Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Auteur Sujet: Une start-up française veut connecter toute la planète  (Lu 937 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

zetareticuli

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4731
Une start-up française veut connecter toute la planète
« le: 14 avril 2014 à 21:05:19 »

Cette start-up française veut connecter toute la planète “pour moins de 100 millions de dollars“

Cette entreprise lyonnaise s’est lancée sur le juteux marché des nano-satellites. Elle se dit en mesure de connecter à internet les deux tiers de l’humanité pas encore couverte. Comme un certain Mark Zuckerberg.... Son jeune patron explique comment il s’y prendrait.

La tête dans les étoiles. Comme les patrons de Facebook et de Google, Stanislaw Ostoja-Starzewski rêve de connecter à Internet les deux tiers de la population privée web pour le moment. Pour cela, il a décidé de mettre sur orbite ses propres satellites. Âgé de 29 ans, ce Français d'origine polonaise dirige avec son associé Spas Balinov la jeune entreprise NovaNano qui compte vendre des "nanosatellites" - et les lancer ! - pour moins d'un million d'euros. Il est l'un des lauréats du deuxième prix TR35 France remis le 9 avril par le magazine du Massachussets Institute of Technology à des entrepreneurs français de moins de 35 ans jugés particulièrement innovants. A La Tribune, le jeune ingénieur diplômé de l'Institut national des sciences appliquées de Lyon explique comment il compte connecter plus d'humains à moindre frais.

Qui de Facebook ou Google parviendra le mieux à connecter l'ensemble de l'humanité à internet ?

Celui qui choisira notre technologie! Il y a une différence d'échelle. Leurs projets sont assez similaires dans le sens où ils placent des véhicules, soit des ballons [dans le cas de Google], soit des drones [dans celui de Facebook ndlr] à 20 km de la terre. S'ils veulent couvrir vraiment toute la zone qu'ils prétendent, c'est-à-dire deux tiers de la population, il faudrait qu'ils mettent des milliers dans l'espace. Selon les économies d'échelle réalisées, ça devrait coûter des milliards. Alors que nous, avec un réseau de 64 satellites de petite taille, on croit pouvoir fournir cette connectivité globale, à tout moment, partout autour de la terre. Pour un investissement de moins de 100 millions de dollars… On croit qu'à terme cette technologie va l'emporter.

Comment cela fonctionnerait-il concrètement ?

Un satellite voit en dessous de lui un rayon de 1.000 à 1.500 km. Pour couvrir toute la terre, il faut mettre en orbite un nombre défini de satellites que nous estimons à 64. Avec ce réseau on peut accéder à n'importe quel endroit de la terre à n'importe quel moment.

Avez-vous déjà des clients ?

Oui, des opérateurs de flotte de camion dans les pays émergents qui souhaitent qu'on leur apporte une solution dans les pays où il n'y a pas de couverture GSM.

Dans quels pays sont-ils situés?

Il y en a dans plusieurs pays, notamment au Nigeria et en Europe de l'Est, une société qui fait des trajets internationaux au Moyen-Orient. 

Faudra-t-il également 64 satellites pour que le système fonctionne ?

Non. Les satellites, en orbite à 700 km du sol, font 16 tours de la terre en une journée. Les camions n'ont pas besoin d'information en temps réel. Une synchronisation des données à une heure suffit. Après la phase pilote, notre réseau sera composé de 6 satellites, ce qui nous permettra d'avoir une synchronisation des données tout autour de la terre entre une et deux heures. Suite et source
IP archivée
"Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt"