Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !

Auteur Sujet: Le craquage  (Lu 463 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

J_O

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 36
Le craquage
« le: 10 mars 2011 à 02:40:15 »


Le craquage



Il en avait marre de vivre.

Pas d'idée de suicide là dedans. Seulement marre de se mentir à lui-même.
Marre de faire semblant, marre de ce cirque. Le point de non retour allait être franchit.
Plus de retour en arrière possible. Plus de cache cache avec soi-même.
Plus de mensonges, qui rongent et rendent fous. Plus de rage contenue.
Plus de haine assourdie, exprimés en cri rendus inaudible par peur des autres.
Plus de tout cela.

Le moment était venu de tout foutre en l'air, brûler toute les illusions, déchirer tous les voiles, extirper la réalité de cette illusion. Faut-il se crever les yeux pour voir au delà du mensonge ?
Alors que tout s'effondre autours de lui, seuls restera ce qui compte.
Toute la frustration, la colère, la haine, se répandait hors de lui, déchirant la réalité.
A ce moment, le monde le hait. L'univers le crains.

Car plus rien ne le touche. Plus aucune crainte ne parcours son être, plus aucune emprise ne l'atteint.
Et les créatures le haïssent. Chaque chose le déteste. Car il est là, à tout détruire, par le simple fait de ne plus vouloir soutenir leurs existences.
Il est même trop tard pour les hommes. Leur désespoir est total alors que l'apocalypse est entré en contacte avec leurs vie.
Tout disparait. L'univers agonise.

Il est toujours là. Autour de lui flotte ça et là des morceaux de réalité que sa haine a oublié. Et bientôt, il  n'y a plus rien.
Il n'est pas mort, car elle même fût lacérée et écartelée, réduite en poussière, et oubliée.
Le voici, au milieu du néant. Il n'y avait plus rien, il n'y avait plus que lui. Tout était lui, et il n'y avait rien.
Le temps venait de s'éteindre. Les grains du sablier se dispersèrent si loin que bientôt fût oublié le temps.
Mille ans passèrent en une seconde.

Il était toujours là. Dernier vestige d'un Univers auquel il avait appartenu. Mais il n'est jamais resté seul.
Et voilà qu'une voix s'éleva de l'abysse. Et une autre.
Et une vague immense vint s'écraser à ses pieds. Une bulle titanesque éclata.
Il y avait un Univers intérieur. Et quand il fût soulagé de tout, se répandit hors de lui son Univers.
La terre gronda, Un tonnerre assourdissant brûla le ciel.
Une voix sortit de l'océan. Une autre descendit du ciel. Une autre résonna à travers les roches et la terre.
Une dernière se fît entendre, la sienne. Ensemble, elles conversèrent.

IP archivée
Imaginer Dieu est difficile,
Imaginer le Néant l'est encore plus.