Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !

Auteur Sujet: Le langage dans tous ses états  (Lu 3921 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

katchina

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 16413
Re : Le langage dans tous ses états
« Réponse #15 le: 16 février 2016 à 22:53:44 »

tous les points que vous reprenez ci-dessous proviennent des recommandations de la-dite académie en 1990 ![/color]

Oui Roger, mais il s'agissait de recommandations, pas d'obligation. Et il ne me semble pas qu'elles aient été beaucoup suivies, car je ne pense pas avoir lu "traitre" et "bruler" dans tous les romans, essais, etc. que j'ai lus depuis (2016-1990 =)... disons ces 25 dernières années, que ce soit chez Gallimard, Grasset, Acte Sud, et qui sais-je encore. Ces recommandations ne seraient donc appliquées que sur ordre du ministère dans les établissements publics, mais pas dans le milieu de l'édition, ni même celui de la presse (à vérifier).

Citer
Aussi, restons dans les citations et recevez celle-ci de la part de Paul Valéry :
«L’absurdité de notre orthographe qui est, en vérité, une des fabrications les plus cocasses du monde, est bien connue. Elle est un recueil impérieux ou impératif d’une quantité d’erreurs d’étymologie artificiellement fixées par des décisions inexplicables»(Reflet, 1989)

Ah bon, je croyais que Paul Valéry était décédé en 1945  ;D

Les citations de Raymond Queneau et Paul Valéry (en quelle année, ça...)

Ils étaient tous deux (et surtout Queneau) des orfèvres de la langue française. Il est donc normal qu'ils puissent avoir ce genre de coquetterie oratoire. Par contre, ces citations sont sans faute d'orthographe et il ne me semble pas avoir vu de fautes d'orthographe chez les auteurs oulipiens.

Il faut d'autre part remettre ces citations dans leur contexte historique - Queneau est décédé en 1976, Valéry en 1945.
Et comme le dit Hélène Carrère-d’Encausse, en 2016, par rapport au  projet de 1990, nous sommes dans une situation totalement différente où un enfant sur cinq ne sait pas lire en fin de primaire.

Dans le contexte actuel, les remarques de Queneau et Valéry seraient à la langue française ce que la gauche caviar est à la classe ouvrière.

Mais le sujet est : faillite de l'école française
Il est donc logique qu'une intégriste (désolée, je ne voulais pas employer ce terme, mais je me cale sur le  parallélisme des formes avec les propos de Roger) il est donc logique donc, qu'une intégriste du nivellement par le bas tente un coup de poker pour obtenir 150% de réussite au bac avant les prochaines élections présidentielles.

Je parle de coup de poker parce-que :

Pas compris la secrétaire perpétuelle de l’Académie française. Najat Vallaud-Belkacem a fait part de son « étonnement » à Hélène Carrère d’Encausse, qui a pris ses distances avec une réforme de l’orthographe actée en 1990.

source

Pour conclure : « Eu égard à la mission de défense et d’illustration de la langue française assignée à l’Académie, je vous serais reconnaissante de bien vouloir me faire part de toute évolution de la position de votre institution quant aux rectifications orthographiques, afin que les acteurs concernés puissent en tenir compte à l’avenir », demande-t-elle.

Or il me semble que si ce n'était pas un coup de poker, quoique ne connaissant pas la hiérarchie protocolaire entre le Ministère et l'Académie, ce serait plutôt l'inverse qui aurait dû avoir lieu - que le Ministère demande la confirmation de l'accord de l'Académie AVANT de faire une annonce publique.

Mais bon, je reste persuadée, peut-être à tort, que les vraies raisons sont plus politiques qu'angéliques envers les pôv petits chéris qui ne sont plus capables de faire un effort de concentration et d'apprentissage par coeur.

Ceci étant valable pour les tables de multiplication  : ben y'a les calculettes (Je suis triste pour eux quand les petits jeunes qui font les marchés ne savent pas rendre la monnaie de mémoire),
Et pour l'abandon progressif de l'écriture manuscrite (là c'est la Finlande qui donne le coup d'envoi)

Espérons pour les jeunes qu'ils n'auront pas dans quelques années un super big bug informatique, si cela durait trop longtemps, ce serait le retour à l'âge de pierre.

--
Ceci dit : pour Edith - à propos de mon voeu à la fée aux supers pouvoirs - j'ai rajouté "penser dans toutes les langues" car j'aurais beau dire et écrire "a chair" je penserai toujours "une" - je parlerai comme les anglais mais ne penserai toujours pas comme eux.

--

Et pour Roger - nous ne sommes pas toujours d'accord, loin de là, mais parfois si.
Laisse tomber la haine, c'est une énergie vampirisante qui ne mérite pas qu'on l'héberge. La rancoeur à la rigueur, la rage, la colère qui peuvent être des moteurs puissants, mais pas la haine. Elle ne mérite pas que nous lui prêtions attention.  :)

Je n'ai pas grand chose d'autre à rajouter et déteste la polémique. Vous permettrez donc que je retourne à mes chers auteurs - Je me souhaite bonne lecture.  ;D
« Modifié: 17 février 2016 à 09:23:22 par katchina »
IP archivée
J'veux du soleil dans ma mémoire

Paulo

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4571
Re : Le langage dans tous ses états
« Réponse #16 le: 17 février 2016 à 13:12:31 »

Ce que l'on entend par "français" c'est la "langue d'iol", à savoir la langue minoritaire d'une élite qui s'est imposé sur toutes les autres par la force, alors que de part sa structure elle aurait normalement dû disparaitre, et on parlerait aujourd'hui une forme d'occitan proche du catalan. À part des réformes à deux balles, je ne crois pas qu'on puisse réformer grand chose.
IP archivée
Comme d'habitude, si vous même ou vos collaborateurs étaient capturés ou tués, le Département d'État niera vous avoir donné un conseil aussi con.

katchina

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 16413
Re : Le langage dans tous ses états
« Réponse #17 le: 17 février 2016 à 23:30:35 »

Par souci d'objectivité et pour en finir avec les traitre, bruler, corole et après-midis - avec ou sans accent, un l ou deux et un pluriel ou non, j'ai fait quelques vérifications.

J'ai comparé le Petit Larousse 2014 et le Petit Robert 2013

Le Robert ne prend pas du tout en compte les recommandations de 1990, le Petit Larousse les accepte en instaurant une hiérarchie.

Le Robert

traître - 1080 traïtre

brûler - 1669 - fin XIIe brusler - 1120 bruller

corolle n.f. 1749 [...] par analogie une jupe en corolle, évasée vers le bas.

après-midi n.m ou f. inv 1514 - Aprèm - abréviation familière 1906 (color=brown][/color]

Le Larousse prend en compte les recommandations de 1990 - met en tête de zone (en premier) l'orthographe la plus employée.
Pour tous les mots, actuellement, l'orthographe la plus employée est l'orthographe classique.

traître (traitre)
brûler (bruler)
corolle (corole)
après-midi n.m. inv ou n.f. inv (autorise n.m - n.f pluriel après-midis)

Pour le mot clé les deux orthographes sont à égalité :
Robert : clé ou clef fin XIe
Larousse : clé ou clef

Pour en finir avec une pointe d'humour - je comprends ce que voulait dire Edith - en visualisant le mot les yeux fermés,
l'image qui surgit pour une jupe en corolle est une jupe qui virevolte,  une jupe en corole, je vois plutôt une jupe droite.

C'est un peu comme pour décoller - pour décoller il faut deux ailes.  ;)
IP archivée
J'veux du soleil dans ma mémoire

Edith

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 291
Re : Le langage dans tous ses états
« Réponse #18 le: 18 février 2016 à 11:17:59 »

Tu as bien "pigé"...  corolle me fait penser à une valse de Vienne ! Va savoir pourquoi ?

