Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !

Auteur Sujet: Carte mondiale des violences faites aux femmes  (Lu 570 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Capitaine Renard

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1895
Carte mondiale des violences faites aux femmes
« le: 16 août 2019 à 20:03:38 »

Cette carte permet de se faire une idée générale du niveau de violence que subissent les femmes à travers le monde tant en ce qui concerne le niveau de sécurité (violences physiques ou sexuelles) qu'en ce qui concerne le droit des femmes relatif à chaque pays ou leur place culturelle au sein des différentes sociétés.


(cliquez sur la carte pour agrandir)

Vous trouverez d'autres cartes plus détaillées relatives à la sécurité des femmes dans le monde  (sources ONU et UNICEF) sur le lien suivant :

>> Carte du monde : Violences faites aux femmes (atlasocio.com)

(merci à l'intervenant qui a donné ces sources)

Capitaine Renard

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1895
Re : Carte mondiale des violences faites aux femmes
« Réponse #1 le: 19 août 2019 à 21:22:03 »

Les hommes aussi sont victimes de violence conjugale :

Chaque année, 110.000 hommes sont victimes de violences physiques ou psychologiques de la part de leur conjointe. Seuls 5% d'entre eux osent porter plainte. Un phénomène inquiétant qui s'aggrave souvent avec l'âge.

En seulement un mois, deux sordides faits divers ont mis en lumière une réalité méconnue: les hommes victimes de maltraitances de la part de femmes. Si peu d'hommes osent briser ce tabou, certains chiffres permettent de dire que cette violence existe bel et bien: en 2008, environ 110.000 hommes ont ainsi été victimes de violences conjugales (physique et psychologique), selon l'Observatoire national de la délinquance (OND). La même année, 27 hommes sont décédés sous les coups de leur compagne.

Si ces chiffres sont largement inférieurs à ceux des femmes victimes de violences conjugales (157 décès en 2008), ils ne peuvent pas pour autant être ignorés. D'autant qu'il pourrait y avoir plus d'hommes concernés: toujours selon l'OND, seuls 5% des hommes maltraités osent en effet porter plainte. Car, même quand l'homme décide de parler, il est soumis à de grandes difficultés, notamment juridiques. C'est ce que déplore Sylvianne Spitzer, psychologue et fondatrice de SOS hommes battus, la seule association venant en aide aux hommes battus. «Si une femme vient dans un commissariat sans preuves, en disant que son mari la frappe, on va la pousser à porter plainte et l'homme sera placé en garde à vue. En revanche, si un homme se présente à la police avec des preuves en disant que sa femme le bat, une fois sur deux on va lui rire au nez et trois fois sur quatre on refusera qu'il porte plainte. En général, les femmes ne sont pas placées en garde à vue et si elles passent au tribunal, il ne leur arrive pas grand chose, voire rien du tout.»

La violence empire avec le temps :

En France, il n'existe aucune structure officielle pour venir en aide à ces hommes. L'association SOS Hommes battus, créée en 2008, leur donne des conseils, à l'aide d'un forum et d'un numéro d'appel non surtaxé. D'autres pays, en revanche, s'intéressent de plus près à ces victimes méconnues: l'Allemagne, les Etats-Unis et la Suisse ont notamment mis sur pied des centres d'accueil qui leur sont exclusivement consacrés.

Quels que soient les cas de figure, un profil-type des femmes violentes se dessine. «C'est à l'origine une petite fille très capricieuse, qui utilise la colère pour obtenir tout ce qu'elle veut», explique Sylvianne Spitzer. «Elle vient soit d'une famille où le père exerçait une violence, soit d'une famille où la mère était très dominante, ce qu'elle a transmis à sa fille. Le fait d'être en couple va faire ressortir tout ça à l'âge adulte, notamment à la naissance du premier enfant: le père est alors limité à son rôle de géniteur, d'apport financier, il est réduit à sa plus simple expression.»

Les hommes eux, sont souvent très amoureux, dans le déni complet. «Ce sont des hommes peu sûrs d'eux, passifs, qui mettent la femme sur un piédestal. Ils n'ont aucune capacité de décision. Au début des violences, ils pensent qu'ils s'y prennent mal, ils cèdent à tous les caprices. Les femmes ne sont jamais confrontées à un contre-pouvoir. On entre alors dans une spirale», ajoute la psychologue.


suite & source : >> Les hommes aussi sont victimes de violence conjugale (lefigaro.fr)

(un article qui date de 2010 mais utile pour concevoir un ordre de grandeur)