélections de personnes, mais bien plutôt comme une opération de décantation de deux énergies de natures différentes s'étant malencontreusement mélangés (version gnostique chrétiens). Par exemple, pour les gnostiques chrétiens, le fait que l'âme existe est déjà le résultat d'une anomalie causé par "l'obscurité", de fait il n'y a pas de bonnes et de mauvaises âmes, mais l'univers physique apparait comme un processus de sélection destiné précisément à libérer les âmes...

Evidemment j'invite chacun à se documenter pour se faire sa propre idée sur tout ça, moi je relie beaucoup les choses entre elles, mais il est possible que je les relie trop...
Titre: Re : "Et l'Univers disparaîtra" ou comment en finir avec les réincarnations
Posté par: labbe le 18 mars 2009 à 20:40:11

Je suis assez d'accord avec ce que tu dis.
Je le résumerais en disant que la personnalisation est Lucifer lui même.
Dans un univers en perpétuel mouvement personne ne peut prétendre être quelque chose.
Il ne peut s'agir que d'une illusion.
Une illusion du cerveau par exemple.
Si on pouvait voir l'univers tel qu'il est a l'échelle atomique ou cosmique on ne verrais certainement pas d'individualité mais des mouvements.
Des flux, attirance et répulsion.
Donc le sentiment d'individualité est certainement une illusion de notre cerveau.
Il s'agit juste d'une méprise de temps et d'espace.
La réincarnation est donc la pire erreur qu'on puisse commettre.
Il ne faut pas mettre ça dans son crâne.
Surtout pas...



Titre: Re : "Et l'Univers disparaîtra" ou comment en finir avec les réincarnations
Posté par: Natacha le 18 mars 2009 à 22:55:29

Croire, ne pas croire, supposer que, être persuadé de, etc...
L'unanimité est impossible sur un tel sujet, chacun croit, imagine, ou suppose...   :)
Titre: Re : Re : "Et l'Univers disparaîtra" ou comment en finir avec les réincarnations
Posté par: void le 18 mars 2009 à 23:16:24
L'abbe, on ne peut pas nier l'existence de tout en un claquement de doigt, c'est un peu trop simple. Même si tu n'est qu'une frange d'interférence ondulatoire du grand océan cosmique, il n'empêche que cette frange d'interférence existe, la preuve, nous sommes là pour en parler.

Comme je l'ai expliqué dans un autre topic, le fait qu'en regardant la photographie d'un objet tu ne voit pas l'objet réel, dans toute sa dimension, ne veut pas dire que l'objet n'existe pas. La photographie en elle-même est une illusion si tu n'est pas conscient que ce n'est qu'une photographie. Dès lors que quelqu'un te dis "ceci est l'objet" et que tu le prends pour argent comptant, alors oui, tu te fais des illusions, car ce n'est qu'une photographie.

Dans le même principe, le fait que la photographie d'une partie d'un objet n'est ni l'objet complet ni l'objet réel, ne veut pas non plus dire que cette partie de l'objet n'existe pas. Cette partie n'existe pas non plus indépendamment de l'objet en entier, mais ça ne veut pas dire que cette partie n'existe pas, cette partie existe quand même, elle est par contre interdépendante de l'objet entier.
Titre: Re : "Et l'Univers disparaîtra" ou comment en finir avec les réincarnations
Posté par: hazuka le 19 mars 2009 à 13:00:23
La théorie de la réincarnation est encore pire que la théorie du purgatoire.
Rien de tout cela n'existe.
Personne n'en a témoigné jamais.

Juste un mot là dessus,
Si, il y en a qui ont temoignés relatant des vie passées vues en "regressions"
et plus surprenant, 3 personnes différentes (amis dans cette vie ci) relatant chacun d un point de vue différent le meme evenement dans une vie passé dans l antiquité... (sans qu ils s en soient passé le mot)

Donc, je ne dis pas que c est vrai, mais je dis que le "Personne n'en a témoigné jamais." est faux.
Titre: Re : "Et l'Univers disparaîtra" ou comment en finir avec les réincarnations
Posté par: labbe le 19 mars 2009 à 13:13:55
Rien ne dit que le passé n'a pas existé.
Mais rien ne prouve qu'il s'agit des mêmes entités.
On peut imaginer qu'il est possible d'accéder au passé.
Ca je ne dis pas.
C'est d'un livre dont tu parles ?

Ce qui est vraiment marrant dans le bouddhisme c'est que la réincarnation entre totalement en contradiction avec la pratique.
Elle est sensée parler d'impermanence, et donc selon cette règle tout va et viens laissant l'être éternellement pur.
Comment l'être pourrait il contracter des dettes ?
C'est l'individualité qui contracte pour cette vie ci.
Je met ma main dans le feu je me brûle.
Mais je ne vois pas en quoi ca concerne l'être.
Je pense vraiment que cette théorie a été inventée pour culpabiliser les gens et pour faire accepter les classes et les castes avec comme carotte si tu es bien gentil a ta place alors tu auras une belle prochaine vie.
Comme chez nous on promettait le paradis.
C'est du foflklore qui empêche les gens de vivre l'instant.
C'est quand même très paradoxal.


Titre: Re : "Et l'Univers disparaîtra" ou comment en finir avec les réincarnations
Posté par: chou-rave le 19 mars 2009 à 13:21:47
la reincarnation c est ce qui fait que moi je suis moi et toi t'es toi.
Titre: Re : "Et l'Univers disparaîtra" ou comment en finir avec les réincarnations
Posté par: labbe le 19 mars 2009 à 13:25:53

L'incarnation a la limite.
Mais je n'y crois pas non plus...
Titre: Re : "Et l'Univers disparaîtra" ou comment en finir avec les réincarnations
Posté par: hazuka le 19 mars 2009 à 13:40:03
C'est d'un livre dont tu parles ?

non, c est d un posteur sur le forum openminds (justement sur un topic reincarnation)
le lien:
http://lucianarchy.proboards21.com/index.cgi?board=philosophical&action=display&thread=1579

par garuda, que je considère honnete, c est en anglais...
mais j ai confondu ses 2 exemples (la version originale est plus interressante)

pour resumer:
- une amie a elle fait une regression et voit une scene avec un autre homme se passant a rome.
6 mois plus tard, ils vont voir une conference où quelqu un de l assemblée raconte la meme histoire mais du point de vue de l homme.

- il a ensuite etudié le sujet [la reincarnation]
3 personnes differentes, 3 continents différents, a travers des sessions faite par 3 therapeutes différents, décrivant une vie sur une autre planete avec la meme histoire sur un incident ayant eu lieu durant la guerre
Titre: Re : "Et l'Univers disparaîtra" ou comment en finir avec les réincarnations
Posté par: katchina le 19 mars 2009 à 14:05:23
Il est étrange ce titre :

"Et l'Univers disparaîtra" ou comment en finir avec les réincarnations

Je ne vois pas le lien de causalité.
Incommunicabilité quand tu nous tiens ! on s'y fait.
Ce n'est plus un problème  ;)
Titre: Re : Re : "Et l'Univers disparaîtra" ou comment en finir avec les réincarnations
Posté par: void le 19 mars 2009 à 14:20:03
Il est étrange ce titre :

"Et l'Univers disparaîtra" ou comment en finir avec les réincarnations

Je ne vois pas le lien de causalité.

Parcequ'une fois que tout le monde aura rejoint la source, il n'y aura plus d'univers au sens où nous l'entendons. Enfin à mon avis c'est la position soutenue dans le livre.
Titre: Re : "Et l'Univers disparaîtra" ou comment en finir avec les réincarnations
Posté par: katchina le 19 mars 2009 à 14:22:07
Ce n'est pas pour demain  :-\
Titre: Re : "Et l'Univers disparaîtra" ou comment en finir avec les réincarnations
Posté par: Natacha le 19 mars 2009 à 19:44:48
Parcequ'une fois que tout le monde aura rejoint la source, il n'y aura plus d'univers au sens où nous l'entendons. Enfin à mon avis c'est la position soutenue dans le livre.

Oui, je n'en suis pas encore très loin dans cette lecture.

Mais il y est écrit que l'univers physique, avec tout ce qu'il comporte (nos corps matériels inclus), a été créé par les êtres (nous) qui ont volontairement voulu quitter la Source (ou Dieu) pour aller faire l'expérience de la séparation (ce qu'on appelle la "chute" ou le "big bang").
Et que, pris à notre propre piège, inconscients de ce "jeu", nous nous réincarnons sans cesse à nouveau dans ce monde que nous avons créé. Jusqu'au jour où, à la suite d'une prise de conscience et à travers le véritable pardon à tout et à tous (puisque devenus conscients que tout ce que nous subissions et faisions subir n'était qu'un effet de l'illusion dans laquelle nous nous sommes plongés), nous nous éveillons et constatons que toute cette création, notre création, n'était en réalité qu'un rêve (ou assez souvent un cauchemar...).

Cet éveil se fait généralement peu à peu lors d'une incarnation, et individuellement. Si j'ai bien compris, le "Retour à la Maison" ne se fait pas pour tout le monde au même moment comme un "voyage de groupe". Le libre-arbitre de chacun fait que chacun est libre de ses choix et peut décider d'amorcer son "Retour à la Maison" ou de se réincarner encore et encore, après sa "mort", pour revenir à nouveau dans l'illusion, dans le "rêve-cauchemardesque" qu'est notre monde. Inutile de tenter de convaincre qui que ce soit de sortir de ce "rêve", cela ne fonctionnera pas, c'est un choix personnel.

Il est dit que Dieu (ou la Source), étant parfait, ne peut par conséquent créer que la perfection, sinon Il ne serait pas parfait. Tout notre univers (l'univers matériel) et nos corps sont imparfaits, ils n'ont pas été créés par la Source, mais ont été créés par nous-mêmes lors de la soit-disant "séparation" ou "Big Bang". La séparation étant elle aussi une illusion, car en fait nous n'avons jamais été réellement séparés.

Je vous copierai quelques passages, bien mieux écrits que je ne sais le faire... ;D

Cela me fait penser à l'histoire d'Alice au Pays des Merveilles. Elle se rend compte que le monde dans lequel se situe son rêve est un monde idiot, habité par de demi-fous, et que tout est en carton (illusoire).
Titre: Re : "Et l'Univers disparaîtra" ou comment en finir avec les réincarnations
Posté par: harry le 19 mars 2009 à 19:52:35
Il est impossible que Natacha puisse vivre éternellement.

Le temps n'est qu'une de nos perceptions.... bien "humaines"   non ?

Vu sous cet angle, je crois que tout est éternel... figé comme dans un livre... L'entité qui regardera du fond de l'univers, dans 100000 ans (ou bien plus encore selon l'endroit d'où elle regardera) avec un telescope hum..."quantique" verra NATACHA écrire ce topic.

Le temps n'est pas de l'argent. Le temps nous pousse juste au cul afin de réaliser ce que nous nous sommes promis de faire.
C'est une approche qui "me" convient.  Et, Natacha, si ce livre ne t'a pas trop déçu par de la pub pour un autre, ou plutôt, si ce livre t'a fait du bien, j'ai envie de lire moi aussi... quelques heures de bonheur emplissent sûrement l'éclat de notre comportement sur les nombreuses journées suivantes... Une belle recherche....le pied !


Titre: Re : "Et l'Univers disparaîtra" ou comment en finir avec les réincarnations
Posté par: labbe le 19 mars 2009 à 22:16:24

Moi je me bat juste pour que chacun ne prenne pas pour argent comptant cette nouvelle mode/conformisme qu'est la notion de réincarnation.
Ma mère m'a élevé là dedans.
Et je ne suis pas certain d'en être très content.
Ca mérite réflexion.
Et surtout pour peu qu'on veuille analyser on s'aperçoit surtout que ca fait plaisir a notre ego de vivre éternellement.
Pourtant une vision un peu différente pourrait donner de meilleurs fruits.
Une vision désintéressée.
Une vision de la vie fraîche et toujours vivante.
Ce que j'en dis...
Titre: Re : "Et l'Univers disparaîtra" ou comment en finir avec les réincarnations
Posté par: Ulrick le 20 mars 2009 à 19:48:58
Bonjour,

@ Natacha,

Je ne pense pas que tu doives te formaliser outre mesure de la référence à "Un cours en Miracle".
Ce livre ("Un cours en Miracle") est une sorte de pilier, un livre de référence
Un peu comme lorsque j'écris dans mes postes certaines références à la Bible.

"Un cours en Miracle", ou "La Bible", ou "Le Coran", ou "Le Code civil " ou autre valent bien ce qu'ils valent, là n'est pas le problème.
C'est juste qu'un Cours en Miracle fait parties des livres "Poids lourds" en relation d'ailleurs avec ce que tu lis.

En lisant le résumé et ce que tu en dis, par contre, je m'inquiète un peu plus d'une forme de production livresque tournant autour d'une nouvelle notion spiritualiste un peu surfaite dans le sens où au cours du temps il s'est créé un sillon plébiscité par le New Age par exemple et que toutes les nouvelles littératures restent dans ce sillon.

Le problème d'un sillon, c'est qu'il définit une direction privilégiée qu'on a tendance à suivre naturellement puisque la situation de moindre effort consiste à avancer dans la trace du sillon. Ainsi, c'est juste un constat, j'ai l'impression que rien de nouveau n'émerge vraiment ces temps-ci, juste une répétition de "Vous êtes tous des Dieux" sauce New Age.

Cela dit, tu avais l'air emballé par quelques passages, et je serais heureux de lire ceux que tu as trouvé les plus pertinents pour toi !

Excellente Journée ! :)
Titre: Re : "Et l'Univers disparaîtra" ou comment en finir avec les réincarnations
Posté par: TDC le 20 mars 2009 à 20:26:29
Vous ouvrez là un autre débat, qui est de savoir à partir de quel moment, de quel argument, nous ne devons pas nous contenter de telle ou telle vérité.

Pourquoi, si un sillon m'y mène, devrais-je chercher une autre explication, à partir du moment que ce qu'il me propose me convient ?
Pourquoi assimiler ce comportement au "moindre effort" ?

Cela signifierait que, pour toute nouvelle idée, il faille la remettre en cause systématiquement, et en chercher une autre... !

Pourquoi ne pas convenir qu'il puisse y avoir des vérités, valables autant individuellement que collectivement ?
Titre: Re : Re : "Et l'Univers disparaîtra" ou comment en finir avec les réincarnations
Posté par: Natacha le 21 mars 2009 à 00:13:51
En lisant le résumé et ce que tu en dis, par contre, je m'inquiète un peu plus d'une forme de production livresque tournant autour d'une nouvelle notion spiritualiste un peu surfaite dans le sens où au cours du temps il s'est créé un sillon plébiscité par le New Age par exemple et que toutes les nouvelles littératures restent dans ce sillon. [...]
Ainsi, c'est juste un constat, j'ai l'impression que rien de nouveau n'émerge vraiment ces temps-ci, juste une répétition de "Vous êtes tous des Dieux" sauce New Age.
Cela dit, tu avais l'air emballé par quelques passages, et je serais heureux de lire ceux que tu as trouvé les plus pertinents pour toi !
Excellente Journée ! :)

Bonsoir Ulrick,
Je ne cherche surtout pas à convaincre quiconque d'acheter ce livre. Je suis seulement heureuse de pouvoir partager ici un peu de son contenu avec ceux qui l'apprécieront, mais bien sûr personne n'y est obligé.

En effet, après avoir surmonté ma réticence au sujet de l'espèce de pub pour l'autre livre "Un cours en miracles", j'ai persisté dans ma lecture, et finalement ce que révèle ce livre me convient vraiment et m'enthousiasme.

Ne te fies surtout pas à mon pâle petit résumé des 100 premières pages pour tirer une conclusion, je l'ai écrit très rapidement juste pour vous donner une petite, très petite, idée du début du livre. D'ailleurs je serais tout à fait incapable de résumer avec mon faible vocabulaire, le contenu de ce livre empreint à chaque page de sagesse, de révélations, de réponses,  et aussi de beaucoup d'humour.

Le New Âge dont tu parles y est gentiment moqué, ainsi que toutes les religions actuelles, y compris le christianisme, bien que ce livre parle beaucoup de Jésus, mais de façon fort différente de celle de l'Eglise.
 
Des conseils et des recommandations nous sont donnés, des réponses claires sont apportées aux grandes questions qui  peuvent se poser à nous, nous les esclaves de notre rêve et de l'illusion du temps...

Dès que possible, je recopierai quelques paragraphes. Je pense le faire ce weekend.
J'espère qu'un jour le livre sera téléchargeable sur internet.

Je signale que je n'en suis même pas encore arrivée à la moitié du livre qui fait en tout 435 pages.

Au fait, le sous-titre est :
"La nature illusoire de notre réalité et le pouvoir transcendant du véritable pardon".

