Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Auteur Sujet: XKeyscore - L’outil ultime de la NSA  (Lu 16029 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

zetareticuli

  • *
  • En ligne En ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4723
Re : XKeyscore - L’outil ultime de la NSA
« Réponse #75 le: 07 mai 2015 à 21:50:48 »

NSA : la collecte massive de données jugée illégale

Une cour d'appel américaine de New York a jugé que la NSA avait outrepassé le cadre fixé par le Congrès dans le fameux "article 215" de la loi antiterroriste Patriot Act, votée après les attentats du 11-Septembre.

La collecte massive de données téléphoniques opérée par l'Agence de sécurité nationale américaine (NSA) est illégale, a jugé jeudi 5 mai une cour d'appel américaine, après une plainte déposée par la puissante association de défense des libertés Aclu (American Civil Liberties Union) contre la NSA.
Les millions de "métadonnées" téléphoniques collectées par la NSA comprennent des numéros de téléphone, la durée des conversations téléphoniques ou leur localisation mais pas leur contenu. L'Aclu estime en outre que ce programme constitue une violation massive de la vie privée sans aider outre mesure à contrer le terrorisme.

Les lois sur lesquelles s'est appuyée la NSA pour mettre en place cette collecte "n'ont jamais été interprétées pour autoriser quelque chose qui s'approche de l'ampleur de la surveillance généralisée en question ici", a estimé un tribunal de New York dans un document de 97 pages.

Défie "tout principe de limitation"

Sans aller jusqu'à juger de la constitutionnalité du programme, le tribunal estime que le gouvernement a outrepassé le cadre fixé par le Congrès dans le fameux "article 215" de la loi antiterroriste Patriot Act, votée après les attentats du 11-Septembre.

    "L'interprétation que le gouvernement nous demande d'adopter défie tout principe de limitation. Si le gouvernement a raison, il pourrait utiliser (l'article) 215 pour collecter et conserver massivement toutes les autres métadonnées du secteur privé, y compris celles des bilans financiers, des bilans de santé, et des communications électroniques (y compris les emails et les informations des réseaux sociaux) de tous les Américains", note le tribunal.

Le tribunal a cependant refusé d'émettre une injonction pour arrêter le programme, arguant que cela n'aurait pas de sens puisque le Patriot Act doit expirer le 1er juin. Les élus américains débattent actuellement de la réforme ou de l'extension de cette loi. Source

(Avec AFP)

IP archivée
"Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt"

Tartar

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2417
Re : XKeyscore - L’outil ultime de la NSA
« Réponse #76 le: 08 mai 2015 à 08:01:32 »

Orwell avec 31 ans de retard.
Big Brother et le meilleur des mondes de Huxley sont en vue.
Attendons les lois sur l'euthanasie...
Et les lois sur l'emploi forcé. Tu seras médecin, et toi cantonnier, et toi flic.
IP archivée
Tout envisager, ne rien croire.

zetareticuli

  • *
  • En ligne En ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4723
Re : XKeyscore - L’outil ultime de la NSA
« Réponse #77 le: 23 juin 2015 à 23:09:06 »

Les USA ont mis sur écoute Hollande, Sarkozy et Chirac

Les services d'espionnage des Etats-Unis ont espionné la France, jusqu'à mettre sur écoute téléphonique les trois derniers présidents français.

 Les révélations n'étonneront pas grand monde, surtout depuis que l'on sait que la chancelière allemande Angela Merkel ou la présidente brésilienne Dilma Rousseff ont elles aussi été mises sur écoute. Mardi soir, après une opération de teasing qui promettait de démontrer "comment les Etats-Unis ont attaqué la France", Wikileaks a révélé qu'au moins trois présidents français, successivement Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande, ont été mis sur écoute par la NSA. Plusieurs lignes téléphoniques, dont le numéro de téléphone mobile du président, ont été écoutés.

Les révélations ont été coordonnées en partenariat avec Mediapart et Libération, les deux journaux s'étant accordés pour ne rien publier avant 22H. Leurs deux articles sont co-signés par Julian Assange, le fondateur de Wikieaks, lequel a mis en ligne une page spéciale.

