Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !

Pages: 1 2 [3] 4 5 ... 7   En bas

Auteur Sujet: Enigmes archéologiques  (Lu 41735 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

jonsnow

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 212
Re : Enigmes archéologiques
« Réponse #30 le: 03 Août 2012 à 21:55:45 »

je viens de decouvrir l'interview du dr osmanagich et c'est tres interessant. Des nouvelles avancées depuis ?
IP archivée

Rosa

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 542
Re : Enigmes archéologiques
« Réponse #31 le: 29 Avril 2013 à 14:31:36 »

Bonjour  ;),

http://decouvertes-archeologiques.blogspot.be/2013/04/la-mysterieuse-structure-sous-marine.html

"Une structure de pierre mystérieuse, découverte au fond de la mer de Galilée en Israël il y a neuf ans, pourrait être un tumulus d'origine humaine.

C'est ce que des déclarent des plongeurs dans un article après avoir étudié le site.

Le monument, qui est composé de gros blocs de pierre, a la forme d'un cône et aurait un poids estimé à environ 60.000 tonnes. Il fait dix mètres de haut et a un diamètre d'environ 70 mètres.

L'anomalie a été détectée pour la première fois au cours de l'été 2003 lors d'une étude au sonar de la partie sud-ouest de la mer de Galilée, qui est le plus grand lac d'eau douce d'Israël mais aussi le plus bas sur Terre à -211 mètres.

Les plongeurs ont rendu leurs conclusions dans un article publié dans l'International Journal of Nautical Archaeology: "La forme et la composition de la structure immergée ne ressemble à aucune caractéristique naturelle. Nous concluons donc qu'elle est artificielle et l'on pourrait dire que c'est un cairn". ...."





IP archivée
Ce n'est pas un signe de bonne santé mentale d'être bien adapté à une société malade. Krishnamurti

Rosa

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 542
Re : Enigmes archéologiques
« Réponse #32 le: 02 Mai 2013 à 14:30:43 »

Bonjour  :),

http://decouvertes-archeologiques.blogspot.be/2013/05/les-hommes-ont-peut-etre-atteint-les.html

"D'après une étude, les hommes auraient vécu en Amérique du Sud à l'apogée de la dernière ère glaciaire, soit des milliers d'années plus tôt qu'on ne le pensait.

Une équipe affirme avoir trouvé des outils de pierre vieux de 22.000 ans, sur le site de Toca da Tira Peia au Brésil, bien que d'autres archéologues contestent cette déclaration.

Christelle Lahaye de L'université Michel Montaigne Bordeaux 3, et ses collègues, ont fouillé un abri sous roche dans le nord-est du Brésil. Ils y ont trouvé 113 outils de pierre.

L'équipe a daté les sédiments, dans lesquels les outils ont été enterrés, en utilisant une technique qui détermine le moment où les sédiments ont été exposés à la lumière la dernière fois.

Ainsi, certains outils ont été enterrés il y a 22000 ans, soit des milliers d'années plus tôt que toute colonisation humaine connue des Amériques...."



IP archivée
Ce n'est pas un signe de bonne santé mentale d'être bien adapté à une société malade. Krishnamurti

Prime

  • Invité
Re : Enigmes archéologiques
« Réponse #33 le: 03 Mai 2013 à 17:07:11 »

Wouaaaa... Je ne sais pas si tout cela est réellement vrai, mais la corrélation entre toutes les pyramides et Orion est tout simplement sidéralement sidérante !!!

Merci Rosa !
IP archivée

Rosa

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 542
Re : Enigmes archéologiques
« Réponse #34 le: 16 Mai 2013 à 15:26:35 »

http://decouvertes-archeologiques.blogspot.be/2013/05/un-alignement-astronomique-decouvert.html

"Un ancien alignement astronomique dans le sud du Pérou a été découvert par des chercheurs entre une pyramide, deux lignes de pierres et le soleil couchant au solstice d'hiver.

Lors du solstice, il y a des centaines d'années, les trois se seraient alignés pour encadrer la pyramide de lumière.

Les deux lignes de pierre, appelées géoglyphes, sont situées à environ 2 kilomètres à l'est-sud-est de la pyramide. Elles sont longues d'environ 500 mètres, et les chercheurs disent que les lignes ont été "placées de façon à encadrer la pyramide lorsque l'on descendait dans la vallée depuis les montagnes."

En utilisant un logiciel astronomique et la modélisation 3D, les chercheurs ont pu déterminer qu'un événement remarquable avait lieu pendant la période du solstice d'hiver....."


IP archivée
Ce n'est pas un signe de bonne santé mentale d'être bien adapté à une société malade. Krishnamurti

Divs

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 845
Re : Enigmes archéologiques
« Réponse #35 le: 18 Juin 2013 à 02:59:38 »

La cité perdue de Mahendraparvata surgit de la jungle du Phnom Kulen après 1200 ans d’oubli.

Une équipe d’archéologues franco-australiens vient de mettre à jour une ville entière datant de 1200 ans, enfouie dans la jungle du Phnom Kulen, à une quarantaine de kilomètre au nord-ouest d’Angkor.

Grâce à une technologie récente ayant recours au laser appelée lidar, les archéologues ont maintenant une vision totale de ce qu’était la cité de Mahendraparvata. Fondée en l’an 802 par Jayarvarman II, cette capitale dont on ignore tout est à l’origine de l’empire Khmer.

Fixé à un hélicoptère, le lidar permet grâce à des milliards d’impulsions laser d’explorer sol et sous sol à travers la jungle la plus épaisse, fournissant des données qui auraient pris des années de recherches sur le terrain.
Nous savions que Jayavarman II avait fondé une capitale sur la montagne puisque des textes anciens y faisaient référence mais nous ne savions pas comment elle s’organisait. Maintenant nous en avons une image complète, explique Jean-Baptiste Chevance, directeur de la Fondation Archéologie et Développement basée à Londres, qui a codirigé les recherches avec Damien Evans de l’Université de Sydney.

28 nouveaux temples révélés

Et les archéologues ont été stupéfaits de voir que les 36 vestiges de temples dispersés sur l’ensemble du Phnom Kulen qui avaient déjà été répertoriés étaient en fait reliés par un réseau de routes, de digues, de bassins et de canaux, suivant une disposition parfaitement organisée en forme de carré.

En vert sur cette carte en relief du Phnom Kulen, les secteurs qui avaient déjà été explorés. En rouge, les infrastructures  et édifices décelées par le laser montrent que la cité était beaucoup plus étendue qu’on l’imaginait. Carte de la Fondation Archéologie et Développement.

Suite, vidéo & Source: http://www.cambodge-post.com/?page_id=3114
IP archivée

zetareticuli

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4794
Re : Enigmes archéologiques
« Réponse #36 le: 19 Juin 2013 à 23:11:20 »

Mexique: Découverte d'une importante cité maya

 Elle était restée cachée dans la forêt pendant des siècles...

Un groupe international d'archéologues a découvert dans l'est du Mexique une importante cité maya dont l'apogée se situerait entre les ans 600 et 900 de notre ère, a annoncé l'Institut national d'anthropologie (INAH). Cette ville, qui s'étend sur 22 hectares dans l'Etat mexicain de Campeche, était restée cachée dans la forêt pendant des siècles avant sa découverte il y a deux semaines par une mission qui l'a baptisée du nom de Chactun, «Pierre rouge» ou «Pierre grande» en maya, a indiqué l'INAH dans un communiqué diffusé mardi soir. La mission a été notamment financée par la National Geographic Society des Etats-Unis, ainsi que par l'entreprise autrichienne Villas et la slovène Ars Longa.
La découverte a été rendue possible grâce à des photos aériennes

«Il s'agit vraiment de l'un des plus grands sites des Terres basses centrales» de la civilisation maya, selon Ivan Sprajc, un archéologue du Centre de Recherches scientifique de l'Académie slovène des Sciences et des Arts, qui a dirigé l'expédition. M. Sprajc a indiqué que la découverte a été rendue possible grâce à des photos aériennes, et avec l'aide de la technique de la stéréoscopie. «Nous avons ainsi trouvé de nombreux traits qui étaient de toute évidence des vestiges architecturaux», a-t-il précisé. «Ce sont des stèles et des autels - dont certains conservent des restes de stuc - qui reflètent le mieux la splendeur de la cité», contemporaine d'autres villes mayas comme Calakmul, Becan et El Palmar, selon l'INAH.

Le site compte aussi de nombreuses constructions de type pyramidal jusqu'à 23 mètres de haut, ainsi que des terrains de jeu de pelote, des cours, places, monuments sculptés et zones d'habitation. Le site de Chactun est l'un des quelque 80 sites détectés par le Projet de reconnaissance archéologique du sud-est du Mexique, lancé en 1996. Source
IP archivée
"Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt"

zetareticuli

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4794
Re : Enigmes archéologiques
« Réponse #37 le: 03 Août 2013 à 23:27:07 »

Découverte archéologique majeure d’une culture amérindienne méconnue

Les fouilles dans un cimetière vieux de plus de mille ans ont mis au jour les tombes de puissants guerriers parés d’or. Cette découverte, l’une des plus fructueuses réalisées en Amérique depuis plusieurs décennies, offre un aperçu d’une culture méconnue.

Dans un champ d’herbes hautes brûlées par le soleil, au centre du Panama, l’or semblait jaillir du sol ; l’archéologue Julia Mayo avait attendu ce moment si longtemps… Mais, ce jour-là, elle était complètement bouleversée.

Déterminée à exhumer de nouveaux vestiges de la culture ancienne qu’elle étudiait depuis son doctorat, Julia Mayo avait réalisé, en 2005, avec son équipe, ses premiers relevés géophysiques sur un site appelé El Cano. Ces derniers lui avaient permis d’identifier un cercle de sépultures tombées depuis longtemps dans l’oubli.

En 2010, l’équipe y a creusé une fosse de près de 5 m et découvert la dépouille d’un chef de guerre couvert d’or – deux plastrons bosselés, quatre brassards, un bracelet de clochettes, une ceinture de perles creuses en or aussi grosses que des olives, plus de 2 000 minuscules sphères disposées comme si elles étaient jadis cousues sur une écharpe cérémonielle et des centaines de perles tubulaires dessinant un motif en zigzag sur l’un des mollets du dignitaire.

À elles seule, cette trouvaille aurait pu être celle de toute une vie, mais ce n’était qu’un début. Julia Mayo venait de tomber sur un vrai filon. L’équipe est revenue l’an dernier pendant la saison sèche et a mis au jour une deuxième sépulture, aussi riche que la première.

Arborant deux disques en or sur la poitrine, deux sur le dos, quatre brassards et une émeraude translucide, le défunt était assurément un autre chef important. Près de lui gisait un bébé, paré d’or de la même façon – probablement son fils.

Les deux corps reposaient sur une couche de squelettes humains entremêlés, sans doute des esclaves ou des captifs de guerre sacrifiés. Des tests au carbone 14 ont permis de dater les sépultures d’environ 900 apr. J.-C. – époque où la civilisation maya, à quelque 1 290 km au nord-ouest, commençait à péricliter. Suite et source
IP archivée
"Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt"

tatave37

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 288
Re : Enigmes archéologiques
« Réponse #38 le: 08 Août 2013 à 14:30:04 »

Sans être particulièrement énigmatique, une très belle fresque maya vient d'être découverte au Guatemala...

http://www.lapresse.ca/sciences/decouvertes/201308/07/01-4677987-une-fresque-maya-exceptionnelle-decouverte-au-guatemala.php
IP archivée

zetareticuli

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4794
Re : Enigmes archéologiques
« Réponse #39 le: 17 Août 2013 à 21:41:01 »

Une sécheresse a mis fin à des civilisations méditerranéennes

La disparition de civilisations florissantes dans l'est du bassin méditerranéen il y a 3.200 ans aurait résulté d'une longue sécheresse, selon des chercheurs français, qui soulignent le rôle clé du climat dans l'histoire des sociétés humaines.

L'effondrement politique et économique de certaines des civilisations les plus avancées, mycénienne, minoenne ou du vaste empire Hittite à la fin de l'âge de bronze avait jusqu'à maintenant surtout été attribué à des destructions humaines consécutives pour partie aux invasions dans le delta du Nil, les côtes turques ou en Syrie et en Palestine. Les auteurs de ces travaux, publiés dans la revue américaine PLOS ONE, ont analysé les grains de pollen retrouvés dans des sédiments du lac salé de Larnaka sur l'île de Chypre. Le changement des isotopes de carbone, la "signature chimique" des plantes locales et de la région montre que le lac a connu une période humide avant de s'assécher progressivement. Cette période correspond à une sécheresse de quatre siècles à l'origine de l'anéantissement de ces civilisations.

Combinant ces données avec des indices archéologiques comme des tablettes cunéiformes et des correspondances entre monarques, les chercheurs concluent que la crise de la fin de l'âge de bronze en Méditerranée orientale a simplement été "un épisode complexe ayant résulté d'une sécheresse provoquée par un changement climatique. Ce dernier a entraîné des famines, des invasions étrangères et des conflits politiques". Selon ces chercheurs, dont David Laniewski de l'Université Paul-Sabatier à Toulouse, le principal auteur, l'effondrement de ces civilisations méditerranéennes met en lumière la vulnérabilité climatique des sociétés dépendantes de l'agriculture. "C'est l'un des meilleurs exemples montrant comment une entité économique et commerciale internationale, composée de multiples Etats, peut s'effondrer en raison du changement climatique", estime Lee Drake, professeur d'Archéologie à l'Université du Nouveau-Mexique au sud-ouest des Etats-Unis.

"Cela nous donne une idée de la manière dont cela se produit", ajoute l'archéologue qui n'a pas participé à cette étude. La fin de la civilisation Maya est également attribuée à une longue sécheresse. Les historiens estiment aussi qu'un événement climatique pourrait avoir été l'un des déclencheurs de la Révolution française en 1789. Mais dans le cas de la sécheresse dans l'est du bassin méditerranéen à la fin de l'âge de bronze, les causes ne sont pas totalement établies. Les températures de surface de la Méditerranée se sont rapidement refroidies durant cette époque réduisant l'évaporation et les précipitations dans les terres, selon Lee Drake. Cela a correspondu à un refroidissement général de deux degrés dans l'hémisphère nord, précise-t-il.

"La grande question est de savoir pourquoi un important changement de la température globale a pu provoquer une réaction aussi rapide en Méditerranée" relève ce chercheur. "Je pense qu'il est très important de comprendre ce mécanisme car il n'est pas inconcevable qu'un tel phénomène se reproduise", dit-il à l'AFP. "Le plus grand danger au Proche-Orient n'est pas nécessairement représenté par un Etat ou un dictateur mais plutôt par le changement climatique", juge-t-il. Source
IP archivée
"Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt"

zetareticuli

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4794
Re : Enigmes archéologiques
« Réponse #40 le: 18 Octobre 2013 à 23:06:23 »

Un crâne de 1,8 million d'années révolutionne l'histoire de l'évolution

La découverte en Géorgie d'un crâne complet vieux de 1,8 million d'années bouleverse la vision de nos origines.

Cela faisait 1,8 million d'années qu'ils attendaient sagement qu'on les trouve, cachés qu'ils étaient au sommet d'une colline géorgienne. Pour qu'ils puissent «parler», raconter leur temps, montrer leurs visages, décrire ce qu'ils mangeaient… Prouver qu'ils faisaient bien partie des tout premiers du genre humain. Et, de plus, obliger les paléontologues du monde entier à revoir leur copie sur ces premiers stades de développement de la lignée des hominidés.

«Les fossiles hominidés de Dmanisi, dans le sud de la Géorgie, sont les représentants les plus anciens du genre Homo hors d'Afrique», n'hésite pas à affirmer le Pr David Lordkipanidze, directeur du muséum national de Géorgie, à Tbilissi, premier signataire de la publication relatant cette découverte dans la revue Science . Et 5 crânes, dont 4 avec mandibule, ont été exhumés depuis plusieurs années. Ainsi, une mâchoire avait été découverte en 2000. Cinq ans plus tard, à deux mètres de là, un crâne magnifiquement conservé, sans les déformations ou fracturations qu'entraîne parfois la fossilisation, était lui aussi mis au jour. Et mâchoire et crâne s'emboîtent parfaitement. «Cette “tête” est remarquable pour plusieurs raisons, estime Marcia Ponce de Leon, de l'université de Zurich, qui a participé aux travaux. Il a un relativement petit volume crânien, 546 cm3, soit un tiers de celui d'un homme moderne. Il a une face large et prognathe, une mâchoire proéminente avec de larges dents, des arcades sourcilières très marquées. La combinaison de tous ces traits n'avait encore jamais été observée et offre donc des informations nouvelles sur ce à quoi ressemblaient les premiers Homo.» Le crâne (les chercheurs affirment qu'ils ne lui ont pas donné de petit nom, il est désigné comme D4500) est si bien conservé qu'une reconstitution de sa tête et de son visage a pu être faite.

Source et suite
IP archivée
"Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt"

zetareticuli

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4794
Re : Enigmes archéologiques
« Réponse #41 le: 28 Octobre 2013 à 22:50:47 »

De nouveaux alignements astronomiques découverts à Machu Picchu

Une équipe péruvienne et polonaise a examiné un bâtiment jusqu'ici non fouillé sur le site Inca de Machu Picchu. Il a été constaté que la structure était alignée astronomiquement selon le professeur Mariusz Ziółkowski, chef du Centre de recherche précolombienne à l'Université de Varsovie.
L'équipe a utilisé des scanners laser 3D pour modéliser et étudier le bâtiment, nommé "El Mirador" (le point de vue). Ils ont pu ainsi obtenir des emplacements et des alignements précis.
"Malgré les difficultés du terrain, nous avons réussi à effectuer des analyses laser 3D, que nous avons ensuite utilisé pour préparer un modèle précis de ce complexe incroyable," a déclaré le professeur Ziółkowski.

Les résultats des analyses préliminaires indiquent qu'il s'agit d'un dispositif, utilisé probablement par un petit groupe de prêtres incas astronomes, pour des observations précises de la position des astres sur l'horizon, en s'aidant des sommets de la montagne Yanantin.
Les Incas étaient connus pour leurs connaissances en astronomie; ils notaient les mouvements des cieux afin de planifier leurs calendriers agricoles et religieux.

Une importance archéoastronomique.

Les chercheurs polonais qui ont travaillé à Machu Picchu depuis 2008, ont mis l'accent sur l'importance archéoastronomique du site. Ils ont présenté leurs conclusions à la Conférence internationale de la Société Européenne pour l'Astronomie dans La Culture à Athènes en Septembre 2013.
El Mirador, a été construit en blocs de pierres et a été identifié dans une partie inaccessible du parc national de Machu Picchu par le directeur du parc, l'anthropologue Fernando Astete Victoria.
Il a donc invité l'équipe polonaise à travailler avec l'équipe péruvienne pour approfondir l'étude du site avec les dernières technologies.

Il sont pu ainsi dévoiler un nouveau modèle d'alignement, Est-Ouest, différent des centres cérémoniels incas orientés Nord-Sud.
Des recherches antérieures menées par l'équipe polonaise avaient démontré qu'Intimachay au Machu Picchu était un observatoire astronomique beaucoup plus complexe et plus précis que ce que l'on croyait. Source
IP archivée
"Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt"

mistigrigri

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2041
Re : Enigmes archéologiques
« Réponse #42 le: 02 Décembre 2013 à 11:21:03 »

