Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Auteur Sujet: La pédophilie (discussion après l'émission de Laurent - 04/2010)  (Lu 8120 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

gladine b.

  • Invité

Bonjour,

Juste un mot pour signaler mon point de vue par rapport à l'approche de Laurent de la pédophilie.
Je ne comprends pas comment l'on peut comparer homosexualité et pédophilie, 2 nuances qu'il ne semble pas réellement vouloir prendre en compte et non des moindres :
- la notion de viol
- la différence entre un enfant et un adulte.
Il me semble qu'il est bien d'avoir un peu réfléchi à ces notions avant d'aborder un tel sujet et de se faire aussi de façon aussi ostentatoire l'avocat du diable, en se focalisant sur le fait qu'un religieux n'est qu'un être humain et qu'il a le droit à l'erreur... c'est, à mon sens, dévoiler une absence de conscience de la signification même du viol, qu'il soit psychique ou physique.

Il eut été intéressant en effet d'aborder le sujet en présence d'une personne un peu plus consciente de la réalité du sujet, un peu plus clair avec lui-même sur les notions de crime, de libre arbitre, de volonté, et de manipulation.

Je dois dire que cette émission m'a été extrêmement pénible à écouter, non pas à cause de la vérité dont elle voudrait parler, mais de l'aveuglement difficile à supporter qui s'en dégage, sous prétexte de réfléchir, déballer ainsi un tel chaos spirituel.

Violer un enfant, tel que le font les prêtres "pédophiles" n'a rien d'une initiation et tout de la destruction de la volonté d'êtres qui n'ont pas encore les moyens de faire leurs propres choix, c'est aussi abuser de l'autorité qui est conférée à une position d'adulte, qui plus est autorité spirituelle et on ne peut plus respectable dont on n'aurait même pas idée de remettre en question la confiance qu'on leur accorde, lorsqu'on leur confie des êtres en apprentissage.

Le clergé n'a pas les moyens de traiter la pédophilie, parce qu'il nie les questions sexuelles en général et n'a pas les moyens d'avoir une vision sur une chose qu'il nie.

Savez-vous pour quelles raisons le célibat des prêtres a été instauré ? 
Pour ne pas disperser la fortune de l'église.

Je vous laisse n'étant pas spécialement bien informée sur ces questions, mais extrêmement dérangée par la tiédeur des propos entendus, avais besoin d'en faire part.

Cordialement.







« Modifié: 11 octobre 2015 à 01:10:43 par katchina »
IP archivée

Segur

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 526
Re : La pédophilie
« Réponse #1 le: 05 avril 2010 à 20:47:00 »

Bonjour Gladine,

pour répondre à votre post et de ce dont vous m'accusez alors que vous auriez pu en parler à l'antenne... :

Je vous cite : "Il me semble qu'il est bien d'avoir un peu réfléchi à ces notions avant d'aborder un tel sujet et de se faire aussi de façon aussi ostentatoire l'avocat du diable, en se focalisant sur le fait qu'un religieux n'est qu'un être humain et qu'il a le droit à l'erreur... c'est, à mon sens, dévoiler une absence de conscience de la signification même du viol, qu'il soit psychique ou physique.

Il eut été intéressant en effet d'aborder le sujet en présence d'une personne un peu plus consciente de la réalité du sujet, un peu plus clair avec lui-même sur les notions de crime, de libre arbitre, de volonté, et de manipulation."



Définition de la pédophilie :

http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9dophilie

La pédophilie désigne une préférence sexuelle d'un adulte envers les enfants prépubères  ou en début de puberté[1]. Un pédophile est une personne éprouvant ce type de préférence.

Selon le critère de l'OMS, les adolescents de 16 ou 17 ans sont aussi classés comme pédophiles, s’ils ont une préférence sexuelle persistante ou prédominante vers les enfants prépubères au moins cinq ans plus jeunes qu’eux[2].

Dans la plupart des sociétés modernes, ce type de préférence est considéré comme une perversion sexuelle (paraphilie) et les activités s'y rapportant sont condamnées par la loi. Les passages à l'acte de pédophiles, soit les relations sexuelles entre un adulte et un enfant au-dessous de la majorité sexuelle constituent, juridiquement, des atteintes sexuelles sur mineur ou des agressions sexuelles sur mineur.

La pédophilie est classée comme trouble de la préférence sexuelle (maladie mentale) par la classification internationale des maladies (CIM)[3] et comme paraphilie par le manuel diagnostic et statistique des troubles mentaux (DSM)[4].

En tous cas, elle se manifeste à la société par un désir ou un acte transgressif  qui ne respecte pas la norme. L'adulte qui désire ou commet ce raptus  social a en principe conscience de la gravité de son désir ou de son acte, du fossé creusé avec le reste de la société, du renvoi à sa marginalité, son isolement.

La conscience de cette transgression - potentielle ou réelle - est le plus souvent une culpabilité douloureuse, et entraîne chez l'adulte des mécanismes de résolution variés sur le mode névrotique.

La psychiatrie descriptive, dont Richard von Krafft-Ebing est le précurseur, n'apporte aucune réponse à la question. Même si le catalogue encyclopédique des perversions sexuelles, illustrées par des cas cliniques, s'est modifié depuis, la psychiatrie clinique descriptive n'explique pas la pédophilie, et ne prétend à aucune thérapie. La Classification internationale des maladies de l'OMS définit la pédophilie (code F65.4) comme une « préférence sexuelle pour les enfants, généralement d'âge prépubère ou au début de la puberté »."




Au vu de cette définition Gladine,
je ne voit pas en quoi je parlerai de chose que je ne maîtrise pas, puisque, jusqu'à preuve du contraire, être pédophile n'implique pas forcément le viol et de plus, il n'y a que 50 ou 60 ans de cela, l'homosexualité était considérée comme une maladie mentale, quelque chose de contre nature parce qu'elle ne faisait pas partie de la norme de nos sociétés occidentales.

Les pédophiles, au vu, généralement, des sentiments de culpabilité dû à leur préférence sexuelle - au dire des psychiatres, lire plus haut - ne sont que des hommes ou femmes ayant une attirance envers les prépubères ou jeunes ados, sans pour autant forcément passer à l'action.

On ne guérit pas de la pédophilie comme l'on ne guérit pas de l'homosexualité ou de l'hétérosexualité jusqu'à preuve du contraire, d'où la nécessité d'utiliser des camisoles chimiques dont l'effet reste à prouver.
Je posais donc à l'antenne cette question :
Est-ce que la pédophilie - l'attirance sexuel - serait, à l'image de l'homosexualité il y a 50 ans de cela, quelque chose de contre nature ?

A partir de cette question, si on part du principe que la pédophilie est une attirance sexuelle alors qu'en est-il de l'amour ressenti (et différentes histoires ont eu lieu notamment en Angleterre) entre une femme enseignante et un de ses élève âgé de 12 ans, amoureux d'elle ?
Même si cela est condamnable dans nos sociétés, dans ce cas présent, on parle de sentiment et d'amour dans un cadre de pédophilie.

Qu'en est-il de la Grèce antique sous Socrate ou Aristote, où il faisait partis des mœurs que les hommes initient aussi bien intellectuellement les jeunes ados que physiquement. Et cela était accepté !

Au delà de la forme juridique et temporel de cette histoire, j'ai essayé de prendre de la hauteur pour poser des questions de fond auquel je n'ai pas de réponse.

Bien sûr que ces questions dérangent. Elles dérangent puisqu'elle sortent de la norme, mais je pense qu'elle sont légitime au vu de ce que j'ai développé ci-dessus.

Je vous invite donc, en rapport avec votre accusation à mon égard, à justement vous renseignez sur la définition des mots.

Vous avez fait un amalgame.
De plus, je n'ai pas focalisé "sur le fait qu'un religieux n'est qu'un être humain et qu'il a le droit à l'erreur..."
Je n'ai fait qu'énoncé un fait ! L'homme est imparfait, il fait des erreurs, qu'il soit religieux ou pas !
« Modifié: 05 avril 2010 à 20:59:34 par Segur »
IP archivée

boulgakov

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 1314
Re : La pédophilie
« Réponse #2 le: 05 avril 2010 à 23:33:50 »

Le viol n'est pas " un droit à l'erreur " c'est un crime. J'ai deja entendu  ca a propos d'un realisateur celebre. Un philosophe francais a meme dit " que la jeune fille l'avait un peu cherché ". Consternant.
Vous ne savez rien de la pedophilie. Un pedophile n'est pas amoureux de sa victime, il cherche a jouir par la force, si la subtilité lui fait defaut. C'est , veritablement, un predateur. la victime se sent souillé, et coupable d'avoir tenté le violeur qui souvent la menace de se taire car malheureusement il se trouve dans l'entourage de la petite victime. Cet personne vous prend comme un objet, une serpiliere, et s'essuie sur vous jusqu'à ce que vous ayez le courage de le denoncer, de denoncer ses crimes. Quant il vous demande a faire des fellations, c'est en disant '"tu diras rien a ton pere, hein " Et on dit rien parce que l'on se croit coupable. Heureusement, un jour , le type meurt et pour vous c'est la delivrance. Vous etes detruit de son " droit à l'erreur "mais vous allez pouvoir recommencer une vie pleine d'amour et de tendresse. Ah oui, mais quand vous embrassez une femme, vous revoyez ce type en train de vous fourrer sa queue dans la bouche alors les relations deviennent difficilles et vous avez tendance a prendre chaque geste affective pour une erreur.
J'ai failli tuer le type qui avait un " droit à l'erreur " parce que je pense justement que non, on a pas droit a l'erreur avec les enfants.
Bonsoir
Boulgakov




C'est ecoeurant d'entendre parler de la pedophilie de cette maniere et gladine ne se trompe pas. Vous tentez de legitimer ce crime pour une raison qui m'echappe. D'autres part vous vous trompez. Le pedophile ne vit pas la culpabilité de son crime. La perversion n'est pas Nevrotique. Le pedophile jouit de la puissance, de la domination qu'il exerce sur l'enfant, il est pervers et positivement dangereux pour la societé. Il ne peut y avoir pedophilie sans crime, le consentement n'est pas de mise, il faut le viol. Tout autres relations n'a rien a voir avec la pedophilie d'ou le caractere ecoeurant de ce que vous ecrivez Mr  " le droit à l'erreur ". Aujourd'hui, la verité fait peur et on tente de l'enrober pour ne pas y faire face. Mr vous etes un ignorant arrogant. Reflechissez a ce que vous dites et relisez ce que vous avez ecrit.
« Modifié: 06 avril 2010 à 00:51:35 par boulgakov »
IP archivée
Je suis moi, je viens de chez moi et j'y retourne

gladine b.

  • Invité
Re : La pédophilie
« Réponse #3 le: 06 avril 2010 à 01:43:37 »

Bonsoir,

Merci d’avoir répondu à mon post, et mes excuses pour les accusations, certes je manque de mesure dans mes propos, je vais essayer de clarifier plus calmement donc.

Je vois ce que vous voulez dire par rapport à l'amalgame. Et c’est intéressant, car vous pointez le fait qu’il y a peut-être justement un amalgame à la source de mon énervement, mais il ne vient pas forcément de moi. Il eut été intéressant d'aborder cela à l'antenne (si vous ne l’avez pas fait, car j’ai manqué le début de l’émission), mais on n’a pas toujours la possiblité d’appeler au moment où l’on écoute. Concernant le terme de pédophile, il y a peut-être un amalgame, justement, complètement intégré, un abus de langage en somme, ou du moins une certaine confusion dans la signification du terme, sans doute liée au tabou qui enveloppe cette question.

Et il est des sujets où l’imprécision dérange plus encore que pour d’autres.

Si vous deviez faire un sujet sur l’homosexualité en tant que préférence sexuelle, vous n’aborderiez pas le sujet en parlant d’agressions sexuelles. Et si vous souhaitiez parler de l’hétérosexualité, vous éviteriez de prendre pour illustration le viol, de même on n’entendra jamais un journaliste annoncer “Un nouveau cas  d’hétérosexualité” pour parler des “tournantes”, évidemment. Et bien, il me semble tout aussi délicat de prendre des cas de viols pour parler de pédophilie en tant que préférence sexuelle (même si c’est presque inévitable tant l’assimilation est admise) que de le faire pour parler d’homo ou d’hétérosexualité, car cela prête à confusion. Hors, lorsque l’on parle de pédophilie des prêtres, il s’agit en réalité d’agressions sexuelles sur mineurs, avant tout. Le fait qu’il soit admis d’utiliser le terme de pédophilie pour parler de crimes (viols, de trafic d'enfants, ou de pornographie réalisée avec des enfants) semble être à la fois une façon de maintenir la confusion, et donc d’évincer d’une part la question d’un amour possible enfant-adulte en utilisant ce terme pour qualifier le viol d’enfants, et d’autre part, plus ennuyeux, c’est un doux euphémisme pour parler de crimes sexuels, finalement, et contribuer à minimiser la gravité des faits (à cause de la notion d’amour contenue dans la définition), des faits qui enferment l'enfant - du fait de l’interdit aussi en effet, parce qu’il y a généralement menace formulée ou non-dite interdisant la parole à la victime - dans le silence et l’isolement, à porter la culpabilité et la honte de son agresseur comme sienne, sauf que lui les subit totalement et n’a pas possiblité de choisir ce fardeau dont on scelle son destin. Peu de chose à voir, je suis d’accord, avec l'amour entre l'enfant et son institutrice que vous évoquez plus haut, qui semble être un cas d’amour réciproque adulte-adolescent, sans rapport d’assujetissement de l’un au désir de l’autre (?).

Le terme d’homosexualité a-t-il lui-même porté la même ambiguïté, préférence sexuelle d’une part et crime de l’autre ? Et finalement qu’est-ce qu’une “préférence sexuelle” (mais le débat peut mener très loin) ?

Bref. Peut-être que c’est s’attaquer à trop de problèmes de front que de vouloir parler à la fois du problème de la pédophilie en tant que préférence sexuelle, de la pédophilie supposée des prêtres, de la sexualité de l’église, et du viol d’enfants. Compliqué par le fait que la "pédophilie" des prêtres est en l’occurrence davantage une mise en pratique sous forme de viol d’une supposée préférence sexuelle(dont on n’a aucune preuve), abus de langage de la même manière qu’il y aurait abus de langage à parler de l’homosexualité des prêtres en tant que preference sexuelle s’il s’agissait d’affaire de viols. Et puis, quand on fait "avec ce qu’on a sous la main" pour parler vulgairement, peut-on vraiment parler de preference sexuelle ? Il s’agit en tout cas d’abus pratiqués sur des individus sur lesquel il est facile d’exercer un pouvoir. Dans ce cas, il me semble intuitivement plus à propos de parler d’impuissance, le propre du violeur, c’est à dire, une personne qui a besoin d’exercer une domination sur autrui pour pouvoir “bander”, pardonnez moi l’expression.

L’Eglise serait donc une formidable machine à produire de l’impuissance, de part la négation du corps et de la vie qu’elle professe. Et si c’est de l’impuissance qu’il faut guérir ces prêtres déviants, il faudrait déjà qu’il y ait la possibilité d’une prise de conscience de cette négation de la part de l’Eglise (imagine-t-on cela seulement possible ?). Et ensuite un travail immense de réparation, et non des moindres.

Après, chaque individu est à même de se dépêtrer de ses troubles sexuels, mais étant donné le brouillard où a sombré l’Eglise par rapport à la sexualité, le chemin est sacrément impraticable. Comme pour sortir de toute pathologie à laquelle la société participe pleinement et activement. La récidive, il me semble, n’est pas une maladie, mais un échec à la sortie de cette pathologie, davantage que l’impossiblilité de changer “de bord”.

Toujours est-il que cela fait beaucoup de sujets complexes auxquels s’attaquer en meme temps pour une émission, d’où les risques de confusions et d’amalgames.

Ce n’est pas très synthétique comme texte, mais en tout cas j'aurai essayé d’éclaircir un peu mes idées sur les raisons qui ont causé mon énervement à l’écoute de l’émission de tout à l’heure. Un sujet bien délicat, en effet, étant donné les siècles de mensonges qu'il vient brasser.


« Modifié: 06 avril 2010 à 01:56:53 par gladine b. »
IP archivée

gladine b.

  • Invité
Re : La pédophilie
« Réponse #4 le: 06 avril 2010 à 02:49:42 »

Boulgakov,

En effet, je n'ai pas voulu approfondir cette question de la tolérance mal placée, même si j'approuve tout à fait ton sentiment, car j'ai eu la même impression. Mais parler de cette tolérance mal placée, tolérance victimaire qui défend le bourreau, ou qui manque de discernement quant aux abus, c’est encore développer plus loin, je me suis cantonnée à défendre mon point de vue dans un premier temps, en essayant de ne pas adopter un ton accusateur, car ça me semble inutile, et éprouvant, mais pas forcément plus efficace.

L'étude de la pédophilie chez les grecs est en effet un sujet fort intéressant matière à réfléchir sur une autre civilisation, mais il n'y a pas que la pédophilie que l'on pratiquait à l'époque, il me semble que le sacrifice humain et l'esclavage étaient aussi d'usage, croyez-vous, Laurent que dans 50 ans le sacrifice humain reviendra à la mode ? qu'on est en trop fermés sur ce sujet comme on l'était avec l'homosexualité il y a 50 ans ? Personnellement, je trouve ça ultra tendancieux de se faire "l'avocat du diable" comme vous le faites. Il n'empêche que dans 50 ans, si ça se trouve quand on entendra cette espèce de tolérance à 2 balles on éclatera tous de rire bien fort. "Comment on captait rien à l'époque !" C'est possible aussi.

Par ailleurs, pour citer quelques uns des exemples que vous nous avez donné, pour dire que peut-être la pédophilie est un penchant naturel. Vous parlez du fait qu'il n'y a pas si longtemps - et cela se fait encore aujourd'hui - on mariait des femmes à peine pubères à des hommes de 50 ans, oui ? Et alors ? IL y a peu de temps on colonisait des pays et on vendait des esclaves. Oui, et il n'y a pas si longtemps - et c'est encore vrai dans pas mal d'endroits - les femmes avaient un statut d'esclaves et étaient complètement soumises aux règles d'une société patriarcale - qui l’est toujours d’ailleurs. Aujourd'hui encore, par endroits, elles attendent le retour de leur homme chaque jour en tremblant, et en pleurant d'amour, malgré les coups qu'elles reçoivent chaque soir parce qu'elles n'ont que lui et que sans lui elles ne sont rien, et qu'elles ne voient aucun autre homme parce qu'elles n'ont pas le droit de sortir, et tout cela, bien sûr, sous couvert des règles de la cité, le contraire serait choquant. Et aujourd'hui encore, certaines femmes sont traitées comme du bétail sur les marchés de la prostitution, on a le droit de leur couper une jambe en cas de désobéissance. Et alors ? L'homme a le droit à l'erreur ? "L'erreur" ? L'horreur plutôt.

Bon voilà spontanément l’effet que peut faire cette tolérance / ouverture d'esprit / hauteur de jugement, qui se fait l’avocat du diable pour soit disant faire avancer le débat, je n’aime pas beaucoup cela non plus. Après, pas le temps de développer davantage, c'est dit, maladroitement sûrement. Mais j'écoute cette radio avec intérêt, et c'est à cause de cet intérêt que je et réagis, sans cela, je changerais juste de station en entendant certains propos.

Bonsoir,
Gladine

IP archivée

boulgakov

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 1314
Re : La pédophilie
« Réponse #5 le: 06 avril 2010 à 11:15:24 »

Chere Gladine,
La pedophilie n'est pas une tendance naturelle, c'est une perversion. Il n'y a pas consentement mutuel. L'enfant n'est bien evidement pas d'accord et subit cette agression justement comme un viol. Des rapports sexuels librement consenties ne sont JAMAIS de la pedophilie. Il y a la un grave amalgame. Le pedophile jouit de l'agression qu'il fait subir à l'enfant, de la culpabilité qu'il lui donne de maniere perverse et a beaucoup de mal a reconnaitre ce qu'il a fait. Tres peu de pedophiles s'engagent en therapie. Je ne veux pas stigmatiser ces gens mais je ne veux pas non plus diminuer la gravité de leurs actes. Violer un enfant est un crime horrible et non un droit à l'erreur ou " une erreur de jeunesse ". On marche sur la tete et on pense à l'envers.
En ce qui concerne les grecs, les jeunes ephebes dont on entend parler dans les discours de Platon etaient de jeunes adolescents , jamais des enfants de cinq ans. Il y avait une relation de disciple a maître et ce n'est en rien comparable a un viol d'un adulte sur un gosse de cinq ans. Nous sommes en pleine confusion et beaucoup perdent la tete et ne savent plus penser. La mediocrité est devenue une mode et chacun donne son avis sur des choses qu'il ne connait pas et n'a jamais vécu. Mais entendre une telle complaisance sur une radio est, entre beaucoup de CHOSES, étonnant et surtout tres decevant. Je pense que ce monsieur est beaucoup trop jeune pour parler de ce "droit à l'erreur".
Bien a vous Gladine
Boulgakov
IP archivée
Je suis moi, je viens de chez moi et j'y retourne

J_O

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 36
Re : La pédophilie
« Réponse #6 le: 06 avril 2010 à 14:59:05 »

D'après la description de Wikipédia, si je comprend bien, les pédophiles ne peuvent être cantonnés au rôle du violeur impuissant.

Ils peuvent être des personnes ayant une attirance pour les enfants, mais conscients de leur "monstruosité". Imaginez que ce soit votre cas, que vous ayez cette attirance, et que tout ce que vous pouvez faire c'est la refouler, car vous êtes choqué par votre propre désir.

Imaginez maintenant qu'une personne comme ça, qui a lutté plus ou moins seule toute sa vie, lise votre description du pédophile, je pense qu'elle serait blessée, en voyant des réactions pareille, comment ne pas se dire qu'elle est condamnée à vie ? Sans même pouvoir oser en parler ou demander de l'aide.

Bien entendu il y a des violeurs pédophiles, et évidement je condamne les viols, mais je n'aime pas les généralisations.

IP archivée
Imaginer Dieu est difficile,
Imaginer le Néant l'est encore plus.

boulgakov

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 1314
Re : La pédophilie
« Réponse #7 le: 06 avril 2010 à 16:09:37 »

Si c'est a moi que vous vous adressez monsieur, sachez que je me moque bien de ce que peut penser un pedophile de la description que je fais de ce genre de personne. Sous pretexte de spiritualité, on deballe n'importe quelle anerie du type : Le viol est un droit à l'erreur, violer un gosse c'est une initiation. C'est du grand n'importe quoi !!  Ca me rappelle Ce bon vieux st Augustin lors du sac de Rome voyiant les barbares piller la ville et violer des nones dans un couvent" Bah, comme ca , ca va les rapprocher de Dieu !" Je n'irais jamais dans sa cité.
Les valeurs spirituelles en prennent un sacre coup. On dit ainsi que la crise c'est bien, ca va nous faire evoluer. Ben voyons. La mediocrité est a l'ordre du jour. Je connais les pedophiles. Je reitere. Ils sont pervers, dangereux, et incapables de faire une therapie. C'est un fait. Puisqu'il plait a certains de se voiler les yeux et de creer une theorie spirituelle tendance bobo de gauche caviar revenue d'un anarchisme tardif mal vecu et du a un oedipe non resolu, qu'ils le fassent et qu'ils le disent comme ce monsieur segur. J'ai le droit de dire le contraire parce que helas, la verité je l'ai vue a l'age de cinq ans et elle n'est pas belle, elle est tres laide. Seulement voila, ca ne plait pas, on ne veut pas la voir. C'est bien dommage, nous serions certainement plus humains si nous etions plus courageux.

Amicalement

Boulgakov
IP archivée
Je suis moi, je viens de chez moi et j'y retourne

labbe

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 4302
Re : La pédophilie
« Réponse #8 le: 06 avril 2010 à 19:10:03 »

Nous savons par expérience pour ceux qui ont un certain age que la sexualité d'un vieux ne sera jamais aussi pure que celle d'un enfant.
Les deux ne parlent pas de la même chose (le vieux est beaucoup plus pervers et vicieux s'il a du vécu).
Donc il ne peut en résulter que des problèmes de viols psychologiques pour le plus jeune.
C'est du simple bon sens.
Il suffit de se rappeler de sa candeur passée et la découverte de la sexualité.
C'est ma perception de la chose.
C'est au plus ancien de respecter la fraîcheur du plus jeune.


IP archivée
L'abbé bête qui monte...... Plus connu sous le nom du Père Loose..... Marié illégitimement à la Mère Tume

nima

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 180
  • J'ai pas dis non .
Re : Re : La pédophilie
« Réponse #9 le: 06 avril 2010 à 19:58:24 »

Nous savons par expérience pour ceux qui ont un certain age que la sexualité d'un vieux ne sera jamais aussi pure que celle d'un enfant.
Les deux ne parlent pas de la même chose (le vieux est beaucoup plus pervers et vicieux s'il a du vécu).
Donc il ne peut en résulter que des problèmes de viols psychologiques pour le plus jeune.
C'est du simple bon sens.
Il suffit de se rappeler de sa candeur passée et la découverte de la sexualité.
C'est ma perception de la chose.
C'est au plus ancien de respecter la fraîcheur du plus jeune.

J'ai du mal d'imaginer que TOUS "les vieux" soient vicieux et pervers avec l'age .

Mais pour le principe énoncé je suis entièrement d'accord , dans la pédophilie il y a abus de pureté et d'innocence.

C'est une destruction pour la vie . Rien ne répare cela . Jamais . C'est l'horreur absolue.

Comme le meurtre, ou la guerre .

.......
.......

Se référer a wikipedia pour débattre de la pédophilie, perso je trouve ça vraiment nul .
IP archivée

labbe

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 4302
Re : La pédophilie
« Réponse #10 le: 06 avril 2010 à 20:18:07 »

tout dépend de son parcours mais la sexualité n'est pas la même à 50 ans qu'à 12 ans.
C'est juste ça qu'il faut intégrer.
Ce qui pourrait être intéressant est d'avoir l'avis de peuples "sauvages".
Des peuples n'ayant jamais subit notre impact.
Je doute que la pédophilie soit courante.
A voir...

et concernant l'attirance des vieux pour les jeunes à Athénes du temps de Platon elle est considérée comme une forme décadente d'un rite pas forcément très alléchant... la guerre.
IP archivée
L'abbé bête qui monte...... Plus connu sous le nom du Père Loose..... Marié illégitimement à la Mère Tume

Segur

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 526
Re : La pédophilie
« Réponse #11 le: 06 avril 2010 à 20:26:43 »

J'entends bien ta souffrance Boulgakov mais je n'invente pas les définitions que les psychiatres font de la pédophilie. Ce qui est un crime dans notre société n'en est peut-être pas un dans une autre ayant des mœurs différents.

Tout est relatif est dépend du regard que l'on porte dessus, en fonction de notre vécu, de notre époque, de nos mœurs...
Ce qui est un crime pour ma part c'est de faire à autrui ce que je n'aimerais pas que l'on me fasse.
Sans rentrer dans le détail de ma vie privée, j'ai subi une agression d'un pédophile jusqu'à un certain point qui ne s'est pas conclu.

Et oui, l'être humain à le droit à l'erreur, sachant que certaines d'entre elles sont considérés comme des crimes de part nos sociétés, et d'autre non.
Et dans ce sens là, viennent les questions d'avortement, de la peine de mort, et l'euthanasie. Ces 3 exemples sont-ils des crimes ou pas ? Dans certain pays oui, dans d'autre non. Et dans ces questions se trouve la question du sacrifice de Gladine.

Si nous parlons de pédophilie comme préférence, attirance ou tendance sexuelle - comme le mentionne la définition -, c'est une chose, si cela va jusqu'à la perversion, névrose, s'en est une autre.

Je pose cette question : Comment les homosexuels du passé vivaient leurs sexualités alors qu'ils étaient considérés comme contre nature ? Devaient-ils violer pour assouvir leur penchant naturel parce qu'ils ne trouvaient pas leurs semblables ? Peut-être pas dans tous les cas mais je n'en doute pas un seul instant ! De même qu'avec un peu de chance ils pouvaient rencontrer des personnes comme eux-mêmes et vivre leur sexualité à l'abri du regard des autres sous peine d'être lynchés.

Je reprend cet exemple de cette institutrice et de son élève qui est une pédophile - selon la définition - et qui pourtant avait de l'amour envers son élève, amour qui était partagé.

Pour rappel : "la psychiatrie clinique descriptive n'explique pas la pédophilie, et ne prétend à aucune thérapie."

On serait en droit de se poser donc la question de savoir si à l'aune de l'homosexualité, la pédophilie ne serait-elle pas une préférence sexuelle naturelle ? Qu'elle deviennent une perversion si il y a frustration - je prend aussi l'exemple des prisonniers en milieu carséral qui violent d'autres prisonniers car ils sont en manque. Et pourtant ces derniers sont en majorité des hétérosexuels - je n'en doute pas un seul instant. Il est certainement difficile de devoir réfréner ce que l'on est dans une société qui n'accepte pas l'idée que l'on soit différent.
Cette institutrice en a subit les conséquences en allant en prison.

Il y a aussi une histoire vraie, adaptée au cinéma, "l'affaire Gabrielle Russier" : sur fond de libération des moeurs, une liaison passionnée entre un prof de français aux méthodes peu académiques et un élève de sa classe provoque un tel scandale que l'enseignante finira par mettre fin à ses jours. Dans l'intervalle, elle connaîtra l'exclusion, la prison, et lui les hôpitaux psychiatriques.

Perso, j'ai déjà été attiré par une de mes prof de français quand j'avais 13-14 ans. Ce n'était peut-être qu'un phantasme mais que serait-il passé si cela avait pu aller plus loin ? Qu'aurais-je fais ?
Combien sont-elles ces jeunes adolescentes qui regorgent de créativité pour séduire un de leur prof car elles en sont amoureuses.
Encore une fois, je ne fais pas de généralité mais ces exemples existent.

L'amour réciproque entre deux être se moque des conventions sociales. Après, on peut discuter sur le fait de savoir si un ado est mûr ou pas pour savoir ce qui est bien pour lui, ou savoir ce qu'est l'amour. Vaste sujet mais dans ces exemples ci-dessus, on parle de pédophilie - d'après la définition - et où les sentiments trouvent leur place.

IP archivée

labbe

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 4302
Re : La pédophilie
« Réponse #12 le: 06 avril 2010 à 20:38:42 »

Segur c'est quand même un constat d'immaturité de la part de la prof...
C'est surtout ça qui est inquiétant.
L'amour c'est un mot.
On tombe amoureux pour des motifs subjectifs et surtout inconscients liés à l'imaginaire amoureux (le mythe qu'on s'est construit de l'autre d'après plein de sources : le vécu, les mythes, les livres etc..).
La prof c'est dans son contrat de ne pas se taper des élèves...
Il en va de même pour tous les profs en principe mais bon...
« Modifié: 06 avril 2010 à 20:52:05 par labbe »
IP archivée
L'abbé bête qui monte...... Plus connu sous le nom du Père Loose..... Marié illégitimement à la Mère Tume

Mustapha

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 148
Re : La pédophilie
« Réponse #13 le: 06 avril 2010 à 21:48:34 »

J'avoue aussi être mal à l'aise avec une quelconque justification de la pédophilie.

On parle d'enfants. D'enfants qui voient en l'adulte un être surpuissant. Surtout quand cet adulte exerce une activité qui le met directement au dessus de l'enfant ( professeur, prêtre, éducateur, parents, etc).

Une relation qui implique un tel degré de domination obligatoire ne peut qu'être biaisée, même inconsciemment. On ne doit pas profiter de cette situation pour séduire un enfant.

Et puis, il est nécessaire dans la vie de fixer quelques règles même si je suis par nature du genre trop de lois tue les lois.

Tu imagines si on pouvait tuer sans absolument rien risquer. Si on pouvait violer une personne sans absolument rien risquer.  Dans l'absolu, rien dans la nature ne nous interdit de tuer son prochain ou de coucher avec sa fille. Il est nécessaire de dire que ça, non on ne peut pas. Ça non plus. C'est ce qui caractérise l'Homme.
IP archivée
"L'État est notre serviteur et nous n'avons pas à en être les esclaves."

labbe

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 4302
Re : La pédophilie
« Réponse #14 le: 06 avril 2010 à 22:00:05 »

oui c'est pourquoi nous devons prendre conscience de ce qu'est L'homme.
C'est aujourd'hui la première chose a redéfinir.
Nous devons nous poser la question de ce que nous voulons être.
C'est cette question qui est soulevée ici aussi.
La crise est globale car c'est une crise de perte d'identité.
Nous avons besoin de réfléchir de toute urgence et de redéfinir un projet pour l'humanité.
Des sujets comme celui de la pédophilie doivent être réglés rapidement.
Car d'autres sujets beaucoup moins évidents nous attendent.
Nous mourrons de ne plus réfléchir et de ne plus oser rêver notre réalité.
Notre réalité n'est pas sexuelle... je ne peux pas le croire...
Et encore moins à base de sodomie d'enfants...
J'espère..
IP archivée
L'abbé bête qui monte...... Plus connu sous le nom du Père Loose..... Marié illégitimement à la Mère Tume