Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !

Auteur Sujet: Aguirre, la colère de Dieu (1972) / de Werner Herzog avec Klaus Kinski  (Lu 223 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Capitaine Renard

  • **
  • En ligne En ligne
  • Messages: 1018
  • Tengu Zen'

Au XVIème siècle, une expédition espagnole mandatée par Gonzalo Pizarro part à la recherche de l'Eldorado sous les ordres de Pedro de Ursúa. Lope de Aguirre, l'un de ses lieutenants, illuminé et mégalomane, s'oppose à son autorité. Ses actions pour saboter l'expédition se multiplient. Lorsqu'Ursúa ordonne un arrêt des recherches, Aguirre lance une mutinerie contre lui et impose le « sacre » d'un noble du groupe, Fernando de Guzmán, comme « empereur d'Eldorado ». Il fait exécuter les partisans de l'ancien chef, à l'exception d'Ursúa lui-même qui est épargné par Guzmán. Les hommes restants, sous les ordres d'Aguirre et Guzmán, embarquent à bord d'un radeau et descendent le fleuve dans l'espoir de trouver la cité d'or.



Autour du film :

- L'histoire du conquistador Aguirre, inspirée notamment des chroniques de Gaspar de Carvajal, est authentique mais la réalité est quelque peu différente de la fiction du film : loin de se perdre sur l'Amazone comme le laisse croire la fin du film, il parvient jusqu'à l'Atlantique avec sa troupe et attaque les possessions espagnoles.
- Au début du film, Aguirre donne à sa fille un petit paresseux
- Le film est tourné en six semaines à Cuzco au Pérou
- Les scènes sur le fleuve ont été réalisées sur des rapides extrêmement dangereux, les techniciens sont attachés par des cordes aux radeaux et Werner Herzog ainsi que son opérateur sont à la merci des vagues et des tourbillons
- Klaus Kinski était tellement hystérique sur le plateau de tournage qu'il fit peur aux Indiens à chaque fois qu'il se disputait avec Herzog
- Au deuxième jour de tournage Kinski demande à Herzog de renvoyer sans raison des membres de l'équipe. Ayant refusé, le réalisateur provoque la colère de l'acteur et celui-ci menace de quitter le plateau. Herzog menace l'acteur de le tuer d'un coup de pistolet s'il part. Kinski, terrorisé, hurle en vain « Police ! » au milieu de la jungle (il n'y a pas de village à moins de 650 km2) et reste sur le tournage

>> Aguirre, la colère de Dieu (wikipédia.org)


Le film est inspiré d'une histoire vraie, véritable tragédie se déroulant lors de la découverte du Nouveau-Monde au XVIème Siècle.

Le contexte historique / le mythe d'Eldorado :

En 1560, une fois terminées les guerres civiles qui ont affecté la colonie, le vice-roi du Pérou, soucieux de se débarrasser d'une population d'aventuriers jugés trop turbulents, confie à Pedro de Ursua le commandement d'une expédition chargée de découvrir le fameux Eldorado des Omaguas évoqué par Carvajal. Les conquistadors s'embarquent sur les eaux du Maranon pour descendre son cours et suivre le même trajet qu'Orellana, mais l'aventure se termine fort mal. Un certain Lope de Aguirre, personnage de sac et de corde, fait assassiner Ursua puis son lieutenant Fernando de Guzman avant de prendre le commandement. Sceptique quant à l'existence de l'Eldorado et désireux de s'emparer des richesses bien réelles du Pérou, Aguirre quitte le cours de l'Amazone pour remonter le rio Negro et atteindre la région du canal de Cassiquiare où se mêlent les eaux des bassins de l'Amazone et de l'Orénoque. Il rejoint ce fleuve et le descend jusqu'à son embouchure pour s'emparer de l'île de Margarita et y lancer un appel à la révolte contre le vice-roi. Ce projet délirant est voué à l'échec et, après force massacres, Aguirre trouve la mort à l'issue d'une équipée terrifiante, immortalisée il y a une vingtaine d'années par le cinéaste Werner Herzog.

>> Les conquistadors et le mythe de l'Eldorado (clio.fr)


Le vrai Lope de Aguirre :

L'Histoire d'un conquistador basque-espagnol qui se rendit célèbre par sa cruauté et sa rébellion contre l'autorité espagnole du roi Philippe II.

Surnommé « el Loco » - le fou- Lope de Aguirre prend le commandement d'une expédition qui s'enfonce dans les territoires inconnus de l'Amazonie :

En 1559, le vice-roi Andres Hurtado de Mendoza organise une expédition fluviale de découverte et de conquête des territoires d'Omagua et d'Eldorado, réputés abriter d'immenses richesses. Il confie le commandement de la troupe à Pedro de Ursúa et le nomme gouverneur de ces contrées. Faisant d'une pierre deux coups, il souhaitait également éloigner du Pérou de nombreux soldats et mercenaires susceptibles de se rebeller contre l'autorité royale après la fin des guerres civiles.

Aguirre, indésirable au Pérou, sans fortune ni gloire, abîmé par les combats successifs, décide de s'engager dans l'expédition et fait venir sa fille métisse Elvira ainsi que sa maîtresse doña Inés de Atienza. Le 26 septembre 1560, l'expédition se lance sur le fleuve Marañon. Aguirre nommera par la suite ses partisans marañones en référence au fleuve. L'expédition se compose de 300 Espagnols, un demi-millier d'indiens et plusieurs dizaines d'esclaves noirs, tous embarqués sur deux brigantins, de larges barques et de petites embarcations.

Au bout d'une année, l'expédition, qui se trouve sur le fleuve Amazone, commence à vaciller : aucune découverte n'est faite et plusieurs embarcations sont perdues. Les conflits entre hommes se multiplient jusqu'à l'éclatement d'une mutinerie. Avec la participation d'Aguirre, les mutins renversent et assassinent Pedro de Ursúa qu'ils remplacent par Fernando de Guzmán. Lope de Aguirre, qui s'affirme comme le chef des mutins, décide la création d'un royaume indépendant et fait sacrer Fernando de Guzmán « Prince du Pérou, de la Terre Ferme et du Chili ». Très vite, Aguirre fait assassiner les hommes réticents à son autorité dont Guzmán et ses fidèles. À la tête de ses marañones, il suit le cours du fleuve Orénoque et rejoint l'océan Atlantique, faisant subir de nombreuses violences aux populations indigènes rencontrées en chemin. Le 23 mars 1561, il fait ratifier par 186 soldats une déclaration le proclamant « Prince du Pérou, de la Terre Ferme et du Chili ». Il entreprend alors de se diriger vers le Pérou avec l’intention de conquérir la vice-royauté.


>> Lope de Aguirre (wikipédia.org)

« Modifié: 26 Janvier 2018 à 01:12:22 par Capitaine Renard »
IP archivée

Paulo

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4389
Re : Aguirre, la colère de Dieu (1972) / de Werner Herzog avec Klaus Kinski
« Réponse #1 le: 28 Janvier 2018 à 14:26:18 »

J'ai même entendu que les Indiens qui participaient au tournage s'étaient proposés au réalisateur de supprimer purement et simplement Klaus Kinski... ;D
IP archivée
Comme d'habitude, si vous même ou vos collaborateurs étaient capturés ou tués, le Département d'État niera vous avoir donné un conseil aussi con.

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • En ligne En ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 14129
Re : Aguirre, la colère de Dieu (1972) / de Werner Herzog avec Klaus Kinski
« Réponse #2 le: 28 Janvier 2018 à 14:43:46 »

Il n'y avait que Klaus Kinski et sa démesure, sa folie assumée, pour incarner le personnage...

Un autre film hors-normes, toujours de Werner Herzog : Fitzcarraldo
« Modifié: 28 Janvier 2018 à 17:18:46 par Nemo492 »
IP archivée
On n'est jamais si bien trahi que par ses amis les plus prôches.
Protégez-moi de mes amis, mes ennemis je m'en charge..
http://cryonautes.com - http://protocole-oracle.com

Capitaine Renard

  • **
  • En ligne En ligne
  • Messages: 1018
  • Tengu Zen'
Re : Aguirre, la colère de Dieu (1972) / de Werner Herzog avec Klaus Kinski
« Réponse #3 le: 28 Janvier 2018 à 16:45:57 »

Quel charisme ...
IP archivée