D'ores et déjà, voici quelques petites phrases extraites du livre :

Citer

"Préfères-tu avoir raison ou être heureux ?"

"Ne cherche pas à changer le monde, mais choisis de changer ton esprit au sujet du monde"

"Change ton esprit au moyen du pardon"

"Ce que tu as toujours obtenu, c'est un billet de retour à cette planète psychotique ou à un lieu semblable. Il est temps de sortir de ce manège." 

"Dieu n'aurait pu créer ce monde, ce ne serait pas dans sa nature, il n'est pas cruel."

"Le monde que tu vois est l'illusion d'un monde. Dieu ne l'a pas créé, car ce qu'Il crée doit être éternel comme Lui-même. Or il n'y a rien dans ce monde que tu vois qui durera à jamais".

"Il ne fait aucun doute que nous croyons faire l'expérience de cette réalité".

"L'ego est un maitre illusionniste, et l'un des moyens qu'il utilise pour détourner ton attention dès ta naissance, c'est de donner... des problèmes."

"Ce système auquel tu as souscrit pendant des milliards d'années sans en être conscient"

"L'ego doit t'offrir une sorte de récompense pour maintenir cette croyance. Tout ce qu'il peut t'offrir est un sentiment d'existence temporaire, qui commence avec son propre commencement et finit avec sa propre fin. Il te dit que cette vie est ton existence parce que c'est la sienne."

"Tu es utilisé sans même le savoir. Tu as été un robot. Tu dois savoir à quoi tu as affaire."

"Pardonner automatiquement au lieu de juger automatiquement".

Titre: Re : "Et l'Univers disparaîtra" ou comment en finir avec les réincarnations
Posté par: Ulrick le 21 mars 2009 à 01:10:43
Bonjour TDC,

Merci de tes questions qui me permettront de clarifier certains points.

Citer
Pourquoi, si un sillon m'y mène, devrais-je chercher une autre explication, à partir du moment que ce qu'il me propose me convient ?
Pourquoi assimiler ce comportement au "moindre effort" ?

La notion de "moindre effort" n'est évidemment pas à prendre péjorativement et c'est elle que j'aimerai éclaircir dans un premier temps.

La notion de "moindre effort" est une notion de base universelle dans notre contexte physique.
On peut l'appeler aussi loi de "l'énergie minimale" et c'est ce comportement qui, au moins pour une part, régit l'univers physique.

La notion de "loi" est un terme enfermant, j'en suis conscient, malheureusement je ne dispose pas encore d'assez de subtilité et d'astuce pour en discuter autrement sachant pourtant en mon for intérieur que cette notion est bien plus délicate et subtile et ne mérite pas la brutalité avec laquelle je l'aborde ici.

Pour illustrer mon idée, je dirais simplement que lorsque l'eau jaillit d'une source elle ne va pas emprunter n'importe quel chemin, elle va emprunter celui qui représente pour elle le moindre effort.
Une pierre sur le trajet de l'eau représente ce qu'on appelle une barrière de potentiel.
Une barrière de potentiel veut dire : si tu as assez d'énergie, tu passes la barrière.
Ainsi, on peut voir le monde uniquement en terme d'échange d'énergie et de barrière de potentiel.

Prenons un autre exemple, l'électricité.

Un fil électrique ne transporte pas de courant.
Pas plus qu'un canal ne transporte de l'eau.

Le fil électrique, comme le canal, propose une voie privilégiée à l'écoulement.
Cette voie est celle du moindre effort et par chance, dans des conditions normale, ça fonctionne tout le temps ! :)

Pourquoi un électron du fil électrique ne décide pas de traverser l'isolant du câble, puis vos doigts, puis votre corps pour retourner au plancher ?
Simplement parce que c'est trop dur pour lui, il lui faut plus d'énérgie.

Mais si on lui en donne assez, l'électron traverse sans problème votre isolant et tous ses copains vont le suivre, c'est le "claquage".

On a tendance à dire que certains matériaux sont conducteurs et d'autres non.
Ce n'est pas tout à fait vrai, certains matériaux sont moins facilement conducteur que d'autres, mais appliquez le seuil de tension suffisant, et la conduction va se faire.

Alors, l'idée, discutable, et que cette notion universelle physique s'applique aussi à notre fonctionnement cérébral et la structure de nos idées.

D'après ce que nous savons actuellement, les neurones fonctionnent aussi selon ce principe ou chacun agit en modulant le signal entrant des données dont il dispose.
Ainsi, virtuellement, le cerveau crée en sorte de mouvement de pensée dont certaines ont symboliquement parlant une substance solide.
Voir par exemple dans le café philo l'exemple que propose Void à propos de la plume.
Ce schéma "plume->aile->oiseau" est un écoulement de pensée, l'une menant à l'autre, par association d'idées instantanée, de la même manière que l'eau d'une rivière coule.
Ainsi, on pourrait appliquer de façon subtile la dynamique des fluides à la pensée.

Par exemple, on utilise facilement les mots "être sous pression", ou "je me détends ", ou "j'ai disjoncté", autant de mots décrivant une situation psychique empruntée au domaine de la physique.

Alors, le problème du sillon, pour y revenir, est aussi sa principale qualité : il guide.

Appliqué à l'idée, cela ne signifie pas qu'il faille la remettre en cause systématiquement, mais justement garder à l'esprit que la vérité semble être un processus dynamique à l'image de la nature.
Certaines sont plus résistantes que d'autres, mais toutes à un moment où à un autre change de formes.

Ainsi, pour toute nouvelle idée, l'important n'est pas de la remettre systématiquement en cause, mais de garder à l'esprit cette propriété plastique de l'idée qui est qu'elle sera un jour remise en cause.

