Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Auteur Sujet: Espagne documents déclassifiés avec 75 observations d'OVNI similaires à UK  (Lu 10618 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2307
  • en l'honneur de ma fille

Espagne documents déclassifiés avec 75 observations d'OVNI similaires à celles du Royaume-Uni

Déclassifié
Espagne entre 1992 et 1997, un total de 75 dossiers sur l'observation de phénomènes étranges, enregistré de 1962 et 1900 pages qui traitent, qui recueille un total de 97 différents événements, y compris les cas analogues à la semaine dévoilé Royaume-Uni.
 
Selon des sources militaires ont confirmé, une fois déclassés par l'armée de l'air, ces dossiers ont été transférés à votre requête à la bibliothèque est le siège de l'armée de l'air et sont actuellement dans les archives de l'armée de l'air dans Whangamata (Madrid).

Parmi ces documents, figurent des cas d'observations d'OVNI (objet volant non identifié) de la part des pilotes des vols commerciaux et militaires ou des capitaines de navires, similaire à l'affaire publiée aujourd'hui dans le Royaume-Uni dans laquelle un avion presque Alitalia collision avec un OVNI en 1991.

Le processus de déclassification de l'espagne a commencé en Mai 1991, alors que la Section de la sécurité des vols, en charge du maintien de ces fichiers, a envoyé une lettre adressée au général national en charge de la Division des opérations de la Force aérienne, qui a proposé de déclassification.

Déjà le 14 Mars  1992, le Conseil des chefs d'état-major a décidé de rétrograder son niveau de classification et de laisser la décision de déclassifier ou non dans les mains du chef d'état-major de la Aires.

Enfin, en Septembre 1992 a été déclassifié le premier OVNI fichiers du ministère de la Défense.

La tâche a été confiée au lieutenant-colonel Ange de la Bastide et du personnel a été complétée par le lieutenant-colonel Henry 1996.Un Rocamora air dans la péninsule ibérique a une rencontre avec un objet non identifié qui ait apparu sur le radar.

En pas un fonctionnaire militaire rapport de 84 pages del24 détaillant la nuit de Novembre 1974 a été suivie par plusieurs observations, qui a commencé à 19, 30 heures sur l'île de Gran Canaria, où un lieutenant-colonel dans l'armée de l'air et sa fille se déplaçaient le long d'une route et a vu une lumière blanche et brillante le ciel qui a laissé un sillage court. Ce voyage a été à grande vitesse quelques secondes, puis disparu.
 
Selon l'enquêteur spécialisé a indiqué que dans ces phénomènes Juan Vicente Ballester, à seulement 15 minutes plus tard, un Fokker-27 avion a décollé de Tenerife Iberia à destination de Las Palmas de Gran Canaria. La nuit était claire et l'avion survoler certaines couches de nuages lorsque s'élevait au niveau de vol 2. 100 mètres.

Ensuite, les pilotes ont observé, juste en face d'eux, une puissante lumière qui semblait être à environ 300 mètres au-dessus d'eux et qui approchait en sens inverse le long d'un corridor couramment utilisée par le trafic aérien régulier de Las Palmas.
 
Lorsque l'avion a été franchie avec la lumière, le commandant Saura, qui a piloté l'avion, appelé la tour de contrôle de vol pour Canaries rapport qu'il y avait des passages à niveau avec un "trafic de Las Palmas", mais la tour de contrôle répondu qu'il n'y avait pas de trafic à ce moment-là et le temps. " L'opérateur du radar n'a pas enregistré aucune trace de cette "lumière" sur l'écran, toutefois, l'équipage a été encore que regarder et il est resté immobile situé à son "3" (est) pour une minute de plus.

Plus tard, le radar militaire, déjà en état d'alerte alpha, détecté à 20. 20 heures en un écho qui ne sont pas réglementés au nord-nord-est direction alors que l'approche d'une installation militaire à une vitesse de plus de 900 kilomètres par heure. De l'extérieur du complexe militaire W-8, plusieurs soldats ont cessé de lumière dans le ciel ou déplacé autour de la zone centrale.

Seulement dix minutes plus tard, à 20. 30 heures, la station radar a enregistré une trace à environ 67 kilomètres, il a été en fait un autre vol Iberia fait que l'itinéraire Madrid-Tenerife.

