Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Auteur Sujet: Les Horizons pluriels  (Lu 2014 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Gemini IV

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 93
Les Horizons pluriels
« le: 26 Novembre 2011 à 20:50:47 »


Bonjour,

Je me permets de placer ce  message dans cette partie du forum intitulée "projet en cours", car tel est bien ce qui en constitue le contenu.
 J'ai entrepris l'écriture d'un ouvrage de philosophie sur le phénomène OVNI, dont le titre final sera probablement "Les Horizons pluriels". J'enseigne la philosophie des sciences dans une école d'ingénieur à Toulouse, à quelques centaines de mètres du CNES.
J'ai mis les quelques lignes introductives de ce projet sur mon blog, en y reprenant le titre "Science interdite" de Jacques Vallée. Si vous souhaitez réagir au contenu de ces quelques lignes, j'en serai très intéressé, car en ce sujet plus qu'en tout autre, l'échange, serein et argumenté, est primordial.

C'est ici:

http://philippe-solal.over-blog.com/article-sience-interdite-90060327.html


Cordialement
IP archivée

Apollo37

  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 7
Re : Les Horizons pluriels
« Réponse #1 le: 27 Novembre 2011 à 00:22:18 »

Bonjour,
Je pense que vous vous trompez qu sujet de "la durée extrêmement longue que nécessiterait tout voyage d’un système planétaire à un autre, même en supposant que ces vaisseaux puissent se mouvoir à des vitesses proches de celle de la lumière."
En effet des calculs relativistes démontrent que quelques jours suffisent pour rejoindre Proxima centauri.
Le problème est l'énergie nécessaire pour pouvoir atteindre des vitesses un peu inférieures à celle de la lumière, puis à l'inverse perdre cette énergie, car on oublie trop vite qu'il le faut aussi avant d'atterrir. Un autre problème sera celui du facteur de charge gigantesque imposé aux occupants du vaisseau et au vaisseau lui-même.

Edit :
Citer
"Seul échappe à cette hétérogénéité le couple monstration-furtivité, ou pour le dire autrement, le fait que dans un même mouvement, le phénomène se montre et se cache ou s’enfuit, ce qui est pour nous l’expérience même de la contradiction[4]. Cette contradiction serait a priori le seul fait universel partout constaté, et par conséquent celui dont on doit partir si l’on veut tenter d’appliquer les cadres de la connaissance à ce domaine d’investigation. "

source
écrivez-vous


C'est une constatation sur laquelle je ne m'étais jamais attardé, ou du moins suffisamment.
Mais...est-ce justement une constatation ?
Car il existe une différence entre fuite, départ ou disparition d'un phénomène.
Également, ce qui nous paraît montré peut ne pas relever d'une intention. Et vice-versa.

modération : post remis en forme conformément au règlement.
remarques désobligeantes supprimées
« Modifié: 27 Novembre 2011 à 01:11:45 par katchina »
IP archivée

Gemini IV

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 93
Re : Les Horizons pluriels
« Réponse #2 le: 27 Novembre 2011 à 01:08:17 »

Merci Appolo, de ces deux remarques concernant cet avant propos, que je vais méditer. Et tu n'as pas à t'excuser de les faire, surtout si elles sont intelligentes !

Merci encore! :D
IP archivée

elevenaugust

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 3397
  • APPONO ASTOS
Re : Les Horizons pluriels
« Réponse #3 le: 27 Novembre 2011 à 06:09:20 »

Bonjour Gemini IV! :)

Excellente introduction et voilà un angle sous lequel le phénomène OVNI est rarement, pour ne pas dire jamais, abordé.

Deux remarques sur deux points précis, si vous le permettez:

1- Si la science ne peut a priori que s’absenter du débat sur les OVNI, à quel type d’activité l’ufologie peut-elle légitimement prétendre ?

A priori, effectivement, car la science a, à mon avis, tout intérêt à s'intéresser au phénomène; cela était déjà le cas lors du symposium de Pocantico du 04/10/1997, organisé à l'initiative de Rockfeller (et chapeauté par Sturrock) et auquel ont participé quatre Français: Louange, Velasco, Vallée et Veyret. Ce symposium avait pour but de reprendre les conclusions du rapport Condon et (d'après Louange) d'essayer de contredire une des conclusions qui disait en substance que le phénomène OVNI ne valait pas la peine d'être étudié scientifiquement.
Grâce au travail de fond de diplomate de Peter Sturrock, il a pu s'achever sur un consensus qui était loin d'être fait d'avance, tant les points de vue divergeaient au départ.
Je ne vais pas rentrer en détails ici sur les travaux exposés alors, mais vous trouverez le rapport complet en Anglais ICI
Je vous engage à le lire entièrement, tant il me semble se rapporter parfaitement à votre sujet.

Comprendre et maîtriser les nombreux outils que nous offre la science nous permet, à mon sens, de bien mieux appréhender le phénomène OVNI et, en particulier, de ne pas se laisser berner ni par nos propres sens, ni par les tentatives (souvent maladroites) de tromperie.
C'est ce que certains font très bien dans le milieu ufologique depuis longtemps et ce que je m'efforce moi-même, à mon modeste niveau, d'apporter de façon aussi pédagogique que possible sur tous les forums anglophones et francophones traitant du sujet.

2- On ne peut plus guère s’appuyer sur l’analyse des photographies et même des vidéos censées avoir « capturé » un OVNI, car ces éléments sont aujourd’hui grandement disqualifiés par le progrès des logiciels de trucage, et ceux de la CGI, qui rendent toute prise de vue, toute vidéo a priori suspectes.

Là encore, nous sommes en plein dans le vif du sujet et, même si, comme vous le faites remarquer très justement, les progrès technologiques abondent dans le sens des faussaires, j'estime que ce n'est pas une raison pour baisser les bras et être condamné au seul travail ingrat de collecte et d'observation.
Il est tout à fait possible de se servir de cette même technologie pour contre-carrer les objectifs desdits faussaires et il existe de formidables outils qui sont, tout en s'appuyant sur une certaine connaissance de la science, à même d'aider le chercheur volontaire à y parvenir.
J'ai d'ailleurs entamé un travail de fond sur ce sujet depuis le début de l'année et vous trouverez 4 pages de discussions à ce propos ICI, là encore, il me semble que pour vous aider dans l'élaboration de votre ouvrage, s'appuyer sur ce travail serait un plus.

Je conçois ceci dit tout à fait que la "guerre" n'est pas gagné et qu'il y aura toujours des petits malins pour trouver des moyens "tordus" pour truquer des photos/vidéos, mais en utilisant les outils adéquats, le champ des inconnus est tout de même grandement restreint et en tout cas bien davantage que si l'on ne faisait rien.

Pour terminer ce bref aparté, je dirais que l'éducation et la pédagogie sont indissociables, à mon sens, de toute approche sérieuse du phénomène, tant les erreurs d’interprétation, les méprises, les techniques (simples ou pas) de trucages sont nombreuses et fréquentes et, surtout, appréhendées, interprétées et comprises (à tort) par la majorité des gens comme étant inexpliquées donc inexplicables.
Si cela peut vous aider, j'ai pléthore, dans mes dossiers, de "cas" d'observation d'OVNIs ne se révélant après analyse (c'est parfois un mot un peu fort) n'être que des insectes passant devant l'objectif, des confusions avec des ballons, des phénomènes de "Lens Flares", etc etc....
Rares sont les cas qui résistent vraiment à la fois à une enquête poussée et à une analyse sérieuse, et lorsque c'est le cas et qu'il existe assez d’éléments dans le dossier (parfois le manque d'informations ne permet pas de se prononcer), alors ce sont des cas passionnants qui feront soit avancer nos connaissances scientifiques (je pense en particulier au phénomène relativement récent et impressionnant des "jumping sundogs") soit resterons inexpliqués.

Au plaisir de vous lire! :)
IP archivée
IPACO, le nouvel outil destiné aux analyses photos et vidéos d'ovnis est en ligne: www.ipaco.fr

Gemini IV

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 93
Re : Les Horizons pluriels
« Réponse #4 le: 28 Novembre 2011 à 12:34:08 »


Bonjour Elevenaugust, et merci infiniment de votre message,


Ce que vous écrivez, et les remarques que vous avez pris la peine de développer, sont pour moi d'une grande importance, et me font penser que j'ai eu raison de prendre le "risque" de communiquer sur ce travail, dans le cadre de ce forum. Je ne pourrais pas maintenant (par manque de temps) rebondir sur vos propres remarques, très documentées, mais vous avez parfaitement perçu l'objectif que je poursuis.

Ces quelques lignes introductives ne révèlent aucun "scoop"  (que je n'ai pas!) et tentent d'éviter tout dogmatisme. Je m'efforce de développer un propos d'épistémologue avec la réflexion et les outils propres à la philosophie. Je ne dis pas que cela n'a jamais été tenté, mais je bénéficie ici, à Toulouse, d'un environnement scientifique assez exceptionnel, pour donner à cette tentative un tour nouveau. J'ai la chance de pouvoir discuter en tête à tête avec un certain nombre de personnes que je cite dans mon introduction que j'ai pu d'ailleurs leur soumettre, et j'espère (si elles lisent ces lignes) qu'elles ne prendront pas ombrage de les avoir diffusées ici.

Ce qui me frappe c'est la grande variété de remarques et/ou d'objections que ce petit texte introductif a suscité, alors même qu'il ne propose, au fond, qu'un "état des lieux" assez banal, preuve une nouvelle fois que le sujet ne possède pas même les fondations minimales pour ce qu'on appelle en philosophie  "la communication croisée des savants".

Je répondrais plus en détail à votre message sous peu.

Bien à vous.
IP archivée