Je suis également contente, car nous allons en parler, que tu aies  fait un ajout à ton vœu formulé à ta bonne fée , à savoir "que tu souhaiterais "penser dans toutes les langues", car tu aurais beau dire et écrire " a chair", tu penserais toujours "une chaise" ce qui voudrait dire que tu parlerais comme  les anglais mais ne penserais pas comme  eux."

Mais d'abord, j'aimerais parachever, moi, l'envoi du poème avant la parenthèse Roger .

Ce poème n'est pas extrait d'un recueil de poésie, il termine le second ouvrage d'une trilogie intitulée "La dynamique du son", écrite par Hélène Foglio,  destinée à nous faire prendre conscience des arcanes du langage, de leur sens profond et surtout de leur puissance vibratoire, afin que nous découvrions que notre être psychosomatique s'articule avec la "Parole" qui ne cesse de retentir dans l'univers.
Elle termine ce second ouvrage par ces paroles :

" En guise de conclusion, je vous livre tels quels, sans retouches, dans leur nudité et leur imperfection, trois poèmes tirés d'un recueil que je me suis jusqu'à présent abstenue de publier, le jugeant trop personnel, trop intime. Je souhaite qu'ils soient pour vous comme la résonance qui achève le son, qu'ils touchent quelque chose dans votre âme et votre cœur et qu'ils vous ouvrent de vastes horizons pour rêver."

Par "résonance", cela m'a fait penser à Marie-Louise Aucher, créatrice de la psychophonie, laquelle, dans son ouvrage "Les plans d'expression" nous dit ceci :

 "C'est notre cerveau qui filtre tous les messages d'intégration ou de re-création.
Trois parties du cerveau concourent à harmoniser la réception des messages et à leur apporter une réponse :
- La partie basse, région thalamique ou cerveau primaire, reçoit la qualité émotive ou affective des messages plus que le message lui-même. Dans cette région, les messages  se colorent d'attrait ou de répulsion.
- Le cortex est l'enveloppe du cerveau grâce à laquelle les messages se transforment en conscience et intelligence lucide.
- En avant du front, les lobes préfrontaux évaluent la réponse à donner aux messages reçus, perçus, identifiés et classés ."

Ceci l'a amenée à dire :

"Nous avons décelé de très curieuses différences entre les vibrations spécifiques d'une langue à l'autre . Les langues européennes prédominantes ont chacune une aire de vibration particulière dans une zone du crâne :

- Le néerlandais vers l'occiput.
- L'allemand aussi, mais plus haut.
- L'espagnol, l'italien, le latin et le français ramènent cet éventail de vibrations de plus en plus vers l'avant, pour en arriver à
- l'anglais qui vibre aux lèvres sans résonner obligatoirement dans le crâne. L'anglais ne provoque pas de massage vibratoire. Seuls les américains, en la nasillant ont amené cette phonation dans la tête.

Quant au latin, dont elle s'est préoccupée à cause de son abandon dans les célébrations  religieuses, elle dit ceci :

Lorsqu'on analyse la prédominance des vibrations dans la tête, on constate que cette langue, bien que considérée comme "morte", active la zone préfrontale, celle dont les lobes du cerveau supportent la possibilité d'un choix logique et rationalisé.
L'instinct ou la sensorialité y ont moins de place que dans d'autres langues, mais l'élaboration répond à la zone de l'intelligence qu'elle éclaire. Et nous sommes bien obligés de le constater, le latin nous offrait autrefois une pose de voix spontanée, dont bénéficiait la qualité du chant religieux.

Ces constatations de "pros" portent à réfléchir sur les causes, apparemment physiologiques,pouvant provoquer la difficulté de s'entendre entre peuples.
Reste à savoir si l'esperanto ( "celui qui espère" ) pourrait faire que nos cerveaux vibrent...à l'uni-(s)son, et pour tout dire devienne "uni-lingue" ou "uni-voque" !

Voici quelques réflexions - mais il y en a beaucoup d'autres - qui pourraient nous "interpeller'  ou "interpeler" ... encore une question d'ailes !
IP archivée

katchina

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 16413
Re : Le langage dans tous ses états
« Réponse #19 le: 19 mars 2016 à 19:19:58 »

1966... ;D


En relisant ta lettre... je m'aperçois que l'orthographe et toi ça fait deux.
« Modifié: 30 septembre 2017 à 20:20:36 par katchina »
IP archivée
J'veux du soleil dans ma mémoire

katchina

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 16413
Re : Le langage dans tous ses états
« Réponse #20 le: 30 septembre 2017 à 20:25:11 »

Sylvain Szewczyk, justicier de l'orthographe
[/size]
 11h00 , le 30 septembre 2017, modifié à 11h31 , le 30 septembre 2017

PORTRAIT - Depuis plus de trois ans, Sylvain Szewczyk dénonce les fautes de français sur les réseaux sociaux, notamment via son compte Twitter "Bescherelle ta mère". Avec un certain piquant.

Encore plus que les autres articles du JDD, ce portrait a été lu et relu avant d'être imprimé. Revu et corrigé. Pas envie qu'une phrase malencontreuse fasse de nous la risée des dizaines de milliers de fans de Bescherelle ta mère. Parce que l'inventeur du concept, impitoyable, le lira forcément. Sylvain Szewczyk a créé en février 2014 Bescherelle ta mère : un compte Twitter (184.000 followers aujourd'hui), une page Facebook (705.000 fans) puis un site Internet. Toute la journée, il traque les fautes de français, d'orthographe, de grammaire sur les réseaux sociaux, à la télévision, dans la rue… Et il les rend publiques. Sans oublier d'invectiver les fautifs, célèbres ou non. Son objectif initial : "Faire marrer mes potes", confie-t-il. Parfois, ses apostrophes sont un peu rudes : "Comme ça le message passe mieux." "C'est une posture, il aime jouer différents rôles, dit son père, Emmanuel, "super fier" de son fils : "Sylvain est surtout un vrai gentil."

"Non pêche" que les fautes comme celle-là font saigner ses yeux. Quelques exemples de l'usage (très) approximatif du français parmi les milliers repérés sur Internet par l'œil de lynx : "Tu fais sang blanc", "Ma voisine s'est suisse idée", "Une machine a potkorne", "Les Chonzilizé", "Un œil au bord noir"… Caché derrière son ordinateur, il voulait rester anonyme ; le buzz en a décidé autrement. En quelques semaines, Sylvain Szewczyk, alors créateur de vidéos dans une agence de communication à Lyon, décroche des articles dans des journaux, une invitation au JT de France 2 ("On ne dit pas non à Laurent Delahousse", glisse-t-il) et un nouvel emploi à Paris dans une boîte de pub du grand groupe Publicis. Le voilà démasqué mais lancé.

Pas passionné de français

Et inquiété. Dès le printemps 2014, la maison d'édition Hatier voit, en effet, d'un mauvais œil que le nom Bescherelle, référence des manuels d'orthographe et de conjugaison en France, soit détourné de manière aussi sarcastique. "Je corrige vos fautes, bande de cons" est quand même le slogan officiel de Bescherelle ta mère. Echanges avec le service juridique, blocage de la page Facebook… Puis marche arrière. Rachel Duc, directrice du pôle ­parascolaire et jeunesse chez Hatier, explique : "Notre marque est presque devenue un nom commun. Nous avons fixé quelques limites à la parodie, mais très vite nous nous sommes rendu compte que nous menions le même combat : défendre la langue française… Avec des moyens différents." Les deux parties s'apprécient beaucoup désormais. Chez Sylvain Szewczyk, le célèbre petit livre rouge, dont les différentes déclinaisons se vendent à plus d'un million d'exemplaires chaque année, trône désormais en bonne place. "Alors que je n'en avais pas quand j'étais enfant", se marre-t-il.

source et suite : http://www.lejdd.fr/societe/sylvain-szewczyk-justicier-de-lorthographe-3445751
IP archivée
J'veux du soleil dans ma mémoire