Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !

Pages: 1 ... 3 4 [5] 6   En bas

Auteur Sujet: Les abeilles meurent par milliards... la Terre en danger  (Lu 22367 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

kithia

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 391
Re : Les abeilles meurent par milliards... la Terre en danger
« Réponse #60 le: 24 avril 2011 à 22:19:24 »

Les abeilles sont des insectes extrémement sensibles à la pollution electromagnétique.

Avec la prolifération des ondes electromagnétique ( portable wi-fi, gps ...), leur système immunitaire devient fragile et sensible aux infections.

Il suffit de rééquilibrer leur système immunitaire à l'aide de petits aimants qu'il faut insérer au coeur des ruches ceux-ci les protègent de cette pollution électromagnétique.

IP archivée

Paulo

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4575
Re : Les abeilles meurent par milliards... la Terre en danger
« Réponse #61 le: 24 avril 2011 à 23:07:18 »

DISPARITION DES ABEILLES - La Fin d'un mystère

L’abeille disparaît de la planète. Les pertes atteignent parfois 90% des colonies. L’industrie agro-alimentaire réalise soudain que les abeilles, en pollinisant les fleurs, sont les garantes d’une bonne récolte, soit 153 milliards de dollars par an. Plus que multiple la cause est simple : l’homme maltraite son environnement.


admn : vidéo google sans titre invalide
« Modifié: 05 juin 2013 à 01:01:41 par katchina »
IP archivée
Comme d'habitude, si vous même ou vos collaborateurs étaient capturés ou tués, le Département d'État niera vous avoir donné un conseil aussi con.

zetareticuli

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4649
Re : Les abeilles meurent par milliards... la Terre en danger
« Réponse #62 le: 05 mai 2011 à 22:09:12 »

Nouvelle attaque d'abeilles tueuses au E.U

Un essaim de 100 000 abeilles tueuses*a attaqué un sans abris de la ville de Phoenix

Citer
Un homme de Phoenix en Arizona a été hospitalisé après avoir été piqué par un essaim d'au moins 100 000 abeilles tueuses*.

L'essaim a attaqué cet homme sans-abri, au croisement de la 32e rue et l'avenue Glenrosa. Il a été piqué plusieurs milliers de fois.

les pompiers ont du s'asperger de mousse pour le secourir, les abeilles continuaient leur agression pendant le sauvetage.

"il devait y en avoir au moins cent mille, ça faisait comme un gros nuage noir» témoigne le pompier de Phoenix, Scott Walker

la victime était en été de choc et a été transporté de toute urgence à l'hôpital. Sa vie n'est plus en danger .

C'est la 18 éme attaque d'abeilles recensée à Phoenix cette année, et nous sommes bien en avance sur les chiffres de l'année dernière, où 30 attaques se sont produites sur la région pour la totalité de 2010.

Source : my fox phoenix


Abeilles Tueuses*: Afin d'augmenter la productivité de ses abeilles, le Brésil importa en 1956, de Namibie (ou de Tanzanie), des reines de la sous-espèce africaine Apis mellifera scutellata. Le croisement de ces reines avec l'abeille européenne utilisée jusque là au Brésil (Apis mellifera ligustica et Apis mellifera iberiensis), donna naissance à une lignée hybride, l'abeille tueuse, également appelée abeille africanisée. Ces abeilles tueuses se répandirent dans la nature par mégarde.
Ces abeilles métisses sont plus agressives que les abeilles des races dont elles sont issues.
Leur venin est identique à celui des autres abeilles mais leur agressivité entraîne un grand nombre de piqûres (de 200 à 1000 piqûres simultanées, avec parfois l'attaque de tout l'essaim).
Ces abeilles tueuses peuvent poursuivre une victime sur près d'un kilomètre alors que les autres variétés ne le font habituellement que sur une cinquantaine de mètres.

Vidéo à voir ici: http://publisher.grabnetworks.com/video/watch?grabnetworks_video_id=4678622
Modération: Service indisponible.

http://naturealerte.blogspot.com/2011/05/05052011un-essaim-de-100-000-abeilles.html
« Modifié: 31 août 2013 à 13:14:19 par lilou »
IP archivée
"Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt"

franck97

  • lumi☼air
  • Permissions restreintes
  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 1314
  • Je salue le s☼leil qui est en vous.
Re : Les abeilles meurent par milliards... la Terre en danger
« Réponse #63 le: 16 mai 2011 à 06:33:52 »

Lyon: les abeilles se font chouchouter

Le programme Urbanbees a été lancé samedi au Parc de la Tête d'Or pour favoriser la préservation des abeilles en ville.
L'objectif est de protéger les abeilles qui souffrent de la pollution à Lyon. Des abris de bois ont été inaugurés près du monument des droits de l'Homme au nord du parc, ils abritent des larves d'abeilles. Ce programme coûte 2 millions d'euros, il est financé pour moitié par l'Europe. Les autres parties prenantes sont la Région Rhône-Alpes et Anthropologia. Il a été rappelé que les abeilles participent à la pollinisation de 80% de la flore. L'objectif de ce projet est de sensibiliser la population à la préservation de l'espèce. Urbanbees est un programme sur 5 ans.

http://www.mlyon.fr/51464-lyon-les-abeilles-se-font-chouchouter.html
IP archivée
Gardez vos pensées positives parce qu'elles deviennent votre destinée.
“Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde.” (Gandhi)

Jay

  • Invité
Re : Les abeilles meurent par milliards... la Terre en danger
« Réponse #64 le: 16 mai 2011 à 15:37:09 »

On parle beaucoup des insecticides mais on ne parle pas assez des ondes électromagnétiques à l'origine de la disparition des abeilles.

Citation de: kithia
Les abeilles sont des insectes extrémement sensibles à la pollution electromagnétique.

Avec la prolifération des ondes electromagnétique ( portable wi-fi, gps ...), leur système immunitaire devient fragile et sensible aux infections.

Il suffit de rééquilibrer leur système immunitaire à l'aide de petits aimants qu'il faut insérer au coeur des ruches ceux-ci les protègent de cette pollution électromagnétique
Peut-on en savoir plus ?
IP archivée

zetareticuli

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4649
Re : Les abeilles meurent par milliards... la Terre en danger
« Réponse #65 le: 19 mai 2011 à 22:02:11 »

De nouveau une "attaque" des abeilles tueuses

L'aéroport de Manille attaqué par des abeilles

Citer
Agence France-Presse
Manille

Des essaims d'abeilles sont mystérieusement apparus jeudi dans plusieurs passerelles de l'aéroport international de Manille, contraignant les responsables de l'aéroport à interrompre brièvement l'embarquement des passagers, a annoncé un porte-parole de l'aéroport.

Les abeilles se sont massées autour des panneaux de commande de six corridors mobiles reliant les avions au terminal, empêchant les employés de l'aéroport de les manoeuvrer, a précisé l'attaché de presse de l'aéroport, Consuelo Bungbag.

«Nous avons dû recourir à des aspirateurs pour dégager les panneaux de commande. Nous sommes aussi intervenus manuellement pour accélérer le processus», a-t-elle ajouté.

Les responsables de l'aéroport sont entrés en contact avec les autorités sanitaires pour découvrir d'où les abeilles pouvaient venir, a indiqué le porte-parole.

Source
IP archivée
"Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt"

mistigrigri

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2043
Re : Les abeilles meurent par milliards... la Terre en danger
« Réponse #66 le: 19 mai 2011 à 22:12:15 »

ce sont peut-être des mini-drones ?
à Jay sur le dernier catalogue des aimants Auris (reçu hier) il y des aimants à visser sur les ruches.
IP archivée

mistigrigri

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2043
Re : Les abeilles meurent par milliards... la Terre en danger
« Réponse #67 le: 10 juin 2011 à 12:42:13 »

L'épandage aérien n'est toujours pas interdit malgré les promesses :

http://www.actu-environnement.com/ae/news/pesticides-epandage-aerien-nouvel-arrete-12735.php4#xtor=ES-6
"Les ruches oubliées ?
Au-delà de la procédure de déclaration préalable déjà existante dans le système antérieur, mais maintenant renforcée, le texte prévoit une publication des autorisations accordées sur les sites internet des préfectures. De même qu'une information systématique du public au moins 48 heures avant le traitement par le biais d'un affichage en mairie ainsi que sur les voies d'accès à la zone traitée.

Le donneur d'ordre de l'opération d'épandage doit aussi informer les syndicats apicoles concernés dans des conditions qui doivent être définies au niveau départemental. Est-ce pour compenser le fait que les ruches déclarées ne figurent plus dans la liste des lieux sensibles pour lesquels une distance minimale de sécurité de 50 mètres doit être respectée en cas de traitement aérien ?"

IP archivée

franck97

  • lumi☼air
  • Permissions restreintes
  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 1314
  • Je salue le s☼leil qui est en vous.
Re : Les abeilles meurent par milliards... la Terre en danger
« Réponse #68 le: 31 mai 2013 à 09:03:00 »

Abeilles : le massacre autorisé

Comment les abeilles sont sacrifiées et, avec elles, notre alimentation et l'ensemble de l'écosystème, pour servir les intérêts des multinationales agrochimiques.


http://www.pollinis.org/spip.php?page=article&id_article=12
IP archivée
Gardez vos pensées positives parce qu'elles deviennent votre destinée.
“Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde.” (Gandhi)

DecemberTen

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 7685
Re : Les abeilles meurent par milliards... la Terre en danger
« Réponse #69 le: 31 mai 2013 à 11:44:19 »

La Commission de l'UE applique l'interdiction de pesticides pour protéger les abeilles

Le 27 mai 2013...


La Commission de l'UE a suivi l'avis des Etats membres et a partiellement interdit l'utilisation de trois néonicotinoïdes nocifs pour les abeilles dans les 27 Etats membres à partir du 1er décembre 2013.

Durant les deux prochaines années (2014 et 2015), il sera interdit d'utiliser le thiaméthoxame du Bâlois Syngenta, ainsi que l'imidaclopride et le clothianidine produits par différents groupes agrochimiques, sur les cultures de céréales estivales, de maïs, de colza, de coton, de tournesol et de courges. Leur utilisation reste malheureusement autorisée sur la vigne et les cultures fruitières, les carottes, les oignons, les céréales hivernales et les betteraves sucrières.
Cette interdiction constitue un premier pas vers une agriculture plus écologique; c'est un verrou contre les tentatives de l'industrie agrochimique de nier la toxicité des néonicotinoïdes.

Les insecticides qui seront interdits durant 2 ans à partir de décembre 2013 constituent une menace prouvée contre la survie des abeilles. De faibles quantités de ces insecticides suffisent déjà pour provoquer des dégâts neurologiques et physiologiques sur les abeilles; ils ont aussi un effet préjudiciable sur leur sens de l'orientation et sur leur capacité à se nourrir. Dans son rapport "Le déclin des abeilles; Analyse des facteurs qui mettent en péril les pollinisateurs et l'agriculture en Europe" publié récemment, Greenpeace a encore identifié d'autres pesticides qui doivent être interdits rapidement.

...


Suite et source de l'article:  Greenpeace
« Modifié: 31 mai 2013 à 11:55:19 par DecemberTen »
IP archivée

mistigrigri

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2043
Re : Les abeilles meurent par milliards... la Terre en danger
« Réponse #70 le: 31 mai 2013 à 21:05:04 »

OUI MAIS : (pardon pour la longue citation, c'est un mail provenant de Pollinis que je viens de recevoir)

"Le compromis que devrait adopter Bruxelles est en réalité un plan désastreux imposé par les multinationales agrochimiques comme Bayer, Syngenta et compagnie, qui mènent depuis des mois un lobbying effrené et extrêmement agressif pour arriver à ce résultat (2).

Objectif : Contrer la volonté des citoyens européens et empêcher l'interdiction REELLE des pesticides tueurs-d'abeilles - malgré les recommandations expresses des autorités sanitaires françaises et européennes (3)... Pour sécuriser les centaines de millions d'euros de profit annuel que ces produits rapportent aux grosses firmes qui les produisent !
En fait, les 3 pesticides tueurs-d'abeilles seront interdits seulement quelques mois par an... et largement utilisés tout le reste de l'année - sur près de 85% des céréales, et sur une grande partie des cultures de fruits, légumes et herbes aromatiques - empoisonnant largement les sols et l'eau absorbés ensuite par les cultures soi-disant « non-traitées ».
De nombreuses études ont montré que ces substances ultra-toxiques peuvent rester présentes dans le sol jusqu'à trois ans après le traitement (4), et que les cultures non-traitées replantées sur le même terrain révèlent des traces de néonicotinoïdes jusque dans leur pollen... que viennent ensuite butiner les abeilles ! (5)"

3- Début 2013, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a publié un rapport confirmant que les néonicotinoides présentent un risque important pour les abeilles et les pollinisateurs :
http://www.efsa.europa.eu/en/press/news/130116.htm?utm_source=homepage&utm_medium=infocus&utm_campai gn=beehealth

4 -Les néonicotinoides persistent dans l'environnement, la demi-vie de la clothianidine dans le sol a été mesurée à 148 à 6900 jours par l'Agence de protection de la santé américaine :
http://www.epa.gov/pesticides/chem_search/cleared_reviews/csr_PC-044309_2-Nov-10_b.pdf
Voir aussi l'étude de J. DeCant et M. Barrett publiée en 2010 dans la revue Environmental Protection (pp. 1-99) : Environmental Fate and Ecological Risk Assessment for the Registration of CLOTHIANIDIN for Use as a Seed Treatment on Mustard Seed (Oilseed and Condiment) and Cotton.

5- La persistance des néonicotinoïdes contamine l'environnement au sens large, notamment le pollen.
L'imidaclopride par exemple peut être absorbée par des cultures non-traitées, jusqu'à deux ans après la première utilisation, et peut se retrouver dans le pollen et le nectar des fleurs non traitées à des niveaux toxiques pour les abeilles :
Bonmatin, J. M., et al . (2003) A sensitive LC/APCI/MS/MS method for analysis of imidacloprid in soils, in plants and in pollens. Anal. Chem. 75 (9), 2027-2033.
En 2002 et 2003, 69,1% du pollen récolté par les abeilles de 25 ruchers dans cinq départements français, sur des plantes traitées et non traitées étaient contaminés par de l'imidacloprid, bien que cette neurotoxine ait été interdite à l'utilisation sur le tournesol en janvier 1999 :
Chauzat M.P. et al (2006). A survey pesticides residues in pollen loads collected by honey bees in France. Journal of Economic Entomology, 99:253-262

IP archivée

zetareticuli

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4649
Re : Les abeilles meurent par milliards... la Terre en danger
« Réponse #71 le: 23 juin 2013 à 21:50:45 »

Plus de 25.000 abeilles mortes sur un parking dans l'Oregon

Ces derniers jours, une véritable hécatombe chez les abeilles s’est produite dans l’Oregon. Près de 25.000 abeilles ont été découvertes mortes ou mourantes. Les causes de l’événement sont encore inconnues. Décorticage des causes probables à l’occasion des APIdays.

Les abeilles sont en déclin depuis un peu plus d’une quinzaine d’années. La mortalité des colonies a augmenté de 30 % et ne semble pas se stabiliser. L’insecte butineur est en proie à différents fléaux : maladies, parasites, pesticides, etc. Chaque année, des milliers de colonies disparaissent, mais les scientifiques ont du mal à comprendre l’impact et la dominance de chaque fléau. Ce qui est certain, c’est que l’intensification des monocultures, le développement d’agents pathogènes tels que la varroase, le stress chimique lié aux produits phytosanitaires et l’introduction d’espèces invasives prédatrices (comme le frelon asiatique) sont tous mis en cause.

Dans l’Oregon, depuis quelques jours, 25.000 abeilles ont été découvertes mortes ou mourantes sur un grand parking d’une ville au sud de Portland. Elles jonchaient le sol, tombant des grands tilleuls européens comme des mouches. « Je n’ai jamais vu un événement pareil », commente Mace Vaughan, membre du programme de conservation des pollinisateurs. Avec son collègue Rich Hatfield, cela fait deux jours qu’il récolte sur le lieu de l’hécatombe des échantillons de pollen, des cadavres d’abeilles et des spécimens à l’agonie. Suite et source
IP archivée
"Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt"

katchina

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 18515
Re : Les abeilles meurent par milliards... la Terre en danger
« Réponse #72 le: 27 mars 2014 à 12:54:13 »

En écho à l'intervention d'un auditeur hier soir, à l'antenne libre de Clara,

Un livre magnifique sur les abeilles.



Jean-Claude Ameisen, "Sur les épaules de Darwin, je t'offrirai des spectacles admirables

Poursuivant mon oeuvre, je vais chanter le miel aérien, présent céleste : tourne encore tes regards, Mécène, de ce côté. Je t'offrirai en de petits objets un spectacle admirable : je te dirai les chefs magnanimes, et tour à tour les moeurs de la nation entière, ses passions, ses peuples, ses combats. Mince est le sujet, mais non mince la gloire, si des divinités jalouses laissent le poète chanter et si Apollon exauce ses voeux.
(Virgile, Géorgiques, 4, 1-7)

Après le succès (plus de 100 000 ex) d'un premier tome tout à fait admirable, Sur les épaules de Darwin. Les battements du temps, Jean-Claude Ameisen — entre temps devenu Président du Comité consultatif national d'éthique — poursuit la publication de son émission radiophonique culte, Grand Prix des media CDS news 2013 pour la meilleure émission de radio : Sur les épaules de Darwin sur France Inter le samedi (avec 1,5 millions d'auditeurs...)

Ce second volume reprend vingt-huit chroniques classées en cinq grands chapitres (A travers les labyrinthes, L'Ame de l'été, Les Battements du temps, Les Filles de la lumières, Un cadeau de Nouvel an) et permet avec la même magie de replonger dans ce monde merveilleux de la nature. Il suffit à Ameisen d'une petite chose, une pierre, une abeille, une fleur, pour nous conduire très loin et, comble du talent, nous faire croire un moment à notre propre intelligence. Comment les abeilles et les fleurs tissent-elles un échange magique, un véritable dialogue ? Comment les fourmis savent-elles sortir d'un labyrinthe ou apprendre l'une de l'autre ? comment se créent les flocons de neige ? comment expliquer l'universalité du rythme des vingt-quatre heures des horloges internes ? quel est le rôle du sommeil dans la mémoire des abeilles ? qui sont ces animaux qui font mentir l'adage le propre de l'homme ?

Puisant ses références aussi bien dans des publications scientifiques aussi bien que dans des films (dont Le Patient anglais), Ameisen nous propose un voyage incroyable à travers les splendeurs de l'univers, des plus petites et anodines choses qu'on imagine connaître ou dont on peine à s'intéresser, aux plus vastes champs de la connaissance. La nature est une grande scène où s'exprime l'art aussi bien que la science, et Ameisen en est le magicien.

source

IP archivée
J'veux du soleil dans ma mémoire

Here and Now

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 20
L'arnaque de l'étude européenne sur les abeilles.
« Réponse #73 le: 17 avril 2014 à 23:08:08 »

On sait que Bruxelles abrite une armée de lobbyistes qui dépensent des fortunes pour orienter les décisions européennes dans le sens des intérêts de la finance et des firmes , notamment agrochimiques.
Cela explique peut-être pourquoi l'étude Epilobee menée dans dix-sept pays membres de l'UE pour mesurer le taux de mortalité des abeilles domestiques entre l’automne 2012 et l’été 2013 menée dans dix-sept pays membres de l'UE , constitue une escroquerie scientifique majeure.

En effet toutes les études sérieuses INDÉPENDANTES mettent l'accent sur la nocivité évidente des pesticides.
Or , tenez vous bien , l'étude Epilobee élude complètement ce facteur !

Gérard Arnold est Directeur de recherche CNRS, spécialiste de la biologie de l’abeille domestique.

Il déclare :

L'étude présente un biais méthodologique : la Commission européenne a demandé aux auteurs de l’étude de n’analyser  que les agents biologiques sans prendre en compte les pesticides. C’est une vue très partielle des choses. Autre point faible: on ne parle que de « mortalité d’abeilles » dans l'étude. Alors qu’un des problèmes principaux dans les troubles  des abeilles, c’est l’affaiblissement des colonies d’abeilles, c’est à dire une diminution anormale du nombre d’individus dans les colonies, où il ne reste plus que la reine et des ouvrières, et où la colonie ne  récolte plus beaucoup de miel.

source


« Modifié: 18 avril 2014 à 21:25:26 par Here and Now »
IP archivée

katchina

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 18515
Re : Les abeilles meurent par milliards... la Terre en danger
« Réponse #74 le: 18 avril 2014 à 09:59:43 »

L'Etude Epilobee


En Europe, le déclin des abeilles frappe lourdement les pays du Nord

Phénomène mondial observé depuis le milieu des années 1990, le déclin des abeilles, insectes pollinisateurs indispensables à 84 % des végétaux cultivés en Europe, n'avait jamais été précisément évalué au sein de l'Union. C'est désormais chose faite avec l'étude « Epilobee », dont les premières conclusions devaient être présentées lundi 7 avril à Bruxelles.

Les résultats de cette enquête, menée dans dix-sept Etats membres, montrent que les pays du nord de l'Europe sont frappés par des mortalités très supérieures à celles qui touchent le pourtour méditerranéen. En cumulant les mortalités hivernales et estivales, la Belgique apparaît comme le territoire le plus touché, avec un taux de mortalité de 42,5 %, suivie de près par le Royaume-Uni (38,5 %), la Suède (31,1 %), la Finlande (29,8 %) et la France (27,7 %). Ces résultats confirment la mauvaise santé des pollinisateurs.

A l'inverse, le problème semble moins inquiétant qu'attendu dans plusieurs pays du Sud comme la Grèce (9,1 %), l'Italie (7,6 %) ou l'Espagne (16,3 %). Dans ce tableau disparate, la France apparaît comme le pays où la mortalité est, de loin, la plus élevée au cours de la saison apicole : 13,6 %, contre moins de 10 % dans tous les autres pays étudiés. La production de miel y a chuté de moitié depuis les années 1990.

UN RAPPORT DE 30 PAGES SANS LE MOT « PESTICIDE »...

Financée par Bruxelles à hauteur de plus de 3 millions d'euros et pilotée par l'Agence de sécurité sanitaire française (Anses), l'étude est de dimension inédite. Elle a mobilisé plus de 1 300 inspecteurs qui ont visité à trois reprises, entre l'automne 2012 et l'été 2013, près de 3 300 ruchers totalisant quelque 32 000 colonies d'abeilles.

« Epilobee est originale par son envergure et par sa volonté d'appliquer des méthodes harmonisées à l'échelle de l'Europe, se félicite Axel Decourtye (Réseau des instituts des filières agricoles et végétales). L'abeille est restée trop longtemps orpheline d'un réseau de surveillance fonctionnel. Grâce à ce dispositif, l'ampleur des problèmes que nous connaissons en France est révélée une nouvelle fois : environ un tiers des colonies suivies meurt dans l'année ! »

Le moratoire partiel sur quatre insecticides problématiques, décidé par Bruxelles et entré en vigueur en décembre 2013, est trop récent pour avoir eu un impact sur les résultats.

A chaque visite, les mortalités ont été relevées, mais aussi la présence des principaux pathogènes de l'abeille comme les parasites varroa ou noséma.

En revanche, aucune mesure de pesticides n'a été faite dans les ruches analysées. Un point qui suscite des critiques acerbes dans la communauté scientifique : « Cette étude est un peu étrange, ironise l'apidologue David Goulson, professeur à l'université du Sussex (Royaume-Uni). Ils dépensent plus de 3 millions d'euros pour étudier la santé de l'abeille et ne mentionnent même pas le mot “pesticide” ! »

De fait, le mot est absent des trente pages du rapport publié. « Le protocole choisi ne considère qu'une seule catégorie de facteurs pouvant causer des troubles de l'abeille : les agents pathogènes et les parasites, renchérit l'apidologue Gérard Arnold, directeur de recherche au CNRS. Si on ne recherche que des agents infectieux, on ne risque pas de trouver des résidus de pesticides. Ce choix est politique, pas scientifique. »

« Nous nous sommes accordés avec la Commission pour élaborer, sur les deux premières années, une méthode d'évaluation robuste de la santé des colonies, afin de pouvoir comparer les pays, répond Gilles Salvat, directeur de la santé animale à l'Anses. Si nous avions d'emblée effectué un très grand nombre de prélèvements et d'analyses supplémentaires, le coût aurait été prohibitif. A l'avenir, des études plus ciblées seront faites. »

MORTALITÉ ET AFFAIBLISSEMENT DES COLONIES

En l'état, les résultats semblent déjà exclure la responsabilité unique des pathogènes naturels dans les mortalités relevées. « En France, les maladies recensées lors de la visite estivale des ruches sont à un niveau très bas : 1,5 % pour la loque américaine, 1,2 % pour le varroa et moins de 1 % pour la noséma », estime un chercheur qui a requis l'anonymat. Ce dernier regrette aussi que l'environnement des ruchers sélectionnés ne soit pas précisément décrit (zone de grandes cultures, etc.), ce qui rend impossible la recherche de liens éventuels entre les mortalités et les types d'agriculture pratiqués près des ruches.

En outre, M. Arnold relève que seule la mortalité des colonies a été retenue, un choix qui minimise la gravité de la situation. « Il faudrait aussi prendre en compte l'affaiblissement des colonies, dit le chercheur, car des populations faibles donnent peu de récoltes, ce qui est préjudiciable pour les apiculteurs. »

source
IP archivée
J'veux du soleil dans ma mémoire