Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Auteur Sujet: Réchauffement climatique : à qui la faute ?  (Lu 18332 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

labbe

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 4305
Réchauffement climatique : à qui la faute ?
« le: 31 mars 2008 à 16:26:24 »

admn : avant fusion, le titre de ce post était : "Claude Allègre continue..."

Claude Allègre continue à nier le réchauffement climatique !
Se basant sur le fait que la planète n'a jamais connu un hiver si froid (Ce qui est vrai chiffres à l'appuis) que ce soit en chine ou en Europe il a fait partout très froid.
Pas trouvé de sources sur le net : c'est une info que j'ai entendu au journal de France Inter ce Lundi 31 Mars.
Ca m'a rappelé un reportage vu sur le Web 2 zéro : AVIS DE GRAND FROID.
Il y est dit que justement c'est une ère glacière qui nous pend au nez.... et pas une chaleur étouffante... m'a l'air bien informé ce scientifique !
Claude si jamais tu passes par là regarde donc ce doc steuplé !  ;D
merci

Edit : vidéo effacée je remets un autre lien
http://video.aol.com/video-detail/superscience-avis-de-grand-froid/1229029302
Modération: lien de la page d'accueil.
Nouveau lien valide:


« Modifié: 09 mai 2014 à 14:27:56 par lilou »
IP archivée
L'abbé bête qui monte...... Plus connu sous le nom du Père Loose..... Marié illégitimement à la Mère Tume

palu

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1441
Re : Claude Allègre continue...
« Réponse #1 le: 01 avril 2008 à 00:22:16 »

Ce qui tu énonces me surprend Labbé : j'ai entendu dire au contraire (et même vu à la télé sur la 5 une émission récente animée par Yves Calvi) que le mois de février 2008 n'a jamais été aussi chaud en France (+ 5°C de moyenne par rapport à la normale saisonnière) à comparer à l'épisode "frisquet" de Pâques qui lui est dans la norme (les épisodes plus froids étant considérés comme un moment normal du climat tempéré...)
IP archivée

labbe

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 4305
Re : Claude Allègre continue...
« Réponse #2 le: 01 avril 2008 à 10:53:00 »



Oui en France tout est décalé de presque deux mois.
On va bientôt avoir deux mois d'avance.
Les agronomes le constatent.
IP archivée
L'abbé bête qui monte...... Plus connu sous le nom du Père Loose..... Marié illégitimement à la Mère Tume

palu

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1441
Re : Claude Allègre continue...
« Réponse #3 le: 01 avril 2008 à 20:54:03 »

Je suis naturaliste amateur et j'observe la migration prénuptiale des oiseaux actuellement : je commence sérieusement à m'inquiéter car je ne vois pas grand chose revenir à part les espèces d'oiseaux migrant de quelques centaines de km, les "africains" semblent  encore bien absents... Je pensais qu'après la vague de froid, une vague importante qui restait bloquée allait survenir mais que dalle nib de nib les Passereaux et les Anatidés c'est pas terrible terrible par rapport aux années précédentes (pourtant les giboulées , les averses sont monnaie courante à cette époque de l'année).

Restent les Limicoles mes chéris faut espérer que les conditions soient réunies pour un accueil favorable sur mon site fétiche, mais ce serait pendant les congés scolaires et dans un milieu ouvert accessible au public, le partage de territoire entre la faune et  la bande de sauvages humains... :-\ :'( >:(
IP archivée

dificultnspa

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 4182
Re : Claude Allègre continue...
« Réponse #4 le: 06 avril 2008 à 09:49:13 »

article du Figaro le 4 avril 2008

http://www.lefigaro.fr/sciences/2008/04/05/01008-20080405ARTFIG00028-la-nina-devrait-refroidir-l-annee-.php

Citer
La Nina devrait refroidir l'année 2008

Caroline de Malet
04/04/2008 | Mise à jour : 21:11 | Commentaires  20

Ce phénomène qui se produit dans l'océan Pacifique au niveau de l'équateur devrait avoir un impact limité en Europe. Météo France table sur un printemps chaud.

LES SCEPTIQUES du changement climatique vont en faire des gorges chaudes. L'année sera froide, a annoncé le secrétaire général de l'Organisation météorologique mondiale (OMM), Michel Jarraud, dans une interview à la BBC. L'information, communiquée par l'OMM voici un mois et demi, était jusqu'alors passée totalement inaperçue.

Mais n'en déplaise à Claude Allègre qui affirmait dans Le Point la semaine dernière que la baisse moyenne des températures en 2007 était imputable au changement climatique, la cause de ce phénomène est tout autre. Elle tient en deux mots : La Nina, qui sévit depuis l'été dernier.

Ce phénomène qui naît d'un refroidissement des eaux équatoriales de l'océan Pacifique se manifeste certaines années par des effets contraires à ceux entraînés, d'autres années, par El Nino. Il naît d'un renforcement des alizés dans l'océan Pacifique Ouest qui, déplaçant les eaux chaudes de surface de cette région en direction du continent asiatique, provoquent un renforcement de la remontée d'eau, amenant ainsi en surface plus d'eau froide qu'à l'accoutumée. Si El Nino entraîne en général un réchauffement, La Nina suscite habituellement de fortes pluies en Indonésie, en Malaisie, en Australie et en Afrique, mais aussi des sécheresses en Amérique du Sud, des tempêtes dans l'Atlantique tropical et des vagues de froid en Amérique du Nord.

Cette année, La Nina a commencé à se manifester en juin et juillet 2007. C'est ce phénomène qui explique les inondations terribles qui ont frappé l'Afrique au cours de l'automne 2007, mais également les pluies torrentielles qui ont inondé l'Australie ou encore les températures glaciales que certaines régions de Chine ont connues.

Persistance

Il n'empêche que « le signal La Nina, qui part du Pacifique Ouest et passe par l'Alaska et les Caraïbes avant d'arriver en Europe, arrive chez nous relativement faible », explique Jean-Pierre Céron, directeur adjoint de la climatologie. En clair, son influence, une fois arrivée aux latitudes moyennes, est limitée. Il reste que le Met Office britannique rappelle que cette anomalie climatique explique en partie l'hiver doux et pluvieux qu'a connu la Grande-Bretagne.

De fait, ce n'est pas tant la présence d'un phénomène Nina que Michel Jarraud a tenu à signaler, mais sa persistance. « Habituellement, ce dérèglement climatique, qui survient au début de l'été, dure entre neuf et douze mois », rappelle Rupa Kumar Kolli, chef des applications et services du climat mondial. Ayant démarré en juin 2007, ce phénomène est susceptible de se prolonger pendant l'été, a tenu à mettre en garde Michel Jarraud.

Combien de temps cet épisode se prolongera-t-il encore ? Il est rare qu'un tel dérèglement climatique dure plus d'un ou deux ans, comme cela a été le cas de 1998 à 2000. Aussi les experts de l'OMM semblent exclure qu'un scénario comparable se reproduise en 2008.

Or, La Nina est cette année une des plus violentes que nous ayons connues depuis l'épisode 1988-1989. La température de surface dans le Pacifique se situe en effet entre 1,5 °C et 2 °C en deçà des normales saisonnières. Il reste que son effet s'affaiblit avec le temps.

D'aucuns ne manqueront pas de s'interroger sur le lien que l'on peut établir entre cette anomalie et le changement climatique. Refroidissement ? Réchauffement ? De quoi y perdre son latin. De fait, ce refroidissement passager ne remet absolument pas en cause la tendance globale au réchauffement depuis 1998, insiste Michel Jarraud. D'ailleurs, de tels épisodes s'inscrivent dans la variabilité naturelle du climat d'une année sur l'autre. Et de marteler : « Quand on parle du changement climatique, il convient non pas de regarder une année précise, mais des tendances lourdes sur une assez longue période. »

D'ailleurs, les prévisions saisonnières de Météo France tablent sur un printemps plus chaud que les normales saisonnières en avril, mai et juin. Les experts du Hadley Centre britannique tablent sur un prochain record de température d'ici moins de 5 ans, probablement associé à un épisode d'El Nino.
IP archivée
Sauvons la planète, notre Mère la Terre...
Sans elle pas de survie possible.

Stilgard

  • Invité
Re : Claude Allègre continue...
« Réponse #5 le: 06 avril 2008 à 12:53:57 »



Citer
"L'ancien ministre socialiste et qui voulait devenir ministre de Nicolas Sarkozy publie ce matin un nouvel article sur le climat dans l'hebdomadaire Le Point. Il est fondé sur des contreverités factuelles impardonnables pour un scientifique censé respecter un minimum de règles éthiques dans sa communication avec le public.

La première est la plus énorme. Voici ce qu'écrit Claude Allègre :

"Les très officielles et respectées agences Hadley Center, Nasa, GISS ont effectivement confirmé que l'année 2007 avait été caractérisée par une chute des températures de 0,60 à 0,75°C, une valeur qui annule en un an l'augmentation moyenne de températures depuis vingt ans".

Or, voici justement ce qu'écrivait le GISS (Goddard institute for space studies), donc l'équipe de James Hansen, dans son bilan de l'année 2007:  "L'année 2007 est la seconde année la plus chaude dans la période couverte par les données instrumentales, derrière l'année record en 2005".

Comme l'éminent géochimiste a t-il pu en arriver à écrire une telle énormité ? Tout simplement parce qu'il fait semblant de ne pas savoir lire une courbe sur un graphique. Il présente en effet, à l'appui de sa tonitruante affirmation, une courbe des écarts moyens de températures depuis 1988 à l'échelle mondiale, établie par le Hadley Center, le centre de recherche du Met Office britannique.

Or, il se trouve que le mois de janvier 2008 est exceptionnellement froid, à l'échelle mondiale. Mais Claude Allègre raisonne comme si la température moyenne de ce seul mois de janvier 2008 était celle de toute l'année 2007. Une erreur grossière qui vaudrait un zéro pointé à un étudiant de première année en géosciences.
"

Lisez donc (avec les courbes) la suite sur l'article... http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2008/03/claude-allgre-m.html  ,
IP archivée

labbe

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 4305
Re : Claude Allègre continue...
« Réponse #6 le: 07 mai 2008 à 14:17:32 »

Les dossiers de l'écran 1979
Débat entre Haroun Tazzief et Cousteau sur le réchauffement climatique dû à la pollution.

http://leweb2zero.tv/video/diablo084_31481069591ccd5
Modération: lien invalide.

Nouveau lien valide:

« Modifié: 09 mai 2014 à 14:30:42 par lilou »
IP archivée
L'abbé bête qui monte...... Plus connu sous le nom du Père Loose..... Marié illégitimement à la Mère Tume

labbe

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 4305
La Biodiversité menacée
« Réponse #7 le: 19 mai 2008 à 11:22:57 »



Si on en croit cet article l'effet des activités humaines est déjà largement observable concernant la biodiversité.
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1989
IP archivée
L'abbé bête qui monte...... Plus connu sous le nom du Père Loose..... Marié illégitimement à la Mère Tume

labbe

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 4305
Re : Claude Allègre continue...
« Réponse #8 le: 20 mai 2008 à 20:06:06 »


http://video.aol.com/video-detail/documentaire-arte-dans-lombre-du-ciel-chemtrails-1/2884641210
http://video.aol.com/video-detail/documentaire-arte-dans-lombre-du-ciel-chemtrails-2/4014040788
Modération: Liens non valides, page d'accueil.

Après avoir vu ce reportage je me dis que si l'ensoleillement diminue a cause des nuages et des condensations d'avions entre autre alors ca doit compenser relativement les effets du réchauffement climatique ?
Donc quoi penser de la théorie des "chemtrails" ?

« Modifié: 09 mai 2014 à 14:32:50 par lilou »
IP archivée
L'abbé bête qui monte...... Plus connu sous le nom du Père Loose..... Marié illégitimement à la Mère Tume

labbe

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 4305
méthane et climat
« Réponse #9 le: 31 mai 2008 à 09:21:26 »




Le méthane pourrait-il déstabiliser le climat en l’espace d’une génération ?

Le réchauffement climatique pourrait libérer les énormes quantités de méthane emprisonnées dans les sols gelés, provoquant en quelques décennies un processus d’emballement incontrôlable de l’effet de serre. Une nouvelle étude publiée par Nature indique que ce scénario catastrophe s’est peut-être déjà déroulé par le passé.

http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2022

Voir aussi ce docu pour compléter l'extinction de l'ère du Permien :
http://icietmaintenant.fr/SMF/index.php?topic=2946.msg14529#msg14529


IP archivée
L'abbé bête qui monte...... Plus connu sous le nom du Père Loose..... Marié illégitimement à la Mère Tume

dificultnspa

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 4182
Re : Claude Allègre continue...
« Réponse #10 le: 31 mai 2008 à 10:22:56 »



ou lire ca :
http://www.futura-sciences.com/fr/sinformer/actualites/news/t/geologie-1/d/la-terre-boule-de-neige-brusquement-deglacee-par-le-methane_15697/

Citer
La « Terre boule de neige » brusquement déglacée par le méthane ?

Par Laurent Sacco, Futura-Sciences
Il y a 635 millions d’années, la Terre serait sortie brutalement d’une phase de glaciation généralisée à toute la planète ou presque. C’est la théorie de la Terre boule de neige. Selon des chercheurs de l’université de Riverside, ce serait la rapide libération de méthane par des clathrates qui aurait mis fin à cette supposée période glaciaire extrême.
Incontestablement, il y a environ 750 millions d’années, pendant la période dite du cryogénien, la Terre était recouverte par une calotte glaciaire beaucoup plus importante qu’aujourd’hui comme l’attestent de multiples traces dans les sédiments de cette époque. Les chercheurs restent divisés sur son étendue. La couverture glacière, qui atteignait au moins par endroits l’équateur, était-elle complète, laissait-elle encore de larges zones libres ?
Une autre question reste sans réponse : comment la Terre s’est-elle sortie de cet état de glaciation ? Le fort albédo des couches de glace présentes rendait impossible un dégel suffisant pour entraîner naturellement une déglaciation de la planète, même en cas d’augmentation de l’ensoleillement pour des raisons liées à la mécanique céleste.
CO2 ou méthane ?
Certains ont avancé l’idée d’une brusque et importante activité volcanique injectant dans l’atmosphère de grandes quantités de CO2. Un effet de serre s’en serait alors suivi, débloquant le climat de la Terre qui s’était enfoncé profondément dans une ornière. Une autre hypothèse, peut-être d’ailleurs complémentaire, est celle que des géologues de l’université de Riverside en Californie explorent dans un article de Nature.
Selon eux, il y aurait eu il y a 635 millions d’années une déstabilisation importante des gisements de méthane sous forme de clathrates, une sorte de glace d’eau dont le réseau cristallin piége des molécules, en l’occurrence ici du méthane.
Présent actuellement dans le permafrost (ou pergélisol) des régions arctiques et à l’origine de suintements de méthane dans les océans, les clathrates devaient exister en quantités bien plus considérables à l’époque où la Terre ressemblait à une boule de neige. Or, il est bien connu que le méthane est lui un puissant gaz à effet de serre. L’hypothèse des chercheurs est que par un effet de dominos, une quantité importante de méthane s’est libérée, entraînant un début de réchauffement, qui lui-même a amplifié le dégazage produisant à son tour une nouvelle augmentation de température.

Martin Kennedy et ses collègues ont étudié des centaines d’échantillons de sédiments provenant du sud de l’Australie. Ils y ont trouvé vers -635 millions d’années une brusque variation des isotopes stables de l’oxygène indiquant tout à la fois la fonte d’une quantité importante de glace ainsi que, selon eux,  la déstabilisation des clathrates. Ils ont en particulier trouvé dans les sédiments de cette époque des traces de suintements de méthane ainsi que des dépôts de dolomites, une variété de calcaire riche en magnésium, dont certains pensent que la formation peut être due dans certains cas à la présence de méthane subissant une oxydation.
L’image qui émerge est donc bien celle d’un permafrost important à des latitudes moyennes, brutalement déstabilisé et libérant du méthane,  précédant un dégel massif et rapide, démontré par les variations isotopiques.
Si la théorie est exacte, il serait important de déterminer les détails de l’enclenchement du processus de dégazage et de son déroulement. Les gisements de clathrates sont moins importants aujourd’hui qu’à cette période reculée de l’histoire de la Terre mais l’activité humaine pourrait bien déstabiliser ces derniers, ce qui serait catastrophique car il en résulterait un réchauffement climatique encore plus rapide et plus important que celui que nous subissons.
IP archivée
Sauvons la planète, notre Mère la Terre...
Sans elle pas de survie possible.

Kris

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 574
Re : Claude Allègre continue...
« Réponse #11 le: 22 juin 2008 à 20:36:04 »

Bonjour;

Labbe a écrit :

Citer
Claude Allègre continue à nier le réchauffement climatique !

Ce qu'il a surtout nié jusqu'à présent c'est le lien "Montée en % du CO2" et réchauffement climatique. Après tout ce lien est une théorie parmi d'autres. Personnellement je ne suis pas choqué que cette théorie soit remise en cause. Pour moi l'avantage de cette théorie est de nous pousser à économiser notre énergie voire nous pousser à économiser tout cours. Or nous vivons dans un monde économique où le maître mot est l'inverse "Dépensez, dépensez ..."

Le moins que l'on puisse dire c'est que ce sont deux idées diamétralement opposées !!!

Alors je me demande quel sera notre avenir !!!

Labbe a aussi écrit :

Citer
Le méthane pourrait-il déstabiliser le climat en l’espace d’une génération ?

C'est une idée que j'ai vue exprimée dernièrement sur une vidéo qui s'intéressait à la cause possible des disparitions dans le triangle des bermudes. Effectivement tout est possible et il est parfois inquiétant de voir que notre vie ne tient qu'à un fil.

Alors croisons les doigts !!!
IP archivée
"Mieux vaut viser un lion et le rater que viser un chacal et le toucher" (Swami Krishnananda)

BEL23

  • Invité
Re : Claude Allègre continue...
« Réponse #12 le: 22 juin 2008 à 21:24:48 »

C'est comme le trou dans la couche d'ozone, à l'époque tout le monde doutait,
"Depuis l'interdiction des chlorofluorocarbones en 1987,la concentration d'ozone dans la stratosphère augmente lentement au-dessus du continent antarctique,...,cette évolution a démontré que les gaz destructeurs de l'ozone, les chlorofluorocarbones donc, étaient bien les responsables de l'appauvrissement étonnamment rapide de la quantité de ce gaz au niveau du pôle sud."
Lien
« Modifié: 22 juin 2008 à 22:32:36 par BEL23 »
IP archivée

labbe

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 4305
Re : Claude Allègre continue...
« Réponse #13 le: 23 juin 2008 à 09:53:11 »


Euh, je n'ai pas lu le livre de Claude Allègre mais ce qui en a été dit au départ c'est que s'appuyant sur les données de 2007 il en déduisait qu'il n'y avait pas de réchauffement climatique.
Comment douter aujourd'hui que la modernité, les avions les voitures les usines puissent avoir un impact sur le climat ?
Ce que j'essaye de dire dans ce post avec tous les lien et reportage est que :
- le problème est tellement compliqué que je ne pense pas que quelqu'un soit capable de savoir ce qui se passe.

Il y a l'impact des émissions de l'homme (les traînées de condensations d'avions ont tendance à obscurcir la terre), le rythme du soleil et donc les rythmes et périodes climatiques terrestre, les fontes des glaces aux pôles qui risque des changer les courants marins etc etc,
Personne aujourd'hui n'est en mesure de dire ce qui va se passer.
Donc il convient d'être humble face a toutes ces interactions, qu'elle soient naturelles ou non.
IP archivée
L'abbé bête qui monte...... Plus connu sous le nom du Père Loose..... Marié illégitimement à la Mère Tume

labbe

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 4305
Re : Claude Allègre continue...
« Réponse #14 le: 23 juin 2008 à 09:59:32 »


A mon avis il y a des phénomènes qui contrebalancent d'autres.

IP archivée
L'abbé bête qui monte...... Plus connu sous le nom du Père Loose..... Marié illégitimement à la Mère Tume