Restons au Pérou :
"Lima (AFP) - Trente-cinq sarcophages contenant des momies de la culture des Chachapoyas (700 à 1500 après J-C.) ont été découverts par des habitants dans la forêt amazonienne au nord du Pérou, a indiqué jeudi le ministère du Commerce extérieur et du Tourisme.
- "La découverte des 35 sarcophages a été faite par des habitants qui passaient par la montagne El Tigre, dans le district de Jazán, dans la province de Bongará", a déclaré Manuel Cabañas, directeur régional de ce ministère, cité par l'agence de presse officielle Andina.
La découverte remonte à juillet "mais elle n'a pas été divulguée jusque-là pour éviter que les tombes soient pillées et que des personnes étrangères n'accèdent à l'endroit où se trouvent les sarcophages", a-t-il dit."
http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/sciences/20131129.AFP3614/perou-decouverte-de-35-sarcophages-contenant-des-momies-chachapoyas.html
Ce peuple est très intéressant, réfugié dans une sorte de "citadelle du vertige"Kuélap, il a été annexé par les Incas, tout en se rebellant constamment contre eux et en se liant avec les espagnols pour soulever ce joug. Les espagnols ont été étonnés par ce peuple blanc, grand, blond aux yeux bleu. Peut-être était-ce des celtes ? Ce qu'on lit et voit dans cet article passionnant pourrait bien le laisser supposer :
http://artslivres.com/ShowArticle.php?Id=1553
Ou peut-être des descendants d'atlantes ? .....
IP archivée

mistigrigri

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2041
Re : Enigmes archéologiques
« Réponse #43 le: 02 Décembre 2013 à 11:52:57 »

http://au-bout-de-la-route.blogspot.fr/2012/02/les-chachapoyas.html
d'autres images des oeuvres de ce peuple, les grandes statues qui rappellent celles de l'Ile de Pâques ... des tissus qui rappellent les tissus traditionnels basques .... http://www.perutoptours.com/index01amculturacht.html
très différents de l'art inca tel que nous le connaissons.
IP archivée

zetareticuli

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4794
Re : Enigmes archéologiques
« Réponse #44 le: 21 Janvier 2014 à 22:51:52 »

Nouvelles découvertes archéologiques d’une civilisation perdue


" Tout ce que nous avons appris sur les origines de la civilisation peut être erroné », dit Danny Natawidjaja, Ph.D., géologue senior au Centre de recherche pour Géotechnique à l'Institut indonésien des sciences. " Les vieilles histoires sur Atlantis et autres grandes civilisations perdues de la préhistoire, longtemps repoussées comme des mythes par les archéologues, commencent à être prouvées vraies. "

Je grimpe avec le Dr Natawidjaja la pente raide de 300 m de hauteur, de la pyramide à degrés au milieu d'un paysage magique de volcans, de montagnes et de jungles parsemé de rizières et plantations de thé à une centaine de miles de la ville de Bandung à Java-Ouest, Indonésie.

La pyramide a été connue de l'archéologie depuis 1914, lorsque les structures mégalithiques formés de blocs de basalte en colonnes ont été trouvés dispersés parmi les arbres denses et les sous-bois qui ont recouvert son sommet. Les populations locales ont considéré le site comme étant sacré et l'ont appelé Gunung Padang, le nom qu'il a encore aujourd'hui, qui signifie " Montagne de Lumière " , ou " Montagne des Lumières " , dans la langue locale Sundanese. Le sommet, où ont été trouvés disposés sur cinq terrasses des mégalithes, avait été utilisé comme un lieu de méditation et de retraite depuis des temps immémoriaux, ont dit les archéologues, et cela reste vrai encore aujourd'hui.

Cependant, ni les archéologues, ni, apparemment les habitants, n'ont réalisé que la pyramide était une pyramide. Elle a été considérée comme une colline naturelle, quelque peu modifiée par l'activité humaine, jusqu'à ce que Natawidjaja et son équipe aient commencé une étude géologique ici en 2011. Et puis, le sommet avait depuis longtemps été nettoyé et les terrasses mégalithiques reconnues comme anciennes et faites par l'homme, mais aucune datation au radiocarbone n'avait été déjà faite et l'âge déjà accepté du site - d'environ 1500 à 2500 avant JC - a été fondé sur des suppositions plutôt que sur des fouilles. Suite et source

http://www.grahamhancock.com/forum/HancockG9-Mystery-Lost-Civilization.php
IP archivée
"Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt"