Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Auteur Sujet: 2019 - 10 mai - Vivre dans la beauté et La Voie du Sentir par Robert Eymeri  (Lu 197 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Thierry.RIM

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 62

Après " Luis Ansa, La Voie du Sentir " (édition Le Relié ) Robert Eymeri profite de la sortie de son dernier livre " Vivre dans la Beauté " ( Editions Almora ) pour nous parler de sa conception de la vie et de la spiritualité.
Psychologue de formation puis ayant travaillé dans l'édition, Robert Eymeri s'est formé pendant 10 ans à l'approche spirituelle de Jean Klein puis pendant plus de 20 ans à celle de  Luis Ansa auprès de lui.

Robert Eymeri nous parle de l'enseignement de Luis Ansa et de cette voie du sentir : le retour à  l'être par le corps mais aussi de sa propre pédagogie qui passe par une réconciliation profonde avec toutes les modalités de notre incarnation.

« Que l'amour m'accompagne
dans mes actes, dans mes paroles
et dans mon regard. » --- Luis Ansa

Quelques mots sur Luis Ansa (extrait de "Luis Ansa, la voie du sentir" par Robert Eymeri)

Luis Ansa (1922-2011) est né à Córdoba, en Argentine, d'une mère indienne quechua et d'un père espagnol. A la mort de sa mère, il quitte son père et vit de petits métiers. Puis, durant son adolescence, sur les bords du lac Titicaca, il est initié à l'art de vivre des chamans.

Par la suite, Luis Ansa a eu onze maîtres, des hommes et des femmes issus de différentes traditions (chamanisme, hermétisme chrétien, zen, hindouisme, bouddhisme, soufisme).

Il s'est éveillé auprès du maître Omar Ali Shah et a été reconnu "nagual" (maître de chamanes) dans la tradition toltèque.
Dans le début des années 90, Luis Ansa crée « la voie du Sentir », offrant aux femmes et aux hommes d'aujourd’hui, une voie adaptée à notre époque et aux caractéristiques de notre société occidentale.

Luis Ansa ne s’est jamais laissé enfermer dans l’image d’un maître spirituel, refusant toute étiquette ou classification.
Il a également toujours œuvré dans le don, offrant sans cesse son temps, sa disponibilité et son amour, et cherchant constamment à rendre libres et responsables tous ceux qui l’approchaient.

Quelques mots sur la voie du Sentir

« Dans la voie du Sentir, on ne travaille qu'avec le positif. » --- Luis Ansa

D’une façon générale, on pourrait dire que la voie du Sentir a plusieurs caractéristiques.

La première, c’est qu’il s’agit d’une voie du corps. Quand on parle de « voie du corps », on entend généralement une pratique corporelle qui vise à maîtriser le corps pour obtenir un état particulier. Ici, il n’est pas question d’un rapport de domination mais d’une relation d’amour à travers l’éveil de la sensation.

La seconde caractéristique, c’est qu’il s’agit d’une voie féminine. Elle s’adresse bien sûr autant aux hommes qu’aux femmes mais elle va faire appel à nos capacités féminines de réceptivité, de sensibilité, de dilatation. Elle est également féminine par ses modalités : cette voie ne repose pas sur des dynamiques telles que « effort-mérite » ou « châtiment-récompense », mais sur l’amour profond de la vie et l’élan naturel de vouloir la protéger, sur nos qualités de cœur, sur nos capacités relationnelles.

La troisième caractéristique concerne l’aspect chamanique du travail intérieur qui est proposé dans cette voie et qui est souvent mal interprété.

Luis Ansa disait :

« Lorsque je parle de chamanisme, je ne parle pas du chamanisme que vous connaissez ou de celui qui est lié à une culture donnée, je parle d’un chamanisme actuel, entièrement recréé, sans aucun folklore, sans croyance, sans transe et sans aucune dro­gue. »

Pour la première fois peut-être, Luis Ansa nous donne accès à l’un des cercles de connaissance les plus secrets et les plus hauts du chamanisme, réintégrant ainsi cette très vieille tradition parmi les grandes voies mystiques de l’humanité.

Une quatrième caractéristique de la voie du Sentir pourrait être mentionnée, c’est l’accent mis sur le rôle fondamental de l’expérience. « Posséder un savoir sur la chose ne vous donne aucune expérience de la chose », affirmait-il.

Luis Ansa disait :

« On peut expliquer, donner des indications, mais pour découvrir le goût du café, vous devez le goûter ! Toutes les descriptions que l’on peut vous faire sont inutiles ; à un moment donné, il vous faut goûter le café pour savoir si vous l’aimez. »

Cette voie n’est donc pas un enseignement comme on a l’habitude d’en recevoir, c’est un ensemble de pratiques qui s’approfondissent constamment dans un rapport créatif à la vie.

Ainsi, celui qui cherche une philosophie dans la voie du Sentir y trouvera une philosophie, celui qui cherche une thérapie y trouvera une thérapie, celui qui cherche un chemin d’éveil le verra se dessiner au fur et à mesure de ses pratiques, et celui qui est mystique y trouvera une mystique.

La voie du Sentir est une invitation à revenir à la réalité immédiate de notre être, à cette liberté intérieure et à cet amour inconditionnel qui est notre véritable nature.

A propos de " Vivre dans la Beauté " de Robert Eymeri :

Et s'il était possible d'être réellement en paix, de ne plus entrer en conflit ou en résistance avec les situations que l'on vit ? Et si chacun d'entre nous pouvait être une " porteuse " ou un " porteur " d'amour ?
 Une spiritualité authentique se réactualise toujours en fonction des spécificités de son époque. Aujourd'hui, les approches masculines sont obsolètes, il n'est plus besoin de se mortifier ou de se faire la guerre car il n'existe aucun ennemi en nous. Le corps, l'émotion, la pensée sont en réalité nos alliés sur le chemin de la liberté si l'on sait se mettre à leur écoute. Il s'agit désormais de se réconcilier avec soi-même car c'est à partir d'une attention libre de toute tension que l'on peut s'ouvrir à ce qui, en nous, est plus grand que nous.
 À travers ce livre, l'auteur présente les caractéristiques d'un travail intérieur actuel, tout en faisant quelques liens avec notre héritage chrétien et plus particulièrement avec sa dimension féminine incarnée par Marie, parce qu'elle vient nous enseigner qu'un processus de conscience est aussi un processus de gestation et d'enfantement.
 Ce livre sensible, témoignage d'un authentique chemin spirituel, est un appel intérieur vers l'Être et l'énergie puissante de l'amour.

conférence de Robert Eymeri le vendredi 17 mai à 20h30 au centre QEE de Paris - 7, rue d'Argout / Paris :
 " S'aimer et se respecter, une proposition de la voie du sentir "

infos : https://roberteymeri.blogspot.com/
« Modifié: 30 juillet 2019 à 23:36:27 par Modération »
IP archivée