Si pour le moment les premiers documents fournissent peu de détails, si ce n'est quelques extraits de comptes-rendus de conversations politiques et une liste de cibles mises sur écoute, Wikileaks prévient que ce n'est qu'un début. Le site de Julian Assange "commence la publication de « Espionnage à l'Élysée », une collection de documents techniques et de rapports classés TOP SECRET de l'agence nationale de sécurité américaine, la NSA", écrit Wikieaks. "Ces documents portent sur les moyens de surveillance et le renseignement sur les communications de personnes haut-placées dans le gouvernement français, qui s'étale sur une dizaine d'années".

DES ANTENNES ALLEMANDES UTILISÉES POUR ÉCOUTER HOLLANDE ?

 "La part belle est faite, dans ce trésor de documents top-secrets, aux résumés par les services secrets de conversations entre des membres du gouvernement français, sur des sujets critiques pour la France et la communauté internationale. On y retrouve la crise financière mondiale, la crise de la dette grecque, la gestion politique et le futur de l'Union Européenne, les relations entre le gouvernement de François Hollande et celui d'Angela Merkel, les efforts des français pour influencer la liste des dirigeants de l'ONU, l'implication française dans le conflit en Palestine, et le différent entre les gouvernements français et américains sur l'espionnage des USA en France."

Rien n'est dit, en revanche, sur les méthodes employées par les Etats-Unis pour pouvoir espionner, visiblement facilement, tous les numéros de téléphone qu'ils souhaitent, jusqu'à la ligne directe présidentielle. Mediapart remarque toutefois que dans une note sur François Hollande "figure une petite mention supplémentaire, qui est tout sauf anodine : « Foreign Satellite »". "Cela signifie que l’interception téléphonique a été opérée par du matériel non américain. Tous les regards se portent aujourd’hui, sans qu’il soit possible d’en avoir la certitude absolue, vers des antennes satellites allemandes". Source


IP archivée
"Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt"

Paulo

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4568
Re : XKeyscore - L’outil ultime de la NSA
« Réponse #78 le: 24 juin 2015 à 20:21:12 »

Je ne vois pas ce qu'il y a de choquant à ce qu'une grande puissance comme les Etat Unis puisse espionner ses vassaux, bien au contraire, il tout à fait légitime que les USA sachent exactement ce qu'il se dit et ont l'intention de faire afin d'avoir toutes les garanties de leurs obéissance.

Nos dirigeants s'expriment en termes d"alliés", mais la mythomanie et la mégalomanie, sont des troubles du comportement plutôt sérieux, à moins que ce soit les effets de la fumette, il faudrait qu'ils me donnent l'adresse de leurs fournisseur  ;D

Après les dernières affaires d'espionnage de la NSA cela ne les a pas empêché de continuer et rien ni personne ne pourra les empêcher de continuer encore et encore.

La configuration est à peu près la même que celle de l'ex empire britannique, à part que ce sont les US qui sont en tête de lance.

 
IP archivée
Comme d'habitude, si vous même ou vos collaborateurs étaient capturés ou tués, le Département d'État niera vous avoir donné un conseil aussi con.

zetareticuli

  • *
  • En ligne En ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4723
Re : XKeyscore - L’outil ultime de la NSA
« Réponse #79 le: 24 juin 2015 à 22:55:54 »

Écoutes de la NSA: Julian Assange promet une nouvelle «série de révélations»

Un appel à la révolte et des promesses de nouveaux documents. C'est en substance la teneur des propose de Julian Assange au micro de Gilles Bouleau sur TF1. Toujours cloitré dans l'ambassade d'Equateur de Londres, le fondateur de Wikileaks a appelé Paris à entamer des poursuites après les révélations de l'espionnage pratiqué par les Etats-Unis. Il a aussi assuré que de nouvelles informations « plus importantes » allait bientôt être dévoilées au grand public.

