Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !

Pages: 1 ... 11 12 [13] 14 15 ... 47   En bas

Auteur Sujet: WikiLeaks  (Lu 119479 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

Natacha

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 2479
Re : WikiLeaks
« Réponse #180 le: 06 décembre 2010 à 08:36:22 »

Assange a créé son assurance personnelle : un fichier codé.

Citer
"WikiLeaks founder Julian Assange 'will release poison pill of damaging secrets if killed or arrested"
By Ian Drury - Last updated at 5:16 AM on 6th December 2010.
source : http://www.dailymail.co.uk/news/article-1335888/WikiLeaks-founder-Julian-Assange-release-damaging-secrets-killed-arrested.html?ito=feeds-newsxml

Trad. approx. d'un extrait :
Lundi 6 decembre 2010.
Le fondateur de Wikileaks a averti que ses supporters sont prêts à publier un "déluge" de documents secrets perturbants dans le cas où ses activités devaient être réduites dans n'importe quel pays.
Julian Assange a distribué à ses amis hackers une "pilule de poison" : il s'agit d'un signal crypté libérant tous les documents secrets parmi lesquels se trouvent des détails sur BP et sur Guantanamo Bay.
Il déclare que ce fichier est son "assurance" au cas où il serait tué, arrêté, ou si son site Wikileaks était définitivement supprimé d'Internet.
M. Assange pourrait être arrêté par des agents de Scotland Yard dès demain. Un mandat d'arrestation a été émis jeudi dernier par les procureurs suédois qui veulent l'interroger sur des allégations de viol.  [...]
IP archivée
Malgré tout, aime.

DecemberTen

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 7691
Re : WikiLeaks
« Réponse #181 le: 06 décembre 2010 à 10:13:04 »

Cette info concernant le fichier "assurance" de Assange a déjà été évoquée plusieurs fois Natacha, (voir #160 par ex).
Le fichier d' 1.4Go est téléchargeable par tout le monde en quelques minutes, mais la clé en cryptage "AES 256" (quasi inviolable) ne serait dévoilée qu'en cas de pépin...

dificultnspa

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 3993
Re : WikiLeaks
« Réponse #182 le: 06 décembre 2010 à 10:19:45 »


Citer
WikiLeaks publie une liste secrète de sites sensibles en France

6.12.2010, 07h26 | Mise à jour : 08h07

Voilà qui ne va pas arranger les affaires de Julian Assange. Le site WikiLeaks a publié dans la nuit de dimanche à lundi une liste secrète de sites industriels et d'infrastructures situés au quatre coins du monde, notamment en France, et que les Etats-Unis estiment devoir protéger en priorité de toute attaque terroriste.

Une liste établie par Washington dans une note secrète datant de février 2009, et qui fait partie des 250 000 câbles diplomatiques recueillis par le site Internet spécialisé dans les révélations d'informations secrètes. La divulgation au compte-gouttes de documents secrets n'a pas été du goût des grandes puissances.

Etablie par le département d'Etat, cette liste ne couvre pas les Etats-Unis, mais désigne des centaines de sites sur tous les continents, principalement des installations énergétiques, comme des oléoducs, mines, ou des barrages, mais aussi des entreprises jugées stratégiques en raison de leur activité.

Des labos et des entreprises françaises dans la liste

En France, la liste désigne notamment divers groupes pharmaceutiques, comme Sanofi-Aventis, EMD Pharms, ou GlaxoSmithKline. Le groupe spécialisé dans l'énergie et le transport Alstom, ainsi que quatre points d'arrivées de câbles de télécommunication sous-marins à Plérin, Lannion (Côtes d'Armor), Cayenne (Guyane) et Lamentin (Martinique) figurent également sur cette liste.

url=http://www.leparisien.fr/wikileaks-tempete-sur-la-diplomatie-americaine/wikileaks-bras-de-fer-entre-besson-et-l-hebergeur-du-site-en-france-03-12-2010-1176244.php]WikiLeaks et les dirigeants français[/url].


Citer
Wikileaks: "Obama doit partir" (Assange)

AFP
06/12/2010 | Mise à jour : 06:42

Le président américain Barack Obama devrait démissionner s'il a approuvé que des diplomates américains espionnent des fonctionnaires de l'ONU, a estimé le fondateur de WikiLeaks dans une interview publiée hier par le quotidien espagnol El Pais.

"L'ensemble de la chaîne de commandement qui était au courant de cet ordre et l'a approuvé doit démissionner afin que les Etats-Unis puissent être considérés comme une nation crédible. L'ordre est a ce point important qu'il a bien pu être soumis à l'approbation du président", a déclaré Julian Assange.

"Obama doit dire ce qu'il sait a propos de cet ordre illégal. S'il refuse de répondre ou s'il existe une preuve qu'il a approuvé cette action, il doit démissionner", a-t-il ajouté dans une interview en ligne sur le site internet d'El Pais.

Selon les notes diffusées par WikiLeaks, le département d'Etat américain a demandé à ses diplomates de récolter des informations sur des fonctionnaires de l'ONU. Les autorités américaines ont réclamé aussi des numéros de carte bancaire, adresses électroniques, numéros de téléphone et même numéros de carte de fidélité auprès de compagnies aériennes de certains fonctionnaires de l'ONU.

Julian Assange, 39 ans, a donné l'interview à El Pais samedi depuis un endroit qui n'a pas été précisé. Il est devenu l'ennemi public numéro 1 de plusieurs pays avec la publication, depuis une semaine par WikiLeaks, de notes diplomatiques américaines secrètes.
« Modifié: 22 décembre 2010 à 16:18:56 par Diouf »
IP archivée
Sauvons la planète, notre Mère la Terre...
Sans elle pas de survie possible.

dificultnspa

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 3993
Re : WikiLeaks
« Réponse #183 le: 06 décembre 2010 à 10:32:56 »


Citer
Etats-Unis : mutation prochaine des diplomates cités par WikiLeaks

Par RFI

Les Etats-Unis s'apprêtent à organiser un vaste remaniement de leur personnel diplomatique. C'est en tout cas ce qu'annonce le site internet The Daily Beast spécialisé dans la politique américaine. Selon le journal en ligne, il s'agit, bien sûr, de la conséquence directe de la révélation de 250 000 câbles diplomatiques par WikiLeaks.

Avec notre correspondant à Washington, Raphaël Reynes

Pour être cités nommément comme étant les auteurs de certains câbles révélés par WikiLeaks, un bon nombre de diplomates américains seraient «grillés». Notamment ceux qui, dans leurs notes portaient des jugements sur leurs interlocuteurs dans les pays où ils sont en poste.

L'ambassadeur des Etats-Unis en Afghanistan aurait ainsi décrit le président afghan, Hamid Karzaï comme un homme « faible », partie prenante d'un régime corrompu. Karl Eikenberry serait l'un des premiers à partir, croit savoir The Daily Beast.

Le Département d'Etat ne confirme pas vraiment l'information. « Nous avons déjà dit que nous le ferions si nécessaire», se contente de rappeler une porte-parole. Sur la chaine de télévision NBC, le sénateur John Kerry, qui dirige la très puissante commission sénatoriale des affaires étrangères, affirmait le 5 décembre  qu'« il est possible que dans certains endroits les gens disent qu'ils ne peuvent plus travailler avec ces diplomates».
« Modifié: 22 décembre 2010 à 16:19:49 par Diouf »
IP archivée
Sauvons la planète, notre Mère la Terre...
Sans elle pas de survie possible.

DecemberTen

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 7691
Re : WikiLeaks
« Réponse #184 le: 06 décembre 2010 à 10:36:16 »

Wikileaks : suite aux menaces d'Eric Besson OVH saisit la justice

Citer
Eric Besson veut faire interdire le site wikileaks. OVH, par l'intermédiaire de son président, saisit la justice en référé, estimant que ce n'est ni au ministre ni à eux-mêmes de décider de la légalité du site et de son hébergement en France.

Gardant peut-être les réflexes de son poste précédent de ministre de l’Immigration, Eric Besson affirmait, lors de sa dernière conférence de presse, qu’il expulserait Wikileaks du sol français.

Mais visiblement, les fondateurs de Wikileaks ne semblent pas l’avoir attendu. Désireux de ne pas se faire repérer par les pirates comme par les organisations gouvernementales à l’échelle mondiale, les administrateurs du site principal Wikileaks ne cessent de brouiller les pistes.

Après avoir été virés par Amazon, ils s’en sont remis à l’hébergeur Français OVH, dont ils semblent a priori se préparer à partir. A ce titre, le PDG d'OVH a déclaré :
"Nous avons découvert comme vous tous que ce site est chez nous hier dans la presse"!
Assez surprenant... Il ajoute :
"On n'a pas demandé d'héberger ce site ou ne pas l'héberger. Maintenant qu'il est chez nous on assure le contrat. C'est notre boulot.  Compte tenu de dernières déclarations politiques, et de pressions qui commencent réellement à se sentir, même ici à Roubaix Valley, nous avons décidé de saisir le juge en référé afin qu'il se prononce sur la légalité ou pas de ce site sur le territoire français. Ce n'est pas au monde politique ni à Ovh de demander ou de décider la fermeture ou pas d'un site mais à la justice".

A l’origine, le site se présentait sous l’adresse wikileaks.org. Cette nuit, le site a fermé pour réapparaître sous le même nom, mais cette fois-ci avec le suffixe .ch, qui redirigeait automatiquement vers l’adresse IP 213.251.145.96. Face à ce constat, nous avons retracé l’IP, qui nous amenait en France. C’est à ce moment que le brouillage des pistes s’intensifie.

Depuis 14h30 ce vendredi, le traçage de cette IP n’est plus possible. En repartant de la source et retraçant cette fois-ci le lien wikileaks.ch, nous obtenons une nouvelle adresse IP, cette fois-ci basée en Suède !
Il semblerait donc que les fondateurs de Wikileaks préparent minutes après minutes leur transfert vers les pays scandinaves….Du moins pour le moment !
En effet, en tapant directement l'adresse IP située en Suède, nous sommes redirigés vers le site hébergé en France.

Source L'informaticien.com


Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • En ligne En ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 14974
Re : WikiLeaks
« Réponse #185 le: 06 décembre 2010 à 10:44:20 »

WikiLeaks publie une liste secrète de sites sensibles

Concernant la France, la liste cite les groupes pharmaceutiques Sanofi-Aventis, EMD Pharms et GlaxoSmithKline à Evreux (Eure) ainsi que le groupe industriel Alstom et les points d'arrivée de câbles de télécommunication transatlantiques, à Plérin et Lannion (Côtes d'Armor). La société pharmaceutique Diagast (réactifs pour les groupes sanguins, ndlr) ou encore Sanofi Pasteur à Lyon qui produit, précise le document, des vaccins contre la rage, intègrent également le document. Deux sites outre-mer, points d'arrivée du câble sous-marin Americas-II, sont désignés: l'un à Cayenne en Guyane et l'autre au Lamentin en Martinique.

Sont également cités en Europe, l'usine chimique allemande BASF à Ludwigshafen (sud-ouest), présenté comme "le plus grand complexe chimique intégré au monde", le site de Siemens à Erlangen (sud) qui assure une "production irremplaçable de produits chimiques clés", le site gazier de Gazprom à Nadym, en zone arctique, "le plus sensible au monde", le groupe BAE Systems en Grande-Bretagne, numéro un mondial de l'armement et de la défense, les groupes pharmaceutiques suisses Hoffmann-La Roche pour son Tamiflu, Berna Biotech (vaccins) et CSL Behring...

Source
IP archivée
On n'est jamais si bien trahi que par ses "amis" les plus proches..
http://pouvoir-indigo.com - http://ovnis-usa
http://cryonautes.com - http://protocole-oracle.com

Natacha

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 2479
Re : WikiLeaks
« Réponse #186 le: 06 décembre 2010 à 11:06:28 »

Là, il est question de fournir un sous-marin nucléaire à l'une des "têtes de pont" courtisées...

Citer
Le Monde - 05.12.10 | 12h55  •  Mis à jour le 05.12.10 | 21h58
[...] En novembre 2009, dans un télégramme intitulé "La France et le Brésil : le début d'une histoire d'amour", l'ambassade américaine à Paris se penche sur le duo [...]
Car au-delà du suspense – qui dure toujours – sur les perspectives de vente d'avions Rafale, une affaire plus discrète a été négociée : la livraison au Brésil du premier sous-marin à propulsion nucléaire du continent sud-américain.
Le câble diplomatique américain, obtenu par WikiLeaks et consulté par Le Monde, analyse d'abord les motivations et la stratégie de Nicolas Sarkozy, qui veut "étendre le rôle de la France comme acteur global [en] courtisant des pays très peuplés et non-alignés" que le président français "décrit comme des têtes de pont".
source et texte intégral : http://www.lemonde.fr/international/article/2010/12/05/wikileaks-france-bresil-le-couple-le-sous-marin-nucleaire-et-le-rafale_1449194_3210.html


Et là, encore un constat de "vilénie"  ;) :

Citer
DailyMail (UK) - Last updated at 8:24 AM on 6th December 2010.
[...] fresh revelations were published on the WikiLeaks website. They include: [...]
UK firm Rolls-Royce lost out on a £200million contract to supply helicopter engines to Spain after the U.S. lobbied Prime Minister Jose Luis Zapatero in Madrid. The deal was eventually signed by American company GE.
source et texte intégral : http://www.dailymail.co.uk/news/article-1335888/WikiLeaks-Julian-Assange-release-damaging-secrets-killed-arrested.html

Trad. approx. : "La société britannique Rolls-Royce a perdu un contrat de 200 millions de Livres st. pour la fourniture de moteurs d'hélicoptères en Espagne après que les États-Unis aient fait pression sur le Premier Ministre espagnol Jose Luis Zapatero à Madrid. L'accord a finalement été signé par la société américaine GE."
GE = General Electric Company/Secteur Industrie militaire.

« Modifié: 21 novembre 2017 à 00:15:15 par Modération »
IP archivée
Malgré tout, aime.

Natacha

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 2479
Re : WikiLeaks
« Réponse #187 le: 06 décembre 2010 à 11:48:03 »

Quelques nouvelles, en vrac :

Citer
Wikileaks se démultiplie
En plus de wikileaks.ch (nom de domaine déposé par le Parti Pirate suisse), le site utilise désormais les extensions suivantes « .at » « .de », « .eu », « .fi » et « .pl » hébergées en France par OVH, ainsi que les extensions « .cc » et « .nl » hébergées en Suède par Bahnhof.
Parallèlement, des internautes se mobilisent pour monter des sites miroir afin de faire échec à toute tentative de faire disparaître Wikileaks. Tout au long du weekend, leur nombre n'a fait que croître. Dimanche soir, Wikileaks annonçait 208 sites miroir « résistants officiels à la censure » localisés principalement en Allemagne, en Angleterre, Canada, aux États-Unis, en Suède et en France. Dans l'Hexagone, la majorité des miroirs sont mis en place par des usagers de Free. Sur Twitter, le hashtag #imwikileaks relaie la contestation des internautes.

Citer
Facebook et Twitter vont-ils résister à la pression ?
Les deux sites sont devenus les principaux vecteurs de communication pour Wikileaks. Samedi matin, la page Facebook comptait quelque 600 000 fans. Lors de notre pointage effectué lundi matin, elle avait franchi le cap des les 825 000 ! Le compte Twitter a lui dépassé les 390 000 abonnés. Facebook et Twitter sont-ils déjà sous pression ? C'est assez probable si l'on se base sur la campagne menée par Joe Liberman. Les deux sites n'ont pour le moment pas communiqué sur le sujet.

Citer
Reporters sans Frontières soutient Wikileaks
Reporters sans Frontières, qui avait cet été dénoncé « l'incroyable irresponsabilité » de Wikileaks après la publication des carnets de guerre sur l'Afghanistan, a pris fait et cause pour le site et son fondateur. « C'est la première fois que nous observons une tentative de censure à l'échelle internationale d'un site dont la vocation première est la transparence. Nous ne pouvons qu'être sidérés par le fait que des pays comme la France et les États-Unis alignent soudain leur politique en matière de liberté d'expression sur celle de la Chine
»


Source et texte intégral  :
http://www.zdnet.fr/actualites/wikileaks-la-pression-monte-la-resistance-s-organise-parmi-les-internautes-39756602.htm

« Modifié: 21 novembre 2017 à 00:14:36 par Modération »
IP archivée
Malgré tout, aime.

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • En ligne En ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 14974
Re : WikiLeaks
« Réponse #188 le: 06 décembre 2010 à 12:13:54 »

Assange mène campagne pour le départ d'Obama

AFP - 06/12/2010
Le président américain Barack Obama devrait démissionner s'il a approuvé que des diplomates américains espionnent des fonctionnaires de l'ONU, a estimé le fondateur de WikiLeaks dans une interview publiée hier par le quotidien espagnol El Pais.

"L'ensemble de la chaîne de commandement qui était au courant de cet ordre et l'a approuvé doit démissionner afin que les Etats-Unis puissent être considérés comme une nation crédible. L'ordre est a ce point important qu'il a bien pu être soumis à l'approbation du président", a déclaré Julian Assange.

"Obama doit dire ce qu'il sait a propos de cet ordre illégal. S'il refuse de répondre ou s'il existe une preuve qu'il a approuvé cette action, il doit démissionner", a-t-il ajouté dans une interview en ligne sur le site internet d'El Pais.

Selon les notes diffusées par WikiLeaks, le département d'Etat américain a demandé à ses diplomates de récolter des informations sur des fonctionnaires de l'ONU. Les autorités américaines ont réclamé aussi des numéros de carte bancaire, adresses électroniques, numéros de téléphone et même numéros de carte de fidélité auprès de compagnies aériennes de certains fonctionnaires de l'ONU. Source
IP archivée
On n'est jamais si bien trahi que par ses "amis" les plus proches..
http://pouvoir-indigo.com - http://ovnis-usa
http://cryonautes.com - http://protocole-oracle.com

Natacha

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 2479
Re : WikiLeaks
« Réponse #189 le: 06 décembre 2010 à 13:37:46 »

Désormais, les relations Australie/Chine ne devraient pas être très chaleureuses. Il est possible que les Australiens aient à attendre un peu avant de conclure des affaires avec les Chinois ... :)

Citer
Pékin "paranoïaque"
AFP - 06/12/2010
L'ancien premier ministre australien Kevin Rudd avait qualifié les dirigeants chinois de "paranoïaques" et demandé aux Etats-Unis de se tenir prêts à recourir à la force en Chine si les choses tournaient mal, selon une note diplomatique américaine  révélée par WikiLeaks.
Kevin Rudd, qui est désormais ministre des Affaires étrangères, avait jugé que les dirigeants de Pékin étaient "paranoïaques" à propos du Tibet et de Taïwan, lors d'un déjeuner en mars 2009 avec la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton.
Il avait également appelé à "intégrer effectivement la Chine dans la communauté internationale et à l'autoriser à montrer une plus grande responsabilité, tout en se préparant à déployer la force si tout allait mal", selon cette note.
Kevin Rudd, un ancien diplomate qui parle couramment le mandarin, n'a pas souhaité commenter cette note diplomatique.

source : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/12/06/97001-20101206FILWWW00345-les-chinois-paranoiaques-wikileaks.php
« Modifié: 21 novembre 2017 à 00:12:46 par Modération »
IP archivée
Malgré tout, aime.

Natacha

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 2479
Re : WikiLeaks
« Réponse #190 le: 06 décembre 2010 à 13:56:17 »

Petit extrait  - relativement aimable par rapport au reste - d'une lettre "pas piquée des hannetons", adressée à un Ministre ... au sujet de Wikileaks.
Cette lettre ouverte a été reprise par le site Marianne-2.

Citer
Le carnet politique de David Desgouilles.
4 décembre 2010 - Lettre à Monsieur Besson - Et si vous arrêtiez les conneries ?
par David Desgouilles
[...] Vous avez donc pris prétexte des déclarations de Barack Obama qui avait qualifié ce site de « criminel » pour le déclarer non grata en France. Peut-on préciser que ce site n’a pas été déclaré hors-la-loi aux Etats-Unis et que ce n’est pas le gouvernement de ce pays qui ne souhaite plus l’accueillir mais seulement son hébergeur historique, Amazon ?
Grâce à vous, notre pays est le seul, dans ce qu’on appelle le « monde libre », qui interdit l’hébergement un site d’information ou d’opinion sur son territoire alors qu’il s’exprime pourtant dans le strict respect de la Loi. Et qui en interdit l’accès.
source et texte intégral : http://carnet.causeur.fr/antidote/lettre-a-monsieur-besson,001317
« Modifié: 21 novembre 2017 à 00:12:06 par Modération »
IP archivée
Malgré tout, aime.

mistigrigri

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2042
Re : WikiLeaks
« Réponse #191 le: 06 décembre 2010 à 14:06:06 »

cette demande de départ d'Obama jette-t-elle une ombre de suspition sur W. ? ceci pourrait-il être orchestré pour mettre un président républicain à la tête des usa ?
IP archivée

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • En ligne En ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 14974
Re : WikiLeaks
« Réponse #192 le: 06 décembre 2010 à 14:12:19 »

Pourquoi républicain ? On ne connait pas le résultat d'une nouvelle élection,
surtout avec cette cruche de Sarah Palin comme possible candidate...
IP archivée
On n'est jamais si bien trahi que par ses "amis" les plus proches..
http://pouvoir-indigo.com - http://ovnis-usa
http://cryonautes.com - http://protocole-oracle.com

Natacha

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 2479
Re : WikiLeaks
« Réponse #193 le: 06 décembre 2010 à 14:15:37 »

cette demande de départ d'Obama jette-t-elle une ombre de suspition sur W. ? ceci pourrait-il être orchestré pour mettre un président républicain à la tête des usa ?

Je doute qu'un tel "bazar mondial" soit monté juste pour gagner 2 années sur la date des prochaines présidentielles américaines et pour favoriser éventuellement l'élection de l'un des candidats.  ::)

Je suppose que les révélations gènantes concerneront aussi bien les Etats-Unis d'avant-Obama, durant le mandat présidentiel de la famille républicaine Bush, père et fils, et de R. Reagan, tout autant que durant le mandat présidentiel des démocrates Carter, Clinton, ......
« Modifié: 06 décembre 2010 à 14:29:34 par Natacha »
IP archivée
Malgré tout, aime.

-Vod-

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 1169
Re : WikiLeaks
« Réponse #194 le: 06 décembre 2010 à 16:17:08 »

Si il y a démission il n'y a pas de nouvelles élections, c'est le Vice Président qui prend la relève.
IP archivée
Pages: 1 ... 11 12 [13] 14 15 ... 47   En haut