Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Auteur Sujet: Les poèmes de nos poètes préférés  (Lu 21103 fois)

0 Membres et 3 Invités sur ce sujet

Gnosis

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 12
Re : Les poèmes de nos poètes préférés
« Réponse #105 le: 19 août 2016 à 14:45:05 »

Hélas ! le feu de la passion m’embrase à nouveau :
Ce cœur fou de nouveau s’est enfui au désert.
Hélas ! l’océan de l’amour est à nouveau rempli de vagues.
Dans mon cœur jaillit la source de la douleur.
Hélas ! une flamme s’est élancée, elle a mis le feu à la demeure du cœur,
Le ciel est rempli de fumée : mon cœur a rencontré le vent.
Le feu du cœur n’est pas chose facile ; ne me reproche rien.
O mon seigneur ! Viens à mon secours ! A l’aide, à l’aide, mon cœur est incendié.
L’armée des pensées arrive des forêts,
Elle se dirige vers mon cœur à pas martelés, toute réjouie de ma peine.
O cœur lumineux jusqu’en son tréfonds ! Emir de tous les cœurs !
Ta patience a fini par te conduire au but.
Tous, nobles et vils, fixent leur regard les uns sur les autres.
Ton regard à toi est tourné vers Dieu. Que le regard de tous soit fixé sur toi !
Ta main est la main de Dieu, tes yeux sont enivrés par Dieu.
Que l’ombre du Seigneur des créatures s’étende éternellement sur tous !
C’est toi qui causes le gémissement des créatures : le tien, d’où provient-il ?
C’est l’amour qui a donné naissance à tout cela. Chose étrange : Qui a donné naissance à l’amour ?
O Shams-ul-Haqq wa’d-Dîn ! Tu possèdes le royaume de l’existence.
L’amour n’a vu nul Kayqobâd pareil à toi !


Ode mystique de Rûmî ♥  ;D
IP archivée
"... le seul véritable temple est celui que Dieu a créé : l'univers." Maître OM A...

katchina

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 16401
Re : Les poèmes de nos poètes préférés
« Réponse #106 le: 30 août 2017 à 12:01:56 »

Postée il y a maintenant bientôt 10 ans, je la replace ici, en réponse au dialogue de sourds avec Audomar concernant la conscience des êtres non-humains.

"Au début des temps,
Il n'y avait pas de différence entre
Les hommes et les animaux.

Toutes les créatures vivaient sur terre.

Un homme pouvait se transformer en animal s'il le désirait
Et un animal pouvait devenir un être humain.
Il n'y avait pas de différence.

Les créatures étaient parfois des animaux
Et parfois des hommes.

Tout le monde parlait une même langue.

En ce temps-là les mots étaient magie
Et l'esprit possédait des pouvoirs mystérieux.

Un mot prononcé au hasard pouvait
Avoir d'étranges conséquences.
Il devenait brusquement vivant
Et les désirs se réalisaient.

Il suffisait de les exprimer.
On ne peut pas donner d'explication. C'était comme ça."

Légende amérindienne

source
IP archivée
J'veux du soleil dans ma mémoire