Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !

Auteur Sujet: Astronomie en général  (Lu 131418 fois)

0 Membres et 3 Invités sur ce sujet

Argonot

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 964
Re : Astronomie en général
« Réponse #645 le: 08 octobre 2017 à 23:23:47 »

Le sujet des astéroïdes et géo-croiseurs est important ( au fait , a-t-on des nouvelles d'Apophis ? ) ,
mais je voudrais revenir sur le curieuse image de Fomalhaut postée par Ascellu .

Pourquoi n'indiques-tu pas de lien vers la source de l'info ? Pourquoi ne donnes-tu aucune explication ? Car cette image est vraiment très étrange si elle est censée représenter une étoile .

J'ai donc fait des recherches .
 
Il s'agit d'une image composite qui combine des donnés obtenues par ondes millimétriques ( l'anneau ) et par lumière visible ( par le téléscope Hubble ) et le très étrange disque noir au centre de l'image est du à l'utilisation d'un masque ( sans quoi l'éclat de l'étoile eût été trop fort ) .
https://public.nrao.edu/news/2017-alma-ring-fomalhaut/

Donc il n'y a aucune raison d'intituler cette image de  l'expression sensationnelle " l'oeil de Fomalhaut "...Etant donné qu'il n'y a pas " d'oeil " , mais simplement l'utilisation d'un masque pour la photo ...
IP archivée

Ascellu

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 538
Re : Re : Astronomie en général
« Réponse #646 le: 09 octobre 2017 à 01:25:27 »

Pourquoi n'indiques-tu pas de lien vers la source de l'info ? Pourquoi ne donnes-tu aucune explication ? Car cette image est vraiment très étrange si elle est censée représenter une étoile .
Parce que je n'avais pas ces infos , et que visiblement quelqu'un d'autre devait les apporter ( ou pas ) et que je me suis contenté de la poésie de l'image.
Je te remercie pour ces infos intéressantes 
IP archivée
Aussi paradoxal que cela puisse paraître, il y a un chemin à parcourir et il faut le parcourir, mais il n'y a pas de voyageur. Des actes sont accomplis, mais il n'y a pas d'acteur

Argonot

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 964
Re : Astronomie en général
« Réponse #647 le: 21 octobre 2017 à 22:57:40 »

Il existerait un astéroïde possédant des anneaux !
il s'agit de Chariclo, du nom d'une nymphe de la mythologie grecque :

" (10199) Chariclo, internationalement (10199) Chariklo, est un centaure, un astéroïde dont l'orbite croise celle des planètes externes du système solaire. Découvert le 15 février 1997 par le programme Spacewatch, il est le premier astéroïde connu possédant des anneaux. "

https://fr.wikipedia.org/wiki/(10199)_Chariclo

IP archivée

vephil

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 237
Re : Astronomie en général
« Réponse #648 le: 13 janvier 2018 à 18:41:50 »

Une merveilleuse comète bleue s'approche du Soleil !

Cette comète a été découverte le 7 septembre 2016 par le Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope and Rapid Response System) installé à Hawaï.
Sa plus proche approche du Soleil est prévue pour le 9 mai 2018 - C'est une comète périodique à très longue période ; elle effectue sa révolution en 20.327 ans.
https://blogs.futura-sciences.com/feldmann/2017/12/04/letrange-comportement-de-comete-c2016-r2-panstarrs/


"LA COMETE PanSTARRS (C/2016 R2) DE MONOXYDE DE CARBONE"

"Les astronomes ne cessent d’être émerveillés par la couleur bleue et la dynamique de la comète PanSTARRS (C/2016 R2) qui s’approche maintenant du Soleil, au-delà de l'orbite de la planète Mars.
Il semble que chaque jour s’ajoute un nouveau nuage de gaz poussiéreux flottant sur la queue de la comète, tandis que des jets gazeux tournent autour du noyau de la comète.
L'astronome amateur Gerald Rhemann a pris cette photo depuis son observatoire privé de « Tivoli-Farm » en Namibie.
"Il s'agit d'une exposition guidée de 56 minutes à travers un télescope de 12 pouces", a t-il expliqué."

Voici à quoi ressemblait la comète ce mercredi 10 janvier 2018 :


source photo et + d’infos :  http://spaceweather.com/ - Trad. partielle article du 13 janvier 2018


« Modifié: 13 janvier 2018 à 19:08:45 par vephil »
IP archivée
Je les aime mais pas dans mon assiette

Ascellu

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 538
Re : Astronomie en général
« Réponse #649 le: 21 février 2018 à 00:55:12 »

Pluton : les raisons d'aller rebondir et tourner autour de cette planète naine



Les données acquises par la sonde New Horizons renforcent l'attrait de Pluton, un corps complexe et étonnamment dynamique. Nombreux sont les scientifiques à vouloir y retourner. Tanguy Bertrand, jeune chercheur français, est l'un d'eux. Il nous explique pourquoi mais avoue qu'il faudra être patient...

Le succès de New Horizons et ses découvertes sur Pluton ont « attisé encore plus notre curiosité, et plusieurs projets sont dans les cartons pour y retourner », nous explique Tanguy Bertrand, qui vient de finir sa thèse sous la direction de Francois Forget, chargé de recherche CNRS au Laboratoire de météorologie dynamique et membre de l'équipe scientifique de New Horizons.

Cet intérêt s'explique notamment par « une grande diversité géologique, impliquant des processus à différentes échelles de temps, une intense activité glaciaire liée aux cycles des glaces volatiles, et une atmosphère surprenante avec notamment la présence d'une brume organique ». Les phénomènes en jeu et les matériaux présents, « mélanges de glaces et de particules de brume », sont complexes et uniques dans le Système solaire. « Ils méritent une étude approfondie. »

Les chercheurs souhaitent poursuivre l'étude « des glaces volatiles, réaliser leur inventaire, distribution et mesurer leur épaisseur à la surface, ainsi qu'explorer les mécanismes opérant à petites échelles (nuages, givres, érosion, écoulement glaciaire) ». Dans la haute atmosphère, « nous souhaitons comprendre comment s'échappent les molécules d'azote et de méthane et comment se forme cette brume organique ». Enfin, les scientifiques souhaitent en apprendre davantage sur « la structure interne de Pluton, son éventuel océan sous la surface et sur le système de satellites qui a été très peu étudié par New Horizons ». Il existe aussi un attrait à comparer Pluton avec Charon, son principal satellite.

suite ici https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/pluton-pluton-raisons-aller-rebondir-tourner-autour-cette-planete-naine-68893/

et en complément http://www.nationalgeographic.fr/espace/pluton-au-crepuscule-une-ressemblance-troublante-avec-la-terre
IP archivée
Aussi paradoxal que cela puisse paraître, il y a un chemin à parcourir et il faut le parcourir, mais il n'y a pas de voyageur. Des actes sont accomplis, mais il n'y a pas d'acteur

Capitaine Renard

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1499
  • cornichons friendly
Tailles comparées d'étoiles dans l'univers intersidéral
« Réponse #650 le: 24 avril 2018 à 05:13:58 »



[Comparaisons de tailles de l'univers]

edit katchina : vidéo sur le meme thème postée par Ascellu un peu plus haut, le 06 Octobre 2017 à 18:56:59
« Modifié: 24 avril 2018 à 16:38:49 par katchina »
IP archivée

vephil

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 237
Re : Astronomie en général
« Réponse #651 le: 13 octobre 2018 à 19:19:51 »

En Antarctique des particules étranges (un élément inconnu) semblent émaner de la banquise.
Les scientifiques sont perplexes.



Numerama - 06 octobre 2018

"Des particules émanent de l'Antarctique et on ne sait pas ce que c'est"

"Le projet ANITA (Antarctic Impulsive Transient Antenna) de la Nasa a permis d'observer des particules étranges en Antarctique : elles émanent de la Terre, au lieu d'arriver de la galaxie.
Selon des physiciens, il est probable que nous soyons face à un phénomène jusqu'ici inconnu.

Des rayonnements cosmiques intriguent les physiciens depuis plusieurs années.
Dans les sols glacés de l’Antarctique, la Nasa a enregistré en 2016 la présence de particules au comportement étrange : au lieu de provenir de l’espace, elles semblent jaillir de la banquise.
Des chercheurs de l’université d’État de Pennsylvanie ont uni leurs forces pour tenter de comprendre ce phénomène qui a déjà inspiré de nombreuses théories.
Ils relatent cette recherche dans un article pré-publié le 25 septembre 2018 sur arXiv ( https://arxiv.org/pdf/1809.09615.pdf ). 
Leur conclusion soutient l’hypothèse sur laquelle la communauté physicienne s’est déjà reposée, sans toutefois la démontrer. La plupart des scientifiques pensaient que ces particules étaient probablement un élément inconnu : selon cette nouvelle recherche, il y a de grandes chances que ce soit le cas.

La physique au delà du modèle standard
« Nous explorons [l’hypothèse que] ces particules aillent au delà du modèle standard pour expliquer les événements [enregistrés par] ANITA, s’ils sont correctement interprétés, et concluons que c’est le cas », écrivent les chercheurs dans leur résumé.Ces étranges « rayonnements cosmiques » ont été observés à deux reprises par la Nasa dans le cadre du projet ANITA (Antarctic Impulsive Transient Antenna), un ballon à hélium embarquant un réseau d’antennes radio afin de repérer les rayons cosmiques d’ultra haute énergie (aussi dits zetta-particules), l’un des phénomènes les plus énergétiques connus dans la nature. (.........)

Ces particules sont très probablement un phénomène nouveau
En raison de leur comportement inhabituel, les physiciens s’accordaient à dire que ces étranges particules ne pouvaient pas faire partie du modèle standard, une théorie permettant de classifier les particules subatomiques (plus petites que les atomes) connues. Toutes les hypothèses envisageaient le fait que les particules soient la manifestation d’un phénomène nouveau, sans pour autant que cela soit vérifié. Le travail des universitaires pennsylvaniens vient renforcer cette idée. Selon eux, les particules observées grâce à ANITA ne sont qu’une partie émergée de l’iceberg : ces rayonnements cosmiques sont bien plus nombreux que ce que nous pensions.
Un autre observatoire situé dans l’Antarctique, baptisé IceCube, a eu l’occasion d’observer des particules similaires, mais aucun lien n’avait été fait entre les enregistrements d’IceCube et ceux d’ANITA, jusqu’à cette étude.

1 chance sur 3,5 millions que nous les connaissions
En combinant ces deux bases de données, les physiciens sont arrivés à la conclusion que ces étranges particules émanant de la Terre avaient une chance infime d’appartenir au modèle standard : il y a très exactement moins d’une chance sur 3,5 millions pour que ces particules en fassent partie. Autrement dit, cette découverte permet de renforcer l’hypothèse que la communauté scientifique envisageait : il est fort probable que ces particules soient une manifestation d’un phénomène nouveau. (......)"

Source (avec photos du dispositif ANITA et de l’observatoire IceCube en Antarctique):
https://www.numerama.com/sciences/425388-les-mysterieuses-particules-emanant-de-lantarctique-sont-sans-doute-inconnues-des-physiciens.html





« Modifié: 13 octobre 2018 à 19:42:11 par vephil »
IP archivée
Je les aime mais pas dans mon assiette

vephil

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 237
Re : Astronomie en général
« Réponse #652 le: 17 décembre 2018 à 17:50:57 »

Un fascinant voyage au-dessus de notre Terre, offert par la NASA.

Vidéo NASA (+musique planante…): "ORBIT - A Journey Around Earth in Real Time [4k]"


Nous voici à bord de l’ISS (la Station Spatiale Internationale) pendant 1h32.
La durée du film correspond exactement au temps nécessaire à l’ISS pour orbiter une fois autour de la Terre, soit précisément 92 minutes et 39 secondes
Photoshop a dû être utilisé pour effacer quelques imperfections sur le film (poussières, pixels, etc...).

+infos en anglais et en français : cliquer sur "PLUS" sous la vidéo (chez youtube).
 
L’ISS fait 15 fois et demie le tour de la Terre en 24 heures.
Elle est située en moyenne à 415 km d’altitude, sa vitesse est de 27.600 km/heure, soit 7,7 km/seconde.
https://www.astronomes.com/divers/liss-la-station-spatiale-internationale

« Modifié: 17 décembre 2018 à 18:05:52 par vephil »
IP archivée
Je les aime mais pas dans mon assiette

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • En ligne En ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 14806
Re : Astronomie en général
« Réponse #653 le: 26 décembre 2018 à 11:17:56 »

Une chimie prébiotique universelle peut faire naître la Vie partout dans la Voie lactée et au-delà.

"    On a découvert des molécules organiques dans les nuages interstellaires et l'on sait qu'elles se concentrent dans l'enveloppe de glaces, essentiellement d'eau, autour des poussières. On y trouve notamment du méthanol.

    Des sucres et des acides aminés se trouvent également dans les comètes et les météorites. Leur origine est étudiée en laboratoire, en reconstituant les conditions du milieu interstellaire et l'effet des rayons ultraviolets sur la chimie prébiotique dans les glaces autour des poussières.

    Il est ainsi prouvé que le sucre constituant l'ADN, le désoxyribose, pouvait se former dans le milieu interstellaire, ce qui suggère une naissance universelle de la Vie dans le cosmos." - Suite & Source

Autrement dit : il se confirme que la Vie est partout présente dans l'Univers !
« Modifié: 26 décembre 2018 à 14:07:13 par Nemo492 »
IP archivée
On n'est jamais si bien trahi que par ses amis les plus proches..
http://cryonautes.com - http://protocole-oracle.c

Capitaine Renard

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1499
  • cornichons friendly
Re : Astronomie en général
« Réponse #654 le: 26 décembre 2018 à 11:43:03 »

Quelle très bonne nouvelle !



(les bases de l'ADN / Uracil = base de l'ARN messager servant à la métabolisation des protéines)

vephil

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 237
Re : Astronomie en général
« Réponse #655 le: 11 janvier 2019 à 18:22:14 »


Un astéroïde a frôlé la Terre mardi. Ce ne fût heureusement qu'un "petit caillou"  :P

_____


SURVOL D’UN ASTEROÏDE PRES DE LA TERRE -  « CLOSE ASTEROID FLYBY »

" Le 8 Janvier 2019, l'astéroïde 2019-AS5 a survolé à seulement 8600 km la surface de notre planète.

Il a été découvert par le télescope « Mt Lemmon Survey » (Arizona) neuf heures après son survol de la Terre.  (…..) Dans cette région de l'espace proche de la Terre, de très nombreux satellites GPS et des satellites géosynchrones sont en orbite. (diagramme ci-dessous).

Si ce rocher spatial de 1 à 2 mètres de large avait touché la Terre (et il l’a presque fait)), cela aurait provoqué une boule de feu très brillante dans l'atmosphère ainsi que des bangs soniques, et des météorites auraient été éparpillées jusqu’au sol - mais sans dommages sérieux. "

source: Trad. d'un article spaceweather.com du 11 Janvier 2019


image: spaceweather.com/images2019/11jan19/flyby_strip3.png

« Modifié: 11 janvier 2019 à 18:46:31 par vephil »
IP archivée
Je les aime mais pas dans mon assiette

vephil

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 237
Re : Astronomie en général
« Réponse #656 le: 23 janvier 2019 à 20:20:20 »


Les ondes (puissants jets) émanant de « Sagittarius A », le Trou Noir supermassif situé au centre de notre galaxie « La Voie Lactée », pointeraient presque directement vers la Terre, mais cela ne représenterait aucun danger pour notre planète.  (distante de 26 500 années-lumière  ...)


Science et Vie - 19 décembre 2018 - mis à jour 02 janvier 2019
"Astronomie : des astronomes ont vu le bord d'un trou noir !"
"Jamais un trou noir n'avait été observé d'aussi près - a fortiori le nôtre.
Or, les astronomes ont pu suivre en direct, au cœur de la Voie lactée, Sagittarius A* en train d'engloutir un nuage de gaz incandescent. Monstrueux !
Le 22 juillet 2018, Sagittarius A*, le trou noir supermassif qui sommeille au cœur de la Voie lactée, est sorti de sa torpeur. Le monstre s'est soudainement embrasé, multipliant par dix sa luminosité, avant de se rendormir une demi-heure plus tard.
À 26 500 années-lumière de là, les quatre télescopes géants du VLT, au Chili, n'ont pas perdu une goutte du spectacle. Braqués vers le centre galactique, ils étaient branchés en réseau par l'instrument européen Gravity, formant l'équivalent d'un télescope de 130 m…  Et ils ont pris sur le vif cette éruption de lumière avec une résolution jamais atteinte !  "On observe ces sursauts régulièrement depuis 2003, mais, faute de résolution spatiale, on ignorait leur origine" (....)
Jamais on ne s'était approché aussi près d'un trou noir, à seulement 30 millions de kilomètres de son horizon… soit seulement trois fois le rayon du trou noir lui-même ! Et ce n'est pas tout : Gravity a même pu voir la sphère de gaz se déplacer à 300 millions de km/h, soit 40 % de la vitesse de la lumière ! (....)
Il leur faudra encore accumuler davantage de données. Et donc attendre que les observations reprennent au mois de mars - la Terre est pour l'instant du mauvais côté du Soleil, qui lui cache le centre de la Galaxie. D'ici là, l'Event Horizon Telescope, ce réseau planétaire de télescopes, devrait avoir dévoilé ses propres images de Sagittarius A* prises en 2017 et 2018. Le monstre qui règne au cœur de notre Galaxie se révèle. "
source: https://www.science-et-vie.com/ciel-et-espace/astronomie-des-astronomes-ont-vu-le-bord-d-un-trou-noir-47224

ArcInfo (Suisse) - 23 janvier 2019
« Une étude révèle que de puissants jets émanant du trou noir supermassif "Sagittarius A*" semblent pointer directement vers la Terre, sans danger pour la planète néanmoins.
Les astronomes ont pris de nouvelles photos de ce trou noir situé au centre de la Voie Lactée.
Les ondes de «Sagittarius A*», le trou noir situé au centre de la Voie Lactée, pointent quasiment directement vers la Terre.
C’est une des observations faites par des astronomes de l’Institut Max Planck en Allemagne.
Une étude publiée lundi (21 janvier 2019) dans The Astrophysical Journal  (http://iopscience.iop.org/article/10.3847/1538-4357/aaf732  ) montre ainsi qu’un puissant jet émanant du trou noir semble orienté directement vers notre planète, comme le relèvent les magazines spécialisés Science Post et Astronomy  (http://astronomy.com/news/2019/01/radio-jets-from-the-milky-ways-black-hole-could-be-pointing-right-at-earth )  (……. ) »
source + suite : https://www.arcinfo.ch/articles/lifestyle/techno-et-sciences/astronomie-les-jets-d-un-trou-noir-supermassif-pointeraient-presque-directement-sur-la-terre-814874


« Modifié: 23 janvier 2019 à 20:47:27 par vephil »
IP archivée
Je les aime mais pas dans mon assiette

zetareticuli

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4727
Re : Astronomie en général
« Réponse #657 le: 19 février 2019 à 23:04:21 »

Un télescope européen découvre des centaines de milliers de galaxies et des objets non-identifiés

 90 % des galaxies découvertes par LOFAR n’avaient jamais été repérées jusqu’alors

Que trouve-t-on aux confins de l’univers observable ? Des galaxies par milliers et « des choses que l’on ne connaît pas », d’après un radiotélescope européen novateur. Cette nouvelle carte de l'univers révèle plus de trois cent mille objets célestes, pour une grande part inconnus jusqu’alors.

    Les chercheurs du projet international #LOFAR estiment que d'ici à 2024, le #télescope aura permis la détection de 15 millions de sources radio et livré 48 pétaoctets de données. #Sciences #Astronomie https://t.co/caIjltLkhn pic.twitter.com/EVlNPEf4Fx
    — Nicolas Renaudin (@nicolas_renaudi) February 19, 2019

« Nous ouvrons une nouvelle fenêtre sur l’univers », explique à l’AFP Cyril Tasse, astronome à l’Observatoire de Paris, qui a participé à ces travaux publiés ce mardi. Si l’univers peut être infini, les astronomes estiment que sa partie « observable » hébergerait environ 100 milliards de galaxies.
Des objets « énigmes »

Après des milliers d’heures d’observation, réparties sur plus de trois ans, explique-t-il, le radiotélescope européen LOFAR livre sa première carte du ciel où cohabitent « des choses que l’on connaît et des choses que l’on ne connaît pas, totalement nouvelles et surprenantes ». « Ces images sont maintenant publiques et permettront aux astronomes d’étudier l’évolution des galaxies avec une précision sans précédent », assure dans un communiqué Timothy Shimwell, de l’Institut néerlandais de radioastronomie (ASTRON) qui étudie les données et de l’Université de Leyde. Suite et source
IP archivée
"Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt"

vephil

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 237
Re : Astronomie en général
« Réponse #658 le: 22 février 2019 à 22:00:14 »


Je fais suite à l'info de zetareticuli.

L'Observatoire de Paris a mis en ligne une vidéo incroyable hier 21 février 2019
qui fait un  "Zoom sur des objets extra-galactiques observés par le radio-télescope LOFAR"

Les objets extragalactiques vus par LOFAR


Source: Communiqué de presse de l'Observatoire de Paris
https://www.obspm.fr/premiere-carte-du-ciel-du.html
IP archivée
Je les aime mais pas dans mon assiette

vephil

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 237
Re : Astronomie en général
« Réponse #659 le: 31 mai 2019 à 23:47:52 »

Projet NASA: la création d'un système GPS spatial ...

30 Mai 2019
L’EXPLORER « NICER » A BORD DE L’ISS TRAQUE LES RAYONS X DANS LE CIEL NOCTURNE


Image: NASA / NICER  -  Détails sur le lien ci-dessous.

"Cette image de l’ensemble du ciel montre 22 mois de données de rayons X enregistrés par le payload (micro-programme ?) du NICER (Neutron star Interior Composition Explorer ) de la NASA, à bord de l’ISS  (Station Spatiale Internationale) lors de ses mouvements de nuit entre diverses cibles.
Les objectifs scientifiques de base exigent que NICER cible et traque les sources cosmiques lorsque l’ISS orbite autour de la Terre toutes les 93 minutes.
Lorsque le soleil se couche et que la nuit tombe sur l'avant-poste orbital, l'équipe NICER maintient ses détecteurs actifs tandis que le payload se déplace d'une cible vers une autre, ce qui peut se produire jusqu'à huit fois à chaque orbite.
NICER observe fréquemment les cibles les mieux adaptées à sa mission principale, ces cibles étant les pulsars « mass-radius »  [pulsars : cadavres d’étoiles à neutrons laissés à la suite d’explosions de supernova], et ceux dont les impulsions régulières conviennent parfaitement à l’expérimentation NICER pour la technologie de synchronisation et de navigation par rayons X (SEXTANT).
Ceci pourrait un jour constituer la base d’un système de type GPS permettant de naviguer dans le système solaire."

Source et + infos (en anglais):
https://www.nasa.gov/feature/goddard/2019/nicer-s-night-moves-trace-the-x-ray-sky
https://nypost.com/2019/05/31/nasa-telescope-captures-incredible-x-ray-of-night-sky/
 
IP archivée
Je les aime mais pas dans mon assiette