Médias / Campagnes... => Pages d'Histoire & In Memoriam => Discussion démarrée par: dificultnspa le 15 septembre 2010 à 16:52:56

Titre: Enigmes archéologiques
Posté par: dificultnspa le 15 septembre 2010 à 16:52:56


source : unsolved-mysteries (http://www.unsolved-mysteries.info/)

Cliquez sur les images pour les agrandir

(http://www.unsolved-mysteries.info/images/astro06n.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2jp/j0101.htm)
Mythologie de pierre
De nombreuses sculptures préhistoriques, comme celles des grottes équatoriennes, montrent des dieux casqués et masqués. Certains casques sont entourés d’une couronne lumineuse. - D’anciennes illustrations montrent des dieux vêtus d’étranges costumes. Ils portent un équipement très moderne d’apparence. Y a-t-il eu des modèles en chair et en os ? Dans la plupart des cultures, les mythes évoquent des créatures divines. Elles seraient descendues du ciel à une époque oubliée depuis longtemps. Sur terre, elles auraient transmis leur riche savoir aux hommes. Des créatures imaginaires ? Une représentation chamanique ? Ou les « dieux » de la mythologie étaient-ils en réalité des astronautes étrangers ?


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/a024t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2frz/f0102.htm)
Les OVNI, aujourd’hui et hier
Des millions de gens ont aperçu des OVNI. S’agit-il d’une utopie ? Ce fragment métallique pourrait avoir un rapport avec le crash possible d’un OVNI. Sa composition chimique constitue une énigme scientifique. L’Antiquité nous a également fourni son lot de trouvailles insolites. Ce vestige semblable à un oiseau a été retrouvé dans une tombe égyptienne. Il ne correspond pas à la classification connue des oiseaux. La queue verticale ressemble davantage au gouvernail de planeurs modernes. Les miniatures colombiennes en or présentent également des éléments de construction aérodynamiques. Ils sont introuvables dans la nature, un fait confirmé par les experts en aéronautique. Les peuplades antiques ont-elles aperçu des engins volants inconnus ? Ceux-ci ont-ils inspiré ces miniatures ?


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/215ft.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2frz/f0103.htm)
L’énigme de Sirius
De nombreux peuples primitifs racontent comment les dieux auraient transmis leur savoir à leurs ancêtres. Les Dogons de la République du Mali connaissent ainsi certains détails astronomiques du système de Sirius. Leur symbole sacré en fer montre les orbites des étoiles Sirius B et C. Etonnant lorsque l’on sait que la petite naine Sirius B n’est visible qu’au télescope. Et l’astronomie moderne n’a découvert certains détails qu’au siècle passé. Selon nos connaissances actuelles, Sirius B tourne autour de Sirius A en 50 ans. Etonnamment, les Dogons fêtent le système de Sirius tous les 50 ans, depuis des générations. C’est là, en effet, qu’habiteraient leurs dieux, les Nommos. Avec des masques Sirigi hauts de quatre mètres, ils imitent la descente sur terre de l’arche des dieux.


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/RH123t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2jp/j0202.htm)
Statuette Nomoli avec boule métallique et « skystones »
Cette étrange statuette Nomoli de 17 000 ans est aussi la plus ancienne. Elle détenait en elle, dans une cavité, une petite sphère métallique. Son analyse a montré qu’elle était composée de chrome et d’acier. La boule se trouvait dans la figurine avant la découverte de celle-ci. Comment y est-elle entrée ? Et, plus étrange encore, d’où provenait le métal ? - Les « skystones » bleus représentent une autre énigme. Une légende raconte ceci : le coin de ciel habité par les Nomoli se transforma en pierre, se brisa et tomba sur terre sous forme de fragments de roche. Les scientifiques ont trouvé des traces d’iridium dans les « skystones ». L’iridium n’est pourtant pas présent sur terre. Sauf dans les météorites venues de l’espace.


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/RH120t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2frz/f0201.htm)
Le secret des Nomoli
En cherchant des diamants en Sierra Leone, Afrique occidentale, des indigènes firent des découvertes inattendues : ils tombèrent régulièrement sur des sculptures en pierre hautes de 40 à 70 cm. La provenance de ces Nomoli est indéterminée. Certains d’entre eux ont été découverts à des profondeurs de 50 mètres. Cela signifie qu’ils pourraient avoir 17 000 ans. Une datation qui ne correspond pas aux découvertes faites à ce jour par l’archéologie. D’où viennent les Nomoli ? S’agit-il d’héritages d’une culture étrangère, disparue il y a fort longtemps ?


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/Crespi19t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2frz/f0301.htm)
Plaques métalliques avec d’étranges motifs
Les restes d’une collection étonnante sont conservés à Cuenca, en Equateur. Voici l’origine de cette collection : le Père Carlos Crespi, décédé en 1982, évangélisait de son vivant la population indienne dans les vallées reculées. Parallèlement, il collectionnait leurs objets rituels. L’âge et l’origine de ces pièces n’ont toujours pas été clarifiés. La collection du Père Crespi se composait à l’origine d’une accumulation de curiosités en tous genres. Les pièces les plus connues et les plus controversées sont des plaques de tôle en cuivre, laiton et autres alliages. Leurs illustrations sont étranges. Leurs significations inconnues. S’agit-il de l’héritage d’une civilisation inconnue.


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/Crespi29t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2frz/f0302.htm)
Objets d’art de la collection Crespi
D’où viennent les trésors du Père Crespi ? La provenance de ces objets reste un grand mystère. Qu’ils soient en métal, céramique, bois, pierre ou ossements d’animaux, le Père Crespi n’a jamais pris la peine de les classer. Que peut-on qualifier d’original ? Quelles sont les pièces récentes ? La science n’en a cure. Elle ne s’intéresse pas à ces œuvres d’art. C’est ainsi que bon nombre de ces pièces sont aujourd’hui détruites, ont disparues ou sont tombées entre les mains de chasseurs de trésors. Les restes de l’ancienne collection ne sont pas accessibles au public. Ils sont stockés dans les archives de l’église Maria Auxiliadora, à Cuenca, en Equateur. C’est là qu’ils attendent d’être redécouverts.


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/Q13t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2frz/f0401.htm)
Têtes miniatures d’Amérique du Sud représentant différents types d’hommes
Ces têtes miniatures précolombiennes proviennent de l’Université de Quito, en Equateur. Elles nous livrent des indices crédibles de l’existence d’un échange culturel ancien au-delà des océans. Leurs visages ont des traits qui ne sont pas du tout caractéristiques des anciens peuples américains. Comment les premiers habitants d’Amérique du Sud ont-ils pu représenter des traits de visage étrangers ? Les autres types d’hommes leur étaient totalement inconnus. Est-il vraiment aberrant d’imaginer qu’il existait déjà d’excellents marins dans les temps les plus reculés ? Des marins qui auraient navigué jusqu’en Amérique, y laissant des traces ? Il existe d’autres indices attestant de tels contacts culturels : des momies égyptiennes dans lesquelles on a trouvé des traces de feuilles de coca. Et des temples indiens portant des illustrations de maïs.


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/HPIM5207t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2frz/f0402.htm)
Les tables du Michigan
Les premiers peuples d’Amérique ont-il fait le tour du monde ? Des peuples de marins méditerranéens et asiatiques ont-ils osé affronter les océans ? Pour la plupart des spécialistes de l’Antiquité, ces voyages sont impossibles. Et les contacts culturels en découlant inacceptables. De nombreux artefacts archéologiques sont ainsi rejetés ou considérés comme des « faux ». Thor Heyerdahl l’a toutefois prouvé par ses expéditions aventureuses : fondamentalement, cela est possible. - La collection des Tables du Michigan de Detroit, aux Etats-Unis, comprend plusieurs milliers de pièces. Elle a été trouvée vers 1900 dans d’anciens tumuli indiens. Ces tables sont gravées de signes inconnus et de symboles bibliques. Certains chercheurs sont convaincus de l’authenticité des pièces. Ils supposent qu’elles ont été apportées sur le continent américain à l’époque de la persécution des Chrétiens.


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/Q01t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2frz/f0403.htm)
Premiers contacts culturels globaux
Les céramiques de la colonie Valdivia, sur la côte sud de l’Equateur, comptent parmi les plus anciennes du Nouveau-Monde. Etonnamment, elles sont identiques à la céramique Jomon du Japon. La similitude entre les statuettes et débris de terre cuite japonais et équatoriens ne laissent planer aucun doute. Il doit y avoir eu un lien entre les deux pays il y a 5500 ans déjà. D’autres exemples incroyables : une tête en céramique hors du commun d’Amérique du Sud représente une prêtresse ou une reine inconnue. Elle ressemble à s’y méprendre à un célèbre buste de la reine d’Egypte Néfertiti. Certains historiens supposent par ailleurs que la culture Olmèque en Amérique Centrale a été influencée par des immigrés chinois et africains. Et comment une petite statue de l’Ile de Pâques se retrouve-t-elle en Pré Colombie ? Plus de 4000 kilomètres séparent l’Ile de Pâques de la Colombie.


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/HPIM5025t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2frz/f0404.htm)
Les pièces de Comalcalco et le phénomène des déformations de crânes
Les ruines Mayas de Comalcalco au Mexique ont quelque chose de particulier : ces constructions cérémonielles sont constituées de tuiles en terre cuite. Par leur forme, leur couleur et leur style, elles rappellent les anciennes tuiles romaines. De nombreuses tuiles présentent des graffitis non encore déchiffrés. Le plus étonnant ce sont ces images qui rappellent les caractères indiens. - Les similitudes entre les traditions culturelles sont un autre indice de ces contacts culturels anciens. L’étrange culte de la déformation rituelle des crânes est présent dans de nombreuses civilisations préhistoriques. Dans l’ancienne Egypte, en Orient, en Chine et en Amérique du Sud. Même dans l’est de l’Autriche, des découvertes du 5e siècle attestent de cette coutume. Qu’est-ce qui incitait les hommes du monde entier à déformer les délicats crânes de leurs enfants ?


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/E07t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2frz/f0501.htm)
Le disque de Phaistos et d’autres écritures énigmatiques
Des civilisations disparues ont utilisé des systèmes d’écriture que nous n’avons pas su déchiffrer à ce jour. Les traductions du célèbre disque de Phaistos sont aujourd’hui encore insatisfaisantes. Il reste ainsi l’un des objets les plus énigmatiques de la civilisation minoenne. - Egalement inexplicables, les 160 signes « Rongorongo » des habitants de l’Ile de Pâques. Etrangeté supplémentaire : ils sont identiques aux caractères de la civilisation d’Harappa au Pakistan, vieille de plus de 5000 ans. - En Amérique, on a découvert des centaines de pierres avec d’étranges gravures. Les inscriptions seraient des runes vikings. Elles n’ont jamais été traduites. - Et les tables de pierre d’Oaxaca, au Mexique : on suppose que les inscriptions sont du chinois ancien et de l’hébreux. - De nombreuses pierres noires en provenance de Colombie comportent également des signes inconnus. Certaines pièces de la collection du Père Crespi ont des symboles ressemblant à un alphabète étranger. Que nous apprendraient tous ces anciens textes si nous pouvions les comprendre ?


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/5943t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2frz/f0502.htm)
Le secret de la grotte de Burrows
En 1982, l’Américain Russell Burrows découvrit d’étranges pierres dans l’Etat de l’Illinois aux Etats-Unis. Ces pierres gravées, et des centaines d’autres, proviennent d’un système de tunnels souterrains. Les représentations qui y figurent, rappellent diverses cultures. D’autres trésors seraient encore cachés dans la grotte. Des sarcophages, des cadavres momifiés et des objets mortuaires en or massif. Mais jusqu’à présent, Burrows refuse obstinément d’indiquer l’emplacement exact de la grotte. Cependant, des chercheurs ont réussi depuis à localiser ce lieu secret à l’aide de détecteurs de métaux et de radars au sol. Les plus sceptiques avancent la thèse d’une escroquerie. Ou sommes-nous sur le point de faire une découverte archéologique des plus spectaculaires ?


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/kry3t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2frz/f0601.htm)
Les crânes de cristal magiques

Les crânes en cristal et pierres précieuses comptent parmi les artefacts les plus étonnants jamais découverts. Ils semblent étonnamment modernes et naturalistes. On sait peu de choses sur leur origine, les méthodes de fabrication et leur âge. Au centre, vous voyez « E.T. », une tête étrange en quartz fumé, découverte au Guatemala en 1908. Des scientifiques ont prouvé qu’elle avait au moins 500 ans. Elle a été travaillée et polie à la main, avec précision. Un procédé qui, techniquement, exige beaucoup de temps. Le crâne de gauche en aigue-marine appelé « Oceana » vient d’Amérique du Sud. A côté, on peut voir le « Shui Ting Er » en pierre précieuse vert clair, de Mongolie. Et ensuite, une tête de mort des Incas, en lapis-lazuli. A droite d’« E.T. », vous voyez « The Jesuit », taillé dans un morceau de cristal de quartz clair. Le crâne en quartz rose « Baby Luv » provient d’Ukraine. Et pour terminer, voici le « Magnificant Fire » en jaspe rouge.


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/HPIM5280t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2jp/j0701.htm)
Des instruments de mesure précis de l’Amérique primitive
De nombreuses réalisations modernes ne sont-elles que des « redécouvertes » des techniques du passé ? Des bouliers prouvent que les Incas et leurs ancêtres disposaient déjà d’un système de comptage et d’information élaboré. Nous savons des Mayas qu’ils étaient des bâtisseurs hors pair. Mais ils n’ont pas fait que bâtir des observatoires géniaux. Ils possédaient aussi un système de calendrier précis. Leurs unités de mesure les plus petites peuvent incontestablement concurrencer les instruments de mesure électroniques modernes. Cette balance unique au monde a été découverte au Mexique. Elle est constituée de 312 éléments au total. Les 289 pierres semi-précieuses étaient utilisées comme poids. Les unités vont de 3 kg à 0,28 g. Cet instrument de mesure précis servait probablement à peser des remèdes de médecine naturelle.


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/HPIM4914t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2jp/j0702.htm)
Outils high-tech préhistoriques
De nombreux héritages de peuples primitifs éveillent en nous une fascination sans borne. C’est aussi le cas de ces ustensiles en jaspe noir finement travaillés. On les a d’abord classés comme « objets de culte ». Des analyses poussées ont toutefois montré qu’il s’agissait d’outils high-tech. Ils étaient utilisés par un peuple précolombien pour des travaux particulièrement minutieux. Les outils sont incroyablement raffinés et précis. Dans leur maniement, ils s’avèrent même plus parfaits que beaucoup d’objets usuels d’aujourd’hui. Leur forme reflète avec précision les règles de représentation mathématiques. Ces vestiges ont été trouvés à Sutatausa, une région de Colombie encore quasi inexplorée par les archéologues. Une série de pierres noires gravées de mystérieux signes provient de la même région. Qui étaient ces fabricants géniaux ? Et que signifient leurs inscriptions ?


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/archiv05-03t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2frz/f0703.htm)
La lumière des Pharaons
Du courant électrique en Egypte ancienne ? Des indices au temple Hathor de Dendérah, en Egypte, semblent l’attester. Des reliefs montrent des piliers semblables à des isolateurs. Ils soutiennent de grands objets oblongs où sont représentés des serpents ondulants. Ces motifs ressemblent à s’y méprendre à la représentation des décharges électriques. Etonnamment, les textes de Dendérah contiennent aussi des données et des paragraphes techniques que l’on peut relier à la thèse de l’électricité. En 1981, Walter Garn, spécialiste viennois en électricité, a reconstruit ce modèle fonctionnel conformément aux modèles pharaoniques. De nombreux égyptologues rejettent cette interprétation technologique des reliefs de Dendérah. Mais les « lampes éternelles » évoquées dans les traditions antiques appartiennent-elles réellement à l’univers des légendes ?


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/HPIM4986t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2jp/j0704.htm)
Mécanique préhistorique et traitement énigmatique de la pierre
Des statuettes en granit, vieilles de plus de 5000 ans, présentent des contours géométriques parfaits. Ont-elle étaient extraites de la pierre dure mécaniquement à l’aide d’un gabarit ? La petite table de la région de l’Amazone est constituée d’un granit très dur. Et pourquoi tant de précision pour ces sphères de pierre préhistoriques ? Au Costa Rica, on a découvert de telles sphères de différentes tailles, pesant jusqu’à 16 tonnes. Des pierres oblongues d’Equateur se sont avérées êtres les plus anciens instruments en phonolite. La pierre aux trois visages est un coup de génie. Lorsqu’on la tourne, les bouches semblent se mettre en mouvement. Un mystérieux artefact découvert en 1917 lors de fouilles en Basse-Egypte semble avoir eu une fonction mécanique. A en croire son aspect, ce vestige vieux de 2200 ans pourrait avoir servi de turbine hydraulique.


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/HPIM4989t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2frz/f0801.htm)
Symboles de fertilité précolombiens
De nombreuses découvertes inhabituelles ont été faites en Colombie supposant d’étonnantes connaissances en biologie . Les scientifiques attribuent ce savoir aux ancêtres des Muisca ou Chibcha. Ils vivaient autrefois dans la savane de Bogota. Des monolithes de forme phallique mesurant jusqu’à 7 mètres de haut faisaient partie, il y a 3000 ans, d’un centre astronomique. Ils symbolisent également la fertilité et la vie. Bien d’autres sculptures encore, ont été trouvées dans cette région. Elles présentent des motifs qui, selon une approche anthropologique, devaient être au centre de cérémonies de fertilité et de cultes voués aux femmes déesses.


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/HPIM4883t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2frz/f0802.htm)
« Le disque embryologique »
Le « disque embryologique » compte parmi les pièces les plus intéressantes d’Amérique latine. L’avant et l’arrière montrent des images symboliques en relief. Une thèse y voit la représentation de l’évolution, de l’amphibien à l’homme. Les médecins confirment : on y reconnaît des stades de développement décisifs de la vie humaine. Les yeux très écartés et le large segment nasal de toutes les structures crâniennes parlent en faveur de cette thèse. Ces signes sont caractéristiques de la structure crânienne au début de la phase embryonnaire. Mais de quand date ce disque ? Des géologues de l’Université de Bogota la situent dans la préhistoire. Les recherches les plus récentes n’ont pas permis d’attester qu’il pouvait s’agir d’un faux. Cette curieuse découverte pourrait-elle appartenir à une civilisation avancée disparue ? Celle-ci disposait-elle de connaissances équivalentes aux nôtres ?


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/HPIM4981t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2frz/f0803.htm)
Instruments d’obstétrique et pierres de fertilité
La forme parfaite d’une petite sculpture en pierre noire stupéfie : un personnage est assis dans une sorte de « fauteuil ». La scène rappelle une visite chez le dentiste. Et, en effet, de nombreux vestiges, avec des illustrations détaillées, attestent des bonnes connaissances médicales des peuples précolombiens. Une cuillère en pierre montre la tête d’un enfant apparaissant au moment de la naissance. Les représentations sur un couteau sont encore plus pointues. Il pourrait avoir été utilisé pour pratiquer des césariennes. Ou le manche montre-t-il la coupe du cordon ombilical ? Seuls d’autres examens scientifiques permettront de clarifier définitivement l’origine et la signification de ces découvertes.


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/HPIM4443t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2frz/f0901.htm)
Les pierres noires de Bolivie
A 4000 m d’altitude, en Bolivie, se dresse le site archéologique de Tiahuanaco. Ce gigantesque champ de ruines indique la présence de bâtiments énigmatiques et de statues géantes. La porte du Soleil est probablement l’héritage le plus impressionnant. - En Bolivie encore, des archéologues ont découvert des tombes contenant des squelettes humains géants. Les nombreux masques, instruments de musique, pipes à tabac et autres objets d’allure étrange présentent également un grand intérêt scientifique. Tous ces objets sont marqués de gravures et présentent la même coloration noire. Ces artefacts n’ont pas pu être attribués à un style connu à ce jour. Ils montrent toutefois des similitudes avec la civilisation étrusque.


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/a084t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2frz/f0902.htm)
Une technique de fabrication inconnue et des instruments de musique à l’acoustique étrange
Des pièces brisées dévoilent un autre secret. Les vestiges semblent avoir été travaillés à partir de morceaux de roche noire. En réalité, il s’agit de terre cuite. Celle-ci est recouverte d’un vernis. La technique de fabrication est inconnue. Les scientifiques supposent que la masse noire a été formée à des températures extrêmement élevées. - Les flûtes de Pan en pierre sont un autre mystère. A ce jour, elles ne sont connues que de la Chine ancienne. Des musicologues ont testé l’acoustique des flûtes en pierre. Les notes émises par les flûtes étaient celles d’une gamme étrange. Les sons de la petite flûte s’apparentent aux sons émis par les dauphins. L’instrument plus grand provoque une résonance particulièrement grande chez le flûtiste.


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/HPIM4764t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2jp/j1001.htm)
Les pierres d’Ica
Les pierres d’Ica englobent quelque 11 000 vestiges gravés. Ils auraient été découverts dans le lit d’un fleuve asséché près de la plaine de Nazca. D’autres objets, de même que des milliers de figurines grotesques en argile auraient été découverts dans un tunnel souterrain secret. Les motifs représentent des créatures fabuleuses en tous genres, des paysages inconnus, des opérations et surtout des sauriens. Cette collection a suscité de l’intérêt bien au-delà des frontières du Pérou, bien que les scientifiques doutent fortement de son authenticité. Le Dr Javier Cabrera veillait sur ces artefacts dans son musée privé. A son décès en 2002, il emporta dans sa tombe, le secret de cette collection controversée. Bien que nécessaire, une expertise attestée est très problématique, car les artistes locaux produisent des fausses pierres gravées en grandes quantités depuis des décennies.


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/RH194t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2frz/f1002.htm)
« Ralph », la créature inconnue
En 1990, l’Américain Frank Pryor de l’Oklahoma, aux Etats-Unis, fit une découverte macabre. Il s’agissait d’un squelette. Il ne pouvait pas l’attribuer à un quelconque animal et l’emporta chez lui. Par la suite, quatorze examens dans des universités américaines eurent lieu, qui apportèrent des résultats troublants. En dépit de tests en laboratoire et d’analyses ADN, il n’en résultat aucune classification zoologique claire. Les anthropologues et médecins légistes autrichiens sont convaincus : d’après la structure dentaire, il s’agirait d’un veau. Les anatomistes affirment en revanche que les fragments d’os sont ceux d’un bipède. La région où les découvertes ont été faites donne lieu à des observations très particulières. Les descriptions rappellent le chupacabra, le suceur de chèvres. Cette créature fabuleuse est fermement ancrée dans le folklore sud-américain. Toutefois, les rapports sur des rencontres avec la créature inconnue s’accumulent à Puerto Rico, au Texas, en Floride et au Mexique.


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/HPIM4720tt.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2frz/f1003.htm)
Les figurines d’Acambaro et un vase Anasazi avec motif Dino
Acambaro est située au nord-ouest de Mexico City. Depuis 1944, d’innombrables figurines d’argile grotesques et d’objets d’usage quotidien ont été déterrés. Leur origine est controversée. Leur datation renvoie très loin dans la préhistoire. La signification des motifs est, elle aussi, peu claire. Ils présentent souvent des races d’hommes inconnues et des créatures semblables à des dinosaures. Les archéologues sont sceptiques. Cela semble simplement trop fantastique. Les hommes et les dinosaures peuvent-ils se côtoyer dans le temps ? Comment expliquer sinon leur présence dans l’art de très vieilles civilisations ? - Les représentations de dragons sont connues chez de nombreux peuples. Le vase de la civilisation nord-américaine Anasazi en est un exemple impressionnant.


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/A02t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2frz/f1101.htm)
Des traces humaines à l’ère des dinosaures
L’homme ne s’est développé qu’au cours des derniers 4 à 6 millions d’années. Si l’on en croit l’état actuel de nos connaissances scientifiques. Que faire alors de ces immenses empreintes de pieds humains ? Elles ont été trouvées dans le lit de la rivière Paluxy au Texas (Etats-Unis). Beaucoup de découvertes des 200 dernières années contredisent toutes les théories : à Oklahoma, aux Etats-Unis, on a extrait ce gobelet en fer d’un morceau de roche charbonneuse très ancien. Ces fragments osseux ont été découverts en Colombie. Ils proviennent d’une plaque de pierre vieille de plus de 100 millions d’années. S’agit-il de doigts humains ? Comment intégrer ces doigts fossilisés du Texas dans notre vision du monde ? Et qui a cultivé des fruits il y a 100 millions d’années ? Des restes ont été trouvés dans un monastère équatorien.


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/R01-01-A005aat.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2frz/f1102.htm)
Une empreinte de chaussure et un marteau préhistoriques
Cette empreinte de semelle fossilisée a été retrouvée dans l’Utah, Etats-Unis, en 1968. Sur l’empreinte, on distingue un trilobite écrasé. Comment est-il arrivé sur l’empreinte ? Ces crustacées préhistoriques ont disparu il y a environ 230 millions d’années. Est-il possible que l’empreinte soit plus ancienne ? D’après la chronologie usuelle de l’histoire de la terre, c’est impossible. - L’objet le plus connu de cette galerie de découvertes grotesques concernant l’histoire de la terre est le « marteau du Texas ». Lors de sa découverte en 1832, il était entièrement pris dans le calcaire. Les géologues sont certains : le marteau doit avoir le même âge que la couche rocheuse. Ils estiment toutefois celle-ci à 140 millions d’années. La vie humaine n’était pas encore apparue à cette époque. Peut-être que si ? Les sceptiques ont une solution : le « marteau du Texas » a été perdu par un mineur au 19e siècle. Cela n’en reste pas moins une énigme : comment le marteau a-t-il pu être pris dans la roche sédimentaire en si peu de temps ?


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/RH205t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2frz/f1103.htm)
Des fossiles qui contredisent la théorie
Il y a plus de 20 ans, on a découvert en Pennsylvanie, aux Etats-Unis, une collection d’ossements humains. Les plaques crâniennes et les crânes se trouvaient dans une couche de roche charbonneuse de 280 millions d’années. Comment de tels os se retrouvent dans cette couche géologique ? Le journaliste Ed Conrad cherche une explication. Mais il n’est pas parvenu à inciter les scientifiques à procéder à des examens détaillés des pièces inhabituelles découvertes. Parmi les objets litigieux les plus surprenants figurent des fossiles de forme étrange. Ils rappellent une vésicule biliaire, un foie, des doigts, des orteils, une mâchoire inférieure humaine et une voûte crânienne. Une pierre pesant 250 kilogrammes sort de l’ordinaire. Les contours de sa surface correspondent à ceux d’un crâne humain fossilisé. Au vu de ses dimensions, il devait appartenir à un géant.


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/RH203t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2frz/f1104.htm)
Les os géants d’Equateur
Tous les peuples évoquent dans leurs mythes des géants à la force surhumaine. La plupart des scientifiques doutent qu’il existe des fondements réels à cet égard. Toutefois, une preuve venant d’Equateur pourrait attester de l’existence d’une race géante ancienne inconnue. A sa mort, le Père Carlos Vaca a laissé à la postérité une collection d’os géants. Les anatomistes en ont identifié un : il s’agirait d’un os occipital humain. Un autre os fait penser à une partie d’un talon humain. D’après sa taille, il a dû appartenir à un homme ou à un primate géant. De son vivant, il aurait eu une taille inimaginable de 7,50 mètres. Mystery Park est parvenu à réaliser une reconstruction hypothétique de ce géant. Les dinosaures ont disparu il y a 65 millions d’années. Et d’autres avec eux ? Les géants auraient-ils aussi succombé à l’immense catastrophe climatique ?


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/RH227t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2frz/f1201.htm)
Le dilemme des datations
Les datations ne sont pas sûres. Différents exemples le montrent. Des outils préhistoriques de Kaw River en Amérique du Nord offrent des similitudes avec des outils européens en pierre. Pourtant les géologues estiment qu’ils peuvent avoir jusqu’à 200 000 ans. - Dans une couche volcanique vieille de 400 000 ans à Hueyatlaco, au Mexique, on a aussi retrouvé des vestiges plus anciens. - La collection Coxca n’est pas moins mystérieuse. Les artefacts mexicains proviennent de l’un des plus grands champs de bataille de l’histoire américaine. Il compte environ un million de morts. Cependant, nous ne savons quasiment rien des parties en présence. - Des crânes vieux de 4000 ans sont aussi un véritable casse-tête pour les anthropologues. Ils proviennent d’une civilisation pygmée préhistorique du Kansas (Etats-Unis). Quels étaient ces peuples ? D’où venaient-ils ?


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/RH225t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2frz/f1202.htm)
Sifflets en pierre et pierres énergétiques d’acupressure

Des momies ayant jusqu’à 9000 ans ont été découvertes dans le désert de l’Atacama, au Chili. Ces sifflets en pierre volcanique dure étaient placés à côté d’elles. Les archéologues supposent qu’ils ont été utilisés lors d’expériences de transes méditatives. Curieusement, des artefacts de même sonorité ont été découverts en Californie et dans l’Oregon, au nord des Etats-Unis. Une indication de l’existence de relations commerciales entre l’Amérique du Sud et du Nord dans des temps antiques. - Des pierres d’acupressure ont aussi été découvertes près des momies chiliennes. La pierre semblable à la plante d’un pied comporte les points d’acupressure corrects. Etrange. Ces connaissances médicales ont-elles déjà voyagé d’Asie en Amérique latine il y a des millénaires ? Un autre exemple soutient cette thèse d’une relation ancienne entre l’Asie et l’Amérique latine : l’ADN des momies est identique à celui des habitants primitifs du Japon qui vivent aujourd’hui à Hokkaido.


(http://www.unsolved-mysteries.info/images/RH229t.jpg) (http://www.unsolved-mysteries.info/rundgang2frz/f1203.htm)
Des haches géantes et des pierres magiques
Ces immenses outils en pierre ont été trouvés en Equateur. En raison de leur taille, ces vestiges ont été classés comme « haches et couteaux de culte ». Ils sont sensés avoir servi lors de cérémonies. Souvent, les objets incompris sont qualifiés d’« art anthropomorphique » ou d’« objets de culte ». En font partie les figures de diable et de vampire ainsi que les « pierres énergétiques » de Colombie. On dit que les chamans peuvent en activer les énergies cachées. Ils accèdent ainsi au monde des esprits et des démons. Les pierres sont effectivement une source énergétique. Des mesures à l’aide de magnétomètres l’attestent. - Nous ne savons pas si des anomalies archéologiques proviennent vraiment de civilisations préhistoriques disparues. C’est justement pour cela que les scientifiques devraient participer à la clarification de ces énigmes. Car, après tout, notre vision du monde ne correspond à la réalité que si l’improbable y trouve place.


Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: curiopat le 02 octobre 2010 à 18:40:48
Le site ldi5.com nous en apprend beaucoup sur les découvertes archéologiques étonnantes.

http://www.ldi5.com/# (http://www.ldi5.com/#)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: Paperclip le 01 juillet 2011 à 14:01:26
70 livrets en métal pourraient changer notre vision de l’histoire biblique...

(http://i.agoravox.fr/local/cache-vignettes/L450xH600/251jpg-b9c7cb9c7-35a6b-b59e0.jpg)
Selon The Telegraph une incroyable collection de 70 petits livres en métal contenant entre 5 et 15 pages liées par des anneaux de plomb, ainsi que des manuscrits de cuivre avec des messages cryptés en hébreu et en ancien grec ont été découverts en Jordanie.
Pour Ziad al-Saad, directeur du Département des Antiquités de Jordanie, ces livrets ont été certainement écrits par les disciples de Jésus peu de temps après sa mort.
 
Les universitaires sont divisés quant à leur authenticité, mais si après vérification celle-ci est validée, elle pourrait être une autre de ses rares découvertes archéologiques d’une importance capitale et aussi déterminante que la découverte des Manuscrits de la Mer Morte en 1947.
 
Les livres en question ont été découverts il y a cinq ans dans une grotte dans une partie reculée de la Jordanie où les réfugiés chrétiens sont connus pour avoir pris la fuite après la chute de Jérusalem en 70. D’autres documents ont été retrouvés à la même période déjà…
Les premiers essais métallurgiques indiquent que certains des livres pourrait dater du premier siècle après JC.
 
Le codex a été gravé selon un code indéchiffrable, rempli de symboles potentiellement messianiques incluant ce qui semblait être une croix romaine devant un tombeau vide, derrière les murs d'une ville…
 
Pour David Elkington, un chercheur britannique de l'histoire religieuse ancienne et d'archéologie, et l'un des rares à avoir examiné les livres, dit qu'ils pourraient être "la découverte majeure de l'histoire chrétienne".
 
Cette découverte serait le fait d’un Bédouin jordanien, le trésor a été acquis par la suite par un commerçant israélien, les artefacts auraient franchi illégalement la frontière vers Israël, et encore une fois on se retrouve avec un face à face millénaire lui aussi…
 
En attendant que les universitaires et que les datations en cours confirment l’authentification des livrets…on peut s'attendre bientôt à la sortie d’un prochain film hollywoodien nous racontant une belle histoire…

http://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/70-livrets-en-metal-pourraient-96757 (http://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/70-livrets-en-metal-pourraient-96757)
 
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: franck97 le 30 novembre 2011 à 15:19:59
Jason Martell: la connaissance perdue des Cieux

http://suprememastertv.com/fr/ss/?wr_id=122&page=1#v (http://suprememastertv.com/fr/ss/?wr_id=122&page=1#v)
Citer
Les origines, le mode de vie et les connaissances des premières civilisations peuvent être compris par le biais d'objets étonnants qui ont été déterrés dans diverses parties du monde, et qui suggèrent que les premiers humains en savaient beaucoup plus que le simple usage d'outils de pierre rudimentaires. De nombreuses légendes parlent d'un temps où les dieux, les déesses, les géants et les visiteurs des cieux marchaient sur la Terre. Jason Martell, de Los Angeles, aux Etats-Unis, a passé les 15 dernières années à étudier ce sujet à travers des documents écrits, objets et autres matériaux montrant des signes d'activités de l'humanité dans un passé lointain. M. Martell est l'un des grands chercheurs mondiaux et conférenciers sur les technologies anciennes, mais apparemment de pointe, ainsi que les premières interactions des civilisations avec les êtres ou extraterrestres qui seraient descendus du ciel. Il est l'auteur de "Anciens objets des extraterrestres: Histoire visuelle de l'ancienne recherche  astronaute" et "Apocalypse de la connaissance: Anciens astronautes & la recherche de la Planète X." En outre, M. Martell est intervenu sur des chaînes de télévision comme Discovery, Sci-Fi et History Channel.
Jason Martell: Un grand nombre d'œuvres d'art remontant à des milliers d'années, aux pétroglyphes,  diverses sculptures, reliefs muraux, dépeignent des êtres descendant des cieux et interagissant avec l'homme d'alors.
Les universités modernes regardent cela et disent que c'est de la mythologie, c'est la manière pour l'homme de tenter de comprendre sa place dans l'univers. Mais il semble que l'homme d'alors ait fait de grands efforts pour véhiculer beaucoup de ces informations en montrant des reliefs muraux, des dessins et des représentations de certains  événements où les êtres descendaient des cieux, le plus souvent sur ​​certains types d'embarcation. Les Sumériens, l'Irak actuel il ya 6.000 ans, la Mésopotamie, Babylone, la civilisation originelle Sumer, présente beaucoup de similitudes intéressantes avec notre Bible moderne. Les histoires d'Adam et Eve, de l'arche de Noé, (et) des géants sur la terre, toutes ces informations sont  racontées dans des épopées sumériennes conservées sur des pierres qui sont restées inchangées à ce jour.  Je pense donc que l'homme d'alors a déployé beaucoup d'efforts pour transmettre un grand nombre d'informations sacrées et aujourd'hui nous nous efforçons de les comprendre comme une mythologie.
Ce mot intéressant «mythologie», vient du grec «mythos», qui signifie en fait  «connaissance tenue pour être vraie et sacrée parmi les rois et les prêtres et transmise en tant que connaissance sacrée.» Depuis l'épopée sumérienne, il y a environ 6000 ans, il ya eu diverses cultures avancées qui ont soit eu une certaine influence avec des êtres venant des cieux ou ont eu accès à certains types de connaissances perdues.
Certaines incluaient notamment de pouvoir construire les monuments qui sont astronomiquement alignés avec certaines constellations. Voici un exemple: une des pyramides en Amérique du Sud est conçue pour représenter le Dieu Kukulcan, un dieu serpent sous la forme d'un serpent.

Jason Martell - Lost Knowledge from the Heavens - Part 1 (http://www.youtube.com/watch?v=mGxktnDYGBY#)

Jason Martell - Lost Knowledge from the Heavens - Part 2 (http://www.youtube.com/watch?v=wye2Q7KH6GI#)

Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: turlusiphon le 20 décembre 2011 à 21:33:56
Turquie : le plus ancien bracelet en obsidienne révèle l'étonnante technicité des artisans du 8e millénaire avant J.C (Communiqué de Presse du CNRS, 6 décembre 2011)

http://www2.cnrs.fr/presse/communique/2360.htm (http://www2.cnrs.fr/presse/communique/2360.htm)

Citer
Des chercheurs de l'Institut français d'études anatoliennes d'Istanbul (IFEA, CNRS/MAEE (1)) et du Laboratoire de tribologie et de dynamiques des systèmes (LTDS, CNRS/Ecole centrale de Lyon/Ecole nationale d'ingénieurs de Saint Etienne) ont analysé le plus ancien bracelet en obsidienne (2) recensé à ce jour, découvert dans les années 1990 sur le site turc d'Aşıklı Höyük. En étudiant la surface de l'anneau et ses micro-reliefs avec des méthodes high-tech développées par le LTDS, les chercheurs ont révélé l'étonnante technicité des artisans du 8e millénaire avant J.C. Une maîtrise impressionnante pour la Préhistoire récente, digne de nos techniques de polissage actuelles.

Citer
Les analyses réalisées ont montré une régularité presque parfaite du bracelet. La symétrie de l'épaulement central est extrêmement précise, au degré et à la centaine de micromètres près.
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: Biowave le 23 décembre 2011 à 10:37:00
Je trouve ceci passionnant et chacune des histoire évoquées mériterait d'y consacrer sa vie.
Ceci dit, je vous fait savoir qu'en France il y a Glozel. Je vous invite donc à regarder de quoi il s'agit, de lire l'histoire et d'y aller si vous passez dans le coin. Glozel représente, à mon sens, toute une panoplie d'effets liés à une découverte majeure, controverse, accusation de faux, puis finalement (pas toujours le cas) reconnaissance, légion d'honneur...
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: St-James le 23 décembre 2011 à 12:18:02
Il y a aussi ce documentaire "l'histoire cachée du genre humain" qui est tout autant passionnant.. s'il fait doublon alors je m'en excuse..

modération : vidéo doublon supprimée
sujet traité ici : Klaus Dona: L'Histoire cachée du genre humain (http://icietmaintenant.fr/SMF/index.php/topic,13133.0.htm)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: Rosa le 29 décembre 2011 à 18:12:44
Bonjour,

"Les mystérieuses pierres levées d'Al Rajajil.
Sur une colline isolée exposée à quelques kilomètres de la capitale de la province d'Al-Jouf, Sakkaka, se dressent des "grappes" de pierres de trois mètres de haut.

Portant d'anciens graffitis Thamudiques, ces vestiges d'une ancienne culture disparue ont maintenu leur veille solitaire pendant six millénaires.

Beaucoup de ces pierres sont tombées et d'autres penchent selon des angles aléatoires.

Les stèles de grès d'Al-Rajajil ("Les hommes"), pesant jusqu'à cinq tonnes chacune, son populairement qualifiées de Stonehenge de l'Arabie saoudite. Elles sont probablement les plus anciens monuments sur la péninsule..... "


http://decouvertes-archeologiques.blogspot.com/2011/12/les-mysterieuses-pierres-levees-d-al.html (http://decouvertes-archeologiques.blogspot.com/2011/12/les-mysterieuses-pierres-levees-d-al.html)

Bonne soirée à tous  :)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: jerem le 30 décembre 2011 à 01:35:31
Permettez-moi de vous faire partager les dernières découvertes des pyramides de Bosnie, en espérant biensur que cela n'a pas déjà été partagé.

Je pense que l'on est en train de faire un grand pas dans la prise de conscience que nous ne sommes pas la race la plus intelligente qui ai foulé la terre depuis le début de son histoire, il est également intéressant de remarquer que comme à chaque découverte qui nous pousse à la remise en question de notre histoire, ou de l'idée que l'on veut en faire, des lobbys mettent des bâtons dans les roues ou minimise la chose pour écarter l'intérêt publique et maintenir l'ordre établie.

The Edge of Science - Pyramides.Bosniaques.flv (http://www.youtube.com/watch?v=AoTPR7NCph4#)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: DecemberTen le 30 décembre 2011 à 11:04:34
Vraiment intéressant !
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: mistigrigri le 30 décembre 2011 à 23:38:52
merci Jerem pour nous avoir fait partager ce beau moment , passionnant, nous attendons avec impatience la suite de ces découvertes très dérangeantes pour certains ! on aimerait que les égyptologues égyptiens partagent de la même  façon.
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: DecemberTen le 31 décembre 2011 à 13:35:17
J'ai contacté à titre personnel, Nenad Djurdjevic, chercheur à Visoko, afin d'avoir accès aux photos et documents de son site, ce qu'il m'a accordé très courtoisement, ainsi qu'une invitation à le contacter pour d'éventuelles questions.
Pour l'instant je n'en suis qu' à la découverte de ces recherches, qui me semblent assez intéressantes.
http://www.bosnian-pyramid.org/ (http://www.bosnian-pyramid.org/)
Si d'autres que moi s'intéressent à ces "pyramides" et autres découvertes du site de Visoko, comme les sphères de pierre présentes dans la région, il est toujours possible de leur consacrer un fil.
J'ai été un peu surpris de trouver dans la rubrique réservée aux membres du site, une catégorie "X-Files".
Il y a là quelques photos prises sur le site, où apparaissent des "objets" dans le ciel.
Ovnis, oiseaux, avions ou artefacts dus à la pixellisation, je n'en sais rien et pour être clair, mon intérêt se focalise plus sur les découvertes archéologiques que pour ces objets ou tout ce qui pourrait s'y rapporter.
Je recherche évidemment d'autres sources concernant les découvertes archéologiques dans la région, éventuellement contradictoires, peu m'importe.
Il est clair que le site était occupé depuis longtemps par l'homme, cela ne fait aucun doute, mais je me méfie des conclusions hâtives et des amalgames voulus ou pas...
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: Biowave le 01 janvier 2012 à 11:14:55
...Une visite s'impose. Je vais y aller sous peu!
Je connais beaucoup de personnes, ici en Suisse, originaires du coin et s'y rendant fréquemment. Je pourrais éventuellement organiser la visite. je vous en dirai plus...
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: mistigrigri le 01 janvier 2012 à 12:01:18
http://irna.lautre.net/Une-pyramide-parfaite.html (http://irna.lautre.net/Une-pyramide-parfaite.html)
il y a ce site qui dénigre cette découverte avec des arguments.
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: jerem le 01 janvier 2012 à 23:55:56
J'ai survolé l'autre jour le site d'Irna qui dénigre en effet les résultats des recherches scientifiques et tout particulièrement la personnalité de Mr Osmanagic.
J'ai aussi remarqué qu'il s'en prenait très souvent aux travaux d'Osmanagic, il contredit l'age des pyramides car il désapprouve la manière dont la datation au carbone 14 (ce qui est un argument très évasif quand on voit la fiabilité du carbone 14 pour tout ce qui n'est pas organique) à été faites en s’arrêtant bien trop souvent à mon sens sur des détailles de méthodologie. (attitude bien française)
J'ai cru voir aussi que son blog n’était plus autant tenu à jour depuis plusieurs mois, voir année...
Donc vous ne trouverez pas grand chose sur les découvertes et résultats d’étude de ces derniers mois...
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: Jems le 02 janvier 2012 à 03:20:05
Bonne année et bon visionnage à tout ceux qui s'interesse à l'archéologie, cette derniere vidéo et la meilleur que j'ai vu sur le sujet :
LA RÉVÉLATION DES PYRAMIDES HD (http://vimeo.com/20141038)
Cette vidéo n'est plus disponible, sur youtube, suite à une réclamation pour atteinte aux droits d'auteur soumise par WILD BUNCH.


je n'ai pas les moyens techniques pour vérifier les infos de ce documentaire, notamment l'alignement des pyramides et autre monument autours du globe sur une sorte "d'équateur magnétique" si j'ai bien compris la thèse avancé.
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: le laonnois le 02 janvier 2012 à 06:54:20
youtube - Les révélations des Grande Pyramide1/8
modération : le compte youtube associé a été clôturé

1/8 la suite sous la video ;)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: Al198 le 03 janvier 2012 à 00:32:15
Interessant et proprement passionnant sujet, nos ancêtres des quatre coins du monde ont l'air d'apprécier les pyramides ! Le monde moderne n'offre pas ces merveilles...
Titre: Re : Re : Enigmes archéologiques
Posté par: jerem le 03 janvier 2012 à 23:08:25
Le monde moderne n'offre pas ces merveilles...

Bien d'accord avec toi, il y a tellement de choses à decouvrir!
Dommage que le monde scientifique attache si peu d'importance a notre passé...
La philosophie et la science ne vont peut-être pas ensemble...

Merci pour vos contributions
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: St-James le 04 janvier 2012 à 02:33:48
Magnifique documentaire. Je sais pas pour vous mais à moi ça m'a renforcé ma conviction sur le fait dejà que les pyramides sont beaucoup anciennes qu'on nous le dit, et qu'il existait ou co-existaient sur notre planète différente races humanoïdes possédant une technologie hors norme. Notre mère nature a exercé sur eux une table rase...
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: port-royal-transworld le 04 janvier 2012 à 06:37:37
Site de Vesoko/pyramides bosniaques. Etonnant et passionnant.

Je ne vais pas poster les quelques vidéos à trouver via Google et DailyMotion et, surtout, dans les archives RIM mais on ne peut s'empêcher de penser aux recherches, le plus souvent solitaires, menées par Guy-Claude Mouny, infatigable chercheur doublé du flair de l'enquêteur qu'il était,  régulièrement invité par RIM, et ses hypothèses inédites sur les sous-sols, notamment, des pyramides égyptiennes.

Très dommage que Guy-Claude Mouny ne soit plus là pour prendre connaissance de la découverte des pyramides bosniaques. Je le salue au passage.

L'idée développée par le chercheur bosniaque selon laquelle la pyramide est une culture universelle en soi
rejoint d'une certaine façon ce qu'a avancé Guy-Claude Mouny, qui, en ce qui concerne le fameux visage sur Mars,
visage qui a fait couler beaucoup d'encre (et au sujet duquel la NASA s'est pris les pieds dans le tapis, si j'ai bien compris), a étudié minutieusement ce qui se trouve juste à côté et qui montre des formes pyramidales très nettes et régulières.

Je ne sais pas s'il faut extrapoler à ce point mais nul doute qu'il aurait,  en tous cas, apprécié et su évaluer l'importance de la découverte des pyramides bosniaques. 

                                                                                     *

Cette découverte prometteuse constituera - espérons-le, tout en souhaitant que le pays sache juguler le tourisme de masse - une manne pour la Bosnie.
Mais les Egyptiens auraient bien tort de s'en inquiéter , leur civilisation antique est et restera toujours magique et inouïe de beauté.
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: Rosa le 04 janvier 2012 à 12:44:38
Merci pour ce documentaire passionnant !
Je suis étonnée que le chiffre de 26000 ans revienne à la surface comme dans cette histoire de calendrier maya.
J'ai un petit bouquin de poche "Les Pouvoirs des Pyramides" de L. Pavesi, édité chez De Vecchi qui parle des propriétés magnétiques des pyramides, comme le fameux affutage de la lame de rasoir... Il y a plein d'expérience de différents types que l'on peut faire chez soi... Il y a même des mesures pour fabriquer sa pyramide à la bonne dimension.

Un fait trouvé dans le bouquin et que le documentaire ne cite pas, c'est que pour construire la pyramide de Khéops, il a fallu applanir le sol... et qu'il n'y a qu'une différence d'1cm entre les deux côtés... On explique que les égyptiens auraient pu construire un système de petites canalisations d'eau sur toute la surface et que l'eau aurait servi de niveau.... mais, mais, mais, c'est tout de même une précision étonnante vu la surface à niveler.

Au niveau de la géobiologie, la pyramide de khéops est placée sur une ligne or qui la relie à Jérusalem, Costantinople.... et une double ligne argent qui la relie à Rome et Chartres. Sur ce réseau se trouve aussi Strasbourg et Toulouse (Voir Précis Cartésien de Géobiologie de Georges Prat ).

Je ne retrouve pas les coordonnées du bouquin dans lequel j'ai lu cela, mais il y a une ligne tellurique où le nord géographique correspond tip top au nord magnétique. Gizeh se trouve sur cette ligne.

Il y a certainement encore des choses à trouver. Le documentaire ne cite pas les pierres levées mégalithiques par exemple... Elles aussi indiquent les équinoxes... Il y a certainement des liens à faire.... ne fut-ce qu'au niveau géobiologique...

Je sais qu'on n'en a pas encore fini avec ce qu'on voit, mais si on commence à analyser "ce qu'on ne voit pas" (les ondes de formes, les vibrations Bovis par exemple )... c'est aussi étonnant ! (Je ne m'y connais pas assez en géobiologie pour être plus précise et pertinente).

Il faudra bien que les gens ouvrent les yeux un jour  :o

Bonne journée à vous tous  :)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: port-royal-transworld le 04 janvier 2012 à 12:59:59
La révélation des pyramides = Jems et le laonnois, magnifique, merci!


Cela suscite chez moi cette réflexion, parmi d'autres:
Si j'ai bien compris, les pyramides, reliées entre elles et aux autres grands sites antiques, constitueraient* un gigantesque site astronomique et serviraient à prévoir le(s) grand(s) changement()s stellaire(s) tel(s) que notre Soleil et, partant,  nous avertir des déplacements (40 km /an d'après l'un des interviewés) des pôles et des bouleversements climatiques du type Déluge qui en découleraient.
*(Je trouve la démonstration brillante et très convaincante.)

Donc, la menace viendrait du ciel (Soleil, autres étoiles) plutôt que des errances de la civilisation de l'humanité moderne.

Alors, si cela constitue un avertissement, comment le contrer? En émigrant grâce à notre technologie sur d'autres planètes? (Je ne fais aucune allusion, ici, aux visiteurs extraterrestres.)

Ou alors, en considérant l'avertissement  - contre quelque chose face auquel nous sommes impuissants puisque le soleil nous est inaccessible - sous un angle entièrement philosophique et, partant, spirituel?

C'est-à-dire:

Cet avertissement est-il motivé par le pragmatisme des Anciens: " attention, trouvez des solutions pour sauver vos vies et votre civilisation car la fin est pour telle date "?
Ou alors, les Anciens plaçaient-ils la vie spirituelle bien au-dessus de la vie physique au point de nous enjoindre de nous préparer philosophiquement et/ou spirituellement : " attention, soyez prêts, la fin est pour telle date? " 

Ou les deux?

C'est juste une réflexion un brin philosophique - et surtout pas une question - suite à ce documentaire étonnant et convaincant. 
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: port-royal-transworld le 04 janvier 2012 à 13:21:07
Citation Rosa:
Citer
Un fait trouvé dans le bouquin et que le documentaire ne cite pas, c'est que pour construire la pyramide de Khéops, il a fallu applanir le sol... et qu'il n'y a qu'une différence d'1cm entre les deux côtés...

Bonjour Rosa :)

Si, le documentaire précise que le sol a été aplani et s'étonne des grandes  plaques - et de leurs formes -
servant au pavage mais n'évoque pas ce que tu dis sur l'eau utilisée comme instrument hydraulique pour obtenir une horizontale parfaite = C'est très intéressant.

Je reviens pour dire qu'à un moment donné, le documentaire montre des plaques striées verticalement: des encoches pour vérifier niveau et horizontalité? Cela irait dans le sens de l'hypothèse de l'eau que tu cites.
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: Rosa le 04 janvier 2012 à 14:04:51
Kikou Port Royal,

Oui, j'ai vu qu'ils parlaient de l'aplanissement du sol, mais c'est de cette si légère différence de 1 cm dont ils ne parlent pas !

Je suis chipotte  ;D  !
Titre: Re : Re : Enigmes archéologiques
Posté par: Al198 le 04 janvier 2012 à 14:05:05
Au niveau de la géobiologie, la pyramide de khéops est placée sur une ligne or qui la relie à Jérusalem, Costantinople.... et une double ligne argent qui la relie à Rome et Chartres. Sur ce réseau se trouve aussi Strasbourg et Toulouse (Voir Précis Cartésien de Géobiologie de Georges Prat ).
Il y a quelque mois en m'intéressant un peu a l'existence de flux énergétique je suis tombé sur cette page http://www.spirit-science.fr/doc_terre/grille1.html (http://www.spirit-science.fr/doc_terre/grille1.html) "Le système de circuits vitaux de la Terre" présenté en trois partie, l'auteur cite George Prat mais d'autre également. Je n'ai pas tout lu encore juste survolé mais la reflexion menée est intéressante.

Donc, la menace viendrait du ciel (Soleil, autres étoiles) plutôt que des errances de la civilisation de l'humanité moderne.

Alors, si cela constitue un avertissement, comment le contrer? En émigrant grâce à notre technologie sur d'autres planètes? (Je ne fais aucune allusion, ici, aux visiteurs extraterrestres.)

Ou alors, en considérant l'avertissement  - contre quelque chose face à auquel nous sommes impuissants puisque le soleil nous est inaccessible - sous un angle entièrement philosophique et, partant, spirituel?

C'est-à-dire:

Cet avertissement est-il motivé par le pragmatisme des Anciens: " attention, trouvez des solutions pour sauver vos vies et votre civilisation car la fin est pour telle date "?
Ou alors, les Anciens plaçaient-ils la vie spirituelle bien au-dessus de la vie physique au point de nous enjoindre de nous préparer : " attention, soyez prêts, la fin est pour telle date? " 


Et si la menace n'était pas physique ? Ainsi donc si ces antiques structures servaient entre autres aux evenements astronomiques, leur qualité spirituelle est tout aussi sinon plus importante (comme tu le dis en seconde interrogation). Plutôt qu'une fin a proprement parler, n'ont ils pas voulu nous avertir d'une échéance évolutive? De ce fait ma reflexion me pousse justement plus vers les errances de notre espèce comme objet d'avertissement, nous ne sommes pas prêt a accompagner le changement en cours.
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: port-royal-transworld le 04 janvier 2012 à 14:10:33
 
:) Je trouve que tu fais bien évoluer l'hypothèse spirituelle. C'est très intéressant.
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: Rosa le 04 janvier 2012 à 15:09:15
 :)

dailymotio -l-histoire-cachee-de-l-humanite-1-3_
modération : contenu rejeté pour non respect des conditions d'utilisation

Bill Ryan du projet Camelot et Klaus Dona.

On y parle des pyramides partout dans le monde, de liens avec Orion (on fait souvent le rapprochement entre la position des 3 pyramides de Gizeh et le baudrier d'Orion, un lien existe aussi avec les conduits d'aération). Des cartes mystérieuses avec des lignes étranges... qui relient certains endroits de la planète... les fameux géants, une statue géante taillée dans la roche en afrique il y a 17.000 ans...et qui ne ressemble pas à une européenne ou une africaine.... Puma Punku... bref un autre regard...

Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: Rosa le 04 janvier 2012 à 15:39:02
Egypte
(http://i246.photobucket.com/albums/gg92/super-slovak/1220875454_GizaPyramids.jpg)

Mars
(http://i246.photobucket.com/albums/gg92/super-slovak/1220875376_cydonia.jpg)

Orion
(http://i246.photobucket.com/albums/gg92/super-slovak/orion.jpg)

Détails Orion
(http://www.bibliotecapleyades.net/imagenes/piramides_chi_ing_5.jpg)

Teotihuacan
(http://www.bibliotecapleyades.net/imagenes/piramides_chi_ing_6.jpg)

Chine
(http://www.bibliotecapleyades.net/imagenes/piramides_chi_ing_9.jpg)

Chine + Teotihuacan + Orion
(http://www.bibliotecapleyades.net/imagenes/piramides_chi_ing_4.jpg)

Prise de tête trouvée là: http://www.bibliotecapleyades.net/piramides/esp_piramides_china_2.htm (http://www.bibliotecapleyades.net/piramides/esp_piramides_china_2.htm)

Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: port-royal-transworld le 04 janvier 2012 à 17:28:19
Chouette prise de tête, merci Rosa.
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: jonsnow le 03 août 2012 à 21:55:45
je viens de decouvrir l'interview du dr osmanagich et c'est tres interessant. Des nouvelles avancées depuis ?
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: Rosa le 29 avril 2013 à 14:31:36
Bonjour  ;),

http://decouvertes-archeologiques.blogspot.be/2013/04/la-mysterieuse-structure-sous-marine.html (http://decouvertes-archeologiques.blogspot.be/2013/04/la-mysterieuse-structure-sous-marine.html)

"Une structure de pierre mystérieuse, découverte au fond de la mer de Galilée en Israël il y a neuf ans, pourrait être un tumulus d'origine humaine.

C'est ce que des déclarent des plongeurs dans un article après avoir étudié le site.

Le monument, qui est composé de gros blocs de pierre, a la forme d'un cône et aurait un poids estimé à environ 60.000 tonnes. Il fait dix mètres de haut et a un diamètre d'environ 70 mètres.

L'anomalie a été détectée pour la première fois au cours de l'été 2003 lors d'une étude au sonar de la partie sud-ouest de la mer de Galilée, qui est le plus grand lac d'eau douce d'Israël mais aussi le plus bas sur Terre à -211 mètres.

Les plongeurs ont rendu leurs conclusions dans un article publié dans l'International Journal of Nautical Archaeology: "La forme et la composition de la structure immergée ne ressemble à aucune caractéristique naturelle. Nous concluons donc qu'elle est artificielle et l'on pourrait dire que c'est un cairn". ...."

(http://3.bp.blogspot.com/-ta8_mgSjJXk/UWhUpUTi67I/AAAAAAAANl4/7_2ABf25dzA/s400/structure_sous_marine_galilee.jpg)



Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: Rosa le 02 mai 2013 à 14:30:43
Bonjour  :),

http://decouvertes-archeologiques.blogspot.be/2013/05/les-hommes-ont-peut-etre-atteint-les.html (http://decouvertes-archeologiques.blogspot.be/2013/05/les-hommes-ont-peut-etre-atteint-les.html)

"D'après une étude, les hommes auraient vécu en Amérique du Sud à l'apogée de la dernière ère glaciaire, soit des milliers d'années plus tôt qu'on ne le pensait.

Une équipe affirme avoir trouvé des outils de pierre vieux de 22.000 ans, sur le site de Toca da Tira Peia au Brésil, bien que d'autres archéologues contestent cette déclaration.

Christelle Lahaye de L'université Michel Montaigne Bordeaux 3, et ses collègues, ont fouillé un abri sous roche dans le nord-est du Brésil. Ils y ont trouvé 113 outils de pierre.

L'équipe a daté les sédiments, dans lesquels les outils ont été enterrés, en utilisant une technique qui détermine le moment où les sédiments ont été exposés à la lumière la dernière fois.

Ainsi, certains outils ont été enterrés il y a 22000 ans, soit des milliers d'années plus tôt que toute colonisation humaine connue des Amériques...."

(http://decouvertes-archeologiques.blogspot.be/2013/05/les-hommes-ont-peut-etre-atteint-les.html)

Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: Prime le 03 mai 2013 à 17:07:11
Wouaaaa... Je ne sais pas si tout cela est réellement vrai, mais la corrélation entre toutes les pyramides et Orion est tout simplement sidéralement sidérante !!!

Merci Rosa !
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: Rosa le 16 mai 2013 à 15:26:35
http://decouvertes-archeologiques.blogspot.be/2013/05/un-alignement-astronomique-decouvert.html (http://decouvertes-archeologiques.blogspot.be/2013/05/un-alignement-astronomique-decouvert.html)

"Un ancien alignement astronomique dans le sud du Pérou a été découvert par des chercheurs entre une pyramide, deux lignes de pierres et le soleil couchant au solstice d'hiver.

Lors du solstice, il y a des centaines d'années, les trois se seraient alignés pour encadrer la pyramide de lumière.

Les deux lignes de pierre, appelées géoglyphes, sont situées à environ 2 kilomètres à l'est-sud-est de la pyramide. Elles sont longues d'environ 500 mètres, et les chercheurs disent que les lignes ont été "placées de façon à encadrer la pyramide lorsque l'on descendait dans la vallée depuis les montagnes."

En utilisant un logiciel astronomique et la modélisation 3D, les chercheurs ont pu déterminer qu'un événement remarquable avait lieu pendant la période du solstice d'hiver....."

(http://2.bp.blogspot.com/-CKi_vUUF7jo/UYvoRyzUh8I/AAAAAAAAN4w/H9KqcWRYJTE/s1600/alignement_astronomique_p%C3%A9rou.jpg)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: Divs le 18 juin 2013 à 02:59:38
La cité perdue de Mahendraparvata surgit de la jungle du Phnom Kulen après 1200 ans d’oubli.

Une équipe d’archéologues franco-australiens vient de mettre à jour une ville entière datant de 1200 ans, enfouie dans la jungle du Phnom Kulen, à une quarantaine de kilomètre au nord-ouest d’Angkor.

Grâce à une technologie récente ayant recours au laser appelée lidar, les archéologues ont maintenant une vision totale de ce qu’était la cité de Mahendraparvata. Fondée en l’an 802 par Jayarvarman II, cette capitale dont on ignore tout est à l’origine de l’empire Khmer.

Fixé à un hélicoptère, le lidar permet grâce à des milliards d’impulsions laser d’explorer sol et sous sol à travers la jungle la plus épaisse, fournissant des données qui auraient pris des années de recherches sur le terrain.
Nous savions que Jayavarman II avait fondé une capitale sur la montagne puisque des textes anciens y faisaient référence mais nous ne savions pas comment elle s’organisait. Maintenant nous en avons une image complète, explique Jean-Baptiste Chevance, directeur de la Fondation Archéologie et Développement basée à Londres, qui a codirigé les recherches avec Damien Evans de l’Université de Sydney.

28 nouveaux temples révélés

Et les archéologues ont été stupéfaits de voir que les 36 vestiges de temples dispersés sur l’ensemble du Phnom Kulen qui avaient déjà été répertoriés étaient en fait reliés par un réseau de routes, de digues, de bassins et de canaux, suivant une disposition parfaitement organisée en forme de carré.

(http://www.cambodge-post.com/wp-content/uploads/2013/06/JV1020.png)
En vert sur cette carte en relief du Phnom Kulen, les secteurs qui avaient déjà été explorés. En rouge, les infrastructures  et édifices décelées par le laser montrent que la cité était beaucoup plus étendue qu’on l’imaginait. Carte de la Fondation Archéologie et Développement.

Suite, vidéo & Source: http://www.cambodge-post.com/?page_id=3114 (http://www.cambodge-post.com/?page_id=3114)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 19 juin 2013 à 23:11:20
Mexique: Découverte d'une importante cité maya

 Elle était restée cachée dans la forêt pendant des siècles...

Un groupe international d'archéologues a découvert dans l'est du Mexique une importante cité maya dont l'apogée se situerait entre les ans 600 et 900 de notre ère, a annoncé l'Institut national d'anthropologie (INAH). Cette ville, qui s'étend sur 22 hectares dans l'Etat mexicain de Campeche, était restée cachée dans la forêt pendant des siècles avant sa découverte il y a deux semaines par une mission qui l'a baptisée du nom de Chactun, «Pierre rouge» ou «Pierre grande» en maya, a indiqué l'INAH dans un communiqué diffusé mardi soir. La mission a été notamment financée par la National Geographic Society des Etats-Unis, ainsi que par l'entreprise autrichienne Villas et la slovène Ars Longa.
La découverte a été rendue possible grâce à des photos aériennes

«Il s'agit vraiment de l'un des plus grands sites des Terres basses centrales» de la civilisation maya, selon Ivan Sprajc, un archéologue du Centre de Recherches scientifique de l'Académie slovène des Sciences et des Arts, qui a dirigé l'expédition. M. Sprajc a indiqué que la découverte a été rendue possible grâce à des photos aériennes, et avec l'aide de la technique de la stéréoscopie. «Nous avons ainsi trouvé de nombreux traits qui étaient de toute évidence des vestiges architecturaux», a-t-il précisé. «Ce sont des stèles et des autels - dont certains conservent des restes de stuc - qui reflètent le mieux la splendeur de la cité», contemporaine d'autres villes mayas comme Calakmul, Becan et El Palmar, selon l'INAH.

Le site compte aussi de nombreuses constructions de type pyramidal jusqu'à 23 mètres de haut, ainsi que des terrains de jeu de pelote, des cours, places, monuments sculptés et zones d'habitation. Le site de Chactun est l'un des quelque 80 sites détectés par le Projet de reconnaissance archéologique du sud-est du Mexique, lancé en 1996. Source (http://www.20minutes.fr/culture/1176717-20130619-mexique-decouverte-importante-cite-maya)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 03 août 2013 à 23:27:07
Découverte archéologique majeure d’une culture amérindienne méconnue

Les fouilles dans un cimetière vieux de plus de mille ans ont mis au jour les tombes de puissants guerriers parés d’or. Cette découverte, l’une des plus fructueuses réalisées en Amérique depuis plusieurs décennies, offre un aperçu d’une culture méconnue.

Dans un champ d’herbes hautes brûlées par le soleil, au centre du Panama, l’or semblait jaillir du sol ; l’archéologue Julia Mayo avait attendu ce moment si longtemps… Mais, ce jour-là, elle était complètement bouleversée.

Déterminée à exhumer de nouveaux vestiges de la culture ancienne qu’elle étudiait depuis son doctorat, Julia Mayo avait réalisé, en 2005, avec son équipe, ses premiers relevés géophysiques sur un site appelé El Cano. Ces derniers lui avaient permis d’identifier un cercle de sépultures tombées depuis longtemps dans l’oubli.

En 2010, l’équipe y a creusé une fosse de près de 5 m et découvert la dépouille d’un chef de guerre couvert d’or – deux plastrons bosselés, quatre brassards, un bracelet de clochettes, une ceinture de perles creuses en or aussi grosses que des olives, plus de 2 000 minuscules sphères disposées comme si elles étaient jadis cousues sur une écharpe cérémonielle et des centaines de perles tubulaires dessinant un motif en zigzag sur l’un des mollets du dignitaire.

À elles seule, cette trouvaille aurait pu être celle de toute une vie, mais ce n’était qu’un début. Julia Mayo venait de tomber sur un vrai filon. L’équipe est revenue l’an dernier pendant la saison sèche et a mis au jour une deuxième sépulture, aussi riche que la première.

Arborant deux disques en or sur la poitrine, deux sur le dos, quatre brassards et une émeraude translucide, le défunt était assurément un autre chef important. Près de lui gisait un bébé, paré d’or de la même façon – probablement son fils.

Les deux corps reposaient sur une couche de squelettes humains entremêlés, sans doute des esclaves ou des captifs de guerre sacrifiés. Des tests au carbone 14 ont permis de dater les sépultures d’environ 900 apr. J.-C. – époque où la civilisation maya, à quelque 1 290 km au nord-ouest, commençait à péricliter. Suite et source (http://www.nationalgeographic.fr/4615-el-canon-la-derniere-grande-decouverte-archeologique-dune-culture-amerindienne-meconnue/)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: tatave37 le 08 août 2013 à 14:30:04
Sans être particulièrement énigmatique, une très belle fresque maya vient d'être découverte au Guatemala...

http://www.lapresse.ca/sciences/decouvertes/201308/07/01-4677987-une-fresque-maya-exceptionnelle-decouverte-au-guatemala.php (http://www.lapresse.ca/sciences/decouvertes/201308/07/01-4677987-une-fresque-maya-exceptionnelle-decouverte-au-guatemala.php)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 17 août 2013 à 21:41:01
Une sécheresse a mis fin à des civilisations méditerranéennes

La disparition de civilisations florissantes dans l'est du bassin méditerranéen il y a 3.200 ans aurait résulté d'une longue sécheresse, selon des chercheurs français, qui soulignent le rôle clé du climat dans l'histoire des sociétés humaines.

L'effondrement politique et économique de certaines des civilisations les plus avancées, mycénienne, minoenne ou du vaste empire Hittite à la fin de l'âge de bronze avait jusqu'à maintenant surtout été attribué à des destructions humaines consécutives pour partie aux invasions dans le delta du Nil, les côtes turques ou en Syrie et en Palestine. Les auteurs de ces travaux, publiés dans la revue américaine PLOS ONE, ont analysé les grains de pollen retrouvés dans des sédiments du lac salé de Larnaka sur l'île de Chypre. Le changement des isotopes de carbone, la "signature chimique" des plantes locales et de la région montre que le lac a connu une période humide avant de s'assécher progressivement. Cette période correspond à une sécheresse de quatre siècles à l'origine de l'anéantissement de ces civilisations.

Combinant ces données avec des indices archéologiques comme des tablettes cunéiformes et des correspondances entre monarques, les chercheurs concluent que la crise de la fin de l'âge de bronze en Méditerranée orientale a simplement été "un épisode complexe ayant résulté d'une sécheresse provoquée par un changement climatique. Ce dernier a entraîné des famines, des invasions étrangères et des conflits politiques". Selon ces chercheurs, dont David Laniewski de l'Université Paul-Sabatier à Toulouse, le principal auteur, l'effondrement de ces civilisations méditerranéennes met en lumière la vulnérabilité climatique des sociétés dépendantes de l'agriculture. "C'est l'un des meilleurs exemples montrant comment une entité économique et commerciale internationale, composée de multiples Etats, peut s'effondrer en raison du changement climatique", estime Lee Drake, professeur d'Archéologie à l'Université du Nouveau-Mexique au sud-ouest des Etats-Unis.

"Cela nous donne une idée de la manière dont cela se produit", ajoute l'archéologue qui n'a pas participé à cette étude. La fin de la civilisation Maya est également attribuée à une longue sécheresse. Les historiens estiment aussi qu'un événement climatique pourrait avoir été l'un des déclencheurs de la Révolution française en 1789. Mais dans le cas de la sécheresse dans l'est du bassin méditerranéen à la fin de l'âge de bronze, les causes ne sont pas totalement établies. Les températures de surface de la Méditerranée se sont rapidement refroidies durant cette époque réduisant l'évaporation et les précipitations dans les terres, selon Lee Drake. Cela a correspondu à un refroidissement général de deux degrés dans l'hémisphère nord, précise-t-il.

"La grande question est de savoir pourquoi un important changement de la température globale a pu provoquer une réaction aussi rapide en Méditerranée" relève ce chercheur. "Je pense qu'il est très important de comprendre ce mécanisme car il n'est pas inconcevable qu'un tel phénomène se reproduise", dit-il à l'AFP. "Le plus grand danger au Proche-Orient n'est pas nécessairement représenté par un Etat ou un dictateur mais plutôt par le changement climatique", juge-t-il. Source (http://www.7sur7.be/7s7/fr/1506/Sciences/article/detail/1687375/2013/08/15/Une-secheresse-a-mis-fin-a-des-civilisations-mediterraneennes.dhtml)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 18 octobre 2013 à 23:06:23
Un crâne de 1,8 million d'années révolutionne l'histoire de l'évolution

La découverte en Géorgie d'un crâne complet vieux de 1,8 million d'années bouleverse la vision de nos origines.

Cela faisait 1,8 million d'années qu'ils attendaient sagement qu'on les trouve, cachés qu'ils étaient au sommet d'une colline géorgienne. Pour qu'ils puissent «parler», raconter leur temps, montrer leurs visages, décrire ce qu'ils mangeaient… Prouver qu'ils faisaient bien partie des tout premiers du genre humain. Et, de plus, obliger les paléontologues du monde entier à revoir leur copie sur ces premiers stades de développement de la lignée des hominidés.

«Les fossiles hominidés de Dmanisi, dans le sud de la Géorgie, sont les représentants les plus anciens du genre Homo hors d'Afrique», n'hésite pas à affirmer le Pr David Lordkipanidze, directeur du muséum national de Géorgie, à Tbilissi, premier signataire de la publication relatant cette découverte dans la revue Science . Et 5 crânes, dont 4 avec mandibule, ont été exhumés depuis plusieurs années. Ainsi, une mâchoire avait été découverte en 2000. Cinq ans plus tard, à deux mètres de là, un crâne magnifiquement conservé, sans les déformations ou fracturations qu'entraîne parfois la fossilisation, était lui aussi mis au jour. Et mâchoire et crâne s'emboîtent parfaitement. «Cette “tête” est remarquable pour plusieurs raisons, estime Marcia Ponce de Leon, de l'université de Zurich, qui a participé aux travaux. Il a un relativement petit volume crânien, 546 cm3, soit un tiers de celui d'un homme moderne. Il a une face large et prognathe, une mâchoire proéminente avec de larges dents, des arcades sourcilières très marquées. La combinaison de tous ces traits n'avait encore jamais été observée et offre donc des informations nouvelles sur ce à quoi ressemblaient les premiers Homo.» Le crâne (les chercheurs affirment qu'ils ne lui ont pas donné de petit nom, il est désigné comme D4500) est si bien conservé qu'une reconstitution de sa tête et de son visage a pu être faite.

Source et suite (http://www.lefigaro.fr/sciences/2013/10/18/01008-20131018ARTFIG00289-un-crane-de-18-million-d-annees-revolutionne-l-histoire-de-l-evolution.php)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 28 octobre 2013 à 22:50:47
De nouveaux alignements astronomiques découverts à Machu Picchu

Une équipe péruvienne et polonaise a examiné un bâtiment jusqu'ici non fouillé sur le site Inca de Machu Picchu. Il a été constaté que la structure était alignée astronomiquement selon le professeur Mariusz Ziółkowski, chef du Centre de recherche précolombienne à l'Université de Varsovie.
L'équipe a utilisé des scanners laser 3D pour modéliser et étudier le bâtiment, nommé "El Mirador" (le point de vue). Ils ont pu ainsi obtenir des emplacements et des alignements précis.
"Malgré les difficultés du terrain, nous avons réussi à effectuer des analyses laser 3D, que nous avons ensuite utilisé pour préparer un modèle précis de ce complexe incroyable," a déclaré le professeur Ziółkowski.

Les résultats des analyses préliminaires indiquent qu'il s'agit d'un dispositif, utilisé probablement par un petit groupe de prêtres incas astronomes, pour des observations précises de la position des astres sur l'horizon, en s'aidant des sommets de la montagne Yanantin.
Les Incas étaient connus pour leurs connaissances en astronomie; ils notaient les mouvements des cieux afin de planifier leurs calendriers agricoles et religieux.

Une importance archéoastronomique.

Les chercheurs polonais qui ont travaillé à Machu Picchu depuis 2008, ont mis l'accent sur l'importance archéoastronomique du site. Ils ont présenté leurs conclusions à la Conférence internationale de la Société Européenne pour l'Astronomie dans La Culture à Athènes en Septembre 2013.
El Mirador, a été construit en blocs de pierres et a été identifié dans une partie inaccessible du parc national de Machu Picchu par le directeur du parc, l'anthropologue Fernando Astete Victoria.
Il a donc invité l'équipe polonaise à travailler avec l'équipe péruvienne pour approfondir l'étude du site avec les dernières technologies.

Il sont pu ainsi dévoiler un nouveau modèle d'alignement, Est-Ouest, différent des centres cérémoniels incas orientés Nord-Sud.
Des recherches antérieures menées par l'équipe polonaise avaient démontré qu'Intimachay au Machu Picchu était un observatoire astronomique beaucoup plus complexe et plus précis que ce que l'on croyait. Source (http://decouvertes-archeologiques.blogspot.fr/2013/10/de-nouveaux-alignements-astronomiques.html)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: mistigrigri le 02 décembre 2013 à 11:21:03
Restons au Pérou :
"Lima (AFP) - Trente-cinq sarcophages contenant des momies de la culture des Chachapoyas (700 à 1500 après J-C.) ont été découverts par des habitants dans la forêt amazonienne au nord du Pérou, a indiqué jeudi le ministère du Commerce extérieur et du Tourisme.
- "La découverte des 35 sarcophages a été faite par des habitants qui passaient par la montagne El Tigre, dans le district de Jazán, dans la province de Bongará", a déclaré Manuel Cabañas, directeur régional de ce ministère, cité par l'agence de presse officielle Andina.
La découverte remonte à juillet "mais elle n'a pas été divulguée jusque-là pour éviter que les tombes soient pillées et que des personnes étrangères n'accèdent à l'endroit où se trouvent les sarcophages", a-t-il dit."
http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/sciences/20131129.AFP3614/perou-decouverte-de-35-sarcophages-contenant-des-momies-chachapoyas.html (http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/sciences/20131129.AFP3614/perou-decouverte-de-35-sarcophages-contenant-des-momies-chachapoyas.html)
Ce peuple est très intéressant, réfugié dans une sorte de "citadelle du vertige"Kuélap, il a été annexé par les Incas, tout en se rebellant constamment contre eux et en se liant avec les espagnols pour soulever ce joug. Les espagnols ont été étonnés par ce peuple blanc, grand, blond aux yeux bleu. Peut-être était-ce des celtes ? Ce qu'on lit et voit dans cet article passionnant pourrait bien le laisser supposer :
http://artslivres.com/ShowArticle.php?Id=1553 (http://artslivres.com/ShowArticle.php?Id=1553)
Ou peut-être des descendants d'atlantes ? .....
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: mistigrigri le 02 décembre 2013 à 11:52:57
http://au-bout-de-la-route.blogspot.fr/2012/02/les-chachapoyas.html (http://au-bout-de-la-route.blogspot.fr/2012/02/les-chachapoyas.html)
d'autres images des oeuvres de ce peuple, les grandes statues qui rappellent celles de l'Ile de Pâques ... des tissus qui rappellent les tissus traditionnels basques .... http://www.perutoptours.com/index01amculturacht.html (http://www.perutoptours.com/index01amculturacht.html)
très différents de l'art inca tel que nous le connaissons.
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 21 janvier 2014 à 22:51:52
Nouvelles découvertes archéologiques d’une civilisation perdue

(http://www.grahamhancock.com/images/forum/HancockG/G9/Gunung-Padang-small.jpg)

" Tout ce que nous avons appris sur les origines de la civilisation peut être erroné », dit Danny Natawidjaja, Ph.D., géologue senior au Centre de recherche pour Géotechnique à l'Institut indonésien des sciences. " Les vieilles histoires sur Atlantis et autres grandes civilisations perdues de la préhistoire, longtemps repoussées comme des mythes par les archéologues, commencent à être prouvées vraies. "

Je grimpe avec le Dr Natawidjaja la pente raide de 300 m de hauteur, de la pyramide à degrés au milieu d'un paysage magique de volcans, de montagnes et de jungles parsemé de rizières et plantations de thé à une centaine de miles de la ville de Bandung à Java-Ouest, Indonésie.

La pyramide a été connue de l'archéologie depuis 1914, lorsque les structures mégalithiques formés de blocs de basalte en colonnes ont été trouvés dispersés parmi les arbres denses et les sous-bois qui ont recouvert son sommet. Les populations locales ont considéré le site comme étant sacré et l'ont appelé Gunung Padang, le nom qu'il a encore aujourd'hui, qui signifie " Montagne de Lumière " , ou " Montagne des Lumières " , dans la langue locale Sundanese. Le sommet, où ont été trouvés disposés sur cinq terrasses des mégalithes, avait été utilisé comme un lieu de méditation et de retraite depuis des temps immémoriaux, ont dit les archéologues, et cela reste vrai encore aujourd'hui.

Cependant, ni les archéologues, ni, apparemment les habitants, n'ont réalisé que la pyramide était une pyramide. Elle a été considérée comme une colline naturelle, quelque peu modifiée par l'activité humaine, jusqu'à ce que Natawidjaja et son équipe aient commencé une étude géologique ici en 2011. Et puis, le sommet avait depuis longtemps été nettoyé et les terrasses mégalithiques reconnues comme anciennes et faites par l'homme, mais aucune datation au radiocarbone n'avait été déjà faite et l'âge déjà accepté du site - d'environ 1500 à 2500 avant JC - a été fondé sur des suppositions plutôt que sur des fouilles. Suite et source (http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/gunung-padang-les-traces-perdues-de-l-atlantide.html)

http://www.grahamhancock.com/forum/HancockG9-Mystery-Lost-Civilization.php (http://www.grahamhancock.com/forum/HancockG9-Mystery-Lost-Civilization.php)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: mistigrigri le 21 janvier 2014 à 23:18:47
merci pour cet excellent article !
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: tatave37 le 02 février 2014 à 18:19:44
Info passée inaperçue (pour moi en tout cas...) datant de septembre 2013 :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/une-pyramide-engloutie-a-40-m-des-cotes-des-acores-decouverte.html (http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/une-pyramide-engloutie-a-40-m-des-cotes-des-acores-decouverte.html)

La hauteur estimée tient-elle compte des dépôts de sédiments, ou le sonar est-il capable de renseigner sur ce point ?
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 02 février 2014 à 21:04:48
Pas si inaperçue que ça ;)  http://icietmaintenant.fr/SMF/index.php?topic=18866.msg253192#msg253192 (http://icietmaintenant.fr/SMF/index.php?topic=18866.msg253192#msg253192)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: katchina le 02 février 2014 à 23:52:33
M'enfin tatave, que se passe-t-il ? Un peu d'attention tout de même ! Tu me fais un procès d'intention par faute d'inattention à propos des complots, et maintenant tu ne recherches même pas "pyramide açore" avant de poster... tttt... reprends toi  :)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 07 février 2014 à 21:32:47
Les plus anciennes traces de pas en Europe

Les plus anciennes traces de pas en Europe viennent d'être mises au jour à Happisburgh sur la côte est de l'Angleterre. Elles datent de 800 000 ans. Ce genre de découverte est exceptionnel. Il n'existe que deux sites plus anciens avec des empreintes, situés tous deux en Afrique. Il s'agit de celles de Laetoli, en Tanzanie, découvertes en 1979, qui ont sans doute été réalisées par des australopithèques il y a 3,7 millions d'années. Plus récemment, en 2009, des traces de pas de 1,5 millions d'années ont été mises au jour au Kenya.

La découverte anglaise a été annoncée ce matin lors d'une conférence de presse au British Museum. Elle a été permise par l'érosion rapide des falaises de cette côte, qui révèle peu à peu des sédiments anciens. Ceux-ci, plus sombres, disparaissent presque aussitôt, emportés par la mer.

C'est en mai 2013 que les archéologues de l'équipe, prospectant sur la plage à marée basse, découvrent l'un de ces sédiments. Son aspect était relativement inhabituel. Il était en effet parsemé de petits creux. L'un des archéologues, Martin Bates, trouve que ces creux ressemblent à des traces de pas. Or il en avait étudié d'autres, datant d'une époque beaucoup plus récente (quelques milliers d'années).

Intriguée, l'équipe décide donc de pousser un peu plus loin ses recherches. Sous une pluie battante, menacée par la marée montante et la lumière déclinante, elle enregistre au plus vite les traces, en prenant des centaines de photos sous différents angles. Les clichés seront ensuite assemblées en 3D par ordinateur. Comme le relate l'un des membres de l'équipe, c'est trempés jusqu'aux os, démoralisés et pas franchement convaincus de l'utilité de ce qu'ils venaient de faire qu'ils quittent la plage.

Mais quelques semaines plus tard, en examinant attentivement les relevés 3D, ils commencent à reconnaître là, un talon ou ici, des orteils. Et des voûtes plantaires, qui sont un trait caractéristique de l'espèce humaine. Dans certains cas, la pointure de ces traces permet de supposer qu'il s'agissait d'hommes, de femmes et peut-être d'enfants. Suite et source (http://archeo.blog.lemonde.fr/2014/02/07/les-plus-anciennes-traces-de-pas-en-europe/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter#xtor=RSS-3208)

http://www.youtube.com/watch?v=tHFFMyBb1O8#t=229 (http://www.youtube.com/watch?v=tHFFMyBb1O8#t=229)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 15 mars 2014 à 22:43:10
Ces masques exposés à Israël seraient les plus vieux du monde

A l’occasion d’une exposition au Musée d’Israël, une collection de 12 masques datant du Néolithique sera dévoilée au publique. Vieux de 9 000 ans, les masques font partie des plus anciens du monde. Ils étaient certainement portés lors de cérémonies et rituels de l’époque.

En septembre, se tiendra au Musée d’Israël de Jérusalem l’exposition "Face à face : Les plus anciens masques dans le monde". A cette occasion, une inestimable collection de 12 masques calcaires sera dévoilée au public. Les pièces, retrouvées sur plusieurs sites du désert et des collines de Judée sont vieilles de 9000 ans.
Elles datent ainsi de la période préhistorique du Néolithique.

 Sculptés dans la pierre, les masques pèsent entre deux et trois kilos et montrent une apparence qui peut sembler effrayante. Ces objets de formes ovales représentent des visages humains avec des cavités oculaires excessivement grandes et une bouche laissant entrevoir les deux rangées de dents.
Avant de rejoindre l’exposition, la collection a fait l’objet d’une étude comparative, fruit de la collaboration entre Yuval Goren, archéologue et Debby Hershman curatrice du musée d’Israël. Les experts ont réalisé pour chacune des pièces une modélisation tridimensionnelle.

Adaptés au visage humain

Les résultats de cette opération indiquent que la plupart des masques ont été conçus pour être placés confortablement sur le visage. "Les trous pour les yeux permettent un large champ de vision, et la répartition de la masse confortable est adaptée aux contours du visage humain", a déclaré à LiveScience Debby Hershman.
Les pourtours des masques présentent par ailleurs une série de trous qui servaient certainement à les attacher au visage ou sur des perches. Il est possible que les perforations aient également servi à ajouter aux masques des cheveux afin de leur donner un aspect plus humain. 


Selon les spécialistes, les masques représentent probablement les esprits ancestraux et ont été portés lors de cérémonies et rituels. Ils remontent à la période qui désigne littéralement le nouvel âge de pierre, où les hommes ont commencé à se sédentariser au profit de la culture de la terre et de l’élevage.

Quelque chose de "palpitant"

 "C'est assez excitant", a commenté James Snyder, directeur du Musée d'Israël. "Quand vous tombez sur des objets qui sont aussi vieux, qui remontent bien avant que la théologie ne devienne le Judaïsme, le Christianisme et puis l'Islam, sentir qu'il y a ce genre de connexion, que cela fait partie d'une histoire continue, est quelque chose d'assez palpitant". Source (http://www.maxisciences.com/masque/des-masques-effrayants-vieux-de-9-000-ans-devoiles-a-israel_art32180.html)

Ces masques exposés à Israël seraient les plus vieux du monde (http://www.dailymotion.com/video/x1h1mbp)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: DecemberTen le 16 mars 2014 à 00:38:54
Effectivement, il y a quelque chose de troublant et qui pourrait être rassembleur; cela fait partie de l'histoire de l'homme et pas d'une religion en particulier.
Mais justement, à propos de ce côté commun des hommes de cette région, je trouve dommage que quasiment seuls les juifs et quelques chrétiens intéressés et de passage, puissent profiter de l'exposition.
Ceci dit sincèrement, sans aucune intention de remuer le couteau dans la plaie, mais ces masques si j'ai bien compris font au moins autant partie de l'histoire des ancêtres des palestiniens par exemple, que des juifs.
Ce qui aurait été beau et pour le coup, "connectant", c'est que cette exposition soit accessible à tous.
C'est sans doute compliqué et trop demander, et pourtant...

Titre: Re : Re : Enigmes archéologiques
Posté par: St-James le 16 mars 2014 à 10:52:37
et pourtant...

Oui? Ce n'est pas une question à la base mais nous pourrions en débattre, remarque intéressante...
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 25 mars 2014 à 22:30:43
Un bateau de l'âge de bronze retrouvé en Méditerranée !

 Grâce à la vigilance d'un pêcheur de Zambratija, en Croatie, une équipe d'archéologie sous-marine a mis au jour une épave datant du XIIe siècle avant J.-C.

(http://www.lepoint.fr/images/2014/03/18/2503633-jpg_2156474.JPG)
Un plongeur procède à l'étude de l'épave, à Zambratija, en Croatie. © Philippe Groscaux / AMU-CNRS, Centre Camille Jullian

"C'est une découverte extraordinaire." Giulia Boetto, archéologue navale et chargée de recherche au CNRS, peine à contenir sa joie. Il faut dire que ces derniers mois, avec son équipe du centre Camille Jullian d'Aix-en-Provence, elle est allée de surprise en surprise. Tout commence en 2008 lorsque deux de ses collègues croates (Ida Koncani du musée archéologique d'Istrie et son époux Marko Uhac du ministère de la Culture), qui procèdent alors à des fouilles en Istrie, croisent la route d'un pêcheur du petit village de Zambratija. Christian Petrucci, qui part chaque jour pêcher au large, connaît la baie comme sa poche. L'embarcation échouée à 600 mètres de la plage, bien sûr qu'il l'a déjà vue, mais pour lui comme pour tous les marins qui potinent dans le port, il s'agit ni plus ni moins d'un bateau moderne malencontreusement ensablé à deux mètres sous le niveau de la mer. Koncani et Uhac veulent en avoir le coeur net. Et plongent pour remonter un échantillon et effectuer les premières datations au carbone 14. Surprise : le bateau serait antérieur à l'époque romaine. Giulia Boetto rejoint le couple avec son équipe en 2011 et propose d'affiner la date. Après quelques années d'analyses et d'arrêt du chantier, la nouvelle finit par tomber : on est sur une période bien antérieure encore, plutôt vers le XIIe siècle avant J.-C., soit l'âge du bronze ! Pour Le Point.fr, l'archéologue revient sur cette formidable découverte, et les perspectives de recherches qu'elle peut offrir.

Interview. Suite et source (http://www.lepoint.fr/insolite/un-bateau-de-l-age-de-bronze-retrouve-en-mediterranee-18-03-2014-1802436_48.php)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: Kris le 27 mars 2014 à 21:21:13
Pour illustrer un peu plus le rôle des nombres dans la pyramide de Keops, il convent de souligner l'étrange similitude entre la position géographique de cette pyramide et a vitesse connue de la lumière.

Citer
"Si on regarde la position géographique 29.9792458° nord, ce qui est une variante décimale de la vitesse de la lumière nous obtenons une position qui passe sur la pyramide de Kheops et précisément par la chambre du roi. Ce n'est pas le sommet de la pyramide, mais c'est pas mal !!!

C’est alors que nous avons essayé de tester les coordonnées données dans le film de la Révélation des Pyramides : 299.796130 qui est sensiblement différent de 299792458. Et c’est là que le hasard nous semble peu probable.

Car la vitesse de la lumière calculée par Jacques Grimault tombe exactement au centre de cette pyramide et par les chevrons de la chambre de la reine si on convertie cette mesure en coordonnées terrestres.

Il fut alors décidé de reprendre les calculs de Jacques Grimault en essayant de réfléchir aux équations qui seraient le plan de ces pyramides. Ce qui nous donne des dimensions très très proches des siennes et qui pourraient donner exactement la vitesse de la lumière.

Mais il semble en plus, et cela est totalement nouveau, que la position de Khéops par rapport à l’équateur soit positionnée avec une précision millimétrique de façon à nous donner un multiple de 10 de la vitesse de la lumière.[...]"

On est alors en droit de se demander si les bâtisseurs de la grande pyramide connaissaient la vitesse de la lumière ?
Source : http://www.neotrouve.com/?p=5018 (http://www.neotrouve.com/?p=5018)

Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 11 avril 2014 à 21:35:31
Le papyrus évoquant la "femme de Jésus" serait authentique

Ce document très controversé serait bien ancien et non un faux fabriqué récemment conclut une analyse scientifique.

(http://referentiel.nouvelobs.com/file/7203067-le-papyrus-evoquant-la-femme-de-jesus-serait-authentique.jpg)

DA VINCI CODE. "Jésus leur a dit, ma femme". Puis, un peu plus loin "Elle pourra être ma disciple". Lorsque le 18 septembre 2012, Karen L. King, une historienne américaine du Harvard Divinity Institute de Cambridge (Etats-Unis), lit pour la première fois ces quelques mots inscrits sur un fragment de papyrus de 3,8 sur 7,6 cm, un lourd silence s'abat sur assemblée.

Dans l’enceinte du très honorable Augustinianum Institutum Patristicum, un centre de recherche de la faculté de théologie de l’Université pontificale du Latran à Rome, les 300 érudits venus assister au 10e Congrès international d’études coptes sont littéralement médusés. Jusqu'alors, aucun texte antique reconnu par l’Eglise n’indiquait que Jésus ait pu avoir une « femme » (« himé »).

Le Vatican conteste l'authenticité du document

Soudain, les pires heures de l’affaire « Da Vinci Code », le best-seller de Dan Brown vendu à plus de 80 millions d’exemplaires dans le monde, qui « révélait » que Jésus aurait eu un enfant de Marie-Madeleine, semble se reproduire !

L'annonce fait l'effet d'un coup de tonnerre. Dix jours plus tard, le Vatican réplique via les pages du quotidien officiel L’Osservatore romano, et conteste l’authenticité du papyrus, s’appuyant sur l’origine pour le moins opaque du document. À ce moment là, on ne savait en effet rien sur l’époque et les circonstances de la découverte de ce fragment, sorti de nulle part, ni sur la façon dont il a pu transiter des sables de l'Égypte vers les États-Unis où il se trouve conservé aujourd'hui.

Seule information officielle livrée : il appartiendrait à un collectionneur vivant sur le sol américain, lequel exigerait l’anonymat absolu, et aurait été « acquis en 1999, dans un lot de papyrus acheté à un Allemand, H. U. Laukamp », selon les précisions que nous a apportées Karen L. King elle-même.

Un collectionneur mystérieux Suite et source (http://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/20140411.OBS3560/le-papyrus-evoquant-la-femme-de-jesus-serait-authentique.html)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: DecemberTen le 12 avril 2014 à 09:37:56
Quand bien même il serait "authentique", ça signifie seulement qu'à cette époque indéfinie que relate ce document (ce document ne date pas les faits; Jésus ou son synonyme était un nom assez courant je pense), un homme s'appelant comme ça avait certainement une femme, mais je doute que la notion de mariage était la même que la nôtre.
Le document fait entendre que cette femme d'après cet homme pouvait être une disciple.
Même en admettant que ce soit bien le Jésus auquel tout le monde pense, cela reste l'histoire d'un homme, certainement dissident juif, considéré comme prophète, qui avait des disciples, dont sa femme, et qu'il a eu certainement des enfants, rien d'étonnant à cette époque, et.... ?

Bien entendu, comme tout écrit ancien, c'est émouvant car cela nous fait toucher du doigt une partie de l'histoire de l'humanité plutôt méconnue, et en cela c'est beau, mais je serais plus ému de connaître l'écrivain que la personne dont il parle car il n'est déjà plus son contemporain.
J'aurais bien des questions à lui poser... :)

De temps en temps, sortez, visitez des musées, il y a de nouvelles expositions très régulièrement.
Voyez comme ces objets façonnés il y a parfois 20 siècles ou plus, nous sont familiers, proches, contemporains.
Imaginez les hommes ou les femmes qui portaient ces bagues, ces bijoux, accrochaient leurs fibules à leur toges, buvaient dans ces verres, ces tasses, se curaient les mains, arnachaient leurs chevaux; c'est tout aussi émouvant, et ça fait vivre les musées et la recherche sur notre passé; c'est important.

Titre: Re : Re : Enigmes archéologiques
Posté par: katchina le 12 avril 2014 à 10:30:19
Jésus ou son synonyme était un nom assez courant je pense)
Il semble que oui dans la mesure où il s'agit d'un prénom biblique.

Yechoua signifie la délivrance second nom de Josué, le successeur de Moïse (Néh. VIII, 17).

JOSUE - YEHOCHOUA Jésus

En hébreu, Josué s'écrit Yod - He - Vav - Chin-Ayin et a une valeur numérique de 391 (10 + 5 + 6 + 300 + 70).
Ce nom veut dire "Dieu sauvera" ou bien "Agréé de Dieu". C'est le disciple et successeur de Moïse, souvent comparé à la lune, Moïse étant le soleil. Il fait partie des personnages de la Bible dont le nom a été changé : il s'appelait d'abord Hochea, mais, pour qu'il puisse assumer sa mission on ajouta un Yod au début de son nom, marquant ainsi le futur. Il devient "Celui qui sauvera". Il réalise la conquête de Canaan et il est célébré pour la conquête de Jéricho.

Ce nom est important dans la tradition chrétienne, car, par le biais de la transcription du grec, il devient "Jésus".

En effet, Yehochoua se transforme en Yechoua transcrit en grec Yesouz ou Iesous, puis Jésus. C'est exactement le même nom que Josué. Précisons que le tétragramme n'est pas complet dans Yehochoua, puisqu'il manque la quatrième lettre, le deuxième He. Remarque fondamentale car si l'on peut repérer les trois lettres Y.H.V., l'absence du second He ne permet plus d'écrire ce qui fait l'importance de ce nom pour la tradition juive, c'est-à-dire les trois modalités du temps : H.V.H Hové le présent, H.Y.H Haya le passé et Y.H.H. (Yehé). Les implications théologiques en sont fondamentales.

Source : Le Livre des prénoms bibliques et hébraïques - Marc-Alain Ouaknin (http://fr.wikipedia.org/wiki/Marc-Alain_Ouaknin)/Dory Rotnemer - Collection "Espaces libres" - Albin Michel - p83 et 366) copyright 1993 et 1997

Citer
De temps en temps, sortez, visitez des musées

Oui, oui, oui ! Je suis toujours étonnée de la manière dont je suis parfois littéralement enveloppée par la charge énergétique qui se dégage de certains objets, même pour lesquels je n'ai pas, compte -tenu du contexte historique, de sympathie particulière. C'est une manière extraordinaire de voyager dans le temps.  :)
 
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: Argonot le 12 avril 2014 à 13:01:36
Une " charge énergétique " ?
Pourrais-tu développer ce concept , ou le ressenti de cette expérience , svp ?
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: katchina le 12 avril 2014 à 13:16:23
Je n'ai pas les mots, tu as l'impression d'être dans un espace particulier (un peu comme dans une bulle), quelque chose qui tient un peu de la fascination hypnotique,  les objets sont plus... suivant les cas plus : denses... lourds... intenses... lumineux... irradiants. Et c'est à fleur de peau comme les picotements quand le chi circule lors d'une séance de Tai-chi ou de Qi-Qong pour ceux qui connaissent - pour les autres les mots frisson ou chair de poule pourraient convenir, quoique la sensation soit plus subtile. Tu ressens physiquement qu'ils sont chargés, c'est cela qui est intéressant dans la proposition de DT, la différence entre une recherche internet et un face à face avec des objets qui te parlent via des sensations physiques.

C'est là que l'expression "des objets chargés d'histoires" prend tout son sens. D'histoires avec un s car ils sont chargés de leurs histoires, et la charge nous parle. Après tous les objets ne parlent pas à chacun d'entre nous et pas forcément de la même manière. Je pourrai rester scotchée et fascinée devant un objet qui ne te fera ni chaud ni froid (intéressante l'expression) et inversement.

Après cette légère diversion, retour au sujet  - si vous souhaitez continuer le débat sur ce thème, il est possible d'ouvrir un sujet "Objet inanimés avez-vous donc une âme" dans Café philo.
Titre: Re : Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 07 mai 2014 à 22:24:07
Le papyrus évoquant la "femme de Jésus" serait authentique

Nouveau rebondissement, un article du Wall Street Journal annonce que le document datant de 2012 est un faux.

Voir l'article en VO: http://online.wsj.com/news/articles/SB10001424052702304178104579535540828090438 (http://online.wsj.com/news/articles/SB10001424052702304178104579535540828090438)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 14 mai 2014 à 21:15:35
La « Santa Maria » de Christophe Colomb refait surface

Si la découverte est confirmée, elle serait d'importance. Selon The Independent, une équipe d'archéologues sous-marins a découvert l'épave de la Santa Maria, le navire à bord duquel Christophe Colomb a découvert l'Amérique en 1492. Construite sur la côte du Pays basque au cours de la deuxième moitié du XVe siècle, la caravelle s'est abîmée sur des récifs au large d'Haïti, quelque temps après la découverte des Bahamas.
« Toutes les preuves géographiques, la topographie sous-marine et les preuves archélogiques tendent à confirmer qu'il s'agit bien du navire amiral de Colomb », indique Barry Clifford, un archéologue sous-marin dont l'équipe n'a, pour l'instant, que photographié les lieux et pris des mesures.

PROTÉGER LA ZONE DES PILLEURS

La localisation de l'épave a été possible grâce à la découverte, en 2003, de la probable localisation du fort construit par Christophe Colomb et à la lecture du récit de voyage du navigateur. Une première expédition avait permis de photographier l'épave, mais l'équipe n'avait pas été en mesure de l'identifier. Une nouvelle série de plongées a permis de confirmer qu'il s'agissait probablement de la Santa Maria. L'empreinte laissée par le ballast au fond de l'océan, les canons correspondent aussi à celle d'un navire de la taille de la caravelle.

Les archéologues sont entrés en contact avec le gouvernement haïtien et espèrent que la zone sera protégée des pilleurs d'épaves. L'objectif ultime serait de sortir le navire de l'eau, de le conserver et de le présenter au public ; ce qui pourrait être bénéfique à l'industrie touristique d'Haïti, affirme l'archéologue. Source (http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/05/13/decouverte-de-la-santa-maria-de-christophe-colomb_4415875_3244.html#xtor=AL-32280515)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 09 août 2014 à 23:51:37
Géoglyphe : de nouvelles lignes de Nazca découvertes au Pérou

Au Pérou, des vents violents et des tempêtes de sable ont permis de découvrir un nouvel ensemble de géoglyphes dans le désert de Nazca.

Découverts en 1926 au Pérou, les géoglyphes de Nazca sont bien connus dans le monde. Véritable patrimoine mondial de l'Humanité, ces grandes figures tracées dans le sol du désert de Nazca ont encore quelques secrets à nous dévoiler. Récemment, des vents violents additionnés à des tempêtes de sables ont permis de faire une incroyable découverte : un ensemble de géoglyphes encore inconnus.
Les figures ont été aperçus par Eduardo Herrán Gómez de la Torre, un pilote et chercheur, lors d'un vol d'inspection effectué la semaine dernière dans la région d'Ica. Les géoglyphes sont gravés sur les pentes des collines de la vallée El Ingenio et de Pampas de Jumana. D'après le chercheur, l'un des dessins représente un serpent de 60 mètres de long pour 4 mètres de large. "Ce sont des dessins énigmatiques", souligne Herrán.

Géoglyphes Paracas ?

La figure d'un camélidé, longue de 60 mètres et large de 40 mètres, a également été retrouvée au-dessus de ce qui s'apparente être un oiseau encore non identifié. Ces nouvelles lignes viennent rejoindre les nombreuses autres, majoritairement représentatives d'animaux. "Cela pourrait être des géoglyphes Paracas, bien que cela ait besoin d'être déterminé par les archéologues", estime le chercheur repris par El Comercio.
 Les archéologues sont en train d'étudier le site pour confirmer l'authenticité des lignes. Ils pensent que les immenses dessins proviennent de la culture Paracas, qui a prospéré entre 800 avant JC et 200 après JC, et bien connue pour la déformation crânienne par allongement que les individus pratiquaient.
Eduardo Herrán Gómez de la Torre a également indiqué que les nouveaux géoglyphes sont d'ores et déjà géoréferencés dans le Registre national des biens culturels, une procédure nécessaire pour éviter la destruction fortuite ou non de ces figures anciennes.

Culte de l'eau

Depuis plusieurs années, les chercheurs ont établi une théorie : il existerait une étroite relation entre les géoglyphes et l'eau. En effet, d'autres figures du site coïncident étrangement avec des phénomènes liés à l'eau. Par exemple, un géoglyphe triangulaire situé en bas de la montagne Cerro Blanco longe les veines d'eau à l'intérieur de la montagne.
Par ailleurs, un autre géoglyphe, celui du condor, est lié à une légende locale qui raconte que lorsque le condor vole au-dessus de la montagne, les grandes pluies suivent. De même que le célèbre géoglyphe du "colibri", qui à la particularité d'apparaître seulement en été après le passage de pluies abondantes. Tous ces dessins, tracés en une seule et même ligne - sans jamais se croiser -, sont soupçonnés d'être un appel aux dieux pour faire tomber la pluie.
"En regardant la figure de l'oiseau avec les ailes ouvertes et la queue courte, la relation entre les peuples anciens qui ont occupé ce désert aride avec de la pluie et le culte de l'eau est confirmée", explique Giuseppe Orefici Pecci, le directeur du projet archéologique de Nazca. Mais l'explication de ces dessins mystiques, qu'on ne peut discerner que du ciel, est encore sujette à débat. Entre théorie rituelle, ufologique, aérostatique, radiesthésiste et électrosismique, le mystère des lignes de Nazca reste intact, même près de 90 ans plus tard. Source (http://www.maxisciences.com/nazca/geoglyphe-de-nouvelles-lignes-de-nazca-decouvertes-au-perou_art33213.html)

Géoglyphe de nouvelles lignes de Nazca découvertes au Pérou (http://www.dailymotion.com/video/x22wyzo)

Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 23 août 2014 à 21:18:05
Deux anciennes cités mayas découvertes en pleine jungle au Mexique

Au Mexique, les archéologues ont fait la découverte de deux anciennes cités mayas cachées dans la jungle de la péninsule du Yucatán.

Lors d'une exploration dans la jungle mexicaine, des archéologues ont mis au jour les vestiges de deux anciennes cités mayas. Situées au coeur de la péninsule du Yucatán, les villes antiques ont été préservées grâce à l'épaisse végétation qui les entouraient, rendant le site difficile d'accès. C'est ainsi à travers l'espace aérien que les chercheurs ont pu faire la nouvelle découverte.

"Les photographies aériennes nous ont aidés à localiser les sites", a expliqué Ivan Sprajc, le chef d'expédition et archéologue de l'Académie slovène des sciences et des arts. En effet, une recherche approfondie autour de la zone de Chactun, une grande ville maya découverte par Spracj en 2013, a permis aux chercheurs de trouver les ruines.

Cité perdue

L'une des cités montre une extraordinaire façade avec une entrée représentant la mâchoire béante d'un monstre. Ce même décor a été documenté par l'archéologue américain Eric Von Euw dans les années 70. Cependant, l'emplacement exact de la ville que Von Euw avait baptisé "Lagunita" a été perdu par la suite. Les expéditions ultérieures pour retrouver cette cité ont toutes été vaines, jusqu'ici.

"Les informations sur Lagunita étaient vagues et totalement inutiles", a déclaré Sprajc repris par Discovery News. "Dans la jungle, vous pouvez être à 200 mètres d'un site de grande taille et ne pas soupçonner son existence, il y a de petits monticules partout, mais ils ne vous permettent pas de vous faire une idée sur l'endroit où un centre urbain pourrait être", a-t-il ajouté. Toutefois, les informations de l'archéologue américain ne se sont pas montrées totalement obsolètes.  Suite et source (http://www.maxisciences.com/maya/deux-anciennes-cites-mayas-decouvertes-en-pleine-jungle-au-mexique_art33324.html)

Cités mayas découvertes dans le Yucatan (http://www.dailymotion.com/video/x24aqk8)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 25 août 2014 à 20:28:31
Deux sphinx sans tête émergent d'un gigantesque tombeau découvert en Grèce

(https://s1.yimg.com/bt/api/res/1.2/6v2gMmV3apHqbOaVDGhO3g--/YXBwaWQ9eW5ld3M7Y2g9MzQ5O2NyPTE7Y3c9NjIwO2R4PTA7ZHk9MDtmaT11bGNyb3A7aD0zNDk7cT04NTt3PTYyMA--/http://media.zenfs.com/fr_FR/News/maxisciences/les-sphinx-semblaient-garder-l-entree-de-la-tombe-decouverte-en-dans-la-region-macedoine-en-grece_67007_w620.jpg)

Alors que les archéologues retiraient les larges pierres masquant l'entrée d'un site funéraire en Grèce, quelle n'a pas été leur surprise de voir apparaître deux sphinx sans tête. Selon les experts, les sphinx étaient chargés de surveiller le tombeau, le plus grand jamais découvert en Grèce.

Près de deux mètres de haut pour plus d'une tonne. Ce sont les mensurations estimées de ces deux sphinx sans tête découverts à l'entrée d'une tombe au nord de la Grèce. Sans tête et sans ailes, ils doivent aujourd'hui se contenter de culminer à 1,4 mètre de haut, a annoncé le Ministère de la Culture grec.

Selon les experts, les sphinx, qui portent encore des traces de couleur rouge sur leurs pattes, auraient été placés à l'entrée de la tombe pour la garder.

Tombeau majeur

Le tombeau devant lequel ils ont été découverts serait le plus grand jamais mis au jour en Grèce. D'après les estimations, il daterait de 325 à 300 avant Jésus-Christ, soit vers la fin du règne du légendaire roi-guerrier, Alexandre le Grand. Il est situé dans l'ancienne cité d'Amphipolis, dans la région de la Macédoine, au nord-est de la Grèce, à une centaine de kilomètres de sa capitale, Thessalonique.

Cette dernière, ancienne colonie athénienne, avait été conquise par le père d'Alexandre le Grand, Philippe II, en 357 avant J.-C. De nombreux généraux et amiraux d'Alexandre possédaient de forts liens avec la ville d'Amphipolis. C'est également à cet endroit que la femme d'Alexandre, Roxana, et son fils, Alexandre IV, ont été assassinés en 311 avant J.-C., sur ordre de son successeur, le roi Cassandre. Suite et source (http://www.maxisciences.com/sphinx/deux-sphinx-sans-tete-emergent-d-039-un-gigantesque-tombeau-decouvert-en-grece_art33338.html)

Les secrets d'un tombeau grec mis au jour en Macédoine (http://www.dailymotion.com/video/x24ivvj)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 09 octobre 2014 à 02:28:27
Préhistoire: L'art pariétal n'est pas né (que) en Europe

(http://img.20mn.fr/m3rSAzahQdONBIbr6g6nhA/648x415_art-parietal-indonesien-vieux-40000-ans-sujet-etude-publiee-nature-8-octobre-2014)
Art pariétal indonésien vieux de 40.000 ans, sujet d'une étude publiée dans Nature le 8 octobre 2014. - KINEZ RIZA / NATURE / AFP

Révolution dans l'histoire (très lointaine) de l'art. Il y a 40.000 ans, en Asie, des hommes ornaient déjà leurs grottes de peintures comme en Europe. Une découverte qui bouleverse l'idée couramment admise selon laquelle l'art pariétal serait apparu d'abord en Europe de l'Ouest.

En étudiant les grottes calcaires de Maros, sur l'île indonésienne de Sulawesi, une équipe de scientifiques australiens et indonésiens a établi qu'une main humaine peinte en négatif avec une technique de pochoir datait d'il y a 39.900 ans au moins.

Une autre oeuvre, la représentation très réaliste d'un cochon «babirusa», avec ses petites pattes et sa queue, peinte avec des pigments rouges dans la même caverne, est âgée d'au moins 35.400 ans. On sait qu'il s'agit d'une femelle car elle ne porte pas les grandes canines recourbées du «babirusa» mâle, surnommé le «cochon-cerf». Cette datation en fait l'une des premières peintures figuratives au monde.
Nouvelle méthode de datation

Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs, qui publient mercredi leur étude dans la revue britannique Nature, ont utilisé la méthode de datation par l'uranium-thorium. «On considère souvent que l'Europe a été au centre de la première explosion de créativité humaine, particulièrement avec l'art des cavernes, il y a environ 40.000 ans», souligne l'un des auteurs de l'étude, Maxime Aubert, de l'université australienne Griffith. «Mais nos datations de l'art pariétal de Sulawesi montrent qu'à peu près au même moment, à l'autre bout du monde, des hommes réalisaient des peintures d'animaux aussi remarquables que celles des grottes de France et d'Espagne pendant l'Age de glace», ajoute-t-il.

La première oeuvre d'art connue au monde est la peinture d'un disque rouge découverte dans la grotte d'El Castillo dans le nord de l'Espagne et datée d'au moins 40.800 ans. Une main au pochoir trouvée sur ce même site a au moins 37.300 ans. La peinture figurative la plus ancienne retrouvée en Europe est un rhinocéros de la grotte Chauvet (France) qui aurait entre 35.300 et 38.800 ans.

Situées au sud de l'île, les cavernes ornées du karst de Maros sont connues depuis les années 1950. Mais on a longtemps cru que leurs peintures avaient moins de 10.000 ans en raison de l'érosion rapide dans cette région tropicale qui laissait penser qu'elles ne pouvaient pas être très anciennes. De fait, elles sont beaucoup moins bien préservées qu'en Europe et elles se dégradent désormais à grande vitesse.

Différents scénarios

«Il est possible que l'art des cavernes soit apparu de façon indépendante à peu près au même moment aux deux extrémités de la répartition géographique des premiers hommes modernes», relève l'étude.

Un scénario alternatif serait que «l'art pariétal était largement pratiqué par le premier Homo Sapiens à quitter l'Afrique des dizaines de milliers d'années auparavant». Les animaux peints retrouvés dans les cavernes de Maros et la grotte Chauvet «puiseraient alors leurs origines profondes hors d'Europe et d'Indonésie», ajoutent les chercheurs. Dans ce cas, il faut s'attendre à de nouvelles découvertes dans d'autres régions du monde, notamment en Australie, selon eux. Source (http://www.20minutes.fr/sciences/1457315-20141008-prehistoire-art-parietal-europe)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 24 octobre 2014 à 02:48:47
Nouvelle découverte en Grèce(message #64)

Grèce: découverte d'une tête de sphinx dans le mystérieux tombeau d'Amphipolis

Une tête de sphinx en marbre quasi-intacte a été découverte dans le plus grand tombeau antique jamais trouvé en Grèce, à Amphipolis dans la région de Macédoine (nord), a annoncé mardi le ministère de la Culture.
Découverte dans la quatrième chambre du tumulus, la sculpture d'une hauteur de 0,60 mètre "porte des traces de couleur rouge" selon le communiqué ministériel, rapporte l'AFP.
Des fragments des ailes du sphinx ont également été découverts dans cette même salle.

"Cette tête de sphinx appartient au tronc d'un sphinx retrouvé précédemment", souligne la note.

Depuis le mois d'août, au fur à mesure de la progression des fouilles dans le tombeau d'époque hellénistique, deux sphinx imposants ont été découverts, un sol de mosaïque, des chapiteaux de colonnes sculptés, deux cariatides de plus de deux mètres de haut, une imposante mosaïque représentant l'enlèvement de Perséphone par Pluton.

Depuis la mise au jour des fouilles sur le site d'Amphipolis et la visite du Premier ministre Antonis Samaras sur les lieux, différentes hypothèses sur la personne inhumée dans le tombeau circulent: Roxane, l'épouse perse d'Alexandre le Grand, Olympias la mère du roi, ou un de ses compagnons et généraux.

Malgré les espoirs de certains passionnés d'Histoire, les chances que le tombeau soit celui d'Alexandre lui-même paraissent quasi-nulles. A sa mort à 32 ans à Babylone, sa dépouille aurait été inhumée à Alexandrie, en Egypte, bien qu'aucune fouille n'ait jamais confirmé ce scénario.

Les archéologues espèrent pouvoir lever le secret d'Amphipolis d'ici fin octobre, un suspense qui fait affluer les visiteurs sur le site. Source (http://french.ruvr.ru/news/2014_10_22/Grece-decouverte-dune-tete-de-sphinx-dans-le-mysterieux-tombeau-dAmphipolis-6961/)

Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 31 octobre 2014 à 02:06:43
Splendides découvertes à Teotihuacan, dans le tunnel sacré des Dieux

Ces statuettes vieilles de 2000 ans ont été découvertes sous la pyramide du "Serpent à plumes", le monument du 1er siècle de notre ère dédié à Quetzalcoatl, sur le plateau central du Mexique.

(http://referentiel.nouvelobs.com/file/12032332-splendides-decouvertes-a-teotihuacan-dans-le-tunnel-sacre-des-dieux.jpg)

TRÉSOR. Les archéologues mexicains sont-ils en train d’atteindre la tombe tant recherchée des Seigneurs de la Cité des Dieux, à Teotihuacan ? La découverte de ces deux incroyables sculptures vieilles de deux millénaires environ pourrait le laisser présager.

Elles viennent d’être mises au jour à 18 mètres de profondeur dans le tunnel sacré de la pyramide du Serpent à Plumes, -el Serpiente emplumado-, le prestigieux monument du 1er siècle de notre ère dédié à Quetzalcoatl, la divinité tutélaire de Teotihuacan (voir Sciences et Avenir numéro 805 de mars 2014 ; voir aussi notre précédent article sur le site web de S. et A.).

70.000 "offrandes" ont déjà été exhumées à Teotihuacan

"Nous pensions terminer ces travaux cette année, mais devant l’ampleur des découvertes nous devrons les poursuivre encore l’an prochain". Par leur qualité, leur quantité et leur diversité, jamais autant d’offrandes n’ont été exhumées à Teotihuacan : 70.000, rien que dans cette pyramide !

De ces trésors dégagés de leur gangue de terre ont également surgi récemment quatre extraordinaires statues en pierre verte autour desquelles gisaient des milliers de perles de jade, des sphères de pyrite, des restes de grands félins… En novembre 2013, Sciences et Avenir avait pu pénétrer au sein de cette fouille spectaculaire, en compagnie de l’archéologue mexicain Sergio Gomez (à nouveau, Sciences et Avenir 805, ci-dessous la vidéo tournée à cette occasion). Suite et source (http://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/20141029.OBS3516/splendides-decouvertes-a-teotihuacan-dans-le-tunnel-sacre-des-dieux.html)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 04 mars 2015 à 20:13:23
Honduras : la mythique "Cité perdue du Dieu singe" découverte dans la jungle

Cette civilisation perdue est recherchée par les archéologues depuis plus de 500 ans.

Qui a dit que l'aventure n'existait plus à notre époque ? Une expédition archéologique a découvert dans la jungle hondurienne les ruines d'une cité perdue, raconte un article du National Geographic (http://news-beta.nationalgeographic.com/2015/03/150302-honduras-lost-city-monkey-god-maya-ancient-archaeology/). Selon toute vraisemblance, il s'agirait de la "Cité Blanche", aussi appelé "Cité du Dieu Singe".

Des noms qui évoquent probablement aux plus aventuriers d'entre vous le meilleur d'Indiana Jones ou de Tomb Raider, les cités cachés et les civilisations perdues. Selon les légendes locales, les populations indigènes trouvaient refuge dans cette cité blanche afin de fuir les invasions espagnoles, et personne n'en revenait jamais.

L'expédition, rentrée mercredi dernier, a mis à jour sur ce site une pyramide de terre, des sculptures qui pourraient avoir été des offrandes, et des monticules. Les ruines avaient pour la première fois été identifiées en mai 2012 par une expédition aérienne. Selon un des archéologues présents sur dans l'expédition, l'aspect inviolé du site est "extrêmement rare".

Contrairement à leurs célèbres voisins Mayas, cette culture a été très peu étudiée, et encore moins médiatisée, note le National Geographic. D'ailleurs, on ne connait même pas son véritable nom.

Mais la "cité du Dieu singe" hante les rêves des archéologues depuis des siècles. En 1526 déjà, l'aventurier Cortès était sur ses traces. Au milieu du 20 siècle, Thedodore Morde, un archéologue américain prétend l'avoir trouvé à la suite d'une expédition et ramène, pour prouver ses dires, des milliers d'artefacts. Mais il ne donnera jamais les coordonnées de sa découverte, et se donnera la mort avant d'y retourner.

Pour des raisons de sécurité, la localisation exacte du site découvert par les archéologues n'a pas été dévoilée. Soiurce (http://www.atlantico.fr/atlantico-light/honduras-mythique-cite-perdue-dieu-singe-decouverte-dans-jungle-2031020.html)


Titre: Re : Re : Enigmes archéologiques
Posté par: DecemberTen le 05 mars 2015 à 07:00:39
Honduras : la mythique "Cité perdue du Dieu singe" découverte dans la jungle
....
Mais la "cité du Dieu singe" hante les rêves des archéologues depuis des siècles. En 1526 déjà, l'aventurier Cortès était sur ses traces. Au milieu du 20 siècle, Thedodore Morde, un archéologue américain prétend l'avoir trouvé à la suite d'une expédition et ramène, pour prouver ses dires, des milliers d'artefacts. Mais il ne donnera jamais les coordonnées de sa découverte, et ...... se donnera la mort avant d'y retourner.
....

 ??? ???  :o ;D :angel:

(https://38.media.tumblr.com/5febb9064ff9b03070a90d25103f48cc/tumblr_mnegx2NjWo1rh58ldo1_500.gif)

Portnawak...
Parfois je me demande si de temps en temps, Zeta ne fume pas le balatum.  >:D
Enfin, ce genre de post, c'est un peu comme un pansement sur une journée qui débute en renversant mon café sur l'évier... ;D
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: chasouris le 05 mars 2015 à 19:19:06
Merci pour l'info, Zeta
Apparemment, le site est déjà bien repéré ...

http://www.levif.be/actualite/international/decouverte-de-la-mysterieuse-cite-du-dieu-singe/article-normal-370019.html
05/03/15 à 11:27 - Mise à jour à 11:43
...........
L'expédition sur le terrain a eu lieu cette année, mais la ville avait été identifiée dès 2012 par un avion équipé d'un scanner à l'initiative de chercheurs de l'université de Houston et du Centre américain de cartographie. Les données récoltées ont permis de faire une carte en 3D de la vallée. Les coordonnées de cette cité perdue avaient néanmoins été déclarées "secret d'État" par Porfirio Lobo Sosa, le président du Honduras à l'époque, afin de protéger le site.
Un secret éventé par manque de moyen
Si cette découverte est aujourd'hui révélée, c'est essentiellement par manque de moyen de l'état hondurien qui n'a pas l'argent nécessaire pour protéger un tel site. Il est vrai que la déforestation fait des ravages dans cette région reculée tout comme l'élevage de boeuf qui s'étale chaque année davantage. Le directeur de l'université du Honduras et l'Institut hondurien d'anthropologie et d'histoire (IHAH) qui a participé à l'expédition de 2015 s'est donc résolu à faire appel à l'aide internationale pour protéger les vestiges de cette cité perdue.
Le magazine National Geographic a publié un long reportage et les premières photos de la cité perdue.
Le tout est à lire ici
:  http://news-beta.nationalgeographic.com/2015/03/150302-honduras-lost-city-monkey-god-maya-ancient-archaeology/#

Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 05 mars 2015 à 21:41:08
Citer
Parfois je me demande si de temps en temps, Zeta ne fume pas le balatum.  >:D

Sympa DT...  :-[  ;D

C'est le journaliste qui doit fumer, il en oublie des mots...  se donnera la mort avant d'y pouvoir y retourner.
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: djshotam le 05 mars 2015 à 23:44:49


Une découverte archéologique exceptionnelle. Les archéologues de l'Inrap, l'Institut national de recherches archéologiques préventives, ont mis au jour la tombe d'un prince celtique datant de l'âge de fer. Aujourd'hui au beau milieu d'une zone commerciale, le site a été totalement préservé des pillages.


L'état des vestiges -qui datent du Ve siècle avant J.-C.- est donc exceptionnel. Et l'origine des objets retrouvés: un chaudron en bronze -sans doute étrusque- et une cruche à vin en parfait état -fabriquée en Grèce- interroge.
Suite et photos:
http://www.lexpress.fr/diaporama/diapo-photo/actualite/sciences/en-images-une-tombe-princiere-en-parfait-etat-la-decouverte-hors-normes-de-lavau_1658012.html (http://www.lexpress.fr/diaporama/diapo-photo/actualite/sciences/en-images-une-tombe-princiere-en-parfait-etat-la-decouverte-hors-normes-de-lavau_1658012.html)


(http://static.lexpress.fr/medias_10309/w_1367,h_1026,c_crop,x_0,y_832/w_605,h_454,c_fill,g_north/fouille-inrap-de-lavau-2015-8_5278643.jpg)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 28 avril 2015 à 23:06:09
TEOTIHUACAN. Le mystère du mercure sous la pyramide du Serpent à plumes

Du mercure a été découvert sous la pyramide mexicaine, dans le tunnel où est activement recherchée une tombe royale.

TOXIQUE. Les entrailles de la pyramide de Quetzalcóatl, le Serpent à plumes, un des trois plus grands monuments du célèbre site de Teotihuacan - la "demeure des dieux" (en nahuatl), à 50 km au nord-est de Mexico -, viennent de livrer un nouveau secret. Mais qui ne fait que rajouter au mystère des lieux ! Du mercure (un métal liquide) a en effet été découvert vendredi 24 avril 2015 dans une des chambres souterraines situées à l’extrémité du tunnel sacré, à 18m de profondeur, un long corridor de 103 mètres demeuré scellé pendant près de 2000 ans. Symboliserait-il une rivière sacrée souterraine ? "Je ne m’attendais pas à trouver du mercure dans le sol", s’exclame l’archéologue mexicain Sergio Gomez, de l’Institut National d’Anthropologie et d’Histoire du Mexique (Inah), qui fouille très méticuleusement les lieux depuis 2009, et à qui l’on doit déjà la découverte de milliers d’objets. On se souvient encore de ceux dégagés en octobre 2014, parmi lesquels d’extraordinaires sculptures taillées dans des jades, des parures précieuses, des restes d’ossements de jaguar, des coquillages sculptés ou encore des balles de caoutchouc.

Les anciens Mésoaméricains savaient produire du mercure liquide en chauffant le minerai de cinabre

"Le mercure a été trouvé en quantité sous forme liquide dans la chambre sud, explique l’archéologue Julie Gazzola (Inah), qui travaille également sur ce site. Il est très difficile à récupérer car il ne se trouve pas dans un récipient mais mêlé directement à la terre. Lorsqu’on appuie sur les gouttes de mercure, elles se rassemblent et forment une boule plus grosse". Pour les archéologues, la présence de cet élément (très toxique pour l’homme), pourrait être un indice supplémentaire conduisant à la découverte prochaine d’une tombe de souverain. Celle tant recherchée à Teotihuacan et encore jamais retrouvée sur ce site contemporain de la Rome antique. Suite et source (http://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/20150427.OBS8019/teotihuacan-le-mystere-du-mercure-sous-la-pyramide-du-serpent-a-plumes.html)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 22 mai 2015 à 22:26:11
Et si les premiers outils n'étaient pas l’œuvre du genre humain ?

Des chercheurs ont découvert les pierres taillées les plus vieilles du monde, façonnées il y a 3,3 millions d'années. Une date qui change tout ! Interview.

(http://www.lepoint.fr/images/2015/05/21/1324377lpw-1324397-article-jpg_2860825_652x284.jpg)
Ceci est l'un des plus vieux outils fabriqués au Monde, découvert au Kenya, par l'équipe scientifique dirigée d'abord par Hèlène Roche puis par Sonia Harmand, directrices de recherche au CNRS. © MPK-WTAP

 Par Chloé Durand-Parenti

C’est une découverte majeure dévoilée aujourd’hui dans la célèbre revue Nature . Une équipe scientifique franco-américano-kenyane a mis au jour des pierres taillées bien plus anciennes que tout ce qui était connu jusqu’ici. De quoi remettre potentiellement en cause la paternité des premiers outils taillés dans la pierre et ainsi bouleverser peut-être l’histoire des hominidés. Hélène Roche, directrice de recherche émérite au CNRS et coauteur de ces travaux, nous explique cette découverte en détail.

Le Point.fr : À quoi ressemblent les lieux où ces outils ont été retrouvés ?

Hélène Roche : Ces objets ont été mis au jour tout à fait au nord du Kenya, sur la rive ouest du lac Turkana. Une région semi-aride, désertique, où l’on trouve des formations sédimentaires, c’est-à-dire des empilements de couches de sédiments permettant de remonter dans le temps. C’est un lieu exceptionnel, riche des dizaines de sites archéologiques qui s’échelonnent, à présent, avec la découverte de celui où ont été retrouvés ces outils, de - 3,3 millions d’années à  - 700 000 ans. Les sédiments permettent de faire défiler véritablement toute la séquence, ce qui est quelque chose d’absolument unique au monde.

De quel type d ’outils parle-t-on et comment parvient-on à savoir qu ’ils ont été façonnés par la main d ’un être, quel qu ’il soit ?

Il n’y a aucune ambiguïté sur ce point, car nous avons retrouvé, à la fois, les éclats tranchants, les gros blocs de pierre desquels ils ont été prélevés ainsi que les percuteurs et les enclumes (toujours en pierre, NDLR) qui ont servi à les fabriquer. De plus, ce sont, au fond, des outils assez similaires à ceux que l’on retrouve plus tard, possiblement destinés à débiter de la viande.

Comment avez-vous pu déterminer leur âge ?

En réalité, on ne date pas les outils eux-mêmes mais les sédiments dans lesquels ils sont enfouis. Dans le Turkana, comme dans toute cette région de la vallée du Grand Rift, extrêmement active en particulier à l’époque où ont été façonnés ces outils, il y a, mêlées aux sédiments, des cendres volcaniques qui nous permettent de dater les différentes couches. Par ailleurs, on se sert également de ce que l’on appelle la magnétostratigraphie, une technique qui repose sur une sorte d’échelle, de chronologie, basée sur le fait que la Terre connaît régulièrement des inversions de ses pôles magnétiques. Et ces deux techniques donnent le même résultat : ce site date bien d’il y a 3,3 millions d’années. Suite et source (http://www.lepoint.fr/science/et-si-les-premiers-outils-n-etaient-pas-l-oeuvre-du-genre-humain-21-05-2015-1930232_25.php)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 11 juin 2015 à 21:19:24
Au Pérou, des chercheurs découvrent des statuettes vieilles de 3800 ans

(http://s.tf1.fr/mmdia/i/57/6/des-statuettes-vieilles-de-3800-ans-decouvertes-au-perou-11422576dojab_1713.jpg?v=1)
Des statuettes vieilles de 3800 ans découvertes au Pérou / Crédits : HO / PERUVIAN MINISTRY OF CULTURE / AFP

Des chercheurs ont découvert des statuettes précolombiennes vieilles de 3.800 ans sur le site archéologique de Vichama appartenant à l'antique civilisation de Caral, au nord du Pérou, a indiqué mardi le ministère péruvien de la Culture.

C'est une découverte historique. Des statuettes vieilles de 3800 ans et datant de l'ère précolombienne ont été découvertes sur le site archéologique de Vichama appartenant à l'antique civilisation de Caral, au nord du Pérou. Les trois statuettes de boue ont été trouvées à l'intérieur d'un panier de roseaux noué avec des fils de coton, dans les ruines d'un bâtiment du site archéologique.

Situé sur le littoral péruvien, à proximité du village de Vegueta, à 130 km au nord de Lima, ce site appartient à l'ensemble culturel de la civilisation Caral, décrété Patrimoine culturel du Pérou en 2008.

La plus ancienne civilisation connue d'Amérique

Selon le ministère, les statuettes anthropomorphes étaient probablement utilisées dans des rituels religieux. Les statuettes de boue représentent un homme et une femme nus peint en blanc, rouge et noir, représentant la noblesse de l'époque. Une deuxième femme à 28 doigts est recouverte de peinture blanche avec des points rouges symbolisant une prêtresse.

L'équipe de recherche, dirigée par l'archéologue Ruth Shady, a également déterré deux têtes de femmes en boue enveloppées de tissus recouverts de plumes jaunes, bleues et orange. La civilisation de Caral a émergé il y a environ 5000 ans et était une société précolombienne complexe qui comprenait 30 centres majeurs de population sur la côte nord du Pérou. C'est la plus ancienne civilisation connue d'Amérique qui a laissé derrière elle une architecture impressionnante comprenant pyramides et amphithéâtres. Source  (http://lci.tf1.fr/monde/amerique/au-perou-des-chercheurs-decouvrent-des-statuettes-vieilles-8619951.html)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 01 novembre 2015 à 21:00:29
La NASA publie des photos aériennes d’étranges géoglyphes

(http://storage.journaldemontreal.com/v1/dynamic_resize/sws_path/jdx-prod-images/b902e196-566e-4cd0-a32e-fa801cf77bac_ORIGINAL.jpg?quality=80&version=11&size=968x)

 L'Administration nationale de l'aéronautique et de l'espace (NASA) aurait-elle confirmé la présence d’anciennes civilisations vieilles de 8000 ans en Asie Centrale?

Il y a deux semaines, la NASA a publié des photos aériennes d’une région du Kazakhstan où l’on peut voir de mystérieux géoglyphes de différentes tailles et formes, prises à 692 kilomètres de la Terre par la société américaine spécialisée dans l’imagerie spatiale DigitalGlobe, a rapporté The New York Times, vendredi dernier.

Les images satellites d’immenses étendues d’herbes presque dépourvues d’arbres au nord du pays ont révélé des travaux de terrassement qui seraient vieux de 8000 ans. Ces géoglyphes ont différentes formes géométriques, comprenant des carrés, des cercles, des croix et des swastikas. Leur diamètre varie de 90 à 400 mètres.

(http://storage.journaldemontreal.com/v1/dynamic_resize/sws_path/jdx-prod-images/a2c4d2da-2f0b-462e-86a0-85bf74c68590_ORIGINAL.jpg?quality=80&version=11&size=1200x)

Le plus grand, près d'un village néolithique, est un carré géant de 101 monticules.

(http://storage.journaldemontreal.com/v1/dynamic_resize/sws_path/jdx-prod-images/d87417bc-70b3-43c8-a9b5-9ce69ce90454_ORIGINAL.jpg?quality=80&version=11&size=1200x)

Ses coins opposés reliés par une croix en diagonale totalisent une superficie plus importante que la grande pyramide de Khéops. Une autre forme est une sorte de croix gammée, ses bras se terminant en zigzags pliés dans le sens inverse de l’horloge.

(http://storage.journaldemontreal.com/v1/dynamic_resize/sws_path/jdx-prod-images/e398caa4-a2cf-483b-bfd5-a763b275f8e4_ORIGINAL.jpg?quality=80&version=11&size=968x)

Suite et source (http://www.journaldemontreal.com/2015/10/30/la-nasa-publie-des-photos-aeriennes-detranges-geoglyphes)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 18 décembre 2015 à 22:14:15
Une autre espèce humaine a peut-être survécu à l'âge de glace

(http://img.20mn.fr/EKEDvzj-RqCedD5WzQ590g/648x415_illustration-homme-vivait-14000-ans-maludong-chine.jpg)
Illustration d'un homme qui vivait il y a 14.000 ans à Maludong, en Chine. - D.CURNOE/J. XUEPINGeology/.premium-1.692460

L’Homme de Neandertal a peut-être eu de la compagnie. Un fémur retrouvé en 1989 dans une grotte en Chine fait penser aux scientifiques qu’une ancienne espèce d’êtres humains aurait survécu beaucoup plus longtemps qu’on ne le pensait jusqu’alors, selon une étude publiée jeudi.
Cet os vieux de 14.000 ans a été découvert parmi d’autres fossiles à Maludong, dans le sud du pays, en 1989, mais les chercheurs n’ont commencé à l’étudier qu’à partir de 2012. Bien que ce bout de fémur semble assez jeune, il ressemble beaucoup à des os d’espèces beaucoup plus anciennes, comme l’Homo Habilis ou l’Homo Erectus, qui vivaient il y a plus de 1,5 million d’années, note l’étude publiée dans la revue PLOS ONE.

Trois espèces

« Le fait que cet os est assez récent suggère la possibilité que des hommes primitifs aient survécu très tard dans notre évolution. Mais nous devons rester prudents car il ne s’agit que d’un seul os », a expliqué un des auteurs, le professeur Ji Xueping, de l’Institut du Yunnan pour les reliques culturelles et archéologiques en Chine.

Jusqu’à présent les scientifiques s’accordaient à penser que les seules espèces primitives ayant survécu dans ce qui est aujourd’hui l’Europe et l’Asie étaient l’Homme de Neandertal et l’hominidé de Denisova, deux espèces disparues il y a environ 40.000 ans.
On estimait qu’elles avaient disparu juste après que les êtres humains modernes (Homo Sapiens) soient entrés dans ces régions, mais la découverte du fémur de Maludong suggère qu’une autre espèce primitive aurait survécu beaucoup plus longtemps, peut-être jusqu’à la fin du dernier âge glaciaire, achevé il y a 10.000 ans. « Cette découverte ouvre la possibilité qu’une espèce pré-moderne pourrait avoir vécu en même temps que les humains modernes dans l’est de l’Asie, mais nous avons besoin d’autres études pour étayer ce postulat », estime pour sa part Darren Curnoe, de l’université de Nouvelle-Galles du Sud et coauteur de ces travaux.

Refuge pour l’espèce humaine

Le fémur découvert en 1989 est petit et assez fin, comme ceux de l’Homo Habilis, qui a vécu il y a entre 2,8 millions et 1,5 million d’années. L’homme dont l’os a été trouvé à Maludong devait peser environ 50 kilos, soit assez peu pour un être humain pré-moderne.
Cette découverte relance le débat selon lequel cet os proviendrait d’un être humain issu d’une nouvelle lignée de l’évolution, mais d’autres travaux seront nécessaires avant que les scientifiques ne puissent affirmer avoir découvert une nouvelle espèce d’êtres humains.

Pour le moment, les chercheurs indiquent seulement qu’il peut y avoir eu davantage d’espèces d’êtres humains vivant jusqu’à récemment en Chine qu’on ne le pensait. « L’environnement unique et le climat du sud-ouest de la Chine résultant de l’élévation du plateau tibétain pourraient avoir fourni un refuge pour la diversité humaine, peut-être avec des groupes pré-modernes qui y auraient survécu très tard », reprend Ji Xueping.
« Le mystère de la grotte de Maludong est encore très épais : qui étaient ces étranges habitants de l’Age de pierre ? Pourquoi ont-ils survécu si tard ? Et pourquoi seulement dans le sud-ouest tropical de la Chine ? », s’interroge en conclusion Darren Curnoe. Source (http://www.20minutes.fr/sciences/1753335-20151218-autre-espece-humaine-peut-etre-survecu-age-glace)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 23 février 2016 à 23:08:16
Une roue de l’âge du bronze découverte pour la première fois en Grande-Bretagne

(http://www.anguillesousroche.com/wp-content/uploads/2016/02/muddy-645590.jpg)

Une fouille dans une carrière de briques près de Peterborough, Cambridgeshire, a déjà établi des comparaisons avec la ville romaine de Pompéi – car elle fournit une capsule de temps de la vie à l’âge du bronze, quand cette ère touchait à sa fin.
Les logements découverts à la carrière Must Farm, Whittlesey, dans les marais d’East Anglia, ont été construits sur pilotis sur une rivière et détruits dans un incendie il y a 3000 ans.

Maintenant, parmi l’eau et la vase qui ont préservé des artefacts innombrables, l’équipe a trouvé une roue et pense qu’elle date de 1100-800 av. J.-C.
Cela permet de construire une image de la colonie comme étant une communauté prospère avec des liens commerciaux étroits avec les pays voisins sur la terre ferme.

Duncan Wilson, directeur de Historic England, a déclaré : « Cette roue en bois remarquable mais fragile est le premier exemple complet jamais trouvé en Grande-Bretagne. L’existence de cette roue élargit notre compréhension de la technologie finale de l’âge du bronze et le niveau de sophistication de la vie des personnes vivant sur le bord des marais il y a 3000 ans ».
L’ancienne roue en bois fait un mètre de diamètre et est si bien conservée qu’elle contient encore une partie de l’essieu.

Historic England a dit que la découverte est sans précédent en termes de taille et de perfection.

La plus ancienne roue de l’âge du bronze jamais trouvée en Grande-Bretagne était à proximité de ce site et dates de 1300 avant J.-C., mais elle était incomplète et beaucoup plus petite.
Mark Knight, directeur du site, a déclaré que combiné avec d’autres trouvailles sur le site, la découverte permet de fournir un aperçu extraordinaire dans la vie domestique il y a 3000 ans.
Il a dit : « Avant aujourd’hui, seulement deux autres roues de l’âge du bronze ont été trouvées en Angleterre et celles-ci étaient en fragments. Une autre roue intacte à l’origine pensée pour être un bouclier a été trouvée en Écosse, mais c’est tout pour ce genre de technologie ». Suite et source (http://www.anguillesousroche.com/histoire/une-roue-de-lage-du-bronze-decouverte-pour-la-premiere-fois-en-grande-bretagne/)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 09 mars 2016 à 23:31:22
Découverte d’un gigantesque complexe souterrain vieux d’un million d’années

(http://www.epochtimes.fr/wp-content/uploads/2016/03/Hirbat_Midras-676x450-675x400.jpg)
Le site de Hirbet Midras, dans la réserve naturelle Adullam Grove en Israël, une partie de ce que le géologue Dr. Alexander Koltypin, pense être un immense complexe de constructions souterraines préhistoriques, s’étendant à travers la Méditerranée. (Courtesy of Alexander Koltypin)

La majorité des archéologues et des historiens convient que la civilisation humaine a émergé il y a environ 10 à 12 000 ans. Pourtant de nombreux chercheurs ont attiré l’attention sur l’existence d’artefacts et de diverses autres preuves de civilisations avancées ayant vécu bien avant ces dates, dans certains cas des millions d’années auparavant.

Le Dr Alexander Koltypin, géologue et directeur du Centre de recherche en sciences naturelles à l’Université internationale indépendante d’Écologie et de politologie de Moscou, est l’un d’entre eux.

Koltypin a analysé d’anciennes structures souterraines à travers la Méditerranée et identifié des similitudes qui le conduisent à penser qu’à une époque, tous ces sites ont été reliés. En outre, l’altération des structures, leur composition matérielle, les caractéristiques géologiques et les changements historiques survenus dans la région, l’ont amené à croire qu’elles ont été construites par une civilisation avancée, il y a des centaines de milliers ou des millions d’années.

Dans la région, les archéologues datent généralement les sites en fonctions des implantations superposées ou à proximité. Mais ces colonies ont simplement été construites sur des structures préhistoriques, préexistantes fait remarquer Koltypin.

Sur son site internet, il explique : « Lorsque nous avons examiné ces constructions … à aucun moment, aucun d’entre nous, n’a douté du fait qu’elles étaient beaucoup plus anciennes que les ruines cananéennes, philistines, hébraïques, romaines, byzantines et celles d’autres villes et colonies qui les recouvrent ou qui sont à proximité ».

Il a gravit des ruines sur 396 mètres d’une colline voisine de Hurvat Burgin dans la réserve naturelle d’Adullam Grove, dans le centre d’Israël. En observant le site en contrebas, il a éprouvé un sentiment qu’il avait déjà ressenti auparavant lorsqu’il avait grimpé au sommet de la ville rocheuse de Cavusin en Turquie.

« J’étais une nouvelle fois personnellement convaincu… que toutes ces entailles, ces marques rectangulaires, ces structures souterraines artificielles et les restes de mégalithes dispersés formaient un complexe mégalithique souterrain profond de plusieurs centaines de mètres, que l’érosion a ouvert ».

L’érosion et la formation des montagnes

Toutes les parties du présumé complexe ne sont pas restées enfouies sous terre. Avec les changements géologiques dans le temps, certaines sont remontées au niveau du sol – comme les anciennes villes rocheuses de Cappadoce en Turquie que Koltypin inclut dans le complexe.

D’autres parties peuvent également se trouver sous la mer Méditerranée, comme le suggèrent les structures visibles le long de la côte.

Koltypin estime qu’au centre et au nord d’Israël, tout comme au centre de la Turquie, les sites ont été exposés après une faille terrestre érosive de plusieurs centaines de mètres.
« Selon mes calculs, une telle profondeur d’érosion… ne peut se former que dans une période comprise entre 500 000 et 1 million d’années », analyse-t-il. Pour lui, une partie du complexe a été ramené à la surface suite à une orogeny alpine (formation de montagne).

La composition des matériaux de construction sur un site d’Antalya en Turquie, surnommé par Koltypin le « site Jernokleev », est également d’environ 500 000 à 1 million d’années selon ses estimations.

Les archéologues datent généralement les structures de Jernokleev construites par l’homme, au Moyen Âge. Mais, pour Koltypin, les matériaux indiquent un âge beaucoup plus avancé. Suite et source (http://www.epochtimes.fr/decouverte-dun-gigantesque-complexe-souterrain-vieux-dun-million-dannee-11156.html)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 15 mars 2016 à 23:39:52
TEOTIHUACÁN LA CITE DES SCIENCES. SORTIE LE 21 MARS

Lors d’un voyage au Mexique en septembre 2015, nous avons pu visiter la cité antique de Teotihuacán. Ce fut l’occasion d’approfondir nos recherches vues du ciel. Les écrits et consensus concernant cette ville extraordinaire ne nous disent pas grand chose en réalité, tout n’est qu’hypothèse en se basant sur un cadre prédéterminé de l’histoire de l’humanité.

Vous aller découvrir qu’il n’en est rien, que Teotihuacán est un site qui est construit avec un langage mathématique identique à celui qu’utilisait les bâtisseurs de mégalithes et les grandes pyramides de Gizeh en Égypte, mais aussi avec l’unité métrique.

Nous avons confié la réalisation d’un documentaire d’une trentaine de minute à MédiaFusion, sa sortie est prévu le 21 mars 2016 pour fêter l’Équinoxe de printemps. Le film sera libre d’accès sur cette page, puis sur Youtube dans les jours à venir.

 
Résumé et explication sur le documentaire :

Quelles sont les nouveautés que propose le film ?

L’idée est ici de proposer un autre regard, une autre façon de faire de la recherche sur les vestiges antiques. Les historiens lisent les écrits, les archéologues grattent le sol, analysent ce qu’il trouve, et interprètent tout cela à travers des cadres établis de l’histoire. Mais il y a une autre façon de faire. Nous proposons de regarder le site de Teotihuacán à travers le prisme de la géométrie. En effet, ce site est un complexe géométrique, construit avec une orientation, avec des monuments de forme géométrique bien particulière. Pourquoi ne pas tenter de découvrir les stratégies géométriques de ces bâtisseurs ? La géométrie, branche des mathématiques, sont les clefs d’un langage universel, capable de traverser le temps.

Avez vous étudié les proportions et dimensions des pyramides, un peu comme cela peut se faire avec les pyramides de Gizeh ?

Un petit peu, mais ce n’est pas l’essentiel de ce premier documentaire sur Teotihuacán. Nous avons étudié un peu la géométrie de la pyramide du soleil, mais les mesures officielles nous semblent peu précises car ces monuments n’ont pas été totalement restaurés, une petite partie de la pyramide de la lune par exemple est recouverte par la végétation. Nous nous sommes surtout intéressés à la disposition au sol des éléments. Mais il est vrai et cela n’est pas nouveau, que la pyramide du Soleil semble construite aux proportions du nombre PI, sa base vue de face mesure 220 m et sa hauteur de 70 mètres évoquent bien le rapport 22/7 qui est le plus proche et le plus simple pour approcher le nombre irrationnel PI. Toutefois, les auteurs qui évoquent cette particularité n’ont pas fait attention au fait que cela fonctionne en mètre ! Suite et source (http://messagedelanuitdestemps.org/index.php/2016/02/28/prochainement-film-teotihuacan-la-cite-des-sciences/)

http://www.youtube.com/watch?v=br2ZdPwGu7M
Teaser Teotihuacan, La cité des sciences des batisseurs.
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 03 avril 2016 à 22:08:03
Un immense océan découvert sous la surface de la Terre

Des chercheurs russes, français et allemands ont découvert un immense océan souterrain qui s'est formé il y a 2,7 milliards d'années.

