Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !

Auteur Sujet: Richard M. Dolan  (Lu 29110 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

Diouf

  • Membre d'honneur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 5894
Re : Richard M. Dolan
« Réponse #15 le: 20 février 2010 à 21:15:46 »

Trad du Post #7.

Après cinq ans de recherches l'historien Richard M.Dolan a terminé il y a quelques mois la seconde partie de son ouvrage : UFOs & The National Security State. La trilogie, en cours d’écriture pour son troisième volet, figure sur la liste des ouvrages incontournables pour qui veut comprendre la dimension supplémentaire qu’ajoute le phénomène ufologique à la sécurité nationale américaine et mondiale.

Le premier volume comporte l’histoire chronologique et détaillée du phénomène, de 1941 à 1973, et surtout de son rapport avec une cinquantaine de bases militaires ainsi qu’avec les réseaux des services secrets. La démonstration est faite : Le sujet des ovnis n’est pas pris à la légère. Jacques Vallée a participé à l’écriture de ce volume, sous-titré : Chronologie d’un Cover-up, 1941-1973. Le second est préfacé par la journaliste Linda Moulton Howe, sous-titré : "The Cover-up Exposed, 1973-1991."
       

Vincent White, pour UFODigest nous propose sa critique de l'ouvrage :

"Dans notre monde, il faut du courage pour parler à quelqu'un des plus grands tabous parmi nos mythes et illusions populaires. Les critiques littéraires bien pensants se contenteront de faire de la dérision, en exposant leur ignorance. Ils passeront sous silence cette montagne de vérités que sont les faits. Quelque soit la reconnaissance attribuée, elle le sera avec réticence et nombreux seront les pièges. De tels livres sont rares.

L'intégrité du thème mène le lecteur sérieux vers une série d'évènements liés aux nombreuses ficelles de l'histoire cachée, le tout s'entremêle pour former le tableau d'une ère étonnamment sombre, cachée et non reconnue par le monde endormi conventionnel et médiatique.

"UFOs & The National Security State" décrit la perte de notre république, à l'époque où l'enfant terrible issu de la loi sur la sécurité nationale, en 1947, grandissait pour se transformer en monstre omnipotent dans ses capacités à morceler et cacher la vérité au peuple américain. Un esprit d'"insécurité nationale" issu de la paranoïa de la guerre froide a donné naissance au gigantesque complexe militaro-industriel d'aujourd'hui. Celui-ci se nourrit de peur, de méfiance, d'ennemis étrangers, d'ennemis nationaux, réels et imaginaires. Il démontre également un appétit marqué pour les apports financiers, n'ayant de comptes à rendre à personne, pas même au président des États-Unis. Cette histoire ose explorer toutes les conséquences des preuves largement archivées.

Elle rend même crédible la possibilité d'une civilisation "détachée", résultat de plus de soixante ans de progrès scientifiques et technologiques gardés à l'insu du plus grand nombre et dérivés de la rétro-conception d'épaves extraterrestres.

Je pose la question : Est-ce que cette histoire renforce les rapports d'une ville souterraine dans les Tehapachi Mountains, à quelques 130 kms de Los Angeles, où se construiraient les vaisseaux d'une flotte spatiale secrète ? Cette rumeur est-elle fondée, qui nous parle de réseaux de bases souterraines, où des soucoupes seraient alignées sur des aires de stationnement aménagées dans les montagnes de la base de Nellis ? C'est du moins ce que nous rapportent d'honorables employés de maintenance... Les contribuables de ce pays ont-ils financé la réalisation de ces engins ?

Aurions-nous déjà des bases secrètes sur la Lune et sur Mars ? Serions-nous déjà capables d'énoncer un nouveau paradigme en physique? Est-ce le gouffre dans lequel se sont engloutis des milliards de milliards ? Lisez ce livre et faites-vous votre propre idée. Qui fait les comptes ? Certainement pas le Congrès. Jadis discret, ce pilier de notre nation se tient maintenant au centre de la scène, à cheval sur notre ancienne république et la domine en secret. Notre gouvernement s'est éclipsé pour s'installer dans une zone de pénombre transnationale non élue et inconnue.
Ce second volume assemble les faits précis qui ont construit le monde embryonnaire d'un gouvernement mondial à venir.

Ce gouvernement est invisible et secret, comme le mentionne le New-York Times dès 1958 dans un article parlant de ''Gouvernement Invisible''. Devenu le modèle d'un règne mondial machiavélique son pouvoir est fondé sur le grand mensonge de notre époque. C'est à dire que l'humanité consiste en un monde intelligent isolé du reste du cosmos et peuplé des êtres humains, le summum de la Création, unique intelligence dotée de réflexion et seule dans l'univers.

Le travail d'historien de Richard M.Dolan dresse le portrait de ce pouvoir ascendant comme jamais un historien ne l'avait osé. L'auteur démontre méthodiquement que nous vivons une histoire à deux niveaux, et il chiffre les coûts de cet artifice. Il nous montre comment l'érosion lente de nos valeurs républicaines nous a conduit dans un règne mondial régi par le secret, la tromperie et le vol, et dirigé par une entreprise fantôme de corporations que certains appellent ''Le Gouvernement de l'Ombre''. D'autres l'ont nommé le ''Gouvernement Permanent'' ou bien le ''Gouvernement Invisible''. Mais quel que soit la nomenclature, elle insinue une tête unique dirigeante, qui met en scène les évènements mondiaux comme une ''cabale'' prédite dans le livre de H.G.Wells : ''The Shape of Things to Come''.

     
      
Après la ''fausse chute'' du communisme, la cabale devient l'Hydre de notre mythologie. Une oligarchie régnante située au dessus des nations et des institutions. Elle forme des ''sous-cabales'' qui prennent place dans les couloirs du Congrès, des Nations-Unies, des gouvernements mondiaux, de la Finance Internationale, des agences de renseignements et de l'industrie multinationale de défense.

C'est un livre pour ceux qui cherchent la vérité, la justice, l'équité et l'honnêteté. Dolan expose également un projet pour défendre nos idéaux et pour libérer nos esprits des mensonges sur ce qui se passe dans nos cieux. Un projet pour nous permettre d'agir avec compréhension, nous qui vivons dans une époque où une machine médiatique déverse ses contenus abrutissants jour et nuit, sept jours sur sept, 365 jours par an.

Parmi ces absurdités, la plus grande de toutes les conspirations consiste à nous faire croire...''qu'il n'y a pas de complot réussi'' et encore moins d'évènements de cette nature dans notre histoire récente.

C'est le genre de livre dont on dit plus tard qu'il n'y en a qu'un par génération, une bible à consulter qui clarifie les actions nécessaires pour les réparations à venir. Pour ceux qui dorment encore, il est prédit qu'un beau matin, un seau d'eau glacée nous tombera sur la tête et en éveillera beaucoup, mais que beaucoup d'autres continueront à dormir.'' - Source

 

Lors de la présentation de son livre, l'auteur expose les thèmes importants de la période examinée :

"Le transfert de l'autorité du domaine public vers le domaine privé est l'un des résultats majeurs de la mondialisation. L'évolution du secret ufologique en est un exemple. Il est impossible d'en connaitre les détails mais la vue d'ensemble est assez claire. Le contrôle des éléments clés du secret s'est de plus en plus éloigné du gouvernement et des militaires pour se tourner vers des entités privées. Ce transfert de pouvoir apparait dans nombre de déclarations faites par ''ceux qui savent'' ainsi que dans des études plus générales du système des ''Special Access Programs'' du Pentagone, les prototypes des programmes ''Black Budget''. Le monde a subi une révolution transnationale silencieuse pendant la fin des années 80 et au début de la décennie qui suivit.''

''Nous pouvons supposer que le mensonge originel des années 40 a servi à gagner du temps. Les décideurs politiques essayaient de comprendre. Mais ce mensonge s'est développé pour devenir une infrastructure à part entière, imposante et complexe. Plus le temps passait plus les partis retranchés s'éloignaient des vérités établies officiellement et il leur devenait impossible d'expliquer au reste du monde ce qui se passait. C'était une chose d'expliquer au public qu'une ou plusieurs intelligences ET opéraient librement sur la Planète Terre pour des raisons qui leur étaient propres.
      
C'était une toute autre histoire d'expliquer qu'une infrastructure gigantesque et secrète s'était constituée, avalant l'argent public, opérant dans le secret le plus total pendant des années, développant de nouvelles technologies, et faisant des profits sur l'exploitation d'un monopole basé sur de la technologie extraterrestre acquise. Et une autre chose encore, d'expliquer que le président des États-Unis, ou bien d'autres dirigeants nationaux n'étaient pas ''de facto'' les décideurs pour ces questions.'' Source


Le troisième volume sera sous-titré : ''The Fight for Disclosure'' et couvrira la période de 1992 à nos jours, une nouvelle tranche de presque vingt ans. L'Initiative Rockefeller sera évoquée, ainsi que les efforts du Dr. Steven Greer et des groupes exopolitiques grâce à Stephen Bassett et beaucoup d'autres. Merci à Richard M. Dolan pour cette récapitulation magistrale de plus d'un demi siècle.
IP archivée
Un peuple de moutons finit par engendrer un gouvernement de loups. -Agatha Christie

DecemberTen

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 7645
Re : Richard M. Dolan
« Réponse #16 le: 20 février 2010 à 22:48:58 »

Effectivement Dificultnspa, ce n'était pas la peine de la défendre ;) :D, ma critique (dans le sens: ma perplexité) était était plutôt dirigée envers White.
J'ai toujours un peu tendance à me méfier quand je ne lis que du positif sur un bouquin, surtout sur un sujet aussi sensible que celui des Ovnis, où vous en conviendrez, il y a eu souvent de la désinformation ou tout simplement du grand n'importe quoi.
Il faut bien avouer que ces derniers mois, certains ont fait de fameuses affirmations ou révélations qui se sont avérées surtout des flops. C'est pour ça que je pense qu'il faut rester sur ses gardes.
J'ai bien essayé de chercher d'autres opinions sur le net, mais souvent elles étaient basées sur la critique de Ufo Digest, et quand ces derniers n'étaient pas cités, on retrouvait à peu de choses près les mêmes termes ou arguments.
Maintenant, comme dit Némo, si White n'est pas le seul à avoir fait une critique élogieuse, je suppose que le livre mérite qu'on s'y attarde.
Un grand merci à vous trois pour avoir pris la peine de répondre à mes questionnements.
Je vais suivre ton conseil, Diouf à propos de la présentation de Dolan lors de la conférence "Awake & Aware".
Et désolé si mon post a pu paraitre un tantinet mordant à ton égard, ce n'était pas du tout mon intention.

Sincèrement,

D.T.

Diouf

  • Membre d'honneur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 5894
Re : Richard M. Dolan
« Réponse #17 le: 20 février 2010 à 23:40:09 »

December Ten a dit:

Et désolé si mon post a pu paraitre un tantinet mordant à ton égard, ce n'était pas du tout mon intention.

Je ne l'avais pas du tout pris dans ce sens (tantinet mordant)  :), puisque je ne faisais que reporter l'avis de quelqu'un d'autre,  et puis de toutes façons, les critiques formulées respectueusement comme tu avais formulé tes doutes sur le sérieux du livre ne posent aucun problème mais au contraire, permettent de clarifier des points précis.
IP archivée
Un peuple de moutons finit par engendrer un gouvernement de loups. -Agatha Christie

Peter Pan

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 672
Re : Richard M. Dolan
« Réponse #18 le: 21 février 2010 à 00:51:20 »

Bonsoir Nemo492

C'est très dommage que les éditeurs de UFO Digest aient choisi cette photo bidon pour illustrer leur article.

Eh bien, justement, elle m'intéresse, la photo bidonnée,  :o

  ???

Quelqu'un saurait d'où elle a surgi,
... de qui et et quand ?   ::)
IP archivée
...

Michel-Vallée

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4572
Re : Richard M. Dolan
« Réponse #19 le: 21 février 2010 à 01:06:01 »

Quelqu'un saurait d'où elle a surgi,
... de qui et et quand ?   ::)

de quand.. je sais pas trop, mais de où.. : http://greyfalcon.us/pictures/Flying%20Saucers.htm

Celle-ci est ma préférée:


imageshack.us/img690/9605/capturergreyfalc.jpg
admn : image indisponible
« Modifié: 25 mai 2015 à 19:28:05 par katchina »
IP archivée
"En ufologie, il faut savoir tout envisager mais surtout ne rien croire"
-Aimé Michel

Peter Pan

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 672
Re : Richard M. Dolan
« Réponse #20 le: 21 février 2010 à 01:32:01 »

Richard M. Dolan - Où la photo originelle fut-elle prise ?

Citer

"Hiding Our Flying Saucers
...in Plain Sight"


-- 
http://grin.hq.nasa.gov/ABSTRACTS/GPN-2000-000083.html

J'aime cette photo de 1952, car elle assez bien détaillée. À côté, celle prise 10 ans après.
http://grin.hq.nasa.gov/IMAGES/LARGE/GPN-2000-000083.jpg  --  http://www.nasaimages.org/luna/servlet/detail/nasaNAS~2~2~1590~103003:



 

http://grin.hq.nasa.gov/ABSTRACTS/GPN-2000-000083.html

Je ne suis pas arrivé à lire l'heure sur la montre du mécano, près du proto (p... de reflet du soleil),
mais on voit bien le petit coin B-B-Q du bâtiment technique à droite sur la photo. Et on voit la base-vie.
10 après, quelques changements mineurs de la base-vie. Le coin barbecue a disparu  :'(

La base-vie a finalement disparu de la vue aérienne de Google Earth, ci-dessous, partie haute de l'image ; cette partie est la base Sud de Edwards AFB aujourd'hui :
  -- 

http://en.academic.ru/pictures/enwiki/48/071201-F-9999J-026.jpg
Vue générale d'Edwards AFB obtenue sur une base de données des Russes.
Prise depuis l'Ouest de la base, on voit les anciennes installation de la NACA, à droite de cette vue, et les nouveaux bâtiments du Centre Dryden au Nord de la base, à gauche sur la photo.

Lors d'une prochaine histoire, je montrerai le bâtiment en face duquel la CIA  s'était dépêchée de camoufler et de photographier un U2 en avion météo ... dans la série "plus c'est gros, mieux ça passe", sauf que Kroutchev n'avait pas trop apprécié la farce vu qu'il détenait les morceaux de l'avion-espion que des missiles soviétiques avaient abattu. :-X

Citer
L'histoire du centre Dryden remonte au début de l'automne 1946, quand un groupe de cinq ingénieurs aéronautiques issus du Langley Memorial CCNTA Aeronautical Laboratory, Hampton, Virginie, débarquent dans ce qui est aujourd'hui Edwards AFB.

Leur objectif était de préparer les vols du X-l dans le domaine de la recherche supersonique au sein d'un programme conjoint NACA-US Army Air Forces-Bell Aircraft Corp.

Le NACA - Comité consultatif national pour l'aéronautique [National Advisory Committee for Aeronautics] - était le précurseur de la NASA d'aujourd'hui.

Passés les premiers temps du X-1, premier avion à voler plus vite que la vitesse du son, les installations ont ensuite pris du volume et l'importance et ont été associées à de nombreux développements importants dans l'aviation - vols supersoniques et hypersoniques, engins ascensionnels sans ailes, pilotage numérique câblé, ailes supercritiques, ailes en flèches inversées avant, ainsi que les navettes spatiales.

Son nom a plusieurs fois changé au cours des années. Du 14 Novembre 1949 au 1er Juillet 1954, elle était désignée Détachement NACA de recherches et de techniques avancées en vols à hautes vitesses
.

« Modifié: 21 février 2010 à 02:05:21 par Peter Pan »
IP archivée
...

