Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Auteur Sujet: Ca chauffe en France  (Lu 124871 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

Paulo

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4577
Re : Ca chauffe en France
« Réponse #765 le: 23 mars 2019 à 03:18:21 »

Police française, aujourd'hui en 2019....

IP archivée
Comme d'habitude, si vous même ou vos collaborateurs étaient capturés ou tués, le Département d'État niera vous avoir donné un conseil aussi con.

Paulo

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4577
Re : Ca chauffe en France
« Réponse #766 le: 23 mars 2019 à 03:31:33 »

Police de Macron n'a pas de matricule, ce qui est absolument anti règlementaire... Tout est permis, vous êtes tous couverts et pas identifiables...



IP archivée
Comme d'habitude, si vous même ou vos collaborateurs étaient capturés ou tués, le Département d'État niera vous avoir donné un conseil aussi con.

Diouf

  • Membre d'honneur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 5893
Re : Ca chauffe en France
« Réponse #767 le: 02 avril 2019 à 10:07:28 »

Récit d'un Gilet Jaune arrêté le samedi 16 mars quand il marchait dans la rue.
Obligé d'avouer un méfait qu'il n'a pas commis afin d'éviter l'éborgnement. Vraiment dégueulasse !


"Témoignage accablant, contre macron et toute sa clique, et tous les larbins qui le protègent
de : nazairien

samedi 30 mars 2019

Dans ce témoignage, nous découvrons, sans surprise, que nous avons bien affaire à des flics dénués de toute morale . Ces violences brutales en paroles et en actes, sont bien la preuve, que nous n’avons plus des "gardiens de la paix" , mais une police politique, dirigée par des "gestapistes", aux ordres, d’un dictateur dangereux"
« Bande de smicards de merde, fallait travailler à l’école »



Un Gilet Jaune, interpellé lors de l’acte 18 à Paris, nous a fait parvenir le témoignage suivant. Par la suite, nous publierons le témoignage de sa famille.


"Résumé du 16 mars 2019.
Fin de manifestation : la gendarmerie mobile commence à nous repousser vers la Porte Maillot. S’ensuit une manifestation sauvage sur le périphérique, des agents du DAR qui nous pourchassent, habillés en civil et bien décidés à en découdre. Plusieurs manifestants s’en vont en remontant une pente abrupte et en passant sur le pont. La chasse à l’homme se poursuit jusqu’à la rue Mac-Mahon, où les voltigeurs arrivent avec les gazeuses et aspergent généreusement tout le monde sans faire la moindre distinction.

Des agents de la BAC arrivent alors déguisés en voyous, en « racailles », certains avec des brassards jaunes et d’autres avec des équipements de médic. Ils commencent à molester tout le monde, ça se sépare dans tous les sens alors je prends moi aussi la fuite, ayant peur de prendre des coups.

Ensuite arrive un premier barrage, que je réussis à franchir, puis un deuxième et un troisième. Là, ça ne passe pas : je me prends un chassé et je me retrouve frappé au sol par plusieurs agents, avec coup de pied au visage, coups de matraque. Heureusement pour moi, j’avais enlevé mon piercing à l’arcade sourcilière dans l’après-midi car il me faisait mal avec les lunettes de protection : sans cela, mon arcade aurait été arrachée. Pour finir, je suis interpelé.

Un agent me met face contre terre en m’écrasant la tête avec son genou, le temps que son collègue serre le serflex. Dans le même temps, une autre personne est interpelée et placée à côté de moi sans violence. S’ensuit une séance d’humiliation, avec beaucoup de propos irrespectueux : « Bande de smicards de merde, fallait travailler à l’école », « arrêtez de vous plaindre et allez vivre en Corée du Nord »…

Après tous ces propos, l’un des agents enchaine avec un trait d’« humour » bien cynique et déplacé : il m’explique que c’est rigolo car une personne sur l’Arc de Triomphe s’est retrouvée avec le nez au milieu de la joue… ça caresse le LBD en me regardant, en rigolant et en précisant qu’il adore crever des yeux tous les samedis ; et là il commence à me dire que j’ai jeté des projectiles.

Je leur réponds que non. L’un d’entre eux tient sa matraque télescopique en me regardant avec insistance et me dit que ses collègues arrivent : je répète que je n’ai rien jeté, ce qui le rend de plus en plus insistant et agressif.
Ses collègues arrivent et le rejoignent pour me mettre la pression. Comme ils sont cinq autour de moi, avec des paroles et une attitude corporelle qui ne sont pas des plus amicales, je finis par craquer et j’avoue un fait que je n’ai pas commis.

Satisfait de mes aveux contraints, le policier donne un grand coup avec sa matraque télescopique dans le mur, à dix centimètres de mon oreille gauche, pour replier son arme. Il commence à me dire également que pendant que je courais, j’ai jeté un parfum Yves Rocher de mon sac, mais je nie formellement : je n’accepterai pas d’avouer une deuxième fois un fait que je n’ai pas commis. Nous restons assis sur le trottoir environ 1h30 en continuant à subir des humiliations verbales jusqu’à ce qu’on vienne nous chercher avec le panier à salade, ensuite nous sommes emmenés au commissariat du 20ème arrondissement de Paris.

Arrivés sur place, nous sommes placés dans une pièce et fouillés… Un policier veut m’enlever le serflex, mais n’ayant pas de ciseaux, il enfonce la pointe de son couteau pour desserrer le mécanisme - au risque m’enfoncer le couteau dans les veines du poignet s’il rate son coup !

Ensuite je vois un OPJ, qui me stipule ma garde-à-vue. Il me demande si je veux un avocat commis d’office, tout en me disant que si je suis pressé de rentrer chez moi, cela ne sert a rien car ils sont débordés ; alors je demande à contacter ma conjointe. On me le refuse, mais il me demande ses coordonnées pour la prévenir.

Par la suite, je suis mis en cellule et je n’aurai pas à manger avant le lendemain 8h. A 1h30 du matin on m’emmène voir le médecin : il regarde mon visage et ausculte mes yeux avec une lampe, et ça s’arrête là. La consultation aura duré moins de 5 minutes, et le médecin ne m’aura jamais demandé d’enlever mes vêtements pour voir si j’avais des traces de coups sur le corps.

Le lendemain matin donc, dimanche 17 mars, je suis convoqué pour voir l’OPJ. Il m’indique très vaguement et brièvement que ma famille m’a trouvé un avocat, je redemande à contacter ma conjointe pour des explications car je suis perdu et j’essuie encore un refus.

Mon audition a lieu : quand on me demande si j’ai jeté un projectile, je continue à déclarer que oui, pour rester cohérent avec mes déclarations contraintes et faites sous pression dans la rue qui ont été mises à l’écrit à ce moment-là.

Par la suite, on me remet dans la cellule, repas à 13h30, le soir à 21 h repas ; à 21h30 on m’annonce que ma garde-à-vue va être prolongée de 24h. Lundi, à 3h du matin, ma cellule est fouillée, et moi aussi. Cela aura été comme ça toutes les nuits, et 1 à 2 fois par jour ; une couverture pour se réchauffer la nuit, dont l’hygiène est plus que douteuse…

Petit déjeuner à 8h et à 13h on ne me donne rien à manger, malgré ma demande. A 19h30 j’apprends que je serais déféré au tribunal de Clichy à 21h30, je réclame à manger en expliquant que je n’ai rien eu le midi. Excès de générosité, on m’amène deux plats. A 21h 45, je demande où en est le déferrement : on me dit qu’ils sont débordés et que je serais déféré à 1h30 du matin.

Enfin j’arrive au tribunal de Clichy, on me place dans une cellule de 40 personnes dans laquelle nous sommes presque uniquement des Gilets Jaunes.
Tout le monde a passé plus de 48h tout seul, et personne ne veut donc remonter dans les cellules individuelles. Cela fait du bien d’échanger après 48h de solitude.

Le mardi matin à 5h, bizarrement aucune fouille n’a lieu, ni de moi ni de la cellule, alors que dans le 20ème c’était 2 à 3 fois par jour.
S’en suit une attente interminable, à 8h petit déjeuner, et plus rien de la journée jusqu’à 22h.
Le midi je demande où est mon repas, on me dit qu’il a été donné en même temps que le petit déjeuner.

A 9h50 je rencontre l’enquêtrice sociale, je l’avertis de prévenir ma femme car je souhaite un avocat pour préparer ma défense. Ensuite je suis reconduit dans une nouvelle cellule, aux alentours de 13h30. Je rencontre la procureure qui me stipule que je risque de prendre 5 ans ! Je suis replacé dans la cellule et l’attente continue ; à 15h15 on m’emmène dans la chambre audience. Ils n’ont plus que 5 minutes avant l’annulation de la procédure, et le juge me demande si j’ai bien mangé de manière à être dans les règles.

Je suis encore replacé dans la cellule jusqu’à 21h ; enfin, à 21h, je passe en audience. Je demande alors un report pour préparer ma défense ; mon avocat n’étant pas sur place car débordé, une de ses collègues est présente pour me représenter.

Le procureur demande à ce que je sois placé en détention provisoire en attente de mon jugement, et je suis replacé dans ma cellule en attente de la décision…

S’en suit une attente longue et insupportable. On finit par me ramener à l’audience pour m’annoncer la décision : interdiction de paraître à Paris, pointage hebdomadaire à la gendarmerie de mon domicile, obligation de soins et obligation de travail, et j’ai un procès pour les qualifications suivantes : « participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences contre les personnes ou de destructions ou dégradations de biens le 16 mars 2019 à Paris 17ème » ainsi que « violence sur une personne dépositaire de l’autorité publique sans incapacité le 16 mars 2019 à Paris 17ème ».

Je rentre enfin avec  ma famille et mes témoins."

https://www.revolutionpermanente.fr/Bande-de-smicards-de-merde-fallait-travailler-a-l-ecole-Le-recit-d-un-Gilet-Jaune-interpelle

« Modifié: 02 avril 2019 à 22:34:07 par Modération »
IP archivée
Un peuple de moutons finit par engendrer un gouvernement de loups. -Agatha Christie

Tartar

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2440
Re : Ca chauffe en France
« Réponse #768 le: 02 avril 2019 à 10:19:59 »

Merci Diouf.

Deux réactions possibles à ce genre de reportage.
Selon l'état de santé physique et mentale d'un Gilet Jaune.

- renoncement à toute action "de rue" anti gouv.

- colère et radicalisation.

Position intermédiaire Entre les deux attitudes,?  Je n'en vois pas.
IP archivée
Tout envisager, ne rien croire.

Diouf

  • Membre d'honneur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 5893
Re : Ca chauffe en France
« Réponse #769 le: 02 avril 2019 à 22:26:12 »

Tartar :

Une grève générale est impossible aujourd'hui, la plupart des G.J ne peuvent pas se permettre de rester longtemps  sans revenus, encore moins de se faire virer.

J'ai trouvé ça, la grève par inertie pour faire diminuer les recettes des grandes surfaces, ici  appartenant au milliardaire B. Arnault.

La vidéo semble avoir l'air stupide au départ et, AMA, ça valait le coup de la voir en entier.
Ils ont calculé que la perte pour le magasin est de 100 € pour 1 heure de blocage d'un caddie sans rien acheter.

Cette même idée reportée sur l'achat de carburant à la pompe (par 5 l au lieu d'un plein, en prenant plus d'une demie-heure) fait baisser les recettes et fait fuir les clients pressés qui attendent derrière toi.


GREVE PAR INERTIE - GRANDE DISTRIBUTION
« Modifié: 02 avril 2019 à 23:01:38 par Diouf »
IP archivée
Un peuple de moutons finit par engendrer un gouvernement de loups. -Agatha Christie

katchina

  • Administrateur
  • *******
  • En ligne En ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 18489
Re : Ca chauffe en France
« Réponse #770 le: 02 avril 2019 à 23:06:32 »

Ok pour la résistance passive qui présente au moins deux avantages, la non violence et la dépassionnalisation, mais le revers de la médaille (dans ton exemple) est qu'ils compensent les pertes dues au blocage par des suppressions de postes. Ce serait bêta d'avoir des GJ employés dans ces grandes surfaces au chômage pour ces raisons.

De toutes façons, je ne sais pas ce que font les GJ mais nous sommes quand même de plus en plus nombreux à éviter au maximum les hyper marchés et à privilégier les transports en commun (pour ceux qui ne sont pas coincés dans des déserts de mobilité). 

D'un autre côté, tout dépend de la revendication : le RUB, le RIC, la prise en compte du vote blanc ne seront pas obtenus en bloquant les grandes surfaces.

IP archivée
J'veux du soleil dans ma mémoire

Diouf

  • Membre d'honneur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 5893
Re : Ca chauffe en France
« Réponse #771 le: 02 avril 2019 à 23:40:53 »

Le but des actions est de faire baisser la valeur boursière des enseignes, moins de gains pour les plus riches et moins de TVA pour le gouvernement.

copié (pris sur Twitter):

"Pertes occasionnées par la #GPI n°2 à l'enseigne CARREFOUR ce WE évaluées à  5% soit 3,8 millions d'euros sans oublier le manque de chiffre d'affaire 😇

Les PATRONS de macron ont le choix de persévérer ou non"

(Carrefour passé de 3,95 à 3,76.)


Broutille pour un milliardaire mais quand les actionnaires en auront marre d'avoir à mettre la main à la poche, ils iront investir ailleurs et 4 millions d'euros tous les jours dans le monde entier pour une grande enseigne ça ne pourra pas durer.

Dans moins de 10 ans il n'y aura pratiquement plus de travail, à part pour les très spécialisés ou alors des boulots à 1 euro de l'heure comme en Allemagne, l'I.A arrive à toute vitesse et nous serons tous pris de court.
IP archivée
Un peuple de moutons finit par engendrer un gouvernement de loups. -Agatha Christie

Tartar

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2440
Re : Ca chauffe en France
« Réponse #772 le: 03 avril 2019 à 09:29:30 »

Oui mais conséquence gros souci.
C'est Amazon qui va ramasser la mise.
A moins que le boycott ne l'atteigne aussi par un "mot d'ordre" citoyen?
Mais les structures actuelles ne permettent plus de se passer des grandes surfaces plusieurs jours vu que les "dépanneurs tunisiens" ne suffisent pas à nourrir le pays.
Concrètement il faut se faire à l'idée que notre "système" est devenu si complexe que le blocage d'une zone économique a deux conséquences.
1/ la mise au chômage massif de certaines filières (et compter sur une destruction créatrice à la Schumpeter est utopique en mode mondialiste).
2/ leur remplacement via internet par une autre filière en général internationale.

On est bloqués.
Ceux qui l'ont compris en profitent pour faire des profits courtermistes géants....et se font des bunkers en NZ.

C'est ainsi que périssent les civilisations.
IP archivée
Tout envisager, ne rien croire.

katchina

  • Administrateur
  • *******
  • En ligne En ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 18489
Re : Re : Ca chauffe en France
« Réponse #773 le: 03 avril 2019 à 12:15:05 »

On est bloqués.
Ceux qui l'ont compris en profitent pour faire des profits courtermistes géants....et se font des bunkers en NZ.

C'est ainsi que périssent les civilisations.

Effectivement. Et il faudrait changer les mentalités. Combien d'épiceries de villages en zone-désert-mobilité ferment leurs portes parce que, tout en se plaignant de la fermeture, ils ne fréquentent pas ladite épicerie, parce que, arguments qui tuent :

- 1 - C'est trop cher
- 2 - C'est tellement plus pratique de monter dans la bagnole pour aller au boulot à 20, 50 km (ou plus) et de récupérer les courses au drive du supermarché proche du boulot en rentrant.

Finalement, la fermeture de l'épicerie, ça ne les dérange pas plus que ça.

C'est ainsi que périssent les civilisations.
Il n'y a plus qu'à faire son colibri pour avoir bonne conscience et laisser le karma des civilisations se faire.  ::)
IP archivée
J'veux du soleil dans ma mémoire

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 14889
Re : Ca chauffe en France
« Réponse #774 le: 10 avril 2019 à 20:06:01 »

Accessoirement, AMHA,  je trouve de plus en navrant le contenu des "débats" sur France télévisions, notamment chez C dans l'air de Calvi..

Ce commentaire de 21012 n'aura fait que se bonifier les années suivantes.
Et surtout depuis que le trop bien nommé Calvi(tie) s'est plié devant son nouveau patron : C8-Canal.
Pour une poignée de dollars en plus ?

Après quoi il ne se gène plus pour apparaître sous son vrai jour  : ringard et beauf, militant contre tout projet de progrès, assimilant les Gilets Jaunes aux casseurs, n'ayant que le mot "Populisme" à la bouche pour dézinguer tout ce qui lui déplait, etc...

Il ne mérite plus depuis longtemps une carte de presse ni de se dire journaliste. Juste un animateur de talk-show, dont la partialité est amplement reconnue. Un éditocrate à sa manière, un influenceur.
IP archivée
On n'est jamais si bien trahi que par ses amis les plus proches..
Mais tant que tu n'as rien, on ne risque pas de te le prendre.
http://cryonautes.com - http://protocole-oracle.c