La chose étrange est que s'il y avait un écho anormal à 85 kilomètres de vol et plein sud. En arrivant à une distance de 78 kilomètres, la trace a été en poste jusqu'à son arrivée dans un vol commercial 281, Iberia. Immédiatement après, la trace inconnu soudainement évaporé et que le jour du vol, il n'y avait pas de trafic aérien prévu à cette heure-là.
   
http://www.ufofu.org/blog/2008/10/31/retour-sur-la-declassification-des-dossiers-ovnis-espagnols/
 
Source: http://www.abc.es/20081026/nacional-sociedad/espana-desclasifico-expedientes-avistamientos-200810261350.html
-----------------------------------------------------------------

España desclasificó 75 expedientes con avistamientos de OVNIS similares a los de Reino Unido


Disminuir tamaño del textoAumentar tamaño del texto EP. MADRID
Publicado Domingo, 26-10-08 a las 13:51

-------------------------------------------------------------------

España desclasificó entre 1992 y 1997 un total de 75 expedientes sobre avistamientos de fenómenos extraños, registrados desde 1962 y que ocupan 1.900 páginas, en las que se recoge un total de 97 sucesos distintos, entre los que figuran casos similares al dado a conocer esta semana en Reino Unido.
Según confirmaron fuentes militares, una vez desclasificados por el Ejército del Aire, estos expedientes fueron trasladados para su consulta a la Biblioteca del Cuartel General del Ejército del Aire y en la actualidad se encuentran en el Archivo Histórico del Ejército del Aire, en Villaviciosa de Odón (Madrid).
Entre esos documentos, figuran casos de avistamientos de OVNI (objeto volador no identificado) por parte de pilotos de vuelos comerciales y militares o de de capitanes de navío, parecidos al caso dado a conocer hoy en Reino Unido en el que un avión de Alitalia casi choca con un OVNI en 1991.
El proceso de desclasificación español comenzó cuando en mayo de 1991 la Sección de Seguridad de Vuelo, responsable de la custodia de estos archivos, remitió un escrito interno dirigido al general a cargo de la División de Operaciones del Ejército del Aire, que proponía su desclasificación. Ya el 14 de marzo de 1992, la Junta de Jefes de Estado Mayor acordó rebajar su nivel de clasificación y dejar la decisión de desclasificar o no en manos del jefe del Estado Mayor del Aires.
Finalmente, en septiembre de 1992 se desclasificaron los primeros expedientes OVNI del Ministerio de Defensa. La tarea fue encomendada al teniente coronel de Estado Mayor Angel Bastida y fue concluida por el teniente coronel Enrique Rocamora en 1996.Un avión de Iberia tuvo un encuentro con un objeto no identificado que no aparecía en los radaresEn un informe oficial militar de 84 páginas se detalla que la noche del24 de noviembre 1974 se sucedieron varios avistamientos que comenzaron a las 19, 30 horas en la isla de Gran Canaria, cuando un teniente coronel del Ejército del Aire y su hija circulaban por una carretera y vieron una luz blanca y brillante en el cielo que dejaba una corta estela. Esta se desplazaba a gran velocidad y pocos segundos después desapareció.
Según relata el investigador especializado en estos fenómenos Vicente Juan Ballester, sólo 15 minutos más tarde, un avión Fokker-27 de Iberia despegaba de Tenerife con destino a Las Palmas de Gran Canaria. La noche era clara y el avión sobrevolaba unos estratos nubosos cuando ascendía a nivel de vuelo de 2. 100 metros. Entonces los pilotos vieron, justo en frente de ellos, una luz potente que parecía encontrarse a unos 300 metros por encima de ellos y que se acercaba en dirección contraria a lo largo de un corredor habitualmente utilizado por el tráfico aéreo regular de Las Palmas.
Cuando el avión se cruzó con la luz, el comandante Saura, que pilotaba la aeronave, llamó a la torre de control de vuelo de Canarias para informar de que se estaban cruzando con un "tráfico procedente de Las Palmas", pero la torre de control respondió que no había ningún "tráfico en ese punto y hora". El operador del radar no registró ningún rastro de esa "luz" en la pantalla que, sin embargo, la tripulación continuaba viendo y que se quedó inmóvil situada a sus "3" (este) durante un minuto más.
Posteriormente, el radar militar, puesto ya en situación de alerta alfa, detectó a las 20. 20 horas un eco no controlado en dirección norte-nordeste mientras se acercaba a unas instalaciones militares a una velocidad de más de 900 kilómetros por hora. Desde el exterior del complejo militar W-8, varios soldados vieron una luz fija en el firmamento o que se movía alrededor del centro.
Tan solo diez minutos más tarde, a las 20. 30 horas, la estación de rádar registró una traza a unos 67 kilómetros de distancia, que era en realidad otro vuelo de Iberia que hacía la ruta Madrid-Tenerife.
Lo curioso es que al mismo tiempo se detectó un eco anómalo a 85 kilómetros de distancia y volando con rumbo al sur. Al llegar a una distancia de 78 kilómetros, la traza se quedó estacionada hasta que se cruzó con el vuelo comercial 281 de Iberia. Inmediatamente después, la traza desconocida se evaporó de repente y según los diarios de vuelo, no había ningún tráfico aéreo previsto a aquella hora.
« Modifié: 03 Novembre 2008 à 22:55:27 par titilapin2 »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2307
  • en l'honneur de ma fille

Notifications en Espagne

Des observations d’OVNI corroborées par des pilotes et des radars au sol seront également enregistrées en Espagne, en particulier le 9 janvier 1967 sur la base de Talvena-Badajoz et le 2 janvier 1975 sur la base de Las Bardenas Reales. En 1976, le Général Castro, Général de brigade des Iles Canaries confirma la réalité des OVNI. Il révéla que le Ministère de l’Air Espagnol possédait environ 20 notifications qui demeuraient inexpliquées en termes conventionnels. En octobre de la même année, le Ministère de l’Air rendit public 12 dossiers totalisant 300 pages accompagnés de photographies, y compris celles prises avec la caméra-gun des avions[3].

Flying Saucer Review, 22, 3, 1976, p2.
http://www.astrosurf.com/luxorion/ovni-hist-europe.htm


Aux Rencontres Ufologiques Européénnes qui vont se dérouler à Châlons-en-Champagne les 14-15-16 octobre 2005.

SALLE N° 1
Animée par : Jhean Michell
PROGRAMME DES CONFERENCES
JOURNEE DU SAMEDI 15 OCTOBRE 2005


16 H 15 – 17 H 15

Vicente-Juan BALLESTER OLMOS - Espagne - Il est le fondateur de la «Fundación Anomalia» à Barcelone. Il étudie le phénomène depuis plus de 30 ans et est reconnu à travers le monde pour ses travaux. Il viendra évoquer : "La politique du ministère de la défense espagnol qui déclassifie des documents sur les OVNI. L'ufologie en Espagne".

http://www.ldi5.net/news/1ufo.htm

----------------------------------------------------------------

Le coupable, c'est Dificultnspa qui a ouvert la brèche ici:

http://icietmaintenant.fr/SMF/index.php?topic=4350.0
« Modifié: 27 Octobre 2008 à 01:23:55 par titilapin2 »
IP archivée

fbi2008

  • Invité

bonjour
il y a souvent référenceà cette réunion de chalons en champagne en 2005 mais depuis ou se tiennent elles ces réunions????
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2307
  • en l'honneur de ma fille
BALLESTER OLMOS ufologue ( ESPAGNE )
« Réponse #3 le: 31 Octobre 2008 à 17:27:19 »

Flash-back avant d'en arriver à la déclassification de 2008:

BALLESTER OLMOS ufologue ( ESPAGNE )



Vicente-Juan BALLESTER OLMOS - Espagne - Il est le fondateur de la «Fundación Anomalia» à Barcelone. Il étudie le phénomène depuis plus de 30 ans et est reconnu à travers le monde pour ses travaux. Il viendra évoquer : "La politique du ministère de la défense espagnol qui déclassifie des documents sur les OVNI. L'ufologie en Espagne".

------------------------------------------------------

Extrait de Journées Internationales sur les OVNIs à Marseille 1993  
mercredi 7 novembre 2001, CREPS

 
Ce week-end de début septembre, le beau temps était au rendez-vous, une fois n’est pas coutume. De nombreux ufologues avertis avaient été réunis par le CERPA (Centre d’Etudes et de Recherches sur les Phénomènes Aérospatiaux) à l’occasion du 3° symposium international de Marseille les 10 et 12 septembre 1993. Le menu était alléchant ! Quelques membres de notre modeste et toute jeune association décidèrent de faire le voyage. Plusieurs exposés et films-vidéo furent présentés au cours des deux journées. Une attention soutenue était requise : huit mini-conférences, de 9 h 00 à 23 h 00 sur les deux jours. En contre partie nous avons rencontré nombre de personnes bien connues du paysage ufologique telles que Mrs CHOURINOV, GRESLE, RIBEIRA etc. Tous ces chercheurs de l’avant-garde de la science nous on montré combien le sujet O.V.N.I touchait plusieurs disciplines. Les témoignages sont la base de l’ufologie, il était normal qu’ils aient une place prépondérante ce jour-là. Nous allons revivre quelques moments choisis (les plus marquants à nos yeux) ce week-end du 11 et 12 septembre 1993.

 


Le dossier OVNI des forces aériennes espagnoles.

En Espagne on se heurte aussi au silence sur le phénomène. Il n’existe aucune procédure donnant accès aux témoignages recueillis par l’armée de l’air qui a quand même une volonté de suivre et de filmer les OVNIS ( existence de plusieurs missions ). En septembre 1968, sur Madrid, plusieurs milliers de témoignages sur un objet en cloche furent collectés. La conclusion officielle statuera sur un vulgaire ballon sonde stratosphérique français. En décembre 1968, le ministre de l’armée de l’air, le général Quadra demandera au peuple de communiquer les informations et les témoignages qu’il peut détenir tout en réfutant la thèse de l’existence des OVNIS. Des circulaires confidentielles (26 dec. 1968) donneront les directives à suivre en cas de témoignages (questionnaire, vérification aéronautique, témoignage noté ). En octobre 1976, un essai de déclassification de documents top-secret sera tenté. Un journaliste recevra des archives officielles contenant douze textes. Mais par la suite une utilisation mercantile de ces documents rendra une coopération impossible entre l’armée et les médias. Il s’ensuivra une classification renforcée. Ballester OLMOS essaiera de son coté de renverser la tendance. En 1988 il commence un projet de collecte des cas récupérés par les différentes unités de l’armée et de la police... En tout 350 cas seront compilés. Il présentera à l’armée un dossier ufologique, mettant l’accent sur la façon dont le public perçoit le manque de compétences des enquêteurs militaires dans ce domaine. Mr OLMOS proposera aussi de nouvelles directives à suivre. Le 22 mai 1991, la divulgation de certains documents devient possible et le premier catalogue des cas de 1962 à 1988 qui s’avère en fait sans grand mystère. Au mois de décembre 1991, un plan de déclassification portant sur 60 rapports et une structure de procédure d’enquête seront mis en place. Le témoignage est recueilli par l’armée au niveau régional qui décide s’il y aura ou non enquête (questionnaire de 16 pages). Un officier supérieur s’occupera des archives.

L’étude de ses rapports a montré que le phénomène était surtout présent à Madrid, aux Canaries ainsi que dans le nord-est de l’Espagne (corrélation avec la présence de bases militaires ?).

Dans le temps on distingue trois pics : 1968 - 71, 1974-75, 1979-81.

Sur 66 rapports, 31% seront confirmés par des observations radar.

La persévérance de plusieurs ufologues espagnols a permis de lever le voile du silence et surtout d’avoir une certaine collaboration entre les chercheurs indépendants et les instances officielles.

Les autres intervenants ici:

Source : http://www.ovni.info/article.php3?id_article=137

Citer
BIOGRAFIA DE VICENTE-JUAN BALLESTER OLMOS
Nació en la ciudad de Valencia, España, el 27 de diciembre de 1948.

ESTUDIOS:
*Bachillerato Superior y Preuniversitario, Colegio San José (PP Jesuitas), Valencia, 1967
*Diplomado, Lenguaje de Programación Fortran IV, Departamento de Lógica y Filosofía de la Ciencia, Facultad de Filosofía y Letras, Valencia, 1973
*Estudioso autodidacta de las ciencias en múltiples disciplinas.
*Numerosos cursos, formación técnica y estudios profesionales en España e Inglaterra sobre Finanzas, Gerencia de Riesgos, Pensiones, etc. (1976 hasta el presente).

CARRERA PROFESIONAL:
Ford España, S.A.: Analista de Costes de Fabricación (Departamento de Control de Costes), 1976
Ford España, S.A.: Analista de Proyectos de Inversión (Departamento de Análisis Financiero), 1979
Ford España, S.A.: Analista de Costes Laborales (Departamento de Tesorería), 1981
Ford España, S.A.: Gerente de Seguros, Beneficios Económico-Sociales y Pensiones, 1983 hasta el presente

PREMIOS Y BECAS:
1982: Found for UFO Research Scholarship (Washington, D.C.), beca para el estudio de los casos de encuentros cercanos reportados en España y Portugal
1983: co-receptor con John Schuessler (NASA) del premio Alvin Lawson Award, por sus "avances en la comprensión científica del fenómeno OVNI"
1998: Nominado al premio Isabel L. Davies Memorial Award, MUFON Inc.
1998: Premio Anaparéstesis, Fundación Anomalía

RESPONSABILIDADES Y CARGOS REPRESENTATIVOS:
*1983-1985, editor en jefe de UPIAR Research in Progress (Milán, Italia)
*Vicepresidente 1º y Director de Investigaciones de la Fundación Anomalía
*Miembro, representante, consultor y consejero de las más importantes sociedades OVNI y revistas mundiales: Mutual UFO Network, Inc. (MUFON), J.A. Hynek Center for UFO Studies (CUFOS), Society for the Scientific Exploration (SSE), National Aviation Reporting Center on Anomalous Phenomena (NARCAP), European Journal of UFO and Abduction Studies, entre otras.

LIBROS PUBLICADOS:
OVNIS: El fenómeno aterrizaje, Plaza y Janés (Barcelona), 1978,1979,1984. Prólogo del Dr. Jacques Vallée.
Los OVNIS y la Ciencia (con M. Guasp), Plaza y Janés (Barcelona), 1981,1989. Prólogo del Dr. J. Allen Hynek.
Investigación OVNI, Plaza y Janés (Barcelona), 1984. Prólogo del Dr. Richard Haines.
Enciclopedia de los encuentros cercanos con OVNIS (con J.A. Fernández), Plaza y Janés, 1987
Expedientes insólitos, Temas de Hoy (Madrid), 1995. Epílogo del Dr. Jacques Vallée.

RECONOCIMIENTOS:
*Cita biográfica en Marquis Who´s Who in the World desde 1998
*En enero de 2001 es entrevistado por la Revista Española de Defensa, publicación oficial del Ministerio de Defensa español http://www.anomalia.org/redef.htm

EXPERIENCIA DE INVESTIGACIÓN:
Investigador del fenómeno OVNI desde 1966. Autor de más de 300 publicaciones, ensayos, artículos, encuestas y monografías técnicas entre 1965 y 2001, cuya bibliografía está disponible en internet http://www.anomalia.org/bibliog1.pdf
Ha dictado conferencias en numerosos congresos en España, Francia, Inglaterra y Estados Unidos.

Biografía y otras referencias:
http://www.nicap.org/bios/ballester-olmos.htm
http://www.dios.com.ar/
paginas/grupos/5-personajes/ufologos.htm
http://www.terrygroff.com/mufon/eval/
« Modifié: 31 Octobre 2008 à 17:32:18 par titilapin2 »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2307
  • en l'honneur de ma fille

Archives espagnoles : un avion manque de percuter un ovni


Jusqu'ici ces informations étaient classées 'Secret Défense'

Crédits : Marcin Wichary
--------------------------------------------------------------------------------

Décidemment, c’est une grande mode en Europe cette année. Après la publication des archives françaises en fin d’année dernière, l’Italie, le Royaume-Uni en septembre, c’est au tour de l’Espagne viennent de leur emboîter le pas. Analyse des archives espagnoles.

L'Espagne déclassifie des affaires datant de 1992 et 1997, soit un total de 75 dossiers sur les observations de phénomènes enregistrés depuis 1962. L’ensemble regroupe 1.900 pages, et comprend 97 événements différents.

Ce qui est intéressant, c’est que l’on retrouve des cas semblables à ceux publiés cette semaine au Royaume-Uni.

On notera que l’organisme chargé de la collecte de ces événements est militaire, comme cela se fait habituellement. En effet les principales raisons de les collecter, le sont d’abord pour des raisons de sécurité nationale.

Parmi les cas les plus intéressants, figurent des observations d'OVNI (objet volant non identifié) par des pilotes (militaires ou non), ainsi que des capitaines de navire.

Un cas particulièrement notable fait état d’une quasi collision d’un avion de la compagnie aérienne Alitalia avec un OVNI en 1991.

Autre cas marquant, un avion d'Iberia a eu une rencontre avec un objet non identifié qui n'apparaissait pas sur les radars.

Le processus de déclassification espagnol a commencé en mai 1991. La Section de Sécurité de Vol, responsable de la garde de ces archives, a remis un document interne adressé au général en charge de la Division d'opérations de l'Armée de l'Air, qui proposait sa déclassification. Le 14 mars 1992, l'Assemblée de Chefs d'État a décidé déjà de réduire son niveau de classification, mais de laisser la décision de déclassifier ou non entre les mains du chef de l'État. Il faudra attendre 1996 pour que le processus avance réellement.


Récit du cas de l’avion d’Iberia :
L’affaire a lieu aux îles Canarie, près de l’île principale : Gran Canaria, la nuit du 24 novembre 1974. Vers 19h30, le rapport détaillé de 84 pages relate le début des observations. Un lieutenant-colonel de l'Armée de l'Air et sa fille, les premiers témoins, circulaient su une route de l’île, quand ils ont aperçu une lumière blanche dans le ciel, suivi d’un court sillage. L’objet se déplaçait, d’après les documents déclassés, à une très grande vitesse, avant de disparaître.

Des recherches menées ultérieurement par Vicente Juan Balleste évoquent le décollage de l’avion d’Iberia Fokker-27 au départ de Ténérife, à destination de Las Palmas de la Gran Canaria. La nuit était claire et l'avion survolait des couches nuageuses quand il montait à 2100 mètres. Les pilotes ont alors vu, juste devant eux, une lumière puissante qui paraissait être trouvée à quelque 300 mètres au-dessus d'eux, et qui s'approchait en direction contraire.

Le commandant Saura qui pilotait l’avion a alors appelé la tour de contrôle, pour informer cette rencontre inhabituelle. En effet, les vols sont organisés de façon à éviter les risques de collision. Normalement, aucun avion ne doit aller en direction contraire à la leur, en suivant cette route. La tour de contrôle a affirmé n’avoir aucun trafic en ce point à cette heure ci. Aucune trace radar n’a pu être enregistrée. Pourtant l’équipe de pilotage affirme avoir aperçu à plusieurs reprises les lumières dans le ciel.

Plus tard, un radar militaire a enregistré vers 20h20 une trace non identifiée en direction Nord-Nord Est. En état d’alerte, la base militaire voyait arriver vers elle quelque chose à plus de 900 kilomètres à l’heure. Depuis l'extérieur du complexe militaire w-8, plusieurs soldats ont vu une lumière fixe dans le ciel, qui se déplaçait autour du centre. Dix minutes plus tard, le radar militaire a enregistré le vol d’Ibéria. En même temps un écho radar a été repéré à 85 kilomètres de distance, sans que cela corresponde à un plan de vol prévu. Cette trace a disparue peu après.

Ce cas est semblable à beaucoup d’autres.

Objet volant d’un nouveau genre ? Extra-terrestres ?

Encore un fois les mêmes questions se posent, sans que l’on puisse y répondre. Mais s’il s’agit d’extra-terrestres, ce qui n’est qu’une hypothèse parmi d’autres, même si c’est celle qui fait fantasmer, nul doute qu’une preuve arrivera un jour. S’il ne s’agit que d’un engin militaire secret, là aussi un jour on finira par le savoir. Alors patience…

J.L.

Unisciences.com

31/10/2008

http://www.unisciences.com/inexplique/news/archives_ovnis_espagnoles.php3.php?id=326&page=3
edit modération : lien sur page d'accueil
« Modifié: 15 Mars 2011 à 00:46:13 par katchina »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2307
  • en l'honneur de ma fille

Les îles Canaries - nuit du 22 Juin 1976 au dessus de Tenerife - déclassifiée 94
 
L'observation des Îles Canaries désigne une célèbre apparition d'OVNI qui eu lieu dans la nuit du 22 Juin 1976 au dessus de Tenerife, La Palma et de La Gomera. Il y eut de nombreux témoins et l'Armée de l'Air espagnole diligenta une enquête qui fut déclassifiée en 1994 et qui révéla qu'aucune explication rationnelle n'a été trouvée.


Photographie d'un grand phénomène lumineux vu au-dessus des îles Canaries en juin 1976. Provient des fichiers rendus accessibles au public des Forces Aériennes Espagnoles.

La fiche de ce cas dans l'Encyclopédie Ovnis collective


-----------------------------------------------------------

Quand et ou observer un OVNI ?
 
Passer de nombreuses heures à épier la voûte à la recherche d’une manifestation extraterrestre peut porter ses fruits à condition de savoir comment s’y prendre, quand effectuer l’observation et où se rendre pour augmenter ses chances d’apercevoir un OVNI.
 
QUAND

L’histoire des OVNIS a mis en évidence que le mois le plus riche en observations est octobre. Sans doute parce que ce mois est celui de l’année où le ciel est en général le plus clair. Le tableau ci-dessous, tiré de la base de données de Magonia (qui couvre 923 cas étalés sur 30 ans et élaborée par Jacques Vallée) révèle également que les mois de décembre et janvier sont particulièrement pauvres en observation. On remarquera encore que cette règle est valable quelque soit le pays ou le continent.

Les îles baléares, Espagne

Majorque et Ibiza sont réputées pour la fréquence élevée d’apparitions d’OVNIS. Les collines de la région de San Antonio sont souvent survolées par d’étranges globes oranges. A Santa Eulalia, de nombreux témoins affirment avoir aperçu des entités. Quant à Formentera, une petite île au sud d’Ibiza, et à Es Vedra, un pic surgissant de la mer, on dit qu’ils servent de base pour les OVNIS.

Le cas le plus spectaculaire remonte au 11 novembre 1979 quand un avion de ligne en route pour Tenerife fut poursuivi par deux globes oranges au-dessus d’Ibiza. L’observation fut confirmée par la tour de contrôle de Barcelone et par l’Armée. Finalement, le Capitaine Tejada pris la décision de poser l’appareil sur l’aéroport le plus proche, celui de Valence tandis que plusieurs Mirage furent lancés vers les OVNIS depuis la base d’Albacete. L’interception ne fut pas concluante mais les enregistrements radars révélèrent que les OVNIS chutèrent d’une altitude de 12'000 pieds en 30 secondes. Quelques jours après l’enquête officielle, le Ministre des Transports espagnol, Salvador Teran, résuma : «C’est clair que les OVNIS existent».

AFRIQUE

Les îles Canaries


Situées au nord-ouest du continent africain, elles furent, maintes fois, le théâtre d’observations spectaculaires. J’en veux pour preuve les événements du 22 juin 1976 quand un navire espagnol – l’Atrevida – repéra un énorme globe de lumière jaune. L’OVNI survola Gran Canaria  sous les yeux de nombreux témoins. L’armée confirma la présence du phénomène et des clichés de l’OVNI témoignent encore de son apparition.


http://dhyanchohan.unblog.fr/2007/10/02/quand-et-ou-observer-un-ovni/

 
« Modifié: 03 Novembre 2008 à 22:49:05 par titilapin2 »
IP archivée

fbi2008

  • Invité

bonsoir
en ouvrant le lien j'en ai découvert un autre karla turner.org

cette dame (décédée depuis) a passé les dernières années de sa vie à parler des abductés dont elle fait partie "mais c'est à en avoir des cauchemards...pour cette dame les et n'ont rien d'amical.. enfin elle a écrit 3 livres dessus...si c'est bien comme ça qu'ils sont.......
ça m'a vraiment choqué.....
je préfère revenir aux interviews de john lear et du commandant dean...au moins avec eux on dort sereinement ........
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2307
  • en l'honneur de ma fille

Bonsoir fbi2008,

Tu parles de ce lien là sur le forum?


Karla TURNER - Taken : une vision plus sombre des abductions que John Mack  

Car à priori je n'ai pas raté l'association pour ce lien.

La fiche de ce cas dans l'Encyclopédie Ovnis collective

Je suis d'accord que la vision de Karla est très très sombre :)

IP archivée

fbi2008

  • Invité

oui oui c'est bien ça et c'est bien sombre...
surtout que cette dame détenait un phd; apparemment c'était pas une cinglée...... c'est ce qui augmente le malaise...
IP archivée