DecemberTen

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 7645
Re : Richard M. Dolan
« Réponse #21 le: 21 février 2010 à 18:04:22 »

La base de Dryden sert maintenant officiellement à la Nasa et accueille le "Shuttle Carrier Aircraft" (SCA), ainsi qu'un Boeing 747 modifié conçu pour transporter une navette spatiale à Kennedy Space Center si l'une d'elle se pose à Edwards

Coordonnées pour Google Earth: 34.950712, -117.886520

http://fr.wikipedia.org/wiki/Dryden_Flight_Research_Center

Diouf

  • Membre d'honneur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 5894
Re : Richard M. Dolan
« Réponse #22 le: 22 février 2010 à 21:28:34 »

Suite de la discussion sur HollomanAFB et ses mystères ici:

http://icietmaintenant.fr/SMF/index.php/topic,5811.msg46479.html#msg46479

Retour à Richard Dolan et à ses écrits...

IP archivée
Un peuple de moutons finit par engendrer un gouvernement de loups. -Agatha Christie

Diouf

  • Membre d'honneur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 5894
Re : Richard M. Dolan
« Réponse #23 le: 23 février 2010 à 09:12:42 »

Voir ici un extrait du dernier livre de Richard Dolan, posté par lui-même sur ce site: les 12 preuves (incontestables) que les gouvernements se sont intéressés de près au sujet.


http://www.openminds.tv/twelve-government-documents-that-take-ufos-seriously/
IP archivée
Un peuple de moutons finit par engendrer un gouvernement de loups. -Agatha Christie

Diouf

  • Membre d'honneur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 5894
Re : Richard M. Dolan
« Réponse #24 le: 11 avril 2010 à 12:00:31 »

Extraits de la conférence Awake & Aware de septembre 2009.

Richard Dolan : Un peu de politique ou l'explication de la  raison du manque d'infos.

Bill Ryan : Introduire Richard Dolan est simple: Il y a 20 ans , je lisais le livre de Timothy Good "Above Top Secret" qui était à l'époque considéré comme la bible de l'ufologie. C'était le livre que vous donniez à quelqu'un qui doute de la réalité du phénomène, en lui disant: ok, lis ça et on en reparle plus tard. Maintenant un nouveau livre le dépasse dans tous ses aspects. C'est une trilogie et Richard vient d'en publier le second volume. 638 pages, de 1973 à 1991. Des années très importantes. [UFOs and The National Security State, volume II.]

Richard Dolan :  Pendant la fin des années 70 et au début des années 80, Il y  a de nombreuses preuves qui démontrent que les organisations ufologiques furent infiltrées par des groupes du renseignement. Ils avaient même commencé plus tôt mais dans le livre mes arguments portent sur la période 79-80, où il y a un véritable effort de la part des agences pour infiltrer ces milieux, pour remuer tout ça et rendre les choses beaucoup plus difficiles pour nous pour comprendre où nous en sommes.

Mais il y a plus que ça. Ce que je n'avais pas inclus dans le premier volume parce que je n'avais pas cette vision géopolitique globale acquise à la lumière des recherches, je l'apporte dans le second. C'est ce que j'appelle "les réalités géopolitiques d'ensemble". Oublions les ovnis un instant. je pense que la plupart d'entre vous reconnait que le président des États-Unis n'est pas la personne en charge de notre pays. Okay. Nous savons donc tous cela, la question qui se pose est: Alors qui est-ce?

Cette question n'est pas posée dans le monde universitaire, ni dans les départements de sciences politiques ou d'histoire. Je pense qu'ils restent bloqués dans un état d'esprit beaucoup plus conventionnel. Mais les faits sont là. J'ai analysé chacune des présidences et leur relation aux organisations des élites. Le célèbre groupe Bilderberg, le CFR, la Trilatérale, etc. Y a t-il une relation ? La réponse est : Oui. Absolument, et à 100%. Ce n'est pas peut-être. Non, c'est certain et ceci est important.

Le "faiseur de rois" des États-Unis pendant cette dernière moitié de siècle au moins est David Rockefeller. Vous ne devenez  pas président jusqu'à ce qu'il déclare que vous serez président. Gerald Ford était présent à la réunion Bilderberg 5 fois dans les années 60. Il n'est pas devenu le premier président non élu de toute l'histoire américaine par hasard.

Jimmy Carter fut carrément hissé par David Rockefeller et Zbigniew Brzezinski dans le fauteuil de la Maison-Blanche. C'est vraiment ce qui s'est passé. Il avait eu une interview avec eux avant même qu'il soit nommé pour le ticket démocrate, ils étaient impressionnés et lui avaient dit: "Oui, vous êtes notre homme." Brzezinski, devint son National Security Adviser et il est aujourd'hui l'un des conseillers-clé de Barack Obama.

L'influence de la Commission Trilatérale dans l'administration Carter fut amplement commentée à l'époque et en 1980, le candidat Reagan en a fait ses choux gras lors de sa campagne. En 1980, Ronald Reagan mène une campagne contre les élites, contre le CFR, contre George Herbert Walker Bush à propos duquel il avait même dit: Cet homme ne fera jamais partie de mon administration.  Qu'arriva t-il ?  Hé bien, William Casey, un homme important du CFR et ami proche des Rockefellers, devint le manager de campagne de Ronald Reagan et tout changea puisque Reagan choisit Bush comme partenaire, ce qui causa un bon nombre de supporters à quitter la salle lors de la convention républicaine.

Deux mois plus tard, en septembre 80,  Ronald Reagan, lors d'une fête pour sa victoire prochaine est assis avec à sa droite David Rockefeller en personne. C'est donc ainsi que cela fonctionne.
Okay. Avançons vers d'autres thèmes... Mais avant je veux simplement dire, avec mes arguments,  que la Présidence des États-Unis est essentiellement un boulot de représentant et le travail du président consiste à vous vendre deux choses.

  • La première chose qu'il doit vous vendre est la mondialisation, une pilule amère pour beaucoup d'américains, il faut donc qu'il soit bon.
  • Puis, l'autre couleuvre qu'il va falloir avaler est n'importe quelle nouvelle guerre se trouvant dans le collimateur des grands groupes financiers internationaux.

Avant de poursuivre je voulais aussi mentionner que j'ai fait une analyse poussée de la guerre du Golfe. Ce n'est pas un évènement Ovni en soi mais c'est important pour nous de soulever le voile afin de voir la structure du pouvoir pour ce qu'elle est réellement. Nous devons savoir ce qu'est notre gouvernement si nous nous attendons à une révélation de sa part.

On ne peut pas continuer à vivre nos vies entières avec l'image d'Epinal de ce qu'est la république. Ce monde n'existe plus. Nous vivons dans un monde différent et nous devons comprendre la structure du pouvoir telle qu'elle est en réalité. C'est une partie importante que j'ai développée dans le tome II.

L'autre aspect, que je place juste à coté de la question politique, ce sont les considérations technologiques. Lorsque nous voyons un ovni : Qui l'a construit ? Nous ? Eux ? La réponse n'est pas aisée. J'essaie d'y répondre en établissant le niveau de nos technologies officielles à certaines périodes dans toute cette histoire. Quelles étaient les avancées dans le domaine des BlackOps ? J'essaie d'assembler des pièces de puzzle. Les Budgets secrets ont leur importance ainsi que la privatisation des secrets, ils sont mentionnés dans le livre.

Que sont les Black Budgets ? Beaucoup d'argent illégal part dans les black budgets, dans les programmes qui nécessitent un accès spécial. Il existe tout un tas d'appellations pour ces programmes non reconnus. Le Congrès n'a pas son mot à dire là-dessus. Leurs propres agences n'ont même pas un droit de regard sur les sommes englouties dans ces projets; que ce soit l'armée, la Navy ou l'Air Force, ou bien l'un ou l'autre des groupes de renseignements. Qui sait qui dirige ces projets et leur financement ?

Quand je parle de la privatisation des secrets, ce n'est pas uniquement sur les ovnis. Il est facile de voir que les différentes administrations du gouvernement - et pas simplement aux États-Unis - sont totalement ou presque sous la domination de fonds privés. C'est donc le cas également pour les secrets ufologiques.

L'un des points important que je fais vient de sources que je ne peux pas citer malheureusement, deux sources différentes, je pense que l'information est valide: C'est qu'une grande partie des secrets ufologiques se trouvent maintenant entre les mains de groupes privés, ou semi-public, mais souvent enfermés dans des groupes d'intérêts très privés.

Quand vous considérez le monde des Special Access Programs, un monde en soi, les rares études faites sur le sujet indiquent que les entrepreneurs privés sont les partenaires dominants, à la place du personnel du Defense Department, le DoD, qui eux, ne servent que de gardiens qui gardent l'œil sur les rentrées d'argent. Mais les décisions sont prises par ceux qui gèrent les programmes, c'est à dire Boeing, Lockheed,  SAIC, Ratheon, ou qui que ce soit d'autre qui dirige le projet. Ce sont eux qui dominent. 

C'est un système sensé car voyez : Si vous êtes un général du Pentagone,  un général 4 étoiles, quand vous prenez votre retraite, qui va vous embaucher ?  Ce sont ces sociétés, avec un salaire plus que confortable, et tout ce système de renvoi d'ascenseur.

Il est donc beaucoup plus facile de sécuriser les secrets lorsque vous privatisez tout cela parce que l'information n'a plus besoin d'être classifiée, elle devient une propriété privée, ce qui est un moyen beaucoup, beaucoup plus efficace de tenir l'information à l'écart du public et de la faire fructifier par la même occasion.

Tout cela implique une récupération de technologie exotique qui ne vient pas d'une fabrication humaine. Imaginez que vous ayez en main un artéfact que vous étudiez, vous ne pouvez pas en tirer profit de suite, mais vous le pourrez dans une dizaine d'années avec quelques idées sur ce que vous pouvez en faire, vous avez un moyen de gagner beaucoup d'argent plus tard. C'est pourquoi la motivation de libérer les secrets s'amoindrit d'année en année, c'est donc une affaire privée.

La conclusion évidente - et c'est la conclusion de niveau élémentaire de la section politique -  est qu'il existe une couverture internationale de ce qui est le cœur du phénomène ufologique. Il y a même beaucoup plus à dire que ce que j'essaie de montrer à ce sujet. S'il y a un seul message dont il faut se souvenir, c'est celui-ci: Le phénomène est réel, et oui mes amis, il y a une couverture par-dessus. Le phénomène est indéniable, sa couverture est indéniable.

Quant à la recherche...J'y viendrais. C'est une histoire de l'ufologie, une histoire fascinante et cette histoire est une partie de l'histoire du développement de la conscience humaine.

Une autre conclusion que je formule dans ce livre est la nature filante des black s budgets et de ce que j'appelle la civilisation séparée . Explication:

Ce que nous appelons le Black World,  existe avec une quantité d'argent infinie pour expérimenter, et un niveau incroyable de clandestinité au sein de laquelle  ils font ce qu'ils font. Hé bien qu'arriverait-il si leurs scientifiques tombaient sur une découverte de génie basée sur ces technologies qu'ils étudient ?  S'ils trouvaient une idée ou un truc vraiment génial ? Est-ce qu'ils le partageraient avec nous ?

Qu'arrive t-il  lorsqu'une avancée scientifique mène vers une autre avancée, puis vers une autre, et encore une autre...et avant que nous nous en rendions compte, ils sont là-bas, loin là-bas et nous, sommes ici et en fait, cet écart continue de s'allonger au point qu'ils ont la capacité de faire ces choses que nous considérons absolument impossibles ?

Ils seraient si différents  que nous pourrions les nommer, avec exactitude,  une civilisation à part, avec une compréhension totalement différente de certains principes scientifiques et certainement une vision du monde différente. Car je pense qu'ils interagissent d'une façon plus personnelle avec eux [pointe vers le haut] que nous autres, ils ont donc un système de principes différent qui conduit leurs vies.

Nous devons nous demander comment ils pourraient même être capables de nous entretenir facilement de ce qu'ils savent. Comme si nous étions des voyageurs temporels, de retour dans la passé, mille ans en arrière: Comment parlerions-nous aux gens ?  Comment leur parlerions-nous des choses que nous connaissons de notre monde actuel ? Ce doit être difficile. Je pense que c'est une hypothèse que nous devons considérer comme étant probable."

Source
« Modifié: 17 avril 2010 à 21:36:50 par Diouf »
IP archivée
Un peuple de moutons finit par engendrer un gouvernement de loups. -Agatha Christie

Peter Pan

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 672
Re : Richard M. Dolan
« Réponse #25 le: 17 avril 2010 à 17:52:27 »

Bonjour Diouf,


Merci encore à toute l'équipe pour ce site, et à vous pour cette traduction.

Un passage qui m'a spécialement interpelé :


Extraits de la conférence Awake & Aware de septembre 2009.

Richard Dolan : Un peu de politique ou l'explication de la  raison du manque d'infos.

... que la Présidence des États-Unis est essentiellement un boulot de représentant et le travail du président consiste à vous vendre   deux choses.

  • La première chose qu'il doit vous vendre est la mondialisation, une pilule amère pour beaucoup d'américains, il faut donc qu'il soit bon.
  • Puis, l'autre couleuvre qu'il va falloir avaler est n'importe quelle nouvelle guerre se trouvant dans le collimateur des grands groupes financiers internationaux.

Avant de poursuivre je voulais aussi mentionner que j'ai fait une analyse poussée de la guerre du Golfe. Ce n'est pas un évènement Ovni en soi mais c'est important pour nous de soulever le voile afin de voir la structure du pouvoir pour ce qu'elle est réellement. Nous devons savoir ce qu'est notre gouvernement si nous nous attendons à une révélation de sa part.

On ne peut pas continuer à vivre nos vies entières avec l'image d'Epinal de ce qu'est la république. Ce monde n'existe plus. Nous vivons dans un monde différent et nous devons comprendre la structure du pouvoir telle qu'elle est en réalité. C'est une partie importante que j'ai développée dans le tome II.




Lors d'une récente conférence, Zbigniew Brzezinski évoquait tout cela à sa façon, en moins de 5 minutes, devant un auditoire acquis d'avance.
C'était le ... 18 novembre 2009.
Le tout en langage codé, au nez et à la barbe des médias sagement présentes.


J'ignore si Alice* avait eu vent de l'ouvrage de Richard Dolan, mais votre traduction apporte beaucoup de réponses.
*
http://icietmaintenant.fr/SMF/index.php/topic,10917.msg118041.html#msg118041

À mon sens, dans ces sphères de pouvoirs, tout le monde n'a pas les mêmes portions de "part du gâteau", ce pactole financier devant lesquels nos analystes bancaires de second rang font les abrutis en faisant mine de ne rien y comprendre.

D'une part, hormis les témoignages du bon peuple, boostés grâce à Internet et des sites comme Ovni-Usa  ;D , on peut tout de même compter sur les témoignages des "déçus" de ce système, ou encore de ceux qui méritent un minimum de reconnaissance, comme ce radariste et ce gardien de site CIA récemment évoqués ici.
D'autre part, on peut penser que n'importe qui, du niveau "seconde" et qui s'intéresse au sujet peut tirer des "fils d'infos", aller en vérifier sur le terrain, et s'apercevoir des points où l'information passe dans le "tunnel". D'une certaine façon, JP Petit avait abordé ce thème (passivité du Geipan/Cnes), au moins dans cette émission de TV avec l'animation 3D d'un Ovni dloublant une Alouette II pas très haut au dessus du ciel de Normandie.



On peut donc tirer son chapeau à tous ceux qui ont assuré la recherche Ufo "non officielle" à l'époque où Internet n'existait pas.

Or le postulat était mis en place pour le monde occidental, oubliant qu'en Orient, ces civilisations (hindoue, chinoise, ...) intégraient le phénomène culturel, mais sans avoir l'air d'avoir prise là-dessus.
Les attaques Internet des sites Nasa etc. ... venant de l'Est n'ont pas vocation à simplement repomper le brevet "Velcro", ou de technologies déjà dépassées, mais à rentrer dans cette course de vitesse pour savoir l'état de l'Art en matière de technologie Ovnie etc. ...


Pour le "bas peuple", il reste donc un baby-challenge possible en suscitant et en canalisant les témoignages et documents du vulgus pecum ; là, le web est un superbe outil.
« Modifié: 17 avril 2010 à 18:41:15 par Peter Pan »
IP archivée
...

Diouf

  • Membre d'honneur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 5894
Re : Richard M. Dolan
« Réponse #26 le: 17 avril 2010 à 20:31:46 »

IP archivée
Un peuple de moutons finit par engendrer un gouvernement de loups. -Agatha Christie

dificultnspa

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 4182
Re : Richard M. Dolan
« Réponse #27 le: 08 mai 2010 à 12:13:33 »

redstarfilms.blogspot.com
UFOs and the National Security State, Vol. II

Paul Kimball
Friday, May 07, 2010

When I read Richard Dolan's new book, UFOs and the National Security State, Vol. II: The Cover-Up Exposed, 1973 - 1991, I was immediately struck by one question: What did Albert Speer know?


Now, to many people reading this review, that will seem like a complete non sequitur. Let me explain.

Albert Speer was Hitler's Minister of Armaments from 1942 onwards, and for much of the 1930s and early 1940s was the closest thing that Hitler had to a friend. He was tried at Nuremberg in 1945 - 1946 for various war crimes and crimes against humanity. Speer was found guilty of war crimes and crimes against humanity, though he was acquitted on the other two counts (participating in a common plan or conspiracy for the accomplishment of crime against peace, and planning, initiating and waging wars of aggression and other crimes against peace), and sentenced to 20 years imprisonment at Spandau, which he served.

At his trial, Speer was the one Nazi leader who admitted at least a sense of general responsibility for the crimes of the Nazi regime. However, he was always very careful to deny direct knowledge (and therefore personal responsibility) for the greatest crime of all - the Holocaust. If it had been shown that he knew, he surely would have been hanged, like Fritz Sauckel, the man who rounded up the labour that Speer used to keep the factories running.

In the years that followed his release, Speer published Inside the Third Reich, which told his side of the story, and which was accepted by many historians as a reasonably accurate and candid version of events. But Speer always maintained that he did not know about the Holocaust. In Inside the Third Reich, he wrote that in mid-1944, he was told by Gauleiter Hanke of Lower Silesia that he should never accept an invitation to inspect a concentration camp in neighboring Upper Silesia, as "he had seen something there which he was not permitted to describe and moreover could not describe". Speer later concluded that Hanke had been speaking of Auschwitz, and blamed himself for not inquiring further of Hanke or seeking information from Himmler or Hitler :

These seconds were uppermost in my mind when I stated to the international court at the Nuremberg Trial that, as an important member of the leadership of the Reich, I had to share the total responsibility for all that had happened. For from that moment on I was inescapably contaminated morally; from fear of discovering something which might have made me turn from my course, I had closed my eyes ... Because I failed at that time, I still feel, to this day, responsible for Auschwitz in a wholly personal sense.


However, his claims to not have known became more controversial as the years went along, and new information surfaced, particularly about his presence at the Posen Conference on October 6, 1943, at which Reichsfuhrer Heinrich Himmler gave a speech in which he detailed the ongoing Holocaust to Nazi leaders. Himmler said, "The grave decision had to be taken to cause this people to vanish from the earth ... In the lands we occupy, the Jewish question will be dealt with by the end of the year." Speer was mentioned several times in the speech, and Himmler seemed to address him directly.


In Inside the Third Reich, Speer mentioned his own address to the officials (which took place earlier in the day), but did not mention Himmler's speech. He later claimed that he left before Himmler gave his speech. However, in Inside the Third Reich, Speer recalled that on the evening after the conference, many Nazi officials were so drunk that they needed help boarding the special train which was to take them to a meeting with Hitler. One of his biographers suggested this necessarily implied he must have still been present at Posen then, and must have heard Himmler's speech. In response, Speer claimed that in writing Inside the Third Reich, he erred in reporting an incident that happened at another conference at Posen a year later, as happening in 1943 - a claim which strains credulity on such an important point.

Speer died in 1981 whilst on a visit to London. To the end of his life, he maintained that he did not know about the Holocaust, and that he was not at Posen for Himmler's speech. Almost nobody accepts the former contention anymore. Historian Gitta Sereny, in her book Albert Speer: His Battle With Truth, concluded that Speer must have known about the Final Solution at least by the time of the Posen conference, whether or not he was actually present at Himmler's speech. She based this judgment on extensive conversations with Speer, analysis of his published and unpublished writings, and interviews with Speer's family and colleagues. In Sereny's view, Speer's acknowledgment of his guilt as a Nazi and his complicity in crimes of which he claimed to be unaware was part of a complex process by which he evaded acknowledgment of the full truth.

I wrote my major paper in law school on a comparative study of Speer's case at Nuremberg versus that of Sauckel. My conclusion was that Speer should have been hanged with Sauckel. Speer's responsibility as the man who employed the slave labour was at least as great as that of Sauckel, who procured that labour. Also, Speer's position in the Nazi hierarchy was far more significant than Sauckel's. Finally, I was convinced beyond a reasonable doubt, as Sereny was, that Speer knew about the Holocaust, no matter how much he struggled with this knowledge in later years.

But that wasn't the verdict at Nuremberg, and it wasn't the verdict of many mainstream historians for many years. Further, we still can't say with absolute certainty that Speer was at Posen when Himmler delivered his speech that afternoon (although, as Sereny makes clear, Speer's presence was not determinative of his knowledge of the Holocaust).

The reality is that history is not always cut and dry. Even official records can leave questions. The unofficial records, and accounts from people who were "there," can often lead to more questions than they answer. Questions such as: "what did Albert Speer know?" You could go one further, using Speer as an avatar, and ask, "what did the average German know?"

That reality is absolutely critical to understanding both the strengths and weaknesses of Dolan's UFOs and the National Security State, Vol. II (and his other work). History isn't always about absolute rights and wrongs (although those things do exist) - often it's about making the best case that you can with respect to a subject where, for any one of a number of reasons, more than one case is possible. The question of the UFO phenomenon and the government is one of those subjects.

Take the 1957 RB47 case, for example. No sufficient explanation has ever been offered by those people who would have you believe that there is nothing to the UFO phenomenon. Not only that, but there were other RB47 encounters, including the one experienced by Lieutenant Colonel Bruce Bailey and his crew during the Cuban Missile Crisis. Bailey, as so many other military witnesses before and after have done, described a de-briefing process that made it absolutely clear that they "didn't see anything."

That leaves one of two possible conclusions: either Bailey, a decorated veteran who flew on the most sensitive surveillance aircraft the USAF had at the time, is a liar - as are many others who tell similar stories - or there is more to the government's knowledge of and involvement with the UFO phenomenon than the official history would have you believe.

Best Evidence - RB47 case


So, if what Bailey and others say is true - that they are sworn to secrecy - then how can we ever know the truth, when the official policy of the government is to hide the truth?

Richard Dolan believes more than I do. That much is obvious from reading his book. He is convinced that not only is the UFO phenomenon real, but that it represents an extraterrestrial intelligence that has interacted with humans for years, and that our governments have knowledge of this interaction, and have covered it up - indeed, they may well have facilitated it.

On the face of it, those conclusions seem absurd. Indeed, I suspect that if he offered them in most university history classrooms, Dolan would be politely shown the door. Many of his sources are anonymous, which raises all kinds of red flags for historians. Further, while he cites some official documents, he fails to offer a verifiable document in the record which he can point to as indisputable proof of his conclusions. Nor can he offer any witnesses, on the record, who can prove what he says is true.

Accordingly, I cannot accept what he says to be true. But that doesn't mean that I've concluded that it's not.

As I said above, history is not always certain, particularly when the official record may not in fact be the actual record. While Dolan may be willing to travel further down the rabbit hole than I am, I'm convinced that there is a rabbit hole worth looking into.

In a world where you have Kelly Johnson and his top engineers and test pilots saying in 1953 they saw something that could not have been made by us, and then you have the United States Air Force explaining it away as a "lenticular cloud," how can one not accept that there are rabbit holes in our field of knowledge?

Best Evidence - Santa Barbara Channel case


In a world where on the one hand you have the Condon Report concluding that there is no scientific merit to the study of the UFO phenomenon, and then government after government saying that there is no defence significance to UFOs, and on the other hand you have a case like the 1976 Tehran incident, where the US Defence Intelligence Agency concluded that the value of the information garnered from the case was of "high, timely and of major significance," how could you not at least question the official history?

Best Evidence - Tehran Case


In other words, there is "the truth"... and then there is the "other side of truth." The important thing about Dolan's work lies not in his conclusions, which may or may not be correct (in my opinion, some are, and some are not, but readers of his book - and it is worth reading - should judge for themselves), but in his encouragement to us to ask questions about the official story, not just concerning the UFO phenomenon, but about the very way our society is ordered, and how our governments treat the truth.

As for Dolan's anonymous sources that I and many others have been so critical of over the years, let me just say that my view changed when I was contacted in 2007 by a retired high level intelligence source who insisted on remaining anonymous. I met this man while in Washington in September, 2007 (which explains why I insisted that my travel companion Kris McBride and I tour the government sector separately the first afternoon we were there), and I recorded our conversation, with the understanding that it would not be released while he and his wife were still alive.


What I can say is this - he didn't give me any answers.

It doesn't work that way.

Rather, he encouraged me to ask questions, not about UFOs in particular, but about the broader issue of how the intelligence agencies manipulate information to keep us from seeing what really happened. He gave me a few clues about where to look, and what questions to ask.

If you're familiar with what I've written since, or pay attention to what I may say in the future, you'll see some of what I've discovered, if you know where to look... and if you're willing to ask the right questions.

A final note of caution, however. At the end of my conversation in 2007 with my "source," I jokingly asked him why no-one had ever contacted me about becoming an intelligence asset.

His response?

"How do you know they haven't, and how do you know that you aren't?"

Which leads me back to Albert Speer.

Perhaps the correct question isn't to ask what he knew, or even what he wanted to know, but what he didn't want to know.

Perhaps that's the question that, in our own way, we all need to ask, each and every day.


« Modifié: 25 mai 2015 à 19:30:20 par katchina »
IP archivée
Sauvons la planète, notre Mère la Terre...
Sans elle pas de survie possible.

jeckyll50

  • Invité
Re : Richard M. Dolan
« Réponse #28 le: 09 mai 2010 à 18:48:20 »

Bonjour à tous je suis un nouvel utilisateur de ce forum , interressé depuis quelques années par le "phénomène" O.V.N.I. et j'aurais voulu savoir s'il existait une traduction des ouvrages de Dolan ou s'il y en avait une prévue le cas échéant ?
 
IP archivée

Diouf

  • Membre d'honneur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 5894
Re : Richard M. Dolan
« Réponse #29 le: 10 mai 2010 à 08:42:53 »

Pas à ma connaissance.

Bienvenue Jeckyll50 :)
IP archivée
Un peuple de moutons finit par engendrer un gouvernement de loups. -Agatha Christie