Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !

Auteur Sujet: Histoire sans fin (à compléter)  (Lu 10391 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

là et demain

  • Permissions restreintes
  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2210
Histoire sans fin (à compléter)
« le: 07 décembre 2009 à 17:00:07 »

Marcel Proust en a écrit les premières lignes...j'enchaîne, et c'est à vous de continuer...


Longtemps, je me suis couché de bonne heure. Parfois, à peine ma bougie éteinte, mes yeux se fermaient si vite que je n'avais pas le temps de me dire : « Je m'endors. » Et, une demi-heure après, la pensée qu'il était temps de chercher le sommeil m'éveillait ; je voulais poser le volume que je croyais avoir dans les mains et souffler ma lumière ; je n'avais pas cessé en dormant de faire des réflexions sur ce que je venais de lire, mais ces réflexions avaient pris un tour particulier ; il me semblait que j'étais moi-même ce dont parlait l'ouvrage : une église, un quatuor, la rivalité de François Ier et de Charles-Quint.
Un cri perçant venait de me ramener à la réalité. Quelqu'un courrait à pas lourds dans le couloir du premier étage, au point de faire vaciller le lustre de la chambre. Que se passait-il donc et quelle heure pouvait-il être ? Cherchant fébrilement les allumettes, je parvins à rallumer la lampe, alors même qu'un autre cri se faisait entendre. Il ne s'agissait d'aucune voix connue. Quelqu'un s'était-il introduit dans la maison ? J'attrapais à la hâte un coupe-papier posé sur le bureau et, presque tremblant, sortais de la chambre.   


« Modifié: 26 juin 2014 à 23:32:58 par katchina »
IP archivée

lilou

  • Modérateur Global
  • ******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 755
Re : Histoire sans fin
« Réponse #1 le: 07 décembre 2009 à 20:48:29 »

Le parquet craquait, j'aurais aimé ne pas avoir de pieds et être plus léger. Je me sentais fragile munis de ce coupe papier dans ma main droite, il se pourrais que je me blesse moi même...
Suffit! je dois ralentir  les battements de mon cœur qui cognent dans ma poitrine et avancer vers les escaliers au bout de ce couloir sans Fin et surtout ne pas faire tomber cette lampe qui déforme mon ombre à chacun de mes pas.
IP archivée

herveboy

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2961
Re : Histoire sans fin
« Réponse #2 le: 07 décembre 2009 à 23:44:04 »

Malgré cette grande frayeur qui me fit tressaillir aux moindres bruits qui accompagnaient subrepticement les cris que je venais d’entendre, je me décidai  toutefois à continuer ma progression à  pas feutrés dans ce couloir qui prit une dimension que je ne lui connaissais pas. En effet, alors que celui-ci n’était qu’un petit vestibule  donnant  accès à l’escalier qui mène à l’étage supérieur, il ressemblait ce soir à une antichambre, une antichambre aux dimensions inimaginables où je pouvais encore entendre ces cris qui me firent sortir de ma torpeur, des cris qui toutefois se faisaient plus lointains, qui s’étouffaient et auxquels venaient se joindre quelques petits rires d’enfants qui semblaient jouer sans se rendre compte du terrible et lugubre évènement qui allait se produire. Mais qui donc pouvait courir ainsi à pas lourds dans le couloir du dessus ? Ce ne pouvait pas être les enfants dont les rires laissaient supposer qu’ils devaient être fort jeunes et de moyennes constitutions. Alors qui ?
« Modifié: 08 décembre 2009 à 10:08:19 par herveboy »
IP archivée

Diouf

  • Membre d'honneur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 5837
Re : Histoire sans fin
« Réponse #3 le: 07 décembre 2009 à 23:59:04 »

J'avance à pas feutrés, lentement, guettant chaque son, je m'attends presque à un autre cri, les voix des enfants me rassurent quelque peu, mais je serre mon arme plus que nécessaire quand soudain la silhouette de Gribouille, le chat de la maison se dessine au bout du couloir, il semble observer quelque chose, le dos hérissé, prêt à bondir, mon coeur reprend son numéro de tambour, un portable sonne au loin, cette mélodie familière me calme un peu et mon pas se fait plus sûr.
IP archivée
...accepter   de    laisser    partir    l'ancien...

(entendu d'une conversation dans la rue.)

là et demain

  • Permissions restreintes
  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2210
Re : Histoire sans fin
« Réponse #4 le: 08 décembre 2009 à 11:18:02 »

Soudain un courant d’air frais et humide traverse le couloir, le parsemant des petites feuilles jaunes des hêtres du parc. J’entends la fenêtre au bout du couloir battre violemment. Je cours vers celle-ci et scrute le parc enténébré mais balayé par un vent fort. Quelqu’un vient de s’enfuir, n’ayant pas hésité à sauter d’une hauteur de trois mètres. Par où est-il donc entré ? Était-il déjà caché dans la maison, attendant la nuit pour commettre un forfait ? Sophie est à son tour dans le couloir. Elle aussi a entendu les pas. Elle me demande de faire attention à moi. Soudain, nous apercevons une lueur étrange loin derrière les arbres immenses. Une lumière irréelle, changeante et pulsante, qui semble se déplacer et monter. Une sensation étrange nous saisit. Nous nous regardons un bref instant, chacun lisant l’affolement de l’autre. Plus rien. La nuit est désormais profonde. Même le vent s’est tu. Une chouette hulule dans le lointain.
Sophie me dit qu’elle aussi a entendu les enfants, et cette sonnerie de téléphone portable.
Nous hâtant de monter à l’étage, nous inspectons soigneusement chaque mètre carré du couloir et des pièces, mais ne constatons absolument rien, pas la moindre trace, si ce n’est une légère odeur empyreumatique, que nous ne parvenons pas à définir plus précisément. L’horloge de la chambre bleue indique 2 heures 5. Pourtant dehors les premières lueurs de l’aube automnale commencent à se deviner. L’horloge s’est arrêtée. Toutes les horloges se sont arrêtées. A 2 heures 5. Mais nous sommes en novembre, le jour se lève et il doit être 7 heures ! 
IP archivée

Aloysius

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1489
Re : Histoire sans fin
« Réponse #5 le: 08 décembre 2009 à 13:06:05 »

Tout est silencieux maintenant!......Terriblement silencieux!
 
...même plus un tic-tac rassurant pour calmer les coeurs qui s'affolent!
IP archivée

lilou

  • Modérateur Global
  • ******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 755
Re : Histoire sans fin
« Réponse #6 le: 08 décembre 2009 à 19:16:54 »

Sophie me regarde, regarde l'horloge et hausse les épaules.
Elle semble ailleurs et étrangement calme, comme cette chambre bleue, si calme à présent.
Gribouille apparait, il passe la porte et vient se blottir dans mes jambes en ronronnant, je ne sais quoi dire et faire, Sophie me sourit et prend le chat dans ses bras.
IP archivée

Mille-feuilles

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2073
Re : Histoire sans fin
« Réponse #7 le: 08 décembre 2009 à 21:39:28 »

 Tout ceci semble tellement iréel... Je regarde, penaud, le coupe-papier que je tiens toujours à la main. Son manche ouvragé est d'une beautée saisissante... A son observation, je ne peux m'empêcher de penser à nouveau à ce jour si spécial où il me fut offert...
IP archivée
"Prie comme si tu devais mourir aujourd'hui. Travaille ta terre comme si tu devais vivre éternellement."

Diouf

  • Membre d'honneur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 5837
Re : Histoire sans fin
« Réponse #8 le: 08 décembre 2009 à 22:30:13 »


image invalide

Mon esprit me replonge dans cette journée si étrange... l'ai-je vraiment vécue ou l'aurais-je imaginée ? L'objet que je tiens en main est pourtant bien la preuve que cet autre lieu existe, que je m'y suis trouvé, mais il reste silencieux à ma mémoire n'étant pas prêt à me livrer le secret que nous avons partagé.

Des effluves de café montent jusqu'à la chambre, Lamie Ricorée s'affaire dans la cuisine, c'est l'annonce d'un matin ordinaire. 
« Modifié: 18 octobre 2019 à 00:05:56 par Modération »
IP archivée
...accepter   de    laisser    partir    l'ancien...

(entendu d'une conversation dans la rue.)

Mille-feuilles

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2073
Re : Histoire sans fin
« Réponse #9 le: 08 décembre 2009 à 23:09:22 »

 En rentrant dans la cuisine, je m'approche de la radio que j'éteins d'un geste brusque: je ne supporte pas la publicité !
 Lami le sait bien pourtant ! Je lui ai demandé cent fois de m'épargner ces programmes lamentables à l'heure du petit déjeuner !
 
 Attablés devant un bol de boisson odorante, Sophie et moi nous regardons en silence... Je sens bien qu'elle ne souhaite pas évoquer les événements étranges de cette nuit.
 Je lui montre le coupe-papier au manche en ivoire, que j'ai négligemment posé sur la table de cuisine:
 "T'ai-je déjà raconté comment ce bel objet est arrivé en ma possession ?"
Elle a un sourire complice:
 "A peu prés deux mille fois, mais je crois bien que j'ai oublié la fin ..."

 
« Modifié: 08 décembre 2009 à 23:56:22 par Mille-feuilles »
IP archivée
"Prie comme si tu devais mourir aujourd'hui. Travaille ta terre comme si tu devais vivre éternellement."

là et demain

  • Permissions restreintes
  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2210
Re : Histoire sans fin
« Réponse #10 le: 08 décembre 2009 à 23:20:51 »

Cette bonne vieille Lamie ! Soixante-deux années au service de la maison, engagée par ma grand-mère en 1946, alors qu'elle n'avait que 17 ans et ne parlait que la langue Kazakhe. Depuis une vingtaine d'année, Lamie dormait dans une dépendance de la propriété et ne se présentait plus que le matin à 8h, sa journée commençant par la préparation de notre petit déjeuner, souvent à base de Manti sucré, recette qu'elle tenait d'une grande tante ousbèke. Le nom même de Rik-Horeh, francisé par la suite, trouvait racine dans le lointain Ouzbékistan. 
A présent, Lamie me regardait en souriant, attendant elle aussi que je raconte la fameuse histoire du coupe-papier.


 
IP archivée

Diouf

  • Membre d'honneur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 5837
Re : Histoire sans fin
« Réponse #11 le: 09 décembre 2009 à 00:11:56 »

Lol... 1000F...et Là et demain a un vrai talent de conteur.

- Ce sera à la condition d'avoir droit à deux bols du délicieux breuvage fortifiant, n'est-ce pas Lamie?

- АКОН РЕСПУБЛИКИ УЗБЕКИСТАН !

- Il y a des jours ou je me demande si le Rik-Horey ne provoquerait pas quelques hallucinations ! Tu l'achètes toujours à Tashkent?

- Da da. Sophie, internet commander.

- Bien...
« Modifié: 09 décembre 2009 à 15:56:04 par Diouf »
IP archivée
...accepter   de    laisser    partir    l'ancien...

(entendu d'une conversation dans la rue.)

Diouf

  • Membre d'honneur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 5837
Re : Histoire sans fin
« Réponse #12 le: 10 décembre 2009 à 09:33:25 »

...Mais je n'osais pas l'avouer devant Lamie, car je savais la peine qu'elle aurait de me voir ainsi diminué, c'est qu'à chaque récit de cette aventure, la difficulté de la narration se faisait plus grande. L'effort consistait à conserver une chronologie plausible des évènements.
Cette difficulté résidait dans le fait que certains souvenirs surgissaient au détour d'une description, ou bien se campaient là, en plein milieu d'un dialogue, détruisant au passage la cohérence élaborée plus avant dans le récit.
Ces mémoires remontantes ne se contentaient pas d'exister en tant que simples souvenirs, elles changeaient le cours des évènements en commençant par mélanger l'ordre des choses. Cela n'ôtait rien à la crédibilité de mon histoire, mais faisait de celle-ci un récit aux mille et une facettes dont Sophie ne se lassait pas.
Dans le passé, mes hésitations à poursuivre avaient causé le trouble chez Lamie qui s'était inquiétée auprès de Sophie du bon fonctionnement de mes capacités cérébrales...
IP archivée
...accepter   de    laisser    partir    l'ancien...

(entendu d'une conversation dans la rue.)

là et demain

  • Permissions restreintes
  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2210
Re : Histoire sans fin
« Réponse #13 le: 11 décembre 2009 à 00:21:33 »

Le coupe papier en question fut acheté en 1902 par mon arrière grand-père à Shade lui-même. Shade est pour l'immense majorité des hommes un parfait inconnu. Son nom apparait toutefois sans quelques revues scientifiques, et notamment ethnographiques du début du xxème siècle. On apprend notamment que Shade a conçu un curieux instrument appelé pendule de Shade, et ce en seulement treize exemplaires. Le pendule de Shade, une fois réglé et lancé, permettait, par un mécanisme, simple de part sa conception, mais étonnamment complexe du point de vue de son principe de fonctionnement et de la précision d’usinage de ses pièces, de sonner les heures selon le rythme des différents systèmes planétaires de l'étoile Sirius.
Eleazar Shade a établi plusieurs théories essentielles relatives aux mouvements stellaires. Ayant été à un moment un professeur apprécié et jouissant d’une excellente réputation, il finit néanmoins par perdre la raison à force d’observations sans fin et de travail solitaire acharné.
Ainsi Shade fut laissé de côté avec dédain par ses confrères quand il décida d’engloutir ses maigres économies dans la fabrication de deux machines qui devaient permettre de fabriquer les pièces optiques et mécaniques extraordinairement délicates de l’étrange invention née de  son esprit torturé. Il réussit toutefois à assembler treize pendules complets et fonctionnels auxquels, évidemment, personne ne s’intéressa.
Shade s’était donc cruellement endetté et deux mois plus tard, devant la menace pressante d’huissiers, il choisit d'abandonner son atelier et de se réfugier en Arabie, non sans avoir emporté les précieux pendules déjà construits. Quelques créanciers firent rapidement liquider ses affaires et les machines de son atelier furent vendues au poids du métal et fondues.
On ne parla plus jamais de Shade jusqu’au moment où, des décennies après, plusieurs des pendules furent retrouvés dans les souks de la région. Leurs propriétaires supposés sont inconnus et les plus folles rumeurs circulent là-dessus. On raconta aussi que l’ancien savant, ayant atteint un âge vénérable, avait finit ses jours dans une vie érémitique et contemplative.
Mon arrière grand-père m'a affirmé avoir rencontré Shade à cette époque, et lui avoir donné un peu de farine et quelques vêtements pour remplacer les loques puantes qu'il portait. Shade avait perdu la parole et il tombait plusieurs fois par jour en adoration devant le ciel, regardant à chaque fois dans une direction différente, qui par déduction s'avéra être celle de l'étoile Sirius.
Shade avait tenu à donner à mon grand-père le curieux coupe-papier au manche ouvragé en ivoire de Mammouth, le regardant avec intensité. Il m'a avoué avoir souvent été hanté par le souvenir des deux yeux sombres et brillants de Shade qui se détachaient du milieu de ce visage maigre, sale et atrocement barbu. 
IP archivée

herveboy

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2961
Re : Histoire sans fin
« Réponse #14 le: 11 décembre 2009 à 08:08:56 »

Et maintenant que j'y pense, et alors que je tourne et retourne ce coupe-papier dans ma main, je me demande si il n'y aurait pas un lien direct entre cet ustensile qui m'est si cher et cette incursion nocturne dans cette maison pleine de souvenirs par un ou plusieurs inconnus, dont les pas lourds et puissants m'avaient sorti d'une torpeur dans laquelle j'étais plongé.
IP archivée