Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Auteur Sujet: Les Ouigours en danger  (Lu 324 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

katchina

  • Administrateur
  • *******
  • En ligne En ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 18321
Les Ouigours en danger
« le: 18 Septembre 2018 à 13:51:44 »

Les camps d’internement débarrassent la Chine de classes entières de la société

Rian Thum — Traduit par Yann Champion — 18 septembre 2018 à 8h54 — mis à jour le 18 septembre 2018 à 11h08

Près d’un million de Ouïghours ont disparu sans aucune forme de procès. Mais le pire reste peut-être à venir.



Disparitions inquiétantes

Lorsque l’on sait quelles conséquences entraîne le simple fait de communiquer avec l’étranger, on peut s’étonner de voir à quel point nous sommes nombreux, hors de Chine, à avoir découvert ces programmes d’internement massif destinés aux minorités du Xinjiang. En se fondant sur les fuites provenant d’un policier de Kashgar étonnamment bavard (mais aujourd’hui réduit au silence), des universitaires ont estimé que 5 à 10% environ de la population ouïghoure adulte a été emprisonnée dans ces camps, sans qu’aucune charge ne pèse contre eux. Un autre policier a expliqué, sous couvert d’anonymat aux journalistes de Radio Free Asia, qu’ils prévoyaient d’envoyer 40% de la population dans ce système d’internement, dont près de 100% des hommes âgés de 20 à 50 ans.

Face à l’opinion publique internationale, l’État chinois a nié l’existence de ces «camps de rééducation» (tels qu’on les a qualifiés), mais les autorités locales continuent de construire de nouveaux complexes et lancent ouvertement des appels d’offres en ligne pour la construction de centres, en spécifiant des détails allant de la taille des camps (jusqu’à huit hectares environ) aux types de matériaux requis («surfaces résistant aux bombes»). Quelques personnes qui, pour une raison ou une autre, ont été libérées de ces camps ont raconté à des journalistes ce qu’elles y avaient vécu, décrivant des conditions allant parfois jusqu’à la torture.

source et article complet
IP archivée
J'veux du soleil dans ma mémoire