Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !

Auteur Sujet: Organisation d'une dictature américaine pour attaquer l'Iran  (Lu 3488 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

mu_tron

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1071

20 juillet 2007

L’ancien secrétaire d’état au Trésor de Reagan redoute une dérive autoritaire de l’administration Bush qui planifierait une opération contre l’Iran. Avec l’échéance des élections se rapprochant, Roberts pense que Bush et Cheney vont se lancer dans une fuite en avant pour tenter de provoquer un réflexe patriotique qui rassemblerait autour d’eux l’opinion américaine.


http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1194
IP archivée

electra

  • Invité
Organisation d'une dictature américaine pour attaquer l'Iran
« Réponse #1 le: 25 juillet 2007 à 23:52:07 »

Comme c'est beau l'utopie hein !
IP archivée

Baldwarf

  • Invité
Organisation d'une dictature américaine pour attaquer l'Iran
« Réponse #2 le: 27 juillet 2007 à 21:04:19 »

Ouais...

Moi je dis que ce n'est même pas une surprise. Un scoop peut-être mais pas une surprise, vu la mentalité de Bush. De toutes façons, on commence à avoir l'habitude après Pearl Harbor, le Tonkin, le 11/09 et la psychose de l'antrax, franchement çà ne me surprend même plus.

Vivement la fin 2008, que les électeurs américains foutent cette bande de gangsters d'Etat hors d'état de nuire parce-que ce monde militaro-médiatique commence à vraiment sentir le moisi  :evil: .

Serait-ce la fin de de "l'ère américaine" :?:
IP archivée

mu_tron

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1071
Organisation d'une dictature américaine pour attaquer l'Iran
« Réponse #3 le: 28 juillet 2007 à 23:56:02 »

Une explication parmi d'autres:

modération : la vidéo google n'existe plus

outre le fait que les moyen-orientaux ont la tendance --facheuse pour les américains-- de vouloir se passer du dollar...
« Modifié: 30 décembre 2012 à 00:00:11 par katchina »
IP archivée

Fredouille

  • Invité
Organisation d'une dictature américaine pour attaquer l'Iran
« Réponse #4 le: 29 juillet 2007 à 12:44:13 »

Je me souviens que, dès l'attaque sur l'Afghanistan, j'ai entendu par hasard sur les ondes courtes (sur une radio Iranienne) que Bush "une fois fini avec l'Afghanistan, irait en Irak puis en Iran".
Ca a l'air de se confirmer...
IP archivée

Baldwarf

  • Invité
Organisation d'une dictature américaine pour attaquer l'Iran
« Réponse #5 le: 30 juillet 2007 à 15:11:00 »

Oui, moi aussi j'ai entendu parler de ce "planning de guerres" de l'administration Bush il y a déja quelques temps.
Mais aujourd'hui, après l'enlisement des troupes US en Irak devenu très impopulaire au pays, je ne pense pas que Bush s'aventure en Iran comme çà. Même après des attentas aussi graves soient-ils, je pense que la couleuvre ne passerait pas comme en 2001...

... A moins d'instaurer un Etat policier repressif, une sorte de dictature soft appuyée par une propagande télévisuelle exacerbée. Je pense que c'est plutôt un risque pour les Américains que pour les Iraniens. Je pense que Bush n'a plus assez de temps devant lui ni assez d'effectifs militaires pour lancer une intervention massive en Iran. Mais peut-être des opérations commando.

Et puis intervenir en Iran provoquerait des remous diplomatiques jusqu'en Chine et en Russie, ces 3 pays entretenant une certaine "connivence".

A suivre... :x
IP archivée

vajra

  • Invité
Organisation d'une dictature américaine pour attaquer l'Iran
« Réponse #6 le: 30 juillet 2007 à 16:04:44 »

Hey !
Alors quoi somme devenue un peu "negro arabeujenecquoi "
ca rapproche NON !?
Un peu humain quoi !
Déchire ton placenta occidentale et realise que ta bannière rouge ce moque de ta face de petit européen
IL TE RESTE QUOI METRE UNE BOMBE QUELQUE PART!!!!?
Ou réfléchir si ton pays a une place dans ce monde et réfléchir a ton vote ?
la france c pas le monde m on sents asser le frommage pour que lon nous ecoute  :P
Mettre fin a la guerre ou la guerre métrât fin a l’humanité …J.K.KENNEDI

sorry  8)
IP archivée

mu_tron

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1071
IP archivée

B-h-r

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 367
Organisation d'une dictature américaine pour attaquer l'Iran
« Réponse #8 le: 23 août 2007 à 16:26:25 »

j'espère qu'il pense pas à un petit truc nucléaire...parce que pour faire plus fort que le 11/9, maintenant, faut se lever tôt...
IP archivée

mu_tron

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1071
Organisation d'une dictature américaine pour attaquer l'Iran
« Réponse #9 le: 24 août 2007 à 11:08:45 »

Citation de: "B-h-r"
j'espère qu'il pense pas à un petit truc nucléaire...parce que pour faire plus fort que le 11/9, maintenant, faut se lever tôt...


tous les experts nous "annoncent" que le terrorisme de demain sera nucléaire, chimique, bactériologique... on a pas le choix, les experts l'ont dit... certains initiés ont d'or et déjà dû contracter une assurance spécial attaque bactério ou chimio...
IP archivée

mu_tron

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1071
Organisation d'une dictature américaine pour attaquer l'Iran
« Réponse #10 le: 03 septembre 2007 à 07:40:52 »

"
Qui pousse à attaquer l’Iran ? Israël et son lobby. Le Vice Président Cheney. Le Sénateur Joe Lieberman, qui réclame depuis des mois un bombardement des casernes de la brigade Al Qods [des Gardiens de la Révolution]. Et un parti de la guerre qui connaît une disgrâce durable depuis qu’il a mené le pays dans une guerre sans raison, en lui assurant qu’il s’agirait d’une « promenade. »

Les arguments en faveur de la guerre sont à la fois de nature stratégique et politique.

Israël est terrifié à l’idée de perdre le monopole nucléaire au Moyen-Orient et veut pour prévenir cela que les USA s’engagent dans une guerre totale contre l’Iran. Le parti de la guerre craint que l’Iran puisse acquérir une arme nucléaire qui entraverait la liberté d’action des USA dans le Golfe Persique et convaincrait les états arabes que les USA appartiennent au passé, et qu’ils doivent faire des concessions avec l’Iran ou devenir eux-mêmes des puissances nucléaires.

En ce qui concerne Bush et Cheney, s’ils quittent le pouvoir sans avoir attaqué les sites nucléaires iraniens, et si l’Iran obtient une arme nucléaire, la Doctrine Bush aura été mise à mal par un Ayatollah comme par Kim Jong-Il et l’héritage historique de Bush et Cheney sera celui d’une guerre sans victoire en Irak.

Le parti de la guerre est donc à la recherche d’une raison pour lancer des frappes aériennes sur l’Iran qui déclencheraient des ripostes iraniennes sur nos forces. Ils auraient alors le casus belli recherché depuis longtemps permettant de lancer les frappes aériennes sur les installations nucléaires iraniennes.
"

suite: http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1209
IP archivée

mu_tron

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1071
Organisation d'une dictature américaine pour attaquer l'Iran
« Réponse #11 le: 03 septembre 2007 à 07:47:03 »

Selon Alexis Debat, directeur au Nixon Center dans le domaine du terrorisme et de la sécurité, le Pentagone a préparé un plan pour une attaque massive contre 1 200 cibles en Iran, destiné à annihiler les capacités militaires iraniennes en trois jours.

.../...

le président Bush a utilisé le terme d’holocauste nucléaire.

« En utilisant ces mots « d’holocauste nucléaire », M. Bush a fourni à l’état juif une justification morale pour faire ce qu’il doit faire, juge cet ancien membre de l’administration. Il rappelle ainsi l’idée du « jamais plus. » Si vous pensez qu’il pourrait y avoir un autre Holocauste, il devient moralement insoutenable de restere inactif. Il s’agit d’un terme très fort et chargé de sens. Ceux qui en Europe pensent que les néoconservateurs s’en sont allés et sont diminués feraient mieux de se raviser rapidement. »

La question israelienne est centrale dans le conflit qui s’aggrave entre l’occident et le monde arabe et musulman.

En reprenant à son compte, sans aucune distance, les mots nés du traumatisme du génocide, le président Bush joue avec le feu.

Le souci, traditionnel à l’ouest, de la sécurité d’Israel - vu comme une presqu’île occidentale au coeur d’un monde musulman hostile par nature - pourrait être compris à travers une grille de lecture de realpolitik de puissance soucieuse de disposer d’un allié obligé au coeur d’une région rétive et gorgée d’un pétrole indispensable.

Faut-il préciser que cette vision du monde n’est pas la nôtre ?

Mais il ne s’agit pas de cela ici. La concomitance de mots aussi chargés de symboles que ceux d’holocauste et de nucléaire est d’une autre nature.

En adoptant le vocabulaire du Likud et des Likudniks, Bush pêche contre toute raison. Il se fait l’avocat des visions les plus sombres, les plus extrêmes, dans lesquelles n’existent aucune perspective de dialogue, de réconciliation, ni aucune possibilité de paix future.

Qu’au plus profond de la conscience des juifs d’Israel, la crainte d’une nouvelle annihilitation soit présente - et que cette terreur latente alimente l’extrémisme et le refus de la paix - est incontestable. La vision profondemment nihiliste d’un Benny Morris en est l’une de ses manifestation les plus évidentes.

Mais lorsque le poids lourd des chefs d’états de l’occident la reprend à son compte, soit pour des raisons politiciennes, soit parce qu’il ne serait finalement que « l’idiot inspiré » que tout le monde redoute, le pire est à craindre.

http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1211
IP archivée

mu_tron

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1071
Organisation d'une dictature américaine pour attaquer l'Iran
« Réponse #12 le: 03 septembre 2007 à 08:26:44 »

Pour ne pas oublier que la France est un clone vassalisée des Etats-Unis (mais pas le peuple français; hormis les aliénés à TF1 et France machin):

"
En toute logique, si le peuple ne gagne pas demain ce combat, nous allons assister en France à la mise en place d'un discret mais efficace Etat policier. Une dictature orwellienne où pour notre bien-être, notre santé, il devient interdit de boire, de fumer, de se réunir, de conduire sa voiture comme un homme, un pays où les infos ne parlent plus que de la météo et des soldes, pendant que nos soldats de métiers s'en iront mourir contre nos intérêts en Iran et que la généralisation du vote électronique achèvera de régler la pénible incertitude des élections pour ceux qui les financent !
"
http://www.alainsoral.com/content/view/210/33/
IP archivée

Shadow

  • Invité
Bush, l'Iran et la Bombe, Enquête sur une guerre programmée
« Réponse #13 le: 29 octobre 2007 à 23:28:35 »

Après "La face cachée du 11 septembre", un nouveau livre de l'excellent Eric Laurent :

"Bush, l'Iran et la Bombe, Enquête sur une guerre programmée"

Citer
Les Etats-Unis et L'Iran sont-ils au bord de la guerre ?
Un conflit de cette ampleur, dans une zone aussi sensible, pourrait avoir des conséquences incalculables. Depuis plusieurs mois, Eric Laurent enquête sur cet affrontement qui se profile. Il a rencontré les principaux protagonistes américains, iraniens, européens, russes, israéliens, restitué le détail des négociations engagées et aussi obtenu des révélations sur une guerre qui semble déjà programmée du côté américain.

Il révèle pour la première fois que dès la fin de l'année 2003, George W. Bush a adopté une directive top secret, dont le nom de code est CONPLAN 8022 qui prévoit l'utilisation d'armes nucléaires tactiques contre l'Iran. Une première depuis Hiroshima. Il apporte des informations stupéfiantes sur les hommes de l'ombre qui, autour du Vice Président Cheney ont poussé le président américain à l'épreuve de force. Malgré l'échec irakien.

Avec son nouveau livre, Eric Laurent nous fait pénétrer dans les coulisses du pouvoir, à Washington, mais aussi à Téhéran où le chef spirituel du Président iranien Ahmadinejad, l'Ayatollah Yazdi déclare que l'Iran doit se préparer à une guerre imminente avec Washington qui conduira au retour immédiat du 12e Imam révéré par la religion Chiite.

Nous découvrons aussi que malgré l'affrontement américano-iranien, les affaires continuent, notamment pour la firme du Vice-Président Chenney, Halliburton. Malgré l'interdiction officielle, la firme pétrolière possède un bureau à Téhéran, exploite un gisement gazien géant iranien et coopère avec les gardiens de la Révolution iraniens pourtant considérés officiellement par l'administration Bush comme une organisation terroriste.

Parmi les nombreuses révélations qui composent l'ouvrage, Eric Laurent évoque l'opération Merlin : la CIA s'est trompée en voulant transmettre de fausses informations à Téhéran sur la fabrication de l'arme nucléaire et lui a en réalité permis de réaliser des avancées considérables.

Un livre qui déchiffre une des crises les plus graves que nous ayons jamais vécu, et l'énigme George W. Bush : désormais le Président américain pense qu'il sera jugé par l'Histoire et la postérité et s'identifie à Truman, considéré aujourd'hui comme un des grands présidents après avoir connu des sommets d'impopularité.


Du vrai journalisme d'enquête...

Bonne lecture.

S.
IP archivée

Shadow

  • Invité
Chronique d'une guerre annoncée...
« Réponse #14 le: 26 novembre 2007 à 23:08:27 »

Chronique d'une guerre annoncée...  très bon article sur Agoravox.

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=32129

Citer
La guerre en chantant... du Freddy Mercury !

On vous le dit depuis plusieurs semaines sur Agoravox, mais ça se confirme furieusement ce week-end. Ce n’est plus qu’un simple bruit de bottes et une rumeur seulement: les Etats-Unis fomentent une intervention musclée en Iran, et leurs préparatifs s’accélèrent. Sous quelle forme finale exactement, on ne sait pas. Nucléaire: possible, tant les militaires américains sont tentés d’utiliser leurs "smart bombs", les bombes tactiques qu’il n’ont jamais pu utiliser in situ. Ça, ou un bombardement plus classique, avec les monstres d’un nouveau genre déjà décrits ici. Si on y ajoute un fort bruit d’hélices et de sonars dans le Golfe, aux répercussions inattendues, on obtient une pétaudière prête à sauter.

Ce week-end, la confirmation des rumeurs alarmistes provient d’un dépêche d’agence de Reuters-Londres, qui a remarqué, en épluchant les comptes de certaines compagnies pétrolières, que des commandes de livraison un peu spéciales et en quantités importantes venaient d’être passées. Des demandes émanant du Military Sealift Command, l’organisme militaire qui gère l’intendance de la flotte américaine dans le Golfe. On vous a déjà dit ici quel était le nombre de bateaux de guerre sur place, et celui des militaires déployés. Pour les approvisionner, la Marine vient de commander l’envoi de quatre tankers pour le seul mois de novembre, pour un million de barils au total, contenant fuel lourd pour les bateaux et kérosène JP5 pour les avions F-18 Hornet. Les tankers transitent par la base de Diego Guarcia, déjà citée elle aussi ici sur Agoravox. En général, note le journaliste, la flotte dévore deux tankers par mois "seulement", et "ça a été plutôt calme ces derniers mois". En résumé, les avions ne sont pas trop sortis et les bateaux peu bougé, mais ils vont le faire beaucoup dans quelques mois... le temps pour l’essence d’arriver, à savoir entre 2 et 3 mois.

"Bahrain, for example, has confirmed that there are additional volumes being requested by the U.S. Defense Energy Support Center, including JP5," précise l’agence. Chaque pétrolier affrété contient 310 000 barils, et les livraisons ne concernent pas seulement que la flotte du Golfe. 235 000 barils de fuel lourd pour diesel sont partis de Corée du Sud vers Jebe Ali et Fujairah, aux Emirats arabes unis, et 310 000 barils de JA1 (du kérosène toujours, mais pour avions de transport) ont bougé de Barhain à Mesaieed au Quatar (un barril vaut 159 litres). 147 000 barils ont été également envoyés de Singapour à Diego Garcia (pour les B2). Il y aura bientôt suffisamment d’essence pour mettre en l’air toute la flotte aérienne américaine déployée dans le golfe pendant plusieurs jours d’affilée. Pour livrer le tout, il faudra compter 90 jours à partir de ce mois, le temps pour les derniers tankers d’arriver. Beaucoup d’observateurs pensent que l’attaque devrait se produire maintenant entre février et avril 2008. Si elle a lieu, tout sera donc prêt, en tout cas. A moins qu’un phénomène intérieur gravissime ne se produise sur le territoire américain, et ne précipite les choses (WTC bis repetita). Maintenant, le tout est en effet de savoir où sont passés les missiles nucléaires égarés au Etats-Unis. Avec un fou ou un illuminé à la tête de la plus grande puissance militaire mondiale, on peut tout craindre en effet.

Selon certains blogueurs, dont pas mal de posts ont assez rapidement disparu des sites, la date fixée est celle du 6 avril, et le nom de code de l’attaque "Sting". Selon d’autres sources encore, le porte-Harriers anglais Illustrious devait rejoindre "début 2008" la zone, accompagné par une frégate type 23, L’HMS Westminster, et le destroyer lance-missiles Type 42, L’HMS Manchester. Notre porte-avions national a de la chance, il est en cale de radoub jusqu’au 30 novembre 2008 (coût de l’opération : 287 millions d’euros)... Jusqu’ici, pour beaucoup de tacticiens, le départ de L’Illustrious de son port d’attache anglais signifierait que la guerre n’est alors plus très lointaine, car il est un des éléments-clés de la tactique mise en place. Et ce, selon plusieurs sources concordantes. Or... c’est exactement ce qu’il vient de faire, dès ce mois de novembre.

Car il n’y a pas que le bombardement de prêt, il y a aussi l’invasion terrestre qui va suivre pour nettoyer les poches de résistances ou sécuriser les sites visés. Et de cela aussi, nous possédons divers indices concordants. La source principale de ses indices est... elle aussi anglaise. Ce sont eux, les Anglais, qui, ces dernières semaines, ont accéléré les choses et les préparatifs. Un porte-avion, toujours ce fameux Illustrious, de retour d’exercices navals en mer Baltique est rentré plus tôt que prévu en cale sèche, en octobre dernier, pour repartir aussitôt, chose qui n’était pas prévue il y a quelques mois encore. Il est déjà à cette heure, en Méditerranée, pour faire quelques ronds dans l’eau avec les espagnols, qui ont racheté aux Anglais leurs vieux Harrier (applelés "Matador" chez eux). L’Illustrious, avant de participer à des manœuvres en mer Baltique croisait cet été au large de la côte Est des... Etats-Unis. Et pas fortuitement : pendant deux semaines, à partir du 12 juillet, il a testé la faculté d’atterrissage sur ses pontons de la toute nouvelle arme de guerre américaine des Marines US, à savoir le Boeing V-22 Osprey, un engin fort décrié qui entre enfin, après plus de vingt-cinq années de développement, en service commandé (premier vol en 1989, deux crashs meurtriers ; dont un avec 19 Marines à bord). L’’Illustrious a aussi embarqué les Harriers américains, sensiblement différents de leur collègues de la Navy anglaise. Les Ospreys comme les Harriers sont des engins d’invasion et de soutien d’attaque, pas des bombardiers. L’Angleterre, tentée d’acheter l’appareil, testait donc sur place un soutien actif à leur prochain déploiement en combat réel. A plusieurs millions de dollars l’unité (119 exactement, sans compter les 20 milliards de dollars dépensés pour le développement), vaut mieux multiplier les chances d’en récupérer le maximum en cas de conflit. Ce qu’on ne sait peut-être pas, c’est que le militaire le plus opposé à la mise en service de l’Osprey aura été Donald Rumsfeld, qui a tenté à 4 reprises d’arrêter un programme qui a traversé toutes les annulations, preuve que le lobby guerrier, aux Etats-Unis, dépasse la direction même du pays. Pour les militaires, tester un nouvel appareil en conditions réelles est toujours très tentant  : souvenons-nous des F-117 de la première guerre du golfe et leurs frappes "chirurgicales" (pas tant que ça quand les bombes entrent par la cheminée d’un hôpital, confondu avec un objectif militaire). L’avion noir à facettes, qui ne volait que la nuit, y avait hérité d’un surnom, celui de "Ghost of Baghdad" (le fantôme de Baghdad). En novembre 2006, il a déjà été retiré du service, signe qu’il a déjà un successeur désigné (mais pas encore montré officiellement, à part le Raptor !).

Le destroyer Manchester a lui quitté Porsmouth le 12 novembre dernier, direction... le golfe Persique. Interviewé, son "pacha" déclare sans rire que "it’s difficult to tell at present exactly what Manchester will be asked to do in the Gulf region. Clearly there’s a certain element of instability in the area. We are expecting to contribute to operations in Iraq, operations off the coast of Somalia - particularly anti-piracy, and general regional stability in the area."Arraisonner des "pirates" en boutres avec une frégate lance-missile, c’est aussi incongru que de vouloir transformer le yacht de Bolloré en cuirassé japonais. Le destroyer et le porte-avions doivent se joindre à l’armada américaine sur place dirigée par le USS Harry S Truman, un porte-avion américain à la tête de l’armada sur place. "Defending freedom around the world", indique le site web officiel du bateau... Voilà qui sonne un peu beaucoup comme "Iraki freedom"... Le Truman est un monstre naviguant, c’est le 8e de la classe des Nimitz, sur les 14 porte-avions que possède les Etats-Unis. 330 m de long, 3 200 marins à bord et... 2 480 aviateurs, pour 85 avions à bord, essentiellement des F-18 Hornet et Super-Hornet, depuis que le Tomcat est parti à la retraite. Truman, un nom qui sonnerait étrangement si l’attaque sur les starting-blocks était nucléaire... C’est aussi un des plus récents porte-avions, avec ces 10 années de service seulement et ces 4,5 milliards de dollars dépensés pour sa construction. L’USS Truman est accompagné de son porte-Ospreys, le Wasp (un porte-hélicoptère qui est aussi un porte-barges de débarquement et véhicules amphibies). Le scénario est donc établi : les B-2 de Diego Garcia peuvent attaquer en première vague, les Hornet finir le travail et les Ospreys déposer les hommes sur les sites conquis. Les Anglais pourront accueillir les avions-hélicoptères au retour, en cas de besoin (au prix de l’unité, il vaut mieux ne pas en perdre). Le scénario est prêt, et le pire c’est qu’il est déjà en marche. Un homme, que l’on peut désormais considérer comme fou ou dictateur, c’est selon, a déjà décidé du sort du monde. En laissant dans ces discours récents de bien étranges et inquiétantes propos qui semblent bien accréditer ses choix dangereux. Citer la Troisième Guerre mondiale à plusieurs reprises, ça n’est pas bon signe pour le monde entier. Surtout dans sa bouche, ou dans celle des dirigeants qu’il a convaincus...

Car les guerres et les dictatures sont des phénomènes liés. La prétention d’un dictateur à s’arroger le monde induit obligatoirement la guerre. Dès que le pays a un problème, comme par exemple une économie déclinante ou une monnaie qui s’effondre, on entend régulièrement "il nous faudrait une bonne guerre" pour remettre tout ça d’aplomb, comme si la démocratie incluait le chaos et la dictature la tranquillité, et l’économie florissante en période de guerre. Vient alors la saison des va-t-en-guerre, qui appuient la dictature, dans l’espoir de jours nouveaux. Pour y arriver plus vite, il ne faut pas montrer les horreurs de la guerre, et plutôt créer une ambiance "fleur au fusil", c’est la montée vers "la guerre... en chantant". Une vidéo sidérante (et affligeante) vient d’être mise sur YouTube qui prouve que cette guerre tant attendue, on y va, c’est sûr, avec le sourire aux lèvres en prime. Et comme nous sommes en 2007, et qu’en ce moment c’est la mode de montrer son entreprise en faisant défiler tous ses membres en train de chanter en playback une chanson de hit-parade (le phénomène "lipdub", qui a pris une ampleur considérable en quelques semaines), eh bien les militaires ont choisi de faire de même. Et ce ne sont pas n’importe lesquels de militaires. Il viennent juste de quitter Portsmouth, en Angleterre, à bord d’une frégate de la classe Duke, comme celle qui va servir de protection au fameux porte-avions Illustrious déjà cité, en route vers la Task force US du golfe Persique. Dans cette vidéo incroyable, on a tout le résumé de notre époque : la légèreté fondamentale, l’individualisme et en même temps le phénomène de groupe, le manque de respects des valeurs, y compris celles de l’armée, celles de la hiérarchie et, au sommet, le foulage aux pieds de l’union Jack, pourtant fièrement montée à la fin du clip (le commandant lui-même est dans ce coup du clip). On s’attend à voir des gars (et des filles) un tant soit peu sérieux partis défendre les valeurs de la démocratie anglaise, on trouve un bande de jeunes hooligans, officiers et pas gentlemen pour deux sous, qui entonnent un verre de bière à la main du Queen à tue-tête, qui en s’appuyant sur la mitrailleuse à barillets rotatifs, qui sur les missiles, qui en train d’imiter le guitariste Brian May avec un fusil d’assaut en guise de guitare ! On en ressort profondément effondré, en se disant que le peu de retenue de l’ensemble de l’équipage fait craindre tout sens commun lors des combats réels qu’il devront affronter.


Dieu protège l'Amérique ?

S.
IP archivée