Une enquête parlementaire

Sur la chaîne privée, le lanceur d'alertes a appelé la France à démarrer « une enquête parlementaire et à entamer des poursuites » pour «envoyer un message très clair»  au gouvernement de Barack Obama. Selon Assange, les Etats-Unis qui dépensent «60% du budget du renseignement du monde entier» jouent «un sale jeu» et veulent nuire à la compétitivité économique de la France et des autres pays européens. Pour le fondateur de Wikileaks il est plus que temps d'envoyer «un message très clair» à l'allié d'Outre-Atlantique car «la souveraineté de la France ne peut pas être piétinée»

D'autres révélations à venir

Fidèle à la stratégie de son site de ne jamais dévoiler toutes ses informations au même moment, Julian Assange a promis de nouvelles révélations  qui sortiront  «le moment venu». Et d'assurer : « D'un point de vue politique, ce qui va sortir sera beaucoup plus important que ce que nous avons publié jusqu'à maintenant » Source
IP archivée
"Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt"

Paulo

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4568
Re : XKeyscore - L’outil ultime de la NSA
« Réponse #80 le: 25 juin 2015 à 19:43:43 »

Hollande a eu Obama au téléphone pour faire les gros yeux,
et il lui a dit :

IP archivée
Comme d'habitude, si vous même ou vos collaborateurs étaient capturés ou tués, le Département d'État niera vous avoir donné un conseil aussi con.

zetareticuli

  • *
  • En ligne En ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4723
Re : XKeyscore - L’outil ultime de la NSA
« Réponse #81 le: 18 mai 2016 à 22:54:04 »

Snowden: l'ensemble des documents dévoilés!

Le site américain d'informations The Intercept a annoncé lundi avoir mis à disposition d'autres médias l'ensemble des documents de l'ancien consultant Edward Snowden, qui avait révélé l'ampleur des programmes de surveillance par les Etats-Unis.

The Intercept, lancé par le journaliste Glenn Greenwald, qui fut un des premiers à interviewer Snowden en 2013, a indiqué qu'il "inviterait des journalistes, y compris de médias étrangers, à travailler avec lui pour explorer l'ensemble des archives de Snowden".

Nouvelles révélations?
Cette décision pourrait conduire à de nouvelles révélations après celles transférées en 2013 par Edward Snowden, un ex consultant de l'agence américaine de renseignement NSA (National Security Agency) qui a fui les Etats-Unis avec plusieurs documents détaillant l'ampleur des programmes de surveillance par la NSA et d'autres agences américaines de renseignement.

Partenariat
"Depuis le début de notre couverture de ces archives, un des éléments de notre approche est de travailler en partenariat avec d'autres médias, américains ou étrangers, plutôt que d'essayer de garder tout ce matériel pour nous", a expliqué M. Greenwald.

Partage d'informations
The Intercept rappelle avoir déjà par le passé partagé des documents de Snowden "avec plus d'une vingtaine de médias". Mais les journalistes travaillant sur ces documents doivent respecter certaines règles, conformément à un accord passé avec M. Snowden, a rappelé M. Greenwald.

Documents "intéressants"
"Il reste encore beaucoup de documents légitimement intéressants qui peuvent et doivent être rendus publics". Mais "il y a aussi des documents dans les archives qui ne doivent pas, selon nous, être publiés parce qu'ils mettraient gravement en danger des innocents", a-t-il rappelé.

Accès
Le journal a déjà commencé à fournir un accès à ces documents à plusieurs médias, dont le quotidien français Le Monde. The Intercept a lui-même publié lundi des dizaines de lettres d'information internes à la NSA, dont l'une met en lumière le rôle de la NSA dans l'interrogatoire des prisonniers de la prison américaine controversée de Guantanamo.

Officier de liaison
La NSA avait un officier de liaison dans cette prison, prévue pour accueillir des suspects des attentats du 11 septembre 2001, qui était "tenu de communiquer quotidiennement avec (...) les interrogateurs afin d'évaluer et d'exploiter les informations recueillies auprès des détenus".

La NSA n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP.

Accusé par le gouvernement américain d'espionnage, Edward Snowden vit depuis ses révélations à Moscou. Source

Ensemble des documents Browse the archive
IP archivée
"Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt"