Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !

Auteur Sujet: Une utopie anti-crise en Andalousie  (Lu 1097 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

michaiel

  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 3
Une utopie anti-crise en Andalousie
« le: 28 mars 2013 à 19:47:59 »

Bonjour,

Celà fait un bon moment que je vous lis tous, et puis voilà aujourd'hui j'ai sauté le pas !

Que pensez vous de cet article ci-dessous ?



Un autre monde est possible !

jeudi 30 août 2012

Marinaleda est une ville sans chômage et aux loyers modiques. Alors que la politique d’austérité bat son plein en Espagne, son maire, Juan Manuel Sanchez Gordillo, a pris la tête d’un mouvement de résistance populaire.

Juan Manuel Sánchez Gordillo a fait la une des journaux ces derniers jours après avoir mené une “expropriation forcée” de produits alimentaires dans plusieurs supermarchés, au côté de ses camarades du Syndicat andalou des travailleurs (SAT), pour les distribuer aux plus défavorisés. C’est dire si cet homme est un dirigeant singulier au sein de la classe politique espagnole. Anticonformiste, il a été critiqué pour ses dernières actions, y compris dans les rangs de la coalition de gauche Izquierda Unida [l’équivalent du Front de gauche français], dont son organisation, le Collectif uni des travailleurs-Bloc andalou de gauche, fait partie depuis 1986.

Sánchez Gordillo est un dirigeant historique du Syndicat des ouvriers agricoles (SOC), colonne vertébrale de l’actuel SAT. En outre, depuis 1979, il est maire de Marinaleda, une petite localité [de près de 3 000 habitants] de la région de Séville. Là, grâce à la participation et au soutien des habitants, il a lancé une expérience politique et économique originale qui a fait de ce village une sorte d’île socialiste dans la campagne andalouse.

Avec la crise économique, Marinaleda a eu l’occasion de vérifier si son utopie sur 25 kilomètres carrés était une solution viable face au marché. Son taux de chômage actuel est de 0 %. Une bonne partie des habitants sont employés par la Coopérative Humar-Marinaleda, créée par les ouvriers agricoles eux-mêmes après des années de lutte. Longtemps, les paysans ont occupé les terres de l’exploitation agricole Humoso [qui appartenaient à un aristocrate] et à chaque fois ils étaient dispersés par la Guardia Civil [la gendarmerie espagnole]. “La terre est à ceux qui la travaillent”, clamaient-ils. En 1992, ils ont fini par obtenir gain de cause : ils sont désormais propriétaires de l’exploitation. Sur leur site web, ils précisent que leur “objectif n’est pas de faire des bénéfices, mais de créer des emplois par la vente de produits agricoles sains et de qualité”.

suite et source
http://www.rougemidi.org/spip.php?article7173
« Modifié: 29 mars 2013 à 11:16:25 par katchina »
IP archivée

Al198

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 1322
Re : Une utopie anti-crise en Andalousie
« Réponse #1 le: 28 mars 2013 à 22:14:11 »

Voir le bon reportage du 13h15 de fr2 de samedi dernier  ;)

Effectivement un exemple parmi d'autre de possibilité d'échapper au modèle prédominant.
IP archivée
"Un peuple prêt à sacrifier un peu de sa liberté pour un peu plus de sécurité ne mérite ni l'un ni l'autre et fini par perdre les deux" Benjamin Franklin

lcarl

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2854
Re : Une utopie anti-crise en Andalousie
« Réponse #2 le: 29 mars 2013 à 07:26:20 »

Excellente inspiration. "Le premier à l'heure des sacrifices, le dernier à l'heure des bénéfices". Il est clair que si les gouvernants, les dirigeants de sociétés, les banquiers mettaient en application la phrase du maire notre monde en serait changé. Maintenant, à part le problème d'éducation quels sont les autres problèmes que rencontrent ce village. Il serait interesant de les connaitre.
IP archivée
With knowledge comes responsibility.