Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Auteur Sujet: "Céline" (1992) - Jean-Claude Brisseau et ses films  (Lu 1673 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Aliph

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 181
"Céline" (1992) - Jean-Claude Brisseau et ses films
« le: 07 Février 2012 à 20:01:13 »

Qui connaît et a vu les films de Jean-Claude Brisseau ?
Beaucoup connaissent probablement Brisseau pour « Noce blanche » (1989), qui a révélé Vanessa Paradis (le plus diffusé, mais à mon sens, pas son meilleur), et peut-être pour « De bruit et de fureur ».
Il a défrayé la chronique récemment pour avoir eu des ennuis judiciaires suite à des plaintes pour harcèlement sexuel ou assimilé, mais je ne pense pas qu’il faille faire rejaillir cela sur l’ensemble de son œuvre. Perso, je l’ai un peu perdu de vue depuis ces derniers films, justement, mais avec le recul, j’adore sa « première période » :
« La vie comme ça » (1978), « Un jeu brutal » (1982), « De bruit et de fureur » (1988) et « Céline » (1992).
Des films très réalistes qui, comme « De bruit et de fureur », anticipent sur les problèmes politiques et sociaux liés aux banlieues, par exemple (ce qui valut à Brisseau d’être « black-listé » à l’époque dans les médias). Mais où surgit toujours l’inexplicable, le mystique, l’étrange, le fantastique, discrètement mais sûrement, dans notre réalité quotidienne…
Si « De bruit et de fureur » est un film coup de poing, assez pessimiste, « Céline » est un film lumineux, optimiste… et somme toute assez peu connu.
(Enfin, maintenant, le DVD est sorti depuis quelques temps, mais il y a encore plusieurs années, il fallait s’accrocher pour le retrouver en vidéo, en diffusion télé ou autre… J’en ai parlé sur d’autres forums « spécial cinéma », comme ici : http://www.resonance-online.com/article.php?fiche=4309
mod: Page non trouvée.

Je vais donc surtout vous parler de celui-là pour commencer et lancer le sujet.

L’histoire :
En à peine 24 h00, Céline (Isabelle Pasco) a tout perdu : son père (qui meurt), sa famille (elle apprend qu’elle était une enfant adoptée), sa fortune (elle refuse sa part d’héritage) et son fiancé (qui la quitte alors).
Elle n’est plus rien.
Déprimée et au bord du suicide, le hasard (ou la providence ?) va mettre sur son chemin une infirmière, Geneviève (Lisa Hérédia), qui va l’aider, grâce au yoga et à la méditation.
Et peu à peu, grâce à sa « guide », la petite Céline va monter de plus en plus haut : guérir d’abord, en retrouvant le goût de la vie, puis s’engager sur le chemin de l’Eveil spirituel, au point d’expérimenter des expériences « paranormales » (prémonition, dédoublement, etc…).
Partie de rien, elle finira par devenir Tout, et ressentir l’appel du divin.
Ça vous parle ?
« Modifié: 14 Novembre 2012 à 14:26:32 par lilou »
IP archivée

Killian

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 65
Re : "Céline" (1992) - Jean-Claude Brisseau et ses films
« Réponse #1 le: 12 Mars 2014 à 18:48:40 »

Oui, un film magnifique… Je me souviens lors de sa sortie en 92, je me promenais avec ma femme et nous sommes entrés par "hazard" dans un cinéma voir ce film que nous ne connaissions absolument pas, attirés uniquement par le visage reposant d‘Isabelle Pasco sur l‘affiche.
Ma femme était dans une mauvaise période psychologiquement et franchement cet "ovni cinématographique" sorti de nulle part est tombé à pic… Ma femme en a fait son film de chevet et moi je le hisse  au rang de mes 10 films préférés comme "les ailes du désir" de Wenders …
Nous avons essayé de regarder d’autres films de lui, mais nous n’avons pas accroché du tout… Je pense que "Céline" reste un film d’exception dans son parcours, un film véritablement touché par la grâce…
Voilà pour relancer un sujet posté il ya 2 ans  :)
IP archivée

Aliph

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 181
Re : "Céline" (1992) - Jean-Claude Brisseau et ses films
« Réponse #2 le: 23 Décembre 2017 à 18:25:39 »

Comme on dit, Killian : mieux vaut tard que jamais ! ;-)

Alors à propos, pour celles et ceux que ce film intéresserait, un généreux internaute vient de le mettre en visionnage direct et intégral à ce lien :



Et ici, en 5 minutes, une brève présentation de ce film par un commentateur cinéphile ( Philippe Le Guay ) :


 
IP archivée