Situé entre 410 et 660 kilomètres de profondeur, ce réservoir d'eau contient l'équivalent de trois fois le volume de tous les océans de la planète, rapporte une étude publiée par la revue Nature.
L'océan souterrain s'est formé sous l'effet de hautes pressions et de températures élevées (1530°C). Après avoir analysé des échantillons de lave pétrifiée, les chercheurs ont conclu qu'il s'agissait d'un réservoir ayant une structure cristalline minérale.

Découverts sur le territoire du Canada, les minéraux étudiés représentent des coulées de komatiite prisonnières de certaines roches rares, dont l'olivine. L'analyse des échantillons a permis d'évaluer les quantités d'eau se trouvant sous la surface de la Terre.

Les chercheurs soupçonnaient depuis longtemps l'existence d'un océan souterrain, mais ils en ignoraient la taille. Tout porte à croire que cet immense réservoir d'eau est apparu aux étapes initiales du développement de notre planète. Source (https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201603311023831999-ocean-terre-roches-decoiuverte/)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 29 avril 2016 à 22:42:26
Un nouveau géoglyphe découvert dans le désert de Nazca au Pérou

Il a été tracé il y a environ 2 000 ans. Un nouveau géoglyphe, ces mystérieux dessins géants tracés sur le sol qui font la gloire de la civilisation nazca, a été découvert dans le sud du Pérou. Une équipe d'archéologues japonais et péruviens est à l'origine de cette trouvaille.

La découverte remonte à fin 2015. Elle a été mentionnée sur le site internet de la revue National Geographic (en espagnol), dans le cadre des recherches effectuées depuis sept ans par le chercheur Mazato Sakai avec une équipe de l'université japonaise de Yamagata. Une photo est disponible sur le site (http://www.nationalgeographic.com.es/historia/actualidad/descubren-un-nuevo-geoglifo-en-el-desierto-de-nazca_10306/1).

Selon National Geographic, le dessin, qui s'étire sur environ 30 m, représenterait un animal imaginaire "avec une longue langue". Les célèbres lignes et géoglyphes de Nazca, des motifs géométriques ou animaliers vieux de plus ou moins deux millénaires et situés dans la plaine côtière aride du Pérou, peuvent se voir uniquement du ciel. Ils ont été inscrits en 1994 au patrimoine mondial de l'Unesco. Source (http://www.francetvinfo.fr/sciences/histoire/un-nouveau-geoglyphe-decouvert-dans-le-desert-de-nazca-au-perou_1427639.html)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: DecemberTen le 02 mai 2016 à 08:59:36
Quelqu'un connaitrait-il les coordonnées précises de cette montagne rasée, coupée, rase, je ne sais comment l'appeler, bref, cette montagne dont on a l'impression qu'on en a raboté le sommet, et laissé un surface plane, sur le site de Nazca.
Je la trouve sur Google en image ou sur des sites, mais jamais avec ses coordonnées; j'ai cherché en balayant du regard le site de Nazca sur Google Earth, mais ne la trouve pas.
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 08 mai 2016 à 21:43:24
Un ado découvre une cité maya

Un Québécois de 15 ans a découvert une nouvelle cité maya jusque-là méconnue grâce à sa théorie selon laquelle cette civilisation choisissait l’emplacement de ses villes selon la forme des constellations d’étoiles.

William Gadoury, un adolescent de Saint-Jean-de-Matha dans Lanaudière, est devenu une petite vedette à la NASA, à l’Agence spatiale canadienne et à l’Agence spatiale japonaise, alors que sa découverte est sur le point d’être diffusée dans une revue scientifique.

Passionné des Mayas depuis plusieurs années, il a analysé 22 constellations mayas et s’est aperçu que s’il reliait sur une carte les étoiles des constellations, la forme de chacune d’entre elles correspondait au positionnement de 117 cités mayas. Aucun scientifique n’avait encore découvert une telle corrélation entre les étoiles et l’emplacement des villes mayas.

Le génie de William a cependant été d’analyser une 23e constellation. Celle-ci contenait trois étoiles et seulement deux cités correspondaient sur la carte. Selon sa théorie, il aurait donc dû y avoir une 118e cité maya dans un endroit reculé et inaccessible dans la péninsule du Yucatan, au Mexique.

Une des 5 plus grosses cités

Des analyses à partir des satellites de différentes agences spatiales internationales ont révélé qu’il y avait effectivement une pyramide et une trentaine de bâtiments à l’endroit précis identifié par le jeune homme.

Le Journal a eu accès aux images satellites où l’on voit différentes structures de ce qui pourrait bien être une ancienne cité. «Des formes géométriques, comme des carrés ou des rectangles, sont apparues sur ces images, formes qui peuvent difficilement être attribuées à des phénomènes naturels», affirme le spécialiste en télédétection à l’Université du Nouveau-Brunswick, Dr Armand LaRocque.

Non seulement il aurait découvert une nouvelle cité maya, mais il s’agirait d’une des cinq plus grosses.

«Quand le Dr LaRocque m’a confirmé, en janvier dernier, que l’on distinguait une pyramide et une trentaine de structures, c’était extraordinaire», a dit le jeune homme.

Il a nommé cette cité perdue K’ÀAK’ CHI’ soit «Bouche de feu» en français.

«Je ne comprenais pas pourquoi les Mayas avaient construit leurs cités loin des rivières, sur des terres peu fertiles et dans les montagnes, a indiqué William Gadoury. Il fallait qu’il y ait une autre raison, et comme ils adoraient les étoiles, l’idée m’est venue de vérifier mon hypothèse. J’ai vraiment été surpris et excité quand je me suis rendu compte que les étoiles les plus brillantes des constellations correspondaient aux plus grandes villes mayas».

Il veut y aller

Suite et source (http://www.journaldemontreal.com/2016/05/07/un-ado-decouvre-une-cite-maya)

(http://storage.journaldemontreal.com/v1/dynamic_resize/sws_path/jdx-prod-images/4ee3cadd-3555-48b9-b6b9-4f29fad9cae8_ORIGINAL.jpg?quality=80&version=19&size=968x)


    - Nom: La Bouche de feu

    - Pyramide de 86 mètres

    - Superficie totale de 80 à 120 km carrés

    - Localisation: 17 ° Nord 90 ° Ouest

    - Réseau important d’allées et de rues

     - 30 structures visibles de l’espace

     - 4e plus importante cité maya

Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: mistigrigri le 11 mai 2016 à 08:18:20
Donc Cuzco au Pérou situé dans un endroit si difficile ce serait aussi pour correspondre à des étoiles ?
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 11 mai 2016 à 22:57:02
Oui  :)

Citer
il a analysé 22 constellations mayas et s’est aperçu que s’il reliait sur une carte les étoiles des constellations, la forme de chacune d’entre elles correspondait au positionnement de 117 cités mayas.
Le génie de William a cependant été d’analyser une 23e constellation. Celle-ci contenait trois étoiles et seulement deux cités correspondaient sur la carte. Selon sa théorie, il aurait donc dû y avoir une 118e cité maya dans un endroit reculé et inaccessible dans la péninsule du Yucatan, au Mexique.
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 12 mai 2016 à 22:47:40
Mise à jour "Un ado découvre une cité maya"

Un expert dément la découverte d'une cité maya par un jeune québécois

Eric Taladoire est professeur émérite d'archéologie pré-colombienne et spécialiste des civilisations mayas. Il dément la rumeur très médiatisée de la découverte d'une cité maya par un adolescent québécois de 15 ans.

«Cette histoire commence à nous fatiguer! Tout est faux. Tout. La presse a foncé sans vérifier quoi que ce soit...» clame l'archéologue et enseignant Eric Taladoire. Effectivement, la nouvelle s'était répandue comme une traînée de poudre dans la presse et Le Figaro.fr, lui-même, s'était laissé convaincre par l'anecdote insolite selon laquelle un jeune québécois de 15 ans, William Gadoury, aurait découvert une cité maya grâce à l'étude des constellations. Aujourd'hui, Eric Taladoire, auteur notamment des livres Les Mayas ou La Mesoamérique ; archéologie et art précolombien et comptant à son actif 40 années de fouilles au cœur de la jungle d'Amérique centrale, dément l'information.

Une cité maya au cœur de la jungle mexicaine

Suite et source (http://www.lefigaro.fr/culture/2016/05/11/03004-20160511ARTFIG00180-un-expert-dement-la-decouverte-d-une-cite-maya-par-un-jeune-quebecois.php?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&link_time=1462969744#xtor=AL-155-)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: dificultnspa le 04 juillet 2016 à 22:19:54

Le mystère des géoglyphes géants


D'immenses géoglyphes dont certains datent de plus de 8000 ans ont été découverts en 2007 par un amateur sur GoogleEarth. Mais la Nasa a pris le relais et vient de dévoiler des images spectaculaires de ces mystérieuses structures.


(http://resize3-parismatch.ladmedia.fr/r/625,417,center-middle,ffffff/img/var/news/storage/images/paris-match/actu/insolite/kazakhstan-le-mystere-des-geoglyphes-geants-857961/9075743-1-fre-FR/Le-mystere-des-geoglyphes-geants.png)

La NASA (http://www.parismatch.com/Actu/Insolite/Cratere-de-Gale-La-NASA-a-t-cache-l-eau-martienne-853737) a rendu publiques au cours du mois d’octobre les images satellites les plus précises à ce jour de fascinantes structures artificielles tracées dans une steppe désertique de la région de Turgai, nord du Kazakhstan (http://www.parismatch.com/Actu/Insolite/Kalachi-le-village-au-bois-dormant-719580) La NASA a rendu publiques au cours du mois d’octobre les images satellites les plus précises à ce jour de fascinantes structures artificielles tracées dans une steppe désertique de la région de Turgai, nord du Kazakhstan. Ces gigantesques formes géométriques –croix, svastika, quadrilatères, cercles…- s’étendent pour certaines sur plus d’un kilomètre et ne sont visibles que du ciel. Elles ont d’ailleurs été repérées pour la première fois sur Google Earth par un économiste kazakh passionné d’archéologie en 2007. Il est assez extraordinaire que ces géoglyphes soient restés ignorés jusqu’à une date aussi récente. A titre de comparaison, les célèbres lignes de Nazca ont été découvertes en 1927. Plus grands que les dessins du haut plateau péruvien, les géoglyphes kazakhs seraient aussi bien plus anciens : le plus vieux remonterait à 6000 ans avant notre ère !

source et suite (http://www.parismatch.com/Actu/Insolite/Kazakhstan-Le-mystere-des-geoglyphes-geants-857961)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 11 février 2017 à 03:07:06
Des archéologues auraient découvert la « 12e grotte »

Des fouilles opérées dans une grotte à l’ouest de Qumran prouvent que des manuscrits de la mer Morte datant de la période du second Temple ont été cachés et pillés au milieu du siècle dernier.

Les 900 manuscrits, parchemins et papyrus retrouvés entre 1947 et 1956 dans des grottes à Qumrân, au-dessus de la mer Morte, sont considérés comme l’une des plus importantes découvertes archéologiques de tous les temps. Ils comprennent des textes religieux en hébreu, en araméen et en grec, ainsi que le plus vieil Ancien Testament connu. Les documents les plus anciens remontent au 3e siècle avant Jésus Christ et le plus récent a été rédigé en l’an 70, au moment de la destruction du second Temple juif par les légions romaines. Jusqu’à présent, ces textes ont été retrouvés dans 11 grottes, mais de récentes fouilles suggèrent la découverte d’une 12e grotte.

L’excavation de la grotte par l’Autorité israélienne de la nature et des parcs et de l’Autorité israélienne des antiquités (IAA) et soutenue par l’Administration civile de Cisjordanie a révélé que cette grotte contenait des rouleaux de la mer Morte. De nombreux pots de stockage et des couvercles de la période du Second Temple ont également été retrouvés dans des niches le long des murs de la grotte et à l’intérieur d’un long tunnel. Les pots ont tous été cassés et leur contenu en a été extrait. La découverte d’une pioche de fer datant des années 1950 suggère que ces vestiges ont été cachés et pillés au milieu du siècle dernier. Jusqu’à présent, les spécialistes pensaient que seules 11 grottes contenaient des rouleaux. Avec la découverte de cette caverne, les chercheurs ont maintenant suggéré qu’elle deviendrait la « grotte 12 ».

« Cette fouille est la découverte la plus récente sur les manuscrits de la mer Morte en 60 ans. Jusqu’à présent, on a admis qu’ils ne se trouvaient que dans 11 grottes de Qumran, mais il ne fait aucun doute que c’est bien la douzième grotte », a déclaré le Dr Oren Gutfeld, archéologue à l’Institut d’archéologie de l’Université hébraïque et directeur de l’excavation. « Bien qu’à la fin de la journée aucun rouleau n’ait été trouvé et que nous avons seulement “trouvé” un morceau de parchemin, les résultats indiquent que la grotte contenait des rouleaux qui ont été volés. Les découvertes comprennent des pots dans lesquels des rouleaux ont été cachés, une sangle de cuir pour relier le rouleau, un tissu qui les enveloppait, des morceaux de peau reliant des fragments et plus encore », a-t-il ajouté.

La découverte de la poterie et de nombreuses lames de silex, des pointes de flèches et d’un sceau de timbre décoré en cornaline, une pierre semi-précieuse, a également révélé que cette grotte a été utilisée pendant les périodes chalcolithique et néolithique. Source (http://sciencepost.fr/2017/02/archeologues-auraient-decouvert-12eme-grotte/)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 22 avril 2017 à 21:41:15
La plus grande statue de Bouddha au monde refait surface

(http://i.f1g.fr/media/figaro/805x453_crop/2017/04/17/XVM175caf3e-234c-11e7-a249-5eb5da052a42.jpg)

L'ouvrage, qui était dissimulé depuis des milliers d'années sous la végétation dans la province du Guizhou en Chine, mesure plus de 50 mètres de haut.

Oubliez le Bouddha monumental de Leshan, une nouvelle sculpture fait son entrée dans la course. Restée invisible jusqu'ici, c'est la déforestation dans ses alentours qui a permis cette fantastique découverte. Il pourrait bien s'agir de la plus grande statue au monde représentant Bouddha.

Caché dans les montagnes, dans la ville de Guiyang dans la province du Guizhou en Chine, l'ouvrage de plus de 50 mètres de haut date de plusieurs milliers d'années. Il bat ainsi de quatre mètres le record du Bouddha de Leshan, dans le Sichuan, considéré avant cette découverte comme le plus grand Bouddha sculpté dans la roche. Sa tête orientée vers l'ouest mesure à elle seule 16 mètres. Selon les médias chinois, la tête a été sculptée dans un rocher unique tandis que le reste de son buste fait corps avec le reste de la montagne.

Selon la légende, le maître Hai Nang et son disciple Hai Tung, sous la dynastie des Tang, décidèrent d'ériger deux grandes statues de Bouddha à même la montagne pour prévenir leurs œuvres des catastrophes naturelles. L'apprenti partit en direction de Leshan tandis que le maître resta sur place, trop faible pour entamer le voyage. Hélas, Hai Nang est mort avant de terminer son travail et le Bouddha resté timide derrière la végétation ces derniers siècles resta inachevé. Source (http://www.lefigaro.fr/culture/2017/04/17/03004-20170417ARTFIG00062-la-plus-grande-statue-de-bouddha-au-monde-refait-surface.php)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 26 mai 2017 à 23:14:04
Dans quel pays du monde vivait la plus ancienne civilisation sur Terre?

Une découverte inattendue, faite par des scientifiques américains au Pérou, laisse supposer que la vallée de Chicama pouvait être peuplée il y a quelque 15.000 ans. Cette découverte témoigne de la précocité du développement de civilisations sur le continent américain.

Si jusqu'à nos jours les scientifiques supposaient que le continent américain était le dernier endroit sur Terre à avoir été peuplé, la découverte faite par les chercheurs américains semble démentir cette théorie.

Ainsi, James Adovasio et ses collègues de l'Université Florida Atlantic aux États-Unis ont trouvé des traces indiquant que ces territoires pouvaient être habités bien avant qu'on ne le supposait.

« Nous avons réussi à trouver à Huaca Prieta [un site préhistorique au Pérou, ndlr] de nombreux artefacts, y compris des restes de nourriture, des ustensiles en bois ainsi que d'autres traces prouvant l'existence d'une culture humaine préhistorique. Des corbeilles et des tissus brodés en sont aussi des preuves. Toutes ces trouvailles nous font réfléchir à la vitesse du développement d'une civilisation dans cette région ainsi qu'au niveau de ses progrès et technologies permettant d'extraire des ressources du sol et de la mer », explique M. Adovasio dans la revue scientifique Science Advances.


Des scientifiques définissent les mâchoires les plus meurtrières de tous les temps
Après avoir examiné ces découvertes, les chercheurs ont constaté que la plupart des artefacts dataient de 8 000 ans tandis que certains dépassaient la barre des 15 000 ans. Donc, les scientifiques affirment qu'il y a 15 000 ans nos ancêtres du Pérou avaient un niveau de développement bien plus élevé qu'on ne le croyait auparavant. De ce fait, ils savaient déjà fabriquer des tissus et des récipients, exploiter les ressources minières et marines, attrapant des animaux marins à l'aide de crochets en os ou de lances. De même, ils cultivaient des avocats, des petits pois, du poivre et des citrouilles. Suite et source (https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201705251031531622-science-civilisation-decouverte-scientifiques/)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: freddy le 29 mai 2017 à 15:44:13
(https://img15.hostingpics.net/pics/820505ma22in1500.jpg) (https://www.hostingpics.net/viewer.php?id=820505ma22in1500.jpg)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: zetareticuli le 23 octobre 2017 à 22:22:26
Les dents de 9,7 M d'années découvertes en Allemagne pourraient révolutionner l'Histoire

La découverte de dents âgées de 9,7 millions d'années a laissé les archéologues allemands pantois, car elles semblent appartenir à une espèce qui est apparue sur notre planète plusieurs millions d'années plus tard.

Un groupe d'archéologues allemands a découvert dans l'ancien lit du Rhin des dents âgées de 9,7 millions d'années. Elles appartiendraient à un australopithecus afarensis, dont la dépouille n'avait jamais été découverte auparavant en Europe, annonce la Deutsche Welle.

Le chef du groupe d'archéologues, Herbert Lutz, a déclaré que la découverte avait été faite il y a un an, mais que les chercheurs ne pouvaient l'annoncer qu'après avoir obtenu une confirmation de l'âge. Ce sont les restes d'une espèce disparue d'équidé retrouvés près des dents en question qui ont aidé les chercheurs à déterminer leur âge.

Les chercheurs soulignent qu'auparavant, aucuns restes de cette espèce d'Hominidé n'avaient été retrouvés en Europe et en Asie. L'australopithecus afansis le plus connu est Lucy, dont les restes ont été découverts en Ethiopie. Lucy est cadette de 4 millions d'ans de cette nouvelle découverte.

«Il s'agit d'un énorme succès, mais aussi d'une grande énigme», a déclaré Lutz au sujet de cette nouvelle. Selon lui, après avoir été étudiées, les dents seront remises au musée d'histoire naturelle de la ville de Mainz. Source (https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201710221033554495-allemagne-archeologie-rents/)
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: Argonot le 23 octobre 2017 à 23:52:49
Inéressant , mais ceci relève davantage de la paléontologie que de l'archéologie...
Titre: Re : Enigmes archéologiques
Posté par: DecemberTen le 24 octobre 2017 à 16:41:04
Concernant la découverte en 2016, de ces dents anciennes, vous trouverez sur la page de l'article scientifique original, un lien gratuit vers l'étude complète en pdf (anglais/allemand (https://www.researchgate.net/publication/320518472_A_new_great_ape_with_startling_resemblances_to_African_members_of_the_hominin_tribe_excavated_from_the_Mid-Vallesian_Dinotheriensande_of_Eppelsheim_First_report_Hominoidea_Miocene_MN_9_Proto-Rhine_Riv))

A moins de maitriser ces deux langues, il vous faudra sans doute, utiliser un traducteur gratuit comme celui-ci (http://www.freetranslation.com/fr/traduction-anglais-francais), acceptant les pdf.

C'est sans nul doute "un peu" plus laborieux, mais cela sera toujours plus complet, et préférable que de se faire mener subrepticement vers une page de Sputnik (https://fr.wikipedia.org/wiki/Sputnik_%28agence_de_presse%29), qui, afin d'attirer des lecteurs potentiels, parsème sa désinformation habituelle, de quelques articles aussi authentiques que succins...
Le but étant évidemment, que vous vous laissiez tenter par d'autres articles aux titres racoleurs, pro-Kremlin, hoax divers, j'en passe et de bien pire.