Pour prendre un exemple, c'est comme avec un trou noir, il existe ce qu'on appelle "l'horizon", au point au-delà duquel vous êtes aspiré par le trou noir, qui est une sorte d'ornière.
L'intérêt est de profiter de la puissance du trou noir pour rester en périphérie, faire quelques tours, et en profiter pour se propulser à prochain point d'attraction.
Il en va de même pour les idées, et, je pense, pour tout.

C'est en ce sens que je comprends la phrase de Jesus "Soyez du monde sans Être du monde" qui fait écho à l'Oriental "détachement" ou plutôt "non-attachement".

Pour répondre finalement à ta question, oui il est des vérités valables individuellement autant que collectivement, mais plus on travail ces vérités, plus on trouve un seuil à partir duquel ce n'est plus la vérité en tant que telle qui est importante, mais la manière dont elle s'insère dans le tout. L'objectif n'est plus alors de savoir quelle est la vérité, mais de savoir naviguer a vu dans les courants produits par tous ce qui interagit avec soi.

Pour illustrer ce que je dis concrètement, je ne crois ni en la réincarnation, ni au fait que ce monde est une illusion, mais ma croyance n'est motivé que par des courants que je choisit puisqu'il est actuellement impossible de prouver que la réincarnation existe, ou quel n'existe pas. En toute honnêteté, je dois donc faire un choix ou adopter un meta point de vu qui est en fait plus un point d'équilibre personnel parmi l'océan des vérités contradictoires plutôt qu'une vérité réelle du phénomène qui n'est finalement que d'un intérêt limité.

Est-ce plus clair TDC ?


@ Natacha

Citer
="Natacha"Je ne cherche pas à convaincre quiconque d'acheter ce livre. Je suis seulement heureuse de pouvoir partager ici un peu de son contenu avec ceux qui l'apprécieront, ...
C'est ce que j'ai compris et c'est comme cela que j'ai lu ton intervention.

Citer
En effet, une fois avoir surmonté ma réticence au sujet de l'espèce de pub pour l'autre livre "Un cours en miracles", ...
Je n'ai pas lu un cours en miracles.
Je n'ai eu que des échos, certains que j'ai trouvé positifs en terme d'approche : par exemple, "Voir le monde sans rien nommer " est un exercice que je trouve intéressant.

Bonne Nuit à tous ! :)
Titre: Re : "Et l'Univers disparaîtra" ou comment en finir avec les réincarnations
Posté par: Natacha le 21 mars 2009 à 11:38:11
Pour celles et ceux que cela pourrait intéresser, voici donc quelques extraits du très beau livre d'enseignement "Et l'Univers disparaîtra" "La nature illusoire de notre réalité et le pouvoir transcendant du véritable pardon". par Gary Renard, 436 p., Ed. Ariane.

Remarque : "J" indique évidemment le nom Jésus. C'est ainsi que Jésus est désigné tout au long du livre et dès le début on nous explique pourquoi.

Citer

p. 14
"Il ne s'agit pas d'essayer de sauver un monde qui, de toute façon, n'existe pas réellement. Tu sauveras le monde en te concentrant sur tes propres leçons de pardon. Si tout le monde se concentrait sur ses propres leçons au lieu de le faire sur celles des autres, le fils prodigue collectif serait de retour chez lui dans le temps de le dire. [...] Le monde n'a pas besoin d'un nouveau Moïse et J n'a jamais voulu fonder une religion. Maintenant comme jadis le monde n'a pas plus besoin d'une autre religion que d'un plus grand trou dans la couche d'ozone. "

p. 15
"Tu dois t'attendre à de l'honnêteté et à de la franchise de notre part. Il y a des gens qu'il faut traiter délicatement et d'autres qui peuvent supporter l'assommoir, tout comme dans l'entrainement zen. Nous aimons bien tirer les gens de leur torpeur. Nous n'avons cure de ce que tu penseras de nous. Nous sommes des instructeurs libres et non des politiciens . Nous ne te caresserons pas dans le sens du poil pour que tu nous aimes au lieu d'apprendre. Ton approbation de notre discours n'est pas requise. Nous n'avons aucun besoin d'être populaires. Nous n'avons aucun intérêt à manipuler le langage afin de faire paraître à notre avantage une histoire racontée par un idiot. Nous sommes en paix mais notre message sera ferme. Nous clarifierons les principes spirituels plutôt que d'en offir des substituts.

p.37
[...] la plupart des gens n'ont pas la moindre idée de ce qu'ils sont ni de la façon dont ils sont venus ici. Ce que tu as dit est trop limité. Non seulement je n'existe pas, mais toi non plus tu n'existes pas, pas plus que ce faux univers. Quand nous parlons du retour à la réalité de Dieu, nous ne faisons pas des hypothèses fumeuses. Tu ne peux être à la fois toi et Dieu. C'est impossible. Tu ne peux avoir à la fois ton univers et avoir Dieu. Ils s'excluent mutuellement. Tu devras choisir. Rien ne presse, car le temps est un écran de fumée hypothétique et nous te transmettons les enseignements de J sur la façon de t'en évader. Ce n'est pas facile, mais c'est faisable. Le Saint-Esprit ne te fournirait pas un moyen qui ne serait pas applicable. Tu auras peur parfois de perdre ton identité et c'est pourquoi nous avons fait des efforts pour te montrer que tu ne perds rien pour recevoir tout. Mais il te faudra du temps et plus d'expérience avant d'y prêter foi.
[...] les gens font l'erreur de croire  que l'illusion a été fabriquée par la Vérité. Ils tentent donc encore de la légitimer plutôt que de l'abandonner. On ne peut espérer rompre le cycle de la naissance et de la mort tant que l'on maintient cette confusion. L'esprit inconscient fait tant d'efforts pour éviter Dieu que, ou bien on L'ignore ou, plus vraisemblablement, on essaiera d'intégrer le non-dualisme au dualisme. Ce qui est arrivé à l'un des grands enseignements de la philosophie indienne, le Vedanta, en est un exemple remarquable. [....]

p. 38
Le Vedanta est un documrent spirituel non dualiste qui enseigne que seule existe la vérité de Brahma et que tout le reste est illusion, un point c'est tout. Le Vedanta fut interprété avec discernement par Sankaracharya comme étant Advaïta, c'est-à-dire non dualiste. N'est-ce pas remarquable ? Eh bien, pas pour 99 % des gens. Il existe plusieurs autres interprétations majeures du Vedanta et pourtant fausses, s'efforçant de détruire sa métaphysique non dualiste pour en faire ce qu'il n'est pas, entre autres les efforts de Madva pour changer le non-dualisme inconditionnel en dualisme inconditionnel. Nous voyons là un étonnant parallèle entre ce qui est advenu de l'hindouisme et ce qui est arrivé aux enseignements de J. Il enseignait le non-dualisme pur, qui fût interprété par le monde comme étant le dualisme. Le Vedanta était non dualiste et il fût aussi interprété par le monde comme étant dualiste. Deux grandes religions sont donc contrôlées aujourd'hui par une majorité réactionnaire, et elles rivalisent pour les coeurs et les esprits d'un monde qui n'existe pas. L'un est le symbole d'un empire fondé sur l'argent et l'autre est le symbole d'un gouvernement qui pourrait s'engager dans une guerre nucléaire avec son voisin musulman, également réactionnaire.
Ces bouffonneries satisfont peut-être la plus grande partie de la planète, mais elles n'ont pas à te satisfaire. L'attitude du non-dualisme te dit que ce que tu vois n'est pas la vérité. [...]

p. 43
[...] tout ce qui vient de Dieu doit être comme Lui. Le non-dualisme pur ne fait aucun  compromis sur ce principe non plus. Il dit plutôt que tout ce qui vient de Dieu doit être exactement comme Lui. Dieu ne pourrait créer  rien qui ne soit parfait car alors Il ne serait pas parfait. Cette logique est sans faille. Si Dieu est parfait et éternel, tout ce qu'Il crée doit l'être également. De toute évidence, puisque rien en ce monde n'est parfait et éternel, J a su le voir tel qu'il était : rien. Mais il savait aussi que le monde était apparu pour une raison, et que c'était une astuce pour garder les gens loin de la vérité de Dieu et de Son Royaume.

p. 45
Le seul endroit où tu es réellement co-créateur avec Dieu, c'est au Ciel, car tu n'y as pas conscience d'être différent de Lui ni séparé de Lui d'aucune façon. Comment pourrais-tu alors ne pas être cocréateur avec Lui ?  Mais il existe une façon,  qui reflète les lois du Ciel, de pratiquer sur Terre le système de pensée du Saint-Esprit comme J le fit, et c'est précisément ce qui te fera rentrer au bercail. Au fur et à mesure que nous avancerons, nous élaborerons davantage sur les attributs du non-dualisme pur et sur la manière de le pratiquer mais, pour l'instant, essaies de te rappeler que si Dieu est parfait Amour, alors Il n'est rien d'autre et toi non plus. En fait, tu es l'Amour de Dieu et ta vraie vie est avec Lui. Comme J tu découvriras par expérience que Dieu n'est pas à l''extérieur de toi. Tu ne t'identifieras plus à un corps vulnérable ni à rien de limité. Le corps a des frontières ou des llimites. A la place, tu découvriras plutôt ta vraie réalité de pur-esprit à jamais invulnérable.

p. 53
J. me disait souvent, quand nous étions seuls, que le monde n'était qu'un rêve insignifiant, mais la plupart des gens n'étaient pas prêts à accepter cette idée car leur expérience du contraire était trop forte. Il insistait alors sur le fait qu'il ne suffit pas de savoir que le monde est une illusion. Les gnostiques et certains des premiers chrétiens appelaient le monde un rêve ; les hindous l'appellent  Maya, et les bouddhistes Anicca, tous des mots qui ont sensiblement la même signification. [...]
Un autre fait qui est rarement mentionné, c'est qu'il (J) avait un excellent sens de l'humour. Il était assez irrévérencieux. Il aimait rire et rendre les autres joyeux. Et il était totalement éveillé. Mais soyons bien clairs sur le sens de ce mot. Nous ne disons pas qu'il était éveillé dans le rêve ; nous disons qu'il  s'était réveillé du rêve. Ce n'est pas là une distinction mineure. En effet, pour beaucoup de gens, être apparemment éveillé dans le rêve passe pour de l'illumination, mais ce n'est pas ce que nous enseignons. [...] Le véritable but n'est pas de parfaire ta vie, mais de t'éveiller de ce que tu considères comme ta vie !

p. 92
Tu dois maintenant apprendre à choisir, comme les prisonniers de la caverne de Platon, ce que tu auras énormément de difficulté à faire. Tu dois choisir entre le Saint-Esprit, qui représente ton être réel, et la partie de ton esprit qui représente ton faux être. Et tu devras le faire de manière à ce que ton esprit inconscient, prisonnier depuis longtemps, soit enfin libéré. Il t'est littéralement impossible de le faire tout seul. Tu peux évidemment essayer, mais si tu veux bien te laisser aider tu gagneras beaucoup de temps. Alors, tout comme nous, tu ne feras qu'un avec le J intérieur. Tu n'y songeras pas en ces termes, mais ce sera devenu ta véritable occupation. Tout ce que tu feras par ailleurs en ce monde ne sera qu'une occupation de façade. A partir de maintenant, ta véritable occupation est d'apprendre, d'exercer et finalement d'appliquer avec talent le même art du pardon supérieur que J  maîtrisait.

p. 115
L'opposé de Dieu et de Son Royaume, c'est tout ce qui n'est pas Dieu et Son Royaume, mais ce qui englobe tout - Dieu -  ne peut avoir d'opposé.

Titre: Re : "Et l'Univers disparaîtra" ou comment rompre les réincarnations
Posté par: Natacha le 25 mars 2009 à 16:54:07

Un dernier extrait, sur la CREATION ET sur L' "APPARENTE" SEPARATION DE L'HUMANITE.
Et j'arrête là ce travail de copiste ...  :)

Citer

p.130/134 :

« Arten : Avant le commencement, il n’y avait ni commencements ni fins ; il n’y avait que l’éternel Toujours, qui est encore là et le sera à jamais. Il n’y avait que la conscience de l’unité parfaite, et cette unité était si totale, si illimitée dans sa joyeuse extension, qu’il était impossible à toute chose d’être consciente de ce qui n’était pas Elle-même. Il n’y avait et il n’y a toujours que Dieu dans cette réalité, que nous appellons le Ciel.

Ce que Dieu crée dans l’extension de Lui-même s’appelle le Christ. Mais celui-ci n’est aucunement séparé ni différent de Dieu. Il est exactement le même. Le Christ n’est pas une partie de Dieu. Il est une extension du tout. L’Amour véritable doit être partagé, et le parfait Amour qui est partagé dans l’Univers de Dieu dépasse toute compréhension humaine. Les humains paraissent être une partie du tout, mais le Christ est le tout. La seule distinction possible entre le Christ et Dieu serait que Dieu a créé le Christ ; il est l’Auteur. Le Christ n’a pas créé Dieu ni Lui-même. Mais, à cause de leur parfaite unité, cela n’a aucune importance dans le Ciel. Dieu a créé le Christ exactement comme Lui pour qu’il partage Son Amour et sa joie éternels dans une extase infinie et inimaginable.

Contrairement au monde spécifique et concret dans lequel tu sembles exister maintenant, cette conscience constante et fascinante est complètement abstraite, éternelle, immuable et unie. Le Christ se prolonge alors Lui-même par de nouvelles Créations, ou extensions simultanées du tout, qui sont exactement les mêmes dans leur parfaite unité avec Dieu et avec Lui. Ainsi, le Christ, comme Dieu, crée, car Il est exactement le même que Dieu. Ces extensions ne vont pas vers l’intérieur ni vers l’extérieur, car il n’y a dans le Ciel aucune notion d’espace; n’y existe que le partout. Le résultat de tout cela, c’est le partage incessant du parfait Amour, qui dépasse la compréhension.

Il semble alors se produire quelque chose qui, comme dans un rêve, ne se produit pas réellement. Pendant un instant, un seul, une fraction insignifiante de nanoseconde, un très petit aspect du Christ paraît avoir une idée qui n’est pas partagée avec Dieu. Une idée du genre « Et si ? ». C’est comme une interrogation innocente sous la forme d’une question qui est malheureusement suivie par une réponse apparente. Cette question, si on pouvait l’exprimer par des mots, serait celle-ci : « Que se passerait-il si j’allais jouer tout seul ? ». Comme un enfant naïf qui joue avec des allumettes et met le feu à la maison, tu aurais été beaucoup plus heureux de ne pas trouver de réponse à cette question car ton innocence sera bientôt remplacée par la peur et par les défenses erronées et vicieuses qu’elle semble requérir.

Parce que ton idée ne vient pas de Dieu, Il n’y réagit pas. Y réagir, ce serait lui donner réalité. Si Dieu lui-même devait reconnaître autre chose que l’idée de parfaite unité, il n’y aurait plus de parfaite unité. Il n’y aurait plus de parfait état céleste auquel retourner. Comme tu verras, tu ne l’as jamais réellement quitté de toute façon. Tu y est toujours, mais tu es entré dans un cauchemar illusoire. Alors que tu n’as voyagé qu’en rêves, Dieu et le Christ, Qui sont toujours Un, ont continué comme ils l’ont toujours fait et le feront toujours, aucunement affectés par ce que J (Jésus) appelle dans son Cours la « minuscule et folle idée… » de la séparation.

Dans cet instant cosmique d’apparente individualité – et, quel que soit l’attrait qu’exerce sur toi l’individualité, elle n’est que séparation – il semble qu’il y ait un minuscule aspect du Christ qui soit maintenant conscient d’autre chose. C’est la dualité. Maintenant, au lieu de l’unité, il y a le deux. Avant, il y avait la parfaite unité du Ciel et rien d’autre. C’est la non-dualité, ou le non-deux. C’est toujours la réalité, Il n’y a pas réellement plus d’une chose, mais maintenant il semble se passer autre chose pour toi. Il semble y avoir Dieu et quelque chose d’autre. C’est l’illusion de la dualité ; le monde de la multiplicité ainsi que les sujets et objets que tu y perçois sans arrêt sont simplement des symboles de la séparation. Bien que tu essaies toujours de créer, tu ne peux réellement le faire sans le pouvoir de Dieu, et tout ce que tu fais finit donc par s’écrouler.

Tout bébé qui paraît naître en ce monde revit simplement le moment où il semblé quitter son parfait environnement en Dieu, où tout était nirvana, pour recevoir soudain en plein visage la gifle d’une apparente réalité infernale. Tu vois peut-être la naissance comme un miracle, mais les bébés ne naissent pas en souriant !

Gary : C’est vrai qu’ils pleurent et qu’ils crient.

Arten : Oui. L’esprit qui revit l’apparente séparation s’est endormi et il rêve un rêve inutile et insignifiant, un cauchemar, parce que tout ce qui semble séparé du Ciel symbolise l’opposé. Il semble donc en posséder les caractéristiques opposées. Mais, encore une fois, n’allons pas trop vite. Nous n’avons pas fini de t’expliquer le passage de ton esprit apparemment séparé à un univers physique, et pourquoi ce dernier te semble si réel.

Gary : Il ne fait aucun doute que nous croyons faire l’expérience de cette réalité.

Arten : Absolument. Quelqu’un doit t’indiquer comment sortir de cette expérience. Ton esprit endormi ne le sait pas, mais il va s’éveiller en l’équivalent d’un instant cosmique. C’est parce que la Voix pour Dieu et le Ciel, que nous appelons le Saint-Esprit, est toujours auprès de toi pour te rappeler la vérité et t’y inviter à y retourner. Cette mémoire infaillible de ce que tu es réellement ne peut jamais se perdre, ce qui rend tout à fait inévitable ton éveil à la réalité du Ciel.

Cependant, cette mémoire peut apparemment être retardée par de mauvais choix effectués dans le rêve. Tu n’as pas cessé de faire de mauvais choix. Tu as la capacité de choisir entre la mémoire et la force de Dieu ou autre chose et, si tu examines réellement tes pensées, tu découvriras que tu choisis habituellement autre chose. C’est ce qu’a fait, immédiatement après l’apparente séparation, la partie de ton esprit qui choisit. Dans un état de choc, de peur et de confusion, elle a fait une série de mauvais choix qui t’ont apparemment conduit ici. Tu ne te rends pas encore compte que, étant donné l’immense pouvoir de l’esprit, tu pourrais faire certains choix qui mettraient fin à l’apparente séparation et qui d’ailleurs auraient pu le faire à n’importe quel moment. Ça ne veut pas dire que ce sera facile à ce stade-ci, mais ça veut dire que tu peux y arriver, avec de l’aide.

Mais comprends-moi bien : pour accepter vraiment l’assistant de Dieu, le Saint-Esprit, tu dois commencer par croire en Dieu. Tu ne peux croire en Lui si tu ne reconnais pas que c’est toi-même, et non Lui, qui es responsable de tes expériences. Tu te sentiras coupable jusqu’à ce que tu comprennes que ce monde n’est pas réel et que rien ne s’est réellement passé. Ça ne veut pas dire que tu ne dois pas te comporter avec responsabilité dans l’illusion. Ça veut dire que tu dois comprendre certaines choses afin d’appliquer le vrai pardon qui permet au Saint-Esprit de t’aider le plus possible. Dieu n’aurait pu créer ce monde. Ce ne serait pas dans Sa nature. Il n’est pas cruel et, comme J te le signale : Si cela était le monde réel, Dieu serait cruel. Car aucun Père ne pourrait soumettre Ses enfants à cela comme prix de leur salut et être aimant.

Heureusement, cela n’est pas le monde réel et Dieu n’est pas cruel. C’est pourquoi nous désirons souligner un point essentiel pour les étudiants du nouveau millénaire, même si tu trouves que nous y revenons trop souvent. Tout ce qui vient d’être décrit et qui n’était pas dans la parfaite unité du Ciel, et tout ce qui a semblé arriver depuis, n’a absolument rien à voir avec Dieu. L’idée de la séparation, ainsi que tes décisions ultérieures, n’a pas la moindre importance pour Dieu. Les événements qui se produisent dans un rêve n’ont aucune conséquence, simplement parce qu’ils ne se produisent pas réellement. Bien que ton univers te paraisse très réel et même souvent très désagréable, il n’est rien d’autre qu’une vaine pensée malcréée, et l’énergie n’est que de la pensée projetée. Nous t’avons aussi expliqué que la matière n’est qu’une forme différente d’énergie. Ne disposant pas du pouvoir de Dieu, ton esprit ne peut rien faire d’autre qu’apparemment se diviser et se subdiviser, pour ensuite tenter d’en glorifier le résultat.

Pour résumer, tu es tellement toujours en sécurité dans le Ciel, et, comme ce que tu vois n’est pas vrai, tu n’es pas réellement capable de te blesser, même si tu rêves que tu es blessé ou même tué. En fait, tu es capable de te réveiller et de continuer dans la parfaite unité du Ciel exactement comme avant. Mais ton esprit doit être entraîné à se faire dominer par les pensées du Saint-Esprit au lieu de ton ego. Cela requiert la capacité de prendre des décisions qui reflètent le système de pensée du Saint-Esprit au lieu du tien. »

p.117 :
« ... Dieu ne réagirait pas plus à des événements qui se produisent en rêve que tu ne le ferais aux événements d’un cauchemar de ton épouse dormant à tes côtés. D’abord, tu ne pourrais même pas voir ces événements, puisqu’ils ne se produiraient pas réellement. Ensuite, même si tu pouvais les voir, tu n’aurais toujours pas besoin de réagir, puisqu’il serait impossible qu’ils t’affectent, vu qu’ils seraient irréels. Le seul geste logique serait d’éveiller ton épouse, mais tu le ferais lentement et doucement, afin de ne pas l’apeurer davantage. Tu ne te mettrais pas à la secouer comme un forcené. De même, le Saint-Esprit va t’éveiller doucement. Ce n’est pas un Dieu séparé qui réagit à ton rêve, mais, en fait, la Voix pour Dieu qui se trouve toujours avec toi dans ton voyage illusoire en ce pays lointain.
L’un des moyens que prend le Saint-Esprit pour t’éveiller, c’est de t’apprendre que ce que tu penses qui arrive, n’arrive pas. La réalité est invisible et tout ce qui peut être perçu ou observé de quelque manière, et même mesuré scientifiquement, est une illusion, donc tout à fait le contraire de ce que pense le monde. ..»