Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Auteur Sujet: Vendredi 11 à partir de 23h - Durcissement à Pôle Emploi  (Lu 166 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Thierry.RIM

  • *****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 48
Vendredi 11 à partir de 23h - Durcissement à Pôle Emploi
« le: 03 janvier 2019 à 10:39:11 »

Vendredi 4 à partir de 23h en direct - Durcissement à Pôle Emploi, qu'en pensez-vous ?

Contrôle des chômeurs :
Le nouveau barème des sanctions plus dur que ce qu'avait annoncé l'exécutif.
 "Un durcissement de sanctions inutile", selon Force ouvrière
C'est entre Noël et le jour de l’An, en pleine "trêve des confiseurs", que le gouvernement a rendu public le nouveau barème de sanctions visant les chômeurs en cas de manquement à leurs obligations de rechercher du travail.
Certaines sanctions sont plus dures que ce qu'avait initialement annoncé le gouvernement, d'après un décret publié dimanche au "Journal officiel".
En mars dernier, le ministère du Travail avait annoncé de nouvelles sanctions, certaines allégées, d'autres alourdies, pour les chômeurs.

Le fait de ne pas se rendre à un rendez-vous avec un conseiller, par exemple, devait être sanctionné de 15 jours de radiation des listes au lieu des deux mois actuellement en vigueur. Finalement, ce sera un mois de radiation selon le texte du décret, deux mois au bout de deux manquements et quatre mois au "troisième manquement" constaté.
Par ailleurs, s'agissant des sanctions concernant l'insuffisance de recherche d'emploi (refus à deux reprises de deux offres raisonnables d'emploi par exemple), le gouvernement avait évoqué des sanctions graduelles: suspension de l'allocation d'un mois la première fois, de deux mois la deuxième fois et quatre mois la troisième fois. Il avait alors précisé que l'allocation serait amputée à partir de la deuxième fois.
D'après le décret, l'allocation est "supprimée" dès le premier manquement et non "suspendue" ce qui permettait de conserver ses droits.
Ce contrôle doit se faire via un "journal de bord" numérique, où les demandeurs d'emploi renseigneront tous les mois leurs actes de recherche d'emploi. A partir de mi-2019, ce dispositif sera expérimenté pendant un an dans deux ou trois régions.
Le volet "contrôle des chômeurs" de la réforme "avenir professionnel" avait été adopté dans son principe cet été par le Parlement.
Il y est présenté comme la contrepartie d'une ouverture plus grande du régime d'assurance-chômage à des démissionnaires ayant un projet professionnel. Néanmoins, cette ouverture ne concernera potentiellement que 20.000 à 30.000 démissionnaires supplémentaires, selon les calculs de l'exécutif, au regard des 70.000 déjà indemnisés chaque année.
Le décret avec les détails des sanctions a été publié au Journal officiel dimanche au milieu d'une série de décrets concernant aussi la réforme de la formation professionnelle.
 
Selon une étude mise en ligne cet été par Pôle emploi, 12% des demandeurs d'emploi ne cherchent pas activement un emploi, mais ce taux chute à 8% chez les bénéficiaires de l'assurance chômage.
 
Plus qu'un durcissement vigoureux pour certain il s'agit d'une une mise en cohérence pour d’autres.
Jusqu’ici, une simple absence à un rendez-vous pouvait se traduire par deux mois de suspension des allocations tandis que l’absence de recherche n’affectait pas les indemnités.
La logique a été inversée. Sur le fond, ce dispositif cible en priorité les 14% de chômeurs que Pôle Emploi a identifié comme pas très allant dans la recherche d’un job et qui perçoivent des indemnités.

Ce nouveau cadre reste très souple et même plutôt accommodant par rapport à l’Allemagne par exemple.
Outre Rhin, l’indemnisation est limitée à 12 mois et le chômeur signe un contrat d’insertion avec une batterie d’obligations : être joignable tous les jours ouvrables, tenu de se présenter aux rendez-vous sous peine de suspension d’indemnisation, certificat médical au troisième jour d’un arrêt maladie, pas de vacances sans autorisation de l’agence pour l’emploi,
En Grande-Bretagne, les conditions sont :

Obligation de présence à deux rendez-vous par quinzaine, suspension des aides en cas d’absence ou de retard supérieur à 15 minutes, obligation de passer 35 heures sur un site officiel pour y chercher un poste. En cas de défaut, les allocations peuvent être suspendues et tout refus d’un poste se traduit par la perte des Indemnités qui sont d’ailleurs limitée à 400 € par mois pour six mois maximum.                 

Du côté du Danemark, le chômeur, sous réserve qu’il ait volontairement cotisé, bénéficie de deux ans d’allocations plafonnées à 2500 €. Il doit postuler à deux emplois par semaines, suivre des stages, des formations et accepter la première proposition qui lui est faite sous 24 heures. En cas de refus, fin des allocations.

Le secrétaire général de Force ouvrière, Yves Veyrier,  voit en France "un durcissement de sanctions qui est inutile" et qui "touche une très faible catégorie de personnes". Il craint la mise en place d'une "politique du chiffre". Et rajoute : "Le nombre de chômeurs indemnisés qui ne se rend pas régulièrement à un rendez-vous, c'est moins de 4%" et "Il vaut mieux accompagner que sanctionner et contrôler".
Yves Veyrier termine en stipulant : "Le paradoxe, c'est que l'on est en train de transformer Pôle emploi en agence de contrôle de l'attitude des chômeurs, plutôt qu'en agence d’accompagnement pour la recherche d'un emploi".

Vos réactions en direct ce vendredi soir à partir de 23h au 08 92 23 95 20
« Modifié: 11 janvier 2019 à 22:37:49 par Thierry.RIM »
IP archivée

Capitaine Renard

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1372
  • souffle shakuhatchi'
Re : Vendredi 4 à partir de 23h - Durcissement à Pôle Emploi
« Réponse #1 le: 06 janvier 2019 à 13:32:03 »

En complément de la soirée de Thierry sur ce thème.

J'avais du mal à le croire quand j'ai entendu un intervenant en parler sur une antenne de RIM. J'ai pas mal ramé avant de trouver la source avancée.

Incroyable :



Appli "Pile de CV" : Quand Pôle Emploi fait de la discrimination par l’argent

Une nouvelle étape est franchie dans la folie capitaliste de la "Start-Up nation" : Pôle emploi propose aux chômeurs de télécharger une application qui fait payer les utilisateurs pour être repérés par des recruteurs.

Cela ne pourrait être qu’un banal communiqué de presse d’une start-up cherchant à se faire connaitre si derrière tout cela ne se cachait pas un logo, et un label : ceux de Pôle Emploi. En effet, cette application est mise en avant sur l’Emploi Store, plateforme officielle du ministère du travail. Elle fait donc partie des services proposés par l’Etat pour les demandeurs d’emploi. Après quelques recherches, on s'aperçoit que Bowkr est partenaire de Pôle Emploi depuis 2016 et qu'il y a plus de 35 000 CV dans cette database qui est donc un véritable nid de chômeurs ou de personnes en recherche de travail.

Et c’est là que les choses commencent à devenir intéressantes. Lorsqu’on se connecte à l’application, on comprend directement que les créateurs sont des adeptes de la #StartupNation. Couleurs criardes, points d’expérience, pièces jaunes, gamification : on est en plein dans l’univers de la Macronie pour qui tout est un jeu… même la précarité d’un chômeur. Chaque CV obtient des points dits « XP » par rapport à une compétence : un diplôme, 2000 points XP, une langue parlée, 500 points et ainsi de suite. Au final, chaque profil cumule un total de points, et ces profils sont classés, par catégorie (serveur, rédacteur, maçon…) et par ville de disponibilité, selon le nombre de points. Celui qui a le plus de points est en haut de la pile, et on lui promet d’être contacté par un recruteur plus vite que le pauvre 500e du classement qui lui, n’aura que les miettes. Déjà une belle idée de l’égalité républicaine.

 

Mais le comble de l’ignominie est atteint lorsque l’on descend un petit peu plus bas dans l’application. Une petite ligne « Booster mon CV » (voir capture) apparaît. Et là, tout un manège se dévoile : on peut gagner 500 points d’XP en partageant son profil, mais également en regardant une vidéo promotionnelle, et, tenez-vous bien… en payant ! On peut donc lire « Ajoute 10 000 XP à ton profil pour une durée limitée : 5 jours, 16,99€ ! ». Surréaliste. Pôle Emploi, via son service « La Pile de CV », fait payer les demandeurs d’emploi pour les pistonner et leur permettre d’être contactés par des recruteurs. On est dans la stratosphère.

suite & source >> Appli "Pile de CV" : Quand Pôle Emploi fait de la discrimination par l’argent (mediapart.fr)

(Ps / L'info demande à être revérifiée ? J'aimerais une confirmation autre)
IP archivée
« Mon grand-père porte un bonnet rouge. Le grand schtroumpf porte un bonnet rouge. Donc mon grand-père est le grand schtroumpf »