Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !

Auteur Sujet: Taisen Deshimaru  (Lu 10702 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2307
  • en l'honneur de ma fille

Bonne lecture de cette version intégrale  :)


 Zen et Arts martiaux de Taïsen Deshimaru (31 août 1983)





L'esprit du Zen fut introduit au Japon chez un peuple dont la guerre était l'occupation habituelle. Ce fut le génie du Zen de transformer les techniques brutales de la guerre en arts qui ne se souciaient plus seulement de l'efficacité guerrière mais de la recherche de soi-même. Le sabre, l'arc et la flèche, instruments de mort devinrent des supports de méditation. Sous cette influence naquit le Bushido, code d'honneur, discipline chevaleresque qui recommande le désintéressement et le mépris de la mort. Tant et si bien que le Zen fut cette voie d'éveil, appelé " la religion des samouraïs. " En termes vifs et imagés, parfois même en s'amusant, Maître Deshimaru répond aux questions de ses disciples, sans jamais leur faire oublier que Zen et arts martiaux sont l'apprentissage de la vie et la mort.

    Poche: 152 pages
    Editeur : Albin Michel (31 août 1983)
    Collection : Spiritualités vivantes : format de poche


Source

Lecture du Livre de Taisen Deshimaru - Zen et Arts Martiaux

modération : attention aux doublons, texte de présentation déjà cité plus haut par Mille-Feuilles le 25 Septembre 2010 à 22:15:49
« Modifié: 03 janvier 2014 à 18:17:46 par katchina »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2307
  • en l'honneur de ma fille
Lecture de Sensei : Taisen Deshimaru , maître zen 23 des 26 chapitres
« Réponse #16 le: 01 septembre 2012 à 22:41:52 »

Bonne lecture car il ne manque que trois chapitres (19,20,23) sur les vingt-six chapitres.  :)


 Sensei : Taisen Deshimaru , maître zen




En 1967, un inconnu de cinquante-trois ans arrive gare du Nord : Taisen Deshimaru (1914-1982), qui a quitté un Japon religieusement sclérosé pour faire renaître, depuis l'Europe, l'authentique Zen de maître Dôgen. Pour lui, l'essentiel est zazen : simplement s'asseoir et méditer, sans rechercher ni mérite ni éveil. Personnage attachant et hors normes, truculent, plein d'humour et de sagesse, il attire à lui aussi bien les hommes d'affaires que les marginaux, les artistes, comme Maurice Béjart (qui faisait pratiquer zazen à ses danseurs), que les intellectuels tels André Malraux ou Claude Lévi-Strauss. Ce livre, composé à partir des témoignages d'une centaine de ses disciples, nous restitue la figure vivante d'un maître qui, tout en se situant au-delà de l'image conventionnelle du maître pieux et frugal, fut le guide d'une formidable aventure spirituelle. A travers ce portrait à la fois fascinant et drôle, c'est aussi toute une époque qui revit, celle de ces années 1970 où les expériences les plus folles côtoyaient une authentique quête de spiritualité, et dont notre époque est à bien des égards l'héritière.

Source

    Broché: 368 pages
    Editeur : Editions Albin Michel (8 juin 2011)
    Collection : SPIRITUALITE

Lecture de Sensei : Taisen Deshimaru , maître zen 23 des 26 chapitres

« Modifié: 02 septembre 2012 à 01:04:37 par katchina »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2307
  • en l'honneur de ma fille
Dernières paroles de Taisen Deshimaru
« Réponse #17 le: 08 septembre 2012 à 20:14:50 »


"Si vous vous concentrez ici et maintenant en zazen, toute chose devient exacte. Si la posture est exacte mais la conscience vide, ce n'est pas identique à ku (la vacuité).Si vos doigts, vos yeux, ne sont pas concentrés, si vous regardez et que vos yeux sont ceux d'un chien après l'amour...Vous devez devenir de grands moines, de grands éducateurs. A l'avenir le monde aura besoin d'éducateurs du zen, vous aurez beaucoup de valeur. C'est très rare dans le monde. Mais si vous faites des erreurs, vous n'y parviendrez pas. Même le moine rinzai qui est venu dans ce dojo, veut comprendre le vrai zen de Taisen Deshimaru, est plus intelligent que les moines soto. (...)




A mon retour, je vous commenterai la fin du Shin jin Gakudo. Dogen y parle de la mort très profondément. Qu'est-ce que la mort? Je vous en parlerai à mon retour. A bientôt."


" volume n° 11 de l’ édition intégrale de l’enseignement oral de Maître Deshimaru : Shinjin Gakudô et Shukke Kudoku", l'extrait  provient de la page  127 de ce volume. Editions Sully.

 

Il prononça ces mots, ce dernier enseignement dans le dojo, le 15 Avril 1982.
Il revint dans un cercueil, après sa mort le vendredi 30 Avril 1982.
« Modifié: 08 septembre 2012 à 23:44:31 par titilapin2 »
IP archivée

katchina

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 18480
Re : Taisen Deshimaru
« Réponse #18 le: 08 septembre 2012 à 23:01:01 »

Le lien source ?

P127 de quoi ?
IP archivée
J'veux du soleil dans ma mémoire

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2307
  • en l'honneur de ma fille
Re : Taisen Deshimaru
« Réponse #19 le: 08 septembre 2012 à 23:36:28 »

La source est le livre  " volume n° 11 de l’ édition intégrale de l’enseignement oral de Maître Deshimaru : Shinjin Gakudô et Shukke Kudoku", l'extrait  provient de la page  127 de ce volume. Editions Sully, 14 €.

                                                               
                                                                          Shôbôgenzô de Maître Dôgen

Ce volume comprend la traduction et les commentaires de deux chapitres du Shôbôgenzô de Maître Dôgen :
Le premier, Shinjin Gakudô, l’étude de la Voie à travers le corps esprit, est le dernier enseignement de Maître Deshimaru où il aborde différents aspects de dôshin comme par exemple, hotsu bodaishin, kannô dôkô...

« Essayer de retrouver le passé, n’est pas l’esprit de la Voie, se projeter dans le futur n’est pas d ô s h i n, hotsu bodai - shin est maintenant. »

« Qu’est-ce que quitter le château et entrer dans la montagne ? Cela signifie aussi abandonner l’esprit vulgaire pour l’esprit d’éveil à travers kannô dôkô (la communion des esprits, la profonde sympathie mutuelle des esprits). »

« Dôshin, kannô dôkô sont très importants et permettent de se concentrer sur une seule chose à la fois, de contrôler lorsqu’on se trompe et de retrouver la Voie. »
IP archivée