Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !

Auteur Sujet: > Ca n'a rien à voir ....quoique.....  (Lu 1065 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

le veilleur

  • Invité
> Ca n'a rien à voir ....quoique.....
« le: 09 août 2007 à 15:44:24 »

pourquoi pas un CONTE ??

au vu des des chocs parfois "fermes" ;o)) entre les positions des uns et des autres, j'ai retrouvé ce CONTE rédigé il y a déjà quelque temps

Ca n'a rien à voir.... quoique

R.


*************************


Je suis originaire d’un pays de hautes montagnes dont le plus haut massif est découpé par plusieurs frontières. De plus de multiples vallées s’en partagent les flancs bouchés par une épaisse couche de nuages persistante. Les anciens racontent encore qu’autrefois à l’époque où l’on se déplaçait à pied et où les chevaux étaient un luxe, chaque communauté vivait en autarcie dans sa vallée avec ses coutumes et bien souvent son patois différait de celui d’à coté.

La plupart du temps les nuages obscurcissaient le ciel bleu ensoleillé et rendaient impossible la vision du sommet dont chacun racontait à la veillée qu’il était plat comme un alpage avec une végétation paradisiaque, et en plus une vue circulaire à des kilomètres à la ronde qui vous coupait le souffle par temps clair. Cela alimentait le rêve vital de chacun.

Etrangement chaque communauté avait donc adopté la même coutume : une fois tous les deux ans, la date variant en fonction de l’histoire passée de chaque vallée, il se produisait une grande agitation, et la communauté valide jeunes ou vieux entreprenaient ensemble l’ascension du sommet. Pour nous c’était en Mai après les premiers travaux des champs. Nous avions nos rites, et il fallait être initie par les anciens pour avoir le droit de guider les autres, connaitre tous les passages et acquérir les techniques nécessaires, puis plus tard avoir le droit d’enseigner les plus jeunes.

Un jour, au cours d’une ascension, un lointain ancêtre la trentaine passée, instruit des mérites du compagnonnage, déclara, qu’au lieu de monter droit devant comme par le chemin transmis de génération en génération, il allait partir transversalement à la rencontre éventuelle d’autres groupes ascensionnistes, et ainsi monter circulairement et progressivement vers le sommet.

Aussitôt son projet annoncé il fut d’abord raillé par les autres : l’entreprise n’était que folie puisque n’empruntant aucun chemin balisé, et de plus il lui faudrait surement toute une année sinon deux pour grimper ainsi en circulaire autour du massif. Sans compter que les rencontres avec des inconnus ignorants ne pouvait être que dangereuses. Voyant qu’il ne changeait pas d’intention,  il fut durement critiqué et quasi excommunié par les siens.

Ainsi chemina notre homme comme il l’avait pensé, rencontrant au hasard du voyage et du temps d’autres groupes, qui tout surpris de la rencontre l’accueillaient en le bombardant de questions. Ainsi chaque rencontrer fut pour lui occasion de se faire accepter et de donner et d’apprendre. Ayant partagé leur vie un certain temps il reprenait sa progression solitaire, à la recherche d’autres rencontres.

Puis vint un jour, du diable s’il se souvenait quand, il aperçut le sommet. Tout à sa joie, juste s’il remarqua des cris venant de plus bas, comme un appel. C’est en se retournant qu’il vit notre communauté approchant aussi du but.

A sa grande surprise, la joie des retrouvailles balaya la crainte des critiques qu’il s’apprêtait a subir. Comme pour tous les autres groupes qu’il avait croisé, chacun le pressait de questions sur ses aventures tout en faisant ensemble les derniers mètres vers le sommet. Il partageat volontiers avec eux aussi comme avec autres son expérience.

Une question revenait sans cesse : alors quelle est la meilleure technique ? quelle est la meilleure voie ? la plus rapide pour arriver au sommet ?  Mystérieux il répondait alors invariablement à la question que cela n’avait pas d’importance car l’important était de cheminer, de rencontrer, de donner et de recevoir.

Je crois bien que quelqu’un lui demanda comment il se faisait qu’ayant pris un chemin plus long, il se retrouvait au but en même temps qu’eux qui –instruits de plusieurs siècles d’expérience- avaient pris la voie directe. Il sembla bien à mes ancêtres qu’il fut lui-même surpris de la question, comme s’il se la posait tout d’un coup…. Mais il n’y répondit pas sauf par un sourire songeur et radieux….. comprenne qui voudra.

R

Ama et fac quod vis
(aimes et fais ce que veux)

***********************************************************
IP archivée

katchina

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 18515
> Ca n'a rien à voir ....quoique.....
« Réponse #1 le: 12 août 2007 à 17:36:56 »

C'est une excellente idée.

Merci beaucoup pour ce conte paisible et plein d'enseignements.
Je le relirais souvent. Promis.

Katchina.
IP archivée
J'veux du soleil dans ma mémoire