Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Auteur Sujet: Les abeilles meurent par milliards... la Terre en danger  (Lu 18437 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

katchina

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 18289
Re : Les abeilles meurent par milliards... la Terre en danger
« Réponse #75 le: 18 Avril 2014 à 09:59:43 »

L'Etude Epilobee


En Europe, le déclin des abeilles frappe lourdement les pays du Nord

Phénomène mondial observé depuis le milieu des années 1990, le déclin des abeilles, insectes pollinisateurs indispensables à 84 % des végétaux cultivés en Europe, n'avait jamais été précisément évalué au sein de l'Union. C'est désormais chose faite avec l'étude « Epilobee », dont les premières conclusions devaient être présentées lundi 7 avril à Bruxelles.

Les résultats de cette enquête, menée dans dix-sept Etats membres, montrent que les pays du nord de l'Europe sont frappés par des mortalités très supérieures à celles qui touchent le pourtour méditerranéen. En cumulant les mortalités hivernales et estivales, la Belgique apparaît comme le territoire le plus touché, avec un taux de mortalité de 42,5 %, suivie de près par le Royaume-Uni (38,5 %), la Suède (31,1 %), la Finlande (29,8 %) et la France (27,7 %). Ces résultats confirment la mauvaise santé des pollinisateurs.

A l'inverse, le problème semble moins inquiétant qu'attendu dans plusieurs pays du Sud comme la Grèce (9,1 %), l'Italie (7,6 %) ou l'Espagne (16,3 %). Dans ce tableau disparate, la France apparaît comme le pays où la mortalité est, de loin, la plus élevée au cours de la saison apicole : 13,6 %, contre moins de 10 % dans tous les autres pays étudiés. La production de miel y a chuté de moitié depuis les années 1990.

UN RAPPORT DE 30 PAGES SANS LE MOT « PESTICIDE »...

Financée par Bruxelles à hauteur de plus de 3 millions d'euros et pilotée par l'Agence de sécurité sanitaire française (Anses), l'étude est de dimension inédite. Elle a mobilisé plus de 1 300 inspecteurs qui ont visité à trois reprises, entre l'automne 2012 et l'été 2013, près de 3 300 ruchers totalisant quelque 32 000 colonies d'abeilles.

« Epilobee est originale par son envergure et par sa volonté d'appliquer des méthodes harmonisées à l'échelle de l'Europe, se félicite Axel Decourtye (Réseau des instituts des filières agricoles et végétales). L'abeille est restée trop longtemps orpheline d'un réseau de surveillance fonctionnel. Grâce à ce dispositif, l'ampleur des problèmes que nous connaissons en France est révélée une nouvelle fois : environ un tiers des colonies suivies meurt dans l'année ! »

Le moratoire partiel sur quatre insecticides problématiques, décidé par Bruxelles et entré en vigueur en décembre 2013, est trop récent pour avoir eu un impact sur les résultats.

A chaque visite, les mortalités ont été relevées, mais aussi la présence des principaux pathogènes de l'abeille comme les parasites varroa ou noséma.

En revanche, aucune mesure de pesticides n'a été faite dans les ruches analysées. Un point qui suscite des critiques acerbes dans la communauté scientifique : « Cette étude est un peu étrange, ironise l'apidologue David Goulson, professeur à l'université du Sussex (Royaume-Uni). Ils dépensent plus de 3 millions d'euros pour étudier la santé de l'abeille et ne mentionnent même pas le mot “pesticide” ! »

De fait, le mot est absent des trente pages du rapport publié. « Le protocole choisi ne considère qu'une seule catégorie de facteurs pouvant causer des troubles de l'abeille : les agents pathogènes et les parasites, renchérit l'apidologue Gérard Arnold, directeur de recherche au CNRS. Si on ne recherche que des agents infectieux, on ne risque pas de trouver des résidus de pesticides. Ce choix est politique, pas scientifique. »

« Nous nous sommes accordés avec la Commission pour élaborer, sur les deux premières années, une méthode d'évaluation robuste de la santé des colonies, afin de pouvoir comparer les pays, répond Gilles Salvat, directeur de la santé animale à l'Anses. Si nous avions d'emblée effectué un très grand nombre de prélèvements et d'analyses supplémentaires, le coût aurait été prohibitif. A l'avenir, des études plus ciblées seront faites. »

MORTALITÉ ET AFFAIBLISSEMENT DES COLONIES

En l'état, les résultats semblent déjà exclure la responsabilité unique des pathogènes naturels dans les mortalités relevées. « En France, les maladies recensées lors de la visite estivale des ruches sont à un niveau très bas : 1,5 % pour la loque américaine, 1,2 % pour le varroa et moins de 1 % pour la noséma », estime un chercheur qui a requis l'anonymat. Ce dernier regrette aussi que l'environnement des ruchers sélectionnés ne soit pas précisément décrit (zone de grandes cultures, etc.), ce qui rend impossible la recherche de liens éventuels entre les mortalités et les types d'agriculture pratiqués près des ruches.

En outre, M. Arnold relève que seule la mortalité des colonies a été retenue, un choix qui minimise la gravité de la situation. « Il faudrait aussi prendre en compte l'affaiblissement des colonies, dit le chercheur, car des populations faibles donnent peu de récoltes, ce qui est préjudiciable pour les apiculteurs. »

source
IP archivée
J'veux du soleil dans ma mémoire

justebienlibre

  • juste bien libre
  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 493
  • merci
Re : Les abeilles meurent par milliards... la Terre en danger
« Réponse #76 le: 10 Mars 2015 à 17:49:02 »

Comme nos politiques s'en foutent vue les dernières décisions achetez du miel et non de l'or au moins cela se mange.
Voici l'avis de gens au cœur du sujet:
http://www.sudouest.fr/2015/03/09/hecatombe-apicole-1852867-813.php
" Phénomène inédit, la mortalité a atteint 50 à 100 % dans certains ruchers. Des apiculteurs témoignent ."
IP archivée
la liberté s'arrête là où celle des autres commence

katchina

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 18289
Re : Les abeilles meurent par milliards... la Terre en danger
« Réponse #77 le: 15 Mars 2016 à 23:31:16 »

Le Foll refuse d'interdire les insecticides tueurs d'abeilles

Des organisations ont appelé à voter "l'interdiction totale des produits à base de néonicotinoïdes", sans obtenir le soutien du ministre de l'Agriculture.

SOURCE AFP - Publié le 15/03/2016 à 16:18 - Modifié le 15/03/2016 à 16:33 | Le Point.fr

Dans une lettre adressée aux députés, Stéphane Le Foll encourage les parlementaires à éviter "l'interdiction brutale" des insecticides néonicotinoïdes dans le projet de loi sur la biodiversité qui doit être débattu cette semaine à l'Assemblée. L'approche du ministre n'est pas de "multiplier les normes ou les interdictions brutales", car au contraire "c'est la transition vers une transformation des systèmes de culture dans leur ensemble qui nous permettra de réduire l'usage aujourd'hui nécessaire de certains produits", explique-t-il dans cette lettre datée du 11 mars dont l'Agence France-Presse a obtenu copie mardi.

Stéphane Le Foll veut éviter les "distorsions entre les agriculteurs français et le reste des agriculteurs européens" en interdisant ces substances en France uniquement. Cette action "doit se conduire au bon niveau, au niveau européen, et en tenant compte des alternatives agronomiques disponibles pour lutter efficacement contre les ravageurs des cultures", argumente-t-il.

Le pesticide le plus toxique pour les ouvrières

Car, selon lui, "la nécessaire protection insecticide des cultures se ferait, en cas d'interdiction généralisée des néonicotinoïdes, par des voies alternatives qui ne présentent aucune garantie supplémentaire pour les pollinisateurs, bien au contraire". "La solution qui consisterait à interdire tous les usages de produits contenant des néonicotinoïdes en France pourrait se traduire, en fait, par un recul de la politique que mène le gouvernement pour protéger les pollinisateurs, domestiques ou sauvages, et pour réduire le recours aux produits phytosanitaires", ajoute le ministre.

Stéphane Le Foll précise également dans sa lettre que la hausse de 9,4 % des ventes de produits phytosanitaires entre 2013 et 2014 était "due à une augmentation des ventes d'herbicides et de fongicides", mais que "le recours aux néonicotinoïdes baisse de 3 à 4 % en moyenne entre 2011 et 2014". Selon l'Union nationale de l'apiculture française (Unaf), une centaine de produits phytosanitaires contient des néonicotinoïdes alors qu'il n'existe pas de famille de pesticides plus toxique pour les abeilles en exposition chronique.

"Protéger l'abeille, c'est protéger l'homme. Pas d'OGM dans mon miel"

Seize organisations apicoles, agricoles et environnementales, dont l'Union nationale de l'apiculture française (Unaf), ont appelé mardi les députés à voter "l'interdiction totale des produits à base de néonicotinoïdes", ces insecticides "tueurs d'abeilles", lors d'un rassemblement près de l'Assemblée nationale. Ce rassemblement symbolique, qui a réuni une trentaine de personnes dont deux anciennes ministres députées écologistes, s'est tenu sur l'esplanade des Invalides alors que les députés entament ce mardi l'examen en deuxième lecture du projet de loi sur la biodiversité.

"Un monde sans néonicotinoïdes est possible, un monde sans abeilles NON", pouvait-on lire sur une banderole. D'autres manifestants portaient des pancartes affirmant "Sauvons les abeilles" ou "Protéger l'abeille, c'est protéger l'homme. Pas d'OGM dans mon miel". Outre celles de l'Unaf et de la Fédération française des apiculteurs professionnels (FFAP), des délégations de la Confédération paysanne et de plusieurs ONG environnementales (Fondation Nicolas Hulot, WWF, Greenpeace, France Nature Environnement, Générations Futures, Ligue de protection des oiseaux...) ont participé au rassemblement.

Un taux de mortalité de 50 à 80 %

Plusieurs députés écologistes étaient également présents, dont Noël Mamère, François de Rugy et les ex-ministres Delphine Batho et Cécile Duflot, aux côtés du président PS de la commission du Développement durable de l'Assemblée, Jean-Paul Chanteguet. "Vous pouvez compter sur notre détermination à aller jusqu'au bout", a déclaré Mme Batho, affirmant que "ce ne sont pas les lobbies", comme les firmes produisant les pesticides néonicotinoïdes, "qui doivent faire la loi en France".

L'interdiction des produits néonicotinoïdes avait été votée en première lecture à l'Assemblée en mars 2015, contre l'avis du gouvernement, mais le Sénat était revenu dessus en janvier, tout en prévoyant un encadrement de leur usage. Les abeilles connaissent depuis les années 90 un taux de mortalité élevé : 30% en moyenne, parfois 50 à 80 %. Cette surmortalité est attribuée à des parasites, comme le frelon asiatique, et à l'usage de pesticides, en particulier des insecticides de la classe des néonicotinoïdes.

Plusieurs études ont mis en évidence l'effet des néonicotinoïdes qui désorientent les abeilles, les empêchant de retrouver leur ruche, et contaminent durablement l'environnement. La réglementation sur les néonicotinoïdes relève de la compétence de l'Union européenne mais l'État français est souverain pour interdire ou autoriser les produits qui en contiennent. Une centaine de produits à base de néonicotinoïdes sont autorisés en France.

source
IP archivée
J'veux du soleil dans ma mémoire

Paulo

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4405
Re : Les abeilles meurent par milliards... la Terre en danger
« Réponse #78 le: 16 Mars 2016 à 20:07:24 »

Des excuses bidons, totalement incapable de prendre la moindre décision concrète, et un argumentaire abscons afin de paraitre fallacieusement compétent. C'est totalement dans la teneur de ce gouvernement et des précédents, à savoir l'immobilise et gagner du temps en vue des prochaine élection.

Il nous explique que c'est trop compliqué, sauf que c'est trop compliqué pour sa petite tête, et surtout il n'a aucun courage.

Pendant ce temps, je suis souvent à la campagne, et les abeilles complètement paumées qui cherchent leur ruches avec un comportement anormal, j'en voie tout les jours.  :(
IP archivée
Comme d'habitude, si vous même ou vos collaborateurs étaient capturés ou tués, le Département d'État niera vous avoir donné un conseil aussi con.

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • En ligne En ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 14313
Re : Les abeilles meurent par milliards... la Terre en danger
« Réponse #79 le: 01 Mai 2018 à 00:44:51 »

Cette fois l'Europe aurait fini par voter l'interdiction des néonicotinoïdes.
Mais la procédure était comme un parcours du combattant.
C'est quoi cette instance qui s'est substituée à notre pouvoir de décision national ?

Il a fallu que la décision française réussisse à l'emporter par un vote de 65%
pour prendre une décision concernant l'usage de son propre sol !
IP archivée
On n'est jamais si bien trahi que par ses amis les plus prôches.
Protégez-moi de mes amis, mes ennemis je m'en charge..
http://cryonautes.com - http://protocole-oracle.com

Capitaine Renard

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1085
  • Tengu Zen'
Re : Les abeilles meurent par milliards... la Terre en danger
« Réponse #80 le: 17 Mai 2018 à 17:39:50 »

La disparition des abeilles suit son cours tragique. Après 3.000 ruches décimées à cause de substances chimiques en Dordogne, un apiculteur bio de l’Ariège vient également de subir les conséquences de ces produits. En cause notamment, le fongicide Voxan, utilisé par un agriculteur voisin pour traiter son champ. Deux millions d’abeilles tuées.

Les abeilles sont plus menacées que jamais par les substances chimiques. On apprenait en début de semaine, sur Franceinfo, qu'il y aurait plus de 3.000 ruches dévastées en Dordogne liées à cause de pesticides néonicotinoïdes. Cette fois, ce sont les 24 ruches d'un apiculteur bio basé en Ariège, faisant partie du groupe Natur Miel, qui ont été décimées accidentellement par le fongicide Voxan. En effet, comme nous le raconte Nicolas Puech, l'apiculteur touché, «nos abeilles étaient au bord d'un champ de blé où le propriétaire a pulvérisé un fongicide du nom de Voxan, qui n'est pas nocif en lui-même pour l'abeille. En outre, le fongicide mélangé à d'autres substances a créé un cocktail mortel pour les abeilles. Près de deux millions d'abeilles ont été tuées.


source : >> En Ariège, un cocktail de subtances chimiques tue 2 millions d'abeilles (sputniknews.com)
IP archivée

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • En ligne En ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 14313
Re : Les abeilles meurent par milliards... la Terre en danger
« Réponse #81 le: 17 Mai 2018 à 17:58:13 »

La planète gérée par les humains devient invivable pour les abeilles.
Elles sont condamnées à disparaître. C'est dommage parce qu'elles jouent un rôle essentiel
dans la chaîne de nos ressources alimentaires.
Alors combien de temps nous reste-t-il après avoir vidé la dernière boîte de conserves ?
IP archivée
On n'est jamais si bien trahi que par ses amis les plus prôches.
Protégez-moi de mes amis, mes ennemis je m'en charge..
http://cryonautes.com - http://protocole-oracle.com