Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !

Auteur Sujet: Les poèmes de nos poètes préférés  (Lu 20232 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

katchina

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 18489
Les poèmes de nos poètes préférés
« le: 31 décembre 2007 à 00:54:27 »

Pour les pioupioux sous-vitaminés :[/b]

Le colibri

Le vert colibri, le roi des collines,
Voyant la rosée et le soleil clair
Luire dans son nid tissé d'herbes fines,
Comme un frais rayon s'échappe dans l'air.

Il se hâte et vole aux sources voisines
Où les bambous font le bruit de la mer,
Où l'açoka rouge, aux odeurs divines,
S'ouvre et porte au coeur un humide éclair.

Vers la fleur dorée il descend, se pose,
Et boit tant d'amour dans la coupe rose,
Qu'il meurt, ne sachant s'il l'a pu tarir.

Sur ta lèvre pure, ô ma bien-aimée,
Telle aussi mon âme eût voulu mourir
Du premier baiser qui l'a parfumée !


Leconte de Lisle – Poèmes Barbares

IP archivée
J'veux du soleil dans ma mémoire

Andreas

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 177
Poème de HASSEN HEERAH
« Réponse #1 le: 06 janvier 2009 à 00:00:01 »

Poème de HASSEN HEERAH

Ma maison est une tente de secousses,
Déchue sur le sable des larmes
Goûtant un soleil nu
Face à un vent cruel

Mon lit est une couche d'épines
Etiré sur l'inconnu,
Amorti par les explosions des balles
Et troublé par la marche des serpents

Ma nourriture est un repas de patience
Souillé par le sang des martyrs
Cuisiné avec le sel des larmes
Et servi avec des cauchemars

Mon matin est un cri,
Porté par les ailes du vent
Apaisé par les amis fidèles
Suffoquant sous les pistolets ennemis

Ma nuit est un sanglot,
Noyé sous un océan de regrets
Regagnant la surface grâce aux vagues de l'espoir
Attisé par le four de la révolte

J'ai vu le cadavre de mon père en lambeaux
J'ai vu ma mère sous les blindés
J'ai vu mon frère la tête explosée
J'ai vu la poitrine de ma soeur ouverte et déchirée

Le faible est arrivé
Le puissant l'a aidé
Les bombes ont éclatées,
Ma terre a disparu
Ma maison vandalisée
Ma tasse vidée
Ma famille expulsée

Ma Leila ou es-tu ?
Repose-tu sous un tank rôtie comme un agneau ?

Ou est tu mon Khaled, le vert de mon regard ?
Envolé dans une étape du voyage
Pour venir à moi
Que je puisse tenir ta main
et fermer mes yeux en paix

Ou es-tu mon Yahya ?
Au milieu des tyrans ?
Luttant dans les bras de la tristesse
Faissant tes adieux à ton cher père ?

Ou etes-vous mes enfants ?
Oui, ou etes-vous ?

-------------------------------
"Vie et mort en quatres rimes"
Poésie israélienne contemporaine 

http://www.akadem.org/sommaire/themes/liturgie/6/11/module_4363.php

« Modifié: 06 janvier 2009 à 00:17:02 par katchina »
IP archivée

Marseille13012

  • Méditation Marseille
  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 48
Les poèmes de nos poètes préférés
« Réponse #2 le: 23 mars 2009 à 13:50:10 »

edit katchina : avant fusion ce post avait pour titre "Poésies mystiques"

Au-delà des mots,
au-delà des sens
est le Silence.
Vient un Moment
où La contemplation n'est plus que Silence.
Silence que la Grâce dépose dans l'âme
en l'inondant de la Présence;
L'âme ne peut plus qu'écouter ce Silence.
Silence de la Plénitude de l'instant présent.
Dans le Silence d'un coeur léger,
Dieu souffle :
                         " Je t'attendais ! "
                                         
    Frère Jean,   Le jardin de la foi
 
___________________________________________________________________

La vie, quelle image en donner ?

Celle du reflet de la lune
Dans la goutte de rosée
Suspendue au bec
De l'oiseau aquatique.


Extrait du Sanshô Dôei de Maître Dogen, fondateur du zen soto.

Sanshô Dôei signifie "Chants de la voie du Pin parasol" (japonais)

___________________________________________________________________

Emerveillé,
Tu découvres pas à pas
La solitude aérée,
Le monde de l'absence;
Ce vide lumineux qui se prélasse,
Elégamment incrusté
Entre les choses.

Anonyme ?

___________________________________________________________________

Il est des jours
où les distances sont vaines;
tant est réelle
la Présence de Toi.

Jacques SALOME

___________________________________________________________________

La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles;
L'homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l'observent avec des regards familiers.

Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

Il est des parfums frais comme des chairs d'enfants,
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
Et d'autres, corrompus, riches et triomphants,

Ayant l'expansion des choses infinies,
Comme l'ambre, le musc, le benjoin et l'encens,
Qui chantent les transports de l'esprit et des sens.

Charles Baudelaire, Correspondances
 :)
« Modifié: 27 février 2010 à 00:37:43 par katchina »
IP archivée

là et demain

  • Permissions restreintes
  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2239
Les poèmes de nos poètes préférés
« Réponse #3 le: 20 janvier 2010 à 14:26:52 »

Soir d'été

Une tendre langueur s'étire dans l'espace ;
Sens-tu monter vers toi l'odeur de l'herbe lasse ?
Le vent mouillé du soir attriste le jardin ;
L'eau frissonne et s'écaille aux vagues du bassin
Et les choses ont l'air d'être toutes peureuses ;
Une étrange saveur vient des tiges juteuses.
Ta main retient la mienne, et pourtant tu sens bien
Que le mal de mon rêve et la douceur du tien
Nous ont fait brusquement étrangers l'un à l'autre ;
Quel coeur inconscient et faible que le nôtre,
Les feuilles qui jouaient dans les arbres ont froid
Vois-les se replier et trembler, l'ombre croît,
Ces fleurs ont un parfum aigu comme une lame...
Le douloureux passé se lève dans mon âme,
Et des fantômes chers marchent autour de toi.
L'hiver était meilleur, il me semble ; pourquoi
Faut-il que le printemps incessamment renaisse ?
Comme elle sera simple et brève, la jeunesse !...
Tout l'amour que l'on veut ne tient pas dans les mains ;
Il en reste toujours aux closes du chemin.
Viens, rentrons dans le calme obscur des chambres douces ;
Tu vois comme l'été durement nous repousse ;
Là-bas nous trouverons un peu de paix tous deux.
- Mais l'odeur de l'été reste dans tes cheveux
Et la langueur du jour en mon âme persiste :
Où pourrions-nous aller pour nous sentir moins tristes ?...

- Anna de Noailles -
« Modifié: 20 janvier 2010 à 14:46:46 par katchina »
IP archivée

Aloysius

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1494
Re : Poésie de jeunesse
« Réponse #4 le: 20 janvier 2010 à 14:36:05 »


oh non!

J'ai cru qu'il était de toi et le trouvait magnifique...

...mais je ne pense pas que ce soit le but du fil des "créations"!

Très beau poème quand même! ;)
IP archivée

là et demain

  • Permissions restreintes
  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2239
Re : Poésie de jeunesse
« Réponse #5 le: 20 janvier 2010 à 14:42:44 »

Oups..!
C'est vrai, je l'ai oublié.
Bon, je vais essayer d'en faire une moi-même.
IP archivée

là et demain

  • Permissions restreintes
  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2239
Re : Les poèmes de nos poètes préférés
« Réponse #6 le: 20 janvier 2010 à 15:04:32 »

Merci Katchina !! :)

Le pays

Ma France, quand on a nourri son cœur latin
Du lait de votre Gaule,
Quand on a pris sa vie en vous, comme le thym,
La fougère et le saule,

Quand on a bien aimé vos forêts et vos eaux,
L'odeur de vos feuillages,
La couleur de vos jours, le chant de vos oiseaux,
Dès l'aube de son âge,

Quand amoureux du goût de vos bonnes saisons
Chaudes comme la laine,
On a fixé son âme et bâti sa maison
Au bord de votre Seine,

Quand on n'a jamais vu se lever le soleil
Ni la lune renaître
Ailleurs que sur vos champs, que sur vos blés vermeils,
Vos chênes et vos hêtres,

Quand jaloux de goûter le vin de vos pressoirs ;
Vos fruits et vos châtaignes,
On a bien médité dans la paix de vos soirs
Les livres de Montaigne,

Quand pendant vos étés luisants, où les lézards
Sont verts comme des fèves,
On a senti fleurir les chansons de Ronsard
Au jardin de son rêve,

Quand on a respiré les automnes sereins
Où coulent vos résines,
Quand on a senti vivre et pleurer dans son sein
Le coeur de Jean Racine,

Quand votre nom, miroir de toute vérité,
Émeut comme un visage,
Alors on a conclu avec votre beauté
Un si fort mariage

Que l'on ne sait plus bien, quand l'azur de votre œil
Sur le monde flamboie,
Si c'est dans sa tendresse ou bien dans son orgueil
Qu'on a le plus de joie...

- Anna de Noailles - (encore !)
IP archivée

là et demain

  • Permissions restreintes
  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2239
Re : Les poèmes de nos poètes préférés
« Réponse #7 le: 20 janvier 2010 à 15:11:43 »

Si mon marin vous le chassez,
Au cimetière vous me mettrez,
Rose blanche, rose blanche et rose rouge.

Ma tombe, elle est comme un jardin,
Comme un jardin, rouge et blanche,
Le dimanche vous irez, rose blanche,
Vous irez vous promener,
Rose blanche et blanc muguet,

Tante Yvonne à la Toussaint
Une couronne en fer peint
Elle apporte de son jardin
En fer peint avec des perles de satin,
Rose blanche et blanc muguet.

Si Dieu veut me ressusciter
Au Paradis je monterai, rose blanche,
Avec un nimbe doré,
Rose blanche et blanc muguet.

Si mon marin revenait,
Rose rouge et rose blanche,
Sur ma tombe il vient auprès,
Rose blanche et blanc muguet.

Souviens-toi de notre enfance, rose blanche,
Quand nous jouions sur le quai,
Rose blanche et blanc muguet.

- Max Jacob -
http://fr.wikipedia.org/wiki/Max_Jacob
IP archivée

là et demain

  • Permissions restreintes
  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2239
Re : Les poèmes de nos poètes préférés
« Réponse #8 le: 20 janvier 2010 à 15:19:09 »

Vois, cette branche est rude, elle est noire, et la nue
Verse la pluie à flots sur son écorce nue ;
Mais attends que l'hiver s'en aille, et tu vas voir
Une feuille percer ces noeuds si durs pour elle,
Et tu demanderas comment un bourgeon frêle
Peut, si tendre et si vert, jaillir de ce bois noir.

Demande alors pourquoi, ma jeune bien-aimée,
Quand sur mon âme, hélas ! endurcie et fermée,
Ton souffle passe, après tant de maux expiés,
Pourquoi remonte et court ma sève évanouie,
Pourquoi mon âme en fleur et tout épanouie
Jette soudain des vers que j'effeuille à tes pieds !

C'est que tout a sa loi, le monde et la fortune ;
C'est qu'une claire nuit succède aux nuits sans lune ;
C'est que tout ici-bas a ses reflux constants ;
C'est qu'il faut l'arbre au vent et la feuille au zéphire ;
C'est qu'après le malheur m'est venu ton sourire ;
C'est que c'était l'hiver et que c'est le printemps !

- Victor Hugo -
IP archivée

là et demain

  • Permissions restreintes
  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2239
Re : Les poèmes de nos poètes préférés
« Réponse #9 le: 20 janvier 2010 à 15:22:32 »

Denise, ton mari, notre vieux pédagogue,
Se promène ; il s'en va troubler la fraîche églogue
Du bel adolescent Avril dans la forêt ;
Tout tremble et tout devient pédant, dès qu'il paraît :
L'âne bougonne un thème au boeuf son camarade ;
Le vent fait sa tartine, et l'arbre sa tirade,
L'églantier verdissant, doux garçon qui grandit,
Déclame le récit de Théramène, et dit :
Son front large est armé de cornes menaçantes.

Denise, cependant tu rêves et tu chantes,
A l'âge où l'innocence ouvre sa vague fleur,
Et, d'un oeil ignorant, sans joie et sans douleur,
Sans crainte et sans désir, tu vois, à l'heure où rentre
L'étudiant en classe et le docteur dans l'antre,
Venir à toi, montant ensemble l'escalier,
L'ennui, maître d'école, et l'amour, écolier.

- Victor Hugo -
IP archivée

là et demain

  • Permissions restreintes
  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2239
Re : Les poèmes de nos poètes préférés
« Réponse #10 le: 20 janvier 2010 à 15:26:42 »

Effet de nuit

La nuit. La pluie. Un ciel blafard que déchiquette
De flèches et de tours à jour la silhouette
D'une ville gothique éteinte au lointain gris.
La plaine. Un gibet plein de pendus rabougris
Secoués par le bec avide des corneilles
Et dansant dans l'air noir des gigues nonpareilles,
Tandis que leurs pieds sont la pâture des loups.
Quelques buissons d'épine épars, et quelques houx
Dressant l'horreur de leur feuillage à droite, à gauche,
Sur le fuligineux fouillis d'un fond d'ébauche.
Et puis, autour de trois livides prisonniers
Qui vont pieds nus, un gros de hauts pertuisaniers
En marche, et leurs fers droits, comme des fers de herse,
Luisent à contresens des lances de l'averse.

- Paul Verlaine -
IP archivée

là et demain

  • Permissions restreintes
  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2239
Re : Les poèmes de nos poètes préférés
« Réponse #11 le: 20 janvier 2010 à 15:32:23 »

Hora prima

J'ai salué le jour dès avant mon réveil ;
Il colorait déjà ma pesante paupière,
Et je dormais encor, mais sa rougeur première
A visité mon âme à travers le sommeil.

Pendant que je gisais immobile, pareil
Aux morts sereins sculptés sur les tombeaux de pierre,
Sous mon front se levaient des pensers de lumière,
Et, sans ouvrir les yeux, j'étais plein de soleil.

Le frais et pur salut des oiseaux à l'aurore,
Confusément perçu, rendait mon coeur sonore,
Et j'étais embaumé d'invisibles lilas.

Hors du néant, mais loin des secousses du monde,
Un moment j'ai connu cette douceur profonde
De vivre sans dormir tout en ne veillant pas.

- Sully Prudhomme -
IP archivée

Mille-feuilles

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2079
Re : Les poèmes de nos poètes préférés
« Réponse #12 le: 20 janvier 2010 à 15:39:41 »

Ma Bohème (Fantaisie):

Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées.
Mon paletot aussi devenait idéal.
J'allais sous le ciel, Muse, et j'étais ton féal :
Oh ! là là, que d'amours splendides j'ai rêvées !

Mon unique culotte avait un large trou.
Petit-Poucet rêveur, j'égrenais dans ma course
Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.
Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou.

Et je les écoutais, assis au bord des routes,
Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes
De rosée à mon front, comme un vin de vigueur ;

Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,
Comme des lyres, je tirais les élastiques
De mes souliers blessés, un pied contre mon coeur !

 A. Rimbaud
« Modifié: 20 janvier 2010 à 21:32:20 par Mille-feuilles »
IP archivée
"Prie comme si tu devais mourir aujourd'hui. Travaille ta terre comme si tu devais vivre éternellement."

là et demain

  • Permissions restreintes
  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2239
Re : Les poèmes de nos poètes préférés
« Réponse #13 le: 20 janvier 2010 à 15:44:07 »

Ne me quitte pas
Il faut oublier
Tout peut s'oublier
Qui s'enfuit déjà
Oublier le temps
Des malentendus
Et le temps perdu
A savoir comment
Oublier ces heures
Qui tuaient parfois
A coups de pourquoi
Le cœur du bonheur
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Moi je t'offrirai
Des perles de pluie
Venues de pays
Où il ne pleut pas
Je creuserai la terre
Jusqu'après ma mort
Pour couvrir ton corps
D'or et de lumière
Je ferai un domaine
Où l'amour sera roi
Où l'amour sera loi
Où tu seras reine
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Je t'inventerai
Des mots insensés
Que tu comprendras
Je te parlerai
De ces amants là
Qui ont vu deux fois
Leurs cœurs s'embraser
Je te raconterai
L'histoire de ce roi
Mort de n'avoir pas
Pu te rencontrer
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
On a vu souvent
Rejaillir le feu
D'un ancien volcan
Qu'on croyait trop vieux
Il est paraît-il
Des terres brûlées
Donnant plus de blé
Qu'un meilleur avril
Et quand vient le soir
Pour qu'un ciel flamboie
Le rouge et le noir
Ne s'épousent-ils pas ?
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Je ne vais plus pleurer
Je ne vais plus parler
Je me cacherai là
A te regarder
Danser et sourire
Et à t'écouter
Chanter et puis rire
Laisse-moi devenir
L'ombre de ton ombre
L'ombre de ta main
L'ombre de ton chien
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas

- Jacques Brel -

Après ça, on a plus qu'à se faire tout petit.
IP archivée

Aloysius

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1494
Re : Les poèmes de nos poètes préférés
« Réponse #14 le: 20 janvier 2010 à 17:36:38 »

Voilà, c'est réparé, vous pouvez déposer ici les poèmes de vos poètes préférés.
Je ferais un petit découpage à l'occasion pour regrouper ceux qui se sont égarés dans cet espace.

Ce message d'auto-détruira le moment venu.


Ah c'est sympa Katchi de nous permettre ça!

...mais le fil va être tellement plein bientôt qu'il va falloir ouvrir un autre espace!  ;)


 
                              Voyelles
 
 
A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,

Golfes d'ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;

U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides
Que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux ;

O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges ;
- O l'Oméga, rayon violet de Ses Yeux !

 
 
 
Arthur RIMBAUD (1854-1891)     
« Modifié: 20 janvier 2010 à 17:53:01 par Aloysius »
IP archivée