Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !

Auteur Sujet: Nicolas Sarkozy mis en examen pour abus de faiblesse  (Lu 2692 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Paulo

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4568
Re : Re : Nicolas Sarkozy mis en examen pour abus de faiblesse
« Réponse #15 le: 28 mars 2013 à 22:14:57 »

IFO rappelle "honneur de la police", groupe nationaliste français qui servit à revendiquer plusieurs attentats et menaces à partir de la fin des années 1970.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Honneur_de_la_Police

Je viens de lire cette interview de Laurent Obertone "La France Orange Mécanique",
pour le site http://www.contrepoints.org/2013/03/25/119334-laurent-obertone-france-orange-mecanique

Extrait :

"La très forte pression qui pèse sur les policiers ne peut que conduire à des dérives. Les policiers sont par définition légalistes, ils respectent leur devoir de réserve, mais ils sont humains. On ne peut pas leur imposer toutes les pressions du monde en se disant qu'ils les encaisseront indéfiniment. J'ai récemment rencontré un haut-fonctionnaire impliqué dans les questions de police au Parlement Européen. Il anticipe l'émergence de groupes violents dans plusieurs pays d'Europe, comme la possible résurgence d'Honneur de la Police (un groupuscule violent de policiers anonymes, qui a sévi dans les années 70 - NDLR) en France. Le ras le bol des policiers ne peut plus être sous-estimé."
IP archivée
Comme d'habitude, si vous même ou vos collaborateurs étaient capturés ou tués, le Département d'État niera vous avoir donné un conseil aussi con.

DecemberTen

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 7723
Re : Nicolas Sarkozy mis en examen pour abus de faiblesse
« Réponse #16 le: 29 mars 2013 à 08:53:15 »

Petit rappel Paulo: http://fr.wikipedia.org/wiki/Front_de_la_jeunesse_%28organisation_belge%29
On oublie vite surtout quand ça ne se passe pas dans son pays et surtout quand ce dit pays est considéré comme étant peuplé de bisounours; un comble...
Mais tu n'as sans doute pas eu a te trouver face à ces milices organisées et armées, dont on sait très bien qui les formaient..., lors de tes sorties entre jeunes.
Moi oui, et je n'oublie pas, ni ce qu'il s'est passé par la suite et qui pour moi est en rapport étroit !
Et ce petit rappel n'était qu'une partie visible de l'iceberg...
Quant aux groupes d'extrême gauche comme les CCC, foutaises, contes pour enfants, poudre aux yeux, manipulation populaire !!
« Modifié: 29 mars 2013 à 09:19:10 par DecemberTen »
IP archivée

zetareticuli

  • *
  • En ligne En ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4322
Re : Nicolas Sarkozy mis en examen pour abus de faiblesse
« Réponse #17 le: 04 avril 2013 à 21:52:15 »

Affaire Bettencourt : non-lieu requis pour Nicolas Sarkozy

Le rapport est arrivé, jeudi matin, sur le bureau de la Direction des affaires criminelles et des grâces (DACG) du ministère de la Justice : c’est un non-lieu que le procureur de la République de Bordeaux envisage de requérir à l’égard de Nicolas Sarkozy, récemment mis en examen pour abus de faiblesse dans l’affaire Bettencourt.

L’ancien chef de l’Etat avait été entendu très longuement le 21 mars par les trois juges de Bordeaux chargés du dossier.

Confronté successivement à d’anciens employés de Liliane Bettencourt, il avait répété ne s’être rendu qu’une seule et unique fois, en 2007, au domicile de l’héritière de l’Oréal, à Neuilly, ville dont il a longtemps été le maire. Pas convaincant, aux yeux des juges. Persuadés que l’ancien président de la République a effectué au moins deux visites à l’hôtel particulier des Bettencourt pour y récupérer des enveloppes d’argent liquide, ils ont choisi de le faire passer du statut de témoin assisté à celui de mis en examen.

Une analyse que le parquet de Bordeaux, selon nos informations, ne partage pas. Le rapport remis jeudi à la Chancellerie par la voie du parquet général préfigure la position qu’il devrait arrêter dans son réquisitoire, attendu d’ici trois mois. D’ici là, les parties ont la possibilité de faire des remarques, des demandes d’acte ou des demandes d’annulation. Quoi qu’il arrive, les juges, au final, auront le dernier mot : ils ne sont pas tenus de suivre les réquisitions du parquet.
 
LeParisien.fr
IP archivée
"Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt"