Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !

Auteur Sujet: LuxLeaks: révélations de l'ICIJ sur des accords secrets d'optimisation fiscale  (Lu 1273 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Al198

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 1385

"Luxleaks", le scandale qui met le Luxembourg dans l'embarras


Une fois encore, le Consortium de journalisme d'investigation (ICIJ) a frappé. Près de 80 journalistes membres d'une quarantaine de rédactions de par le monde dont The Guardian (Royaume-Uni), Die Süddeutsche Zeitung (Allemagne), l'Asahi Shimbun (Japon), Le Monde (France), Politiken (Danemark) et les chaînes de télévision CNBC (Etats-Unis) et CBC (Canada) ont épluché pendant six mois des milliers de documents secrets datés de 2002 à 2010.

Résultat : il va y avoir du grabuge au Luxembourg, paradis de la fraude fiscale. Mais aussi parmi les grandes entreprises, comme Ikea, Pepsi ou FedEx qui, avec 340 autres, ont passé des accords secrets avec le grand-duché leur permettant d'économiser des milliards de dollars d'impôts.

[...]

Les documents publiés par l'ICIJ permettent d'explorer les accords secrets conclus par 343 grandes entreprises du monde entier. On y trouve des sociétés du monde de la finance, mais aussi d'autres secteurs comme les hautes technologies, le commerce, l'énergie ou la santé. Le moteur de recherche que l'ICIJ met à disposition permet de retrouver quelques noms bien connus, comme Apple, Amazon, Ikea, Timberland, Heinz, LVMH, Gazprom ou Volkswagen.

Source

LuxLeaks: cinq questions pour tout comprendre

[...]

La pratique est légale et ne concerne pas que le Luxembourg. Elle permet à une entreprise de demander à l'avance comment sa situation sera traitée par l'administration fiscale d'un pays, et d'obtenir certaines garanties sur le taux final d'imposition qui lui sera appliqué. Une imposition à la carte, en quelque sorte.

    Concrètement, comment fonctionne le "tax ruling"?

Les entreprises impliquées dans ce vaste système commencent par créer une filiale ou une holding (une société elle-même actionnaire d'autres sociétés) au Luxembourg. Généralement, il s'agit d'un simple bureau, ses effectifs sont faibles et son activité -autre que financière- est quasiment nulle. Ces implantations ne répondent en fait à aucune autre logique économique que celle d'échapper à l'impôt dû ailleurs, à l'étranger. Les nouvelles entités ainsi créées mandatent alors un intermédiaire (le cabinet d'audit britannique PricewaterhouseCoopers est notament cité dans l'enquête du Monde), chargé ne négocier pour elles un accord fiscal sur mesure avec le gouvernement luxembourgeois. Les arrangements offerts varient grandement d'une société à une autre. L'éventail des possibilités va de la simple ristourne sur le taux de TVA, aux montages les plus compliqués comme celui de la "niche à brevet". Dans certains cas, Le Monde cite notamment Ikea, la société échappe totalement à l'impôt.

Source


« LuxLeaks » : M. Juncker sommé d’être « un parrain repenti »

Mutique, injoignable. Les révélations de « LuxLeaks » sur les pratiques d’évasions fiscales mises en place au Luxembourg au profit de diverses multinationales plongeront-elles l’ancien premier ministre du Grand-Duché 1995-2013) aujourd’hui président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, dans le spleen qu’il a traversé lorsqu’il fut chassé du pouvoir ?

La mauvaise gestion des services de renseignements avait coûté à ce dinosaure de la politique son poste de chef du gouvernement luxembourgeois en 2013. Choqué, il aurait passé 48 heures sans passer un seul coup de fil, dit-on, fumant cigarette sur cigarette. Prendre la tête de la Commission lui avait offert un second souffle. Mais voilà que le passé le rattrape.

[...]

Si les ennemis de M. Juncker profiteront de cet événement pour le fustiger, la plupart reconnaissent que cette facette de sa carrière n’était pas inconnue. « Tout le monde feint la surprise mais c’est un peu hypocrite », souligne M. Lamberts.

« On lui a donné notre confiance en sachant que nous avions devant nous quelqu’un qui avait été à la tête d’un paradis fiscal, reconnaît Pervenche Bérès, eurodéputée socialiste. On attend de lui qu’il soit un’’parrain repenti’’.»

Source
IP archivée
"Un peuple prêt à sacrifier un peu de sa liberté pour un peu plus de sécurité ne mérite ni l'un ni l'autre et fini par perdre les deux" Benjamin Franklin

Tartar

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2441

C'est bizarre quand même.
Les députés européens veulent vraiment conserver le fric de leur corruption hors de toute investigation.
Ou bien c'est moi qui conspirationne comme un malade?
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/01/17/20002-20180117ARTFIG00003-paradis-fiscaux-huit-pays-pourraient-sortir-de-la-liste-noire-de-l-ue.php
Cela pourrait donc être le cas dès la semaine prochaine. Selon les agences Reuters et AFP, huit pays, dont le Panama, devraient ainsi quitter la liste. «Sauf accident, les ministres des Finances de l'UE devraient sortir de la liste noire: le Panama, la Corée du Sud, les Émirats Arabes Unis, la Tunisie, la Mongolie, Macao, Grenade et la Barbade» lors de leur réunion prévue le mardi 23 janvier à Bruxelles, a déclaré un haut responsable européen sous couvert de l'anonymat. «Les ministres devraient adopter cette décision sans discussion», a-t-il précisé, expliquant que les huit pays concernés avaient fourni des engagements justifiant la décision. Réunis cette semaine, les ambassadeurs des 28 de l'UE devraient également entériner leur retrait sans discussion. «Les engagements ont été évalués par les experts et tout le monde est d'accord pour les enlever de la liste», a-t-il ajouté.
IP archivée
Tout envisager, ne rien croire.