Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Auteur Sujet: Black Mirror  (Lu 626 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Al198

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 1385
Black Mirror
« le: 26 novembre 2013 à 16:48:27 »

« Black Mirror », le futur en forme de cauchemar réaliste



Black Mirror, six épisodes pour autant de futurs


Black Mirror est une série britannique diffusée depuis 2011, doublement nominée aux BAFTA, et vainqueur d’un Emmy Award et d’un Golden Rose Award. Déboulant comme un missile dans le paysage télévisuel, le show nous présente plusieurs dystopies liées aux avancées technologiques.Black Mirror, six épisodes pour autant de futurs

Black Mirror nous plonge dans un futur plus ou moins proche – et par « plus ou moins », j’entends « dans dix minutes » comme « dans cent ans », et tout ce qui va entre les deux. Seulement six épisodes sont sortis, comme Sherlock, comme Utopia, à croire que la télé anglaise privilégie vraiment la qualité sur la quantité. Le bon côté ? Chaque épisode est 100% indépendant des autres, Black Mirror étant une réflexion globale sur le monde actuel et les futurs éventuels. Il est totalement possible de regarder un épisode sans jamais avoir vu (et sans jamais voir) les autres.

Black Mirror s’interroge, plus précisément, sur notre rapport à la technologie. Ce n’est pas une révélation, Internet a bouleversé nos vies. Le moindre scoop, la moindre information, blague, personnalité se retrouve facebookée, retweetée, googlée, Tumblrisée, moquée parfois. Nous sommes tou-te-s connecté-e-s, mais parfois, on observe des dérives – la téléréalité, les enfants qui ne sont plus vraiment des enfants, comme Baby Scumbag, ou les récentes « fausses alertes au suspect » concernant l’attentat durant le marathon de Boston sont là pour nous le prouver.

[...]

Black Mirror, un pessimisme à relativiser

Black Mirror est pessimiste, c’est un fait. Mais la série ne pose pas la technologie comme coupable des mauvaises actions, simplement comme un filtre, un révélateur de l’espèce humaine – un « miroir noir », donc… Certains épisodes ne conviendront pas aux âmes sensibles, d’autres risquent de vous arracher quelques larmes, mais aucun ne vous laissera indifférent-e-s, c’est garanti.

Comme les oeuvres de George Orwell ou d’autres célèbres dystopies plus modernes, comme Fahrenheit 451 ou Hunger Games, Black Mirror alerte sur les dérives possibles de certaines technologies et attitudes en général. Loin de la condamnation, la série révèle en sous-texte une critique acerbe de l’humanité occidentale, riche et confortable, mais sans jamais rentrer dans le jugement ni dans la démesure. Car finalement, dans chaque épisode, on trouve une vraie résonance avec notre époque actuelle, qui encourage à y réfléchir à deux fois.

Source
IP archivée
"Un peuple prêt à sacrifier un peu de sa liberté pour un peu plus de sécurité ne mérite ni l'un ni l'autre et fini par perdre les deux" Benjamin Franklin